Trente-troisième dimanche du Temps Ordinaire de l’année B

Posté par diaconos le 14 novembre 2021

Manifestation glorieuse du Fils de l’homme

La Transfiguration de Jésus, révélation de notre destinée

Michel Houyoux
Michel Houyoux    Professeur de sciences du secondaire à Mons chez Collège saint Stanislas à Mons
 la marche sur les eaux est un épisode de la vie de Jésus de Nazareth et de ses apôtres figurant dans certains des évangiles du Nouveau Testament qui montrent « Jésus marchant sur les eaux ». Il s’agit d’un des miracles accomplis par Jésus dans le cadre précis de la domination de la nature, où l’on voit Pierre, figure de l’Église, quittant la « nave juive », dans l’obéissance au Seigneur, comptant sur la puissance de sa parole. Dans l’évangile selon Marc, toutefois, les disciples, affirme Camille Focant, « répondent à l’épiphanie de Jésus sur le lac comme le faisaient « ceux du dehors » qui voient et entendent sans comprendre , car leur cœur est endurci Cette dernière expression n’avait été jusqu’ici été utilisée que pour les Pharisiens juste avant qu’ils ne complotent la mort de Jésus plus la révélation salvifique de Jésus s’affirma de manière extraordinaire, plus les disciples semblèrent régresser vers une dureté de cœur semblable à celle des adversaires de Jésus..
x
Rudolf Bultmann démythologisa cet épisode évangélique et le rangea parmi des affirmations théologiques présentées dans les récits bibliques comme des faits historiques. Pour Origène, la barque représente nos vies confrontées aux vents et aux flots tumultueux imposés par le Mal. Malgré toutes les péripéties qui surviennent, le Christ voulut que nous tenions le cap des vertus. . Le père Joseph-Marie Verlinde précise que ce miracle suit la scène de la Multiplication des pains dans la Bible (Mt 14. 13-21. Il dit que les disciples avec leur barque s’enfoncèrent dans la nuit, qui fut là, le symbole des problèmes que l’Église a à traverser mais aussi les difficultés de nos vies personnelles.
x
Pour ce prédicateur, le Messie n’a pas peur de marcher dans les tempêtes de nos vies, d’être un phare pour l’humanité. Cette apparition sur l’eau est aussi le symbole de sa résurrection, de son retour parmi les vivants ; c’est l’Alliance omniprésente de Dieu avec les humains et la fécondité qu’il place dans nos actes quotidiens. Le rapprochement – voire la superposition – des deux scènes (la multiplication des pains et la marche sur l’eau) nous invite à découvrir au cœur du Pain partagé, la présence mystérieuse de celui qui se révéla en marchant sur les eaux.
x
La lumière du jour éclaire du pain, la lumière de l’Esprit, qui luit dans les ténèbres de notre ignorance, éclaire la divinité de celui qui se tient sous ces humbles espèces. Jésus est  le pain de vie descendu du ciel, le pain que le Père offre lui-même à ses enfants », écrit le père Joseph-Marie Verlinde Il conclut en expliquant que lors de la communion, dans l’hostie il y a le pain, mais que ce pain contient la lumière3. La lumière qu’il contient est, sans doute, entre autres, les écritures lues lors de l’office ; les prières récitées en sont une autre.
 x

De l’Évangile selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.

Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. (Mc 13, 24-32)

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Au milieu des agitations et des situations inextricables que nous traversons, accorde-nous la grâce de la patience et de la fermeté pour t’accueillir aujourd’hui dans une foi sans faille : les souffrances et difficultés de la vie cesseront dès ton retour au milieu de nous : tu reviendras pour nous donner la vie éternelle promise lors de ta Résurrection.

Seigneur Jésus, toi qui as livré ta vie sur la croix et qui es remonté au ciel après ta Résurrection, donne-moi la foi et la patience inébranlables dont j’ai besoin pour attendre le retour que tu nous as promis et notre entrée dans le Cœur du Père, notre Créateur et souverain Seigneur. «Sachez que le Fils de l’homme est proche»

Seigneur, augmente ma foi !

« En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. » Tous les évènements du quotidien obscurcissent et masquent les prévisions humaines. Le monde est agité : le Sauveur avait annoncé ces perturbations incompréhensibles précédant son retour. Cette deuxième venue du Christ est aussi annoncée dans la littérature prophétique et apocalyptique. Puis, les anges viendront. « Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. »

Seigneur, augmente ma foi ! « Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. » Les habitants de la terre de tous les siècles et de tous les pays manifesteront une joie profonde, inébranlable et inépuisable. La gloire du Seigneur sera manifestée au cosmos entier. Cette joie désormais infinie manifestera la gratitude de la création universelle entrant dans la gloire de Dieu : joie profonde, éternelle et sans retour. Cette joie traduit l’espérance profonde du peuple de Dieu depuis toujours et au milieu de toutes les difficultés.

« De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela» Ici, le Seigneur est sûr de la réalisation de ce dont il parle, il est sûr que ses paroles traduisent la foi qu’il a au plus intime de lui-même. « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » Mais c’est un événement futur dont personne ne connaît la date, ni les anges dans le ciel, ni même le Fils.

Après avoir annoncé sa seconde venue, il leur communique l’espérance inépuisable et les invite à vivre avec attention et vigilance. Il les invite à imiter la passivité du figuier qui évolue selon les conditions climatiques saisonnières. L’apparition des feuilles traduit l’arrivée de l’été. La récolte des figues ne tardera plus beaucoup. Les auditeurs du Seigneur sont invités à observer ce qui les entoure silencieusement ; il n’y a pas plus grand silence que celui de la végétation mais c’est d’elle que les fruits vont mûrir. Les auditeurs sont invités au calme, au silence, à la patience et à la récolte à venir ensuite.

Ce passage d’Évangile nous permet de comprendre que le plus important n’est pas de vivre et de manifester notre inquiétude et notre peur face à ce qui se passera à la fin du monde. Il est primordial de vivre le moment présent avec une foi inébranlable en cet amour dont tu n’exclus aucun d’entre nous. Tu es toujours avec nous, et même peut-être surtout lorsque nous nous sentons seuls et abandonnés. Toi, Seigneur, sur la croix, toi, le Dieu fait homme, tu as manifesté ta détresse humaine par ces mots : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27, 46)

Ainsi, en manifestant ton angoisse par cette question tout humaine, tu as montré à quel point tu t’es identifié à notre faiblesse humaine. Tu es vraiment le Dieu fait homme. Seigneur, que la communion à ton Eucharistie me conduise jusqu’à ta divinité. Seigneur, augmente ma foi ! Te prier, à chaque Eucharistie, en te demandant pardon pour ma faiblesse, pour mon manque de foi et d’amour envers toi qui manifestes ta gloire par ce divin silence.

Contact Père Marie Landry Bivina

Compléments

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire ,l’article → Trente-troisième dimanche du Temps Ordinaire de l’année B

Olivier Nedar : « Aux jours du Fils de l’homme »

 Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS