Trentième dimanche du Temps Ordinaire de l’année B

Posté par diaconos le 24 octobre 2021

Rabbouni, que je retrouve la vue !

Activités caté, jeux, mimes : l'aveugle de Jéricho

#Dans les Évangiles, Bartimée (en grec ancien : Βαρτίμαιος), dont le nom signifie « fils de Timée » en araméen, est le nom de l’aveugle guéri par Jésus à l’entrée de Jéricho. Cet épisode existe dans les trois évangiles synoptiques (Marc, Matthieu et Luc), mais le nom de Bartimée n’apparaît que chez Marc. Bartimée supplie : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi. » . Cet épisode peut être lu comme une parabole de la découverte de la foi. Ainsi, au départ, Bartimée est aveugle — assis — au bord du chemin. À la fin, Bartimée est « voyant » et suit Jésus sur le chemin. Pour désigner ce qui est habituellement traduit par « miracle », le mot le plus employé dans les textes néotestamentaires est σεμειον, séméion, signe ; on trouve aussi εργον, ergon, œuvre, et δυναμις, dunamis, puissance. Les miracles sont, pour les rédacteurs des Évangiles, des signes de l’action divine que tout le monde ne percevait pas. La valeur des miracles comme « signes », affirmée dans le Nouveau Testament, rejoint sur ce point l’analyse des historiens, pour qui ils ne sont pas une description objective des faits mais une façon d’exprimer une vérité religieuse.

Daniel Marguerat indiqua en ce sens « que le récit de miracle est un langage religieux connu de l’Antiquité, et qu’il est porteur d’une ambition bien plus forte que de rappeler un fait merveilleux du passé ; ce langage vit de protester contre le mal. » Les biblistes classent les miracles de Jésus en plusieurs catégories. Gerd Theissen Xavier Léon-Dufour relèvent trente-trois motifs qui affleureraient dans les récits évangéliques de miracles. Exégèse libérale de Renan et de Strauss : Gerd Theissen rapporte que David Friedrich Strauss, dans sa Vie de Jésus (1836), voit les miracles de Jésus comme des mythes créés à des fins apologétiques, destinés à surenchérir par rapport aux prophètes de l’Ancien Testament pour présenter Jésus comme le Messie promis. Jésus lui-même se serait montré plutôt réticent, mais il aurait dû répondre aux attentes. De même, dans sa Vie de Jésus, premier volume de l’Histoire des origines du christianisme,

Ernest Renan situe Jésus auteur de miracles dans le contexte culturel de la société du Ier siècle qui exigeait des miracles : « Jésus se fût obstinément refusé à faire des prodiges que la foule en eût créé pour lui ; le plus grand miracle eût été qu’il n’en fît pas », car « le miracle est d’ordinaire l’œuvre du public bien plus que de celui à qui on l’attribue ».  Le Nouveau Testament présente Jésus comme un guérisseur et un exorciste dont les actes miraculeux sont indissociables de sa parole de libération, et par conséquent, remarque Simon Claude Mimouni, « le miracle joue un rôle important dans la conversion au christianisme. Dès le déclenchement du processus de séparation entre les Judéens pharisiens et les Judéens chrétiens, les premiers se sont méfiés des derniers à cause de leurs pratiques magiques – la littérature rabbinique a conservé des témoignages de cette défiance ».

De l’Évangile selon saint Marc

Et tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timothée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! » Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin. (Mc 10, 46-52)

 

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? Écoute, Seigneur, je t’appelle ! Pitié ! Réponds-moi ! C’est ta face, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ta face. N’écarte pas ton serviteur avec colère. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. » (Ps 26) Jésus, embrase en mon cœur de vifs sentiments de foi, d’espérance et de charité, afin que je te reconnaisse comme toi l’unique Sauveur, et que je vienne à ta suite.

Guérison de l’aveugle Bartimée, le fils de Timothée

Aujourd’hui, nous contemplons un homme qui dans sa misère, rencontre le vrai bonheur grâce au Christ. Il s’agit d’une personne qui manque de deux choses: la vision corporelle et la faculté de pouvoir trouver un travail pour gagner sa vie ce qui l’oblige à mendier. Il a besoin d’aide et il se place à coté du chemin, à la sortie de Jéricho là où il y a beaucoup de passants. Par chance pour lui, c’est Jésus qui passe ce jour là, accompagné de ses disciples et d’autres personnes. Sans doute l’aveugle a entendu parler de Jésus, on lui aurait dit qu’il accomplissait des prodiges et sachant qu’Il n’est pas loin il commence à crier «Fils de David, aie pitié de moi!» (Mc 10,47).

Pour ceux qui accompagnent le Maître les cris de l’aveugle sont gênants, ils ne se rendent pas compte de la triste situation de cet homme, ils ont une attitude égoïste. Mais Jésus veut répondre à ce mendiant et demande qu’on l’appelle. Immédiatement l’aveugle se retrouve face au Fils de David et commence le dialogue entre eux avec une question et une réponse. Jésus lui dit:  « ‘Que veux-tu que je fasse pour toi ?’. Rabbouni, que je voie’».(Mc 10,51). Et alors Jésus lui accorde la double vision  : la vision physique et, la plus importante, la vision intérieure de Dieu. Saint Clément d’Alexandrie disai t: «Mettons fin à l’oubli de la vérité, débarrassons-nous de l’ignorance et de l’obscurité que, comme un nuage, couvre nos yeux et contemplons celui qui est réellement Dieu».

Très fréquemment nous nous plaignons et nous disons  « Je ne sais pas prier »  Prenons exemple de l’aveugle de l’Évangile: Il insiste en appelant Jésus, et avec pas plus de trois mots lui dit tout ce dont il a besoin. Est-ce que nous manquons de foi ? Alors disons-lu i: « Seigneur augmente ma foi. «  Avons-nous des amis ou de la famille qui a abandonné la pratique de la religion ? Prions ainsi : «Seigneur Jésus fait qu’ils voient». Est-ce que la foi est si importante ? Si nous la comparons à la vision physique, que dirions-nous ? La situation de l’aveugle est triste, mais beaucoup plus triste est celle du non croyant. Disons-leur: « Le Maître t’appelle »  Dis-Lui quels sont tes besoins et Jésus te répondra avec une grande générosité.
Jésus-Christ, mon Maître et Seigneur, tu traverses ma vie. Donne-moi de te voir avec foi, pour laisser les profondeurs de mon âme être pénétrées par ta grâce et pour conduire à toi ceux qui t’implorent avec insistance :  » Fils de David, prends pitié de moi ! »Aujourd’hui cultivons la vie spirituelle, pour vivre, en pensée, en présence de Jésus, dans la paix, la joie et la sérénité profondes.

Contact Marie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Trentième dimanche 30ème Semaine du Temps Ordinaire — Année B

Liens avec cd’autres sites chrétiens

◊ Diocèse catholique de Gikongoro   : cliquez ici pour lire l’article  → 30 ème dimanche du temps ordinaire, Année B

◊ Diocèse de Fréjus Toulon*  Service de la catéchèse    : cliquez ici pour lire l’article  → Trentième dimanche Ordinaire, année B

La guérison de Bartimée

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS