• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 13 novembre 2021

Saturday of the thirty-second week in Ordinary Time – Year B

Posté par diaconos le 13 novembre 2021

Afficher l’image source

The expression spiritual gift is used by the apostle Paul in Romans 1:11. He says, more elliptically, literally ‘the spiritual ones’ in 1 Corinthians 12:1 and 14:1. Both the Old Testament and the New Testament, and especially Paul’s Epistles, have several lists of spiritual gifts. In order to avoid confusion, it has been suggested that four of these lists be named more specifically: the seven gifts, charisms, ministries, and the fruit of the Spirit.

Nine gifts of the Holy Spirit are described by Paul of Tarsus in First Corinthians, chapter 12. In chapter 13, Paul describes the hierarchy of gifts, and makes a hymn to love. In chapter 14, he establishes a hierarchy of charisms for common use. On the subject of speaking in tongues, Paul returns to the need for interpretation: ‘Therefore he who speaks in tongues must pray that he may interpret.

For if I speak in tongues, my spirit prays, but my mind does not profit. (1 Cor 14:13-14). For more details on speaking in tongues and interpretation, see glossolalia. Several movements have helped to bring back the importance of spiritual gifts. These movements have been called « waves ». First there was the « first wave », Pentecostalism in 1906.

Then « the second wave », the charismatic movement in 1960. Finally, « the third wave », the neo-charismatic movement in 1980. Charismatics can be Evangelicals as well as Catholics, Anglicans or other Christian denominations. All emphasise the Spirit and his action in human lives and in the Church.

xEvangelical Christianity, mainly in the Pentecostal, Evangelical Charismatic and Neo-Charismatic movements, places particular emphasis on the gifts of the Holy Spirit (1 Corinthians 12:4-7). This theology of prioritising speaking in tongues is, however, contested both externally and within Pentecostalism itself.

Speaking in tongues can be seen as one possible charism among others. A believer can be born again, and baptized in the Holy Spirit, regenerated and filled with faith, without this life in the Spirit necessarily being manifested in the charism of tongues. « Do they all have healing charisms? Do they all speak in tongues? Do they all interpret? You, be zealous for the best charisms. »
From the book of Wisdom

14 A peaceful silence enveloped all things, and the night of the Passover was in the midst of its swift course; 15 then from heaven, coming from your royal throne, O Lord, your almighty Word melted down in the midst of this land of trouble, like a merciless warrior bearing the sharp sword of your unyielding decree. 16 It stood still and sowed death everywhere; it touched heaven and walked on the earth. (Wis 18, 14-16)

06 The whole of creation was remodelled in its own nature to serve your decrees, so that your children might be kept safe. 07 The cloud was seen to cover the camp with its shadow, and dry land was seen to emerge where there had been only water; from the Red Sea a pathway without obstacles arose, and from the rushing waters a green plain. 08 There the whole people, protected by your hand, passed through, beholding marvellous wonders. 09 They were like horses in a meadow, they leapt like lambs and sang your praise, Lord: you had delivered them. (Wis 19, 6-9)

Wisdom is a gift from God

God acts through his Word; what he did here on behalf of his people was shrouded in the peaceful silence of the night and kept its share of mystery. But the Bible reveals to us from beginning to end that the Word of God is creative and liberating; if it is sharp, it is to destroy evil and to bring about Truth and Life in us. « The Word of God is alive, energetic and sharper than a two-edged sword; it goes to the dividing point of the soul and the spirit [...] it judges the intentions and thoughts of the heart.

In the silence and darkness of our lives, light can shine forth. A life-giving word can be heard and give us confidence and courage. Then we see a little more clearly. Life can be reborn out of suffering, hardship and death. By raising Christ from the grave on the night of Easter, God has opened a breach, he has made a decision for Life, the forces of death no longer have the last word. Let us listen to him with a peaceful heart. Let us be surprised and shaped by the sharpness of his Word

The text of the first reading from the book of Wisdom puts forward the history of salvation, the movement of the world, of humanity, of the whole universe. « The whole creation, in its own nature, was remodelled in the service of your decrees so that your children might be kept safe. The whole people, protected by the divine hand, beheld marvellous wonders…they gave thanks to Yahweh who delivered them.

The book of wisdom confirms the limit of man’s wisdom and opens us to the infinite dimension of God’s wisdom. Wisdom is above all a gift from God. One day, King Solomon wanted to offer a great sacrifice in Gibeon, he wanted to sacrifice a thousand animals for his Lord. It was while he was sleeping there that he dreamed and Yahweh asked him to express a wish and that it would be granted.

The author celebrates the wonders that God did for his people to deliver them from slavery in Egypt. At the end of the book, he returned to the last act of the exit from Egypt, the crossing of the sea, with other motifs of the long journey through the desert to the promised land, such as the gift of the manna. Everything revolves around the theme of the reversal of creation, this change that manifests the power of God who comes to save his people. Nothing is impossible for God. Before him, the elements are transformed, for he is the Lord of the universe.

The words of Wisdom urge us to turn our lives over to God, for he will help us to find that wisdom which will enable us to understand the way of good and to enjoy his presence among us. In the face of the profound changes that have made global society even more complex and uncertain, Wisdom highlights the presence of God as a source of hope.

God will not allow his children to be crushed by the forces of evil that sometimes seem to prevail; nor will he allow those who live in justice and love to be overwhelmed. The crossing of the sea was the fulfilment of the Passover, the passage through the waters of baptism that begat in us a new creature.

The young Solomon, aware of his youth and that the people of Israel were the people of God, asked for wisdom to govern. Yahweh replied: « Since you have not asked for the gold of this world, for kingship, for the death of your enemies, beyond what you ask, I will give you all the riches of this world. God is the source of wisdom. One is not born wise but becomes wise, for wisdom is a gift from God. Wisdom is not a matter of age, it is an openness to God’s grace. Our existence falls apart if we lack wisdom. The wisdom of God is Christ himself.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites

◊ Daily Readings : click here to read the paper →   HOMILY FOR SATURDAY OF THE THIRTY-SECOND WEEK IN Ordsynary time, Yar B

◊ USCCB : click here to read the paper →  Saturday of the Thirty-second Week in Ordinary Time

Daily Gospel and Homily

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Samedi de la trente-deuxième semaine du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 13 novembre 2021

Afficher l’image source

Michel Houyoux

Michel Houyoux, professeur retraité du collège saint Stanislas à Mons (Belgique) et diacre permanent dans le doyenné de Florennes (Belgique)

L’expression de don spirituel est employée par l’apôtre Paul en Romains 1,11. Celui-ci dit, de façon plus elliptique, littéralement « les spirituels » en 1 Corinthiens 12,1 et 14,1. À la fois l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, et tout particulièrement les Épîtres de Paul, comptent plusieurs listes de dons spirituels. Afin d’éviter les confusions, il a été proposé de nommer plus spécifiquement quatre de ces listes : les sept dons, les charismes, les ministères, et le fruit de l’Esprit.

Neuf dons du Saint-Esprit sont décrits par Paul de Tarse dans la première épître aux Corinthiens, chapitre 12. Au chapitre 13, Paul décrit la hiérarchie des dons, et fait un hymne à l’amour. Au chapitre 14, il établit une hiérarchie des charismes en vue de l’utilité commune. Au sujet du parler en langues, Paul revient sur la nécessité de l’interprétation : « C’est pourquoi celui qui parle en langue doit prier pour pouvoir interpréter.

xCar si je parle en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence n’en retire aucun fruit. » (1Co 14, 13-14). Pour plus de détails sur le parler en langues et l’interprétation, voir la glossolalie. .Plusieurs mouvements ont contribué a ramener l’importance des dons spirituels. Ces mouvements ont été appelés « vague » . Il y a eu d’abord « la première vague », le pentecôtisme en 1906.

xPuis « la deuxième vague », le mouvement charismatique en 1960. Finalement, « la troisième vague », le mouvement néo-charismatique en 1980. Les charismatiques peuvent aussi bien être évangéliques que catholiques, anglicans ou d’autres dénominations chrétiennes. Tous insistent sur l’Esprit et son action dans les vies humaines et dans l’Église .

xLe christianisme évangélique, principalement dans les courants du pentecôtisme, mouvement charismatique évangélique et mouvement néo-charismatique, accorde une importance particulière aux dons de l’Esprit Saint (1 Corinthiens 12 : 4 à 7). Cette théologie donnant la priorité au parler en langues est cependant contestée à l’extérieur et au sein même du pentecôtisme.

Le parler en langues peut être vu comme un charisme possible parmi d’autres. Un croyant peut être né de nouveau, et baptisé du Saint-Esprit, régénéré et rempli de foi, sans que cette vie dans l’Esprit se manifeste obligatoirement par le charisme des langues. « Tous ont-ils des charismes de guérison ? Parlent-ils tous en langues ? Tous interprètent-ils ? Vous, soyez zélés pour les charismes les meilleurs. »

Du livre de la Sagesse

14 Un silence paisible enveloppait toute chose, et la nuit de la Pâque était au milieu de son cours rapide ; 15 alors, du haut du ciel, venant de ton trône royal, Seigneur, ta Parole toute-puissante fondit en plein milieu de ce pays de détresse, comme un guerrier impitoyable, portant l’épée tranchante de ton décret inflexible. 16 Elle s’arrêta, et sema partout la mort ; elle touchait au ciel et marchait aussi sur la terre. (Sg 18, 14-16 )

06 La création entière, dans sa propre nature, était remodelée au service de tes décrets, pour que tes enfants soient gardés sains et saufs. 07 On vit la nuée recouvrir le camp de son ombre, on vit la terre sèche émerger là où il n’y avait eu que de l’eau ; de la mer Rouge surgit un chemin sans obstacles et, des flots impétueux, une plaine verdoyante. 08 C’est là que le peuple entier, protégé par ta main, traversa en contemplant des prodiges merveilleux. 09 Ils étaient comme des chevaux dans un pré, ils bondissaient comme des agneaux et chantaient ta louange, Seigneur : tu les avais délivrés. (Sg 19,  6-9)

La sagesse est un don de Dieu

Dieu agit par sa Parole ; ce qu’il fit ici en faveur de son peuple fut enveloppé dans le silence paisible de la nuit et garda sa part de mystère. Mais la Bible nous révèle du début à la fin que la Parole de Dieu est créatrice et libératrice ; si elle est tranchante, c’est pour détruire le mal et faire advenir en nous la Vérité et la Vie. « Elle est vivante la Parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit […] elle juge des intentions et des pensées du cœur. »* 

Dans le silence et l’obscurité de nos vies peut jaillir la lumière. Une parole vivifiante peut se faire entendre et nous redonner confiance et courage. Alors nous y voyons un peu plus clair. La vie peut renaître de la souffrance, des épreuves et de la mort. En relevant le Christ du tombeau dans la nuit de la Pâque, Dieu a ouvert une brèche, il a tranché pour la Vie, les forces de mort n’ont plus le dernier mot. Écoutons-le d’un cœur paisible. Laissons-nous surprendre et façonner par le tranchant de sa Parole

Le texte de la première lecture tirée du livre de la Sagesse met de l’avant l’histoire du salut, le mouvement du monde, de l’humanité, de l’univers tout entier. « La création entière, dans sa propre nature, était remodelée au service de tes décrets pour que tes enfants soient gardés sains et saufs.» Lle peuple entier, que la main divine protégeait, contempla des prodiges merveilleux…ils rendirent grâce à Yahvé qui les délivrèrent.

Le livre de la sagesse confirme la limite de la sagesse de l’homme et nous ouvre  à la dimension infinie de la sagesse de Dieu. La sagesse est avant tout un don de Dieu. Un jour, le roi Salomon voulut offrir un grand sacrifice à Gabaon, il voulut sacrifier pour son Seigneur mille animaux. Ce fut en dormant à cet endroit qu’il rêva et Yahvé lui demanda d’exprimer un souhait et qu’il sera exaucé.

L’auteur  célébra les prodiges que Dieu fits pour son peuple afin de le délivrer de l’esclavage en Égypte. A la fin du livre, il revint sur le dernier acte de la sortie d’Égypte, le passage de la mer auquel il mêla d’autres motifs du long parcours à travers le désert pour gagner la terre promise, comme le don de la manne. Tout tourne autour du thème du renversement de la création, ce changement qui manifeste la puissance de Dieu qui vient sauver son peuple. Rien n’est impossible à Dieu. Devant lui, les éléments se transforment, car il est le Seigneur de l’univers.

Les paroles de la Sagesse demandent avec insistance de remettre notre vie à Dieu, car il nous aidera à trouver cette sagesse qui nous permettra de comprendre le chemin du bien et de jouir de sa présence parmi nous. Face aux profonds changements qui rendirent la société planétaire encore plus complexe et incertaine, la Sagesse met en lumière la présence de Dieu, source d’espérance.

Dieu ne permettra pas que ses enfants soient écrasés par les forces du mal qui semblent parfois l’emporter ; il ne permettra pas non plus que ceux qui vivent dans la justice et dans l’amour soient submergés. Le passage de la mer, fut l’accomplissement de la Pâque, le passage par les eaux du baptême qui ont engendré en nous une créature nouvelle.

Le jeune Salomon conscient de son jeune âge et que le peuple d’Israël fut le peuple de Dieu demanda la sagesse pour gouverner. Yahvé lui répliqua: «Puisque tu n’as pas demandé l’or de ce monde, la royauté la mort de tes ennemis au-delà de ce que tu demandes je te donnerai toutes les richesses de ce monde ». Dieu  est source de la sagesse. On ne naît pas sage mais on le devient, car la sagesse est un don de Dieu. La sagesse n’est pas une affaire d’âge, elle est une ouverture à la grâce de Dieu. Notre existence tombe en ruine s’il nous manque la sagesse. La sagesse de Dieu c’est le Christ lui-même.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Hououx : cliquez ici pour lire l’article → Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →  Samedi de la 32e semaine, année impaire

◊ La Communauté Catholique Shalom : cliquez ici pour lire l’article →  Dons de l’Esprit Saint : Don de sagesse

L’équipe emci : « La sagesse te permet d’attendre le temps de Dieu »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Dreiunddreißigster Sonntag der gewöhnlichen Zeit – Jahr B

Posté par diaconos le 13 novembre 2021

https://www.bibbia-it.org/wp-content/uploads/2020/06/il-genere-del-Signore-alla-Sua-seconda-venuta.jpg

Die Rückkehr des Herrn

Die Parusie ist ein christliches Konzept, das die « Wiederkehr » Christi in seiner Herrlichkeit auf die Erde bezeichnet, deren erster Schritt seine Geburt war. Dieses endgültige, eschatologische Kommen (am Ende der Zeit) unterscheidet sich von der Auferstehung Jesu, die eine doppelte Verheißung enthält: das Kommen in Herrlichkeit (seine Parusie) und die Auferstehung der Toten.

Die Symbolisierung unterscheidet sich im Katholizismus, wo Christus in Herrlichkeit und Majestät erscheint, und in der Orthodoxie, wo die Erwartung durch einen leeren Thron symbolisiert wird. Das Wort « Parusie » stammt von dem altgriechischen Wort παρουσία, parousía, einem Begriff, der « Gegenwart » bedeutet und aus παρα (« nahe », « nahe ») und ουσία (« sein ») gebildet wird. In den frühchristlichen Schriften, insbesondere bei Paulus von Tarsus, bedeutet das Wort die Ankunft Christi unter den Menschen.

Adolf Deissmann hat gezeigt, dass der Begriff bereits im dritten Jahrhundert v. Chr. für den offiziellen Besuch eines Fürsten oder Würdenträgers in einer Stadt verwendet wurde, um deren Pracht zu demonstrieren. In der hellenistischen Philosophie beschreibt das Wort die tatsächliche Anwesenheit der Götter. Auch Platon benutzte den Begriff, um das Vorhandensein von Ideen in den Dingen zu beschreiben.

Aus dem Markusevangelium

24 In jenen Tagen, nach vielen Drangsalen, wird die Sonne verblassen und der Mond seinen Schein verlieren. 25 Die Sterne werden vom Himmel fallen und die Kräfte des Himmels werden erschüttert werden. 26 Dann wird der Menschensohn in den Wolken kommen mit großer Macht und Herrlichkeit. 27 Er wird Engel aussenden, um die Auserwählten von den vier Enden der Welt zu sammeln, von den Enden der Erde bis zu den Enden des Himmels.

28 Der Vergleich mit dem Feigenbaum soll euch lehren: Wenn seine Zweige weich werden und seine Blätter sprießen, wisst ihr, dass der Sommer kommt. 29 Und wenn ihr seht, dass es geschieht, so wisst, dass der Menschensohn vor eurer Tür steht. 30 Ich sage euch: Dieses Geschlecht wird nicht eher sterben, als bis dies alles vollbracht ist. 31 Himmel und Erde werden vergehen, aber meine Worte werden nicht vergehen. 32 Aber von jenem Tag oder jener Stunde weiß niemand, weder die Engel im Himmel noch der Sohn, sondern allein der Vater. (Mk 13, 24-31)

Das Kommen des Herrn

In jenen Tagen, nach dieser Trübsal, wird es eine kosmische Umwälzung geben. Der Menschensohn wird in den Wolken kommen, und er wird seine Engel aussenden, um seine Auserwählten von überall her zu sammeln. Jesus unterwies seine Jünger durch das Gleichnis vom Feigenbaum. « Diese Generation wird nicht vergehen, bevor nicht alles geschehen ist. Himmel und Erde werden vergehen, aber meine Worte werden nicht vergehen » (Matthäus 24, 35).

Niemand weiß die Stunde, weder die Engel noch der Sohn, sondern allein der Vater. Seht also als Diener und Träger, deren Herr auf dem Weg ist. Markus ging zum letzten Zyklus dieser Prophezeiung über, und zwar mit einer Partikel, die auf ein neues Thema warten lässt. Um die Reihenfolge der Zeiten anzugeben, verwendet er diesen unbestimmten Ausdruck: in jenen Tagen, nach dieser Trübsal, und vermeidet so den Ausdruck des Matthäus: unmittelbar danach, der der Exegese große Schwierigkeiten bereitet.

Besonders deutlich wird dieser Zeitunterschied der zwischen die Zerstörung Jerusalems und die Vorboten der Wiederkunft Christi, von denen in den drei Evangelien berichtet wird, diese bemerkenswerte Voraussage stellt: « Und Jerusalem wird von den Heiden zertreten werden, bis die Zeiten der Heiden erfüllt sind. (Lukas 21, 24)

 « Dann wird er Engel senden und seine Auserwählten von den vier Winden sammeln, von den Enden der Erde bis zu den Enden des Himmels. » (Mk 13,27) Matthäus sagt : « von den vier Winden, von einem Ende des Himmels bis zum anderen. » Markus drückte dieselbe Idee aus, denn mit dem Ende der Erde und dem Ende des Himmels meinte er, wie Matthäus, den visuellen Horizont, der durch die sichtbare Verbindung von Erde und Himmel gebildet wird.

Das Fundament der Urgemeinde ist Jesus Christus selbst, der seine Jünger in Unkenntnis des Tages und der Stunde seiner Wiederkunft ließ, um sie in heiliger Wachsamkeit zu halten. In derselben Rede legte er fest, dass dieses große letzte Ereignis in seiner eigenen Generation stattfinden und mit der Zerstörung Jerusalems zusammenfallen würde, siebenunddreißig Jahre später! Dieser Widerspruch findet sich in allen Vorhersagen Jesu über die ferne Zukunft seiner Herrschaft, insbesondere in den meisten seiner Gleichnisse.

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Praedica (Deutschland) : klicken sie hier, um den Artikel zu lesen → 33.Sonntag im Jahreskreis B

◊ Harpa Dei  : klicken sie hier, um den Artikel zu lesen → Das Kommen des Herrn – Harpa Dei

In Freude auf das Kommen des Herrn leben.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS