Mardi de la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 23 novembre 2021

 Le dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais

La Bible face à la critique historique

Michel Houyoux

      Michel Houyoux ,  professeur de siences, retraité du Collège Saint Stanislas à Mons (Belgique) et diacre permanent dans le doyenné de Florennes 5belgique)
# La Bible raconte que le prophète Daniel devina un rêve qu’avait fait Nabuchodonosor, le roi de Babylone. Daniel lui conta son rêve : le roi avait vu une immense statue à la tête d’or, au torse et aux bras d’argent, aux cuisses de bronze et aux jambes de fer. Quant à ses pieds, ils étaient faits d’argile et de fer. Une pierre se serait alors détachée d’elle-même, frappant la statue aux pieds, ce qui les brisa et entraîna le bris de la statue toute entière.
x
Le prophète confia alors au roi de Babylone qu’il pensait que les parties de la statue et la matière dans laquelle elles étaient faites représentaient son empire, ainsi que les trois empires qui lui succéderont : les empires Perse, Grec et Romain. On emploie aujourd’hui cette expression pour figurer qu’une puissance ou qu’une personne d’apparence forte peut finalement s’avérer très fragile dans la réalité. L’expression colosse aux pieds d’argile vient d’une histoire du livre de Daniel dans la Bible ; elle évoque une puissance qui paraît invulnérable édifiée sur une base fragile. Son origine vient de l’interprétation d’un rêve par le prophètexDanielqui annonçait l’effondrement du royaume de Babylone à Nabuchodonosor II.
x
Le roi fait un rêve qui le trouble et met au défi les sages de Babylone : ceux-ci doivent non seulement interpréter le rêve, mais d’abord le lui raconter sans qu’il leur ait rien révélé. Seul Daniel y parvient, grâce à une vision qui lui est apparue pendant la nuit. Ce terme est aujourd’hui employé dans de nombreux cas pour caractériser la faiblesse d’une chose. Par exemple, dans les cas suivants : Plusieurs livres s’intitulent Le colosse aux pieds d’argile :
 x
 Du livre de Daniel

33 ses jambes étaient en fer, et ses pieds, en partie de fer, en partie d’argile. 34 Tu étais en train de regarder : soudain une pierre se détacha d’une montagne, sans qu’on y ait touché ; elle vint frapper les pieds de fer et d’argile de la statue et les pulvérisa. 35 Alors furent pulvérisés tout ensemble le fer et l’argile, le bronze, l’argent et l’or ; ils devinrent comme la paille qui s’envole en été, au moment du battage : ils furent emportés par le vent sans laisser de traces. Quant à la pierre qui avait frappé la statue, elle devint un énorme rocher qui remplit toute la terre.

36 Voici le songe ; et maintenant, en présence du roi, nous allons en donner l’interprétation. 37 C’est à toi, le roi des rois, que le Dieu du ciel a donné royauté, puissance, force et gloire. 38 C’est à toi qu’il a remis les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, quelle que soit leur demeure ; c’est toi qu’il a rendu maître de toute chose : la tête d’or, c’est toi. 39 Après toi s’élèvera un autre royaume inférieur au tien, ensuite un troisième royaume, un royaume de bronze qui dominera la terre entière.

40 Il y aura encore un quatrième royaume, dur comme le fer. De même que le fer brise et écrase tout, de même, il pulvérisera et brisera tous les royaumes. 41 Tu as vu les pieds qui étaient en partie d’argile et en partie de fer : en effet, ce royaume sera divisé ; il aura en lui la force du fer, comme tu as vu du fer mêlé à l’argile. 42 Ces pieds en partie de fer et en partie d’argile signifient que le royaume sera en partie fort et en partie faible.

43 Tu as vu le fer associé à l’argile parce que les royaumes s’uniront par des mariages ; mais ils ne tiendront pas ensemble, de même que le fer n’adhère pas à l’argile. 44 Or, au temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple. Ce dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais.

45 C’est ainsi que tu as vu une pierre se détacher de la montagne sans qu’on y ait touché, et pulvériser le fer, le bronze, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit ensuite advenir. Le songe disait vrai, l’interprétation est digne de foi. » (Dn 2, 31-45)

La vision de la statue

« Toi, ô roi, tu contemplais, et voici une grande statue, immense et d’une splendeur extraordinaire : elle se dressait devant toi, et son aspect était terrible. 32 Cette statue avait la tête d’or fin, la poitrine et les bras d’argent, le ventre et les hanches d’airain, 33 les jambes de fer, les pieds en partie de fer et en partie d’argile. » (Dn 2, 31-33) La splendeur extraordinaire provenait de l’éclat des métaux dont la statue était composée, tandis que ses dimensions colossales, l’étrange composition de ses parties et probablement aussi l’expression de son visage se réunissaient pour lui donner un aspect terrible.

Les métaux de la statue furent de moins en moins précieux, mais aussi de plus en plus durs depuis la tête d’or jusqu’aux jambes et aux pieds de fer. Ici apparut l’argile, mêlé ou plutôt juxtaposé au fer. Ce puissant colosse, quoique en apparence de plus en plus fort, reposa sur une base fragile.

Le sort de la statue

Une pierre qu’il faut se représenter détachée de la pente d’une montagne , sans agent humain, frappa la statue à son endroit faible, aux pieds, qu’elle brisa. Alors toute la statue tomba et les métaux, par le fait que la statue s’écroula de bas en haut, se pulvérisèrent et disparaissent totalement, comme emportés par le vent. Il ne resta plus aucun vestige de la colossale statue, tandis que la petite pierre qui la détruisit grandit jusqu’à couvrir la terre.

Explication du songe

D’après l’interprétation donnée par Daniel lui-même, la statue tout entière représente la puissance du monde qui est considérée au point de vue de son opposition au royaume de Dieu et comme une dans les différentes phases de son développement. Les quatre parties de la statue, chacune d’un métal différent, figurent quatre formes successives de cette puissance depuis Nébucadnetsar jusqu’au royaume qui ne passera pas.

 Les métaux de la statue furent de moins en moins précieux, mais aussi de plus en plus durs depuis la tête d’or jusqu’aux jambes et aux pieds de fer. Ici apparut l’argile, mêlé ou plutôt juxtaposé au fer. Ce puissant colosse, quoique en apparence de plus en plus fort, reposa sur une base fragile.

Le sort de la statue

Une pierre qu’il faut se représenter détachée de la pente d’une montagne , sans agent humain, frappa la statue à son endroit faible, aux pieds, qu’elle brisa. Alors toute la statue tomba et les métaux, par le fait que la statue s’écroula de bas en haut, se pulvérisèrent et disparaissent totalement, comme emportés par le vent. Il ne resta plus aucun vestige de la colossale statue, tandis que la petite pierre qui la détruisit grandit jusqu’à couvrir la terre.

Explication du songe

D’après l’interprétation donnée par Daniel lui-même, la statue tout entière représente la puissance du monde qui est considérée au point de vue de son opposition au royaume de Dieu et comme une dans les différentes phases de son développement. Les quatre parties de la statue, chacune d’un métal différent, figurent quatre formes successives de cette puissance depuis Nébucadnetsar jusqu’au royaume qui ne passera pas. Le titre de roi des rois convient à Nébucadnetsar, qui avait sous sa domination un grand nombre de souverains.

Le titre de roi des rois convient à Nebuchadnezzar, qui avait sous sa domination un grand nombre de souverains. « C’est toi qui es la tête d’or  » : Nébucadnetsar est considéré comme la personnification de la monarchie babylonienne que son père avait fondée, parce qu’il en fut le plus brillant représentant. Le symbole de la tête d’or s’applique bien à cette monarchie à laquelle aucune autre ne peut être comparée pour le faste et l’absolutisme de ses monarques. Mais pourquoi commencer la série des monarchies païennes avec celle de Nébucadnetsor ? Celle-ci n’avait-elle pas été précédée pendant une longue série de siècles par le colossal empire d’Assyrie, qui s’étendait des bords du Tigre jusqu’à l’Égypte ?

C’est toi qui es la tête d’or : Nébucadnetsar est considéré comme la personnification de la monarchie babylonienne que son père avait fondée, parce qu’il en fut le plus brillant représentant. Le symbole de la tête d’or s’applique bien à cette monarchie à laquelle aucune autre ne peut être comparée pour le faste et l’absolutisme de ses monarques. Mais pourquoi commencer la série des monarchies païennes avec celle de Nébucadnetsar ? Celle-ci n’avait-elle pas été précédée pendant une longue série de siècles par le colossal empire d’Assyrie, qui s’étendait des bords du Tigre jusqu’à l’Égypte ?

Un autre royaume, représenté par la poitrine et les bras d’argent, fut l’empire des Mèdes et des Perses. L’infériorité de ce second royaume relativement à l’empire babylonien ne portait pas sur les dimensions extérieures, ni sur la valeur morale, mais sur l’omnipotence du souverain. Un troisième royaume fut celui des Grecs fondé par Alexandre. L’airain : ce métal, plus dur que l’or et l’argent, figure la manière brusque et violente en laquelle Alexandre se substitua aux précédents. Alexandre réunit à la domination de l’Orient (Perse) celle de l’Occident (Grèce).

 Ce quatrième empire eut une importance décisive. Ce fut la dernière forme de la puissance terrestre et hostile à Dieu avant sa ruine. Fort comme du fer, ce métal, plus dur que tous les autres, fut l’emblème de sa puissance incomparable de destruction. Il absorba tous les éléments dont avaient été composés les empires précédents. Ce fut là sa force ; voici sa faiblesse : En partie de fer. L’histoire de ce royaume eut deux périodes : la première (représentée par les jambes de fer, fut un temps de force irrésistible, la seconde (représentée par les pieds et les orteils de fer et d’argile) fut un temps où la faiblesse se joignit à la force.

« Selon que tu as vu qu’une pierre s’est détachée de la montagne sans main et a brisé fer, airain, argile, argent et or. Le grand Dieu a fait connaitre au roi ce qui arrivera après ces temps-ci ; le songe est véritable et sa signification certaine.  » (Dn 2, 45)

Une pierre s’est détachée. C’est l’emblème du Messie descendant du ciel : un fils d’homme venant sur les nuées), pour faire crouler toutes les puissances d’ici-bas et y substituer la sienne par la seule puissance de Dieu. Cette chute instantanée fut préparé par l’élément inassimilable qui avait été introduit dans les pieds de la statue. Il n’y a ici aucune distinction entre une première et une seconde venue du Messie.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Il n’en restera pas pierre sur pierre

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article  →   Mardi de la 34e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux de l’Abbaye de Maredsous (Denée-Belgique)   : cliquez ici pour lire l’article  →  HOMÉLIE POUR LE MARDI DE LA 34ÈME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE

Fernand Saint Louis – La statue de Nebucadnetsar

 Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS