• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 août 2021

L’heure est venue de sortir de notre sommeil.

Posté par diaconos le 8 août 2021

L’heure est venue de sortir de notre sommeil. dans Catéchèse slide_1Aucun texte alternatif pour cette imageslide_1 L’heure est venue de sortir de notre sommeil. dans comportements

slide_1 dans Foi

Le mot « évangélique » est souvent confondu, à tort, avec le mot « évangéliste », qui désigne les auteurs des évangiles canoniques ou la fonction d’un prédicateur. Les chrétiens évangéliques ont essentiellement en commun l’importance qu’ils accordent à la conversion individuelle relevant d’un choix personnel et, par suite, de l’expérience de la « rencontre avec le Christ ». Ceci implique donc un changement de vie et une relation individuelle avec Dieu s’articulant autour de la lecture de la Bible et de la communion par la prière (personnelle ou en communauté). Le premier point de distinction d’une église chrétienne évangélique est la nouvelle naissance (conversion personnelle) et le baptême du croyant.

wEn 2020, selon le chercheur français Sébastien Fath du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le mouvement compterait environ 660 millions de croyants dans le monde. À partir de la fin du XVIIIe siècle, le terme anglais evangelical commença à être utilisé dans le monde anglo-saxon pour désigner les groupements internes au protestantisme qui se distinguent du protestantisme établi par leur insistance sur la piété personnelle et sur le changement de vie.

x# De manière générale, le mot conversion désigne l’action de changer quelque chose en une autre (convertir) ou le résultat de cette action. En particulier, ce terme est employé dans différents contextes. En religion et histoire des religions, le sens traditionnel du terme est celui d’un changement de religion : voir conversion religieuse, conversion au judaïsme, conversion à l’islam et la conversion de Paul. Pour les chrétiens évangéliques, le terme conversion désigne le fait – selon eux extrêmement important – de se tourner vers Dieu et donc de devenir vraiment chrétien, ce qui implique un changement de vie et le début d’une relation individuelle avec Dieu s’articulant autour de la lecture de la Bible et de la communion par la prière (personnelle ou en communauté) L’évangélisme, couramment nommé christianisme évangélique, protestantisme évangélique ou encore évangélicalisme, est une branche du christianisme. Le terme « évangélique » est au départ un simple adjectif découlant du mot évangile.

w
L’évangélisme a ses origines dans la Réforme protestante du XVIe siècle et les mouvements de Réveil qui ont suivi. L’évangélisme plonge plus particulièrement ses racines dans la Réforme radicale du XVIe siècle et sa conception de l’Église de professants. Les principaux mouvements d’églises évangéliques sont le baptisme, le pentecôtisme, le mouvement charismatique, le mouvement néo-charismatique et le christianisme non dénominationnel. L’évangélisme est également présent dans d’autres branches du protestantisme. La plupart des dénominations chrétiennes évangéliques sont regroupées dans l’Alliance évangélique mondiale.
w
Le mot « évangélique » est souvent confondu, à tort, avec le mot « évangéliste », qui désigne les auteurs des évangiles canoniques ou la fonction d’un prédicateur. Les chrétiens évangéliques ont essentiellement en commun l’importance qu’ils accordent à la conversion individuelle relevant d’un choix personnel et, par suite, de l’expérience de la « rencontre avec le Christ ». Ceci implique donc un changement de vie et une relation individuelle avec Dieu s’articulant autour de la lecture de la Bible et de la communion par la prière (personnelle ou en communauté). Le premier point de distinction d’une église chrétienne évangélique est la nouvelle naissance (conversion personnelle) et le baptême du croyant. En 2020, selon le chercheur français Sébastien Fath du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le mouvement compterait environ 660 millions de croyants dans le monde. À partir de la fin du XVIIIe siècle, le terme anglais evangelical commença à être utilisé dans le monde anglo-saxon pour désigner les groupements internes au protestantisme qui se distinguent du protestantisme établi par leur insistance sur la piété personnelle et sur le changement de vie.

L’heure est venue de sortir de notre sommeil

w
Secouez donc votre torpeur ! C’est le premier message de l »évangile. Il  s’adresse à notre insouciance, il fait appel à notre vigilance et il fait  écho aux avertissements de saint Paul :  » L’heure est venue de sortir de notre sommeil. Rejetons les activités  des ténèbres et revêtons-nous pour le combat de la lumière » Jésus ne manqua aucune occasion de frapper à notre porte. Il est   venu, il vient, il viendra nous rappeler notre mission de réconciliation  et de paix, son Royaume à construire. Il vient nous éveiller à  l’essentiel.
Il ést question de droit, de justice et de paix et d’espérance chrétienne.  Convertissez-vous, le Royaume des cieux est proche.Voilà l’urgence et c’est une bonne nouvelle ! Dieu va enfin régner. Nous sommes à l’automne de l’an vingt-sept vraisemblablement et nous avons peine à imaginer ce qui pouvait provoquer un tel cri. Convertissez-vous car le Royaume des cieux est tout proche ! Voilà la bonne nouvelle. Voici l’Évangile, la bonne nouvelle que, pendant deux ans, Jésus se mit à crier à son tour. Dieu est tout proche.

Dieu parmi les hommes, Dieu sur nos chemins. Proche est son  Royaume. Viens ! Viens ! Que ton règne vienne ! Que l’Amour  vienne ! Que la paix vienne ! Que la justice vienne ! Tous ces biens  que nous aspirons tous viennent.  Ils sont là ! dit Jean-Baptiste. Cette nouvelle ne laisse personne  indifférent. Mais attention ! Attention ! , nous crie Jean-Baptiste : « Ne vous contentez pas d’attendre, de désirer… Bâtissez ce Royaume de Dieu, travaillez-y… Allez, en route, soyez actifs, convertissez- vous… Changez !  Notre Dieu est tout proche, travaillez à le faire venir, préparez son  chemin !  »

C’est un dur, un fameux gaillard, ce Jean-Baptiste qui cria  : « Convertissez-vous ! » Il  commença é par le faire lui-même : il mena  une vie frugale, primitive et sainement écologique bien avant l’heure. Pas de problèmes, d’obésité, ni d’infarctus du myocarde, ni  de cholestérol en trop !  C’est le temps de se retourner le cœur, c’est le  temps de la décision à prendre. Se convertir, c’est se retourner  complètement pour prendre la direction inverse de celle que l’on  suivait jusqu’alors.

Ce temps sera-t-il pour chaque personne un temps de  renouveau, un temps de changement, un temps de conversion ?  Cette logique de la conversion nous la retrouvons aussi dans le  texte de Saint Paul :  « Ce qui fonde notre espérance, c’est la fidélité  de Dieu qui appelle notre propre  fidélité et nous pousse à nous  montrer accueillants les uns aux autres. « ,                                                de Dieu qui appelle notre propre fidélité et nous pousse à nous  montrer accueillants les uns aux autres. « 

Revenons au Christ Jésus lui-même, nous pouvons nous remettre  en route en suivant Celui qui n’est pas seulement le point de  convergence des Écritures mais notre guide sur le chemin qui mène  au Père. Il est lui-même le chemin, la voie qui mène à la vérité, à la  vie, à la vision. Entendons le prophète Isaïe nous dire de la part du Seigneur :  « Voici le chemin, prends-le ! » (Is. 30,20). Celui qui vient, c’est Dieu, c’est le juge de la fin des temps : « Il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dan un four qui ne  s’éteint pas.! » (Mt 3, 12)

  Éclairages avec nos spécialistes de la foi et de l’enfance : ‘ Que signifie se convertir ?’

Image de prévisualisation YouTube

Rencontre avec la parole de vieAuteur  Diacre Michel Houyoux  - 224 pages , publié en français le 06 juillet 2012 EAN 139783841698070 ISBN   978-3-8416-9807-0   Format  Broché   Éditeur  Croix du Salut  Publié à la maison d’éditions Croix du SalutSite Web  http : www. editions-croix.com Livré chez vous par la poste   Prix 49€

Cliquez sur le titre ci-dessous pour acheter le livre. Livraison par la poste chez vous

Rencontre avec la Parole de Vie

 Compléments

◊ KT42 : cliquez ici, pour lire l’article  →L’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil ◊ Jacques Guillet : cliquez ici, pour lire l’article  →   L’humanité du Christ

◊  Église saint Éloi -Paris XIIième : cliquez ici, pour lire l’article  → Le Christ, notre espérance à vous, les jeunes

 

 

Publié dans Catéchèse, comportements, Foi, Messages, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Dix-neuvième dimanche du temps ordinaire- Année B

Posté par diaconos le 8 août 2021

Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel

19ième Dimanche du Temps Ordinaire – par le Diacre Jacques FOURNIER (Jn  6,41-51) - Sedifop

# Le Sang du Christ, dans la théologie chrétienne, est le sang qui s’est échappé des blessures de Jésus-Christ, notamment lors de sa Crucifixion, ainsi que le sang présent lors du sacrement de l’Eucharistie. En effet, d’après la doctrine de la transsubstantiation, enseignée par l’Église catholique, dans l’Eucharistie, la substance du vin est changée en celle du Sang du Christ. Pour l’archevêque Théophylacte : « De même, la coupe du sang du Seigneur est une vraie boisson, car elle n’étanche pas notre soif pour un temps limité, mais elle préserve pour toujours de la soif celui qui la boit, et elle ne le laisse pas insatisfait. Comme le Seigneur l’a dit à la Samaritaine : Celui qui boira de l’eau que moi, je lui donnerai, n’aura plus jamais soif.
w
En effet, quiconque recevra la grâce de l’Esprit Saint en participant aux divins mystères, ne souffrira ni de la faim spirituelle ni de la soif, comme ceux qui n’ont pas la foi. La fête du Précieux Sang du Seigneur Jésus-Christ fut décidée par le pape Pie IX en 1849 depuis son exil de Gaète à la suite de l’instauration de la République romaine, quand il fut rétabli dans ses prérogatives, notamment par la France. Il en fixa la date au 1er juillet. En 1934, le pape Pie XI l’éleva comme l’une des fêtes les plus importantes de l’Église et Jean XXIII en fit écrire les Litanies pour rappeler l’importance de la dévotion. Cependant, avec la réforme issu du Concile Vatican II, la fête fut retirée du calendrier liturgique en 1970 considérée comme trop proche du Corpus Domini ou Fête-Dieu. Cela n’empêcha pas les fidèles de pouvoir communier au Corps et au Sang du Christ (hostie et vin liturgique) à la messe et, traditionnellement, tout le mois de juillet reste dédié au Précieux Sang.
w

De l’Évangile selon saint Jean

En ce temps-là, les Juifs récriminaient contre Jésus parce qu’il avait déclaré : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel. » Ils disaient : « Celui-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire maintenant : ‘Je suis descendu du ciel’ ? » Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous. Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi. Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père.

Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde.» (Jn 6, 41-51)

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel

Seigneur, dans ta bonté et ta miséricorde, accorde-nous la foi en ce mystère qui dépasse infiniment notre intelligence et accorde-nous d’accepter notre pauvreté spirituelle face au mystère qui se déroule devant nous et dont tu es l’origine. Prends-nous dans tes bras et Serre-nous sur ton cœur miséricordieux. Serre-nous comme celui du Père qui prend son enfant dans ses bras, lui manifestant ainsi la profondeur de son amour face à l’ignorance et à l’incompréhension du mystère qui, grâce à toi, se déroule devant lui et pour lui.

Seigneur, ouvre mes yeux et purifie mon cœur. Le saint Curé d’Ars disait à ceux qu’il rencontrait que nous étions tous de pauvres aveugles et que nous devions demander au Seigneur de nous ouvrir les yeux à la messe au moment de la consécration lorsque le prêtre, autre Christ, élève l’hostie et le calice en disant « Ceci est mon Corps ; ceci est mon sang ». Seigneur, si telle est ta volonté, accorde-moi la grâce d’ouvrir mes yeux et mon entendement pour adhérer à cette promesse.

Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire vers moi

Aujourd’hui, l’Évangile nous montre l’étonnement dans lequel vivaient les compatriotes de Jésus dans sa présence, «Cet homme-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire: ‘Je suis descendu du ciel’?» (Jn 6,42). La vie de Jésus parmi les siens avait été tellement normale, qu’au début de sa mission, ceux qui le connaissaient se scandalisaient de ses paroles.

De quel Père, que personne n’avait vu, leur parlait-il? Quel était ce pain venu du ciel qui donnerait la vie éternelle à ceux qui le mangeraient? Il niait que c’était la manne du désert car ceux qui l’avaient mangé étaient morts. «Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie» (Jn 6,51). Sa chair pouvait-elle être une nourriture pour les hommes? La consternation que semait Jésus parmi les juifs pourrait s’appliquer à nous aussi si nous ne répondons pas à une question fondamentale de notre vie chrétienne : qui est Jésus ?

Beaucoup d’hommes et des femmes se sont posé cette même question bien avant nous et ils ont répondu personnellement, ils sont allés vers Jésus, ils l’ont suivi et ils jouissent d’une vie sans fin et pleine d’amour. «(…) Et moi je les ressusciterait au dernier jour» (cf. Jn 6,44). Juan Casiano exhortait ses moines leur disant: «Approchez vous de Dieu et Dieu s’approchera de vous, car ‘personne ne peut venir à Moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire vers Moi’. Dans l’Évangile nous entendons le Seigneur qui nous invite à aller vers lui ‘Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos’». Accueillons la Parole de l’Évangile qui nos rapproche de Jésus chaque jour, accueillons l’invitation de ce même Évangile à rentrer en communion avec Lui en mangeant sa chair, car «c’est la nourriture vrai, la chair du Christ, celui qui étant le Verbe, se fait chair pour nous» (Orígenes).

Seigneur, augmente en moi la foi : que je sache vivre de ta vie et la communiquer à chaque instant : moments faciles ou moments d’épreuve. Méditez quelques instants, devant le Saint-Sacrement si cela vous est possible, sur le don que Dieu vous fait par l’Eucharistie. Le remercier tout en lui demandant pardon de la pauvreté de votre réponse.

Contact Marie Landry Bivina

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Dimanche de la dix-neuvième Semaine du Temps Ordinaire — Année B

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Dix-neuvième dimanche du temps ordinaire, année B

  Je suis le pain de vie descendu du ciel : celui qui le mange vivra pour toujours

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, L'Église, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS