• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 19 mai 2022

Sixth Sunday of Easter in the year C

Posté par diaconos le 19 mai 2022

 Afficher l’image source

From the Gospel of Jesus Christ according to John

At that time Jesus said to his disciples, « If anyone loves me, he will keep my word; my Father will love him, and we will come to him and make our home with him. He who does not love me does not keep my words. But the word which you hear is not from me, but from the Father, who sent me. But the Advocate, the Holy Spirit, whom the Father will send in my name, will teach you everything and make you remember all that I have said to you. I leave you peace, I give you my peace; I do not give it to you in the way of the world. Do not let your hearts be troubled or frightened. You have heard what I have said to you: I am going away and I am coming back to you. If you loved me, you would rejoice, for I am going to the Father, for the Father is greater than I. I have told you these things now, before they happen, so that when they happen you will believe. (Jn, 14, 23-29)

To keep the Word of Jesus is to abide in it

Jesus proclaimed one of those profound truths that contain treasures of consolation and hope. To keep his word is to abide in it, to make it the element of your inner life, to practice it in all your conduct. Jesus answered him : « If anyone loves me, he will keep my word, and my Father will love him; and we will come to him and make our home with him. He who does not love me does not keep my words. And the word that you hear is not from me, but from the Father who sent me. (Jn 14, 23-24) Whoever lives by this word has eternal life: he will never see death. For Jesus, the death of the body is not death but sleep. Jesus said to them, : « Go away, for the girl is not dead, but asleep. And they laughed at him » (Med 9, 4), the passage to the fullness of life. True, complete death is that of the soul, its separation from God, and such a death is impossible for the one who possesses eternal life in God.

The Jews, taking the word « death » in a purely material sense, consolidated their insulting opinion that Jesus was mad, that he spoke under the influence of a demon. The greatest men of God: « Abraham, the prophets were dead; and you claim to have the power to exempt from death! Who do you claim to be? Jesus replied to those who accused him of exalting himself to the point of claiming to deliver from death : « If I, I alone, glorify myself, that glory is vain; but I draw it all from my unity with my Father. It is he of whom you say, ‘He is our God who glorifies me. If he were truly your God, you would have believed in me; but your opposition has contradicted your words. »

In spite of the revelation of God in his Word, they were in this deep ignorance, because of their moral blindness. But Jesus knew this and kept his word, for he was with him in complete unity of will and love. It was from this character that the Jews had to recognise the divine truth of his words. Indignant at their resistance to this truth, Jesus reminded them of the spirit of falsehood which was the cause of it and which he had already pointed out to them : « It is written in your law that the testimony of two men is true. (Jn 8, :17) Jesus, after having justified himself from the reproach of glorifying himself, addressed the question put by the Jews : « Are you greater than Abraham ? »  Jesus answered : « Yes, I am, » since he was the object of that patriarch’s hope and joy. The event after which Abraham sighed, and which Jesus called my day, could only be the appearance of the Saviour on earth to accomplish the redemption of the world : « He said to the disciples: The days will come when you will desire to see one of the days of the Son of Man, and you will not see him. » (Lk 17, 22)

But when did Abraham leap in hope to see this day of Christ? And when did he see it and rejoice? For it was these two successive joys that Jesus attributed to Abraham. The Fathers of the Church and the Reformers generally related this fact to Abraham’s life on earth and explained it by his faith in God’s promises, or by a prophetic vision : « In faith they all died, not having obtained the things promised; but they saw them and greeted them from afar, recognising that they were strangers and sojourners on the earth. (Heb 11, 13) From the fact that Abraham saw the day of Christ, it seemed to follow that Christ must have seen Abraham, that is, must have existed two thousand years before his time. How absurd for Jews !

lthough Jesus was only thirty or so years old, the Jews said, : « You are not yet fifty years old, » in order to be sure that they were older than He was in their estimation. They meant to say : « , « You are not yet an old man. From the age of twenty-five years and upwards, every Levite shall enter the service of the Tent of Meeting to perform an office. From the age of fifty years he shall go out of office, and shall serve no more (Num 8, 24-25) Becoming belongs to everything that is created; absolute, eternal being belongs to God alone, and it is in this sense that Jesus Christ spoke here. They understood. Faced with this answer, the only thing left for the Jews to do was to worship, … or to stone him. Jesus hid himself in the crowd around him, where his disciples

But when did Abraham leap in hope to see this day of Christ? And when did he see it and rejoice ? For it was these two successive joys that Jesus attributed to Abraham. The Fathers of the Church and the Reformers generally related this fact to Abraham’s life on earth and explained it by his faith in God’s promises, or by a prophetic vision : « In faith they all died, not having obtained the things promised; but they saw them and greeted them from afar, recognising that they were strangers and sojourners on the earth. (Heb 11, 13) From the fact that Abraham saw the day of Christ, it seemed to follow that Christ must have seen Abraham, that is, must have existed two thousand years before his time. How absurd for Jews !

Although Jesus was only thirty or so years old, the Jews said : « You are not yet fifty years old » in order to be sure that they were older than He was in their estimation. They meant to say :  « You are not yet an old man. From the age of twenty-five years and upwards, every Levite shall enter the service of the Tent of Meeting to perform an office. From the age of fifty years he shall go out of office, and shall serve no more (Num 8, 24-25) Becoming belongs to everything that is created; absolute, eternal being belongs to God alone, and it is in this sense that Jesus Christ spoke here. They understood. Faced with this answer, the only thing left for the Jews to do was to worship, … or to stone him. Jesus hid himself in the crowd around him, where his disciples.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊  Clare on Line : click here to read the post  →  SIXTH SUNDAY OF EASTER – YEAR C 

◊ St John Vianney Catholic Church   click here to read the post  →  Sixth Sunday of Easter- Yeae C

♥ Holy Cross Vocations

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole

Posté par diaconos le 19 mai 2022

« Afficher l’image source

Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. » (Jn 14,23) – Jésus nous promet que Dieu viendra habiter au cœur des personnes qui l’accueillent et croient en lui. Autrement dit, il ne sera reconnu comme présent que par les gens  qui l’aiment vraiment. Dans notre monde actuel, on admire Jésus comme modèle, on a rien contre lui mais on le laisse de côté en professant :  » Je suis croyant non pratiquant » C’est tout aussi absurde que de dire : « ’ai faim mais je ne mange pas. »

Jésus est bien vivant et il agit toujours dans le monde. Son message devrait nous faire réfléchir. Le Christ affirme être présent par les vrais croyants en qui il demeure : « « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole. Entre les personnes qui s’aiment, il y a écoute, dialogue, parole, communication. Rien de pire dans un couple, que de ne pas écouter, de ne pas parler. La communication permet l’adaptation. Elle est indispensable pour vivre ensemble ! Si on parle à l’autre, on peut s’ajuster, connaître ses nouveaux désirs et y répondre.

Les paroles de Jésus sont Paroles d’Amour. Les gestes ne suffisent pas : un sacrement n’est valide que s’il y a eu un geste (eau du baptême) et une parole (je te baptise). En amour c’est pareil ! À chacun de trouver ces paroles heureuses qui jaillissent du cœur. Jésus nous parle d’une Parole à laquelle on est fidèle, d’une parole mise en pratique : « Aimez- vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Jésus nous parle d’une Parole qui, étant vécue, le rend réellement présent :  « Quiconque accueille un de ces petits m’accueille » (Mt 18,5). La présence du Christ ressuscité et vivant cela peut se voir concrètement dans la vie des vrais disciples. Pour ce faire, conduisons-nous en amis de Jésus, le Christ, par le témoignage de notre vie obéissante aux appels du Père. Conduisons- nous en amis de Dieu par un véritable amour fraternel les uns pour les autres, par une prière qui manifeste notre joie de passer du temps avec notre ami.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊   Paroisse Notre Dame du chêne   : cliquez ici pour lire l’article → Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole

◊ Jérôme Jean  : cliquez ici pour lire l’article →  Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole

♥ Aimer Jésus comme Jésus aime

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Jeudi de la cinquième semaine du temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 19 mai 2022

Afficher l’image source

DE l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «  Comme le Père m’a aimé,  moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » (Jn 15, 9-11)

Gardez la Parole de Jésus, c’est y demeurer

Jé­sus pro­clama une de ces vé­ri­tés pro­fondes qui ren­ferment des tré­sors de conso­la­tion et d’es­pé­rance. Garder sa parole, c’est y demeurer, en faire l’­élé­ment de votre vie in­té­rieure, la pra­ti­quer dans toute votre conduite : « « Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. » (Jn 14, 23-24) Qui­conque vit de cette pa­role, pos­sède la vie éter­nelle : il ne verra jamais la mort. Pour Jé­sus la mort du corps n’est pas la mort mais un som­meil. Jésus leur  dit : « Retirez-vous ; car la jeune fille n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui » (M 9, 24),  le pas­sage à la plé­ni­tude de la vie. La mort vraie, com­plète, est celle de l’âme sa sé­pa­ra­tion d’a­vec Dieu, or une telle mort est de­ve­nue im­pos­sible pour ce­lui qui pos­sède en Dieu la vie éter­nelle.

Les Juifs, pre­nant le mot de mort dans un sens pu­re­ment ma­té­riel, s’af­fer­mirent dans leur opi­nion in­ju­rieuse que Jé­sus fut fou, qu’il parla sous l’in­fluence d’un démon. Les plus grands hommes de Dieu :  « Abraham, les prophètes furent morts ; et toi, tu pré­tends avoir la puis­sance d’exemp­ter de la mort ! Qui prétends-tu être ?  Jé­sus ré­pondit à ceux qui l’ac­cusèrent de s’é­le­ver lui-même jus­qu’à pré­tendre dé­li­vrer de la mort : «  Si c’est moi, moi seul, qui me glorifie, cette gloire est vaine ; mais je la puise tout en­tière dans mon unité avec mon Père  . Ce fut lui, dont vous dirent : ill est notre Dieu, qui me glorifie. S’il fut vrai­ment votre Dieu, vous crurent en moi ; mais votre opposition eut contre­dit vos pa­roles. « 

Mal­gré la ré­vé­la­tion de Dieu dans sa Pa­role, ils furent dans cette pro­fonde igno­rance, à cause de leur aveu­gle­ment mo­ral. Mais Jé­sus le connut et il garda sa parole, car il fut avec lui dans une com­plète unité de vo­lonté et d’a­mour. Ce fut à ce ca­rac­tère que les Juifs durent re­con­naître la vé­rité di­vine de ses pa­roles. In­di­gné de leur ré­sis­tance à cette vé­rité, Jésus leur rap­pela l’es­prit de mensonge qui en fut la cause et qu’il leur eut déjà si­gnalé : « Et il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai.  » (Jn 8, 17) Jé­sus, après s’être jus­ti­fié du re­proche de se glo­ri­fier lui-même, aborda la ques­tion po­sée par les Juifs : « Es-tu plus grand qu’A­bra­ham ? « Jésus répondit : «  Oui, je le suis »  puisque il fut l’ob­jet de l’es­pé­rance et de la joie de ce pa­triarche.

L’é­vé­ne­ment après le­quel sou­pi­ra Abra­ham, et que Jé­sus ap­pela mon jour, ne put être que l’ap­pa­ri­tion du Sau­veur sur la terre, pour ac­com­plir la ré­demp­tion du monde :  « Et il dit aux disciples: Des jours viendront où vous désirerez voir l’un des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point.  » (Lc 17, 22) Mais quand fusse qu’A­bra­ham eut tressailli dans l’es­pé­rance de voir ce jour de Christ ? Et quand le vit-il et s’en fut réjoui ? Car ce furent ces deux joies suc­ces­sives que Jé­sus attribua à Abraham. Les Pères de l’Église et les ré­for­ma­teurs rapportèrent gé­néra­le­ment ce fait à la vie d’A­bra­ham sur la terre et l’ex­pliquèrent par sa foi aux pro­messes de Dieu, soit par une vi­sion pro­phé­tique : « C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.  » (He 11, 13)

De ce qu’A­bra­ham vit le jour de Christ, il pa­rut ré­sul­ter que Christ eut dû voir Abraham, c’est-à-dire avoir existé deux mile ans avant son temps. Quelle ab­sur­dité pour des Juifs ! Bien que Jé­sus n’eût que trente et quelques an­nées, les Juifs dirent :   »Tu n’as pas encore cinquante ans », afin d’être sûrs de dé­pas­ser son âge dans leur es­ti­ma­tion. Ils voulurent dire :  « Tu n’es pas en­core un vieillard «   Voici ce qui concerne les Lévites. Depuis l’âge de vingt-cinq ans et au-dessus, tout Lévite entrera au service de la tente d’assignation pour y exercer une fonction. Depuis l’âge de cinquante ans, il sortira de fonction, et ne servira plus.  (Nb 8, 24-25)

Le devenir ap­par­tient à tout ce qui est créé ; l’être ab­solu, éter­nel, ap­par­tient à Dieu seul, et c’est dans ce sens que Jé­sus-Christ parla ici. Ils com­prirent. De­vant cette ré­ponse, il ne res­ta aux Juifs qu’à ado­rer, ou à la­pi­der . Jé­sus se cacha dans la foule qui l’en­tou­ra et où ses dis­ciples purent fa­ci­li­ter son éva­sion. Ainsi il sortit du temple pour se sous­traire aux des­seins meur­triers de ses en­ne­mis. C’est ici le terme de la lutte la plus vio­lente que Jé­sus eut à sou­te­nir en Ju­dée.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur  Internet

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →  Jeudi de la 5e semaine de Pâques

◊  La Croix    : cliquez ici pour lire l’article →  Jeudi de la 5e semaine du temps pascal (Jn 15, 9-11)

♥ Esther Bota Tshinkola : « Comment suivre Jésus ? »

Image de prévisualisation YouTube.

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS