Holy Trinity Sunday in year B

Posté par diaconos le 25 mai 2021

Go, Baptize in the Name of the Father, the Son, and the Holy Spirit - Bible  Verse of the Day

# In Christianity, the Trinity (or Holy Trinity) is the one God in three persons: the Father, the Son and the Holy Spirit, equal, partaking of the same divine essence and yet fundamentally distinct. The term Trinitas (= tri + unitas) was coined in Latin by Tertullian (155-220). The belief in the Trinity is the founding principle common to the main Christian denominations: Catholicism , Orthodoxy and Protestantism . The foundation of this doctrine is expressed in the Nicene symbol. The concept of the ‘Trinity’ is not explicitly mentioned in the New Testament, but the three persons are named and manifested there repeatedly, both in their distinction and in their unity. For Christian theology, these three persons, or hypostases, constitute the one God in the form of the Trinity.

The Doctrine of the Trinity The dogma of the Trinity is, according to Christian doctrine, the consequence of the way in which God revealed his mystery: Having first revealed to the Jewish people his existence and uniqueness, which is echoed in the Old Testament, he then reveals himself as Father, Son and Holy Spirit by sending the Son and the Holy Spirit, which is echoed in the New Testament The Trinitarian concept (triad in Greek) first appears in Theophilus of Antioch, around 180, to designate God, his Logos and his Wisdom (Holy Spirit). The writings of the Church Fathers: Justin of Nablus , Irenaeus of Lyons , Clement of Alexandria, Tertullian, Origen, bear witness to the debates that ran through the Church of the first three centuries. The same applies to the successive denunciation of different « heresies ». If the Father, the Son and the Holy Spirit are indeed present in the New Testament, we are still far from the precise doctrine of the Trinity as it will be defined in the fourth century.

                                                                                                                                                  lwf0003web.gif

From the Gospel according to Matthew

16 The eleven disciples went to Galilee, to the mountain where Jesus had ordered them to go. 17 When they saw him, they bowed down, but some were doubtful. 18 Jesus came to them and said, « All authority has been given to me in heaven and on earth. Make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father, and of the Son, and of the Holy Spirit. 20 Teach them to observe all that I have commanded you. And I am with you always, to the end of the age. « (Mt 28:16-20)The Doctrine of the Trinity The dogma of the Trinity is, according to Christian doctrine, the consequence of the way in which God revealed his mystery: Having first revealed to the Jewish people his existence and uniqueness, which is echoed in the Old Testament, he then reveals himself as Father, Son and Holy Spirit by sending the Son and the Holy Spirit, which is echoed in the New Testament

The Trinitarian concept (triad in Greek) first appears in Theophilus of Antioch, around 180, to designate God, his Logos and his Wisdom (Holy Spirit)21. The writings of the Church Fathers: Justin of Nablus22 , Irenaeus of Lyons23 , Clement of Alexandria, Tertullian, Origen, bear witness to the debates that ran through the Church of the first three centuries. The same applies to the successive denunciation of different « heresies ». If the Father, the Son and the Holy Spirit are indeed present in the New Testament, we are still far from the precise doctrine of the Trinity as it will be defined in the fourth century. (Mt 28, 16, 20)

Jesus appears to the eleven in Galilee

The eleven went to Galilee to the mountain Jesus had indicated. They bowed down to him, but some had doubts. Jesus said that all power was his; he commanded his disciples to go to all nations, to instruct, baptise and teach them to keep his commandments; he promised to be with them every day until the end of the world. It seems that when he commanded his disciples to go to Galilee after his resurrection, he at the same time designated a mountain where they would meet him.

The events of Jesus’ life, such as the speech with which he inaugurated his kingdom as Messiah, the manifestation of his glory through his transfiguration, and his farewell speech, took place on mountains. Matthew mentions only his apostles, who were reduced to this number by the death of Judas : ‘Throwing the silver coins into the Temple, he withdrew and went and hanged himself. (Mt 27, 5)

But since Jesus had many disciples in Galilee who hastened to gather when they heard the news of his resurrection from the apostles who had returned from Jerusalem, several interpreters thought that the eleven were not alone at this meeting on the mountain, and identified this appearance with the one in which Jesus, according to the testimony of Paul, was seen by more than five hundred brethren at once : ‘Then he appeared to more than five hundred brethren at once, most of whom were still alive, and some of whom were dead.  » 1 C0 15,  6)

It seemed to them easier to explain the doubts mentioned in this supposition.  These doubts also arose in the circle of the apostles.  Matthew did not mention the appearances of Jesus to his disciples in Judea and the talks he had with them there. But could he ignore them? Didn’t he himself report Jesus’ meeting with the women at the tomb and the words he spoke to them ? And were not all the events in Jerusalem between the risen Jesus and his disciples immediately known to everyone ?

« And when they saw him, they worshipped him; but some doubted. « Faith in the divinity of the Son of God, still uncertain and weak in the hearts of many, was awakened victorious at the sight of Jesus, triumphing over death: « Thomas answered him, ‘My Lord and my God! « (Jn 20:28) « Teach all nations. « This was the purpose of God’s mercy, which is boundless with regard to our fallen humanity. This command was at the same time a promise : « And because iniquity is increased, the love of many will grow cold » (Mt 24, 12).

How do we make the nations disciple? By these three means: instruction, baptism and the moral obligation to put into practice all the teaching of Jesus. Instruction was given to all the nations: baptism is administered to those who were made disciples of the nations. It was to these baptised disciples that the apostles had to teach to keep all that Jesus commanded.

Deacon Michel Houyoux

 

Links to other Christian websites

◊ Father Hanly : click here to read the paper →  Homily for The Holy Trinity, Year B

◊ Britannica  : click here to read the paper → The The Holy Trinity

  Father Michael de Stoop : « Trinity Sunday Year B « 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église

Posté par diaconos le 24 mai 2021

Voici ton fils. Voici ta mère

Mon Seigneur † et Mon Dieu † - Page 75

# Mère de l’Église (en latin : Mater Ecclesiae) est un des titres sous lesquels les fidèles catholiques vénèrent la Vierge Marie, Mère de Dieu. Depuis 2018, c’est aussi le nom de la fête mariale célébrée le lundi après la Pentecôte. Son titre complet est fête de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église. L’Église a traditionnellement dépeint la bienheureuse Vierge Marie avec les Apôtres et les disciples réunis à la première Pentecôte et unis dans la prière avec les premiers membres de l’Église.
x
L’utilisation du titre Mater Ecclesiae à la Vierge Marie remonte à Ambroise de Milan au IVe siècle, mais cela n’était pas très connu avant sa redécouverte en 1944 par Hugo Rahner. Sa mariologie basée uniquement sur Ambroise et les premiers Pères de l’Église a grandement influencé le concile Vatican II et le pape Paul VI qui, citant Ambroise, ont déclaré “ Marie Mère de l’Église ”.
x
Le pape Paul VI a utilisé cette expression dans la promulgation de l’encyclique Lumen Gentium : « C’est donc à la gloire de la bienheureuse Vierge et à notre réconfort que Nous proclamons Marie très sainte, Mère de l’Église, c’est-à-dire de tout le peuple de Dieu, aussi bien des fidèles que des pasteurs, qui l’appellent Mère très aimante, et Nous voulons que, dorénavant, avec un tel titre très doux la Vierge soit encore plus honorée et invoquée par tout le peuple chrétien. »
x
Au discours du clôture du même concile, à 7 décembre 1965, le même pape a répété le titre de “ Mère de l’Église ” .En 2018, le pape François a institué la Mémoire obligatoire de la Vierge Marie, Mère de l’Église le lundi après la Pentecôte, par le décret Laetitia plena. Le décret fut signé au 11 février, au 160e anniversaire des apparitions de la Sainte Vierge à Lourdes
x
lwf0003web.gif
c
De l’évangile de Jésus Christ selon Jean

 25 Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine.  26 Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » 27 Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. 28 Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »

29 Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. 30 Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. 31 Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.

32 Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. 33 Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, 34 mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.  (Jn 19, 25-34)

Jean, le disciple qui Jésus aima

Jean nomma d’abord la mère de Jésus, pour laquelle se réalisa la prophétie de Siméon : « une épée te transpercera l’âme » (Luc 2, 35), et à laquelle Jésus donna un dernier et émouvant témoignage de sa tendresse filiale. La mère de Jésus avait auprès d’elle sa sœur, femme de Clopas, appelé aussi Alphée, en hébreu Chalpaï et qui était mère de l’un des apôtres, Jacques dit le Mineur. Quant à Marie Madelaine, Jean qui, par modestie, ne nomma jamais ni lui-même, ni son frère Jacques, ne mentionna pas Salomé, sa mère qui pourtant se tint aussi près de la croix.

Jean fut le disciple que Jésus aimait. Il ne présuma pas de lui-même en se désignant ainsi, pas plus que Paul ne fit preuve d’orgueilleuse satisfaction dans 1 Corinthiens 15.10. Les deux apôtres parlèrent avec un sentiment de  gratitude envers Jésus à qui ils durent tout ce qu’ils furent.  Jésus, en donnant à Marie le disciple qu’il aimait, avec cette parole suprême : « voilà ton fils », voulut combler  le vide immense et douloureux que son départ fit dans le cœur de sa mère.

Bien que les frères de Jésus, après avoir longtemps refusé de croire en lui, devinrent ses disciples.  Jésus eût d’excellentes raisons de ne confier sa mère qu’à son disciple bien-aimé. Jean comprit bien la parole de Jésus comme un testament par lequel il lui légua sa mère et témoigna à l’un sa pleine confiance et à l’autre sa tendre sollicitude.  Ewald fit sur ce récit de l’Évangile de Jean, qui avait pour son auteur une si grande importance personnelle, cette remarque : « C’était pour lui, dans un âge avancé, une douce récompense de pouvoir repasser cette scène dans son souvenir ; pour ses lecteurs le récit qu’il en a laissé est, sans qu’il l’ait voulu, le signe que lui seul peut avoir écrit ces choses.

Jean marqua le moment douloureux et suprême de l’agonie de Jésus par ces paroles : « Jésus sachant que tout allait être consommé », c’est-à-dire toute son œuvre achevée par sa mort qui s’approchait. À ce moment, le plus affreux tourment du supplicié fut la soif brûlante de la fièvre, occasionnée par les plaies. Jésus exprima cette souffrance qu’il éprouva et manifesta le  besoin de quelque soulagement. Il attribua à Jésus même l’intention d’aider à l’accomplissement de la prophétie en faisant connaître la soif qui le tourmentait.

Ce furent les soldats qui avaient crucifié Jésus qui accomplirent cet acte d’humanité : le vinaigre était un vin acide, breuvage des soldats et des pauvres. Il parut, puisque ce vin se trouvait là, ainsi qu’une éponge et une tige d’hysope, qu’on apporta pour le soulagement des crucifiés.  L’hysope est une fort petite plante, sa tige atteint cependant une longueur de un pied à un et demi pied, elle pouvait suffire pour porter l’éponge jusqu’à la bouche du supplicié, car celui-ci ne fut pas beaucoup élevé au-dessus du sol.

Le sabbat était le premier jour de la fête de Pâque. Les Juifs ne devaient pas laisser un criminel passer la nuit sur le gibet. Les Romains de leur côté, avaient l’usage, très anciennement déjà, d’abréger le supplice des crucifiés en leur brisant les jambes ou en les tuant à coups de bâton. Ce fut l’exécution de cette mesure que demandèrent à Pilate ces mêmes chefs du peuple qui, avec l’odieuse hypocrisie dont ils donnèrent tant de preuves dans cette histoire, observèrent les prescriptions de leur loi, tout en commettant le plus grand des crimes.

Les soldats qui procédèrent à l’exécution s’approchèrent des crucifiés. Jean constata avec bonheur que Jésus ne fut pas mutilé, que cette dernière barbarie, ce dernier outrage lui furent épargnés ; et qu’ainsi une prescription de l’Écriture fut accomplie.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊  Enjeux de la fraternité : cliquez ici pour lire l’article →  Oser rêver de fraternité

◊ Charles Delhez, s.j. – Curé de Blocry   : cliquez ici pour lire l’article → Évangéliser, aujourd’hui encore ?

  Voici ton fils. Voici ta mère

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Méditation, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Dimanche de la Sainte Trinité dans l’année B

Posté par diaconos le 24 mai 2021

Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

# Dans le christianisme, la Trinité (ou Sainte Trinité) est le Dieu unique en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, égaux, participant d’une même essence divine et pourtant fondamentalement distincts. Le terme Trinitas (= tri + unitas) est forgé en latin par Tertullien (155-220). La croyance en la Trinité est le principe fondateur commun aux principales confessions chrétiennes : catholicisme1, orthodoxie2 et protestantisme3. Le fondement de cette doctrine est exprimé dans le symbole de Nicée. Le concept de « Trinité » ne figure pas explicitement dans le Nouveau Testament, mais les trois personnes y sont nommées et s’y manifestent à plusieurs reprises, dans leur distinction comme dans leur unité. Pour la théologie chrétienne, ces trois personnes, ou hypostases, constituent le Dieu unique sous forme de Trinité.
x
La doctrine de la Trinité L’énoncé du dogme de la Trinité se présente, selon la doctrine chrétienne, comme la conséquence de la façon dont Dieu a révélé son mystère : ayant d’abord révélé au peuple juif son existence et son unicité, ce dont l’Ancien Testament se fait l’écho, il se révèle ensuite comme Père, Fils et Saint-Esprit par l’envoi du Fils et du Saint-Esprit, ce dont le Nouveau Testament se fait l’écho Le concept trinitaire (triade en grec) apparaît pour la première fois chez Théophile d’Antioche, vers 180, pour désigner Dieu, son Logos et sa Sagesse (Esprit Saint)21. Les écrits des Pères de l’Église : Justin de Naplouse22, Irénée de Lyon23, Clément d’Alexandrie ,Tertullien, Origène, témoignent des débats qui traversent l’Église des trois premiers siècles. Il en va de même pour la dénonciation successive de différentes « hérésies ». Si le Père, le Fils et l’Esprit-Saint sont bien présents dans le Nouveau Testament, on est encore loin de la doctrine précise de la Trinité telle qu’elle sera définie au IVe siècle.
lwf0003web.gif

De l’évangile selon Matthieu

16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. 18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. 19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, 20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »  (Mt 28, 16-20)

Apparition de Jésus aux onze en Galilée

Les onze se rendirent en Galilée sur la montagne désignée par Jésus. Ils se prosternèrent devant lui, quelques-uns cependant eurent des doutes. Jésus affirma que tout pouvoir lui appartint ; il ordonna à ses disciples d’aller vers toutes les nations, d’instruire, de baptiser et d’enseigner à garder ses commandements ; il leur promit d’être avec eux tous les jours jusqu’à la fin du monde  Il parut qu’en ordonnant à ses disciples de se rendre en Galilée après sa résurrection, il leur désigna en même temps une montagne où ils le rencontrèrent.

Les événements de la vie de Jésus, tels que le discours par lequel il inaugura son royaume comme Messie, la manifestation de sa gloire par sa transfiguration , et son  discours d’adieu, eurent lieu sur des montagnes. Matthieu ne mentionna que ses apôtres, réduits à ce nombre par la mort de Judas  :  » Jetant alors les pièces d’argent dans le Temple, il se retira et alla se pendre.’ (Mt 27, 5)

Mais comme Jésus avait en Galilée beaucoup de disciples qui s’empressèrent de s’assembler en apprenant, par les apôtres revenus de Jérusalem, la nouvelle de sa résurrection, plusieurs interprètes pensèrent que les onze n’étaient pas seuls lors de cette entrevue sur la montagne, et identifièrent cette apparition avec celle où Jésus, au témoignage de Paul, fut vu par plus de cinq cents frères en une seule fois : « Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. » 1 C0 15, 6)

Il leur parut plus facile d’expliquer, dans cette supposition, les doutes mentionnés.  Ces doutes se produisirent aussi dans le cercle des apôtres.  Matthieu passa sous silence les apparitions de Jésus à ses disciples en Judée et les entretiens qu’il  eut là avec eux. Mais put-il les ignorer ? Lui-même ne rapporta-t-il pas la rencontre de Jésus avec les femmes près du tombeau, et les paroles qu’il leur adressa ? Et tout ce qui se passa à Jérusalem entre Jésus ressuscité et ses disciples ne fut-il pas immédiatement connu de tous ?

« Et le voyant, ils l’adorèrent ; mais quelques-uns doutèrent. »  La foi en la divinité du Fils de Dieu, encore incertaine et faible dans le cœur de plusieurs, se réveilla victorieuse à la vue de Jésus  : triomphant de la mort : « Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20, 28) « Instruisez toutes les nations. » Tel fut le dessein de la miséricorde de Dieu, qui est sans limites à l’égard de notre humanité déchue. Cet ordre fut en même temps une promesse  : « Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira’ (Mt 24, 12) 

Comment faire disciples les nations ? Par ces trois moyens : l’instruction, le baptême et l’obligation morale de mettre en pratique tout l’enseignement de Jésus. L’instruction fut adressée à toutes les nations : le baptême est administré à ceux qui, d’entre ces nations, furent faits disciples. Ce fut à ces disciples baptisés que les apôtres durent enseigner à garder tout ce que Jésus commanda.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊  Fête de la Sainte Trinité : cliquez ici pour lire l’article →  Dieu n’est pas le solitaire de l’Univers.

◊  Trinité d’Amour : cliquez ici pour lire l’article → Bien-aimés de Dieu

◊  Psaume 8   : cliquez ici pour lire l’article  O ! Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre !

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊   Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article →   Fête de la Sainte Trinité

◊   Homélie : cliquez ici pour lire l’article → Dieu nous est proche

   Notre Dame du chêne

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Solennité des saints apôtres Pierre et Paul (29 juin)

Posté par diaconos le 23 mai 2021

Solennité des saints apôtres Pierre et Paul (29 juin)  dans fêtes religieuses

# La Pentecôte est une fête chrétienne qui célèbre l’effusion du Saint-Esprit le cinquantième jour à partir de Pâques sur un groupe de disciples de Jésus de Nazareth, dont les Douze Apôtres. Cet épisode est relaté dans les Actes des Apôtres. Cette fête, qui clôt le temps pascal et dont la célébration est attestée localement à partir du IVe siècle, puise son origine dans la fête juive de Chavouot, prescrite dans les livres de l’Exode et des Nombres. La Pentecôte se célèbre le septième dimanche après le dimanche de Pâques, à une date mobile calculée par le Comput. Elle tombe toujours un dimanche entre le 10 mai et le 13 juin. Elle se poursuit le lendemain, dans certains pays, par un lundi férié ou chômé, dit « lundi de Pentecôte ».
Dans le calendrier juif, Chavouot se déroule « sept semaines entières » ou cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat »v , après la fête de Pessa’h. De là son nom de Fête des Semaines (Chavouot, en hébreu) et celui de Pentecôte (cinquantième [jour], en grec ancien) dans le judaïsme hellénistique. Cinquante jours constituent sept semaines, selon la façon de compter de la Bible, et le chiffre 7 est éminemment symbolique. Depuis le concile Vatican II, l’octave de la Pentecôte n’est plus solennisée hormis dans les branches traditionalistes de l’Église catholique. Depuis ce concile qui a remis à l’honneur le culte rendu à l’Esprit saint, cette fête donne parfois lieu à des célébrations particulièrement festives, notamment au sein des communautés charismatiques..
lwf0003web.gif

Pierre était un pêcheur de Galilée, Paul, tout en étant Juif, était aussi un citoyen romain, né à Tarse et avait reçu la meilleure formation intellectuelle qu’on pouvait alors recevoir. Pierre avait vécu avec le Christ durant toute la durée de son ministère public ; Paul n’avait rencontré le Christ que sur le chemin de Damas, dans une vision, alors qu’il allait persécuter les Chrétiens. Paul avait un tempérament fougueux et avec qui, il n’était pas facile de dialoguer.

Pierre, avec sa grande spontanéité qui lui faisait faire bien des gaffes, avait aussi la simplicité qui en faisait un chef que l’on ne craignait pas. Pierre et Paul eurent leurs moments de friction et d’explication et surent diverger d’opinions mais restèrent toujours unis dans l’amour du Christ que l’un et l’autre aima jusqu’à accepter la mort du martyre. À la question, toujours actuelle, de Jésus à ses disciples : « Mais pour vous, qui suis-je? » (Mt 16, 15), nous répondons, une fois de plus en cette solennité des saints Apôtres Pierre et Paul, en unissant nos voix à celle de Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

« Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux » (Mt 16, 17). » Après deux mille ans, le « roc » sur lequel est fondée l’Église reste toujours le même : c’est la foi de Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Église » (Mt 16,18a) : le Christ a construit son Église, un édifice spirituel qui a résisté à l’usure des siècles. Assurément, l’Église n’aurait pas pu résister à l’assaut de tant d’ennemis sur des bases uniquement humaines et historiques.

Au cours des siècles, l’Esprit Saint a illuminé des hommes et des femmes de tout âge, vocation et condition sociale, pour en faire des pierres vivantes de cette Église :  » Vous aussi, soyez les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel. »(1 P 2, 5) Ce sont les saints, que Dieu suscite avec une créativité inépuisable. Ils sont bien plus nombreux que ceux que l’Église a canonisé. Une seule foi, un seul roc, une seule pierre d’angle : c’est le Christ Jésus. La pierre angulaire, c’est bien le Christ Jésus lui-même.

 » En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l’Esprit Saint la demeure de Dieu.  » (Ép 2, 20-22) « J’ai combattu jusqu’au bout le bon combat, j’ai achevé ma course,

Si saint Paul vivait aujourd’hui, comment exprimerait-il l’aspiration missionnaire qui a distingué son action au service de l’Évangile ? Et saint Pierre ne manquerait certes pas de l’encourager dans ce généreux élan apostolique, en lui donnant la main droite en signe de communion : «  Ayant reconnu la grâce qui m’a été donnée, Jacques, Pierre et Jean, qui sont considérés dans l’Église comme les colonnes, nous ont tendu la main, à Barnabé et à moi, en signe de communion : ainsi nous irions vers les païens, et eux vers les Juifs. » (Ga 2, 9).

 C’est pourquoi nous confions à l’intercession de saints Pierre et Paul le chemin de l’Église dans le monde. Prions la sainte Vierge Marie, la reine des apôtres, afin que partout, le peuple chrétien grandisse dans la communion fraternelle et dans l’élan missionnaire.

Diacre Michel Houyoux

978-3-8416-9809-4-front      ISB: 13 978-3-8416-8809-4

Auteur  Diacre Michel Houyoux   -  252 pages , publié en fran9ais le 09 juillet 2012

Prix 49€

Cliquez sur le titre ci-dessous pour acheter le livre. Livraison par la poste chez vous

      morebooks : rencontre avec la parole de vie source d’amour

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Dimanche de la Pentecôte dans l’année B

   Dimanche de la Pentecôte Année B

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

123456...15
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...