Lundi de la quatrième semaine du Carême

Posté par diaconos le 15 mars 2021

Va, ton fils est vivant

# De nombreuses guérisons sont relatées dans le Nouveau Testament. Elles se rapportent pour la plupart aux soins apportés par Jésus à nos âmes pour les purifier de nos pêchés. La Guérison du fils d’un officier amène quelques éclaircissements supplémentaires à ce concept. La traduction de la Bible de Jérusalem parle de fonctionnaire royal. Avant la crucifixion de Jésus qui intervint alors que Ponce Pilate futt préfet de Judée, il n’y eut de roi ni en Galilée, ni en Judée, ni dans les territoires environnants.

C’est seulement après le renvoi de Ponce Pilate (fin 36 – début 37) que Caligula sortit Agrippa Ier de prison et le nomma roi de Batanée. Les territoires confiés à Agrippa furent frontaliers de la Galilée et se trouvèrent de l’autre côté du Jourdain. Les fils d’Hérode le Grand (Hérode Archélaos, Hérode Antipas et Philippe le Tétrarque) n’obtinrent jamais le titre de roi. L’homélie 28 de Grégoire le Grand fut consacrée à ce miracle. Le Pape compara cette guérison à celle effectuée chez le centurion (Mt 8, 6-7). L’orateur ponctua son discours en précisant que là Jésus ne se déplaça pas. Grégoire le Grand cita le psaume 116, verset 6 : « le Seigneur garde les petits-enfants. » L’humilité doit être de mise à tout moment.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Va, ton fils est vivant » : Les étapes de la Foi ultime en Dieu - ad Iesum  per hominem.-

En ce temps-là, après avoir passé deux jours chez les Samaritains, Jésus partit de là pour la Galilée. – Lui-même avait témoigné qu’un  prophète n’est pas considéré dans son propre pays. Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête.

Ainsi donc Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant.

Jésus lui dit : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! » Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! » Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant.»

L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant. Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C’est hier, à la septième heure (au début de l’après- midi), que la fièvre l’a quitté.»

Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant.» Alors il crut, lui, ainsi que tous les gens de sa maison. Tel fut le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.» (Jn 4, 43-54)

Jésus guérit le fils de l’officier royal

 Jean raconta le retour de Jésus en Galilée et il motiva ce retour en rappelant un proverbe que Jésus avait cité et qui apparut comme une raison contre ce retour en Galilée. Puis il rapporta, comme une conséquence de ce dicton, que Jésus fut bien reçu des Galiléens.

Qu’est ce que la patrie de Jésus mentionnée dans ce proverbe ? Plusieurs répondirent : La Galilée. Jésus s’y rendit, parce qu’il sut qu’il n’y obtint pas de succès, mais il chercha soit la lutte (Weiss), soit la retraite (Luthardt, Holtzmann, Schlatter).

Meyer pensa que Jésus, sachant qu’en sa qualité de prophète il ne serait pas dès l’abord honoré dans la Galilée, sa patrie, avait commencé par chercher cet honneur au dehors, à Jérusalem, en Judée. Son calcul ne le trompa pas il fut ensuite bien reçu des Galiléens, parce qu’ils avaient vu ses miracles a Jérusalem.

Cette explication, très admissible fut adoptée, avec quelques modifications, par Astié, Reuss, M. Godet. D’autres, depuis Origène jusqu’à Baur, Ebrard et Keil, crurent que, dans la pensée de Jean, la patrie de Jésus fut la Judée, où il était né, et que, n’y ayant pas été honoré, il retournait en Galilée.

C’est même sur ce fait qu’un grand nombre d’interprètes se fondirent pour proposer une quatrième explication. Ils entendirent par la Galilée, où Jésus retourna, cette province dans son ensemble à l’exclusion de Nazareth, ou Jésus ne voulut pas aller. Bien que Jésus fût vulgairement appelé Galiléen, nulle part le Nouveau Testament ne lui donne cette province pour patrie, mais constamment Nazareth. Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? «  Philippe répondit : « Viens, et vois. » (Jn 19, 19)

Jean expliqua l’accueil que reçut Jésus des Galiléens en rappelant qu’ils furent témoins de toutes les choses qu’il fit à Jérusalem pendant la fête, à laquelle ils avaient eux-mêmes assisté. Ils furent frappés de l’autorité qu’il déploya en purifiant le temple, aussi bien que des miracles qu’il opéra  :  »Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. » (Jn 2, 23)

Ce furent la des manifestations extérieures qui purent préparer les âmes à la foi, mais qui furent insuffisantes pour la créer en elles. Jésus, encouragé par ce bon accueil, voulut poursuivre son voyage en Galilée, jusqu’à Cana, où son séjour précédent pouvait avoir préparé les esprits à recevoir sa parole. C’est ce que l’évangéliste veut faire sentir en rappelant que c’est là qu’il avait changé l’eau en vin (Jean 2.1 et suivants).

Un officier royal peut désigner tout fonctionnaire, civil ou militaire. Il s’agit ici d’un serviteur d’Hérode Antipas, qui régnait sur la Galilée et auquel on donnait le titre de roi bien qu’il ne portât officiellement que celui de tétrarque. La confiance de cet homme, qui pourtant ne fut pas encore disciple de Jésus, s’explique, soit par ce miracle de Cana, dont il fut informé, soit par la connaissance qu’il avait eue, lui aussi, de tout ce que Jésus fit à Jérusalem.

Mais cette confiance s’explique mieux encore par l’angoisse de son cœur de père. Il pria Jésus de descendre parce que Cana était situé dans la montagne. Tous recherchèrent des miracles, et Jésus voulut qu’ils crussent en lui par sa parole, qui mit la vérité en contact immédiat avec leur âme. Il ne nia pas la valeur de ses miracles pour préparer la foi ; il y fit appel lui-même.

Le père ne se laissa pas rebuter par ce qu’il y eutt de sévère dans les paroles de Jésus ; mais, dans son angoisse, il insista, avec émotion : « et le supplie instamment : « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive » (Mc 5, 23)

Aussi Jésus répondit à sa confiance en lui accordant plus qu’il ne demanda. Sans aller avec lui à l’instant même, il lui annonça la guérison de son fils par cette parole souveraine : « Va, ton, fils vit. » Cette manière d’agir de Jésus constitua une nouvelle épreuve pour la foi naissante de l’officier, puisqu’il dut s’en retourner en n’emportant qu’une parole.

Comme il descendit vers le lac de Tibériade, les serviteurs accoururent pleins de joie au-devant de leur maître, afin de lui apprendre plus tôt la bonne nouvelle. Ils se servirent, pour la lui annoncer, des mêmes termes qu’employa Jésus, et qui signifièrent : Non seulement il n’est pas mort, mais il est guéri.

Le père eut la joyeuse certitude de la guérison de son fils, mais il voulut s’assurer si la parole de Jésus à laquelle il avait cru en fut la cause unique ; cette constatation acheva d’affermir sa foi.  La septième heure, selon la manière juive de diviser le jour, indique une heure après midi.

Dans ce cas, le père eut le temps de retourner de Cana à Capharnaüm le jour même, la distance étant de six à sept heures de marche et l’angoisse de son cœur devant accélérer sa course. Aussi quand les serviteurs parlèrent de la guérison comme accomplie la veille, ils s’exprimèrent à la manière des Juifs, qui après six heures du soir désignèrent le jour écoulé comme le jour d’hier.

Il crut à la parole de Jésus, dont il reconnut la puissance divine, mais il crut en Jésus lui-même, comme Messie et Sauveur. Et  toute sa maison, sa famille entière et ses serviteurs, partagèrent sa foi.  Le plus grand et plus précieux pour ce père que la guérison de son fils.

 Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Va, ton fils est vivant

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Catholique.org   : cliquez ici pour lire l’article →  Va, ton fils est vivant. » – Les méditations

◊ Regnum Christi   : cliquez ici pour lire l’article →  « Va, ton fils est vivant »

    « Va, ton fils est vivant » – Lectio Divina

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS