• Accueil
  • > Archives pour novembre 2020

He is not the God of the dead, but of the living.

Posté par diaconos le 21 novembre 2020

What's the evidence for the resurrection? - British Columbia Humanist  Association

Resurrection of the dead : « He is not the God of the dead, but of the living »

# General resurrection or universal resurrection is the belief that a resurrection of the dead, or resurrection from the dead (Koine: ἀνάστασις [τῶν] νεκρῶν, anastasis [ton] nekron; literally: « standing up again of the dead »[1]) by which most or all people who have died would be resurrected (brought back to life). Various forms of this concept can be found in Bahai, Christian, Islamic, Jewish and Zoroastrian eschatology. In the First Epistle to the Corinthians chapter 15 is used for the resurrection of the dead, Paul the Apostle is conveyed as quoting from the Book of Hosea 13, 14 where he speaks of the abolition of death. In the Pauline epistles of the New Testament, Paul the Apostle wrote that those who will be resurrected to eternal life will be resurrected with spiritual bodies, which are imperishable; the « flesh and blood » of natural, perishable bodies cannot inherit the kingdom of God, and, likewise, those that are corruptible will not receive incorruption (1 Corinthians 15:35–54). Even though Paul does not explicitly establish that immortality excludes physical bodies, some scholars understand that according to Paul, flesh is simply to play no part, as people are made immortal.

# Belief in the resurrection is not shared by all believers in Judaism at the time of Jesus. The Gospel according to Matthew testified to the importance of this question posed by Christianity in the Jewish community of Palestine and Asia Minor. This question is also raised in other texts of the New Testament, mainly in the Epistles of Paul and in the book of Acts. In the Acts of the Apostles, this question, thanks to the resurrection of Jesus, was a central issue in preaching to the Jews. Themes such as eternal life, salvation or the kingdom of heaven were incomprehensible without considering the raising of the dead as conceived by Christianity. Several resurrections were attributed to Jesus (the daughter of Jairus, the son of a grieving widow, and his friend Lazarus), and the account of the very beginnings of the Church given in Acts testifies to the interest of the question of the raising of the dead. Two resurrections follow that of Jesus Christ: that of Dorcas (Tabitha) performed by the apostle Peter 5 and that of Eutyche performed by the apostle Paul6. For Christian eschatology, at the end of time, the resurrection of the dead will take place when the Kingdom of God is established.

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, some Sadducees – those who maintain that there is no resurrection – approached Jesus and asked him : « Teacher, Moses commanded us : If a man has a brother who dies leaving a wife but no children, he must marry the widow to raise offspring for his brother.
Now there were seven brothers : the first married and died without children ; likewise the second and then the third married the widow, and so all seven died without leaving children. Finally the woman also died.  Well then, in the resurrection, this woman, of which of them shall she be the wife, since the seven had her as their wife ? »

Jesus answered them : « The children of this world take wives and husbands. But those who have been judged worthy to share in the world to come and in the resurrection from the dead take neither wife nor husband, for they can no longer die : they are like angels, they are children of God and children of the resurrection.
May the dead be raised, Moses himself makes this clear in the account of the burning bush, when he calls the Lord the God of Abraham, the God of Isaac, the God of Jacob. He is not the God of the dead, but of the living. For they all live for him.  » Then some of the scribes answered and said: « Teacher, you have spoken well. « And they no longer dared to ask him about anything.  (Lk 20, 27-40)

Evidence of the resurrection of the dead

 The sons of this century, the mortal men who live only for a time, marry and give their daughters in marriage, because it is necessary to do so to perpetuate their race. The expression this century is opposed to the century to come. Logically, the resurrection should be named before the coming century, into which it introduces man ; but for God, the two are but one and the same act of his grace and omnipotence. In speaking of those who will take part in the resurrection and in the age to come, Jesus had in mind only the children of God, those who will have been judged worthy or made worthy.

In the other world, marriage will no longer exist: the redeemed, being immortal, will no longer have to perpetuate their species, and will then be transformed into spiritual and celestial beings, like angels. The efficient cause of this transformation is the resurrection itself, by which God creates his children again in his image, so that the inner regeneration that takes place in them on earth will then comprise their whole being, spirit, soul and body : « May the God of peace himself sanctify you entirely, and may your whole being, spirit, soul and body, be preserved blameless at the coming of our Lord Jesus Christ! « (1 Thess 5, 3)

Moses himself, and not only the prophets, Moses, the only authority recognised by the Sadducees, signified that the dead are raised ; this took place through the name that God gave himself in his appearance to Moses near the burning bush : « And he added : I am the God of your father, the God of Abraham, the God of Isaac and the God of Jacob. Moses hid his face because he was afraid to look at God. « (Ex 3:6) Matthew reported that the crowd was struck by this profound interpretation of Scripture; and Luke said that even some of the scribes, more enlightened or more sincere than the others, felt compelled to approve of him; for, defeated by him, they no longer dared to ask him any insidious question.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christians websites

◊ Desiting God : Click here to read the paper →  Historical Evidence for the Resurrection
◊ Message by Pastor Eric Chang : Click here to read the paper → He is not God of the Dead but of the Living

By Michael Ots : « Is There Evidence for Life After Death ? (Resurrection of Jesus Christ) |

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants

Posté par diaconos le 21 novembre 2020

Les quinze versets sur la résurrection

# La croyance en la résurrection n’est pas partagée par tous les croyants du judaïsme à l’époque de Jésus. L’Évangile selon Matthieu témoigna de l’importance de cette question posée par le christianisme dans la communauté juive de Palestine et d’Asie Mineure. Cette question se trouve évoquée dans d’autres textes du Nouveau Testament, principalement les Épîtres de Paul et dans le livre des Actes des Apôtres. Dans les Actes des Apôtres, cette question, grâce à la résurrection de Jésus, fut un enjeu central de prédication auprès des Juifs. Des thèmes comme la vie éternelle, le salut ou le Royaume des cieux furent incompréhensibles sans que soit considéré le relèvement des morts tel que conçu par le christianisme. Plusieurs résurrections furent attribuées à Jésus : la fille de Jaïre, le fils d’une veuve éplorée, et son ami Lazare), le compte-rendu des tout débuts de l’Église qu’offrent les Actes témoigne de l’intérêt de la question du relèvement des morts. Deux résurrections succèdent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisé par l’apôtre Pierre 5 et celle d’Eutyche opéré par l’apôtre Paul6. Pour l’eschatologie chrétienne, à la fin des temps, la résurrection des morts aura lieu lorsque sera établi le Royaume de Dieu.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi.  Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. » Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. » Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.  (Lc 20, 27-40)

Preuve de la résurrection des morts

 Les fils de ce siècle, c’est-à-dire les hommes mortels qui ne vivent que pour un temps, se marient et donnent leurs filles en mariage, parce qu’il le faut pour perpétuer leur race. L’expression ce siècle est opposée au siècle à venir. Logiquement, la résurrection devrait être nommée avant le siècle à venir, dans lequel elle introduit l’homme ; mais pour Dieu, les deux ne sont qu’un même acte de sa grâce et de sa toute-puissance. En parlant de ceux qui auront part à la résurrection et au siècle à venir, Jésus n’eut en vue que les enfants de Dieu, ceux qui en auront été jugés dignes ou rendus dignes.

 Dans l’autre monde, le mariage n’existera plus : c’est qu’étant immortels, les rachetés n’auront plus à perpétuer leur espèce, c’est, ensuite, qu’ils seront transformés en des êtres spirituels et célestes, semblables aux anges. La cause efficiente de cette transformation, c’est la résurrection elle-même, par laquelle Dieu crée de nouveau ses enfants à son image, en sorte que la régénération intérieure qui a lieu en eux sur terre comprendra alors tout leur être, l’esprit, l’âme et le corps  : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » (1 Th 5, 23)

Moïse même, et non seulement les prophètes, Moïse, la seule autorité reconnue par les sadducéens, a signifié que les morts ressuscitent ; c’est ce qui eut lieu par le nom que Dieu se donna dans son apparition à Moise près du buisson ardent : « Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu. » (Ex 3, 6) Matthieu rapporta que la foule fut frappée de cette profonde interprétation de l’Écriture ; et Luc  affirma que même quelques-uns des scribes, plus éclairés ou plus sincères que les autres, se sentirent pressés de l’approuver ; car, vaincus par lui, ils n’osèrent plus lui adresser de question insidieuse.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Croire et lire : cliquez ici pour lire l »article  → Où sont les preuves de la résurrection ?

◊ Culture et foi   : cliquez ici pour lire l »article  → Une preuve de la Résurrection : le linceul de Turin

◊  KT 42  : cliquez ici pour lire l »article  → BD et méditation sur la résurrection : la femme aux sept maris

KTOTV : « La résurrection des morts »

 Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, Foi, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Aus dem Haus Gottes haben Sie eine Räuberhöhle gemacht.

Posté par diaconos le 20 novembre 2020

De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits. dans comportements 20201120-01

# Die Reinigung des Tempels (oder die Vertreibung der Händler aus dem Tempel) ist eine Perikope des Neuen Testaments, in der eine Handlung Jesu erzählt wird, der die Händler und Geldwechsler vertreibt, die in den Tempelbezirken Jerusalems tätig sind. Die Episode erscheint in den vier kanonischen Evangelien. Jesus und seine Jünger kamen zum Passahfest in Jerusalem an. Jesus beschuldigt die Kaufleute, den Tempel in eine Räuberhöhle zu verwandeln. Im Johannesevangelium bezeichnet Jesus den Tempel als « das Haus meines Vaters » und stellt sich so vielleicht als der Sohn Gottes dar. In den abrahamitischen Religionen ist es jedoch üblich, dass sich die Gläubigen auf « Gott den Vater » berufen. Das Johannes-Evangelium stellt den einzigen Fall dar, in dem Jesus körperliche Gewalt gegen Menschen anwendet. Der Bericht erscheint gegen Ende der synoptischen Evangelien (Markus 11,15-19, Matthäus 21,12-17 und Lukas 19,45-48) und gegen den Anfang des Evangeliums nach Johannes (Johannes 2,13-16). Einige Autoren meinen, dass es sich dabei um zwei getrennte Vorfälle handeln könnte, da das Johannes-Evangelium auch mehrere Berichte über das jüdische Passahfest enthält.

Ein ähnlicher Vorfall, der sich im Tempel ereignete, ist in der Zeit Nehemias zu finden, als Nehemia die Einrichtung des Ammoniten Tobija umstürzte, der in Zusammenarbeit mit dem Hohepriester Eljatschib die Vorratsräume des Tempels vermietet hatte, wobei er die Leviten ihrer Rationen beraubte, und den Enkel von Eljatschib, der die Tochter des Horoniten Sanballat geheiratet hatte, vertrieb.  Dem Historiker Simon Mimouni zufolge « findet Jesus, indem er die Errichtung des Tempels von Jerusalem durch seine Taten und Worte in Frage stellt, irgendwie die Linie der Auseinandersetzungen der Propheten mit dem Priestertum des Heiligtums wieder. « 9 Er fügt hinzu, dass « die Geste Jesu nicht ohne Erinnerung an Jeremias Beschimpfung des Tempels ist, den er zu zerstören droht.

Als Tempelreinigung bezeichnet man eine Geschichte aus dem LebenJesu, der zufolge er Händler und Geldwechsler aus dem erusalem Tempel vertrieb und dabei predigte, dass der Tempel als „Haus des Gebets“ dem Gottesdienst vorbehalten bleiben solle. Der Tempel ist als Gebäude und mit seinen damit verbundenen sakralen Handlungen Stättee des spirituallen Kontatess des Menschen mit dem transzendenten Gott  (JHWH). Von einer Tempelreinigung (auch: Tempelaustreibung) durch Jesus berichten alle vier kanonischen Evangelien (Mt 21, 22 ; MK 11, 15 ; Lk 19, 45 ; Jn 2, 13-16).  Bei Markus ist die Erzählung umrahmt von der Verfluchung des   Feigenbaums. Während die Synoptiker, also Matthäus, Markus und Lukas, diese biblische Erzählung jeweils an den Anfang der Leidensgeschichte stellen, findet man den Bericht von der Tempelreinigung im Johannesevangelium schon im 2. Kapitel als ein Ereignis in der Anfangszeit des öffentlichen Auftretens Jesu – anlässlich einesPassafestes.

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Lukas

Zu dieser Zeit, als Jesus den Tempel betrat, begann er, die Verkäufer zu vertreiben. Er sagte zu ihnen : « Es steht geschrieben: ‘Mein Haus soll ein Haus des Gebets sein. Aber Sie haben es in eine Räuberhöhle verwandelt.  » Und er war jeden Tag im Tempel und lehrte. Und die Hohenpriester und Schriftgelehrten und die Vornehmen suchten ihn zu töten, aber sie konnten nicht finden, was sie tun konnten; denn das ganze Volk hing an seinen Lippen und hörte ihm zu. «  (Lk 19, 45-48).

Verschwörung gegen Jesus

 Jeden Tag dieser letzten Woche; dann, als es Abend wurde, zog sich Jesus aus der Stadt zurück, entweder auf den Ölberg oder nach Bethanien. Lukas hatte so die jüdische Aristokratie mit den Priestern und Schriftgelehrten vereint, die bereits den Tod Jesu verordnet hatten und die nach Mitteln suchten, um ihren Zweck zu erfüllen : « Da versammelten sich die Hohenpriester und die Ältesten des Volkes im Hof des Hohenpriesters, der Kaiphas hieß, und überlegten, wie sie Jesus mit List verhaften und töten könnten. «  Jesus war so von der Menge umgeben, begierig, ihn zu hören, und beeindruckt von seinen Lehren, dass die Führer des Volkes aus Angst vor einem Aufruhr nicht wagten, etwas gegen ihn zu unternehmen.

Links zu anderen Websites von Christen

◊ Gloria TV : klicken Sie hier, um den Artikelzu lesen → Ihr habt aus dem Haus Gottes eine Räuberhöhle 

◊ Motu-proprio: Summorum-Pontificum : klicken Sie hier, um den Artikelzu lesen →   Mein Haus ist keine Räuberhöhle

Die Familien werden zerrissen und zerstört!

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits.

Posté par diaconos le 20 novembre 2020

De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits. dans comportements 20201120-01

# La purification du Temple (ou expulsion des marchands du Temple) est une péricope du Nouveau Testament, où est racontée une action de Jésus chassant les marchands et les changeurs qui opèrent dans l’enceinte du Temple de Jérusalem. L’épisode figure dans les quatre évangiles canoniques. Jésus et ses disciples sont arrivés à Jérusalem pour la Pâque. Jésus accuse les marchands de transformer le Temple en un repaire de voleurs Dans l’Évangile selon Jean, Jésus se réfère au Temple sous le nom de la « maison de mon Père » et ainsi se présente peut-être comme le Fils de Dieu. Cependant, il est commun, dans les religions abrahamiques, que les fidèles se réfèrent à « Dieu le Père ». L’Évangile selon Jean présente le seul cas où Jésus utilise la force physique contre des hommes. Le récit apparaît vers la fin des évangiles synoptiques (Marc 11, 15-19, Matthieu 21, 12-17 et Luc 19, 45-48) et vers le début de l’Évangile selon Jean (Jn 2, 13-16). Certains auteurs pensent qu’il pourrait s’agir de deux incidents distincts, étant donné que l’Évangile selon Jean comprend également plusieurs récits de la Pâque juive.

Un incident similaire ayant eu lieu dans le Temple peut être trouvé au temps de Néhémie, quand Néhémie renverse le mobilier de Tobija l’Ammonite, qui avait, avec la coopération d’Éliachib, le grand prêtre, loué les réserves du Temple, privant les Lévites des rations de leurs offrandes, et chassé le petit-fils d’Éliachib, qui avait épousé la fille de Sanballât le Horonite.  Selon l’historien Simon Mimouni, « en contestant l’institution du Temple de Jérusalem par ses actions et ses paroles, Jésus retrouve d’une certaine manière la ligne des altercations des prophètes avec le sacerdoce du sanctuaire9. » Il ajoute que « le geste de Jésus n’est pas sans rappeler les invectives de Jérémie à l’encontre du temple qu’il menace de destruction.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait : « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. » (Lc 19, 45-48)

Complot contre Jésus

 Chaque jour de cette dernière semaine ; puis, le soir venu, Jésus se retira hors de la ville, soit à la montagne des Oliviers, soit à Béthanie. Luc eut uni ainsi l’aristocratie juive aux sacrificateurs et aux scribes, qui eurent déjà décrété la mort de Jésus et qui cherchèrent les moyens de mettre à exécution leur dessein  : « Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe ; et ils délibérèrent sur les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir. » (Mt 26, 3-4) Jésus fut tellement entouré de la multitude, avide de l’entendre et impressionnée par ses enseignements, que les chefs du peuple, craignant une émeute, n’osèrent rien entreprendre contre lui.

Complément

Diaconos : cliquez ici pour lire l’article →  Jésus chasse les marchands du Temple

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits.

◊ Père Michel Quesnel : cliquez ici pour lire l’article →  De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits.

Paroisse saint Joseph (Martinique)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Enseignement, Méditation, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...34567...14
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS