• Accueil
  • > Archives pour décembre 2020

Prayer in Trial (Psalm of David)

Posté par diaconos le 26 décembre 2020

Into your hands Lord, I commend my spirit

Prayer in Trial (Psalm of David) dans Foi

# In Christianity: this Psalm is associated with repentance and forgiveness of faults committed. It is often associated with King David’s adultery with Batsheba. At the same time, we see links with the confession of sins which is taught in some New Testament texts. Among others, James 5:16 and 1 John 1:8-10. The reading and mediation of this psalm is encouraged when we have sinned, as it is of striking relevance in this time of epidemic. David’s words then become the words that God’s Spirit deposits in our repentant hearts that want to remain in communion with him without trying to hide our faults that he knows. The joy of salvation is renewed for us thanks to God’s forgiveness. The confession of our sin transforms us. God knows our faults, but he invites us to acknowledge them before him because it is we who will benefit from the joy of being forgiven. Among Catholics: since the High Middle Ages, in monasteries, this psalm was traditionally recited or sung on Sunday mornings5 , according to the distribution of St. Benedict of Nursia6,7. With regard to the Liturgy of the Hours, Psalm 31 is sung or recited at Vespers on the Thursday of the first week.

Prayer in the ordeal in this time of epidemic

(31:2) O LORD, I take refuge in thee: let me never be put to shame. Deliver me in thy righteousness !  Bow down thine ear to me, hasten to help me. Be to me a protective rock, a stronghold, where I find salvation.  (31:4) For thou art my rock, my fortress; and for thy name’s sake thou shalt lead me, thou shalt direct me.  (31:5) Thou shalt bring me forth out of the net that they have laid for me; for thou art my protector.
(31:6) I commit my spirit into thy hand: thou shalt deliver me, O LORD God of truth. (31:7) I hate them that cleave unto vain idols; and I trust in the LORD.  (31:8) I will be glad and rejoice in thy grace: for thou hast seen my affliction, and known the distresses of my soul,  31:9) And thou shalt not deliver me into the hand of the enemy Thou shalt put my feet into the open sea.  (31:10) Have mercy upon me, O LORD, for I am in trouble: my face, and my soul, and my body, are worn out with grief. (31:11) My life is consumed in sorrow, and my years in sighing: my strength is spent because of my iniquity, and my bones wither.  All mine adversaries have brought shame upon me, and great shame upon mine neighbours, and terror upon my friends: they that see me outward flee from me. (31:13) I am forgotten out of hearts as a dead man, I am as a broken vessel.  (31:14) I have heard the evil words of many, and the terror that is round about them, when they conspire together against me: they plot to take my life.  (31:15) But I trust in thee, O LORD. I say, Thou art my God ! (31:16) My destiny is in thy hand; deliver me from mine enemies and persecutors ! Make thy face to shine upon thy servant; Save me by thy grace. (31:18) O LORD, let me not be confounded when I call upon thee. Let the wicked be put to shame: let them go down to Sheol in silence.  (31:19) Let their lying lips be dumb, that speak boldly against the righteous, with arrogance and contempt. O how great is thy lovingkindness, which thou hast reserved for them that fear thee, that thou bearest witness to them that seek refuge in thee, when thou seest the children of men !  (31:21) Thou protectest them in the shelter of thy countenance from them that persecute them; thou protectest them in thy tent from the tongues that attack them. 21 Blessed be the LORD. For he has shewed his mercy upon me, as though I had been in a fortified city. 22 I said in my haste, « I am driven out of your sight. But thou heardest the voice of my supplications, when I cried unto thee. 23 Love the LORD, all you godly men. The LORD preserveth the faithful, And punisheth the proud with a severe punishment. 24 Be strong, and let your heart be established, all you who hope in the LORD. (Ps 31, 2-25)

 Sadness turned to joy

 We find in this psalm an example of the power of prayer to change sadness into joyful trust in the heart of the believer, even before the external circumstances from which he suffers are changed. This result does not occur without a spiritual struggle which is reflected in the very distinct changes of tone of the psalm.

Already in the first part, the supplicant strives, while praying, to believe in the sure help of the Lord. Then sadness grips him as he exposes to God the miserable state his enemies have reduced him to (verses 10 to 14). But when he has entrusted everything to the Lord, the prayer of faith becomes victorious (verses 15 to 19). Therefore the last part of the psalm is nothing more than thanksgiving (verses 20 to 25).

The moment in David’s life when the lament in verses 10 to 14 seems most appropriate is when he was about to flee Saul’s court for good. He has been suffering for a long time already (verses 10 and 11); the malice against him has become general; they flee from him, they plot against him (verses 12 to 14), all that remains is for him to throw himself alone into the unknown, but he knows that having the Lord with him, he is as in a fortified city (verse 22).

The last word that Jesus spoke on the cross is taken from Psalm 31:6. God is truly our rampart (verse 5) only if we hand over to him that which is most intimate in us, the spirit, which is his own breath : « Then the Lord God fashioned man from the dust of the ground, and breathed into his nostrils the breath of life, and man became a living creature » (Psalm 31:6). « (Gen 2:7).

David surrendered his spirit to God to escape death. Jesus gave it to him to be kept in death itself : « Jesus cried out with a loud voice, ‘Father, into your hands I commend my spirit. And when he had said this, he breathed his last. » (Lk 23:46)

Based on past deliverances, David saw the deliverance to come as already accomplished, for God, in whom all things are truth and faithfulness, cannot deceive him. Deceitful vanities are idols, the opposite of the God of truth : « I hear the cry of the daughter of my people from a far country : Is the Lord no longer in Zion ? Is her king no longer in her? Why have they offended me with their idols, these foreign vanities?  « (Jer 8, 19)

David did not pity, but despised those who, knowing the LORD, forsook him for what was a lie.  And David’s faith grew stronger and stronger; he saw himself delivered and went on his way without making any false move : « He restoreth my soul; he leadeth me in the paths of righteousness for his name’s sake. « (Ps 23, 3).

David could only rejoice in God by looking away from his sad state. He thought, after looking him in the face in the presence of God, that his faith had won a complete victory. When David appealed to God’s righteousness and called himself righteous, he had no illusions about his state before God. The accusations of his enemies were false, but the Lord had the right to accuse him.

His cause was so decried that people were ashamed of having had any connection with him, that his friends trembled at being confused with him, and those who saw him from afar hastened away.

There is nothing more difficult, when we see that our faith is being mocked by everyone, than to address our words to God alone and stop at the testimony of our conscience that he is our God (Calvin).

The psalmist, like the Christian, rejoices even in afflictions, for it is then that the hidden treasure of God’s goodness is revealed to him in response to his prayer. That you keep in reserve under the veil of adversity, to unfold it at the right time and publicly (in the sight of the sons of men) to those who know how to believe in spite of everything.

The whole story of David was in these words. This goodness of God was the hidden manna of which he spoke : « He that hath an ear, let him hear what the Spirit saith unto the churches, To him that overcometh will I give of the hidden manna, and I will give him a white stone; and upon that stone is written a new name, which no man knoweth but he that receiveth it. « (Rev 2:17)

What machinations could still harm those towards whom the LORD stooped down his face with kindness? The final thanksgiving and at the same time the entire psalm led to an exhortation addressed to all the faithful.

Deacon Michel Houyoux→

Links to other Christian websites

◊ Word Sunday : click here to read the paper →  Sadness Turned To Joy – word-sunday.com

◊ Word of Inspiration : click here to read the paper  → Sadness Will Be Turned to Joy

Jesse Barrington : « Sorrow Turned Into Joy »-

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Prières, Psaumes, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Prière dans l’épreuve (Psaume de David)

Posté par diaconos le 26 décembre 2020

 Entre tes mains Seigneur, je remets mon esprit

Père entre tes mains je remets mon Esprit

# Dans le christianisme : ce Psaume est associé à la repentance et au pardon des fautes commises. Il est souvent associé avec l’adultère du roi David avec Batsheba. Parallèlement, nous y voyons des liens avec la confession des péchés qui est enseignée dans certains textes du Nouveau Testament. Entre autres, Jacques 5.16 et 1 Jean 1,8-10. La lecture et la médiation de ce psaume est encouragée lorsque nous avons péché,car il est d’une pertinence frappante en ce teps d’épidémie. Les mots de David deviennent alors les mots que l’Esprit de Dieu dépose dans nos cœurs repentants qui veulent rester en communion avec lui sans essayer de cacher nos fautes qu’il connaît. La joie du salut est renouvelée pour nous grâce au pardon de Dieu. La confession de notre péché nous transforme nous-mêmes. Dieu connaît nos fautes, mais il nous invite à les reconnaître devant lui car c’est nous qui allons bénéficier de la joie d’être pardonnés. Chez les catholiques : depuis le haut Moyen Âge, auprès des monastères, ce psaume était traditionnellement récité ou chanté aux matines du dimanche5, selon la distribution de saint Benoît de Nursie6,7. Au regard de la liturgie des Heures, le psaume 31 est chanté ou récité aux vêpres du jeudi de la première semaine.

Prière dans l’épreuve en ce temps d’épidémie

(31:2) Éternel ! je cherche en toi mon refuge: Que jamais je ne sois confondu ! Délivre-moi dans ta justice !

 (31:3) Incline vers moi ton oreille, hâte-toi de me secourir ! Sois pour moi un rocher protecteur, une forteresse, Où je trouve mon salut !

 (31:4) Car tu es mon rocher, ma forteresse ; Et à cause de ton nom tu me conduiras, tu me dirigeras.

 (31:5) Tu me feras sortir du filet qu’ils m’ont tendu ; Car tu es mon protecteur.

 (31:6) Je remets mon esprit entre tes mains; Tu me délivreras, Éternel, Dieu de vérité !

 (31:7) Je hais ceux qui s’attachent à de vaines idoles, Et je me confie en l’Éternel.

 (31:8) Je serai par ta grâce dans l’allégresse et dans la joie ; Car tu vois ma misère, tu sais les angoisses de mon âme,

 31:9) Et tu ne me livreras pas aux mains de l’ennemi, Tu mettras mes pieds au large.

 (31:10) Aie pitié de moi, Éternel ! car je suis dans la détresse ; J’ai le visage, l’âme et le corps usés par le chagrin.

(31:11) Ma vie se consume dans la douleur, Et mes années dans les soupirs ; Ma force est épuisée à cause de mon iniquité, Et mes os dépérissent.

 (31:12) Tous mes adversaires m’ont rendu un objet d’opprobre, De grand opprobre pour mes voisins, et de terreur pour mes amis; Ceux qui me voient dehors s’enfuient loin de moi.

(31:13) Je suis oublié des cœurs comme un mort, Je suis comme un vase brisé.

 (31:14) J’apprends les mauvais propos de plusieurs, L’épouvante qui règne à l’entour, Quand ils se concertent ensemble contre moi: Ils complotent de m’ôter la vie.

 (31:15) Mais en toi je me confie, ô Éternel ! Je dis : Tu es mon Dieu !

 (31:16) Mes destinées sont dans ta main ; Délivre-moi de mes ennemis et de mes persécuteurs !

 (31:17) Fais luire ta face sur ton serviteur, Sauve-moi par ta grâce !

(31:18) Éternel, que je ne sois pas confondu quand je t’invoque. Que les méchants soient confondus, Qu’ils descendent en silence au séjour des morts !

 (31:19) Qu’elles deviennent muettes, les lèvres menteuses, Qui parlent avec audace contre le juste, Avec arrogance et dédain !

(31:20) Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, A la vue des fils de l’homme !

 (31:21) Tu les protèges sous l’abri de ta face contre ceux qui les persécutent, Tu les protèges dans ta tente contre les langues qui les attaquent.

21 (31:22) Béni soit l’Éternel! Car il a signalé sa grâce envers moi, Comme si j’avais été dans une ville forte.

22 (31:23) Je disais dans ma précipitation: Je suis chassé loin de ton regard! Mais tu as entendu la voix de mes supplications, Quand j’ai crié vers toi.

23 (31:24) Aimez l’Éternel, vous qui avez de la piété! L’Éternel garde les fidèles, Et il punit sévèrement les orgueilleux.

24 (31:25) Fortifiez-vous et que votre cœur s’affermisse, Vous tous qui espérez en l’Éternel ! (Ps 31, 2-25)

Tristesse changée en joie

 Nous trouvons dans ce psaume un exemple de la puissance de la prière, pour changer dans le cœur du croyant la tristesse en joyeuse confiance, avant même que les circonstances extérieures dont il souffre soient modifiées. Ce résultat ne se produit pas sans une lutte spirituelle qui se reflète dans les changements de ton très distincts du psaume.

Déjà dans la première partie, le suppliant s’efforce, tout en priant, de croire au secours certain de l’Éternel. Puis la tristesse le saisit. à mesure qu’il expose à Dieu le misérable état où l’ont réduit ses ennemis (versets 10 à 14). Mais quand il a tout confié à l’Éternel, la prière de la foi devient victorieuse (versets 15 à 19). Aussi la dernière partie du psaume n’est-elle plus qu’une action de grâces (versets 20 à 25).

Le moment de la vie de David auquel nous semble convenir le mieux la complainte des versets 10 à 14 est celui où il était sur le point de fuir définitivement la cour de Saül. Il y a longtemps déjà qu’il souffre (versets 10 et 11) ; la malveillance à son égard est devenue générale on le fuit, on complote contre lui (versets 12 à 14), il ne lui reste plus qu’à se jeter seul dans l’inconnu, mais il sait qu’ayant l’Éternel avec lui, il est comme dans une ville forte (verset 22).

La dernière parole que Jésus prononça sur la croix est tirée de Psaumes 31.6. Dieu n’est vraiment notre rempart (verset 5) que si nous lui remettons ce qu’il y a de plus intime en nous, cet esprit, qui est son propre souffle: « Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2, 7)

David remit à Dieu son esprit, pour échapper à la mort. Jésus le lui remit pour être gardé dans la mort même : « Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. » (Lc 23, 46)

Fondé sur les délivrances passées, David envisagea la délivrance à venir comme déjà accomplie, car Dieu, en qui tout est vérité et fidélité, ne saurait le tromper. Les vanités trompeuses sont les idoles, le contraire du Dieu de vérité : « J’entends la plainte de la fille de mon peuple depuis un pays lointain : le Seigneur n’est-il plus en Sion ? Son roi n’est-il plus en elle ? Pourquoi m’ont-ils offensé avec leurs idoles, ces vanités étrangères ?  » (Jr 8, 19)

David ne plaignit pas, il dédaigna ceux qui, connaissant l’Éternel, l’abandonnèrent pour ce qui ne fut que mensonge. La foi de David s’affermit de plus en plus ; il se vit délivré et cheminant sans risquer de faire de faux pas : « Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. » (Ps 23, 3)

David ne put se réjouir en Dieu qu’en détournant son regard de son triste état. Il y pensa après l’avoir envisagé en face en présence de Dieu, que sa foi remporta une victoire complète. Lorsque David en appelle à la justice de Dieu et se dit lui-même juste, il ne se fit néanmoins pas d’illusion sur son état devant Dieu. Les accusations de ses ennemis furent fausses, mais l’Éternel eut le droit de l’accuser.

Sa cause fut tellement décriée que l’on eut honte d’avoir été en relation avec lui, que ses amis tremblèrent d’être confondus avec lui et que ceux qui l’aperçurent de loin se hâtèrent de s’éloigner.

Il n’y a rien de plus difficile, quand nous voyons que tout le monde se moque de notre foi, que d’adresser nos propos à Dieu seul et nous arrêter à ce témoignage que notre conscience nous rend qu’il est notre Dieu (Calvin)

Le psalmiste, comme le chrétien, se réjouit même dans les afflictions, car c’est alors que le trésor caché de la bonté de Dieu lui est révélé, en réponse à sa prière. Que tu tins en réserve sous le voile de l’adversité, pour la déployer au moment opportun et publiquement (à la vue des fils des hommes) envers ceux qui surent croire malgré tout.

Toute l’histoire de David fut dans ces paroles. Cette bonté de Dieu fut la manne cachée dont parla : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises : À celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit. » (Ap 2, 17)

Quelles machinations purent encore nuire, à ceux vers lesquels l’Éternel abaissa sa face avec bienveillance ? L’action de grâces finale et en même temps le psaume entier aboutirent à une exhortation adressée à tous les fidèles.

Diacre Michel Houyoux

 Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Voici que je contemple les cieux ouverts (Ac 6, 8-10; 7, 54-60)

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Persécutions encourues

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Croire -La Croix : cliquez ici pour lire l’article →   Prières pour les moments difficiles

◊ Le salon beige : cliquez ici pour lire l’article →    Les psaumes : une prière adaptée à ce temps d’épidémie

Jérémy Sourdril : « Détresses, persécutions, abattement – Prières inspirées « 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Prières, Psaumes, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Persécutions encourues

Posté par diaconos le 25 décembre 2020

Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père

L’image contient peut-être : une personne ou plus

# Le Saint-Esprit est la troisième entité de la Trinité dans le christianisme. Le Nouveau Testament1 suggère que l’Esprit saint soit une personne différente du Père et du Fils, et formant avec eux un seul Dieu, mais le dogme de la Trinité a été formulé lors du premier concile de Nicée. Cette interprétation repose sur l’usage dans la Bible hébraïque et les écrits juifs du terme ruach ha-kodesh pour désigner l’esprit de YHWH. Le Saint-Esprit dans le judaïsme se réfère généralement à l’aspect divin de la prophétie et de la sagesse. Il se réfère également à la force divine, à la qualité et à l’influence du Dieu sur l’univers ou sur ses créatures, dans des contextes donnés[réf. nécessaire]. L’Esprit saint est un terme qui apparaît, via le syriaque, aussi dans les écrits pré-islamiques et dans le Coran (arabe : ruh al-qudus). Ce terme est polysémique, celui-ci a été identifié, a posteriori, par les commentateurs à l’ange Gabriel. Le mot Esprit traduit dans le Nouveau Testament le mot grec Pneuma (littéralement Souffle). C’est pourquoi l’étude du Saint-Esprit est appelée la pneumatologie. L’objectif principal de l’œuvre du Saint-Esprit dans la Bible est la communication de la paix dans et à travers la vie de l’être humain, homme et femme.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. » (Mt 10, 17-22)

Persécutions encourues

 Voici tous les pouvoirs du monde ligués contre la vérité et ses témoins : d’abord, les tribunaux civils ou criminels, qui firent de la conviction religieuse un délit ; puis les synagogues, pouvoir spirituel, exerçant la discipline à sa manière : « Et je dis: Seigneur, ils savent eux-mêmes que je faisais mettre en prison et battre de verges dans les synagogues ceux qui croyaient en toi (Ac 22, 19), puis les gouverneurs de provinces, proconsuls, procurateurs, auxquels les principaux des Juifs ou les émeutes populaires livreront les disciples de Jésus ; enfin, les rois, les Hérode les empereurs romains. Toutes ces persécutions auront lieu à cause de moi, ajoute Jésus dans le sentiment de sa royauté divine et de la vie nouvelle qu’il apportait au monde.

Et toutes ces souffrances endurées pour lui furent un témoignage de qui ? De lui-même, de sa vérité, de son œuvre. Pour qui ? Le pour les autorités que Jésus nomma, avant tout les Juifs, les premiers instigateurs des persécutions, puis les païens :  » Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. » (Mt 24, 14

Ce témoignage puissant fut destiné à produire la conviction chez plusieurs (selon l’interprétation de Chrysostome), mais pour d’autres, il aggrava leur jugement. Ces paroles prophétiques dépassèrent l’horizon de cette première mission des  apôtres mais il ne fut pas nécessaire d’en conclure, avec une certaine critique, que Matthieu les plaça ici par anticipation.

En plusieurs paraboles et dans d’autres discours, Jésus montra qu’il connut les destinées de son règne ; puis les gouverneurs de provinces, proconsuls, procurateurs, auxquels les principaux des Juifs ou les émeutes populaires livrèrent les disciples de Jésus ; enfin, les rois, les Hérode les empereurs romains.

Ces paroles prophétiques dépassèrent l’horizon de cette première mission des apôtres mais il ne fut  pas nécessaire d’en conclure, avec une certaine critique, que Matthieu les  plaça ici par anticipation. En plusieurs paraboles et dans d’autres discours, Jésus  montra qu’il connut les destinées de son règne.

« C’est l’Esprit de votre Père qui parle en vous. » : motif puissant de consolation et d’assurance au sein de difficultés et de dangers dont la seule pensée aurait accablé l’âme des disciples. Ces deux choses dont s’inquiétèrent les disciples : comment ils parlèrent ou ce qu’ils dirent ; le quoi leur fut donné à l’heure même et alors ils ne furent plus embarrassés du comment, même pour des hommes illettrés, le fond emporta la forme.

 Ce ne fit pas à eux que fut laissé le soin de proclamer et de détendre la vérité divine ; l’Esprit de lumière et de vie s’en chargea : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. (Jn 14, 16-17)

Les apôtres n’eurent pas à souffrir dans leur propre famille, parmi leurs proches parents, se trouvèrent des ennemis pour les livrer. Telle fut la puissance absolue du christianisme, qu’il durent dominer et transformer tous les rapports naturels de la famille, soit par l’amour qu’il inspira aux croyants, soit par la haine qu’il excita dans les incrédules.

L’histoire de l’Église et l’expérience de tous les temps justifient pleinement cette prédiction. Être haïs de tous est une expression hyperbolique destinée à montrer l’universalité de cette inimitié naturelle du cœur de l’homme contre le nom de Jésus. C’est que ce nom ne révèle tous les trésors de la miséricorde divine qu’après avoir convaincu l’homme de péché. Avec quelle tristesse Jésus dut prononcer ces paroles !

Mais voici la consolation des siens, le motif de leur persévérance jusqu’à la fin : être sauvés, ne pas périr avec le monde. Qu’est-ce que la fin ? Pour tout chrétien, c’est le jour de sa mort ; pour l’Église, c’est le retour du Christ.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici, pour lire l’article → La mort du diacre Étienne (Ac 7, 55-60)

Liens avec d’autre sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici, pour lire l’article →  Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père

◊ Diacre Jean)Yves Fortin  « Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père

Saint Etienne, le premier martyr (+35), par Arnaud Dumouch

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Diaconat (évènements), Diacres, Enseignement, fêtes religieuses, Histoire, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Feast of Christ’s nativity

Posté par diaconos le 25 décembre 2020

https://images.sudouest.fr/2017/12/21/5a38ffd666a4bd312062c7a8/widescreen/1000x500/le-recit-reel-de-la.jpg

The Word became flesh, he dwelt among us.

# The Incarnation : God incarnated in one man, Jesus Christ, in Bethlehem. The Christian tradition that emerged from the Council of Chalcedon sees it as the perfect and unmistakable union of the divine nature of the Person of the Word and the human nature of the Virgin Mary. Jesus is defined as a true man and the true Word of God whose divine will is common with that of God the Father. The Orthodox Church confesses that through the Incarnation, Christ assumed human nature in its entirety, making Himself equal to men in truth while retaining His divine nature. Luther wrote: « We also teach that God the Son became man, born of the pure Virgin Mary, and that the two natures, divine and human, inseparably united in one person, constitute one Christ, who is true God and true man. The Christological controversies that stirred Christianity in the 5th century concerned the nature of this Incarnation of the Word. Some Christian currents of the first centuries considered that the Incarnation of the Word did not take place until John the Baptist’s baptism in the Jordan River. The concept of the Incarnation is considered a mystery.

From the Gospel according to Saint John

In those days, an edict of the Emperor Augustus appeared, ordering a census of the whole land – the first census took place when Quirinius was governor of Syria. And everyone was to be registered in his home town. Joseph, too, left the city of Nazareth in Galilee and went up to Judea, to the city of David called Bethlehem, because he was of the house and descent of David. He came to register with Mary, his wife, who was pregnant. Now while they were there, the days came that she should bear children. And she brought forth her firstborn son, and wrapped him in swaddling clothes and laid him in a manger, for there was no room for them in the common room.

Nearby there were shepherds who spent the night in the fields to tend their flocks. The angel of the Lord came near, and the glory of the Lord shone around them. They were greatly afraid, but the angel said to them, « Do not be afraid, for behold, I have come to bring you good news of great joy for all the people: Today a Saviour is born to you in the city of David. He is the Messiah, the Lord. And this is the sign given to you: you will find a newborn baby wrapped in swaddling clothes and lying in a manger. And suddenly there was with the angel an innumerable heavenly host praising God, saying: « Glory be to God in the highest, and peace on earth to his beloved on earth ». (Jn 1:1-18)

The Word has been made flesh

Lord, today you come into this world, you make yourself present in my life. Open my heart to receive your graces. Jesus, allow me to live this Christmas by taking the example of Mary in Bethlehem. May my heart be filled with the mystery we celebrate today: God becomes man!

Today, the Saviour has come into the world. Here is the good news on Christmas Eve. Like every Christmas, Jesus comes into the world again, in every home, in our hearts, but unlike the way our consumer society commemorates this holiday, Jesus does not come into the world in an environment of opulence, shopping, luxury, whimsy, and great food. Jesus comes into the world in the simplicity of a gate and a manger.

And so it was, because he was rejected by men, no one wanted to welcome them, neither in the houses nor in the inns. Mary and Joseph, as well as baby Jesus, felt what rejection, lack of generosity and solidarity meant. Shortly afterwards, with the announcement of the Angel: « Do not be afraid, for behold, I have come to bring you good news, great joy for all the people » (Lk 2:10), they all ran to adore the Son of God.

It is a bit like our society that marginalises and rejects people because they are poor, foreign or simply different and then celebrates Christmas talking about peace, solidarity and love on this day we Christians are filled with joy, and rightly so. As St. Leo the Great said: « Sadness is not to be found on this day when life is born ». But we cannot forget that this birth requires a compromise on our part: that of living Christmas in a way that is as close as possible to that lived by the Holy Family.

In other words, without ostentation, without unnecessary expenses, without throwing money out of the window. Celebrating and celebrating is perfectly compatible with austerity as well as poverty. On the other hand, if during these days we do not feel solidarity with those who are rejected, foreigners, the homeless, it means that deep down we are like the inhabitants of Bethlehem: we do not welcome the baby Jesus.

Jesus, show me the path of life. Teach me to know and contemplate you, to look at your face and let myself be transformed by your gaze. You have become one of us, one of us, to make yourself present in each of our lives: blessed are you!

 +MARIE LANDRY FATHERS C+SPRINGS

Comments

◊ Deacon Michel Houyoux  : clik here to tead the paper : Today you are born a Saviour

Christmas Day Holy Mass from the National ShrineDay Holy Mass from the National Shrine

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

1...34567...23
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS