• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 janvier 2022

Lundi de la troisième semaine du Temps ordinaire -Année C

Posté par diaconos le 24 janvier 2022

Afficher l’image source

Comment Satan peut-il expulser Satan ?

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient : «  Ce Jésus est possédé par Béelzéboul ; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole : «  Comment Satan peut-il expulser Satan ? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir.  Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir.  Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui. Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté.

Alors seulement il pillera sa maison. Amen, je vous le dis : Tout sera pardonné aux enfants des hommes : leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés. Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours.  » Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. »   (Mc 3, 22-30)

Jésus en butte à l’opposition des siens et des scribes

L’accusation des scribes fut introduite par Marc sans que le fait qui en fut l’occasion fut raconté, tandis que Matthieu et Luc le montrèrent dans la guérison d’un démoniaque. Marc attribua l’accusation aux scribes, tandis que Matthieu la nota chez des pharisiens. Différence de peu d’importance, car ces deux classes d’hommes qui avaient beaucoup d’affinités (la plupart des scribes étaient des pharisiens toujours opposés à Jésus. L’hostilité qui se manifesta contre Jésus eut ses inspirateurs à Jérusalem, d’où des émissaires furent envoyés en Galilée pour combattre l’influence du prophète de Nazareth.

Marc appela paraboles les diverses images si frappantes dont Jésus se servit dans ce discours pour réfuter l’accusation impie de ses adversaires. Jésus les appela à lui. Sans attendre une attaque directe de leur part, il provoqua lui-même l’occasion de leur montrer l’absurdité de leur accusation.

Les arguments de Jésus furent les mêmes que dans Matthieu, mais l’ordre en fut plus clair ; d’abord une question directe :  »Comment Satan peut-il chasser Satan ?  » Puis les deux images d’un royaume et d’une maison divisés contre eux-mêmes. Ensuite la conclusion introduite par cette simple particule et, ce qui donne au discours un caractère oratoire. enfin la comparaison de Satan avec l’homme fort dont nul ne put piller le bien, si d’abord il ne l’eut pas lié.

Marc motiva la déclaration sévère que Jésus fit contre quiconque blasphéma l’Esprit-Saint. Il n’y aura pas pour lui de pardon, parce qu’il fut coupable d’un péché éternel, qui durera toujours, qui ne put être effacé, ayant sa cause permanente dans l’endurcissement. Marc ne fit pas mention, comme Matthieu et Luc, du blasphème contre le fils de l’homme.

 

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Dieu nous a tous appelés :♥cliquez ici pour lire l’article :   L’Évangile du jour: 01/20/22

◊  Sondez les écritures : cliquez ici pour lire l’article →Malheur aux scribes et aux pharisiens

♥ Un mystère de la délivrance

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Quatrième dimanche du Temps Ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 24 janvier 2022

Afficher l’image sourceCe dimanche les textes liturgiques nous invitent à suivre le Christ et à participer à sa mission. En agissant de cette manière, nous aimerons sans mesure et sans limites. L’amour de Dieu est adressé à tous, sans exclusion, sans exception. Puisque Dieu nous aime tous, nous devons à notre tour aimer tous les hommes. Pour notre méditation, relisons, au cours de cette quatrième semaine du temps ordinaire, la deuxième lecture, extraite de la première lettre de Paul apôtre aux chrétiens de Corinthe et posons-nous la question : «  Qu’est vraiment pour moi la charité ? » et surtout prions pour mieux le vivre. Voici les lectures et quelques commentaires de celles- ci.

La première lecture est tirée du livre de Jérémie

 Commentaire Jérémie, qui fut un très grand prophète à Jérusalem (les dates de sa prédication s’étendent de 627 à 587 av. J. C. environ) nous parle dans cet extrait de son expérience spirituelle : il a bien conscience que c’est Dieu qui l’a choisi (versets 4 et 5). Ce récit de la vocation de Jérémie illustre bien ce qu’étaient les prophètes en Israël : ils étaient des porte-parole de Dieu, d’un Dieu qui veut entrer en communication, se faire connaître pour nouer une relation d’Alliance.

Texte Le Seigneur m’adressa la parole et me dit : « Avant même de te former dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les peuples.  Lève-toi, tu prononceras contre eux tout ce que je t’ordonnerai. Ne tremble pas devant eux, sinon, c’est moi qui te ferai trembler devant eux. Moi, je fais de toi aujourd’hui une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze, pour faire face à tout le pays, aux rois de Juda et à ses chefs, à ses prêtres et à tout le peuple. Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer. 

Psaume 71(70),5-8.15.17.19

Commentaire Ce psaume, qui compte 24 versets, est écrit à la première personne du singulier : « Je » est à comprendre dans le sens collectif donc « Nous » (« Je » se trouve onze fois dans le psaume 71) . Son auteur est un vieil homme qui apporte le témoignage d’une expérience personnelle mais dramatique (voir aussi les versets 2-12 dans le texte intégral). Dans cet extrait, c’est Israël qui parle (versets 5 à 8)

Note  C’est dans la liturgie du Temple que se fit la proclamation officielle des interventions salvatrices de Dieu où on entonnait un hymne de louange :  »Dieu qui est donc comme toi ? »

Texte  Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance, mon appui dès ma jeunesse. 6. Toi, mon soutien dès avant ma naissance, tu m’as choisi dès le ventre de ma mère ; tu seras ma louange toujours !  Pour beaucoup, je fus comme un prodige ; tu as été mon secours et ma force. 8. Je n’avais que ta louange à la bouche, tout le jour, ta splendeur.  Ma bouche annonce tout le jour tes actes de justice et de salut ; (je n’en connais pas le nombre). 19 Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse, jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles. Si haute est ta justice, mon Dieu, toi qui as fait de grandes choses : Dieu, qui donc est comme toi ?

 La deuxième est tirée de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Commentaire  Ce texte de Paul parle d’abord de Dieu, il contemple le mystère de l’amour de Dieu ; à chaque fois que nous rencontrons le mot « Amour » dans ce texte, nous pourrions le remplacer par le mot « Dieu ». Les quinze comportements  que Paul énumère dans son inventaire, loin d’être des utopies, sont les réalités étonnantes que l’expérience fait découvrir : l’amour et l’amour seul permet à ceux qui aiment, à ceux qui s’aiment, d’atteindre des sommets de patience, d’oubli de soi, de douceur, de transparence, de confiance totale. C’est l’amour de Dieu, c’est-à-dire donné par Dieu, qui, seul, peut faire de nos communautés les témoins que le monde attend. Les  plus grandes vertus ne sont rien si elles ne sont pas irriguées uniquement par l’amour de Dieu lui-même. Voilà qui remet les choses à leur place !

Note 1  Corinthe est l’une des plus importantes cités de la Grèce antique. Elle demeure une ville importante de la Grèce moderne, en abritant 36 555 habitants et en étant capitale du nome de Corinthie. Lors des campagnes de Rome contre la Ligue, elle fut entièrement dévastée en −146 par Mummius,

Note 2   Après un siècle de désolation, Corinthe fut reconstruite par Jules César qui en fit une colonie romaine (44 av. J.-C.). Lorsque l’apôtre Paul se rendit dans la ville, une centaine d’années plus tard, Corinthe était devenue une cité florissante et la capitale de la province romaine d’Achaïe. Après son voyage, il leur écrivit deux lettres (épîtres).

Texte  Frères, parmi les dons de Dieu, vous cherchez à obtenir ce qu’il y a de meilleur. Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres. J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; 5 il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. Un jour, les prophéties disparaîtront, le don des langues cessera, la connaissance que nous avons de Dieu disparaîtra.

9 En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel disparaîtra. Quand j’étais un enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai fait disparaître ce qui faisait de moi un enfant. Nous voyons actuellement une image obscure dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai vraiment, comme Dieu m’a connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Aujourd’hui : c’est le premier mot et le mot clé de sa première homélie dans la synagogue de son enfance. Elle ne peut être plus concrète car toute sa personne parle de Dieu. Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique. Cette phrase de l’Évangile s’adresse aux auditeurs de Jésus ; aux premiers chrétiens pour lesquels Luc écrit ; aux lecteurs de tous les temps et donc à nous aussi.

Avec Jésus la Parole de Dieu est au présent. Elle est dans sa personne. Comment accueilles-tu cette parole du Christ dans ta vie, dans ta communauté ? Comment l’accueilles-tu quand tu lis la Bible, et quand tu participes à la messe ?

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012

Auteur → Michel Houyoux

Source → Rencontre avec la Parole de Vie : Parole de Dieu–  Éditions Croix du Salut

Commentaire ​Cette parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit » (verset 21), ce qui revient à affirmer « Je suis le Messie que vous attendez ». Jésus n’a pas été accepté de ses compatriotes, car il a été trop franc avec eux ! Jésus n’a annoncé qu’un message de grâce et d’amour concernant tout le monde. Son message d’amour concerne aussi, et avec prédilection, les païens : toute l’histoire biblique est là  pour le prouver. C’en est trop ! Ce nouveau prophète doit mourir. Il mourra plus tard à cause de son projet d’amour universel. Oui, vraiment, Dieu aime sans frontières : il aime les incroyants, les pêcheurs, les ingrats,… Ne soyons pas jaloux , soyons prêts à imiter la gratuité de l’amour de Dieu. Pour réaliser le projet d’amour universel de Dieu, nous risquons de rencontrer l’incompréhension, même parmi nos proches ; en sommes-nous paralysés, ou allons-nous droit notre chemin

Note 1 ​Sidon serait l’une des plus vieillesvilles de la côte phénicienne, fondée par le fils de Canaan,  petit-fils de Noé

Note 2 Élie  est un prophète dans les religions monothéistes. Prophète d’Israël du IXe siècle avant J.-C. après la mort de Salomon. Il est le porte-parole inspiré de la volonté de Dieu en face du dieu des CananéensBaal. Sa biographie et celle de son successeur Élisée sont rapportées dans le Premier livre des Rois et le Deuxième livre des Rois.

Note 3 Naaman, lieutenant de Benadad, roi de Syrie, fut guéri de la lèpre après s’être baigné sept fois dans le Jourdain sur le conseil du prophète Élisée.

Pour d’autres renseignements, cliquez sur les mots soulignés dans les notes ci-dessus.

Texte   Alors, il se mit à leur dire : « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.  » 22 Tous lui rendirent témoignage ; et ils s’étonnèrent du message de grâce qu’il dit Ils se demandèrent :  » N’est-ce pas là le fils de Joseph ?  » Mais  il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !  »

Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : « Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n’a été envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de SARE PTA, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. »

À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville fut construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Compléments

◊ Catéchèse →   : cliquez ici pour lire l’article →  Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. (Lc 4, 24)

◊ L’amour ne s’enseigne pas dans les livres  : cliquez ici pour lire l’article →  La charité est le tout de la vie chrétienne. (1 Cor. 12,31-13, 13)

Liens externes

◊ Catéchèse (doc pdf)  : cliquez ici pour lire l’article →  Atelier d’Évangile  4ème dimanche ordinaire, année C

◊ La croix : cliquez ici pour lire l’article →  4e dimanche du temps ordinaire C – La Croix

 Monseigneur Cattenoz : « Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. »

 Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS