Fest des Allerheiligsten Sakraments im Jahr B

Posté par diaconos le 3 juin 2021

Dies ist mein Körper

Fête du Saint Sacrement dans l'année B dans Catéchèse adoration-eucharistique

# Das Allerheiligste Sakrament ist ein Name, den die katholische Kirche der Eucharistie und damit auch der konsekrierten Hostie gibt. Die Anbetung des Allerheiligsten ist die Verehrung der konsekrierten Hostie, die in einer Monstranz oder einem Tabernakel dargeboten wird (am Gründonnerstag bei der Aufbewahrung). Das Fest des Allerheiligsten Sakraments ist ein religiöses Fest (katholisch und anglikanisch), das am Donnerstag nach dem Fest der Heiligen Dreifaltigkeit gefeiert wird. Das Offizium des Allerheiligsten Sakraments ist ein liturgisches Offizium, das von Thomas von Aquin verfasst wurde.

Religiöse Gruppen Die Kongregation des Allerheiligsten Sakraments wurde 1856 in Frankreich von Pierre-Julien Eymard gegründet. Die Dienerinnen des Allerheiligsten Sakraments (S.S.S.) sind eine katholische Ordensgemeinschaft, die am 25. Mai 1858 von Pater Pierre-Julien Eymard in Frankreich gegründet wurde. Die Anbeterinnen des Allerheiligsten Sakraments sind eine katholische Ordensgemeinschaft, die 1882 von Francesco Spinelli in Italien gegründet wurde. Der Orden der Ewigen Anbeterinnen des Allerheiligsten Sakraments wurde in Italien von Caterina Sordini (1770-1824) gegründet, in der Religion Maria Magdalena von der Menschwerdung.

Die Kongregation der Schwestern vom Allerheiligsten Sakrament ist eine katholische Ordensgemeinschaft, die von Louis Agut (1695-1778) in Macon gegründet wurde. Die Kongregation der Schwestern vom Allerheiligsten Sakrament von Valence ist eine katholische Ordensgemeinschaft von Frauen, die 1715 von Pierre Vigne auf dem Kalvarienberg von Boucieu le Roi gegründet wurde. Die Gesellschaft vom Allerheiligsten Sakrament ist eine katholische Geheimgesellschaft, die 1630 von Henri de Lévis gegründet wurde. Mutter María Luisa Josefa vom Allerheiligsten Sakrament (1866-1937), mexikanische Ordensfrau, ehrwürdige Katholikin, Gründerin der Karmelitinnen-Kongregationen. Dominikus vom Allerheiligsten Sakrament, spanischer Seliger.

Der Stadtteil Saint-Sacrement ist ein Viertel in Quebec City. Saint-Sacrement ist auch der Name einer großen historischen Domäne in Toulon (Var, Frankreich), die lange Zeit für mehrere Ordensgemeinschaften reserviert war (Vorort von Saint-Jean du Var). In der Kunst: Raffaels « Streit um das Allerheiligste », das vierte Fresko im Saal der Signatur, wurde zwischen 1509 und 1510 gemalt.

#Aus dem Evangelium nach Markus

12 Am ersten Tag des Festes der ungesäuerten Brote, als das Passahlamm geschlachtet wurde, sagten die Jünger Jesu zu ihm: « Wo sollen wir hingehen und Vorbereitungen treffen, damit ihr das Passah essen könnt? « 13 Er sandte zwei seiner Jünger und sagte zu ihnen: « Geht in die Stadt; ein Mann mit einem Wasserkrug wird euch begegnen. Folgt ihm, 14 und wo er hineingeht, sagt dem Besitzer: « Der Meister hat euch gesandt, um zu sagen: ‘Wo ist der Raum, wo ich mit meinen Jüngern das Passah essen kann?’  » 15 Er wird dir einen großen Raum im Obergeschoss zeigen, der bereits eingerichtet und für das Mahl vorbereitet ist. Dort sollst du die Vorbereitungen für uns treffen.  » 16 Die Jünger gingen in die Stadt und fanden alles so vor, wie Jesus es ihnen gesagt hatte, und sie bereiteten das Passahfest vor.

22 Während sie aßen, nahm Jesus das Brot, sprach den Segen, brach es und gab es ihnen und sagte: « Nehmt, das ist mein Leib. « 23 Dann nahm er den Kelch und sprach das Dankgebet, und sie tranken alle daraus. 24 Dann sagte er zu ihnen: « Das ist mein Blut des Bundes, das für viele vergossen wird. 25 « Amen, ich sage euch: Ich werde nicht mehr von der Frucht des Weinstocks trinken bis zu dem Tag, an dem ich sie von neuem trinke im Reich Gottes.  » 26 Als sie die Psalmen gesungen hatten, machten sie sich auf den Weg zum Ölberg.  » (Mk 14,12-16.22-26)
Das Passahmahl

Als das Passahfest kam, suchten die Hohenpriester und Schriftgelehrten einen Weg, ihn zu ergreifen und zu töten, aber sie wollten nicht, dass es während des Festes geschah, aus Angst vor Aufruhr.  Als Jesus mit Simon, dem Aussätzigen, in Bethanien zu Tisch war, kam eine Frau mit einem Alabasterkrug voller teurem Parfüm, und sie zerbrach den Krug und goss das Parfüm auf Jesu Kopf. Einige von ihnen tadelten diese sinnlose Verschwendung: Dieses Parfüm, sagten sie, hätte für dreihundert Denare verkauft werden können, um den Armen zu helfen. Jesus warf ihnen vor, die Frau zu verletzen.

Er sagte, dass sie eine gute Tat für ihn vollbracht habe. Sie waren immer in der Lage, den Armen Gutes zu tun, während er nicht immer in der Lage war, ihnen Gutes zu tun. Den Tod Jesu, den sie liebte, spürend, tat sie, was sie konnte; machtlos, ihn zu retten, erwies sie ihm die letzte Ehre, indem sie ihm das Kostbarste opferte, was sie hatte. Wo immer das Evangelium gepredigt wird, wird erzählt, was sie tat.

Judas, einer der Zwölf, ging zu den Hohenpriestern, um Jesus an sie auszuliefern. Sie empfingen ihn freudig und versprachen ihm Geld. Judas suchte nach einer Gelegenheit, Jesus zu verraten.

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Ein strenges Leben ist reich an Freuden : kick hier, um deb Atikel zu lesen →  Norbert von Xanten

◊  Dies ist mein Körper  : kick hier, um deb Atikel zu lesen → Das Abendmahl als Pessachmahl

  Michael Sieber : « Passah-Feier nach jüdischer Tradition

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, La messe du dimanche, Liturgie, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mercredi de la neuvième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 2 juin 2021

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants

32è dimanche ordinaire: Le DIEU des vivants

De l’évangile selon Marc

 18 Des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection – viennent trouver Jésus. Ils l’interrogeaient : 19 « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une femme, mais aucun enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère. 20 Il y avait sept frères ; le premier se maria, et mourut sans laisser de descendance.

21 Le deuxième épousa la veuve, et mourut sans laisser de descendance. Le troisième pareillement. 22 Et aucun des sept ne laissa de descendance. Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi. 23 À la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? » 24 Jésus leur dit : « N’êtes-vous pas en train de vous égarer, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ?

25 Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les cieux. 26 Et sur le fait que les morts ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit : Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? 27 Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous égarez complètement. »  (Mc 12, 18-27)

Homélie

Ignorer les Écritures et la puissance de Dieu, telle est la double source habituelle de l’erreur et de l’incrédulité. Jésus prouva la puissance de Dieu par le fait que sa parole créatrice saura rendre aux morts un corps glorifié, digne de leur existence nouvelle ; puis il démontra la vérité profonde des Écritures par la citation qu’il en fit et la conclusion qu’il en tira. Les sadducéens ne croyaient pas que les morts revivent, leur question se réduisit à une ironie.

La vie vient de Dieu et le désir d’être qui nous habite est sacré, il est l’empreinte de sa vocation à la vie divine. La plupart des religions et des philosophies proposent la modération du désir, un sage contentement de ce qui est humainement accessible. La mort du Christ sur la croix est la célébration de sa défaite. Elle est l’évènement où Dieu lui-même nous révèle que le sens profond de la vie va au-delà de la simple existence biologique et se trouve dans l’amour.

Dans l’Ancien Testament, la mort est un drame car elle nous coupe de toute possibilité de relation. Elle est la solitude extrême, l’isolement définitif. Nous avons parfois fait l’expérience qu’une vie pleine, celle que l’on voudrait prolonger indéfiniment, n’est pas celle des jours tristes d’ennui, de routine ou de solitude, mais celle des heures passées à aimer. La Résurrection que nous offre le Christ est la restauration et l’élévation de notre capacité d’aimer et d’entrer en relation, jusqu’à entrer en communion avec tous nos frères et Dieu lui-même.

« En ce temps-là, des sadducéens qui affirmèrent qu’il n’y eut pas de résurrection, vinrent trouver Jésus. » À la base de l’incrédulité des sadducéens et de nos contemporains au sujet de la Résurrection, il y a parfois une conception irrecevable de la vie après la mort. Si elle ne signifie qu’un prolongement infini de notre vie terrestre, elle est difficilement attirante. Seigneur, augmente ma foi en la Résurrection. Aide-moi à croire que la vie éternelle a déjà commencé en moi et que bientôt nous serons ensemble au ciel.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →  Mercredi de la 9e semaine, année impaire

◊ Père Jean Compazieu : cliquez ici pour lire l’article → L’Évangile du jour

Lectio Divina : « Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Feast of the Blessed Sacrament in the year B

Posté par diaconos le 2 juin 2021

This is my body

Fête du Saint Sacrement dans l'année B dans Catéchèse adoration-eucharistique

# Blessed Sacrament is a name given to the Eucharist by the Catholic Church, and by extension to the consecrated host. Adoration of the Blessed Sacrament is the adoration of the consecrated host, presented in a monstrance or tabernacle (at the repository on Holy Thursday). The Feast of the Blessed Sacrament is a religious festival (Catholic and Anglican) celebrated on the Thursday following the Feast of the Holy Trinity. The Office of the Blessed Sacrament is a liturgical office composed by Thomas Aquinas.

Religious groups The Congregation of the Blessed Sacrament was founded in France in 1856 by Pierre-Julien Eymard. The Servants of the Blessed Sacrament (S.S.S.) is a Catholic religious congregation founded in France on 25 May 1858 by Father Pierre-Julien Eymard. The Adorers of the Blessed Sacrament are a Catholic religious congregation founded in Italy in 1882 by Francesco Spinelli. The order of the Perpetual Adorers of the Blessed Sacrament was founded in Italy by Caterina Sordini (1770-1824), in religion Mary Magdalene of the Incarnation.

The Congregation of the Sisters of the Blessed Sacrament is a Catholic religious congregation founded by Louis Agut (1695-1778) in Macon. The Congregation of the Sisters of the Blessed Sacrament of Valence is a Catholic religious congregation of women founded at the Calvary of Boucieu le Roi in 1715 by Pierre Vigne. The Company of the Blessed Sacrament is a Catholic secret society founded in 1630 by Henri de Lévis. Mother María Luisa Josefa of the Blessed Sacrament (1866-1937), Mexican nun, venerable Catholic, founder of Carmelite congregations. Dominic of the Blessed Sacrament, Spanish Blessed.

The Saint-Sacrement district is a neighbourhood in Quebec City. The Saint-Sacrement is also the name given to a vast historical domain in Toulon (Var, France) which was for a long time reserved for several religious congregations (suburb of Saint-Jean du Var). In the arts: Raphael’s Dispute of the Blessed Sacrament, the fourth fresco in the Hall of the Signature, was painted between 1509 and 1510.

From the Gospel according to Mark

12 On the first day of the Feast of Unleavened Bread, when the Passover lamb was being slain, Jesus’ disciples said to him, « Where do you want us to go and make preparations for you to eat the Passover? « 13 He sent two of his disciples, saying to them, « Go into the city; a man carrying a pitcher of water will meet you. Follow him, 14 and where he goes in, tell the owner, « The Master has sent you to say, ‘Where is the room where I can eat the Passover with my disciples?’ »15 He will point out to you a large room upstairs that has been set up and is ready for a meal. Make the preparations for us there. « 16 The disciples left and went into the city, and they found everything just as Jesus had told them, and they prepared the Passover.

22 While they were eating, Jesus took bread and said the blessing, broke it and gave it to them, saying, « Take, this is my body. « 23 Then he took a cup and gave thanks, and they all drank from it. 24 Then he said to them, « This is my blood of the covenant, shed for many. 25 « Amen, I tell you, I will not drink again of the fruit of the vine until that day when I drink it anew in the kingdom of God. « 26 When they had sung the psalms, they set out for the Mount of Olives. »  (Mk 14:12-16.22-26)

The Passover meal

When the Passover came, the chief priests and scribes sought a way to seize him and kill him, but they did not want it to be during the feast for fear of sedition.  When Jesus was at table with Simon the leper in Bethany, a woman came with an alabaster jar full of expensive perfume, and she broke the jar and poured the perfume on Jesus’ head. Some of them blamed this useless waste: this perfume, they said, could have been sold for three hundred denarii to benefit the poor. Jesus reproached them for hurting the woman.

He said that she was doing a good deed for him. They were always able to do good for the poor, while he was not always able to do good for them. Sensing the death of Jesus whom she loved, she did what she could; powerless to save him, she paid him the last duty by sacrificing to him what she had most precious. Wherever the Gospel is preached, what she did is told.

Judas, one of the twelve, went to the chief priests to deliver Jesus to them. They received him gladly and promised him money. Judas looked for an opportunity to betray Jesus.

Deacon Michel Houyoux

Additional information

◊ Deacon Michel Houyoux : click here to read the paper → Palm and Passion Sundays

Links to other Christian websites

◊ Fr. Tommy Lane : click here to read the paper → Promises of the Sacred Heart of Jesus

◊ The Passover meal   : click here to read the paper → The Passover sacrific

    Homily – Feast of the Holy Family (Year B)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Foi, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mardi de la neuvième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 1 juin 2021

Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu

Tableau le denier de cesar

# « Rendre à César ce qui qui lui appartient » est une expression qui renvoie à la phrase biblique « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » Cette phrase se trouve dans les trois Évangiles synoptiques : Marc 12,17, Matthieu 22,21 et Luc 20,25. Elle est attribuée à Jésus répondant à une question des pharisiens, partisans d’une stricte observance de la loi juive.

Depuis deux millénaires, cet apophtegme a été largement utilisé pour illustrer la relation entre l’Église et le pouvoir politique. Le message original, qui répondait à la question de savoir s’il était licite pour les Juifs de payer l’impôt à l’empereur romain, a fait l’objet de nombreuses spéculations quant aux circonstances dans lesquelles il est souhaitable pour les chrétiens de se soumettre à l’autorité terrestre.

De nombreux peintres ont représenté cet épisode biblique. Dans l’usage commun, l’expression a pris un sens dérivé et signifie qu’il faut attribuer une phrase, un propos ou une opinion à son véritable auteur. Certains interprètent le message de Jésus dans le sens où, si des citoyens bénéficient des avantages d’un État tel que celui de César, distinct de l’autorité de Dieu (par exemple, en utilisant sa monnaie), ils ne peuvent plus choisir d’ignorer les lois d’un tel État.

Gandhi, qui partageait ce point de vue, a écrit : « Jésus a éludé la question directe qui lui était posée parce que c’était un piège. Il n’était en aucun cas tenu d’y répondre. Il a donc demandé à voir la pièce pour les impôts. Puis il dit avec un mépris méprisant : « Comment pouvez-vous, vous qui faites le trafic des pièces de César et qui recevez ainsi ce que vous considérez comme des avantages de la domination de César, refuser de payer les impôts ? » Toute la prédication et la pratique de Jésus pointent indubitablement vers la non-coopération, qui inclut nécessairement le non-paiement des impôts, »

lwf0003web.gif

De l’Évangile selon Marc

13 On envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode pour lui tendre un piège en le faisant parler, 14 et ceux-ci vinrent lui dire : « Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens, mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité. Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? Devons-nous payer, oui ou non ? »

15 Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Faites-moi voir une pièce d’argent. » 16 Ils en apportèrent une, et Jésus leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? – De César », répondent-ils. 17 Jésus leur dit : « Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet. » (Mc 12, 13-17)

Questions sur le tribut, la résurrection, le plus grand commandement

 Les  chefs envoyèrent à Jésus quelques pharisiens et quelques hérodiens pour surprendre de lui une parole compromettante. Ces envoyés saluèrent Jésus comme un maître qui n’eut souci que de la vérité et lui demandèrent s’il »tait permis de payer le tribut à César. Jésus pénétrant leur hypocrisie, demanda qu’on lui apporta un denier, et, après leur avoir fait remarquer de qui il portait l’image et le nom, il leur ordonna de rendre à César ce qui fut à César et à Dieu ce qui fut à Dieu. Grand fut leur étonnement à son sujet.

Les sadducéens, qui nièrent la résurrection, demandèrent, avec ironie, à Jésus quelle serait, dans l’autre monde la condition d’une femme qui, en vertu du lévirat  épousa successivement sept frères .  Jésus répondit qu’ils furent dans l’erreur et que celle-ci provint de ce qu’ils ignorèrent et les Écritures et la puissance de Dieu. Dans l’économie future il n’y aura plus de mariage, parce que les gens seront comme les anges.

Quant à la vie à venir, elle fut attestée par cette parole du livre de Moïse, où Dieu se nomma le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, car Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Un scribe, satisfait de la réponse de Jésus aux sadducéens, demanda à Jésus quel est le premier commandement. Jésus lui indiqua le commandement de l’amour de Dieu, auquel il joignit celui de l’amour du prochain.

Le scribe approuva la réponse de Jésus et confessa qu’aimer Dieu, ce fut plus que d’offrir des sacrifices. Jésus lui déclara qu’il ne fut pas loin du royaume de Dieu. Connaissant leur hypocrisie. Voilà bien celui qui sonde les cœurs. Dès lors sa question : « Pourquoi me tentez-vous ? »  révéla à ces hommes l’inutilité et la folie de leur dessein.

« Jésus leur dit : Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »  Par cette parole, Jésus n’exprimait pas seulement une profonde vérité morale, mais il sortait victorieux du piège que lui tendaient ses adversaires, et en même temps il brisait leur alliance momentanée ; car les pharisiens ne voulaient pas rendre à César le tribut qui lui appartenait, et les hérodiens, mondains et frivoles, étaient tout aussi peu disposés à rendre à Dieu leurs cœurs et leurs vies.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  →  Pauvre, dans une juste économie du salut !

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  Abbaye Notre Dame de Scourmont (Belgique) : cliquez ici pour lire l’article  →   HOMÉLIE POUR LE MARDI DE LA 9ÈME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE

◊  Vie, espoir et vérité : cliquez ici pour lire l’article  →Le christianisme pour les nuls ?

Lectio Divina :  » Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Méditation, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...1011121314
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS