• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 4 novembre 2021

Thursday of the thirty-first week in Ordinary Time – Odd Year

Posté par diaconos le 4 novembre 2021

It is not the will of my Father in heaven that one of these should perish”  | worryisuseless

Michel Houyoux, Retired secondary school science teacher in Mons at Collège Saint Stanislas in Mons – 1,580 papers

 The parable of the lost sheep, also known as the « parable of the Good Shepherd » or « the Good Shepherd », attributed to Jesus of Nazareth, is found in two canonical Gospels of the New Testament. It is recorded in Matthew (Mt 18:12-13) and Luke (Lk 15:3-7). It is also found in the apocryphal Gospel of Thomas, logion 107.

Possible parallels in the Old Testament are Ezek 34:6, 12 and Ps 119:176. The parable has given rise to an expression, the ‘lost sheep’, referring, like the ‘prodigal son’ in a parable that follows soon after in Luke, to the person who goes morally astray, or, again in Luke, to the lost coin. The first two parables, and sometimes all three, serve as the basis for theologians’ and preachers’ considerations on the need to seek out the lost sheep and bring it back into the fold, in the case of unintentional loss, or to welcome the repentant sinner with grace, in the case of voluntary loss.

The Lost Drachma is a parable told in the Gospel of Luke, chapter 15, verses 8-10. It is one of the three parables of redemption, together with the Lost Sheep and the Prodigal Son, which Jesus Christ tells after being accused by the Pharisees and their rulers of being invited into the homes of sinners and sharing their meals. This parable immediately follows that of the Lost Sheep and precedes that of the Prodigal Son. In biblical exegesis, it is part of the Sondergut of the Gospel of Luke.

Why Would God Leave the Ninety-Nine?

From the Gospel of Luke

01 The tax collectors and sinners all came to Jesus to listen to him. 02 The Pharisees and scribes complained against him, saying, « This man welcomes sinners and eats with them. » 03 Then Jesus told them this parable : 04 « If one of you has a hundred sheep and loses one of them, does he not leave the other ninety-nine in the desert and go out to look for the one that is lost until he finds it?

05 When he has found it, he takes it on his shoulders, rejoicing, 06 and when he returns home, he gathers his friends and neighbours to say to them, « Rejoice with me, for I have found my sheep, the one that was lost ! » 07 I tell you, there will be more joy in heaven over one sinner who is converted than over ninety-nine righteous people who do not need conversion.

08 Or if a woman has ten pieces of silver and loses one, does she not light a lamp, sweep the house, and search carefully until she finds it ? 09 When she has found it, she gathers her friends and neighbours to say to them, « Rejoice with me, for I have found the piece of silver that I had lost ! » 10 So I tell you, there is joy before the angels of God over one sinner who is converted. » (Lk 15, 1-10)

The lost and found drachma

What woman, having ten drachmas and losing one, did not take painstaking care to find it? And when she found it, she involved her friends and neighbours in her joy. Likewise, there is joy among the angels for a sinner who repents.

The sinners, hated because of their profession and despised because of the injustices they often committed in practising it, the sinners, men known as vicious and more or less lost in reputation, approached Jesus, in order to better hear the words of mercy and forgiveness that came from his mouth.

Jesus’ teachings awakened their conscience. They were painfully aware of the weight and bitterness of sin, and rejected by all, they were drawn to this Envoy of God, who had always shown his tender compassion to their fellow men.

Jesus not only received and welcomed sinners and sinners with kindness, but he condescended to eat with them, which was, in the East, a mark of familiarity and trust. The proud Pharisees could neither understand nor forgive this behaviour of Jesus. They saw in it a contempt for morality and justice, which they thought they alone possessed.

Their murmurings were therefore both a rebuke to Jesus and an expression of their disdain for sinners and sinners. Jesus answered with three wonderful parables: a lost sheep, a lost coin, a lost son, indicating at the outset that it was the lost that he sought with compassion and love. Then his joy at finding and saving him was to confuse the Pharisees, who had such different feelings.

Jesus appealed to the feelings of his listeners : « Which of you is the man? Then he used the image of the good shepherd, under which the Church has always represented her Saviour and Head. The sheep is incapable, as soon as it is lost, of returning to the fold or of defending itself in the presence of the slightest danger, or of bearing any fatigue. In order that she not be irrevocably lost, the shepherd must seek her out, carry her, and give her all his care. A perfect image of sinful man, far from God.

Jesus described his compassion and love in the form of the shepherd who searches for his sheep without respite until he finds them. This was his life’s work, and he pursued it through his servants, through his Spirit, through all the means of his grace. One sheep out of ninety-nine is not much: it follows from this, says M. Godet, that it was not so much interest as pity that led the shepherd to act as he did.

The ninety-nine he left in the uncultivated places, the steppes, where the sheep were fed, represent the Israelites who remained outwardly faithful to the divine covenant and who felt much less need of a Saviour than the sinners and sinners. God, the Saviour, the angels of God, who take part in the salvation of a lost soul. What love was revealed in this line of the parable ! Are there any righteous people on earth who do not need repentance ?

Jesus spoke of that legality which his Pharisee hearers were availing themselves of. He used the terms sinners, righteous, repentance in the external sense in which they understood them, who imagined that it was enough to be part of the people of the covenant and to observe the Levitical ordinances to be assured of salvation.

Jesus wanted them to understand that God prefers the feelings of humiliation and love of the repentant sinner to the self-righteousness of those who never strayed from the right path. How could there not have been more joy for those poor sinners who came to throw themselves into the arms of Jesus and receive in their hearts, already renewed by repentance, the words of mercy and forgiveness that he addressed to them ?

From that moment on, they belonged entirely to him and sacrificed their lives to him with a gratitude and love that are the soul of all true piety. Matthew kept this parable, giving it a different place and meaning from that which it has in Luke. It was used to describe the love and care of Jesus for one of the little ones whom He forbade to despise and whom He represented under the image of the lost sheep, which He sought and saved.

This application of the parable is not without truth. The drachma was a Greek currency, worth, like the Roman denarius, a little less than a franc, the price of a worker’s day. The painstaking care taken by this poor woman to find her lost drachma showed how precious it was to her. This piece of money, painstakingly earned, was necessary for her subsistence.

Thus, this parable reveals the love of God, which was the price that a man created in His image, destined to belong to Him forever, kept for her, lost as he was. God will do anything rather than consent to lose him. This is one of the characteristics of love, which is recounted in the image of the woman’s joy.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Pamibi : click here to read the paper →  Thursday of the Thirty-first week in Ordinary Time

◊ Catholic for life  : click here to read the paper → Thursday of the Thirty-first week in Ordinary Time , year B

Bambara film: Yesu Krisita : »The lost lamb »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jeudi de la trente-et-unième semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 4 novembre 2021

Quel homme d'entre vous, s'il a cent brebis, et qu'il en perde une, ne  laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après  celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la

Michel Houyoux
Professeur de sciences, retraité, du secondaire à Mons chez Collège saint Stanislas à Mons – 1 580 articles
 La parabole de la Brebis égarée, dite aussi « parabole du Bon Berger » ou encore « du Bon Pasteur » », attribuée à Jésus de Nazareth, se retrouve dans deux évangiles canoniques du Nouveau Testament. Elle est rapportée par Matthieu (Mt 18,12-13) et Luc (Lc 15,3-7). On la trouve aussi dans l’Évangile apocryphe de Thomas, logion 107.
x
De possibles parallèles dans l’Ancien Testament sont Ez 34,6, 12 et Ps 119,176. La parabole a donné lieu à une expression, la « brebis égarée », désignant, à l’instar du « fils prodigue » dans une parabole qui suit peu après dans Luc, la personne qui s’égare moralement, ou, toujours dans Luc, de la drachme perdue. Les deux premières paraboles, et parfois les trois, servent de base dans les considérations que développent les théologiens et prédicateurs sur la nécessité d’aller chercher la brebis égarée pour la faire rentrer dans le troupeau, quand on considère l’égarement involontaire, ou d’accueillir avec grâce le pécheur repenti, dans le cas de l’égarement volontaire.
x
La Drachme perdue est une parabole racontée dans l’évangile selon Luc aux versets 8 à 10 du chapitre 15. Elle fait partie des trois paraboles de la Rédemption, avec la Brebis égarée et le Fils prodigue que Jésus-Christ raconte après avoir été accusé par les pharisiens et leurs chefs d’être invité chez les pécheurs et de partager leurs repas. Cette parabole suit immédiatement celle de la Brebis égarée et précède celle du Fils prodigue. Dans le domaine de l’exégèse biblique, elle fait partie du Sondergut de l’évangile selon Luc.
Selon l’interprétation traditionnelle, la femme représente l’Église qui est en peine (la femme cherche avec diligence et met de l’ordre dans toute sa maison) de sauver l’âme du pécheur. Celui-ci est figuré par une pièce inerte dont la valeur ne sert plus à rien, puisque la pièce est perdue et cachée. C’est plus un état qu’une situation due à un mouvement d’égarement, comme dans la parabole de la brebis égarée.
x
Une fois retrouvée, la valeur de la pièce est montrée aux amies. La pièce peut servir désormais à de futures grandes entreprises, comme dans la parabole des talents. La joie est publique et l’Église fait participer ses ami(e)s et, nous dit Jésus, les Anges se réjouissent. La femme invite ses voisines et amies chez elle. Sans doute leur offrira-t-elle un repas. Pour Benoît XVI, cette parabole fait partie avec celle de la Brebis perdue et du Fils prodigue, des paraboles de la miséricorde.
x
Le souverain pontife expliqua dans un de ses autres écrits : « Jésus raconta les trois paraboles de la miséricorde parce que les Pharisiens et les scribes le critiquaient, voyant qu’il se laissait approcher par les pécheurs et qu’il mangeait même avec eux. Alors, Il expliqua, avec son langage typique, que Dieu ne veut pas que même un seul de ses enfants se perde et que son âme déborde de joie lorsqu’un pécheur se convertit ».

x

 De l’évangile selon Luc

01 Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. 02 Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » 03 Alors Jésus leur dit cette parabole : 04 « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?

05 Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, 06 et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !” 07 Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.

08 Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et qu’elle en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ? 09 Quand elle l’a retrouvée, elle rassemble ses amies et ses voisines pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !” 10 Ainsi je vous le dis : Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit.» (Lc 15, 1-10)

La brebis égarée et la drachme perdue

Jésus fut entouré de péagers et de pécheurs avides de l’entendre. Leur affluence provoqua les murmures des pharisiens, qui reprochèrent à Jésus de les accueillir et de manger avec eux. Jésus demanda à ses adversaires lequel d’entre eux, ayant cent brebis et en perdant une, ne laisserait les quatre-vingt-dix-neuf au pâturage et ne chercherait celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Quand il la trouva, il la mit sur ses épaules avec joie et convoqua ses amis et ses voisins pour partager sa joie. Ainsi il y a de la joie dans le ciel pour un pécheur repentant plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes.

La drachme perdue et retrouvée

Quelle femme, ayant dix drachmes et en perdant une, ne prit des soins minutieux pour la retrouver ? Et quand elle la trouva, elle associa à sa joie ses amies et ses voisines. De même, il y a de la joie parmi les anges pour un pécheur qui se repent.

Les péagers, haïs à cause de leur profession et méprisés à cause des injustices qu’ils commettaient souvent en l’exerçant, les pécheurs, hommes connus comme vicieux et plus ou moins perdus de réputation, s’approchaient de Jésus, afin de mieux entendre les paroles de miséricorde et de pardon qui sortaient de sa bouche.

Les enseignements de Jésus réveillèrent leur conscience. Ils sentaient douloureusement le poids et l’amertume du péché et repoussés de tous, ils étaient attirés vers cet Envoyé de Dieu, qui toujours avait témoigné à leurs pareils sa tendre compassion.

Jésus non seulement recevait, accueillait avec bonté les péagers et les pécheurs, mais il condescendait à manger avec eux, ce qui était, en Orient, une marque de familiarité et de confiance. Les orgueilleux pharisiens ne pouvaient ni comprendre ni pardonner cette conduite de Jésus. Ils affectaient d’y voir un mépris de la moralité et de la justice, dont ils se croyaient seuls en possession.

Leurs murmures étaient donc à la fois un blâme infligé à Jésus et l’expression de leur dédain pour les péagers et les pécheurs. Jésus répondit par trois admirables paraboles : une brebis perdue, une drachme perdue, un fils perdu, indiquant dès l’abord que ce fut ce qui était perdu qu’il chercha avec compassion et amour. Puis, la joie qu’il éprouva de le retrouver et de le sauver devait couvrir de confusion les pharisiens, qui étaient animés de sentiments si différents.

Jésus en appela aux propres sentiments de ses auditeurs : Quel est l’homme d’entre vous ? Puis il recourut à cette image du bon berger, sous laquelle de tout temps l’Église s’est représenté son Sauveur et son Chef.

La brebis est incapable, dés qu’elle est égarée, de revenir au bercail ou de se défendre en présence du moindre danger, ou de supporter aucune fatigue. Pour qu’elle ne soit pas irrévocablement perdue, il faut que le berger la cherche, la porte, lui prodigue tous ses soins. Parfaite image de l’homme pécheur, éloigné de Dieu.

Jésus décrivit sa compassion et son amour sous les traits de ce berger qui cherche sa brebis sans relâche jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Ce fut là l’œuvre de toute sa vie ; et cette œuvre, il la poursuivit par ses serviteurs, par son Esprit, par tous les moyens de sa grâce. Une seule brebis sur quatre-vingt-dix-neuf est peu de chose : il résulte de là, dit M. Godet, que c’est moins l’intérêt que la pitié qui poussa le berger à agir comme il le fit.

Les quatre-vingt-dix-neuf qu’il laissa dans les lieux non cultivés, les steppes, où l’on faisait paître les brebis, représentent les Israélites restés extérieurement fidèles à l’alliance divine et qui éprouvaient beaucoup moins que les péagers et les pécheurs le besoin d’un Sauveur.

Dieu, le Sauveur, les anges de Dieu, qui prennent part au salut d’une âme perdue. Quel amour se révéla dans ce trait de la parabole ! Existe-t-il sur la terre des justes qui n’ont pas besoin de repentance ? Jésus parla de cette légalité dont se prévalaient ses auditeurs pharisiens. Il employa les termes de pécheurs, justes, repentance dans le sens extérieur où ils les entendaient, eux qui s’imaginaient qu’il suffisait de faire partie du peuple de l’alliance et d’observer les ordonnances lévitiques pour être assuré du salut.

Jésus veut leur fit comprendre que Dieu préfère les sentiments d’humiliation et d’amour, qu’éprouve le pécheur repentant, à la propre justice de ceux qui ne s’écartèrent jamais du droit chemin. Comment n’y aurait-il pas eu plus de joie pour ces pauvres péagers qui venaient se jeter dans les bras de Jésus et recevoir dans leur cœur, déjà renouvelé par la repentance, les paroles de miséricorde et de pardon qu’il leur adressait ?

Dès ce moment, ils lui appartenaient tout entiers et lui faisaient le sacrifice de leur vie, par une reconnaissance et un amour qui sont l’âme de toute vraie piété. Matthieu conserva cette parabole, en lui donnant une place et une signification différentes de celles qu’elle a chez Luc. Elle servit à décrire l’amour et les soins de Jésus pour un de ces petits qu’il défendit de mépriser et qu’il représenta sous l’image de cette brebis perdue, qu’il chercha et sauver.

Cette application de la parabole ne manque pas de vérité. La drachme était une monnaie grec que, valant, comme le denier romain, un peu moins d’un franc, prix de la journée d’un ouvrier Les soins minutieux que prit cette pauvre femme pour retrouver sa drachme perdue, montrèrent combien elle lui était précieuse. Péniblement gagnée, cette pièce d’argent était nécessaire à sa subsistance.

Ainsi, cette parabole révèle l’amour de Dieu, ce fut le prix que conserva pour elle, tout perdu qu’il fut, un homme créé à son image, destiné à lui appartenir pour toujours. Dieu fera tout plutôt que de consentir à le perdre. C’est bien l’un des caractères de l’amour, qui est relaté sous l’image de la joie de cette femme.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Jeudi de la 31e semaine, année impaire

◊ La victoire de l’amour: cliquez ici pour lire l’article →   LA BREBIS ÉGARÉE

Prédication du pasteur Marc Pernot : « Malheur à vous, tristes hypocrites ! »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Tweeëndertigste zondag in de gewone tijd – Jaar B

Posté par diaconos le 4 novembre 2021

Thirty-second Sunday in Ordinary Time - Year B   dans Catéchèse

Deze arme weduwe heeft meer in de schatkist gedaan dan alle anderen.

Het offer van de weduwe, ook bekend als het offer van de weduwe, is een episode uit Jezus’ bediening waarvan verslag wordt gedaan in het evangelie volgens Marcus en het evangelie volgens Lucas. De episode speelt zich af in de tempel in Jeruzalem. Nadat Jezus een scheldwoord heeft uitgesproken tegen de schriftgeleerden, die graag vereerd werden en « de huizen der weduwen » verslonden, komt er een arme weduwe aan en werpt twee munten in de tempelschat, die alles waren wat zij had.

Jezus zegt dat, hoewel het offer bescheiden lijkt, het toch groter is dan dat van alle anderen, omdat de anderen het overtollige hebben geofferd, terwijl de weduwe alles heeft geofferd wat zij had om van te leven. Als Jezus uit de tempel komt, voorspelt hij de vernietiging ervan. Volgens de bijbelgeleerde Alberto Maggi lijken Jezus’ woorden op het eerste gezicht een waardering voor het geloof en de godsdienstige toewijding van de weduwe, maar zijn zij in plaats daarvan een kritiek op het toenmalige joodse godsdienstige systeem, dat gebaseerd was op de tempelverering.

In het oude Israël werden weduwen, samen met wezen, beschouwd als de zwakste mensen omdat zij geen bescherming genoten; daarom bepaalde Deuteronomium dat een deel van de tempeloffers gebruikt moest worden om weduwen en wezen bij te staan. In de tijd van Jezus was de tempel echter een instelling geworden die de armen en zwakken uitbuitte, zodat een arme weduwe, in plaats van geholpen te worden door de tempeloffers, door de druk van de samenleving en de traditie gedwongen werd om alles wat zij had om van te leven aan de tempel te offeren. De aankondiging van de toekomstige vernietiging van de tempel sanctioneert de veroordeling ervan: het bouwwerk, dat een instrument van onderdrukking was geworden, is nu onherstelbaar geworden en voorbestemd om voorgoed te verdwijnen.

Uit het Evangelie volgens Marcus

38 In zijn onderricht zei hij : « Pas op voor de schriftgeleerden, die graag in mooie kleren rondlopen en die graag begroetingen houden op de openbare pleinen, 39 en ereplaatsen in de synagogen, en ereplaatsen bij diners. 40 Zij verslinden de bezittingen van de weduwen en bidden om het uiterlijk vertoon lang: zij zullen des te strenger geoordeeld worden. « 

Jezus zat in de tempel voor de schatkist en zag hoe de menigte haar geld inbracht. Veel rijke mensen legden grote sommen in. 42 Een arme weduwe kwam naar voren en legde er twee kleine munten in. 43 Jezus riep zijn leerlingen bij zich en zei tegen hen: « Voorwaar, ik zeg jullie: deze arme weduwe heeft meer in de schatkist gestort dan alle anderen. 44 Want zij hebben allen uit hun overvloed genomen, maar zij heeft uit haar armoede genomen; zij heeft er alles ingestopt wat zij had, alles wat zij had om van te leven. (Mk 12, 38-44)

 De kleren van de weduwe

De lange gewaden die de schriftgeleerden zo mooi vonden, de begroetingen die zij zochten in openbare gelegenheden, waren een zeker teken van de ijdelheid die voortkwam uit hun rang, beroep en sekte. Het feit dat zij de eerste plaatsen in de synagogen opeisten, evenals de eerste plaatsen bij de feesten, duidde op deze trots die zowel in de godsdienstige plechtigheden als in het burgerlijke leven wilde schitteren en overheersen.

Gezien de amfibie die aan de term « eten » verbonden zou zijn, zinspeelde Jezus op de weelderige maaltijden die de Farizeeën hadden opgediend in de huizen van deze vrouwen, die optraden als hun gewetensdirecteuren. Zij waren de Tartuffen van die tijd.

 Jezus zat voor de schatkist en observeerde wat de mensen erin stopten. Hij zag een arme weduwe die twee pites (kleine munten) gaf. Hij riep zijn leerlingen bij zich en zei hun dat deze vrouw, die alles wat zij had om van te leven in de schatkist legde, meer gaf dan de anderen die hun overschot inlegden.

De schatkamer van de tempel bevond zich in de voorhof van de vrouwen en bestond volgens de rabbijnen uit dertien kisten of koffers, die trompetten werden genoemd vanwege hun instrumentachtige vorm. De eerste instelling van deze schatkamer wordt vermeld in 2 Koningen 12:9. Daar werden de vrije offergaven voor de tempel en de eredienst in bewaring gegeven.

 De arme weduwe had inderdaad meer in de schatkist gestort dan alle anderen, alles wel beschouwd; want hun offer was afkomstig van het overtollige, terwijl het hare afkomstig was van een armoede die Marcus met drie verschillende uitdrukkingen tracht te laten horen: van haar behoeftigheid, van haar gemis, van alles wat zij had, van al haar levensonderhoud.

De superioriteit van zijn offerande boven die van anderen lag in zijn motieven, waarvan Jezus de morele waarde begreep. Hij gaf geen aalmoezen, maar een geschenk voor de goddelijke verering, alleen geïnspireerd door de liefde voor God, aan wie hij zijn hart en zijn leven gaf, zijn liefde, zijn grenzeloos vertrouwen op God, aan wie hij de zorg toevertrouwde van een toekomst die absoluut van alles verstoken was.

Diaken Michel

Links naar andere christelijke websites

◊ Kerk in Herent : klik hier om het artikel te lesen → Tweeëndertigste zondag door het jaar (B)

◊  Kinderwoordienst : klik hier om het artikel te lesen →   Tweeëndertigste zondag door het jaar B

Christelijke film : « Hoe je de hedendaagse farizeeërs kunt onderscheiden »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS