• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 27 septembre 2021

Maandag van de Zesentwintigste Week van de Gewone Tijd -Jaar B

Posté par diaconos le 27 septembre 2021

Aucun texte alternatif pour cette image

# Let the Little Children Come to Me (oorspronkelijke titel: Suffer the Little Children) is een kort verhaal van Stephen King dat in 1972 voor het eerst werd gepubliceerd in het maandblad Cavalier, en later werd herdrukt in de bloemlezing Territories of Unrest in 1991 en in de bundel Dreams and Nightmares in 1993. Vanaf de vierde eeuw tot de achtste eeuw werden zeven concilies « oecumenisch » genoemd omdat alle bisschoppen daartoe waren opgeroepen, hoewel aan de eerste vijf concilies weinig Latijnse of westerse bisschoppen deelnamen.

Niet alle oecumenische concilies hebben dezelfde leerstellige betekenis. Volgens Bernard Sesboüé is het Concilie van Efeze (dat door sommige kerken niet wordt aanvaard, de zogenaamde twee concilies, d.w.z. de eerste twee concilies: het Concilie van Nicea en het Concilie van Constantinopel) « het eerste concilie dat een blijvende verdeeldheid teweegbrengt. Thans bestaat er een Assyrische Kerk van het Oosten50 , die er in 1975 van afzag zich « Nestoriaanse » te noemen.

De evolutie in de formulering van de dominante dogmatische stromingen kan schematisch als volgt worden samengevat: Als de vergoddelijkende Verlosser is Christus zelf God, consubstantiëel met God: Dit is de definitie van het Concilie van Nicea (325), dat zich verzet tegen de christologie van Arius; hij is de totale mens, consubstantiëel met ieder van ons, dat is de definitie van het Concilie van Constantinopel (381), dat zich verzet tegen de christologie van Apollinaris; mens en God, toch is hij één, niet verdeeld, dit is de definitie van het Concilie van Efese (431), dat zich verzet tegen de Christologie van Nestorius; hij blijft « twee » tegelijk, mens en God, zonder verwarring of opslorping, dit is de definitie van het Concilie van Chalcedon (451), dat zich verzet tegen de Christologie van Eutyches

Katholieken en orthodoxen van de zeven concilies vieren Jezus Christus als zowel ware mens als ware God, de tweede persoon van de Drie-eenheid. Voor de oosterse christenen ligt de christologie soms iets anders en is de situatie vrij complex, afhankelijk van het aantal concilies dat deze kerken erkennen: de orthodoxe Kerken van Byzantijnse oorsprong of Kerken van de zeven concilies; de Kerken van de twee concilies die, in navolging van Nestorius, vasthouden aan het verschil tussen menselijkheid en goddelijkheid in Christus, tot op het punt dat zij twee personen, de ene goddelijk, de andere menselijk, naast elkaar in Hem opriepen ; Al deze Oosterse Kerken en de Katholieke Kerk erkennen het Concilie van Nicea en Constantinopel, en het Credo, of de Trinitaire geloofsbelijdenis, die daaruit is voortgekomen. Ook de kerken die lid zijn van de Wereldraad van Kerken erkennen de Drie-eenheid.

Uit het Evangelie van Lucas

46 Onder de discipelen ontstond een discussie over de vraag wie de grootste van hen was. 47 Maar Jezus, die wist welke discussie er in hun harten gaande was, nam een kind en zette het naast zich 48 en zei tegen hen: « Wie dit kind in mijn naam verwelkomt, verwelkomt Mij. En wie mij verwelkomt, verwelkomt degene die mij gestuurd heeft. Want de minste van jullie allen is de grootste.

49 Johannes, een van de Twaalf, zeide tot Jezus: Meester, wij hebben iemand gezien, die in uwen naam demonen uitdreef; wij hebben hem tegengehouden, omdat hij niet met ons naar u wandelt. » 50 Jezus antwoordde : « Verhindert hem niet; wie niet tegen u is, is voor u. » (Lc 9, 46-50)

Wie is de grootste ?

  »Nu ontstond er een discussie onder hen over wie van hen de grootste was. (Lc 9,46) Marcus vertelt meer in detail over de oorsprong van deze discussie, terwijl Matteüs een vollediger verslag geeft van Jezus’ onderricht hierin. Jezus had, volgens Marcus, gemerkt dat er onderweg onenigheid was ontstaan tussen de discipelen, en toen zij bij het huis aankwamen, vroeg hij hen daarnaar.

In Mattheüs stelt Jezus eerst dit kleine kind voor als een type van nederigheid, wat Jezus’ gedachte was. Mattheüs, Marcus en Lucas kwamen samen in deze tweede gedachte, dat wie nederig en moreel intelligent genoeg was om te weten hoe zo’n klein kind met liefde te achten en te ontvangen, in de naam van Jezus, hem ontving en, in hem, Degene die hem gezonden had.

« Maar Jezus zeide tot hem: Verhindert hem niet, want wie niet tegen u is, is voor u. (Lc 9,50) Jezus stelde zichzelf buiten vraag en sprak alleen over zijn discipelen, tot wie hij zei: « Wie niet met mij is, is tegen mij. Alleen Jezus kon dit laatste in absolute zin toepassen, want in zijn aanwezigheid was er geen neutraliteit mogelijk. Zijn discipelen moesten tevreden zijn met het eerste en toegeven dat zij die niet tegen hen waren, voor hen waren.

Diaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

◊  Mens en samenleving (Nederland) : klik hier om het artikel te lesen → Jezus en de kinderen: Laat de kinderen tot mij komen

◊ Youtube : klik hier om de video te zien →Levensverhaal van jezus, voor de kinderen

 

   Lisa van der Linden :  » – Laat de kinderen tot mij komen – De Wijngaard Barendrecht »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lundi de la vingt-sixième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 27 septembre 2021

Le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand

 Aucun texte alternatif pour cette image

# Laissez venir à moi les petits enfants (titre original : Suffer the Little Children) est une nouvelle de Stephen King publiée pour la première fois en 1972 dans le mensuel Cavalier, puis reprise dans l’anthologie Territoires de l’inquiétude en 1991 et dans le recueil Rêves et Cauchemars en 1993. À partir du IVe siècle et jusqu’au VIIIe siècle, sept conciles sont appelés « œcuméniques » parce que tous les évêques y avaient été convoqués, même si peu d’évêques latins ou occidentaux participèrent aux cinq premiers d’entre eux.

xTous les conciles œcuméniques n’ont pas la même importance doctrinale. Selon Bernard Sesboüé, le concile d’Éphèse (que n’acceptent pas certaines Églises, dites des deux conciles, soit les deux premiers : le Concile de Nicée et le Concile de Constantinople) « est le premier concile à être à l’origine d’une division durable. Il existe aujourd’hui une Église assyrienne de l’Orient50 qui a renoncé en 1975 à s’appeler « nestorienne »
x
On peut résumer, de façon schématique, l’évolution dans la formulation des courants dogmatiques dominants de la manière suivante :étant ce Sauveur qui déifie, le Christ est lui-même Dieu, consubstantiel à Dieu : c’est la définition du Concile de Nicée (325), qui s’oppose à la christologie d’Arius ; il est homme total, consubstantiel à chacun de nous, c’est la définition du Concile de Constantinople (381), qui s’oppose à la christologie d’Apollinaire ; homme et Dieu, il est pourtant être un, et non pas divisé, c’est la définition du Concile d’Éphèse (431), qui s’oppose à la christologie de Nestorius ; il reste « deux » tout de même, homme et Dieu, sans confusion ou absorption, c’est la définition du Concile de Chalcédoine (451), s’opposant à la christologie d’Eutychès.
x
Les catholiques, les orthodoxes des Églises des sept conciles célèbrent Jésus-Christ comme étant à la fois vrai homme et vrai Dieu, deuxième personne de la Trinité. Pour les christianismes orientaux, la christologie est parfois un peu différente et la situation est assez complexe selon le nombre de conciles que ces Églises reconnaissent :les Églises orthodoxes d’origine byzantine ou Églises des sept conciles ; les Églises des deux conciles, qui insistent, à la suite de Nestorius, sur la différence entre humanité et divinité dans le Christ, jusqu’à évoquer deux personnes, l’une divine, l’autre humaine, coexistant en lui ; sauf, comme évoqué plus haut, l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, qui « a renoncé en 1975 à s’appeler « nestorienne » Toutes ces Églises orientales et l’Église catholique reconnaissent les conciles de Nicée et de Constantinople, et le Credo, ou profession de foi trinitaire, qui en est issu. Les Églises appartenant au Conseil œcuménique des Églises reconnaissent également la Trinité.

De l’évangile selon Luc

46 Une discussion survint entre les disciples pour savoir qui, parmi eux, était le plus grand. 47 Mais Jésus, sachant quelle discussion occupait leur cœur, prit un enfant, le plaça à côté de lui 48 et leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi. Et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. »

49 Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. » 50 Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. » (Lc 9, 46-50)

Qui est le plus grand ?

 » Or il survint entre eux une discussion : lequel d’entre eux était le plus grand. » ( Lc 9, 46) Marc raconta avec plus de détails l’origine de cette discussion, tandis que Matthieu rapporta d’une manière plus complète l’instruction de Jésus dont elle fut l’occasion. Jésus, d’après Marc, avait remarqué qu’une contestation s’était élevée entre les disciples en chemin, et, arrivés à la maison, il leur en avait demandé le sujet.

Dans Matthieu, Jésus présenta tout d’abord ce petit enfant comme type d’humilité, ce qui  fut la pensée de Jésus. Matthieu, Marc et Luc se rencontrèrent dans cette seconde pensée, que quiconque fut assez humble et moralement assez intelligent pour savoir estimer et recevoir avec amour un tel petit enfant, dans le nom de Jésus, le reçut lui-même et, en lui, Celui qui l’envoya.

« Mais Jésus lui dit : Ne l’empêchez pas ; car celui qui n’est pas contre vous est pour vous. » (Lc 9, 50) Jésus se mit hors de cause et ne parla que de ses disciples. à quiil dira : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ». Jésus seul put s’appliquer la dernière dans un sens absolu, car, en sa présence, il n’y eut pas de neutralité possible. Ses disciples durent se contenter de la première et admettre que ceux qui ne furent pas contre eux furent pour eux.

Diacre Michel Houyoux

L iens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire ,l’article → Méditation du jour 

◊ père Gilbert Adam: cliquez ici pour lire ,l’article →   Lundi de la 26e semaine, année impaire

  Les rencontres de Jésus – Les enfants

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vingt-septième dimanche du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 27 septembre 2021

Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !

Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! » - Hozana

# L’Église n’interdit pas la séparation des époux pour de graves motifs, à condition qu’il n’y ait pas remariage ; la séparation « simple » n’empêche donc pas l’accès aux sacrements. L’adultère en tant que tel n’empêche pas non plus l’accès aux sacrements, mais seulement le remariage, considéré comme une installation durable dans l’adultère1 Pour l’Église catholique, le sacrement de mariage est indissoluble.
x
Au cas où des conjoints se séparent, leur éventuel remariage civil est tenu pour gravement coupable. Les mariés séparés sont considérés, du vivant de leur premier conjoint, comme inaptes à toute autre vie conjugale légitime. Le principe de l’indissolubilité du mariage s’appuie sur le Nouveau Testament, en particulier Matthieu 5, 31-32, Matthieu 19, 1-9, Marc 10, 2-12, Luc 16, 18 et 1 Corinthiens 7, 11. Ces textes prohibent la répudiation et le remariage.
x
L’Évangile de Matthieu, en deux lieux (5,3-22 et 19,9), évoque un motif d’interdiction de mariage pris en considération par l’Église catholique, à savoir que l’union illégitime tandis que theotex donne « fornication » dont un conjoint en serait coupable si le mariage était reconnu comme valide. Il existe d’autres cas dans lesquels l’union est invalide (illégitime), auxquels cas, l’Église peut également prononcer une déclaration en nullité de mariage, via le jugement d’un tribunal ecclésiastique.
x
Le mariage n’est donc pas dissous, mais on considère qu’il n’a jamais existé. Il est alors possible de renouveler son consentement à l’église. Toutefois, le simple constat d’un échec post-mariage ne suffit pas à obtenir cette déclaration. Les motifs revenant le plus souvent pour déclarer une nullité de mariage sont le manque de discernement ou une situation de contrainte au moment du mariage.
x
Un mariage non consommé (c’est-à-dire qui n’a pas donné lieu à des relations sexuelles) est également considéré comme nul Chaque année près de 55 000 demandes de causes en nullité sont introduites auprès des tribunaux ecclésiastiques (environ 500 en France). Elles aboutissent à une déclaration de nullité dans plus de 90 % des cas . Il est à noter que l’Église catholique considère que le mariage civil conclu par deux non-baptisés ou un non-baptisé avec un baptisé est lui aussi indissoluble, à deux exceptions près : Un mariage célébré entre deux non-baptisés peut être dissous par un évêque si l’un des conjoints accède au baptême et que l’autre le refuse (c’est le « privilège paulin », fondé sur 1 Corinthiens 7, 11)  ; Un mariage entre un conjoint baptisé et un conjoint non-baptisé peut être dissous par le Pape (c’est le « privilège pétrinien ») si le conjoint non-baptisé met en danger la foi du conjoint baptisé qui désire avoir un conjoint baptisé . Et la dissolution d’un tel mariage peut être actée à la seule demande de l’un des conjoints même contre le gré de l’autre

x

 De l’évangile selon Marc

02 Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » 03 Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? » 04 Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. » 05 Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle.

06 Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. 07 À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, 08 il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 09 Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » 10 De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.

11 Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. 12 Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. » 13 Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement. 14 Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

15 Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » 16 Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains. » (Mc 10, 2-16)

Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !

« Est-il permis à un homme de répudier sa femme ? » (Mr 10, 2)  En quoi consista la tentation à laquelle les pharisiens voulurent soumettre Jésus ? Leur question, toute générale, devait amener une réponse affirmative, puisque le divorce était permis par la loi dans certaines circonstances et que Jésus lui-même l’avait autorisé en cas d’adultère.

Ils avaient eu connaissance de déclarations de Jésus contraires au divorce et qu’ils espéraient le mettre en contradiction avec la loi de Moise et avec leur tradition. « Moïse a permis d’écrire une lettre de divorce, et de répudier. » (Mc 10, 4) Pour Matthieu, Jésus repoussa le divorce, en rappelant le dessein primitif de Dieu, qui créa un homme et une femme pour qu’ils devinssent un seul être dans une union indissoluble ; et ce furent les adversaires qui en appelèrent à la loi de Moïse, comme objection au principe posé par Jésus, attendu que cette loi autorisa le divorce.

D’après Marc, au contraire, c’est Jésus qui commença par en appeler à la loi ; et comme cette loi parut favorable aux pharisiens, Jésus en expliqua le motif, la dureté du cœur ; puis il exposa la destination de l’homme et de la femme dans le plan de la création. Le fond de l’enseignement resta le même ; mais ces divergences dans les récits de Matthieu et de Marc montrent combien ils furent indépendants les uns des autres.

Jésus cita textuellement  « les fit mâle et femelle » , d’après Genèse 1, 27, le récit de la création de l’homme et de la femme, qui marqua l’intention de Dieu dans leur union, puis la parole d’Adam (Genèse 2, 24), qu’il s’appropria et sanctionna de son autorité. Il ajouta, comme conclusion : « Ainsi ils ne sont plus deux qui puissent être séparés, mais une seule chair, un seul être » (Mt 19, 4-6)

Cette déclaration fait encore partie du discours adressé aux pharisiens. Elle se retrouve d’ailleurs dans le sermon sur la montagne  (Matthieu 5.31-32).L’Évangile de Matthieu mentionne aussi une question que les disciples posèrent à Jésus (sans indiquer que ce fût dans la maison) mais cette question concerna  l’opportunité du mariage (Matthieu 19.10-12).

Dans Marc la pensée est tout autre. Elle supposa une réciprocité et une égalité entre les deux époux qui n’existaient chez les Juifs ni dans la loi, ni dans les mœurs et qui ne se rencontraient qu’en Grèce et à Rome. Quelques interprètes  conclurent qu’il accommoda le discours que Jésus rapporta à ces mœurs étrangères, ou que Jésus avait voulu établir par anticipation une règle pour son Église.

Mais bien qu’une femme répudiant son mari fût un fait inouï parmi les Juifs, ne fut-t-il pas possible que Jésus fit allusion à ce qui venait de se passer dans la famille d’Hérode ? L’égalité de la femme et de l’homme devant la loi et devant Dieu ressortira certainement de l’Évangile, mais d’une manière entièrement inconnue dans l’antiquité .

« Et on lui amenait de petits enfants, afin qu’il les touchât ; mais les disciples reprenaient ceux qui les amenaient » (Mc 10, 13)  Matthieu, Marc et Luc rapportèrent ce trait aussi instructif que touchant, mais tous les trois sans liaison apparente avec ce qui précède et ce qui suit. Afin qu’il les touchât, peut indiquer chez ces pieux parents la pensée que, si seulement cet homme de Dieu touchait leurs enfants, il en résulterait pour ceux-ci une bénédiction.

Pour recevoir l’Évangile qui nous y introduit et la vie d’en haut qui en fait l’essence, il faut avoir recouvré, par une œuvre de la grâce divine, les caractères qui distinguent le petit enfant : le sentiment de sa faiblesse, de sa dépendance absolue, l’humilité, la candeur. L’enfant n’a point de préjugés et dès lors il reçoit avec simplicité de cœur ce qui lui est présenté comme la vérité.

La tendresse de Jésus pour les petits et les faibles  explique pourquoi il fut indigné contre ses disciples qui voulaient les écarter de lui : « Jésus les bénit en imposant les mains. »  Ce geste ne fut pas un symbole vain et vide, mais le moyen par lequel jésus communiqua la bénédiction. La bénédiction divine resta sur ces enfants.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →    27e dimanche du temps ordinaire, année B

◊Service de la  catéchèse (diocèse de Fréjus-Toulon): cliquez ici pour lire l’article → Vingt-septième dimanche Ordinaire, année B

  La question à Jésus sur le divorce

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS