Samedi de la huitième semaine du temps ordinaire – Année impaire

Posté par diaconos le 29 mai 2021

Par quelle autorité fais- tu cela ?

Évangile et Homélie du Vend 02 Mars 2018. Parabole des vignerons meurtriers  - Chorale Belgo-Burundaise CSFA

# Les Vignerons infidèles est une parabole de Jésus-Christ retranscrite dans les Évangiles de Matthieu (Mt 21, 33-46), Marc (Mc 12, 1-12) et Luc (Lc 20, 9-19), et dans l’Evangile apocryphe de Thomas (Thomas 65). Elle incite à porter du fruit c’est-à-dire à être fidèle et obéissant aux commandements christiques. Elle menace du châtiment divin quiconque rejettera Jésus. Dans son homélie LXVIII sur saint-Matthieu, Jean Chrysostome dit que les serviteurs envoyés sont les prophètes, et le Fils du vigneron, Jésus-Christ.
Dieu demande aux humains de porter du fruit telle la vigne de cette parabole ; cela rejoint la parabole du Vrai cep ( Jn 15. 1-12 ). La pierre d’angle est aussi Jésus-Christ. Lors de l’angélus du dimanche 2 octobre 2011, le pape Benoît XVI commente que la vigne, le peuple de Dieu, doit travailler pour le bien et que les croyants doivent rester fidèles au Christ afin de porter le fruit souhaité, le fruit de la compassion .
Dans leur commentaire de cette parabole, l’exégète Daniel Marguerat et Emmanuelle Steffelk indiquèrent que le meurtre du fils bien-aimé est une allégorie de la Passion du Christ. Ils ajoutent à propos du rejet de la pierre angulaire (Luc, 20, 15-19) que la pierre rejetée [Jésus] devient pierre dangereuse, pierre d’écrasement. On comprend que « l’attitude à son égard [à l'égard de Jésus] décide du sort ultime de la personne ». « En clair : ceux qui méprisent Jésus s’exposent au jugement divin ».
lwf0003web.gif

De l’Évangile selon Marc

27 Jésus et ses disciples reviennent à Jérusalem. Et comme Jésus allait et venait dans le Temple, les grands prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver. 28 Ils lui demandaient : « Par quelle autorité fais-tu cela ? Ou alors qui t’a donné cette autorité pour le faire ? » 29 Jésus leur dit : « Je vais vous poser une seule question. Répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela. 30 Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi. »

31 Ils se faisaient entre eux ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?” 32 Mais allons-nous dire : “Des hommes” ? » Ils avaient peur de la foule, car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète. 33 Ils répondent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Alors Jésus leur dit : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela. »  (Mc 11, 27-33)

La parabole des vignerons

Comme Jésus, de retour à Jérusalem, se promenait sous les portiques du temple, une délégation du sanhédrin vint lui demander par quelle autorité il agissait et qui lui  conféra cette autorité. Jésus lui répondit par une question sur le baptême de Jean.  S les adversaires de Jésus déclareraient que ce baptême venait du ciel, Jésus leur reprochera de n’y avoir pas cru ; s’ils nieraient son inspiration divine, ils auraient à redouter le peuple. Ils ajoutèrent : « Nous ne savons. »  Jésus refusa de répondre à leur question.

Après avoir repoussé l’attaque de ses adversaires, Jésus décrivit la conduite passée, présente, future des chefs du peuple par une parabole

Un homme planta une vigne, la pourvut de tout ce qui était nécessaire à l’exploitation, la loua à des vignerons, et s’en alla. Dans la saison des fruits, il leur envoya un serviteur, puis un second, puis un troisième, suivi de plusieurs autres, afin de recueillir des fruits de sa vigne ; mais les vignerons maltraitèrent les uns et tuèrent les autres.Il avait encore un fils, son bien-aimé, qu’il leur envoya, pensant qu’ils le respecteraient. Mais les vignerons, voyant en lui l’héritier, le tuèrent.

Que fera donc le maître de la vigne ? Il fera périr ces méchants et la donnera à d’autres. Car cette parole de l’Écriture s’accomplira : La pierre jetée par les constructeurs est la pierre de l’angle, merveilleuse à nos yeux. Les envoyés du sanhédrin comprirent que Jésus les visa, et voulurent l’arrêter, mais la crainte du peuple les retint. Ils s’en  allèrent. Selon Matthieu et Luc, il enseignait dans le temple au moment où commence ce récit, ce qui n’exclut pas le terme employé par Marc : « il allait et venait d’un groupe à l’autre et adressait la parole à tous ceux qui l’entouraient. »

Dans Matthieu ce furent les sacrificateurs et les scribes eux-mêmes qui dirent : « Nous craignons le peuple » ; selon Luc, ils exprimèrent cette même idée en ces termes : « Tout le peuple nous lapidera. »  L’embarras de ces hommes rusés fut rendu d’une manière plus naturelle et plus fine. Ils n’avouèrent pas qu’ils eurent peur, ils n’osèrent pas conclure ; mais Marc raconta à leur sujet : « Ils craignaient le peuple. »

Il y eut un sévère jugement de Dieu dans ce refus. Ces hommes s’étaient rendus moralement incapables de recevoir la vérité. Si Jésus leur avait déclaré ouvertement que son autorité venait de Dieu, ils n’auraient fait qu’en prendre occasion de l’accuser et de le condamner, comme cela eut lieu quelques jours plus tard.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article  → 8e dimanche du temps ordinaire, année B

◊  Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article  →    Par quelle autorité fais-tu cela ?

  Père J. Fleury : « Vignerons homicides et pierre angulaire ? »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Nouveau Testament, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vendredi de la huitième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 28 mai 2021

Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations. Ayez foi en Dieu

Ma maison sera une maison de prière

De l’évangile selon Marc

11 Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple. Il parcourut du regard toutes choses et, comme c’était déjà le soir, il sortit pour aller à Béthanie avec les Douze. 12 Le lendemain, quand ils quittèrent Béthanie, il eut faim. 13 Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose ; mais, en s’approchant, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues.

14 Alors il dit au figuier : « Que jamais plus personne ne mange de tes fruits ! » Et ses disciples avaient bien entendu. 15 Ils arrivèrent à Jérusalem. Entré dans le Temple, Jésus se mit à expulser ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le Temple. Il renversa les comptoirs des changeurs et les sièges des marchands de colombes, 16 et il ne laissait personne transporter quoi que ce soit à travers le Temple.

17 Il enseignait, et il déclarait aux gens : « L’Écriture ne dit-elle pas : Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations ? Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » 18 Apprenant cela, les grands prêtres et les scribes cherchaient comment le faire périr. En effet, ils avaient peur de lui, car toute la foule était frappée par son enseignement.

19 Et quand le soir tomba, Jésus et ses disciples s’en allèrent hors de la ville. 20 Le lendemain matin, en passant, ils virent le figuier qui était desséché jusqu’aux racines. 21 Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, dit à Jésus : « Rabbi, regarde : le figuier que tu as maudit est desséché. » 22 Alors Jésus, prenant la parole, leur dit : « Ayez foi en Dieu.

23 Amen, je vous le dis : quiconque dira à cette montagne : “Enlève-toi de là, et va te jeter dans la mer”, s’il ne doute pas dans son cœur, mais s’il croit que ce qu’il dit arrivera, cela lui sera accordé ! 24 C’est pourquoi, je vous le dis : tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l’avez obtenu, et cela vous sera accordé. 25 Et quand vous vous tenez en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes. »  (Mc 11, 11-25)

Le figuier maudit

En sortant de Béthanie, Jésus vit un figuier couvert de feuilles. Ayant faim, il s’en approcha pour y chercher des fruits ; mais il n’y en trouve pas. Alors il dit :  « Que jamais personne ne mange plus de ton fruit ! (12-14)  Entré dans le temple, Jésus se mit à en chasser tous ceux qui y vendaient ou achetaient ; et, citant l’Écriture, il déclara que ce temple qui devait être une maison de prières, ils en firent une caverne de voleurs. À l’ouïe de ces paroles, les grands sacrificateurs et les scribes cherchèrent à le perdre, redoutant son influence sur le peuple. Le soir venu, il sortit de la ville (15-1.

Le lendemain, ils virent en passant que le figuier était desséché. Pierre le fit observer à Jésus, qui lui répondit  : « Ayez foi en Dieu. La foi pourrait transporter cette montagne ; elle obtient tout par la prière. Mais que celui qui prie se souvienne qu’il doit pardonner à son frère ses fautes « . Quant à cette observation de Marc que ce n’était pas la saison des figues, elle devint ce qu’on appela une  croix des interprètes .

 Si ce ne fut pas la saison des figues, comment Jésus put-il s’attendre à en trouver sur cet arbre ? Et surtout pourquoi le maudit-il pour n’en avoir pas ? Pour que cette action symbolique eut un sens, il fallut que ce figuier eut mérité sa condamnation par sa stérilité ! De là une longue série de tentatives d’explication. Les uns cherchèrent la solution dans diverses constructions de la phrase ; mais en vain, puisqu’elle ne put exprimer autre chose que la raison  pour laquelle Jésus ne trouva pas de fruits.

D’autres prirent le mot temps des figues dans le sens de l’époque de la récolte, en sorte que les figues n’étant pas recueillies, il devait s’en trouver sur cet arbre. D’autres encore, entendirent par le temps la température :Marc voulut dire qu’elle n’avait pas été favorable aux fruits.  Jésus voyant ce feuillage, put s’attendre à y trouver des fruits précoces ; mais il n’y trouva rien, sinon des feuilles, dirent Marc et Matthieu. Car le figuier était stérile ; ce qui expliqua que Jésus le prit comme objet de son action symbolique.

Dans les nombreux péristyles et dépendances qui entouraient le Temple, un lieu de passage pour abréger son chemin, tout en portant des ustensiles, des outils de travail ou des fardeaux. Ce fut  là ce que Jésus interdisait, d’après cette observation que Marc conserva.   Marc seul cita au complet la parole du prophète Isaïe : « Je les amènerai sur ma montagne sainte et je les réjouirai dans ma maison de prière. Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront acceptés sur mon autel, car mon temple sera appelé une maison de prière pour tous les peuples. (Is 56, 7)

Lles adversaires de Jésus  cherchèrent à le faire périr et pourquoi ils le craignirent . Ils pensèrent, d’après l’enthousiasme manifeste par le peuple lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem, que la nation entière allait prendre parti pour lui, et que leur influence serait ruinée sans retour. Il y avait longtemps déjà qu’ils avaient conçu contre Jésus des desseins meurtriers  Pour ne pas leur laisser exécuter ces desseins, avant le jour fixé par son Père, Jésus sortit de la ville à l’approche du soir, car, pendant la nuit, la foule étant dispersée, il n’aurait pas été protégé contre ses ennemis.

Pierre se souvenant de ce qui se passa, à l’égard du figuier, fit observer à Jésus que cet arbre était desséché, afin de provoquer de sa part une explication. Dans Matthieu, les disciples demandèrent directement comment cela était arrivé. Toute leur attention se porta sur le miracle, comme manifestation de la puissance divine de Jésus, et nullement sur le sens symbolique que Jésus avait eu en vue, en maudissant le figuier. Ce qui expliqua pourquoi Jésus, dans sa réponse, leur parla de la puissance de la foi et de la prière, et non de ce qu’il avait voulu enseigner aux siens par ce miracle.

 Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert AQdam : cliquez ici pour lire l’article → 8e dimanche du temps ordinaire, année B

◊ Regnum Chrisiti : cliquez ici pour lire l’article →  Méditation du jour

  Lectio Divina : « Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations. »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Троицкое воскресенье в год В

Posté par diaconos le 28 mai 2021

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/Trinidad_-_Vicente_Requena_el_Joven.jpg

# В христианстве Троица (или Святая Троица) – это единый Бог в трех лицах: Отец, Сын и Святой Дух, которые являются одним и тем же, разделяют одну и ту же божественную сущность и в то же время принципиально различны. Термин Trinitas (= tri + unitas) был введен в латинский язык Тертуллианом (155-220). Вера в Троицу является общим основополагающим принципом основных христианских деноминаций: Католицизм, православие и протестантизм. Основа этой доктрины выражена в Никейском символе. Понятие Троицы не упоминается в Новом Завете прямо, но три личности неоднократно упоминаются и раскрываются, как в их различии, так и в их единстве. В христианском богословии эти три личности или ипостаси составляют единого Бога в форме Троицы.

Доктрина Троицы Догмат о Троице, согласно христианской доктрине, является результатом того, как Бог открыл Свою тайну: После того, как он открыл свое существование и уникальность еврейскому народу, что отражено в Ветхом Завете, он затем открывает себя как Отец, Сын и Святой Дух, посылая Сына и Святого Духа, что отражено в Новом Завете Термин Троица (греческая триада) впервые появляется у Феофила Антиохийского около 180 года для обозначения Бога, его Логоса и его Премудрости (Святого Духа). Труды Отцов Церкви: Иустина Наблусского22 , Иринея Лионского, Климента Александрийского, Тертуллиана, Оригена – свидетельствуют о спорах, пронизывавших Церковь в первые три века. То же самое можно сказать и о последовательных осуждениях различных « ересей ». Если Отец, Сын и Святой Дух действительно присутствуют в Новом Завете, мы все еще далеки от точного учения о Троице, как оно было определено в четвертом веке.

lwf0003web.gif

Из Евангелия от Матфея

16 Одиннадцать учеников пошли в Галилею, на гору, куда Иисус сказал им идти. 17 Увидев Его, они простерлись ниц, но некоторые сомневались. 18 Иисус, подойдя к ним, сказал: дана Мне всякая власть на небе и на земле. Изберите себе учеников из всех народов, крестя их во имя Отца и Сына и Святого Духа. 20 Научите их соблюдать все, что Я повелел вам. И Я с вами во все дни до скончания мира.  » Учение о Троице Согласно христианскому учению, догмат о Троице проистекает из того, как Бог открыл свою тайну: после того, как он сначала открыл свое существование и уникальность еврейскому народу, что отражено в Ветхом Завете, он затем открывает себя как Отец, Сын и Святой Дух, посылая Сына и Святого Духа, что отражено в Новом Завете.

Термин тринитарный (греч. : триада) впервые появляется у Феофила Антиохийского около 180 года для обозначения Бога, Его Логоса и Его Премудрости (Святого Духа)21. Труды Отцов Церкви: Иустина Наблусского22 , Иринея Лионского23 , Климента Александрийского, Тертуллиана, Оригена – свидетельствуют о спорах, пронизывавших Церковь в течение первых трех веков. То же самое можно сказать и о последовательных осуждениях различных « ересей ». Если Отец, Сын и Святой Дух действительно присутствуют в Новом Завете, мы все еще далеки от точного учения о Троице, как оно было определено в четвертом веке. (Матф. 28, 16, 20)

Иисус является одиннадцати в Галилее

Одиннадцать пошли в Галилею, к горе, на которую указал Иисус. Они склонились перед Ним, но некоторые сомневались. Иисус сказал, что вся власть принадлежит Ему ; Он повелел Своим ученикам идти ко всем народам, учить их, крестить их и учить соблюдать Его заповеди; Он обещал быть с ними до конца мира. Похоже, что когда он сказал своим ученикам идти в Галилею после своего воскресения, он также указал гору, где они встретятся с ним.

События в жизни Иисуса, такие как речь, в которой он провозгласил свое царство как Мессия, откровение его славы через его преображение и его прощальная речь, произошли на горах. Матфей упоминает только апостолов, число которых сократилось после смерти Иуды : « Он бросил серебряные монеты в храм, и удалился, и пошел и повесился ». (Матф. 27, 5)

Но поскольку у Иисуса было много учеников в Галилее, которые поспешили собраться, услышав весть о Его воскресении от апостолов, вернувшихся из Иерусалима, некоторые комментаторы считали, что одиннадцать были не одни на этой встрече на горе, и отождествляли это явление с тем, когда, по свидетельству Павла, Иисуса видели сразу более пятисот братьев : « Тогда явился Он более чем пятистам братьям, из которых большая часть была жива, а некоторые мертвы.     » 1 C0 15, 6)

Им, казалось, было легче объяснить сомнения, упомянутые в этом предположении.  Эти сомнения возникли и в кругу апостолов.  Матфей не упоминает о явлениях Иисуса ученикам в Иудее и о беседах, которые Он вел с ними там. Но может ли он игнорировать их ? Разве он сам не упоминает о встрече Иисуса с женщинами у гроба и о словах, которые Он им сказал? И разве все события в Иерусалиме между воскресшим Иисусом и Его учениками не были сразу же известны всем ?

И, увидев Его, поклонились Ему, но некоторые усомнились. Вера в Божественность Сына Божьего, все еще неопределенная и слабая в сердцах многих, была триумфально пробуждена при виде Иисуса, победившего смерть: « Фома сказал ему: Господь мой и Бог мой!   » (Ин 20:28) Учите все народы. Это было целью Божьего милосердия, которое безгранично по отношению к нашему падшему человечеству. Эта заповедь была также обещанием: « А так как беззаконие умножается, то охладеет любовь многих » (Матф. 24:12).

Как мы делаем учеников из народов? Эти три средства: учение, крещение и моральное обязательство практиковать все учения Иисуса. Учение было дано всем народам; крещение было дано тем, кто становился учениками народов. Этих крещеных учеников апостолы должны были научить применять на практике все, что повелел Иисус.

Дьякон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Троица :нажмите здесь, чтобы прочитать статью  → История формирования догмата

  Слово игумена Максимилиана (Кононенко) в Прощеное воскресенье

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans fêtes religieuses, Histoire, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jeudi de la huitième semaine du Temps ordinaire – Année impaire

Posté par diaconos le 27 mai 2021

Rabbouni, que je retrouve la vue

Activités caté, jeux, mimes : l'aveugle de Jéricho - KT42 - portail caté

# Les miracles sont nombreux dans la littérature antique juive et gréco-latine : les inscriptions rapportent des guérisons miraculeuses à Épidaure, le sanctuaire grec du dieu de la médecine Asclépios ; les Romains ont leurs guérisseurs comme Apollonius de Tyane, les juifs leurs rabbis thaumaturges comme Honi HaMe’aguel ou Hanina ben Dossa.. Pour Daniel Marguerat, « il s’est avéré que dans la variété de leurs motifs et de leurs personnages, ces récits se présentaient comme les variations infinies d’un même genre, stéréotypé, que l’on retrouve en abondance dans la culture gréco-romaine».
x
Flavius Josèphe, tout comme certaines sources rabbiniques plus proches et le Nouveau Testament, conserve le souvenir de ces individus. Un certain Eléazar chassait les démons des possédés ; Hanina ben Dosa de Galilée guérissait à distance ; l’historien Geza Vermes vit un parallèle frappant entre ce pouvoir thaumaturgique et celui attribué à Jésus dans l’épisode de la guérison du fils d’un officier, où Jésus fut censé agir à distance. D’autres charismatiques commandaient à la nature : Honi, le traceur de cercles (« Onias » dans Josèphe), et son petit-fils Hanan étaient réputés pour faire venir la pluie.
x
Ces faiseurs de pluie étaient conscients de leur relation privilégiée avec Dieu : Hanan le faiseur de pluie allait même jusqu’à prier pour que son auditoire fît la distinction entre lui et celui qui accordait véritablement la pluie, le Abba [le Père] au ciel ». Bartimée dont le nom signifie « fils de Timée » en araméen, est le nom de l’aveugle guéri par Jésus à l’entrée de Jéricho. Cet épisode existe dans les trois évangiles synoptiques (Marc, Matthieu et Luc), mais le nom de Bartimée n’apparaît que chez Marc.. Bartimée supplia : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi. » La valeur des miracles comme « signes », affirmée dans le Nouveau Testament, rejoint sur ce point l’analyse des historiens, pour qui ils ne sont pas une description objective des faits mais une façon d’exprimer une vérité religieuse.
x
Daniel Marguerat indique en ce sens « que le récit de miracle est un langage religieux connu de l’Antiquité, et qu’il est porteur d’une ambition bien plus forte que de rappeler un fait merveilleux du passé ; ce langage vit de protester contre le mal6. » Cet épisode peut être lu comme une parabole de la découverte de la foi. Ainsi, au départ, Bartimée fut aveugle, assis au bord du chemin. À la fin, Bartimée fut  voyant et suivit Jésus sur le chemin.
x
lwf0003web.gif

De l’évangile selon Marc

46 Jésus et ses disciples arrivent à Jéricho. Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. 47 Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! » 48 Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »

49 Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » 50 L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. 51 Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » 52 Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé.»  Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin. » (Mc 10, 46b-52)

L’aveugle Bartimée

Marc seul fit connaître par son nom, et même par le nom de son père, ce mendiant aveugle. Bartimée signifie fils de Timée, ces noms patronymiques, Bartholomée, Barsabas, tenaient lieu de noms propres. L’aveugle guéri par Jésus devint un chrétien connu dans l’Église apostolique ; son nom fut conservé par la tradition. « Grande foi de cet aveugle qui invoqua comme fils de David celui que le peuple lui annonça comme le Nazaréen. » (Bengel)

Le nom de fils de David qu’e Marc donna à Jésus montre combien était alors répandue dans le peuple la conviction que Jésus était le Messie. on entend ces diverses paroles d’encouragement prononcées par diverses voix dans la foule, cette même foule qui, il y a un instant, voulait empêcher l’aveugle de crier. Ce fut que la compassion dont Jésus fut ému, et qui le fit s’arrêter à la tête de son nombreux cortège en entendant les cris de ce pauvre mendiant, cette compassion pénétra dans les cœurs. Rien n’est plus contagieux que le vrai amour.

Répondant au mouvement qui conduisit l’aveugle vers Jésus et à la foi qui anima Bartimée la question de Jésus n’eut d’autre but que d’encourager le malheureux et de le mettre en contact personnel avec son libérateur. Ce but fut atteint ; le cri de Rabbouni (mon Maître), certifia  toute sa confiance. Selon Marc et Luc, Jésus rendit la vue à l’aveugle uniquement par sa parole puissante et créatrice et sans toucher ses yeux.

Cette foi qui ouvrit son cœur à la puissance divine de Jésus, devint pour lui la source d’une grâce infiniment plus grande que le recouvrement de la vue. Bartimée suivit Jésus dans le chemin, il se joignit au cortège qui allait l’acclamer avec des transports de joie comme le Messie et le Sauveur. Luc nota qu’il glorifiait Dieu au milieu de tout le peuple qui s’associait à ses actions de grâce.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Que veux-tu que je fasse pour toi ? – Seigneur, que je retrouve la vue

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam   : cliquez ici pour lire l’article →  Jeudi de la 8e semaine, année impaire

◊ Père Jean Compazieu   : cliquez ici pour lire l’article →     Humour

◊ KT42      : cliquez ici pour lire l’article →  , ,

   Rabbouni, que je retrouve la vue !  » – Lectio Divina

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...15
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...