• Accueil
  • > Catéchèse
  • > Jeudi fe la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Jeudi fe la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 25 novembre 2021

Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli

Lectio Divina du 26 novembre 2020 - Paroisse Sainte Jeanne d'Arc En  Chinonais

 

Michel Houyoux
       Michel Houyoux, professeur retraité du Collège saint Stanislas à Mons (Belgique) et diacre permanent

Le  siège de Jérusalem en 70 est l’événement décisif de la première guerre judéo-romaine, la chute de Massada en 73 ou 74 y mettant un terme. L’armée romaine, menée par le futur empereur Titus, qui est secondé par Tibère Alexandre, assiège et conquiert la ville de Jérusalem, qui avait été tenue par ses défenseurs juifs depuis 66. La ville est mise à sac, et le second Temple de Jérusalem détruit. Seul le mur d’enceinte occidental subsiste.La destruction du Temple est un événement majeur pour l’histoire et la tradition juives commémoré annuellement par les Juifs lors du jeûne du 9 Av.

Elle est également importante pour la théologie chrétienne. Cet événement a été conté en détail par le dirigeant juif Flavius Josèphe passé au service des Romains puis devenu historien. Titus est secondé par Tibère Alexandre, apostat du judaïsme, ancien procurateur de Judée, qui connaît donc la région et qui a déjà massacré des Juifs à Alexandrie en tant que préfet d’Égypte sous Néron2. Il fut aussi un des premiers partisans de Vespasien dans sa lutte pour l’Empire. Ils sont à la tête de quatre légions, la Ve Macedonica, la Xe Fretensis, la XVe Apollinaris, et la XIIe Fulminata, soit environ 24 000 hommes, doublés par autant de soldats recrutés par Titus et encore renforcés par 5 000 hommes de l’armée d’Alexandrie et des garnisons de l’Euphrate, soit plus de 50 000 hommes, ou même 80 000 hommes selon Graetz.

xSelon Flavius Josèphe, ce furent 23 400 hommes que les Juifs opposèrent aux Romains, mais ils appartiennèrnt à des factions antagonistes et obéir »ent à de multiples chefs qui s’entretuèrent dans une féroce guerre civile. Le seul allié extérieur fut le royaume d’Adiabène, et son roi Monobaze II. Au début du siège, au printemps 70, Jérusalem était tenue par trois factions zélotes dirigées par Éléazar ben Simon, un autre des vainqueurs de Beth Horon, dont la forteresse fut la cour intérieure du Temple, Simon Bargiora qui tint la ville haute et partie de la ville basse et Jean de Gischala qui tint le mont du Temple .

x

Selon Tacite, ce n’était entre eux que combats, trahisons, incendies et une partie du blé avait été dévorée par les flammes. .Jérusalem, entièrement ceinte de remparts, fit à l’époque 7 kilomètres de tour et abritait au moment du siège 600 000 personnes8. Hérode l’avait transformée par d’importants travaux qui lui donnèrent un caractère hellénistique avec ses palais et ses tours qui servirent de casernes aux troupes variées qui occupèrent la ville. Pline l’Ancien écrivit qu’elle fut la ville la plus renommée d’Orient et pas seulement de Judée. Au sommet de la ville, le Temple, bâti sur l’esplanade où l’on voit aujourd’hui le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa, constitue lui-même une forteresse protégée par de gigantesques murs dont subsistent encore les murs occidental et méridional.

 x
 
 De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche.  Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville,    car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture.

   Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple.   Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli.    Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.

Les hommes mourront  de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.    Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.    Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.» (Lc 21, 20-28)

La ruine de Jérusalem

Quand les disciples virent les armées ennemies investir Jérusalem, qu’ils se retirèrent sans retard de la ville, Jérusalem eut subit le châtiment annoncé par les Écritures. Aussi malheur à celles qui furent empêchées de fuir ! Les habitants furent massacrés ou réduits en esclavage. Les nations opprimèrent Jérusalem, jusqu’à ce que les temps des nations fussent accomplis. Après avoir indiqué les signes avant-coureurs de la catastrophe, Jésus revint à celle-ci.

Tandis que Matthieu et Marc désignèrent le siège de Jérusalem dans les termes de la prophétie de Daniel, comme étant l’abomination de la désolation établie dans le saint lieu, Luc le mentionne dans le langage ordinaire : « Jérusalem investie par les armées ». L’exhortation de fuir dans les montagnes s’adressa spécialement aux chrétiens. Ils obéirent à la parole de Jésus, tandis que les Juifs se bercèrent du vain espoir que Dieu sauverait leur ville par un miracle.

Ceux d’entre les disciples qui furent dans Jérusalem, durent s’en retirer et ceux qui furent dans les campagnes ne purent pas rentrer en ville. Tous ces malheurs ne feront qu’accomplir les Écritures, depuis Deutéronome 28.15 et suivants, jusqu’à la prophétie de Daniel 9.26-27.Matthieu et Marc dirent que ce fut là une tribulation telle « qu’il n’y en eut pas eu depuis la fondation du monde et qu’il n’y en aura jamais de pareille..  Les nations ou les Gentils, les païens, furent toujours mis en opposition dans l’Écriture avec le peuple de Dieu.

Ce détail de la prophétie, que Luc seul raconta et qui annonçait que la ville sainte serait foulée aux pieds par les païens, s’accomplit depuis dix-huit siècles. Cet état de choses durera jusqu’à ce que les temps des nations fussent accomplis. Plusieurs interprètes pensèrent que ces temps des nations furent les périodes de l’histoire pendant lesquelles Dieu exerça par elles ce redoutable jugement. Les temps opportuns des nations, sont les époques marquées par la miséricorde de Dieu, où il appellera ces nations à la possession du salut par l’Évangile de sa grâce.

Chaque nation a son temps où le salut lui est offert. Ainsi Jésus, en annonçant à Israël son rejet et le châtiment qui l’atteindra, lui laissa un rayon d’espérance : quand l’Évangile aura été apporté à toutes les nations, le châtiment d’Israël prendra fin.  Cette déclaration de Jésus est aussi très importante pour l’intelligence de tout ce discours prophétique. Tandis que, d’après Matthieu et Marc, Jésus parut annoncer sa venue immédiatement après la ruine de Jérusalem

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊  Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →     ♦ Jeudi de la 34e semaine, année impaire

◊ BIBLE, THÉOLOGIE, PHILOSOPHIE : cliquez ici pour lire l’article →       La ruine de Jérusalem, l\’attente urgente de Celui qui  vient

BETH HAMIKDACH : « L’HISTOIRE DE LA DESTRUCTION DU 2ÈME TEMPLE DE JÉRUSALEM « 

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS