Vendredi Saint : PASSION DU SEIGNEUR

Posté par diaconos le 2 avril 2021

Le Christ s’est anéanti lui-même en prenant la condition de serviteur

Une pause par jour – 6 novembre 2018 | «Notre-Dame des 3 Vallées

 

# Le Vendredi saint est le vendredi qui précède Pâques. Ce jour-là, les chrétiens commémorent la passion et la crucifixion de Jésus-Christ. Cette fête est observée avec des pratiques et des rituels particuliers par les fidèles de nombreuses confessions chrétiennes. Le Vendredi saint, les cloches, qui appellent traditionnellement les fidèles à la célébration de l’Eucharistie, ne sonnent pas en signe de deuil. Il faut cependant préciser à partir de quel moment, car il existe différentes traditions selon les différents rites catholiques. Selon le rite romain, les cloches sonnent pour la dernière fois le soir du jeudi saint, et précisément au chant du Gloria pendant la messe du soir, puis reviennent sonner de manière festive pendant la veillée pascale, toujours au chant du Gloria, en signe de l’annonce par les chrétiens de la résurrection de Jésus. Dans le rite ambrosien, cependant, les cloches sonnent jusqu’à l’annonce de la mort du Seigneur : trois heures de l’après-midi du Vendredi saint. Après cela, ils se taisent jusqu’à la Vigile de Pâques. La célébration de la messe est également exclue dans le rite romain le samedi saint. Dans le rite ambrosien, il est également exclu chaque vendredi du Carême.

# Le Vendredi saint est la commémoration religieuse célébrée par les chrétiens le vendredi précédant le dimanche de Pâques. Il marque le jour de la crucifixion et de la mort de Jésus-Christ. Il fait partie du triduum pascal, qui s’étend du Jeudi saint (commémoration du dernier repas du Christ avec ses apôtres) aux vêpres du dimanche de Pâques. Dans la tradition orthodoxe, il est appelé « Grand vendredi » ou « Saint et grand vendredi ».

Ce jour est férié dans un grand nombre de pays ou de régions dont une partie de la population est chrétienne, en Europe (Allemagne, Espagne, Italie, Pologne, Royaume-Uni, Suisse…), au Liban, en Amérique (Argentine, Canada, Chili, 12 des 50 États des États-Unis…), en Afrique (Éthiopie, Kenya, Nigeria…) et en Asie (Hong Kong, Inde, Indonésie, Macao…). C’est également un jour férié pour les départements français de la Moselle, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, et des collectivités territoriales de la Martinique et de la Guadeloupe. La mort du Christ et la foi en sa Résurrection sont fondamentales pour le christianisme ; ce jour est donc célébré par toutes les Églises chrétiennes. Il s’agit d’un jour de tristesse et de méditation sur la signification de cette mort1.

                                                                                                                         lwf0003web.gif

Les passages du livre d’Isaïe (première lecture) et de la lettre aux Hébreux (deuxième lecture) donnent un sens à cette terrible et ignoble souffrance de Jésus. Celui qui a porté nos souffrances et nos péchés est la cause de notre salut.  C’est par lui que nous sommes sauvés, sa mort nous ouvre la vie. Le deuxième moment important de la célébration liturgique de ce soir est la grande prière universelle. Il s’agit de prier le Christ, l’espoir de tous les hommes, et de demander sa lumière pour ceux qui en ont le plus besoin.

La croix s’est levée sur le monde d’aujourd’hui. Le Vendredi saint n’est pas seulement l’anniversaire d’un événement passé. Avant tout, l’Église nous demande de croire que, par sa mort, le Christ nous apporte la certitude de notre résurrection. Le Vendredi saint, nous ne célébrons pas la messe. Cependant, à la fin de la cérémonie, nous serons invités à recevoir la communion, le corps du Christ offert pour l’humanité.

Joyeuses et saintes Pâques à vous, cher ami en Christ, et à vos proches. Avec mes salutations amicales et fraternelles.

Diacre Michel Houyoux

Pour nos iniquités, il a été écrasé

Extrait du livre du prophète Isaïe

Mon serviteur prospérera, dit le Seigneur, il s’élèvera, il sera exalté ! Les foules furent stupéfaites en le voyant, car il était tellement défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme, il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Il étonnera une multitude de nations, et les rois se tiendront devant lui avec crainte, car ils verront ce qu’on ne leur a jamais dit, et ils verront des choses dont ils n’ont jamais entendu parler.

Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? A qui le bras puissant du Seigneur a-t-il été révélé ? Devant lui, le serviteur a grandi comme une plante rabougrie, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté pour attirer nos yeux, son apparence ne nous plaisait pas. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, il était comme celui devant lequel on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, nous l’avons considéré comme un moins que rien. Car c’est lui qui a porté nos souffrances, nos peines dont il était accablé.

Et nous pensions qu’il était amoureux,… blessé par Dieu, humilié. Mais c’est à cause de nos rébellions qu’il a été transpercé,…et à cause de nos iniquités qu’il a été écrasé. Le châtiment qui nous donne la paix était sur lui : par ses blessures nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des moutons, chacun suivant son propre chemin. Mais le Seigneur a mis nos fautes sur lui. «  (Is 52, 13 – 53, 12).

Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau mené à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc se soucie de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé pour les émeutes de son peuple. Son tombeau a été mis avec les méchants, sa tombe avec les riches ; pourtant il n’avait pas fait de violence, on n’a pas trouvé de tromperie dans sa bouche.

Écrasé par la souffrance, il était satisfait du Seigneur. S’il donne sa vie en sacrifice de réparation, il verra des descendants, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira.  À la suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le remplira. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes ; il prendra sur lui leurs iniquités.

C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, Avec les puissants, il partagera le butin, Parce qu’il s’est dépouillé jusqu’à la mort, Et qu’il a été compté parmi les pécheurs, Alors qu’il a porté le péché de plusieurs, Et qu’il a intercédé pour les pécheurs. (Is 52, 13 – 53, 12)

Le sacrifice et la gloire du Seigneur

C’était comme si le serviteur s’approchait de plus en plus du lointain et apparaissait de plus en plus clairement. Beaucoup ont été étonnés et pétrifiés à sa vue : le serviteur n’est parvenu à la gloire qu’au prix de souffrances telles qu’il a été défiguré. L’étonnement causé par sa misère n’a d’égal que celui causé par sa gloire.

Le serviteur, apparaissant soudainement dans sa gloire, a provoqué un profond choc dans le monde païen, qui a sursauté d’étonnement et d’anticipation.  Les rois le virent et se levèrent… Leur extrême surprise s’explique d’autant mieux que son destin ne leur avait pas été annoncé comme à Israël.Le rejet sans précédent du Messie par Israël s’explique par l’infirmité de son apparence.

Sous cette faiblesse, qui le scandalise, le peuple ne discerne pas le bras de Dieu. Isaïe a comparé le serviteur à une plante frêle, que personne ne remarquait, mais sur laquelle les yeux et la faveur de Dieu se reposaient, car Lui seul connaissait son prix.   Ce germe n’a pas poussé à partir du tronc d’Isaïe, comme l’a fait Isaïe 11, 1, mais à partir d’un sol desséché (du sein d’Israël) qui avait été profondément abaissé. Car le Messie apparaît ici et tout au long de cette partie d’Isaïe, non pas comme le représentant de la famille royale, le fils de David, mais comme le représentant de tout le peuple, dont il était le prêtre (le véritable Israël, Isaïe 49, 3).

Le prophète a vu l’image d’un de ces lépreux à qui la loi ordonnait de se couvrir le visage devant ses semblables (Lévitique 13, 45). Mais ici, ce sont les autres hommes qui se couvrent pour ne pas le voir, tant son apparence l’horrifie.  Nos maladies et nos souffrances étaient le salaire de son péché.

Israël raisonne comme les amis de Job : prétendant mesurer sa culpabilité à sa souffrance, ils le considèrent comme un homme que Dieu a frappé d’un mal horrible à cause d’un crime exceptionnel, considéré comme la punition directe du péché ; voir par exemple Lévitique 13, 1-59 ; le traité talmudique traitant de la lèpre est intitulé Plaies. Selon la tradition juive, le Messie fils de Joseph (le Messie humilié) devait être lépreux.

Le prophète modifie l’image pour introduire une nouvelle caractéristique : non seulement le serviteur souffre d’infirmités qui provoquent le mépris et l’incrédulité, mais la haine de son peuple est dirigée contre lui, et à la fin il succombe à une mort violente Cette mort voulue par Dieu est une punition pour ses péchés. Isaïe ne fait pas de distinction entre les fidèles et les infidèles ; tout Israël, sans exception, a péché et a besoin de la médiation du serviteur. Le prophète est en accord avec lui-même et avec tout l’Ancien Testament (Psaumes 14, 2-3 ; Psaumes 143, 2).

Loin de protester contre cette punition imméritée, le serviteur l’accepte et la supporte en silence. Le Nouveau Testament revient fréquemment sur ce type de l’Agneau de Dieu Jean 1, 29 ; 1 Pierre 1, 18-19 ; 1 Pierre 2, 23.  Le mot d’or signifie ici génération. Beaucoup l’ont appliqué à la postérité spirituelle du serviteur.

Dans sa mort, il est avec l’homme riche. L’hébreu dit simplement : dans sa mort avec l’homme riche. Il serait assez naturel de mettre en parallèle ces mots : son sépulcre avec les méchants. Il faudrait alors, avec Luther et Calvin, donner au mot riche le sens de fier ou de violent. Mais cela détournerait le mot hébreu de sa signification constante.

La sépulture d’un homme riche, bien qu’impie, n’est pas une sépulture ignominieuse, comme celle d’un malfaiteur. Si nous laissons le mot riche dans son sens naturel, les deux membres de la phrase forment évidemment une antithèse. Ceux qui ont condamné le serviteur à mort (verset 8), lui ont donné la sépulture d’un criminel.

Le récit évangélique de la mort de Jésus entre deux criminels et de son enterrement dans le tombeau du riche Joseph d’Arimathie (Mt. 27, 57) offrirait une coïncidence frappante avec cette ligne de prophétie. Mais nous avons du mal à croire que c’est là le véritable sens du texte. L’explication suivante nous semble plus naturelle : il a été enterré avec les criminels (avec lesquels il est mort) ; mais après sa mort, il a été placé par Jéhovah parmi les plus honorés.

L’expiation était une compensation offerte par la loi pour certaines infractions. Le serviteur était représenté ici comme payant la dette que les pécheurs étaient incapables de payer eux-mêmes.

C’est son âme qui a été offerte. Dans les sacrifices de l’ancienne alliance, le sang était l’élément purificateur, car c’est en lui que réside la vie ou l’âme (Lévitique 17:11). Par cette allusion aux rites lévitiques, Isaïe laisse entendre que dans les souffrances volontaires du juste serviteur du Seigneur, Israël a trouvé la réalité de ce qui n’était que représenté par les sacrifices de l’ancienne alliance.

Le prophète a mentionné une triple récompense pour les souffrances du serviteur :

  1.  une postérité : ceux que sa mort a fait revivre, Jean 12, 21
  2. de longs jours : la vie sans fin du Ressuscité, Apocalypse 1, 18 ; Romains 6, 9-10 ; Hébreux 7, 16-24
  3. Enfin, la prospérité de l’œuvre de Jéhovah entre ses mains. Cette œuvre était l’établissement du royaume de Dieu dans le monde entier, que le Rédempteur a accompli du sein de sa gloire.

La période d’humiliation et d’échec qu’il a traversée sur la terre, pendant son ministère auprès d’Israël, a été suivie d’une période de conquêtes spirituelles après son exaltation, dont le terme a été la soumission de toute l’humanité à son empire (Jean 12, 32 ; Philippiens 2, 9-11).  Le serviteur jusqu’alors méprisé, l’esclave et le puissant (Isaïe 49, 7), est devenu lui-même un homme puissant dans l’histoire de l’humanité, un de ceux qui ont marqué son développement, un des conquérants spirituels du monde, et a distribué le butin parmi les membres de la vaillante armée qui a combattu avec lui pour l’établissement du royaume de Dieu.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi Saint

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Église catholique en France : cliquez ici pour lire l’article →  Qu’est-ce que le Vendredi Saint ?

◊ Pâques chrétienne rappel historique  : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi Saint

   Un temps de prière pour le vendredi saint avec les dominicains

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS