• Accueil
  • > Archives pour novembre 2021

Mercredi de la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 24 novembre 2021

Mercredi de la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année B dans comportements 12535-jesus-ensinando1-702x459

 Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu

Michel Houyoux

  Michel Houyoux ,Professeu  retraité ( physique, chimie et biologie) du Collège saint Stanislas à Mons Belgique) et diacre permanenr
x
Dans la bible, le témoignage consiste, à l’exemple des apôtres, à aller porter la bonne nouvelle1. Il peut prendre soit la forme de l’évangélisation, soit la forme de récits de conversion où le témoin s’implique personnellement, racontant ce que la foi a changé dans sa vie (voir Mt 24, 14 ; Ac 4, 33 ; 2 Ti 1, 8). Dans les Actes des Apôtres, on lit par exemple : « Avec beaucoup de force les apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Sauveur Jésus, et une grande grâce était sur eux tous » (Ac 4, 33).
x
À défaut de preuve empirique, le témoignage, écrit comme oral, est le seul fondement de la véracité des religions. Les textes saints relatent les miracles dont auraient été témoins les auteurs de l’époque, voire sont présentés comme d’origine miraculeuse dans la mesure où ils auraient été dictés par Dieu via l’entremise d’un prophète (exemples de l’Exode et du Coran). Par ailleurs, la réalité de la perception du divin par les croyants actuels repose sur leurs seuls dires, faute d’appareil capable de la mesurer.
x
Dans le décret sur l’apostolat des laïcs, il est souvent fait allusion au témoignage : « Le témoignage même de la vie chrétienne et les œuvres accomplies dans un esprit surnaturel sont puissants pour attirer les hommes à la foi et à Dieu ». Dans l’exhortation apostolique Evangelii gaudium, le pape François appelle les chrétiens à témoigner : « En cette époque précisément, et aussi là où se trouve un « petit troupeau » (Lc 12, 32), les disciples du Seigneur sont appelés à vivre comme une communauté qui soit sel de la terre et lumière du monde (cf. Mt 5, 13-16). Ils sont appelés à témoigner de leur appartenance évangélisatrice de façon toujours nouvelle.
x
» Dans le christianisme, tous les fidèles sont appelés à rendre chaque jour un témoignage cohérent, qui peut aller dans certains cas jusqu’au martyre : « Si le martyre représente le sommet du témoignage rendu à la vérité morale, auquel relativement peu de personnes sont appelées, il n’en existe pas moins un témoignage cohérent que tous les chrétiens doivent être prêts à rendre chaque jour, même au prix de souffrances et de durs sacrifices » . Certains mouvements chrétiens sont structurés selon le principe du témoignage : le Parcours Alpha par exemple.

x

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom.    Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer.

   Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.    Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.» (Lc 21, 12-19)

Rendre témoignage à la vérité

Après l’apparition des faux prophètes les troubles parmi les peuples et les phénomènes effrayants dans la nature, Jésus annonça aux siens la persécution que Mattieu, Marc et Luc décrivirent à peu près dans les mêmes termes. Matthieu en marqua le temps par le mot : alors ; Luc par : avant tout cela. La persécution, surtout de la part des Juifs, commença bien avant la ruine de Jérusalem. Luc ajouta que ce fut pour les disciples l’occasion la plus favorable de rendre témoignage à la vérité, pensée qui fut pour eux un puissant encouragement : ils ne tardèrent pas à en faire l’expérience.

D’autres traduisent : cela vous servira de témoignage ; ils interprétèrent cette idée en disant soit que la fidélité dont les disciples firent preuve confirma leur foi, soit que leur innocence serait reconnue par ces tribunaux.

 » Je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront résister ni contredire.  » (Lc 21, 15) Cette promesse que Jésus fit aux disciples, il la leur fit entendre encore dans ce moment solennel, où il ouvrit à leurs regards la douloureuse perspective des persécutions qu’ils auront à subir. La bouche est l’image de la parole dont elle est l’organe, d’une parole rendue puissante par l’Esprit de Dieu. Ce même Esprit leur donna une sagesse à laquelle les adversaires ne résistèrent pas et dont ils ne contredirent pas les déclarations.

« Il parla au point de vue de son exaltation ; il sera donc tout-présent au milieu d’eux. » ( Bengel) Quelle douloureuse aggravation dans les souffrances des témoins de Jésus-Christ, que celle d’être livrés par les membres mêmes de leurs propres familles (les parents sont ici les père et mère) et d’être haïs de tous ! »Pas un cheveu de votre tête ne se perdra. » (Lc 21, 18) Expression proverbiale qui signifie : il ne vous arrivera aucun mal. Comment concilier cette promesse avec la parole « ils en feront mourir d’entre vous ? »

Les uns mirent à la promesse de Jésus quelque restriction telle que celle-ci : « Aucun mal ne vous atteindra sans la volonté de Dieu. » D’autres préférèrent prendre l’image ici employée dans un sens moral : Toutes ces violences ne nuiront pas à votre salut éternel ; rien de ce qui appartient à votre vraie personnalité ne périra.  Aucun mal ne vous arrivera. Pourquoi ? Parce que la puissance de Dieu vous protégera et que vous-mêmes, de votre côté, au milieu des dangers, vous gagnerez vos âmes, et cela, par votre patience, en persévérant jusqu’à la fin.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Saint André Dung Lac (+21.12.1839) et ses compagnons martyrs (1745-1862) – Mémoire

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam :  cliquez ici pour lire l’article →   Mercredi de la 34e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux   :  cliquez ici pour lire l’article →  MERCREDI DE LA 34ÈME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE

Pape François : « Le chrétien doit témoigner de la vérité par ses actes »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

FIRST SUNDAY OF ADVENT OF THE YEAR C

Posté par diaconos le 24 novembre 2021

PREMIER DIMANCHE DE L'AVENT DE L'ANNEE C dans Catéchèse

Prepare the way of the Lord

John the Baptist is an important man in Christianity and Islam. Historically, his existence is attested by a passage in Flavius Josephus, and he was a Jewish preacher at the time of Jesus of Nazareth. The Gospel according to John locates the activity of the Baptist on the banks of the Jordan and in Bethany beyond the Jordan. Jesus lived there for a time in his entourage and recruited his first apostles. The Synoptic Gospels synchronise the beginning of Jesus’ activity with the imprisonment of John. The audience of this apocalyptic prophet grew steadily, to the point of provoking the reaction of Herod Antipas who, seeing him gather his followers, feared that he would provoke a revolt.

In the Synoptic Gospels, John the Baptist was put to death because he criticised Antipas’ marriage to Herodias. In Christianity, John the Baptist is the prophet who announced the coming of Jesus of Nazareth. He baptised him on the banks of the River Jordan, leaving some of his disciples to join him. A forerunner of the Messiah, he is presented in the Synoptics as sharing many characteristics with the prophet Elijah. Roman Catholicism made him a saint and dedicated two feasts to him: 24 June, commemorating his birth, fixed six months before Christmas to conform to the infancy narrative in the Gospel according to Luke, and 29 August, celebrating the memory of his decapitation or beheading.

The Mandanese religion makes him its main prophet. He is considered by Islam to be a prophet descended from ‘Imrān. The character of John the Baptist appears fortuitously in the eighteenth book of the Jewish Antiquities, which refers to a war between King Aretas IV of Petra (king of the Nabataeans) and Herod Antipas that resulted from a succession dispute after the death of Philip the Tetrarch in 33-34. According to Flavius Josephus, John the Baptist was executed for political reasons: a popular figure, John overshadowed Herod Antipas and could use his influence on the crowd to provoke a revolt against the ruling power: For Peter Geoltrain, this brief account places the movement of John the Baptist in history, that of revolts provoked by rebels, such as Judas the Galilean at the death of Herod the Great (father of Herod Antipas and Philip the Tetrarch), or by enlightened prophets who aroused crowds expecting wonders, or even by obscure pretenders to kingship.

The Gospel of John testifies that there was rivalry between the movement of Jesus’ disciples and the Baptists54 who did not recognise him as the Messiah when it was written in the years 90-100. « Multiple sources attest that groups venerating the Baptist and considering him, for some, as the Messiah, persisted and continued the controversy: who, Jesus or John, is the greater? 54 « The Mandinese community, composed of Baptists, was the first to be called to the forefront of the debate. The Mandean community, composed of followers of John the Baptist, saw him as the enemy of Jesus Christ.

From the Gospel according to Luke

25 « There will be signs in the sun and moon and stars. On earth, the nations will be distressed and confused by the noise of the sea and the waves. 26 Men will die of fear as they wait for what will happen to the world, because the powers of the heavens will be shaken. 27 Then the Son of Man will be seen coming in a cloud, with power and great glory. 28 When these events begin, straighten up and raise your heads, for your redemption is coming. 28 When these events begin, straighten up and lift up your heads, for your redemption is coming ».

35 Like a net; indeed, it will fall on all the inhabitants of the whole earth. 36 Stay awake and pray at all times; so you will have the strength to escape all that is to come and to stand before the Son of Man ». 37 He spent his days in the Temple teaching, but his nights he went out into the open air to the place called the Mount of Olives.38 And all the people came to him in the Temple at dawn to hear him. (Lk 21, 25-28.34-36)

The Coming of the Son of Man

After the times of the Gentiles were fulfilled, those dreaded phenomena appeared in all nature, precursors of the coming of the Son of Man. Luke has described them even more strikingly than Matthew and Mark; he has given their terrible effects: « The distress of the nations who know not what to do, the consequence and emblem of the cosmic upheavals; the souls of men are terrified at the approach of the judgments of God. The event which has caused the terror of the world has been for the people of God the object of ineffable joy.

On high, these eyes lowered to the earth, these heads bowed under the weight of affliction; behold deliverance! Instead of this encouraging exhortation, peculiar to Luke, Matthew and Mark mention the sending of God’s angels to gather the elect scattered all over the earth. From these great future events, Jesus turned the thoughts of the disciples to themselves and to the moral and religious life that prepared them. Two traps had been prepared for them: the carnal pleasures that weigh down the heart and the worries of life.

On that day, the great day of Jesus’ coming, which was announced and which is represented in Scripture as an object of universal surprise, Jesus addressed these words to his disciples of all times. He wanted them to wait for that day in holy watchfulness, as if he might surprise them at any moment; hence the ignorance in which Jesus left them as to the hour of his coming. The early Church lived in expectation of Christ’s imminent return, and this expectation remains the true disposition of the Christian, the more so as he is uncertain of the hour of his death.

 In the days when Jesus was teaching in the temple, he withdrew at night with his disciples to the Mount of Olives, either to find recollection and rest, or because he was no longer safe in the city, where his enemies, who had already decided on his death, were spying on him or trying to catch him.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites

◊ The Augustinians : click here to read the paper →  First Sunday of Advent – Year C

◊Loyola Press : click here to read the paper  →  First Sunday of Advent, Cycle C

Bishop Tim Smith (NC Synod)  First Sunday of Advent — Year C

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Dinsdag van de vierendertigste week van de Gewone Tijd – Jaar B

Posté par diaconos le 23 novembre 2021

Het laatste koninkrijk zal alle andere verpulveren en vernietigen, maar het zal voor altijd blijven

 Dinsdag van de vierendertigste week van de Gewone Tijd - Jaar B   dans Enseignement daniel-interprets-dream-82607-gallery

Daniël legt de droom van Nebukadnezar uit

Michel HouyouxMichel Houyoux , hoogleraar wetenschappen, gepensioneerd aan het Collège Saint Stanislas in Bergen (België) en permanent diaken in het dekenaat van Florennes 5belgium)

# De Bijbel vertelt ons dat de profeet Daniël een droom raadde die Nebukadnezar, de koning van Babylon, had gehad. Daniël vertelde hem zijn droom : de koning had een enorm beeld gezien met een gouden hoofd, een zilveren romp en armen, bronzen dijen en ijzeren benen. Zijn voeten waren gemaakt van klei en ijzer. Een steen zou dan uit zichzelf zijn losgekomen en het beeld op de voeten hebben geraakt, waardoor deze braken en het hele beeld brak.

De profeet vertrouwde de Babylonische koning toen toe dat hij dacht dat de onderdelen van het beeld en het materiaal waarvan zij waren gemaakt, zijn rijk voorstelden, evenals de drie rijken die daarop zouden volgen: het Perzische, het Griekse en het Romeinse rijk. Tegenwoordig wordt deze uitdrukking gebruikt om aan te geven dat een ogenschijnlijk sterke macht of persoon in werkelijkheid zeer kwetsbaar kan blijken te zijn. De term kolos met voeten van klei komt uit een verhaal in het Bijbelboek Daniël; het verwijst naar een schijnbaar onkwetsbare macht die gebouwd is op een fragiel fundament. De oorsprong ervan is te vinden in de uitleg van een droom door de profeet Daniël, die de ineenstorting van het Babylonische koninkrijk voorspelde aan Nebukadnezar

De koning heeft een droom die hem verontrust en daagt de wijzen van Babylon uit: zij moeten de droom niet alleen interpreteren, maar hem er eerst over vertellen zonder dat hij hun iets heeft onthuld. Alleen Daniël slaagt daarin, dankzij een visioen dat hem ‘s nachts is verschenen. Deze term wordt tegenwoordig in veel gevallen gebruikt om de zwakte van een ding aan te duiden. Bijvoorbeeld, in de volgende gevallen: Verschillende boeken worden De Kolossus met de Voeten van Klei genoemd.

 Uit het boek van Daniel

33 Zijn benen waren van ijzer, en zijn voeten deels van ijzer en deels van klei. 34 Gij stond toe te kijken, en plotseling kwam er een steen van een berg af, onaangeroerd, en sloeg op de ijzeren en lemen voeten van het beeld, en verbrijzelde ze. 35 Toen werden het ijzer en het leem, het brons, het zilver en het goud tezamen verbrijzeld, en werden als het kaf dat ‘s zomers wegvliegt bij het dorsen; zij werden door de wind weggeblazen, zonder een spoor na te laten. En de steen die het beeld raakte, werd een grote rots die de hele aarde vulde.

36 Dit is de droom, en nu zullen wij hem in tegenwoordigheid van den koning verklaren. 37 Aan u, de Koning der koningen, heeft de God van de hemel het koningschap, de macht, de kracht en de heerlijkheid gegeven. 38 Aan u heeft hij gegeven de mensenkinderen, het gedierte des velds en de vogelen des hemels, waar zij ook wonen; over alle dingen hebt gij heerschappij gemaakt; gij zijt het hoofd van goud. 39 Na u zal een ander koninkrijk opkomen, dat lager zal zijn dan het uwe, en na u een derde koninkrijk, een koninkrijk van brons, dat over de ganse aarde zal heersen.

0 En er zal een vierde koninkrijk zijn, hard als ijzer. Zoals ijzer alles breekt en verplettert, zo zal het alle koninkrijken breken en verpletteren. 41 Gij hebt de voeten gezien, die ten dele van klei en ten dele van ijzer waren; waarlijk, dit koninkrijk zal verdeeld zijn; het zal de kracht van ijzer in zich hebben, gelijk gij ijzer met klei vermengd hebt gezien. 42 Deze voeten, ten dele van ijzer en ten dele van klei, betekenen, dat het koninkrijk ten dele sterk en ten dele zwak zal zijn.

43 Gij hebt ijzer met klei vermengd gezien, omdat de koninkrijken door huwelijken verenigd zullen worden; maar zij zullen niet bij elkaar blijven, zoals ijzer niet aan klei hecht. 44 Nu zal de God des hemels in de tijd van deze koningen een koninkrijk oprichten, dat nooit vernietigd zal worden, en waarvan het koningschap niet op een ander volk zal overgaan. Dit laatste koninkrijk zal alle andere vernietigen en vernietigen, maar het zal voor eeuwig blijven bestaan.

45 Gij hebt dus een steen van den berg zien nederdalen, zonder aangeraakt te worden, en hij verpulvert ijzer, brons, klei, zilver en goud. De grote God heeft de koning laten weten wat er nu moet gebeuren. De droom was waar, de interpretatie is betrouwbaar. (Dan 2,  31-45)

Het visioen van het standbeeld

« U, o koning, keek naar een groot standbeeld, immens en van een buitengewone pracht; het stond voor u en het zag er verschrikkelijk uit. 32 Het hoofd van het beeld was van fijn goud, de borst en de armen van zilver, de buik en de heupen van koper, 33 de benen van ijzer, de voeten deels van ijzer en deels van klei. » (Dan 2, 31-33) De buitengewone schittering kwam van de schittering van de metalen waaruit het beeld was samengesteld, terwijl de kolossale afmetingen, de vreemde samenstelling van zijn onderdelen en waarschijnlijk ook de uitdrukking van zijn gelaat samen het een verschrikkelijke verschijning maakten.

De metalen van het beeld werden minder en minder kostbaar, maar ook harder en harder, van het gouden hoofd tot de ijzeren benen en voeten. Hier verscheen klei, gemengd of liever gezegd naast ijzer. Deze machtige kolos, hoewel schijnbaar steeds sterker, rustte op een fragiele basis.

Het lot van het standbeeld

Een steen, waarvan men zich moet voorstellen dat hij van de helling van een berg is losgekomen, zonder menselijk toedoen, trof het beeld op zijn zwakste punt, bij de voeten, die het verbrijzelde. Toen viel het hele beeld en de metalen, toen het beeld van beneden naar boven ineenstortte, werden verpulverd en verdwenen geheel, alsof zij door de wind werden meegevoerd. Geen spoor van het kolossale beeld bleef over, terwijl de kleine steen die het vernietigde, aangroeide tot hij de aarde bedekte.

Verklaring van de droom

Volgens de uitleg die Daniël zelf geeft, stelt het hele beeld de macht van de wereld voor, die wordt gezien in tegenstelling tot het koninkrijk van God en als één in de verschillende fasen van zijn ontwikkeling. De vier delen van het beeld, elk van een ander metaal, stellen vier opeenvolgende vormen van deze macht voor, van Nebukadnezar tot het koninkrijk dat niet zal vergaan.

 De metalen van het beeld werden minder en minder kostbaar, maar ook harder en harder, van het gouden hoofd tot de benen en voeten van ijzer. Hier verscheen klei, gemengd of liever gezegd naast ijzer. Deze machtige kolos, hoewel schijnbaar steeds sterker, rustte op een fragiele basis.

Het lot van het standbeeld

Een steen, waarvan men zich moet voorstellen dat hij van de helling van een berg is losgekomen, zonder menselijk toedoen, trof het beeld op zijn zwakste punt, bij de voeten, die het verbrijzelde. Toen viel het hele beeld en de metalen, toen het beeld van beneden naar boven ineenstortte, werden verpulverd en verdwenen geheel, alsof zij door de wind werden meegevoerd. Geen spoor van het kolossale beeld bleef over, terwijl de kleine steen die het vernietigde, aangroeide tot hij de aarde bedekte.

Verklaring van de droom

Volgens de uitleg die Daniël zelf geeft, stelt het hele beeld de macht van de wereld voor, die tegenover het koninkrijk van God staat en als één wordt gezien in de verschillende fasen van zijn ontwikkeling. De vier delen van het beeld, elk van een ander metaal, stellen vier opeenvolgende vormen van deze macht voor, van Nebukadnezar tot het koninkrijk dat niet zal vergaan.

De titel van Koning der koningen is passend voor Nebukadnezar, die vele heersers onder zijn bewind had. « Nebukadnessar wordt beschouwd als de personificatie van de Babylonische monarchie die zijn vader had gesticht, omdat hij de meest briljante vertegenwoordiger ervan was. Het symbool van het gouden hoofd is goed van toepassing op deze monarchie, die met geen andere kan worden vergeleken wat betreft de pracht en het absolutisme van haar vorsten. Maar waarom begint de reeks heidense monarchieën met die van Nebukadnessar ?

Jij bent het gouden hoofd : Nebukadnessar wordt beschouwd als de personificatie van de Babylonische monarchie die zijn vader had gesticht, omdat hij de meest briljante vertegenwoordiger ervan was. Het symbool van het gouden hoofd is goed van toepassing op deze monarchie, die met geen andere kan worden vergeleken wat betreft de pracht en het absolutisme van haar vorsten. Maar waarom begint de reeks heidense monarchieën met die van Nebukadnessar? Werd dit niet gedurende een lange reeks van eeuwen voorafgegaan door het kolossale rijk van Assyrië, dat zich uitstrekte van de oevers van de Tigris tot aan Egypte ?

Een ander koninkrijk, voorgesteld door de zilveren borst en wapens, was het rijk van de Meden en Perzen. De inferioriteit van dit tweede koninkrijk ten opzichte van het Babylonische rijk lag niet in uiterlijke dimensies, noch in morele waarde, maar in de almacht van de heerser. Een derde koninkrijk was dat van de Grieken, gesticht door Alexander. Messing: dit metaal, harder dan goud en zilver, staat voor de abrupte en gewelddadige wijze waarop Alexander de voorgangers verving. Alexander combineerde de overheersing van het Oosten (Perzië) met die van het Westen (Griekenland).

Dit vierde rijk was van doorslaggevend belang. Het was de laatste vorm van aardse macht en vijandig tegenover God vóór zijn ondergang. Sterk als ijzer, was dit metaal, harder dan alle andere, het embleem van zijn onvergelijkbare vernietigingskracht. Het absorbeerde alle elementen waaruit de vorige rijken waren samengesteld. Dit was zijn kracht, hier is zijn zwakte : Gedeeltelijk ijzer. De geschiedenis van dit koninkrijk kende twee perioden: de eerste (voorgesteld door de benen van ijzer) was een tijd van onweerstaanbare kracht, de tweede (voorgesteld door de voeten en tenen van ijzer en klei) was een tijd waarin zwakte aan kracht werd verbonden.

« Gelijk gij gezien hebt, dat een steen zonder handen van den berg werd losgemaakt en ijzer, koper, klei, zilver en goud brak. De grote God heeft de koning bekend gemaakt wat er na deze tijd zal gebeuren; de droom is waar en de betekenis ervan staat vast. » (Dan 2, 45)

Een steen is losgeraakt. Het is het embleem van de Messias die uit de hemel neerdaalt (een zoon des mensen die op de wolken komt), om alle machten van deze wereld neer te halen en de zijnen in de plaats te stellen door de macht van God alleen. Deze onmiddellijke val werd voorbereid door het onassimileerbare element dat in de voeten van het standbeeld was gebracht. Er wordt hier geen onderscheid gemaakt tussen een eerste en een tweede komst van de Messias.

Diaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

◊ Wat zegt de Bijbel : klik hier om het artikel te lesen → De droom van Daniël en de tijd waarin we nu leven

◊ Suider Kruis : klik hier om het artikel te lesen →  Wat is die betekenis van Nebukadneser se droom ?

De droom die toekomst openbaart

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mardi de la trente-quatrième semaine du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 23 novembre 2021

 Le dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais

La Bible face à la critique historique

Michel Houyoux

      Michel Houyoux ,  professeur de siences, retraité du Collège Saint Stanislas à Mons (Belgique) et diacre permanent dans le doyenné de Florennes 5belgique)
# La Bible raconte que le prophète Daniel devina un rêve qu’avait fait Nabuchodonosor, le roi de Babylone. Daniel lui conta son rêve : le roi avait vu une immense statue à la tête d’or, au torse et aux bras d’argent, aux cuisses de bronze et aux jambes de fer. Quant à ses pieds, ils étaient faits d’argile et de fer. Une pierre se serait alors détachée d’elle-même, frappant la statue aux pieds, ce qui les brisa et entraîna le bris de la statue toute entière.
x
Le prophète confia alors au roi de Babylone qu’il pensait que les parties de la statue et la matière dans laquelle elles étaient faites représentaient son empire, ainsi que les trois empires qui lui succéderont : les empires Perse, Grec et Romain. On emploie aujourd’hui cette expression pour figurer qu’une puissance ou qu’une personne d’apparence forte peut finalement s’avérer très fragile dans la réalité. L’expression colosse aux pieds d’argile vient d’une histoire du livre de Daniel dans la Bible ; elle évoque une puissance qui paraît invulnérable édifiée sur une base fragile. Son origine vient de l’interprétation d’un rêve par le prophètexDanielqui annonçait l’effondrement du royaume de Babylone à Nabuchodonosor II.
x
Le roi fait un rêve qui le trouble et met au défi les sages de Babylone : ceux-ci doivent non seulement interpréter le rêve, mais d’abord le lui raconter sans qu’il leur ait rien révélé. Seul Daniel y parvient, grâce à une vision qui lui est apparue pendant la nuit. Ce terme est aujourd’hui employé dans de nombreux cas pour caractériser la faiblesse d’une chose. Par exemple, dans les cas suivants : Plusieurs livres s’intitulent Le colosse aux pieds d’argile :
 x
 Du livre de Daniel

33 ses jambes étaient en fer, et ses pieds, en partie de fer, en partie d’argile. 34 Tu étais en train de regarder : soudain une pierre se détacha d’une montagne, sans qu’on y ait touché ; elle vint frapper les pieds de fer et d’argile de la statue et les pulvérisa. 35 Alors furent pulvérisés tout ensemble le fer et l’argile, le bronze, l’argent et l’or ; ils devinrent comme la paille qui s’envole en été, au moment du battage : ils furent emportés par le vent sans laisser de traces. Quant à la pierre qui avait frappé la statue, elle devint un énorme rocher qui remplit toute la terre.

36 Voici le songe ; et maintenant, en présence du roi, nous allons en donner l’interprétation. 37 C’est à toi, le roi des rois, que le Dieu du ciel a donné royauté, puissance, force et gloire. 38 C’est à toi qu’il a remis les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, quelle que soit leur demeure ; c’est toi qu’il a rendu maître de toute chose : la tête d’or, c’est toi. 39 Après toi s’élèvera un autre royaume inférieur au tien, ensuite un troisième royaume, un royaume de bronze qui dominera la terre entière.

40 Il y aura encore un quatrième royaume, dur comme le fer. De même que le fer brise et écrase tout, de même, il pulvérisera et brisera tous les royaumes. 41 Tu as vu les pieds qui étaient en partie d’argile et en partie de fer : en effet, ce royaume sera divisé ; il aura en lui la force du fer, comme tu as vu du fer mêlé à l’argile. 42 Ces pieds en partie de fer et en partie d’argile signifient que le royaume sera en partie fort et en partie faible.

43 Tu as vu le fer associé à l’argile parce que les royaumes s’uniront par des mariages ; mais ils ne tiendront pas ensemble, de même que le fer n’adhère pas à l’argile. 44 Or, au temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple. Ce dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais.

45 C’est ainsi que tu as vu une pierre se détacher de la montagne sans qu’on y ait touché, et pulvériser le fer, le bronze, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit ensuite advenir. Le songe disait vrai, l’interprétation est digne de foi. » (Dn 2, 31-45)

La vision de la statue

« Toi, ô roi, tu contemplais, et voici une grande statue, immense et d’une splendeur extraordinaire : elle se dressait devant toi, et son aspect était terrible. 32 Cette statue avait la tête d’or fin, la poitrine et les bras d’argent, le ventre et les hanches d’airain, 33 les jambes de fer, les pieds en partie de fer et en partie d’argile. » (Dn 2, 31-33) La splendeur extraordinaire provenait de l’éclat des métaux dont la statue était composée, tandis que ses dimensions colossales, l’étrange composition de ses parties et probablement aussi l’expression de son visage se réunissaient pour lui donner un aspect terrible.

Les métaux de la statue furent de moins en moins précieux, mais aussi de plus en plus durs depuis la tête d’or jusqu’aux jambes et aux pieds de fer. Ici apparut l’argile, mêlé ou plutôt juxtaposé au fer. Ce puissant colosse, quoique en apparence de plus en plus fort, reposa sur une base fragile.

Le sort de la statue

Une pierre qu’il faut se représenter détachée de la pente d’une montagne , sans agent humain, frappa la statue à son endroit faible, aux pieds, qu’elle brisa. Alors toute la statue tomba et les métaux, par le fait que la statue s’écroula de bas en haut, se pulvérisèrent et disparaissent totalement, comme emportés par le vent. Il ne resta plus aucun vestige de la colossale statue, tandis que la petite pierre qui la détruisit grandit jusqu’à couvrir la terre.

Explication du songe

D’après l’interprétation donnée par Daniel lui-même, la statue tout entière représente la puissance du monde qui est considérée au point de vue de son opposition au royaume de Dieu et comme une dans les différentes phases de son développement. Les quatre parties de la statue, chacune d’un métal différent, figurent quatre formes successives de cette puissance depuis Nébucadnetsar jusqu’au royaume qui ne passera pas.

 Les métaux de la statue furent de moins en moins précieux, mais aussi de plus en plus durs depuis la tête d’or jusqu’aux jambes et aux pieds de fer. Ici apparut l’argile, mêlé ou plutôt juxtaposé au fer. Ce puissant colosse, quoique en apparence de plus en plus fort, reposa sur une base fragile.

Le sort de la statue

Une pierre qu’il faut se représenter détachée de la pente d’une montagne , sans agent humain, frappa la statue à son endroit faible, aux pieds, qu’elle brisa. Alors toute la statue tomba et les métaux, par le fait que la statue s’écroula de bas en haut, se pulvérisèrent et disparaissent totalement, comme emportés par le vent. Il ne resta plus aucun vestige de la colossale statue, tandis que la petite pierre qui la détruisit grandit jusqu’à couvrir la terre.

Explication du songe

D’après l’interprétation donnée par Daniel lui-même, la statue tout entière représente la puissance du monde qui est considérée au point de vue de son opposition au royaume de Dieu et comme une dans les différentes phases de son développement. Les quatre parties de la statue, chacune d’un métal différent, figurent quatre formes successives de cette puissance depuis Nébucadnetsar jusqu’au royaume qui ne passera pas. Le titre de roi des rois convient à Nébucadnetsar, qui avait sous sa domination un grand nombre de souverains.

Le titre de roi des rois convient à Nebuchadnezzar, qui avait sous sa domination un grand nombre de souverains. « C’est toi qui es la tête d’or  » : Nébucadnetsar est considéré comme la personnification de la monarchie babylonienne que son père avait fondée, parce qu’il en fut le plus brillant représentant. Le symbole de la tête d’or s’applique bien à cette monarchie à laquelle aucune autre ne peut être comparée pour le faste et l’absolutisme de ses monarques. Mais pourquoi commencer la série des monarchies païennes avec celle de Nébucadnetsor ? Celle-ci n’avait-elle pas été précédée pendant une longue série de siècles par le colossal empire d’Assyrie, qui s’étendait des bords du Tigre jusqu’à l’Égypte ?

C’est toi qui es la tête d’or : Nébucadnetsar est considéré comme la personnification de la monarchie babylonienne que son père avait fondée, parce qu’il en fut le plus brillant représentant. Le symbole de la tête d’or s’applique bien à cette monarchie à laquelle aucune autre ne peut être comparée pour le faste et l’absolutisme de ses monarques. Mais pourquoi commencer la série des monarchies païennes avec celle de Nébucadnetsar ? Celle-ci n’avait-elle pas été précédée pendant une longue série de siècles par le colossal empire d’Assyrie, qui s’étendait des bords du Tigre jusqu’à l’Égypte ?

Un autre royaume, représenté par la poitrine et les bras d’argent, fut l’empire des Mèdes et des Perses. L’infériorité de ce second royaume relativement à l’empire babylonien ne portait pas sur les dimensions extérieures, ni sur la valeur morale, mais sur l’omnipotence du souverain. Un troisième royaume fut celui des Grecs fondé par Alexandre. L’airain : ce métal, plus dur que l’or et l’argent, figure la manière brusque et violente en laquelle Alexandre se substitua aux précédents. Alexandre réunit à la domination de l’Orient (Perse) celle de l’Occident (Grèce).

 Ce quatrième empire eut une importance décisive. Ce fut la dernière forme de la puissance terrestre et hostile à Dieu avant sa ruine. Fort comme du fer, ce métal, plus dur que tous les autres, fut l’emblème de sa puissance incomparable de destruction. Il absorba tous les éléments dont avaient été composés les empires précédents. Ce fut là sa force ; voici sa faiblesse : En partie de fer. L’histoire de ce royaume eut deux périodes : la première (représentée par les jambes de fer, fut un temps de force irrésistible, la seconde (représentée par les pieds et les orteils de fer et d’argile) fut un temps où la faiblesse se joignit à la force.

« Selon que tu as vu qu’une pierre s’est détachée de la montagne sans main et a brisé fer, airain, argile, argent et or. Le grand Dieu a fait connaitre au roi ce qui arrivera après ces temps-ci ; le songe est véritable et sa signification certaine.  » (Dn 2, 45)

Une pierre s’est détachée. C’est l’emblème du Messie descendant du ciel : un fils d’homme venant sur les nuées), pour faire crouler toutes les puissances d’ici-bas et y substituer la sienne par la seule puissance de Dieu. Cette chute instantanée fut préparé par l’élément inassimilable qui avait été introduit dans les pieds de la statue. Il n’y a ici aucune distinction entre une première et une seconde venue du Messie.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Il n’en restera pas pierre sur pierre

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article  →   Mardi de la 34e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux de l’Abbaye de Maredsous (Denée-Belgique)   : cliquez ici pour lire l’article  →  HOMÉLIE POUR LE MARDI DE LA 34ÈME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE

Fernand Saint Louis – La statue de Nebucadnetsar

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

123456...18
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS