• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 mars 2022

La conversion de Paul

Posté par diaconos le 11 mars 2022

Afficher l’image source

Comment le Christ conquit le persécuteur le plus acharné des chrétiens

Paul, menacé de mort par les Juifs de Jérusalem leur parlait ainsi : « Je suis Juif : né à Tarse, en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville, j’ai reçu, à l’école de Gamaliel, un enseignement strictement conforme à la Loi de nos pères ; je défendais la cause de Dieu avec une ardeur jalouse, comme vous le faites tous aujourd’hui. J’ai persécuté à mort les adeptes de la Voie que je suis aujourd’hui ; je les arrêtais et les jetais en prison, hommes et femmes ; le grand prêtre et tout le conseil des Anciens peuvent en témoigner. Eux-mêmes m’avaient donné des lettres pour nos frères et j’étais en route vers Damas : je devais faire prisonniers ceux qui étaient là-bas et les ramener à Jérusalem pour qu’ils subissent leur châtiment. Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas, vers midi, une grande lumière venant du ciel m’enveloppa soudain.

Je tombai sur le sol, et j’entendis une voix qui me disait : ‘Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?’ Et moi je répondis : ‘Qui es-tu, Seigneur ? — Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes.’ Mes compagnons voyaient la lumière, mais ils n’entendaient pas la voix de celui qui me parlait, et je dis : ‘Que dois-je faire, Seigneur ?’ Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, 02 et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des hommes et des femmes qui suivaient le Chemin du Seigneur, il les amène enchaînés à Jérusalem.

Comme il était en route et approchait de Damas, soudain une lumière venant du ciel l’enveloppa de sa clarté. Il fut précipité à terre ; il entendit une voix qui lui disait : «  Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?  » Il demanda : «  Qui es-tu, Seigneur ?  » La voix répondit : «  Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire. »

Ses compagnons de route s’étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix, mais ils ne voyaient personne. Saul se releva de terre et, bien qu’il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. Ils le prirent par la main pour le faire entrer à Damas. Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Dans une vision, le Seigneur lui dit : « Ananias !  » Il répondit : « Me voici, Seigneur.  »

Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue appelée rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme de Tarse nommé Saul. Il est en prière, et il a eu cette vision : un homme, du nom d’Ananias, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. » Ananias répondit : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem. Il est ici, après avoir reçu de la part des grands prêtres le pouvoir d’enchaîner tous ceux qui invoquent ton nom. »

Mais le Seigneur lui dit : « Va ! car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël. Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. » Ananias partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint. »

 Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé. 19 Alors il prit de la nourriture et les forces lui revinrent. Il passa quelques jours à Damas avec les disciples  et, sans plus attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant que celui-ci est le Fils de Dieu. (Ac 9, 1-20)

 Comment le Christ conquit le persécuteur le plus acharné des chrétiens

Dès sa jeunesse Saul éprouva le besoin de se mettre au service de Yahweh. C’est pour cela qu’il alla à Jérusalem pour l’étude de la Loi juive avec les meilleurs érudits en cette matière, notamment chez un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi honoré de tout le peuple. À Saul reconnu par ceux-ci d’être un homme sur qui l’on pouvait compter, ils confièrent la tâche d’éliminer les chrétiens de leurs communautés

-Sur la route de Damas, il fut environné d’une lumière éclatante et précipité à terre par une force invisible ; il entendit une voix forte : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »  Il répondit : « Qui es-tu, Seigneur ? » Il croyait s’attaquer aux adeptes de la nouvelle doctrine, mais c’est le Christ qu’il combattait : « Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le ferez » (Mt 25, 31-40) l comprit que c’est Jésus qu’il persécutait. (Ac 9, 3-6) 

Auparavant, Saul se sentait bien car il était persuadé d’être juste en s’attaquant aux adeptes de cette nouvelle doctrine enseignée par Pierre et ses collaborateurs. Dans sa prière, il remerciait Yahweh d’avoir fait de lui un croyant digne et actif dans sa communauté. À présent, il réalise que sa foi n’est que fanatisme et que son assurance de croyant fidèle ne dissimule pas son orgueil. Le Seigneur lui ordonna de se lever et d’entrer dans la ville, où il serait renseigné sur ce qu’il devra faire.

-Saul se releva de terre et, bien qu’il eût les yeux ouverts, il ne vit plus rien car il était devenu aveugle. Ses compagnons de route le prirent par la main pour le faire entrer à Damas. (Ac 9, 7-8)  Au chapitre 22, Luc rapporte cette Parole de Saul : «  Et comme je n’y voyais pas, à cause de l’éclat de cette lumière, j’arrivai à Damas, ceux qui étaient avec moi me conduisant par la main. » La cécité fut causée par l’éblouissement de la lumière. (Ac 22, 11)

-Conduit par ses compagnons de route, il entra à Damas, comme un pauvre aveugle, brisé, plein d’angoisse, dépendant des autres. Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire. Il comprit alors que Dieu l’accueille, le choisit et le pardonne : « Cet homme sera mon instrument de choix »  (Ac 9, 15)  Le Seigneur, répondant à la prière de Saul, lui fit connaître par une vision qu’il va lui envoyer Ananias , l’un des premiers Juifs à s’être convertis au christianisme et membre de l’Église de Jérusalem; Ananias fut pour Saul un messager de bonne nouvelle qui lui rendit la vue. (Ac 9, 13)

Ananias imposa les mains sur la tête de Saul de Tarse. Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé. (Ac 17-18) Depuis son baptême, Jésus fut pour Paul un vivant. Telle fut la première phase de la conversion de Saul. La question posée sur la route de DAMAS « Qui es-tu Seigneur » et la réponse « Je suis Jésus, celui que tu persécutes » le poursuivront toute sa vie et toutes ses lettres (épîtres) trouveront leur inspiration dans ce dialogue.

Devenant un instrument de choix pour le Christ, Saul changea son nom : Il s’appellera désormais Paul de Tarse. De culture grecque, il étendra l’Église, qui jusqu’à lors était confinée en milieu juif, composée de juifs acquis à la nouvelle doctrine prêchée par les apôtres, aux autres pays. Aux moments importants de l’histoire, le Christ appelle des personnes pour leur confier une mission particulière. En voici quelques exemples : François d’Assise, Le Père Damien, Charles de Foucault, le pape Jean XXIII Seigneur, Fais de moi aussi, un instrument de ton salut, de ta joie.

De persécuteur qu’il fut, Paul devint dans le plan de Dieu, l’apôtre de la Bonne Nouvelle annoncée au monde païen. Seigneur, transforme nos cœurs. Regarde ces pays où les chrétiens sont arrêtés, bannis ou exécutés. Viens au secours de ces familles chassées de leur pays à cause de leur foi en Toi, celles de Syrie ou d’Irak dont on nous parle tant, aujourd’hui dans nos journaux. C’est par les voies de communication que se propage la Bonne Nouvelle. Nous sommes responsables de la propagation de la foi dans notre famille. Remplissons-nous ce rôle concrètement et correctement ?

 Compléments

◊ Homélie →  Chaque fois que tu l’as fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu l’as fait. » (Mt 25, 31-40)

◊ Fête religieuse →  Fête de la conversion de Paul de Tarse (? 8 – ? ◊ Catéchèse → Les premiers chrétiens formaient une fervente communauté (Ac 2,42-47)

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊  La conversion de Saul racontée aux enfants →   Sur la route de Damas ◊ Des cahiers d’étude du religieux → La conversion de Paul, regards croisés

♥ Daniel Ange, Homélie sur la conversion de saint Paul

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Tweede zondag van de maand Veertigdagentijd in jaar C

Posté par diaconos le 11 mars 2022

Afficher l’image source

De transfiguratie van Jezus

Uit het evangelie van Jezus Christus volgens Lucas

Op dat moment nam Jezus Petrus, Johannes en Jacobus mee en ging de berg op om te bidden. En terwijl hij bad, veranderde het uiterlijk van zijn gezicht, en zijn kleren werden verblindend wit. En zie, twee mannen spraken met hem: het waren Mozes en Elia, die in heerlijkheid waren verschenen. Zij spraken over zijn vertrek, dat in Jeruzalem zou worden volbracht. Petrus en zijn metgezellen gingen gebukt onder de slaap, maar toen zij ontwaakten zagen zij de heerlijkheid van Jezus en de twee mannen naast Hem.

Toen zij zich van hem verwijderden, zei Petrus tot Jezus: « Meester, het is goed dat wij hier zijn! Laten wij drie tenten bouwen: één voor u, één voor Mozes en één voor Elia. Hij wist niet wat hij zei. Petrus was nog niet uitgesproken toen een wolk kwam en hen met haar schaduw bedekte, en zij werden bang toen zij de wolk binnengingen. En uit de wolk sprak een stem: « Dit is mijn geliefde Zoon, die Ik heb uitverkoren; naar Hem zult gij luisteren. » En terwijl de stem werd gehoord, was Jezus alleen. De discipelen zwegen, en in die dagen vertelden zij aan niemand wat zij gezien hadden (Lc 9, 28b-36).

De Transfiguratie

# De Transfiguratie is een episode uit het leven van Jezus Christus beschreven in het Nieuwe Testament. Het is een verandering in het fysieke voorkomen van Jezus voor enkele ogenblikken van zijn aardse leven om zijn goddelijke natuur aan drie discipelen te openbaren. Deze lichamelijke toestand, die als een wonder wordt beschouwd, wordt in de drie synoptische evangeliën beschreven : (Mt 17:1-9, Mc 9:2-9, Lc 9:28-36). Het is, volgens de christelijke opvatting, de anticipatie van de lichamelijke toestand die aan de gelovigen wordt aangekondigd voor hun eigen opstanding. De traditionele plaats van de Transfiguratie is de berg Tabor bij de Zee van Tiberias.

Het betrof een verandering in het fysieke uiterlijk van Jezus voor enkele ogenblikken van zijn aardse leven om zijn goddelijke natuur aan drie discipelen te openbaren. Deze lichamelijke toestand, die als een wonder wordt beschouwd, wordt in de drie synoptische evangeliën vermeld : (Mt 17:1-9, Mc 9:2-9, Lc 9:28-36). Het is, volgens de christelijke opvatting, de anticipatie van de lichamelijke toestand die aan de gelovigen wordt aangekondigd voor hun eigen opstanding. De traditionele plaats van de transfiguratie is de berg Tabor bij de Zee van Tiberias.

Sommige exegeten plaatsen de gebeurtenis op de berg Hermon, omdat de evangelie-afleveringen die de gebeurtenis omlijsten, in deze streek plaatsvinden. Voor de Maronieten vond de Transfiguratie plaats in de streek van Bcharré op de Libanonberg. Voor de Katholieke Kerk was het onmiddellijke doel van de Transfiguratie de harten van de discipelen voor te bereiden op het overwinnen van het schandaal van het kruis. Deze transfiguratie is ook een verkondiging van de « wonderbare aanneming die alle gelovigen tot kinderen van God zal maken ». De Transfiguratie wordt ook in de Orthodoxe Kerk gevierd. In de kerk van Ethiopië wordt het feest Buhe genoemd.

Laten we eens kijken naar het tafereel waarin Petrus, Jacobus en Johannes in extase waren voor de schoonheid van de Verlosser : « En Hij werd voor hun aangezicht getransfigureerd. Zijn kleren werden blinkend  » (Mc 9,2-3). Wij van onze kant zien een boodschap in wat de heilige Paulus zijn leerling Timotheüs verzekerde : « Hij heeft de dood vernietigd en het leven en de onsterfelijkheid doen schijnen door het Evangelie » (2 Tim. 1, 10).

Dit is precies wat wij met verwondering gadeslaan, zoals de drie apostelen die op dat moment werden uitgekozen. Het doet ons goed om deze uitstraling van zon en licht te ontvangen, weerspiegeld in het gelaat en de kleding van Jezus. Zij vormden een prachtige icoon van de verloste mensheid, want daar was niet langer de lelijkheid van de zonde, maar de schoonheid die de goddelijkheid op ons vlees overbracht. Petrus’ blijdschap was wat wij voelen wanneer wij ons laten opnemen door goddelijke genade.

De Heilige Geest veranderde ook de zintuigen van de apostelen, en zo zagen zij de goddelijke heerlijkheid van Jezus. Hun ogen werden getransfigureerd om beter te zien wat hij uitstraalde, hun oren werden getransfigureerd om beter de verheven en ware stem te horen van de Vader die zich verlustigde in zijn Zoon. Voor ons, die gewend zijn aan de grauwheid van de middelmatigheid, is het allemaal een beetje te verrassend. Alleen als wij ons door Christus laten aanraken, zullen onze zintuigen in staat zijn om de mooiste en meest vreugdevolle dingen te zien en te horen in God en in hen die uit de dood zijn opgewekt.

 Johannes Paulus II schreef: « De christelijke spiritualiteit wordt gekenmerkt door de plicht van de discipel om zich volledig af te stemmen op zijn Meester. Wij leggen in de handen van de Maagd Maria het doel om onze transfiguratie te bereiken in haar Zoon Jezus Christus. De wolk waaruit de stem van de Vader komt, doet denken aan de wolk die de Hebreeën omhulde tijdens de Exodus en hun tocht door de woestijn.

Petrus’ voorstel van drie tenten verwijst, volgens sommige waarnemers, ook naar de Tent der Ontmoeting in het Oude Testament. Deze gedaanteverandering is ook een aankondiging van de « wonderbaarlijke adoptie die alle gelovigen tot kinderen van God zal maken ». Zijn transfiguratie is geen anticipatie op de verrijzenis – waarin zijn lichaam in God zal worden veranderd – maar de aanwezigheid van de Drie-enige God en van de hele heilsgeschiedenis in zijn voorbestemde lichaam aan het kruis « .

 Het licht van Christus

Als iemand naar ons lacht, verandert hun gezicht. Het is prachtig om dat te zien! Hoe kunnen we er niet van genieten anderen te laten glimlachen? Dan is er een medeplichtigheid, een gemeenschap die vrij en waarachtig is en een vleugje geluk geeft. Jezus wordt getransfigureerd en de leerlingen, Petrus, Jacobus en Johannes, zien Jezus: zijn innerlijk licht, zijn oneindige liefde, stroomt onophoudelijk uit zijn hart… Zijn lichaam straalt. Jezus werd op de berg niet verlicht door een licht van buitenaf, maar hijzelf was het licht in zijn lichaam.

Wat was dit licht? Het is het mysterie van Jezus zelf. Elia en Mozes verschijnen in het licht. Zijn zij daar om aan de apostelen de persoon en het werk van Jezus te bevestigen? Het buitengewone licht van Christus en de aanwezigheid van de hoogste persoonlijkheden in de geschiedenis van Israël vervullen de discipelen met grote vreugde. Wij begrijpen Petrus’ uitroep  : « Rabbi, het is goed dat wij hier zijn. Zij willen drie tenten bouwen… Een immense vreugde over Gods plan dat nu in vervulling gaat. (Mk 9, 5)

De gedaanteverandering van de Heer maakt deel uit van de Blijde Boodschap. Als liefde regeert, verandert het mensen. De liefde die van God komt, bevredigt en stimuleert. Het laat mensen alles anders zien, maar zonder liefde of wanneer passie de overhand neemt, worden mensen snel overheerst door jaloezie, hebzucht en chronische ontevredenheid. Passie verhardt, verblindt en vertroebelt het zicht. Een blik die beledigend en vernederend wordt, een blik die vernietigt !

De Heilige Geest veranderde ook de zintuigen van de apostelen, zodat zij de goddelijke heerlijkheid van Jezus zagen. Hun ogen werden getransfigureerd om beter te zien wat hij uitstraalde, hun oren werden getransfigureerd om beter de verheven en ware stem te horen van de Vader die zich verlustigde in zijn Zoon. Voor ons, die gewend zijn aan de grauwheid van de middelmatigheid, is het allemaal een beetje te verrassend. Alleen als wij ons door Christus laten aanraken, zullen onze zintuigen in staat zijn de mooiste en meest vreugdevolle dingen te zien en te horen in God en in hen die tot heiligheid zijn opgewekt door Hem die uit de dood is opgestaan.

 Johannes Paulus II schreef: « De christelijke spiritualiteit wordt gekenmerkt door de plicht van de discipel om zich volledig af te stemmen op zijn Meester. Wij leggen in de handen van de Maagd Maria het doel van onze transfiguratie in haar Zoon Jezus Christus. De wolk waaruit de stem van de Vader komt, doet denken aan de wolk die de Hebreeën omhulde tijdens de Exodus en hun tocht door de woestijn. « 

Petrus’ voorstel van drie tenten verwijst, volgens sommige waarnemers, ook naar de Tent der Ontmoeting in het Oude Testament. Deze gedaanteverandering is ook een aankondiging van de « wonderbaarlijke adoptie die alle gelovigen tot kinderen van God zal maken ». Zijn transfiguratie is geen anticipatie op de verrijzenis – waarin zijn lichaam in God zal worden veranderd – maar de aanwezigheid van de Drie-enige God en van de hele heilsgeschiedenis in zijn voorbestemde lichaam aan het kruis ».

Wij van onze kant kunnen een boodschap zien in wat Paulus zijn leerling Timotheüs verzekerde: « Hij heeft de dood vernietigd en door het evangelie leven en onsterfelijkheid doen schijnen » (2 Tim. 1, 10). Dit is wat wij met verwondering aanschouwen, zoals de drie apostelen die op dat moment werden uitgekozen. Het doet ons goed om die glans van zon en licht te ontvangen die weerkaatst werd in het gelaat en de kleding van Jezus. Ze vormden een wonder

Dit is wat wij met verwondering aanschouwen, zoals de drie apostelen die op dat moment werden uitverkoren. Het doet ons goed de glans van de zon te verwelkomen en het licht dat weerkaatst werd in het gelaat en de kleren van Jezus. Zij vormden een prachtige icoon van de verloste mensheid, want daar was niet langer de lelijkheid van de zonde, maar de schoonheid die de goddelijkheid op ons vlees overbracht. Petrus’ blijdschap was wat wij voelen als we ons laten inpalmen door goddelijke genade.

Links naar andere christini-Websites

◊  Dionysiusparochie (Nederland) : click hier om her artihel te lesen → tweede zondag in de veertigdagentijd, jaar C

◊ Nationale raad voor liturgie : click hier om her artihel te lesen  →  2e Zondag van de Veertigdagentijd (Jaar C

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Vendredi de la première semaine du Carême de l’année C

Posté par diaconos le 11 mars 2022

Bible 29 - Matthieu 5, 23-24 - iamfree007-Shutterstock.com

Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. » (Mt 5, 20-26)

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.

Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. » (Mt 5, 20-26)

Manière d’interpréter la Loi

 Ces paroles introduisirent le discours suivant sur la manière d’interpréter la loi. Ses disciples durent réaliser une justice bien supérieure à la justice extérieure, superficielle et formaliste des pharisiens dont il fit ressortir toute l’insuffisance. Il ne dit pas, dans le sermon sur la montagne, par quel moyen ses disciples obtiendront cette justice supérieure. Jésus fit comprendre à ses disciples l’étendue et la profondeur de la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie non dans sa lettre mais dans son esprit.

Les Juifs entendirent la lecture de la loi à chaque sabbat. Les anciens furent toutes les générations précédentes auxquelles Moïse et les docteurs qui lui succédèrent enseignèrent la loi. Le commandement cité est de Moïse :  » Tu ne tueras pas » ‘Ex 5, 13) et les paroles qui y furent ajoutées : « celui qui tuera… « est une détermination des interprètes, fondée sur la législation mosaïque.

Le jugement devant lequel le meurtrier fut justiciable ), était une cour de justice secondaire, établie dans chaque district :  » Tu établiras des juges et des magistrats dans toutes les villes que l’Éternel, ton Dieu, te donne, selon tes tribus, et ils jugeront le peuple avec justice. »  (Dt 16, 18) Ce commandement, ainsi que tous les autres, put être violé dans le cœur par les passions : la colère, la haine, le mépris ; et cette violation mérita, devant la justice divine, le même châtiment que le meurtre proprement dit.

Jésus établit une gradation dans la transgression, et aussi dans la peine qu’elle fit encourir. D’abord la colère contre un frère qu’il faudra aimer. Quant à la peine également graduée qui correspondit à ces violations de la loi, Jésus l’indiqua par des images tirées de la justice pénale de son temps et de son peuple. Il ne voulut pas dire que celui qui manifeste ces mauvais sentiments du cœur dut être puni par les divers tribunaux qu’il nomma, mais qu’il fut est aussi coupable que ceux qu’on y amena.

Le jugement désigna le tribunal inférieur. Le sanhédrin, autorité suprême de la nation, fut composé de 71 membres, anciens, scribes et sacrificateurs, sous la présidence du souverain sacrificateur. «  Ce qu’ayant entendu, ils entrèrent, vers le point du jour, dans le temple, et ils enseignaient. Mais le souverain sacrificateur étant venu, et ceux qui étaient avec lui, ils assemblèrent le sanhédrin et tous les anciens des fils d’Israël, et ils envoyèrent à la prison pour les faire amener. «  (Ac 5, 21).  Il connut de toutes causes religieuses, civiles ou criminelles ; en ces dernières, dont il fut ici question, il servit de cour d’appel.

Le nom de géhenne du feu provint de la vallée de Hinnom, qui entoura Jérusalem du côté du sud et dans laquelle se célébra jadis le culte de Moloch. Depuis le temps de Josias :  » Le roi souilla Topheth dans la vallée des fils de Hinnom, afin que personne ne fît plus passer son fils ou sa fille par le feu en l’honneur de Moloc. (2 R, 23, 10)  On y jeta, afin de la profaner, les corps des animaux morts et des suppliciés, et l’on y entretint un feu pour les consumer. Ce lieu était ainsi devenu une image de l’enfer, et c’est dans ce sens que le Nouveau Testament emploie ce terme.

« Ils bâtirent des hauts lieux à Topheth dans la vallée de Ben-Hinnom, pour brûler au feu leurs fils et leurs filles: Ce que je n’avais point ordonné, Ce qui ne m’était point venu à la pensée. C’est pourquoi voici, les jours viennent, dit l’Éternel, Où l’on ne dira plus Topheth et la vallée de Ben-Hinnom, Mais où l’on dira la vallée du carnage ; Et l’on enterrera les morts à Topheth par défaut de place. » ( Jr 7, 31-32)

Jésus supposa le cas d’un homme qui, déjà occupé dans le temple à préparer un don, là, sous l’impression de la sainteté de son acte, se souvenant que son frère eut quelque ressentiment contre lui. Fusse parce qu’il offensa ce frère ? Mais Jésus ne le dit pas. Quoi qu’il en soit, Jésus n’admit pas que cet homme puisse entrer en communion avec Dieu par son offrande, par la prière, tant qu’il ne se réconcilia pas avec son frère, et toute conscience chrétienne confirme ce jugement.

. Jésus recommanda encore le devoir de la réconciliation, mais sous une autre forme. Il supposa deux adversaires un créancier et un débiteur , dont le premier emmena l’autre chez le juge pour se faire payer, comme cela se pratiquait chez les anciens. Le conseil que donna Jésus à celui qui sera accusé est de se mettre promptement d’accord avec son adversaire tandis qu’il en eut le temps encore. S’il ne le fit pas, il courut le risque d’être livré au juge, puis à l’huissier (exécuteur du jugement), et d’être jeté en prison.

Est-ce là tout le sens de cette exhortation ? Dans ce cas, elle ne renfermerait qu’un bon conseil de prudence, de sagesse dans les affaires de cette vie. Mais comme ici Jésus exhorta ses disciples à la réconciliation avec leurs frères et cela à cause de leur responsabilité envers Dieu.Nous sommes tous en chemin vers le juge, qui est Dieu. Comment espérer être absous devant le tribunal céleste ? Il ne resterait en perspective que le purgatoire. Cette parabole rentre harmoniquement et profondément dans le discours de Jésus.

Diacre Michel houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ?

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Le pardon : cliquez ici pour lire l’article →  Vas d’abord te réconcilier avec ton frère

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →   Va d’abord te réconcilier avec ton frère

Lectio divina ; « Va te réconcilier avec ton frère »

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href= »" title= »"> <abbr title= »"> <acronym title= »"> <b> <blockquote cite= »"> <cite> <code> <del datetime= »"> <em> <i> <q cite= »"> <strike> <strong>

Michel Houyoux

    Publié par  Michel Houyoux, professeur ((Biologie, chimie, physique), retraité du Collège saint Stanislas et du Collège interracial du Burundi (Afrique de l’est) de sciences du secondaire à Mons chez Collège saint Stanislas à Mons

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS