Vendredi de la troisième Semaine de Carême

Posté par diaconos le 12 mars 2021

Le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur : tu l’aimeras

Ecoute ....Tu aimeras...

# Pour l »Église catholique le Décalogue nous permet de construire une vie libérée de l’esclavage, selon le précepte fondamental de l’amour de Dieu et du prochain. Le théologien et exégète Paul Beauchamp note que le Décalogue accorde une grande importance aux commandements négatifs, puis ajoute : « Mais tout change si l’on comprend que dire ce qu’il faut faire emprisonne plus que dire ce qu’il ne faut pas faire. Les interdits du Décalogue font le vide devant un espace où Dieu ne demande rien. Il ne demande même pas d’être adoré. Et pourtant, l’espace qui s’ouvre ainsi est un espace d’adoration, un appel silencieux vers le don de soi à Dieu.

Les protestants accordent une grande importance aux dix commandements, considérant d’une part qu’ils occupent une place centrale dans l’Ancien Testament et d’autre part que Jésus s’est abondamment appuyé sur eux, les commentant et les actualisant, notamment dans son sermon sur la montagne (évangile selon saint Matthieu, chapitre 5, évangile selon saint Marc, chapitre 10). Les protestants regroupent en deux sous-ensembles les dix commandements, les quatre premiers étant relatifs à notre relation à Dieu, et les six suivants s’intéressant à notre relation au prochain.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, un scribe s’avança vers Jésus pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.» (Mc 12, 28b- 34)

lwf0003web.gif

Le plus grand commandement

Selon Matthieu, un scribe vint à Jésus, envoyé par les pharisiens et lui proposa sa question pour le tenter ou l’éprouver : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » (Mt 22, 36) et tout l’entretien  fut plein de bienveillance de part et d’autre.

La citation, faite par Jésus, du grand commandement de l’amour, Marc seul la fit précéder de ces mots : « Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur » (Dt 6, 4-5) s’y trouvent exactement dans le même rapport avec le devoir d’aimer Dieu. C’est qu’un Dieu unique peut seul être l’objet de l’amour suprême de la créature, comme à son tour cet amour constitue l’unité et l’âme de tous les commandements.

À ces trois termes, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, qui se trouvent dans Matthieu, Marc ajouta : de toute ta force, conformément à l’hébreu, qui, par contre, ne renferme pas le mot de pensée. La réponse du scribe et l’approbation que Jésus lui donna ne se trouvent que dans Marc.

Le scribe releva tout d’abord le grand principe de l’unité de Dieu, rappelée par Jésus, et y adhéra avec conviction. Cela ne fut pas étonnant chez un Israélite ; mais ce qu’il ajouta sur l’amour pour Dieu et pour le prochain, révéla les excellentes dispositions de son cœur.

Dans son énumération des facultés de l’âme qui toutes doivent être pénétrées de l’amour de Dieu, le scribe remplaça le mot de pensée  par celui d’intelligence, par où il nota cette raison supérieure et morale qui pénètre et embrasse tout entier le rapport de l’homme et de Dieu, unis par l’amour.

Jésus, qui lut dans le cœur de ce scribe et connut la sincérité et le sérieux des paroles qu’il prononça, put, afin de l’encourager, lui rendre ce  témoignage, et il le lui rendit avec d’autant plus de joie et d’amour que son interlocuteur appartint à une classe d’hommes généralement opposés à son enseignement.

N’être pas éloigné du royaume de Dieu, c’est en être proche, mais n’y être pas entré encore. Pour bien comprendre cette parole, il est évident qu’il ne faut pas entendre le royaume de Dieu dans son accomplissement futur et glorieux, mais dans sa signification actuelle, intime : on est ou l’on n’est pas dans ce royaume selon les dispositions du cœur : « On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. » (Lc 17, 21) Matthieu fit cette même observation à la suite de la question sur l’origine du Christ

Marc la plaça à la suite de l’entretien sur le plus grand commandement. Cet entretien dut faire une vive impression sur les adversaires, puisque l’un des leurs se déclara d’accord avec Jésus sur le point central de la vraie religion.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et ton prochain comme toi-même

 Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi de la 3e semaine de Carême
◊ Le petit sacristain   : cliquez ici pour lire l’article → Méditation pour le vendredi de la troisième semaine de Carême

   « Le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur : tu l’aimeras » – Lectio Divina

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS