• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 mai 2022

Ascension du Seigneur — Solennité

Posté par diaconos le 21 mai 2022

Afficher l’image source

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur dit : «  Il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. à vous d’en être les témoins.  Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut. » Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu. (Lc 24, 46-53)

Vocation des disciples

Jésus ouvrit les Écritures à ses disciples ; il ouvrit aussi leur entendement pour les comprendre ; double action toujours nécessaire.  Jésus en appela une dernière fois à l’autorité des Écritures, pour faire comprendre aux disciples la nécessité divine de tout ce qui lui arriva et pour leur révéler l’avenir de son règne et la vocation qu’ils auront à y remplir. Ils devront prêcher en son nom la repentance et la rémission des péchés. C’est là au fond tout l’Évangile dans son application à l’homme pécheur et perdu  ; et cet Évangile devra être annoncé à toutes les nations, en commençant par Jérusalem, la ville coupable, car ce point de départ et cette extension du règne de Dieu étaient annoncés aussi dans les Écritures  (Ps 110. 2 ; Is 2, 3 ;Ac 1, 8).

Ces choses, dont les disciples furent les témoins,  eurent tous les grands faits évangéliques désignés auparavant  ; mais, pour devenir capables de rendre ce témoignage, il fallait d’abord que les disciples virent s’accomplir en eux la promesse du Père, ou qu’ils furent revêtus de la puissance du Saint-Esprit.  Jésus ordonne expressément à ses disciples d’attendre à Jérusalem ce secours puissant.  Luc raconte l’ascension de Jésus. Ce fut au terme des quarante jours, quand Jésus assembla ses disciples pour les rendre témoins de son ascension, qu’il leur adressa la plupart des instructions. II leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, leur fit la promesse du Saint-Esprit (Ac 1.4-5), leur confia la mission d’être ses témoins, à Jérusalem d’abord et ensuite parmi toutes les nations.

Jésus, conduisit ses disciples hors de la ville sur le mont des Oliviers et là, étendant ses mains, il les bénit ; et pendant qu’il les bénissait, il fut élevé au ciel. Les disciples s’en retournent à Jérusalem avec une grande joie. Et ils s’assemblèrent fréquemment, louant et bénissant Dieu.  Hors de la ville.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊   Liturgie et sacrements ; cliquez ici pour lire l’article →  L’Ascension du Christ

◊ Notre Dame de la Croix   Solennité de l’Ascension 

♥ Signification de l’ascension de Jésus

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Шестое воскресенье пасхального периода года C

Posté par diaconos le 21 mai 2022

Afficher l’image source

Любить как Иисус

Из Евангелия Иисуса Христа от Иоанна

В те дни Иисус сказал Своим ученикам : « Если кто любит Меня, тот соблюдет слово Мое; и Отец Мой возлюбит его, и мы придем к нему и обитель у него сотворим ». Кто не любит Меня, тот не хранит слов Моих. Слово же, которое вы слышите, не от Меня, но от пославшего Меня Отца. Так говорю Я вам, пока живу с вами; но Наблюдатель, Дух Святый, Которого пошлет Отец во имя Мое, научит вас всему и напомнит вам все, что Я говорил вам.

Мир оставляю вам, мир Мой даю вам; не по пути мира даю вам его. Сердце ваше не поколеблется и не устрашится. Вы слышали, что Я сказал вам : Я ухожу и прихожу к тебе снова. Если бы вы любили Меня, то радовались бы, что Я иду к Отцу, ибо Отец больше Меня. Сие сказал Я вам ныне, прежде нежели сбудется, дабы, когда сбудется, вы поверили ». (Иоанна 14, 23-29)

Соблюдение слова Иисуса означает пребывание в Нем

Иисус провозгласил одну из тех глубоких истин, которые несут в себе сокровища утешения и надежды. Хранить Его слово означает пребывать в нем, сделать его частью своей внутренней жизни и практиковать его во всем своем поведении: « Иисус сказал ему в ответ: если кто любит Меня, тот соблюдет слово Мое, и Отец Мой возлюбит его; и мы придем к нему и поселимся у него ». Кто не любит Меня, тот не хранит слов Моих. И слово, которое вы слышите, не от Меня, но от пославшего Меня Отца ». (Иоанна 14, 23-24)

Кто живет по этому слову, тот имеет жизнь вечную  : он никогда не увидит смерти. Для Иисуса смерть тела – это не смерть, а сон. Иисус сказал им : « Отойдите, ибо девица не умерла, но спит. И насмехались над Лу » (Мф 9, 24), переход в полноту жизни. Истинная, полная смерть – это смерть души, ее отделение от Бога, и такая смерть стала невозможной для того, кто обладает вечной жизнью в Боге.

Иудеи, воспринимавшие слово смерть в чисто материальном смысле, подтвердили свое оскорбительное мнение о том, что Иисус был безумен и говорил под влиянием беса. Величайшие мужи Божьи говорили : « Авраам, пророки были мертвы, а ты утверждаешь, что имеешь власть избавлять от смерти! За кого вы себя выдаете ? «  Иисус ответил тем, кто обвинял Его в том, что Он возвеличивает Себя, утверждая, что избавляет от смерти «  Если Я, Я один хвалюсь, то слава сия тщетна; но Я черпаю ее всецело из единения с Отцом Моим ». Это Он, о Котором вы говорите : « Он Бог наш, прославляющий Меня ». Если Он действительно был вашим Богом, то вы верили в Меня ; но ваше противоречие противоречит вашим словам.

Несмотря на Божье откровение в Его Слове, они пребывали в глубоком неведении из-за своей нравственной слепоты. Но Иисус узнал их и остался верен своему слову, потому что был с Ним в полном единстве воли и любви. Именно благодаря этому характеру иудеи должны были признать божественную истину Его слов. Возмущенный их сопротивлением этой истине, Иисус напомнил им о духе лжи, который был ее причиной и на который Он уже указывал им : « В законе вашем написано, что свидетельство двух человек истинно.  » (Ин 8:17) Оправдавшись за обвинения в самовозвеличивании, Иисус ответил на вопрос, заданный иудеями: « Ты больше Авраама?

Иисус ответил: « Да, Я есмь », поскольку Он был предметом надежды и радости этого патриарха. Событием, которого жаждал Авраам и которое Иисус назвал моим днем, могло быть только появление Спасителя на земле, чтобы завершить искупление мира: « Он сказал ученикам: придут дни, в которые вы пожелаете увидеть один из дней Сына Человеческого, и не увидите Его ».  (Лк 17, 22)   Но когда же Авраам вскочил в надежде увидеть этот день Христа ? А когда он увидел его и возрадовался этому ? Ведь именно эти две последовательные радости Иисус приписал Аврааму. Отцы Церкви и реформаторы обычно связывали этот факт с земной жизнью Авраама и объясняли его верой в обетования Божьи или пророческим видением : « В вере все они умерли, но не получили обещанного; но видели его вдали, и приветствовали его, и познали, что они странники и скитальцы на земле.  » (Евр. 11, 13)

Из того, что Авраам видел день Христа, следует, что Христос должен был видеть Авраама, то есть должен был существовать за два тысячелетия до его времени. Какой абсурд для евреев! Хотя Иисусу было всего тридцать с небольшим лет, иудеи говорили: « Тебе еще нет пятидесяти лет », чтобы убедиться, что они превзойдут его возраст в своей оценке. Они хотели сказать: « Ты еще не старик. « Вот что касается левитов. С двадцати пяти лет и старше каждый левит должен вступать в служение при скинии и занимать там должность. С пятидесяти лет он должен оставить должность и больше не служить (Числ. 8:24-25).

Становление принадлежит всему сотворенному; абсолютное, вечное бытие принадлежит только Богу, и именно в этом смысле говорил здесь Иисус Христос. Они поняли. Перед лицом такого ответа у иудеев не было выбора: либо поклониться, либо побить камнями. Иисус спрятался в толпе, которая окружала Его, и где Его ученики могли облегчить Его побег. Таким образом, он покинул храм, чтобы избежать убийственных планов своих врагов. Это конец самой ожесточенной битвы, с которой Иисусу пришлось столкнуться в Иудее.

Дьякон Michel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты в Интернете

◊   Иерей Иоанн Чурин  :  нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Шестое воскресенье после Пасхи – Неделя о слепом

◊  Armedia  :  нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Шестое воскресенье Великого Поста: Воскресенье о …

♥ Видеозапись Что означает в духовном слова Иисуса(то что входит в ваши уста не окверняет вас ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Jésus nous enseigne comment nous devons prier

Posté par diaconos le 21 mai 2022

Afficher l’image source

Enseignement sur la prière chrétienne

# La prière chrétienne est un échange avec Dieu, fondé sur la Bible. Selon le Nouveau Testament, le croyant peut parler à Dieu comme à un père, « au Nom du Seigneur Jésus-Christ ». La prière chrétienne se réalise seul, en groupe, en tout lieu et en tout temps. Elle prend différentes formes selon les Églises. Le Notre Père est la prière commune à tous les chrétiens, directement tirée des évangiles (Matthieu, 6: 9-13 et Luc, 11: 2-4), et enseignée par Jésus à ses premiers disciples. La prière qui s’appuie sur les promesses de la Bible est un acte fondamental de la foi chrétienne, vécue comme une action de Grâce et de communion avec Dieu, une communion d’esprits entre Dieu et les siens1.

C’est Dieu le Père que le croyant prie «au Nom du Seigneur Jésus-Christ». Dans la Bible, Jésus a parfois associée la prière à la méditation, des lectures de textes bibliques, au jeûne et à des veilles. Elle est effectuée de façon individuelle ou communautaire, en tout lieu et à l’église, en position assise, debout, couchée ou à genoux. Dans les Églises catholiques et orthodoxes la prière est faite à Dieu le Père, à Jésus Christ son Fils, au Saint Esprit, et les prières adressées aux Saints et à la Vierge Marie5 sont dites des prières d’intercession.

Il est demandé à la communauté des saints, ou à la Sainte Vierge Marie, Reine des Saints, de prier la Sainte Trinité pour celui qui lui demande son intercession. Les catholiques et orthodoxes ne prient pas de la même manière Dieu le Père, Jésus le Fils et le Saint Esprit, que les saints ou la Vierge Marie. Ils prient Le Père, Jésus ou l’Esprit Saint comme Dieu, et les saints ou la Sainte Vierge comme une personne qui, parce qu’il est ou elle est tout(e) proche de Dieu, pourra intercéder.

Cette distinction n’est pas toujours visible ou comprise de prime abord. La prière à la communion des saints est une spécificité de la foi chrétienne catholique et chrétienne orthodoxe. L’utilisation d’objets de cultes (crucifix, icônes, chapelets, statues, etc.) est courante mais pas obligatoire. Les cultures et les milieux sociaux ont également une grande influence sur les manières de prier. Elles s’appuient sur des liturgies précises et selon des rites particuliers (signe de croix avec les mains, génuflexion, prosternation…

Dans le protestantisme, la prière est adressée à Dieu seul, au nom de Jésus . Dans la Communion anglicane et dans certaines Églises méthodistes, le Livre de la prière commune est utilisé comme guide de prière. Dans les églises catholiques, orthodoxes et protestantes, des moines peuvent consacrer leur vie exclusivement à la prière. Dans le christianisme évangélique, les miracles et la guérison par la foi sont possibles avec la foi et la prière, par le Saint-Esprit18. Le biblicisme fait en sorte que les miracles décrits dans la bible sont encore d’actualité et peuvent être présents dans la vie du croyant.

De l’évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »  (Mt 6, 7-15)

Jésus enseigna l’efficacité de la prière

Luc assigna à la prière du Seigneur une place tout autre que Matthieu. Selon ce dernier, elle fait partie du sermon sur la montagne, tandis que, d’après Luc, elle fut enseignée plus tard à la demande expresse d’un disciple. Un grand nombre d’excellents exégètes (Calvin, Ebrard, de Wette, Olshausen, Neander, Godet) en conclurent que Matthieu, selon son habitude de grouper certains enseignements homogènes de Jésus, avait introduit cette prière dans le discours sur la montagne. Dans ces instructions sur les diverses manifestations de la piété, l’aumône, la prière, le jeûne, après avoir condamné les prières hypocrites, faites avec ostentation et en usant de vaines redite, Jésus ajoutât : « Vous, mes disciples, priez ainsi « Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié… » et que, au milieu de la foule qui l’entourait, les yeux levés vers le ciel, il prononçât d’un ton pénétré cette prière si profonde dans sa simplicité, si riche dans sa brièveté.

Tholuck, Meyer, Stier, Gess et d’autres virent une confirmation de leur opinion dans le fait que Matthieu seul conserva dans sa plénitude ce modèle de prière. Jésus enseigna l’efficacité de la prière, soit par des analogies, soit par des contrastes, comme dans la parabole . Cette parabole renferme à la fois une promesse et une exhortation. La promesse pourrait se traduire ainsi : « Si un homme, par pur égoïsme et pour se délivrer d’un solliciteur, lui accorde sa demande, même au temps le plus inopportun (minuit), combien plus Dieu, qui connaît tous vos besoins et qui est amour ! « 

Quant à l’exhortation, c’est le solliciteur lui-même qui la fit entendre par son exemple : « Puisque, dans les circonstances les plus défavorables, mais pressés par vos besoins, vous ne craignez pas d’importuner avec insistance un homme que vous savez si peu généreux, pourquoi ne faites-vous pas de même envers Dieu qui, dans sa miséricorde infinie, est toujours prêt à vous accorder bien au-delà de toutes vos prières. « Demandez, cherchez, heurtez, c’est là ce que fit fait l’homme de la parabole ; il vous sera donné, vous trouverez, il vous sera ouvert, telle fut son expérience ; combien plus certainement sera-ce la vôtre auprès de Dieu !

Dieu exauce la prière. Parmi les dons que l’enfant demanda à son père, Matthieu ne désigna que du pain et un poisson : c’étaient les provisions que l’on prenait d’ordinaire pour le voyage. À ces trois aliments furent opposés : une pierre, cruelle ironie ; un serpent, très dangereux ; un scorpion plus nuisible encore. Qui est le père qui répondra par de tels dons à la demande de son enfant ? Cette question devient plus frappante quand, à la place d’un père quelconque, Jésus nomma le Père céleste. Quel contraste avec la bonté et l’amour du Père qui est du ciel !

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux  : cliquez ici pour lire l’article → Jésus rend libre

Liens avec d’autres sites web chrétiens

 ◊ Un message d’amour : cliquez ici pour lire l’article →  L’efficacité de la prière

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article → Samedi de la 5e semaine de Pâques

♥ Jérémy Sourdril : « Apprendre à prier »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Prières, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Samedi de la cinquième semaine du Temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 21 mai 2022

Afficher l’image source

Le serviteur n’est pas plus grand que son maître

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «  Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite. un serviteur n’est pas plus grand que son maître.Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. » (Jn 15, 18-21)

La haine du monde

Quel douloureux contraste ! À tant d’amour de la part de Jésus, le monde répondit par la haine qu’il nourrit contre lui et contre ses disciples. Jésus le constata avec tristesse, à diverses reprises (Jn 7, 7 ; Jn 15, 24 ; Jn 17, 14). Il voulut que ses disciples le constatèentt, afin que, quand ils eurent à souffrir de cette haine du monde, ils se rappelèrent qu’elle fut le partage de Jésus dont la charité égalait la sainteté et qu’ainsi ils fussent préservés du découragement et du doute.  Jésus indiqua à ses disciples la raison toute naturelle de cet étrange phénomène dont il leur parla : « Si vous étiez du monde, si vous en aviez les principes et l’esprit, il vous aimerait, parce que vous seriez à lui, mais, parce que (grec) je vous ai choisis hors du monde, tirés de son sein et soustraits à sa domination, pour vous attirer à moi et faire de vous ma propriété, il vous hait. »

Ce fut,Liens avec d’aures sites web chrétienspour les disciples, une consolation de savoir qu’ils n’appartenaient plus à ce monde qui allait crucifier le Saint et le Juste, mais tout entiers à  Jésus. « Puisque le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, les disciples ne doivent pas s’attendre à éviter les persécutions que leur Maître a endurées, il les en prévient, afin qu’ils ne soient pas découragés quand elles se produiront (Jn 16, 1-4). Le monde ennemi de Dieu n’est jamais toute notre humanité ; son opposition violente contre l’Évangile ne se manifeste pas partout de la même manière absolue. Il reste toujours un vaste champ où les disciples peuvent répandre la parole de vie avec la certitude de rencontrer des âmes qui la garderont.

Publié dans Catéchèse, Histoire, L'Église, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS