Trente-et-unième dimanche du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 25 octobre 2021

la Bible, verset du jour,

Michel Houyoux

# Le Grand Commandement figure dans trois des quatre évangiles «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. » C’est là le plus grand et le premier commandement. Le second lui est semblable : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Dans ces deux commandements sont renfermés toute la Loi et les Prophètes. » ; Le premier de tous les commandements est celui-ci : « Écoute, Israël : le Seigneur ton Dieu est le seul Dieu.

x
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, et de toutes tes forces. » C’est là le premier commandement. Le second lui est semblable : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Aucun commandement n’est plus grand que ceux-là. » ; Luc 10:25-28 : « Alors se leva un Docteur de la Loi, qui lui dit pour le tenter : Maître, que ferai-je pour posséder la vie éternelle ? Jésus lui dit : Qu’y a-t-il d’écrit dans la Loi ? Qu’y lisez-vous ? Il répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes tes forces et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »
x
Jésus lui dit : Vous avez bien répondu, faites cela, et vous vivrez. ». Le Grand Commandement réunit deux préceptes de l’Ancien Testament : Deutéronome : « Écoute, Israël : Yahweh, notre Dieu, est seul Yahweh. Tu aimeras Yahweh, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » et Lévitique 19:18 : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le Catéchisme de l’Église catholique de 1992 en vigueur rappelle qu’il s’agit du premier des commandements (§2196) pour les catholiques.
x
Cette double monition se reflète aussi dans la devise duale de l’Ordre souverain de Malte : Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum (Défense de la foi et assistance aux pauvres ). Emmanuel Kant se référa à ce Grand Commandement à la partie IV, section 1 de son ouvrage La Religion dans les limites de la simple raison de 1793 : La religion chrétienne comme religion naturelle :  » il comprend tous les devoirs, sous une prescription générale, qui concerne aussi bien les relations morales internes que les relations morales extérieures de l’homme, savoir : fais ton devoir par nul autre motif que par amour immédiat de ce devoir, c’est-à-dire aime Dieu, aime celui qui décrète tous les devoir par-dessus tout ; sous une prescription particulière, qui concerne les rapports extérieurs avec les autres hommes, et constitue un devoir universel, savoir : aime chacun comme toi-même, c’est-à-dire contribue à leur bien-être par bienveillance immédiate et non par des mobiles intéressés ; ces préceptes ne sont point des injonctions morales, mais des prescriptions de la sainteté à laquelle nous devons aspirer, et par rapport à laquelle la simple aspiration s’appelle vertu. » La seconde partie du Grand Commandement exprime avec concision la règle d’or de l’éthique de réciprocité.
 x

De l’évangile selon Marc

28 Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » 29 Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.  30 Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. 31 Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

32 Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. 33 L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » 34 Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.» (Mc 12, 28b-34)

Quel est le premier de tous les commandements ?

« Et l’un des scribes, qui les avait entendus discuter ensemble, voyant qu’il leur avait bien répondu, s’approcha et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? » (Mc 12, 28) Selon Matthieu, ce scribe serait venu à Jésus, envoyé par les pharisiens et lui aurait proposé sa question pour le tenter ou l’éprouver. Dans l’évangile, cette dernière idée disparaît complètement et tout l’entretien fut  plein de bienveillance de part et d’autre.

 » Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a point d’autre commandement plus grand que ceux-ci. » (Mc 12, 31)  La plupart des critiques adoptèrent la leçon de Codex Sinaiticus, B, qui porte simplement : Le premier est. Quant à la citation, faite par Jésus, du grand commandement de l’amour, Marc seul la fit précéder de ces mots : « Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur. »

Ces paroles, empruntées à Deutéronome 6.4-5, s’y trouvent exactement dans le même rapport avec le devoir d’aimer Dieu. C’est qu’un Dieu unique peut seul être l’objet de l’amour suprême de la créature, comme à son tour cet amour constitue l’unité et l’âme de tous les commandements. A  ces trois termes, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, qui se trouvent dans Matthieu, Marc ajouta : de toute ta force, conformément à l’hébreu. Le commandement concernant l’amour du prochain est cité ici d’après Lévitique 19, 18.

 » Et le scribe lui dit : Bien, Maître, tu as dit selon la vérité, qu’il est l’Unique, et qu’il n’y en a point d’autre que lui » (Mc 12, 32) La réponse du scribe et l’approbation que Jésus lui donna ne se trouvent que dans Marc. Le scribe releva  le  principe de l’unité de Dieu, rappelée par Jésus et y adhéra avec conviction. Cela n’est pas étonnant chez un Israélite ; mais ce qu’il ajouta, sur l’amour pour Dieu et pour le prochain, révéla les excellentes dispositions de son cœur.

Dans son énumération des facultés de l’âme qui toutes devaient être pénétrées de l’amour de Dieu, le scribe remplaça le mot de pensée par celui d’intelligence, par où il entendit cette raison supérieure et morale qui pénètre et embrasse tout entier le rapport de l’homme et de Dieu, unis par l’amour.

« Et Jésus, voyant qu’il avait répondu avec sagesse, lui dit : Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n’osait plus l’interroger. » (Mc 12, 34) Jésus, qui lisait dans le cœur de ce scribe et connaissait la sincérité et le sérieux des paroles qu’il venait de prononcer, pouvait, afin de l’encourager, lui rendre ce beau témoignage et il le lui rendit avec d’autant plus de joie et d’amour que son interlocuteur appartenait à une classe d’hommes généralement opposés à son enseignement.

N’être pas éloigné du royaume de Dieu, c’est en être proche, mais n’y être pas entré encore. Pour bien comprendre cette parole, il est évident qu’il ne faut pas entendre le royaume de Dieu dans son accomplissement futur et glorieux, mais dans sa signification actuelle, intime : on est ou l’on n’est pas dans ce royaume selon les dispositions du cœur.  Marc la plaça à la suite de l’entretien sur le plus grand commandement. Cet entretien dut faire une vive impression sur les adversaires, puisque l’un des leurs se déclara d’accord avec Jésus sur le point central de la vraie religion.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Dom Guy Frénod –  Abbaye de Solesmes : cliquez ici pour lire l’article → Trente-et-unième dimanche du Temps ordinaire

◊ Monastère Bénédictin Sainte Marie de Bouaké  Trente et unième Dimanche du Temps Ordinaire (Année B)

Campus protestant : « Les deux grands commandements »

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS