Mardi de la quatrième semaine du Temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 10 mai 2022

Jean 10:28-30

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

On célébrait la fête de la dédicace du Temple à Jérusalem. C’était l’hiver. Jésus allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon. Les Juifs firent cercle autour de lui ; ils lui disaient : «  Combien de temps vas-tu nous tenir en haleine ? Si c’est toi le Christ, dis-le nous ouvertement !  » Jésus leur répondit : « Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais, moi, au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage. Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. «   (Jn 10, 22-30)

 Jésus à la fête de la dédicace.

Cette fête, ap­pe­lée en hé­breu et en grec Rénovation, Inauguration, Dédicace, avait été ins­ti­tuée par Ju­das Macchabée, en sou­ve­nir de la res­tau­ra­tion du temple et de l’au­tel, après qu’An­tio­chus Épi­phane les eut pro­fa­nés. On la cé­lé­brait du­rant huit jours, à da­ter du 25 du mois de Kis­leu,  correspondant au mois de dé­cembre:   » Le peuple entier se prosterna pour adorer, puis il fit monter la louange vers le Ciel qui l’avait conduit au succès. » ( 1 Ma 4, 55) et aussi Jo­sèphe Antiquités Juives, XII, 7, 8).

Cette fête étant d’ins­ti­tu­tion hu­maine, il n’y avait pas, pour les Juifs, la même obli­ga­tion d’y as­sis­ter qu’aux autres so­len­ni­tés re­li­gieuses. Mais Jé­sus se confor­ma vo­lon­tiers à tout ce qu’il y eut de bon et de louable dans les mœurs de son peuple, et il prit cette oc­ca­sion pour adres­ser à ce­lui-ci un dernier ap­pel, avant la Pâque. Ce fut l’hiver, Jésus prononça le dis­cours  sous le portique de Salomon  et non en plein air. Entre la fête des ta­ber­nacles  où eurent lieu les discussions précédentes et celle de la dé­di­cace, deux mois s’écoulèrent. Après la fête des ta­ber­nacles, Jé­sus re­tourna en Ga­li­lée. Il rap­por­ta de Jé­ru­sa­lem la convic­tion que ses ap­pels aux au­to­ri­tés théo­cra­tiques furent re­pous­sés, que sa mort fut in­évi­table et pro­chaine.

Sous cette im­pres­sion, il prit congé de cette pro­vince qui fut le prin­ci­pal champ de son ac­ti­vité. Il ef­fec­tua ensuite le dé­part so­len­nel dont le ré­cit de Luc a mar­qué le ca­rac­tère tra­gique : «  Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. » (Lc 9, 1) Il s’a­che­mina len­te­ment vers Jé­ru­sa­lem, évan­gé­li­sant la Ga­li­lée mé­ri­dio­nale et la Pé­rée. Il fit une courte ap­pa­ri­tion à Jé­ru­sa­lem, à la fête de la dédicace, puis il re­tourna en Pé­rée, où il resta Jus­qu’aux ap­proches de la Pâque.

Le portique de Salomon, si­tué dans la par­tie orien­tale du temple, fut, se­lon Jo­sèphe (Antiquités Juives, XX, 9, 7), la seule por­tion de l’an­cien édi­fice qui fût res­tée de­bout lors de sa des­truc­tion sous Né­bu­cad­net­sar.  Ce lieu fut cher au sou­ve­nir des chré­tiens  :  « ’homme ne lâchait plus Pierre et Jean. Tout le peuple accourut vers eux au Portique dit de Salomon. Les gens étaient stupéfaits. » (Ac 3, 11)  Jé­sus trouva au fond du cœur de ses ad­ver­saires la cause de leur in­cré­du­lité : « Vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis, et la preuve que vous n’en êtes pas, c’est que mes brebis me connaissent et entendent ma voix »

  Les ca­rac­tères que Jé­sus re­leva de nou­veau chez ses bre­bis dirent as­sez aux ad­ver­saires qu’ils n’en furent pas. Cha­cune de ces trois dé­cla­ra­tions ré­vèle l’a­mour de Jésus et fonda la par­faite as­su­rance de ses bre­bis. Il ne dit pas : « Je leur donnerai, mais je leur donne dès main­te­nant, la vie éternelle. »  

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  Amaury Bertram, diacre  : cliquez ici pour lire l’article →  Le Père et moi, nous sommes UN

◊  Méditations de  l’évangile   : cliquez ici pour lire l’article → Quatrième Semaine du Temps pascal.

♥ Lectio Divina : « Le Père et moi, nous sommes UN »

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS