• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 6 septembre 2021

Lundi de la vingt-troisième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 6 septembre 2021

Ils observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat

 PPT - LE SABBAT PowerPoint Presentation, free download - ID:5576108

Michel Houyoux

# La piscine de Bethesda, située sur le chemin de la vallée de Beth Zeta, est mentionnée dans l’Évangile de Jean, au chapitre 5, comme le lieu d’un miracle de Jésus sur un paralytique. La description qui en est faite signale qu’elle était entourée de cinq portiques. Les anciens manuscrits de l’évangile de Jean ne s’entendent pas sur le vrai nom de cet endroit : il s’appellerait « Bezatha », ou « Bethesda », ou « Belsetha », ou encore « Bethsaïda ».

x
Un des manuscrits de la mer Morte résout le problème de façon inattendue. Le rouleau de cuivre, qui doit dater de la première moitié du Ier siècle, présente une longue liste de trésors cachés à Jérusalem et ailleurs en Terre d’Israël. Une des cachettes est située dans un lieu de Jérusalem appelé Bet-eshdatain, marqué par une piscine à deux bassins de grandeurs différentes. Il ne fait pas de doute, que la transcription grecque de Bethesda doit être retenue comme la plus juste, et le nom doit être traduit par « maison des deux flots, des deux bouches » : il est fait référence à deux sources d’alimentation d’une piscine, ce qui se comprend bien si cette dernière comporte deux bassins indépendants.
x
À la suite de restaurations entreprises sur l’église Sainte-Anne à Jérusalem en 1888, deux grandes piscines avec cinq portiques et de nombreux fragments de l’époque romaine ont été exhumées. Une fresque située sur l’un des murs représente un ange remuant l’eau. Les secondes piscines furent érigées durant le IIIe siècle av. J.-C. par le Grand Prêtre Simon II (de la famille des Oniades). Ces piscines étaient utilisées pour laver les moutons avant leur sacrifice au Temple. Cette méthode d’utilisation des piscines conféra à l’eau un halo de sainteté, et plusieurs invalides vinrent se baigner dans les piscines dans l’espoir d’être guéri. Les piscines sont mentionnées dans le Nouveau Testament.
x
Dans Jean 5, il est rapporté que Jésus guérit un homme dans la piscine. Son nom est décrit comme provenant de l’araméen Beth Hesda, signifiant « lieu de la grâce » (בית חסדא). D’autres désignations incluent les noms de Bethzatha et Bethsaïda (qu’il ne faut pas confondre avec la ville de Bethsaïde en Galilée). Selon l’Encyclopédie juive : « Bethesda », elle symbolisait la maison de la pitié, un réservoir (gr. kolumbethra, « un bain pour nager ») avec cinq porches, près de la porte du marché des moutons (Néhémie 3:1; Jean 5:2)1. L’historien Eusèbe de Césarée (~265-~340) la surnommait « la piscine aux moutons ». Il la désigna également par les noms de « Bethsaïde » et « Beth-zatha » (Jean 5:2, marg. RSV). Sous ses « porches » ou colonnades se retrouvaient habituellement un grand nombre d’infirmes qui attendaient que l’eau se trouble et qu’un miracle se produise.

De l’évangile selon Luc

06 Un autre jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. 07 Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. 08 Mais lui connaissait leurs raisonnement, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout.

09 Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » 10 Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. 11 Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus. » (Lc 6, 6-11)

Guérir le jour du Sabbat

Les adversaires de Jésus voulurent voir s’ il  avait en général l’habitude de guérir au jour du sabbat, ce qui eût été plus grave. D’après Luc, Jésus dit : « de sauver une vie, ou de la tuer ». La fureur et la haine leur ôtèrent le bon sens. Et la cause en fut une manifestation éclatante de la puissance et de l’amour de Jésus. Ils crurent n’obéir qu’à leur zèle pour la loi de Dieu, mais ce zèle se corrompit et changé en passion. Matthieu dit : « Ils tinrent conseil contre lui, afin de le faire périr ». Marc ajouta : « Ils tinrent conseil avec les hérodiens ».

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 23e semaine, année impaire

◊  Dominique Anger : cliquez ici pour lire l’article →   Le « culte personnel » revisité à la lumière de l’Écriture

  La guérison à la piscine de Bethesda

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vingt-quatrième dimanche du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 6 septembre 2021

Évangile du jour — Comment Pierre a-t-il reconnu que le Seigneur Jésus est  Christ | L'Évangile de Dieu

Tu es Petrus (en français : « Tu es Pierre ») est une locution latine tirée de l’évangile de saint Matthieu, au chapitre 16, verset 18. Les trois mots sont les premiers du verset rapportant les paroles par lesquelles, selon l’Église catholique, Jésus-Christ confie à l’apôtre Pierre la gouvernance de son Église : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ». Le verset, mis en musique sous forme de motet ou hymne liturgique, est chanté communément lors de célébrations auxquelles le pape participe.

Ce verset de l’évangile de Mathieu est l’argument scripturaire souvent avancé par l’Église catholique pour attester de la primauté de Pierre parmi les apôtres. D’autres sont tirés du livre des Actes des Apôtres (Ac 1:15, 2:14, 15:7) dans lequel il apparait clairement que Pierre occupa une place spéciale dans l’Église primitive. Comme Pierre devint évêque de Rome, l’Église catholique assure que les successeurs de Pierre sur le siège épiscopal de Rome jouissent de la même primauté au sein du collège des évêques de l’Église. Pour les catholiques, l’épisode évoquant la visite de Pierre et Jean au tombeau (Jn 20, 3-8) confirme la primauté du disciple Pierre.

Si, dans leur ensemble, les différentes Églises chrétiennes reconnaissent la primauté apostolique du successeur de Pierre sur le siège épiscopal de Rome, la manière dont ce ministère s’est développé au cours des siècles et est exercé aujourd’hui par le pape François n’est pas accepté par ces mêmes Églises et communautés chrétiennes non-catholiques. À la base de la coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome on peut lire le Tu es Petrus et les paroles de Jésus-Christ à Pierre telles que rapportée dans l’évangile de Matthieu (Mt 16:18,19). Les lettres de très grande dimension (deux mètres de hauteur chacune), sont de couleur noire sur fond doré.

Le verset scripturaire est éclairé par les 16 baies vitrées de la coupole, œuvre architectural typique de Michel-Ange. Dans le christianisme, les clés sont chez saint Pierre les clés du Royaume des cieux : « Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon assemblée. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux. Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Mt 16,18-19).

De l’Évangile selon Marc

27 Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » 28 Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. » 29 Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » 30 Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.

31 Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. 32 Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. 33 Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

34 Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. 35 Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. (Mc 8, 27-35)

Jésus reconnu pour le Christ par Pierre

 En route pour Césarée de Philippe, Jésus interrogea ses disciples sur les opinions qui eurent cours à son sujet. Ils lui en rapportèrent quelques-unes. Jésus leur demanda leur propre sentiment. Pierre le proclama le Christ. Jésus défendit aux disciples de le dire. Jésus commença alors à annoncer catégoriquement sa mort et sa résurrection. Pierre chercha à le reprendre, mais il fut à son tour vivement repris par Jésus.

Jésus convoqua la foule, avec ses disciples et déclara que pour le suivre, il fallait se charger de sa croix : «  Qui voudra sauver sa vie la perdra. » Or l’âme est d’un prix tel que le monde entier ne saurait compenser sa perte, car il faut regarder au moment où Jésus, venant pour le jugement, aura honte de quiconque aura eu honte de lui. Plusieurs ne mourront pas qu’ils n’aient vu le règne de Dieu venir avec puissance.

 Après la confession de Pierre, Jésus lui adressa  les paroles devenues fameuses dans l’histoire de l’Église : « Heureux es-tu, Simon, fils de Jona », Marc les omit selon son habitude de passer sous silence ce qui pourrait servir à glorifier Pierre. Celui-ci, dans ses prédications, ne racontait pas ce qui aurait pu l’élever aux yeux de ses auditeurs. Il rappelait plutôt ce qui était propre à l’humilier.

Quelque motif que Marc eût de taire la promesse de Jésus à Pierre, on ne peut que trouver très juste cette réflexion de Théodore de Bèze : « Qui croira que, soit Pierre, soit Marc eussent omis le célèbre Tu es Pierre, s’ils avaient estimé que le fondement de l’Église consistât dans ces paroles ? »

Pierre reprit Jésus et Jésus reprit Pierre. Au moment où Jésus se retourna pour s’éloigner de Pierre et se rapprocher de ses disciples), Jésus pressentit l’impression qu’ils purent avoir reçue des paroles imprudentes de Pierre, il craingnit qu’ils ne partagèrent que trop ses sentiments ; ik donna alors une salutaire sévérité à sa répréhension. Tous doivent perdre leur vie propre pour l’amour de Jésus et de l’Évangile. .

Que servirait-il à chacun d’avoir conservé sa vie propre et gagné le monde entier, si Jésus, au jour où il viendra dans sa gloire pour régler le sort définitif de tous, le  déclare indigne d’avoir part à son règne et l’en exclut ?

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire, année B

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Saint Pascal Baylon (1540-1592)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article  →  24e dimanche du temps ordinaire,année B

◊ Abbé Jean Compazieu    : cliquez ici pour lire l’article  →  Homélie du 24ème dimanche du temps ordinaire

  Père Pascal Molemb, vicaire général,  (Diocèse d’Avignon)  : « TU ES LE CHRIST, LE FILS DU DIEU VIVANT »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS