Commémoration de tous les fidèles défunts

Posté par diaconos le 2 novembre 2021

L’offrande parfaite

Comme une offrande parfaite, il les accueille

Michel Houyoux

# La rétribution des âmes, la rétribution après la mort, est, en religion, la récompense ou la punition qu’il advient au défunt, après sa vie, dans l’Au-delà. Platon, le premier sans doute en Occident, lie la notion de rétribution des âmes à celle de transmigration des âmes. Il existe plusieurs formes : le Jugement dernier, la loi du karma…, peut-être la justice immanente.

xLes Égyptiens admettent un Jugement de l’âme. La « pesée de l’âme » ou psychostasie fait partie de l’ensemble des rites accomplis durant le « Jugement des morts ». Sur un plateau de la balance est déposé le cœur du postulant, symbole de sa conscience ; sur l’autre, la plume de Mâat évoque la sublime légèreté de la Règle qui ne tolère pourtant aucun manquement grave. Platon avance, le premier en Occident, la théorie de la rétribution des âmes, dans le cadre de la métempsycose..

x
Il dit ceci dans le Phédon (63c) : « J’ai bon espoir que, pour les morts, quelque chose existe, et, comme cela se dit du reste depuis longtemps, quelque chose qui est bien meilleur pour les bons que pour les mauvais ». Platon avança que « cela se dit depuis longtemps », mais pas vraiment : Homère ne crut pas à des sanctions post mortem, les Mystères d’Éleusis admirent que les profanes allèrent dans un Bourbier et que les initiés entrèrent dans la félicité des Îles des Bienheureux sans idée de sanction, l’orphisme supposa une réincarnation ou une palingénésie qui tint plus d’un accord que d’une règle,
x
Pythagore affirme la métempsycose sans pour autant affirmer qu’il y a récompense ou châtiment. Chez les Juifs, la doctrine des récompenses et des peines post mortem, liée à la doctrine de l’immortalité de l’âme et de la Vie éternelle(Olam Haba), n’apparaît que tard, dans un livre, écrit au Ier siècle av. J.-C.. à Alexandrie, qui ne fait pas partie de la Bible juive : Sagesse, 3-5 dont tient compte l’exégèse.
x
Selon le Nouveau Testament écrit à partir du Ier siècle, sur le trône de Dieu, juge suprême, s’assiéra, dans toute sa gloire, « le Fils de l’homme », c’est-à-dire le Christ, le Verbe incarné, celui à qui le Père « a remis tout jugement » (Mathieu, XXV, 31). Tous les morts comme tous les vivants seront appelés « selon leurs œuvres » et leur foi, à une « résurrection de vie » ou à une « résurrection de damnation » (Jean, V, 28).
x
En Inde, pour l’hindouisme, c’est la théorie du karma. Il y a trois karma : 1) L’âgami-karma (karma futur) est le karma du futur, il se forme à partir des actions et des intentions du présent et se réalise dans l’avenir selon la loi de la causalité. 2) Le prârabdha-karma (karma commencé) est le karma qui se réalise dans le présent. 3) Le sanchita-karma est constitué dans le passé mais n’a pas encore été suivi d’effet.
x
La « pesée de l’âme » ou psychostasie fait partie de l’ensemble des rites accomplis durant le « Jugement des morts ». Sur un plateau de la balance est déposé le cœur du postulant, symbole de sa conscience ; sur l’autre, la plume de Mâat évoque la sublime légèreté de la Règle qui ne tolère pourtant aucun manquement grave. Platon avance, le premier en Occident, la théorie de la rétribution des âmes, dans le cadre de la métempsycose.
x
Selon le Nouveau Testament écrit à partir du Ier siècle, sur le trône de Dieu, juge suprême, s’assiéra, dans toute sa gloire, « le Fils de l’homme », c’est-à-dire le Christ, le Verbe incarné, celui à qui le Père « a remis tout jugement » (Mathieu, XXV, 31). Tous les morts comme tous les vivants seront appelés « selon leurs œuvres » et leur foi, à une « résurrection de vie » ou à une « résurrection de damnation » (Jean, V, 28).
x

#  Sur un plateau de la balance est déposé le cœur du postulant, symbole de sa conscience ; sur l’autre, la plume de Mâat évoque la sublime légèreté de la Règle qui ne tolère pourtant aucun manquement grave. Platon avance, le premier en Occident, la théorie de la rétribution des âmes, dans le cadre de la métempsycose. Il dit ceci dans le Phédon (63c) : « J’ai bon espoir que, pour les morts, quelque chose existe, et, comme cela se dit du reste depuis longtemps, quelque chose qui est bien meilleur pour les bons que pour les mauvais ».

Platon avance que « cela se dit depuis longtemps », mais pas vraiment : Homère ne croit pas à des sanctions post mortem, les Mystères d’Éleusis admettent que les profanes vont dans un Bourbier et que les initiés entrent dans la félicité des Îles des Bienheureux sans idée de sanction, l’orphisme suppose une réincarnation ou une palingénésie qui tient plus d’un accord que d’une règle.

Du livre de la Sagesse

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux.  Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur,  et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix.  Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait.  Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille.

Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent.  Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis,

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu

« Les âmes des justes sont dans la main de Dieu »(Sg 3, 1) C’est la grande affirmation de ce livre. Dans les livres antérieurs de la Bible, l’âme signifiait seulement le souffle de vie : l’âme de toute personne qui disparait avec le corps. Ici, l’âme désigne ce qui dans la personne ne meurt pas avec le corps.

Leur départ apparaît comme une défaite : l’auteur pensa aux âmes des justes qui moururent victimes des mauvais. Le juste étant celui qui fait la volonté de Dieu. Cette mort semble contredire la bonté de Dieu. Mais seul le corps fut détruit.

« Ils resteront auprès de Dieu » (Lc 20, 38). Ils sont entrés dans la paix. Ils jouiront éternellement de ce qu’ils ont espéré sur terre. Au moment du jugement, nous verrons que les justes sont les seuls à avoir vécu. La mort des amis de Dieu amena souvent la paix aux personnes qui vécurent près d’eux. C’est souvent par leur mort que les martyrs firent triompher la cause pour laquelle ils vécurent.

Diacre Michel Houyoux

 Compléments

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait

◊Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Comme une offrande parfaite, il les accueille

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Le mardi 2 novembre 2021 ♦ Jour de prière pour les défunts

◊ Abbé Bandelier : cliquez ici pour lire l’article → Les âmes des justes sont dans la main de Dieu

Homélie du 2 Novembre 2021  : »Les âmes des justes sont dans la main de Dieu« 

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS