• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 mai 2022

Faire l’autruche

Posté par diaconos le 13 mai 2022

Faire l’autruche dans Enseignement 0ei8ajfzlpttwsmlkq1o03dckgi500x350

3 Je suis devenu le compagnon des autruches3» (Jb 30,29). Comparant son épreuve à un horrible désert, Job se dit être le compagnon de cet animal, vivant dans les déserts, et les lieux arides. L’espèce qui vivait dans les déserts de Judée est mentionnée par divers auteurs bibliques  (Is 13, 21 ; Is 43, 20).  Cette espèce a disparue, elle était proche de l’espèce africaine. A l’état sauvage, l’autruche vit dans un environnement difficile. Parfois, le croyant est amené à connaître des périodes de solitude, d’épreuves, de tribulations, comme ce fut le cas pour Job. Dans ce cas, le désert peut être un lieu où Dieu nous parle. C’est ce qu’a expérimenté Job. Le prophète Osée confirme cette réalité : « C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son cœur » (Os 2,16).

L’expression « faire l’autruche », signifiant fuir la réalité, se voiler la face, vient d’une idée fausse qui consiste à dire que l’autruche se cache la tête dans le sable lorsqu’elle a peur. En fait, elle a souvent sa tête près du sol car elle est à la recherche de nourriture ou bien parce qu’elle arrange ses œufs placés dans une cavité creusée dans le sable. D’ailleurs, il n’y a pas beaucoup de prédateurs capables de courir plus vite qu’elle : « Quand elle prend sa course elle se rit du cheval et de son cavalier » (Jb 39,21).

Il peut nous arriver, comme c’est le cas pour l’autruche, d’être injustement jugés. L’apôtre Paul a connu cela : « Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes ; mais, présent… il est faible, et sa parole est méprisable «  (2 Co 10,10). Jésus lui-même n’a-t-il pas été mal jugé ? Comme l’autruche se rit de ceux qui veulent la détruire, poursuivons notre course ici-bas, sans nous laisser arrêter par les critiques, les quolibets des moqueurs, et la médisance de certains.

La description que nous avons de l’autruche dans le livre de Job, n’est pas très élogieuse, elle est décrite comme ayant une belle apparence : « L’aile de l’autruche s’agite joyeuse ; Est-ce l’aile et le duvet de la cigogne ? » (Jb 39,16), et il ajouta : «  Dieu lui a refusé la sagesse « (Jb 39,20)  D’autre part : « Elle abandonne ses œufs et se soucie peu de ses petits « Jb 39, 17.) Un tel tableau n’est pas de nature à nous la rendre sympathique. Ajoutez-y qu’elle appartient à la catégorie des animaux impurs (Lv 11, 16), et vous conviendrez qu’elle pourrait inspirer du rejet. Pourtant elle est une création de Dieu.

Cela ne nous rappelle-t-il pas notre propre condition de pécheurs, d’impurs aux yeux de Dieu, d’hypocrites soignant avant tout l’apparence ? Mais voici que Dieu nous aime, et veut nous sauver de nos péchés par le sacrifice de Jésus. Seigneur, merci d’être avec moi dans mon désert, et de parler à mon cœur. Donne-moi ta sagesse et ton intelligence. Amen !

Compléments

Les cieux et la terre furent pris à té­moin du pé­ché d’Israël (Is 1, 2) et s’en furent comme épou­van­tés (Jr 2, 12-13). Ils durent se réjouir  avec le peuple éternel par­donné et pu­ri­fié. Il y a ici une per­son­ni­fi­ca­tion poé­tique de la na­ture. Mais cette forme re­pose sur une réa­lité. L’­homme étant le roi de la créa­tion, tout l’u­ni­vers doit par­ti­ci­per avec lui au sa­lut. Le monde mo­ral et le monde ex­té­rieur forment une unité. Le peuple était bien  ré­ta­bli dans sa terre, un chan­ge­ment mer­veilleux s’o­péra : jus­qu’a­lors il partagea son culte entre Yahvé et Baal, don­nant même par­fois au pre­mier par une étrange confu­sion le nom du se­cond, qui si­gni­fie Maître ou Seigneur.

Dès lors,  Israël n’em­ploya plus ce nom de Baal dans ce sens of­fen­sant pour Yahvé ; il ne l’em­ploya pas même dans un sens plus in­no­cent pour dire à Dieu : mon maître, tant il eut hor­reur de ce mot et de toutes les pro­fa­na­tions qu’il rap­pela. L’a­mour de la na­tion élue pour son Dieu fut tel qu’elle n’eut plus pour lui le sen­ti­ment d’une ser­vante pour son maître, mais ce­lui d’une épouse pour son mari. Job re­vint avec com­plai­sance à la des­crip­tion de la confiance qu’on avait en lui et des hon­neurs qu’on lui ren­dait (Jb 39, 21).

L’autruche est or­di­nai­re­ment ap­pe­lée d’un nom qui veut dire la fille de la solitude (Jb 30, 29). Ici elle porte un nom poé­tique si­gni­fiant les lamentations, les cris plaintifs (Mi  1, 8). Est-ce l’aile et le duvet de la cigogne ?  Pour com­prendre ceci  ; en hé­breu la ci­gogne s’ap­pelle la pieuse, à cause de la sol­li­ci­tude avec la­quelle elle s’oc­cupe de son nid et de ses pe­tits. Voilà des ailes, noires et blanches les unes et les autres, qui s’a­gitent joyeusement ; voilà deux oiseaux ex­té­rieu­re­ment as­sez pa­reils l’un à l’autre.

Et pour­tant, quelle dif­fé­rence de ca­rac­tère ! Sous la ma­tière, il y a une âme tout autre. Et cette âme, d’où vient-elle  ?   » Dieu lui a refusé la sagesse, Il ne lui a pas départi d’intelligence.  » (Jb 39 ,20)  L’autruche est connue pour sa vo­ra­cité, qui lui fait ava­ler même des pierres et des mor­ceaux de mé­tal ; c’est un ani­mal hy­bride, à la fois mar­chant et vo­lant.

Diacre Michel Houyoux

lwf0003web.gif

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Notre famille.com : cliquez ici pour lire l’article → Faire l’autruche 

◊  Réponses catholiques  : cliquez ici pour lire l’article → Animaux purs et impurs – Réponses catholiques

♥  Vidéo Les animaux purs et impurs

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Пятое воскресенье по Пасхе в год C

Posté par diaconos le 13 mai 2022

John 15 vine and branches

Беседа о Тайной вечере : Виноградная лоза и виноградные стебли

# Истинная лоза – это притча, рассказанная Иисусом Христом. Она приводится в Евангелии от Иоанна. В ней говорится о том, как важно для верующего оставаться привязанным к истинной лозе, которая символизирует Христа, чтобы приносить плоды в изобилии. Плод, будучи образом связи между ветвью и основным растением через сок, который циркулирует между ними, может ссылаться на многие другие библейские отрывки, такие как плод Духа в Послании к Галатам. Для святого Августина ветви находятся в лозе, чтобы получать от нее животворящий принцип. Люди должны оставаться привязанными к данным добродетелям, к слову, переданному Христом, чтобы давать здоровые плоды. Бенедикт XVI в своем комментарии затрагивает тему свободы и божественных предписаний. Смешение этих двух понятий не является несовместимым. Мы должны слушать Бога, и Он даст нам силы творить и идти своим путем. Тогда духовная жатва будет обильной.

Из Евангелия от Иоанна

Когда Иисус переходил из этого мира к Отцу, Он сказал Своим ученикам: « Я есмь истинная виноградная лоза, а Отец Мой – Виноградарь. Всякую ветвь у Меня, не приносящую плода, Отец Мой отнимает; всякую ветвь, приносящую плод, очищает, чтобы она принесла более плода; но вы уже чисты и непорочны по слову, которое Я сказал вам: пребудьте во Мне, как и Я в вас. Как ветвь не может приносить плода сама по себе, если не пребывает на лозе, так и вы не можете приносить плода, если не пребываете во Мне. Я есмь лоза, а вы ветви. Кто пребывает во Мне, и Я в нем, тот приносит много плода, ибо кроме Меня не можете делать ничего. Если кто не пребывает во Мне, тот подобен ветви, которая отброшена и засохла.

Сухие ветви собирают и бросают в огонь, и они сгорают. Если пребудете во Мне, и слова Мои пребудут в вас, то просите, чего хотите, и получите. Сия есть слава Отца Моего, что вы приносите много плода: так вы будете Моими учениками. « Сия есть слава Отца Моего, что вы приносите много плода » (Ин 15, 1-8). А теперь убегите на время от своих занятий, спрячьтесь на время от своих бурных мыслей. Отбросьте тяжелые заботы, отложите трудоемкое напряжение. Обратись к Богу и немного отдохни в Нем. Войди в келью своей души, отгородись от всего, кроме Бога и того, что помогает тебе искать Его ; дверь закрыта, ищи Его. Скажи сейчас, всем сердцем, скажи сейчас Богу : « Я ищу лица Твоего, лица Твоего, Господи, я ищу его ». (Святой Ансельм).

Аллегория о виноградной лозе и ветвях

Христос – истинная лоза, мы – ветви, а Отец – виноградарь. Отец хочет, чтобы мы приносили много плода. Это нормально. Виноградарь сажает лозу и выращивает ее в надежде, что она принесет обильный плод. Когда мы начинаем бизнес, мы надеемся, что он будет прибыльным. Иисус настаивает: « Я избрал вас и поставил вас, чтобы вы шли и приносили плод, и плод ваш » (Ин. 15, 16). Вы были избраны. Бог смотрит на вас благосклонно. Через крещение вы были привиты к виноградной лозе, которая есть Христос. Вы имеете жизнь Христа, христианскую жизнь. У вас есть то, что необходимо для плодоношения: единство с Христом, потому что ветвь не может приносить плод сама по себе, если она не остается на лозе (Ин. 15, 4). Иисус ясно говорит: « Без Меня не можете делать ничего » (Ин. 15, 5).

 » Его сила только в нежности; нет большей нежности, чем эта; и нет ничего более прочного » (Св. Франциск де Салес). Сколько дел вы хотели сделать без Христа? Плод, который Отец ожидает от нас, это плод наших добрых дел, практики добродетелей. А какой союз с Христом позволит нам принести такой плод? Союз веры и милосердия, то есть пребывание в благодати Божьей. Если вы пребываете в Его благодати, то все ваши добродетельные поступки будут плодом, угодным Отцу. Это будут дела, которые Иисус Христос совершит через вас. Это будут дела Христа, которые воздадут славу Отцу и станут для вас небесами. Как достойно всегда жить в Божьей благодати! « Если кто не пребывает во Мне [через грех], тот подобен ветви, которая, будучи отброшена, засохла.

Сухие ветви бросают в огонь, и они сгорают ». Пусть Дева Мария поможет нам увеличить благодать в нас, чтобы мы могли приносить плод в изобилии во славу Отца. Господи, Боже мой, дай моему сердцу желать Тебя, желая Тебя, искать Тебя, стремясь к Тебе, найти Тебя, найдя Тебя, любить Тебя.

Диакон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Материнство (Россия) : нажмите здесь, чтобы прочитать статью  →  Даты православной Пасхи с 1800 по 2100 год 

◊ ПОСЛЕДНИЕ СОБЫТИЯ : нажмите здесь, чтобы прочитать статью  → В пятое воскресенье после Пасхе Церковь за …

♥  Живете ли вы по милости ? Милость и истина встретятся, праведность и мир расцелуются

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Vendredi de la quatrième semaine du temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 13 mai 2022

Afficher l’image source

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «  Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : «  Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? «  Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » ( Jn 14, 1-6)

La maison du Père

Interrompu par Pierre dans son discours d’adieux, Jésus le reprit avec la même tendresse pour ses disciples. Il leur eut dit  qu’il allait les quitter , ce qui les eut remplis de tristesse ; la prédiction du reniement de Pierre , qui suivait de près la déclaration que l’un d’eux le livrerait, les consternèrent ; tout devant eux fut obscurité, sujet d’inquiétude et d’angoisse, leur cœur se troubla. Jésus lut sur leurs visages ce trouble et il y compatit d’autant plus vivement que lui-même l’éprouva (Jn 12, 27). Pour les consoler, il les exhorta à la confiance et développa la magnifique perspective qu’il entrouvrit devant eux dans cette réponse à Pierre : «  Là où je vais… tu me suivras plus tard » (Jn 13, 36).

Pour saisir la force des paroles que Jésus opposa au trouble de ses disciples il importe de se souvenir que la foi est une pleine confiance du cœur. En Dieu, le Dieu de vos pères qui, accomplissant ses promesses, a fondé son royaume dans ce monde en lui donnant un Sauveur ; en moi, sur qui repose tout l’avenir de ce royaume. Cette double confiance dissipera certainement le trouble de votre cœur :  « Vous croyez en Dieu, vous croyez aussi en moi. Ce serait alors au lieu d’une exhortation, un encouragement donné aux disciples par l’affirmation de leur foi. Interprétation peu probable. » (Luther)Ce qui frappa vivement les disciples, ce fut que Jésus leur demanda d’avoir en lui la même confiance religieuse qu’ils avaient en Dieu.

Jésus parla de lui-même comme étant égal au Dieu tout-puissant, puisqu’il voulut que nous croyions en lui ainsi que nous croyons en Dieu. S’il n’était pas vrai Dieu avec le Père, cette foi serait une erreur et une idolâtrie car notre cœur ne doit placer sa foi et sa confiance qu’en Dieu seul.  Après avoir exhorté ses disciples à la confiance, Jésus voulut leur faire sentir qu’ils ne devaient pas s’affliger de son départ, puisque dans la maison de son Père où il va, il y a une place assurée pour eux : plusieurs demeures, non les tentes passagères du désert, mais des demeures permanentes, où l’on respire la paix et l’amour la communion du Père.

Impossible d’exprimer avec plus de simplicité, d’assurance et de bonheur l’idée de ce royaume éternel de Dieu, où habitent des milliers d’anges créés pour sa gloire et d’autres milliers de pécheurs sauvés, parvenus à la perfection. Et là, cependant,  il y a encore de la place. C’était là pour les disciples une pensée pleine de consolation. Cette expression : plusieurs demeures ne désigne pas des positions diverses, des degrés différents de bonheur, comme le pensent plusieurs interprètes, mais l’immensité de la miséricorde divine, grâce à laquelle il y a place pour tous dans la maison du Père.

« S’il n’y avait pas plusieurs demeures dans la maison de mon Père, je vous l’aurais dit, car je vous révèle en toutes choses la vérité et rien que la vérité ; mais cela est,  je vais vous préparer une place. »  Depuis les Pères de l’Église jusqu’à Luther, plusieurs interprètes, comprenant mal cette particule, traduisirent ainsi :  » « Si cela n’était pas, je vous aurais dit que je vais vous préparer une place » .D’autres (Weizsäcker, Lange) firent de la phrase une question : « « Si cela n’était pas, vous aurais-je dit que je vais vous préparer une place ?  » Mais il ne leur avait encore rien dit de pareil .

Après avoir affirmé l’existence de la maison du père où leur place sera préparée, Jésus ajouta, pour ses disciples, la précieuse promesse de revenir et de les prendre à lui, afin que là où il est, ils y soient aussi à toujours. Pour eux, qui aimaient leur Maître et qui étaient troublés à la pensée de son départ, c’était la suprême consolation.  Mais que signifie ce mot : Je reviendrai ? Quand  ? Comment  ?  Jésus avait dit à ses disciples où il allait et il s’était constamment présenté à eux comme le chemin, le seul médiateur entre Dieu et nous. Ils pouvaient donc savoir et le but et le chemin. La question de Pierre et l’objection de Thomas montrent que cette connaissance était encore bien obscure.

Aussi Jésus voulut-il, par cette dernière parole provoquer en eux la réflexion sur les grandes pensées qu’il exprima.  Thomas fut l’homme positif qui n’admit rien que sur des preuves évidentes et fut par là même enclin au doute, au découragement . Il interrompit Jésus par cette brusque déclaration qu’il ne connut ni le lieu où il alla ni par conséquent le chemin. Après les dernières paroles de Jésus en sut, plus qu’il ne voulut dire, mais il ne le crut pas.  La raison humaine cherche toujours au loin ce que la parole de Dieu lui présente tout près. Ainsi Marthe reléguait dans un lointain avenir l’espérance de la résurrection de son frère et Jésus lui dit : «  C’est moi qui suis la résurrection et la vie » (Jn 11, 25).

Thomas prétendit ignorer le chemin et il l’eut devant les yeux. Jésus lui répondit : « C’est moi qui suis le chemin. »  Il l’est en tant qu’il est la vérité, la révélation complète de Dieu même, la vérité que nous devons l’’approprier personnellement pour être sauvé. Il est par là même la vie, parce qu’il est pour le croyant la source unique de la vie de l’âme, de la vie éternelle  ; tellement que quiconque ne puise pas cette vie en lui demeure dans la mort. De ces prémisses résulte cette sentence absolue qui se comprend d’elle-même après de telles paroles : nul ne vient au Père que par moi.

La plupart des interprètes modernes s’accordèrent à ne pas considérer ces trois termes : chemin, vérité, vie comme coordonnés, en sorte qu’ils indiqueraient le commencement, le milieu et la fin de la foi (Luther, Calvin). Jésus est, d’une manière constante, pour le croyant, le moyen d’arriver au Père, en étant pour lui la vérité et la vie. Il l’est, sans doute, plus ou moins complètement, selon le degré de notre communion avec lui. La parole de Jésus : Vous l’avez vu, comprise par Philippe comme si Dieu pouvait exister pour lui à côté ou en dehors de Jésus,  lui inspira le désir de voir une théophanie ou révélation extraordinaire de Dieu, comme la demanda Moïse (Ex , 33.18) ; et il exprima naïvement ce désir à Jésus. Cela nous suffit, ajouta-t-il nous n’aurons plus aucun doute que le Père ne se révèle pleinement par toi.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Question  : cliquez ici pour lire l’article → Jésus est-il réellement le seul chemin vers le ciel

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article →    Vendredi de la 4e semaine de Pâques

♥ Pasteur Marc Pernot : « Jésus : le seul chemin ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS