Troisième dimanche du Carême – Année B

Posté par diaconos le 7 mars 2021

Fichier:Jésus chassant les marchands du temple.JPG
# Pour cette fête, ils étaient environ de 300 000 à 400 000 pèlerins. Jésus visita le Temple de Jérusalem, où la cour était remplie de bétail et de tables de changeurs, qui changeait l’argent standard grec et romain en argent juif et tyrien, étant les deux seules monnaies acceptées à l’intérieur du Temple, permettant l’achat d’animaux sacrificiels. Le nouveau Testament, raconte une action de Jésus chassant les marchands et les changeurs qui opérèrent dans l’enceinte du Temple de Jérusalem. Jésus et ses disciples étant arrivés à Jérusalem pour la Pâque.
x
xJésus accusa les marchands de transformer le Temple en un repaire de voleurs. Dans l’Évangile selon Jean, Jésus se référa au Temple sous le nom de la maison de mon Père et ainsi se présenta comme le Fils de Dieu. Dans les religions abrahamiques, les fidèles se réfèrent à Dieu le Père. L’Évangile selon Jean présente le seul cas où Jésus utilisa la force physique contre des hommes. Le récit apparaît vers la fin des évangiles synoptiques (Marc 11, 15-19, Matthieu 21, 12-17 et Luc 19, 45-48) et vers le début de l’Évangile selon Jean (Jn 2, 13-16). Certains auteurs pensèrent qu’il s’agirait de deux incidents distincts, étant donné que l’Évangile selon Jean comprend également plusieurs récits de la Pâque juive.
lwf0003web.gif
x

Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de traficx

Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèveraix

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes: «Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic». Ses disciples se rappelèrent cette parole de l’Écriture: L’amour de ta maison fera mon tourment.

xLes Juifs l’interpellèrent: «Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là?». Jésus leur répondit: «Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai». Les Juifs lui répliquèrent: «Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais!». Mais le Temple dont il parlait, c’était son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela; ils crurent aux prophéties de l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

x
Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu’il accomplissait. Mais Jésus n’avait pas confiance en eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme: il connaissait par lui-même ce qu’il y a dans l’homme.
x
Seigneur Jésus, Je t’offre mes mains pour faire ton travail, Je t’offre mes pieds pour suivre ton chemin, Je t’offre mes yeux pour voir comme toi, Je t’offre ma langue pour dire tes paroles, Je t’offre mon intelligence pour que tu penses en moi. Je t’offre mon esprit pour que tu pries en moi. Surtout je t’offre mon cœur pour qu’en moi tu aimes le Père et tous les hommes. Je t’offre tout ce que je suis pour que tu grandisses en moi, Que ce soit toi le Christ, qui vives, travailles et pries en moi. Seigneur Jésus, viens faire de moi une demeure digne de ta présence !
Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Jésus chasse les marchands du Temple

Aujourd’hui alors que la Pâque est déjà proche, un fait insolite est survenu dans le temple. Jésus a jeté dehors le troupeau des marchands, il a renversé les tables des changeurs et a dit aux vendeurs de colombes: «Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic» (Jn 2, 16). Et pendant que les veaux courraient sur l’esplanade, les disciples ont découvert une facette de l’âme de Jésus: le zèle pour la maison de son Père, le zèle pour le temple de Dieu.

Le temple de Dieu converti en marché: quelle énormité! Cela avait dû commencer petitement. Un jeune berger qui montait vendre un agneau, une petite vieille qui voulait gagner quelques sous en vendant des pigeons…, et l’affaire grossit petit-à-petit. Au point que l’auteur du Cantique des cantiques s’exclamait: «Chassez les renards, les petits renards qui dévastent les vignes» (Cant 2,15). Mais qui lui prêtait attention? L’esplanade du temple était comme un marché un jour de foire.
x
—Moi aussi je suis temple de Dieu. Si je ne fais pas attention aux petits renards, l’orgueil, la paresse, la gourmandise, la jalousie, l’avarice, tous ces vêtements de l’égoïsme, se glissent à l’intérieur et abîment tout. Voilà pourquoi le Seigneur nous avertit: «Ce que je vous dis, je le dis à tous: Veillez !» (Mc 13, 37). Veillons, pour que le laisser-aller n’envahisse pas notre conscience! «L’incapacité de reconnaître sa faute est la forme la plus dangereuse de cécité spirituelle que l’on puisse imaginer, car elle rend les personnes incapables de s’améliorer» (Benoit XVI).
x
  Veiller ? J’essaie de le faire chaque soir. Ai-je offensé quelqu’un? Mes intentions sont-elles droites? Suis-je disposé à accomplir toujours et en tout la volonté de Dieu ? Ai-je admis une inclination qui déplaît au Seigneur? Mais, à ces heures-là, je suis fatigué et le sommeil me vainc. Jésus, toi qui me connais à fond, tu sais très bien ce qu’il y a dans le cœur de chaque homme, fais-moi connaître mes fautes, donne-moi la force et un peu de ton zèle pour rejeter du temple tout ce qui m’écarte de toi.
Seigneur Jésus, me voici devant toi tel que je suis. Je veux te recevoir chaque jour plus pleinement en moi afin que tu puisses venir y faire ta demeure. Viens transformer mon cœur en une demeure digne de ta présence. Viens chasser de mon âme tout le trafic et le commerce de mon péché. Tu as offert ta vie pour moi pour me sauver. Merci de m’avoir tant aimé ! Aide-moi à répondre plus fidèlement à ton amour. Viens guérir ce qu’il y a de faible et de blessé en moi durant ce temps de Carême. Au cours de notre journée, mettons en pratique une des trois œuvres du Carême : le jeûne, la prière ou l’aumône afin de nous laisser façonner par la grâce du Seigneur.
x
x

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Troisième dimanche du Carême de l’année Bx

  LA PEUR dans ta vie : Le véritable ennemi de l’Église ! -

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS