• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 décembre 2020

Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi

Posté par diaconos le 8 décembre 2020

 Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi dans Foi ave0

# Avant d’être faite à Marie, l’Annonciation d’une grossesse miraculeuse fut faite à Sarah, épouse d’Abraham (Genèse 18, 9-15) ainsi qu’à la femme de Manoah, qui enfanta Samson (Juges 13, 2-7.24-25a). De même la cousine de Marie, Élisabeth fut enceinte malgré son âge avancé (Luc 1, 5-25 & 57-80). Cet événement biblique est célébré par les catholiques et les orthodoxes (l’Annonciation est une des Douze Grandes Fêtes). Célébré le 25 mars (neuf mois avant Noël) par la tradition chrétienne, l’anniversaire de l’Annonciation correspond aux anniversaires des morts d’Adam et de Jésus. Si le 25 mars est un dimanche, la fête est décalée au lundi 26. Et si le 25 mars tombe pendant la semaine sainte ou la semaine de Pâques (autrement dit si Pâques a lieu avant le 2 avril), alors l’Annonciation est décalée au deuxième lundi après Pâque. L’annonciation est un des mystères centraux du culte chrétien. C’est en effet le moment où le divin s’incarne en homme : l’angeGabriel annonce à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, et lui explique qu’elle portera un enfant en son sein tout en restant vierge. C’est l’origine de la croyance en une conception virginale qu’il ne faut pas confondre avec le dogme de l’immaculée conception qui est propre au catholicisme.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.  (Lc 1, 26-38)

Annonce de la naissance de Jésus

L’idée première du travail de Luc, apôtre de Jésus, et les circonstances dans lesquelles il l’entreprit. Le fondement historique de son récit : la source à laquelle puisèrent ses devanciers et à laquelle il se proposa de puiser lui-même. La méthode qu’il suivit : remonter à l’origine, exposer les faits d’une manière complète et suivie. Le but qu’il eut en vue : faire reconnaître à Théophile, à qui il dédia son livre, la certitude de l’Évangile et de la vérité chrétienne dans laquelle il fut instruit.

« Puisque plusieurs ont entrepris de composer un récit des faits qui ont été pleinement certifiés parmi nous » : cette admirable préface de Luc, si précise et si claire dans sa brièveté, si riche de pensées, du style classique le plus pur, et qui rappelle les prologues des grands historiens grecs (Hérodote, Thucydide, Polybe), nous apprend que l’évangéliste  eut plusieurs devanciers, que les faits rapportés par eux et dont il  entreprit à son tour le récit reposèrent sur le témoignage apostolique ; qu’il  mit une scrupuleuse exactitude à s’en assurer, enfin qu’il se proposa pour but de confirmer les enseignements reçus par Théophile, à qui il dédia son écrit.

Dès les premiers mots, il indiqua ce qui lui  inspira l’idée de son travail : ce fut le fait, bien connu alors, que plusieurs eurent déjà entrepris d’écrire des narrations semblables.

 

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux :  Fête de l’immaculée Conception de Marie (8 décembre)

Liens avec d’autres Web sites chrétiens

◊ Hozana : cliquez ici pour lire l’article → “Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi

« Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » – Lectio Divina

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Prières, Religion, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Hail to thee, full of grace, the Lord is with thee.

Posté par diaconos le 8 décembre 2020

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

Hail to thee, full of grace, the Lord is with thee. dans EnseignementAt that time, the angel Gabriel was sent by God to a city of Galilee called Nazareth, to a virgin girl, given in marriage to a man of the house of David, called Joseph ; and the girl’s name was Mary. And the angel came in to her and said : « Hail, O full of grace, the Lord is with thee. »

When she heard this, she was very upset and wondered what this greeting could mean. Then the angel said to her, « Do not be afraid, Mary, for you have found favour with God. Behold, you are about to conceive and bear a son, and you shall call his name Jesus.

He will be great and will be called Son of the Most High ; And the Lord God will give him the throne of David his father ; and he shall reign over the house of Jacob for ever, and his reign shall have no end. »
Mary said to the angel : « How can this be, since I know no man ? « 

The angel answered her : «  The Holy Spirit will come upon thee, and the power of the Most  » High will overshadow thee ; therefore he that is to be born shall be holy, and shall be called the Son of God. Now behold, Elizabeth, your relative, in her old age, has also conceived a son and is in her sixth month, when she was called the barren woman.

For nothing is impossible for God.  » Then Mary said : « Behold the handmaid of the Lord ; let all things be done to me according to thy word. Then the angel left her. »  (Lk 1, 26-38)

Announcement of the birth of Jesus

The original idea of the work of Luke, an apostle of Jesus, and the circumstances in which he undertook it. The historical foundation of his story : the source from which his predecessors drew and from which he proposed to draw himself. The method he followed: going back to the origin, presenting the facts in a complete and consistent manner. The aim he had in mind: to make Theophilus, to whom he dedicated his book, recognise the certainty of the Gospel and the Christian truth in which he was taught.

Since many have undertaken to compose an account of the facts which have been fully certified among us : This admirable preface by Luke, so precise and clear in its brevity, so rich in thought, in the purest classical style, and which recalls the prologues of the great Greek historians (Herodotus, Thucydides, Polybius), teaches us that the evangelist had several predecessors, that the facts reported by them and which he in turn undertook to recount were based on apostolic witness; that he was scrupulously accurate in ascertaining this, and that his aim was to confirm the teachings received by Theophilus, to whom he dedicated his writing.

From the very first words, he indicated what inspired the idea of his work : it was the fact, well known at the time, that many had already undertaken to write similar narratives.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ The Incarnation : click here to read the paper →    The Incarnation – Hail Mary full of grace, the Lord is which thee

◊The word among us : click here to read the paper →  Hail Mary, Full of Grace

Fr. John J. Raphael, SSJ : « Hail, full of grace, the Lord is with thee ! »

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Foi, Prières, Religion, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Troisième dimanche de l’Avent dans l’année B

Posté par diaconos le 8 décembre 2020

Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas

FR-Evangile-Illustre-2016-01-02.jpg

# Le Gaudete est le premier terme latin de l’introït du troisième dimanche de l’Avent. Ce mot, signifiant Réjouissez-vous (impératif, deuxième personne du pluriel), se distingue en raison d’une caractéristique particulière de ce dimanche dans la période de l’Avent. Celui-ci donnait naissance à de nombreuses œuvres. Le mot correspond au terme Laetare du quatrième dimanche de Carême mettant le même sens ainsi que la même fonction. En tant que pause au milieu de l’Avent, ce dimanche se distingue de sa caractéristique joyeuse. Il s’agit d’une anticipation partielle de Noël. Dans cette optique, d’une part, des vêtements et ornements roses au lieu des vêtements violets sont utilisés, exceptionnellement avant la Nativité. D’autre part, il est recommandable que, lors de la célébration, on joue l’orgue avec les pièces joyeuses. Ces moyens symbolisent et amplifient la célébration de ce dimanche.Depuis le Moyen Âge, le chant Gaudete a été si populaire qu’on l’a souvent exécuté en chœur, au lieu de la version originale, en monodie, de l’introïtgrégorien. D’ailleurs, la mélodie de ce dernier a été utilisée dans plusieurs messes parodies. Parmi elles, celle de Josquin des Prés a été faussement attribuée à Johannes Ockeghem. Mais sa publication à Venise en 1502 a bien été confirmée.

SOYEZ TOUJOURS DANS LA JOIE

 La joie, c’est quand un papa soulève son enfant au bout de ses bras et le reprend tout contre lui, quand les deux rient aux éclats et que leurs yeux brillants se mirent les uns dans les autres. La joie, c’est quand la fiancée repose tendrement dans les bras de son fiancé, en silence et en amour ;  c’est aussi quand les enfants reviennent de l’école et, tout en savourant une tartine et un verre de lait, racontent en toute confiance leur journée à leur maman qui les écoute avec amour.

 La joie, c’est quand, après avoir vécu une grande angoisse, nous retrouvons soudain la paix pour un nouveau départ. La joie encore, c’est quand notre cœur, las de tristesse et de douleur, trouve consolation et réconfort auprès de personnes que nous  aimons et qui nous aiment. Et encore la joie, quand nous  donnons un cadeau à un enfant ou à un plus pauvre que nous et que nous  voyons  leurs yeux briller.  Que c’est bon de  vivre de tels moments !

 S’il y a la joie des humains, il y a aussi celle de Dieu lui-même. Dieu, qui nous envoie son Fils pour nous sauver.  La joie de Dieu, c’est de nous accompagner sur tous nos chemins, qu’ils soient heureux ou malheureux, bons ou mauvais, et de ne jamais nous abandonner. La joie de Dieu, c’est de nous accueillir dans sa maison en tout temps et encore plus quand nous revenons de loin, de si loin parfois que nous l’avions presque oublié.

 La joie chrétienne repose principalement sur notre foi en notre Dieu qui nous aime et qui nous sauve à chaque instant. La joie chrétienne, c’est de savoir que Dieu habite au plus profond de notre cœur et que nous pouvons  lui parler où nous  voulons, quand nous le souhaitons, de ce que nous désirons… ; la joie chrétienne,  c’est de découvrir Jésus en chaque personne, même la pire… : « Au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas » ( Jn 1, 26b)

 Seigneur, aide-nous à te reconnaître là où tu te caches. Aide-nous Seigneur à ne pas passer à côté de ta présence cachée. Si vous découvrez Jésus caché, toujours présent, vous aurez découvert une source de joie que personne, ni rien, ne pourra vous ravir. Oser dire notre joie de la présence,  aujourd’hui,  du Christ parmi les hommes. Oserons-nous chercher des mots tout simples qui diront notre joie, notre foi, à notre entourage. Des mots qui sortent du cœur.

 Dans la deuxième lecture, l’apôtre Paul nous invite au calme et à la joie en toute occasion et pour nous aider, il nous suggère quelques-uns unes des attitudes utiles et nécessaires :  être heureux, prier avec constance, rendre grâce, être attentifs à choisir toujours ce qui est bon en évitant les tentations. Le Seigneur continue à nous aimer et, s’il nous trouve en ces attitudes, il pourra nous sanctifier complètement, il pourra nous remplir la vie de son Saint Esprit. Alors, nous aussi nous pourrons dire avec Jésus : « L’Esprit du Seigneur est sur moi… il m’a envoyé pour porter la bonne nouvelle aux pauvres… !  » Is (61,1)

 Partageons aujourd’hui la joie des pauvres du Seigneur et que  le Dieu de l’espérance vous donne joie et paix dans la foi . (Rm 15, 13) Allons à la rencontre de l’autre et ouvrons les yeux à sa lumière : en effet, au milieu de nous, se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas. Qui est-il ?

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Diocèse de Toulouse : cliquez ici pour lire l’article → Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas.

◊ Léon Paillot: cliquez ici pour lire l’article →  Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas

Père Nicolas Bossu : « Invitation à la Lectio Divina »

 Image de prévisualisation YouTube

» (Jn 1, 6-8.19-28)

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS