• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 15 novembre 2021

Lunedì della trentatreesima settimana del Tempo Ordinario – Anno B

Posté par diaconos le 15 novembre 2021

La guarigione del cieco Bartimeo

IL MIO AMICO GESÙ: La guarigione del cieco Bartimeo - Mc 10, 46-52 -  Meditazioni sul Vangelo di Eugenio Pramotton

Michel Houyoux

    Michel Houyoux - Professeur retraité (Physique, chimie et biologie à Mons chez Collège saint Stanislas (Belgique)
# Bartimeo è un personaggio evangelico: il suo incontro con Gesù è narrato nel Vangelo secondo Marco al capitolo 10, dal versetto 46 al 52. Egli era un mendicante cieco che sostava nelle strade adiacenti alla città di Gerico, figlio di un certo Timeo. Il nome ha radici aramaiche (bar, per figlio) e greche (timaios, per onorabile). Simbologia : nelle narrazioni degli evangelisti le guarigioni di ciechi da parte del Cristo vogliono simboleggiare e affermare il cambiamento di vita che avviene in ogni uomo all’incontro con il Nazareno. Il segno della cecità e della riconquista della vista narrano il passaggio dalle tenebre alla luce, dalla morte alla vita, metafore dell’evento pasquale e quindi del battesim.
x
La guarigione del cieco di Gerico è uno dei miracoli di Gesù narrato nei tre vangeli sinottici (Mc10,46-52 ; Mt20,29-34 ; Lc18,35-43). I vangeli di Marco e Matteo pongono il miracolo subito dopo la richiesta fatta a Gesù di far sedere i figli di Zebedeo alla propria destra e sinistra nel suo regno. Differenze fra i racconti : Il racconto del miracolo si differenzia nei tre resoconti, essendo presentato dagli evangelisti con delle variazioni, in base alle proprie esigenze redazionali e teologiche, in merito al numero dei ciechi e sul momento in cui Gesù opera il miracolo stesso. Infatti, mentre in Marco e Luca il cieco è uno solo,
x
Matteo narra di due ciechi ; gli esegeti curatori del « Nuovo Grande Commentario Biblico » osservano come « Matteo abbrevia il racconto di Marco e raddoppia il numero dei ciechi, forse per evitare l’impressione che si trattasse di un semplice affare privato »; gli studiosi della École biblique et archéologique française (i curatori della Bibbia di Gerusalemme) notano, inoltre, che Matteo inserisce « due ciechi a Gerico e due ciechi a Betsàida , miracolo che è un ricalco del precedente.
x
Questa duplicazione dei personaggi può essere un procedimento stilistico di Matteo » e anche il teologo cristiano Rudolf Bultmann[ concorda sulla spiegazione della tecnica narrativa matteana in merito alla duplicazione dei personaggi. Inoltre, Marco e Matteo descrivono come Gesù incontri il cieco quando parte da Gerico, mentre invece Luca riporta che avviene quando sta arrivando a Gerico; gli esegeti dell’interconfessionale Bibbia TOB osservano che « in Mt20,29 e Mc10,46, questo miracolo ha luogo quando Gesù esce da Gerico, in Lc18,35 quando vi entra. È probabile che Lc anticipi questo episodio perché vuole collocare di seguito la conversione di Zaccheo e la parabola del principe che va all’incoronazione »
x

Dal Vangelo di Luca

35 Mentre Gesù si avvicinava a Gerico, un cieco era seduto sul ciglio della strada e chiedeva l’elemosina. 36 Quando sentì la folla che passava, chiese cosa stesse succedendo. 37 Gli dissero che era Gesù il Nazareno che stava passando. 38 Egli gridò : « Gesù, figlio di Davide, abbi pietà di me! » 39 Quelli che conducevano la strada lo rimproverarono per farlo tacere. Ma egli gridò più forte: « Figlio di Davide, abbi pietà di me! ».

40 Gesù si fermò e ordinò di portarlo da lui. Quando si avvicinò, Gesù gli chiese : 41 « Cosa vuoi che faccia per te ? ». Rispose : « Signore, fammi vedere di nuovo« . 42 E Gesù gli disse : « Vedi ancora ! La tua fede ti ha salvato. » 43 Subito ricevette la vista, e seguì Gesù, dando gloria a Dio. E quando tutto il popolo vide questo, rese lode a Dio. (Lc 18,35-43)

Il cieco guarito a Gerico

 Mentre Gesù si avvicinava a Gerico, un cieco che era seduto sul ciglio della strada a mendicare, sentendo che era lui che passava, gridò: « Figlio di Davide, abbi pietà di me! E quando hanno cercato di farlo tacere, ha gridato ancora più forte. Gesù ordinò di portarlo da lui e disse: « Cosa vuoi che ti faccia? Il cieco disse: « Signore, fammi vedere di nuovo ». Gesù accolse la sua richiesta e subito fu guarito. Seguì Gesù e la gente, che assistette a questo miracolo, lodò Dio.

« E subito ricevette la vista, e lo seguì, glorificando Dio. Quando tutto il popolo vide questo, rese lode a Dio » (Lc 18, 43). Questa doppia osservazione, che il cieco stava glorificando Dio e che tutto il popolo, assistendo a questa mirabile scena, si unì a lui nel dare lode a Dio, è particolare di Luca.

Diacono Michel Houyoux

Il complemento

◊ Il Diacono Michel Houyoux  : clicca qui per leggere l’articolo → Tentesima domenica settimana del tempo ordinario

Link ad altri siti cristiani

◊  Sacrocuoreboli (Italia) Lunedì della Trentaduesima Settimana del Tempo Ordinario 

◊ Qumran  : clicca qui per leggere l’articolo →  Parole Nuove – Commenti al Vangelo


Gesù guarisce il cieco

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lundi de la trente-troisième semaine du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 15 novembre 2021

Que veux-tu que je fasse pour toi ?

Luc 18 25 43aw

De l’évangile selon Luc

35 Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route. 36 Entendant la foule passer devant lui, il s’informa de ce qu’il y avait. 37 On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait. 38 Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! » 39  Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »

40 Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : 41 « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je  retrouve la vue. » 42 Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. » 43 À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa une louange à Dieu.» (Lc 18, 35-43)

L’aveugle guéri à Jéricho

 Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle, qui mendiait assis au bord du chemin, apprenant que ce fut ’est lui qui passait, s’écria : « Fils de David ! aie pitié de moi ! Et comme on voulut lui imposer silence, il cria encore plus fort. Jésus commanda qu’on le lui amena et lui dit : « Que veux-tu que je te fasse ? »  L’aveugle dit : « Seigneur, que je recouvre la vue ».  Jésus lui accorda sa requête et à l’instant il fut guéri. Il suivit Jésus et le peuple, témoin de ce miracle, loua Dieu.

« Et à l’instant il recouvra la vue ; et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple voyant cela, donna louange à Dieu. » (Lc 18, 43)  Cette double remarque, que l’aveugle guéri glorifiait Dieu et que tout le peuple, témoin de cette scène admirable, se joignait à lui pour donner louange à Dieu, est particulière à Luc.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Rabbouni, que je retrouve la vue !

◊ Diace Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → La  rencontre de Jésus avec l’aveugle Bartimée

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Diocèse catholique de Valleyfield  (Québec)  : cliquez ici pour lire l’article → Lundi 33e semaine ordinaire

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 33e semaine, année impaire

Abbé Pierre Desroches : « L’aveugle de Jéricho : les exclus que l’on veut faire taire « 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jésus Christ est le roi de l’Univers

Posté par diaconos le 15 novembre 2021

 C’est toi-même qui dis que je suis roi

Image

La fête du Christ Roi est une fête catholique, instituée par le pape Pie XI, en 1925, par l’encyclique Quas primas, afin de mettre en lumière l’idée que les nations devraient obéir aux lois du Christ. À l’origine, elle était célébrée le dernier dimanche d’octobre qui précédait la Toussaint ; c’est toujours le cas pour ceux qui sont attachés à la forme tridentine du rite romain. Depuis la réforme liturgique de 1969, les catholiques la célèbrent le dernier dimanche du calendrier liturgique, vers la fin du mois de novembre, le dimanche qui précède le premier dimanche de l’Avent, lequel est le début de l’année liturgique). Par ailleurs, l’orientation et le nom même de la fête ont été changés : devenue la fête du Christ Roi de l’univers, elle met l’accent sur l’idée que dans le Christ toute la création est récapitulée.

L’Eglise catholique enseigne que le monde est transformé par la mort, la résurrection et l’ascension de Jésus-Christ. Cette fête a été instituée par le pape Pie XI en 1925 ; il demanda  onze ans plus tard la dédicace de la première cathédrale sous ce vocable. Il la plaça immédiatement avant la fête de la  Toussaint (symboliquement, le roi entraîne derrière lui ses sujets vers la victoire ; il faut qu’Il règne pour que ses sujets profitent du royaume). Vient ensuite la période de l’Avent, qui précède Noël de quatre semaines.

La fête du Christ Roi fut instituée grâce au dévouement et au travail immense réalisé par Georges et Marthe de Noaillat. À la demande deBenoî XV, puis du pape Pie XI, ils réunirent pendant six années les signatures de centaines d’évêques et de milliers de fidèles réclamant l’institution d’une fête du Christ-Roi accompagnée d’une encyclique proclamant sa « Royauté universelle ».

La volonté du pape fut de préparer ainsi les peuples chrétiens à recevoir la définition solennelle de ce grand dogme si méprisé aux xixe et xxe siècles. Un immense mouvement prit sa source à Paray-le-Monial, la Providence unissant les demandes du Sacré-Cœur à son règne sur toutes les sociétés, et aboutit à la première fête solennelle du Christ Roi et à la promulgation de l’encyclique Quas primas le 11 décembre 1925. Elle est fêtée au plus tôt le 20 novembre au plus tard le 26 de ce mois.

De l’évangile selon Jean

33 Alors Pilate rentra dans le Prétoire ; il appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » 34 Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? » 35 Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? » 36 Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs.

En fait, ma royauté n’est pas d’ici. » 37 Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité  écoute ma voix. » » (Jn 18, 33b-37)

Jésus devant Pilate

« Pilate rentra donc dans le prétoire, et il appela Jésus et lui dit : « Toi, tu es le roi Les Juifs ? » (Jn 18, 33) Le ton de ces paroles fut  celui de l’étonnement et de l’ironie. Mais cette question de Pilate que rien ne motiva dans ce qui précède ne se comprend qu’en admettant que les Juifs, malgré leur prétention finirent par articuler leur accusation  qui fut rapportée par Luc.  par Luc. Le chef principal de cette accusation était que Jésus se disait être Messie, Roi.

L’iniquité du procédé des Juifs consista à transformer le grief religieux pour lequel ils  condamnèrent Jésus en une accusation politique, qu’ils renforcèrent de cette calomnie : « Il défend de payer le tribut à César »  Jésus lui répondit :  « Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ? » (Jn 18, 34) 

La question de Jésus fut diversement interprétée. Meyer pensa que Jésus fit usage du droit qu’eut tout accusé de connaître ses accusateurs, car il ne pouvait supposer que Pilate prit le titre de roi dans un autre sens que son sens politique. Mais quel eut été le but d’une telle question ? Si Jésus voulut se renseigner sur ses accusateurs, pourquoi demanda-t-il à Pilate : «  Est-ce de toi-même que tu dis cela ?. » D’autres pensèrent que Jésus voulut rendre suspecte, pour Pilate, une accusation qui vint de ses ennemis.

Mais tout cela ne rend pas bien compte de la double question de Jésus.  : il fit  une distinction importante : dans le sens politique qu’un Romain devait donner à ce titre de roi, il put simplement le nier, mais, dans la signification théocratique et religieuse que les Juifs donnaient au nom de Messie, Roi, il se serait bien gardé de le refuser, car il se serait mis en contradiction avec ses propres paroles.

C’est pourquoi il demanda à Pilate s’il fut arrivé par lui-même à le soupçonner d’aspirer à la royauté  ; en ce cas, il aurait répondu par une simple dénégation, certain que ce titre de roi ne pouvait impliquer que des visées politiques. Si cette question fut suggérée à Pilate par le sanhédrin, la franchise fit à Jésus un devoir de  s’expliquer sur ce titre de Messie, qu’il eut réellement revendiqué et sur le sens dans lequel il le prit. Trois fois Jésus prononça avec solennité ce mot mon royaume,  ma royauté. 

 

Par son origine, par sa nature, par son esprit, par son but, elle n’a rien de commun avec les royautés de ce monde ; elle n’émane pas de l’humanité déchue et corrompue, ni d’aucune force qui soit en elle ; mais elle vient d’en haut, du ciel. La preuve que Jésus en donna, ce fut qu’il répudia, pour établir cette royauté, toutes les armes charnelles et terrestres ; ses serviteurs ne combattirent pas pour sa cause ; il n’agira que sur les cœurs, par la puissance de la vérité divine.

Quels furent ces serviteurs ? Ceux qu’il aurait eus, dont il n’aurait pas manqué de se pourvoir, si son règne était de ce monde ; ainsi répondirent quelques exégètes (Lücke, de Wette, Tholuck) ; mais, selon d’autres (Meyer, Weiss, Godet), Jésus entendit par là les serviteurs qu’il eut réellement, ses adhérents, ces multitudes qui l’acclamèrent quelques jours auparavant, lors de son entrée à Jérusalem et qui voulurent le proclamer roi (Jean 6, 15).

Qui dira ce que Jésus, avec son pouvoir sur les masses, aurait pu faire d’elles, s’il avait voulu exciter leur enthousiasme et leurs passions nationales ? L’une et l’autre de ces interprétations sont admissibles. Ce qui ne le fut pas, ce fut d’entendre par ces serviteurs les anges, comme le firent Bengel et Stier, Jésus aurait-il exprimé une telle pensée en présence de Pilate ?

Pilate conclut que Jésus s’attribua réellement une royauté quelconque, dont il ne comprit pas la nature et il s’écria avec étonnement :  « Tu es donc roi ? »  Parla-t-il  avec ironie, ou avec mépris ? Impressionné par les paroles et la dignité de Jésus, devint-il plus sérieux, comme l’indiqua la suite de ces transactions ? Les interprètes furent partagés sur ce point, difficile à décider. Tu le dis est une affirmation directe qui signifie : oui, comme tu le dis. Jésus ajouta avec solennité :  « Je suis roi, en rendant témoignage à la vérité. »

Pilate conclut des paroles qui précèdent que Jésus s’attribue réellement une royauté quelconque, dont il ne comprend pas la nature et il s’écrie avec étonnement : Tu es donc roi ? Parle-t-il encore avec ironie, ou avec mépris ? Ou bien, impressionné par les paroles et la dignité du Sauveur, est-il devenu plus sérieux, comme semble l’indiquer la suite de ces transactions ? Les interprètes sont partagés sur ce point, difficile à décider.

Jésus ajouta avec solennité : Je suis roi et il explique dans quel sens il l’est, en rendant témoignage à la vérité. Être roi par la vérité, c’est la seule royauté véritable.  Être de la vérité, c’est en dépendre, se sentir en harmonie avec elle se soumettre avec joie à son influence , comme être de Dieu, , c’est lui appartenir par le cœur. Jésus désigna ainsi ceux que le Père attire à lui ; et ceux-là écoutent sa voix  et la reconnaissent avec bonheur.

Par ces paroles, Jésus s’expliqua sur sa royauté ; il  déclara qu’il est roi et avec quelle destination il l’est ; d’autre part, quels sont les sujets de son royaume ; et ainsi il a pleinement résolu la question posée par Pilate. ( Meyer) Pilate lui dit : «  Qu’est-ce que la vérité »  Pilate, dans cette question qu’il jeta avec une superbe indifférence, sans attendre de réponse, manifesta toute la présomptueuse légèreté de l’homme du monde, en même temps que la sagesse à courte vue de l’homme d’État, qui ne crut qu’au règne de la violence et de la ruse.

Après cela, Pilate, ne voyant plus en Jésus qu’un exalté fort peu dangereux, le déclara innocent quant à l’accusation politique formulée contre lui. Mais au lieu de le renvoyer libre, par crainte des Juifs, qu’il ne voulut pas s’aliéner davantage, il recourut à divers expédients pour le délivrer. Le premier fut de renvoyer Jésus à Hérode  ; le second fut d’offrir aux Juifs de leur relâcher Jésus, en prenant occasion du privilège qu’ils avaient de demander, à la fête de Pâque, la libération d’un prisonnier.

 Diacre Michel Houyoux

 Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Le Christ, roi de l’Univers

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Fête du Christ Roi de l’univers

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Croire   : cliquez ici pour lire l’article →   Christ Roi : Jésus, roi de l’univers

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS