• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 29 mai 2022

Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?

Posté par diaconos le 29 mai 2022

Afficher l’image source

De l’Évangile selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit dès le matin afin  d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée : un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire. Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.” Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?” Ils lui répondirent : “Parce que personne ne nous a embauchés.”

Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.” Le soir venu le maître de la vigne dit à son intendant : “Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.” Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’un denier. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir d’avantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.

En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : “Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !” Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?

Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens  ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?” C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. (Mt 20, 1-16)

Propriétaire qui embauche des travailleurs pour sa vigne

Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit au petit jour afin d’embaucher des ouvriers pour ses vignes. Le propriétaire du domaine se mit d’accord avec eux sur un salaire d’une pièce d’argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne. Il en engagea d’autres vers neuf heures,  vers midi et vers dix-sept heures. Le soir venu, le propriétaire du domaine rassembla ses ouvriers ; il remit à chacun un denieren commençant par les derniers pour finir par les premiers. Les premiers embauchés récriminèrent contre le maître du domaine : «  Ces derniers venus n’ont fait qu’une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur ! «  Le propriétaire du domaine répondit à l’un d’entre eux : « Mon ami, je ne te fais aucun tort. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ? » 

Note  Au temps de Jésus (à Jérusalem), une pièce d’argent équivalait à un peu moins que quatre deniers. Sous Tibère, un soldat des cohortes de vigiles, à Rome, gagnait 150 deniers par an (plus les primes) : son salaire journalier valait 0,411 denier. Donc le salaire reçu par chaque ouvrier de la parabole correspond à environ dix jours de salaire d’un de ces soldats !

°°°°°°°°°°

Catéchèse  Dieu nous parle toujours personnellement à travers les paraboles, à chaque fois que nous les lisons dans la prière Il nous fait découvrir quelque chose de nouveau. Dans cette parabole (histoire) qu’il nous raconte, Jésus fit une comparaison entre différents groupes de travailleurs. Comme tant d’autres cette histoire nous parle du Royaume des cieux. Chacun des groupes de travailleurs représente dans ce texte une nation ou une classe sociale. Certains reçurent la parole de Dieu depuis longtemps. Ainsi en fut-il des premiers ancêtres du peuple de Dieu  (Genèse au chapitre 12 : Abraham et  son peuple). Au cours des années, Dieu appela d’autres à travailler pour son Royaume.

Dans cette parabole, le propriétaire de la vigne se préoccupa des chômeurs : plusieurs fois dans la journée il alla en engager pour travailler dans son vignoble. Sa préoccupation fut qu’ils furent suffisamment payés pour assurer une vie décente à leur famille. La justice de Dieu se conforme aux besoins des personnes.

lwf0003web.gif

Aimes-tu dessiner ?

 * Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  •  Souhaites-tu montrer tes dessins dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.                                  

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Idées-Caté : cliquez ici pour lire l’article →  Parabole des talents

◊ KT42  : cliquez ici pour lire l’article → Caté, diaporama, BD : La parabole des talents

♥ La parabole des talents

Image de prévisualisation YouTube

 Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire.  Éditer cet article

 

 

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Lundi de la septième semaine du temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 29 mai 2022

Afficher l’image source

Jésus dit : « Recevez l’Esprit Saint »

# Paraclet, du latin paracletus, est un néologisme forgé par Jérôme de Stridon dans la traduction en latin de l’Évangile de Jean. Appliqué à l’Esprit Saint, ce mot a le sens de défenseur, d’intercesseur de consolateur. Le péché contre la présence de Dieu qui nous protège nous prive de la miséricorde de Dieu. Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.

 Celui qui console existe aussi dans la tradition juive, et il est assimilé au Messie. Paraclet est un titre donné par certains musulmans à Mahomet. Il fait allusion au texte de l’Évangile selon Jean conformément au principe coranique d’une annonce de la venue de Mahomet dans les textes chrétiens. Ce principe d’annonce dans les textes chrétiens est, entre autres, exprimé dans la sourate VII, au verset 157 : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit mentionné chez eux dans la Torah et l’Évangile.». Cette association au paraclet évangélique apparaît avant le milieu du IIe siècle de l’hégire8. La question de l’assimilation de Mahomet au Paraclet est présente et a été réfutée dans le dialogue entre Timothée Ier et le calife al-Mahdi.

 Selon l’exégèse autorisée des écrits saints baha’is par le Gardien de la Cause de Dieu (Valí ‘Amr’ulláh) Shoghi Effendi Rabbání (1897-1957), les allusions bibliques au Mont Paran12 et au Paraclet13 font référence à la révélation du prophète de l’islam.  Dans le spiritisme Le paraclet est l’un des Esprits dont les déclarations reçues lors de séances spirites sont signées ‘L’Esprit de Vérité.’ Plusieurs de ces déclarations sont rapportées dans l’Évangile selon le spiritisme Montanus (vers 173) affirma être l’organe en extase du paraclet. Selon lui, le Paraclet serait différent du Saint-Esprit qui serait descendu sur les apôtres

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, les disciples de Jésus lui dirent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n’as pas besoin qu’on t’interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. « Jésus leur répondit : «  Maintenant vous croyez ! Voici que l’heure vient – déjà elle est venue où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. » Je vous ai parlé ainsi, afin qu’en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde. » (Jn 16, 29-33)

Recevez l’Esprit Saint

Le jour de la Pentecôte, se mena à bien l’accomplissement de la promesse faite par le Christ aux Apôtres. Le même soir du jour de Pâques Il répandit sur eux son souffle et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20, 22). La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte renouvela et apporta à sa plénitude ce don de façon solennelle et avec des manifestations externes. Ainsi culmine le mystère pascal. L’Esprit que Jésus transmit créa dans le disciple une nouvelle condition humaine et un sens d’unité.

Lorsque l’orgueil de l’homme s’éleva jusqu’à se dresser contre Dieu en voulant édifier la tour de Babel, Dieu confondit les langages et ils ne purent plus se faire comprendre les uns aux autres. À la Pentecôte il arriva juste le contraire: par la grâce de l’Esprit Saint, les Apôtres furent compris par des gens d’origine et langages le plus divers. L’Esprit Saint est le Maître intérieur qui amena le disciple vers la vérité, qui le poussa à faire le bien, qui le consola dans sa douleur, qui le transforma intérieurement, et lui donna une nouvelle force et capacité.

Le premier jour de la Pentecôte de l’ère chrétienne, les Apôtres étaient réunis en compagnie de Marie, et ils priaient. Le recueillement, l’attitude priante est tout à fait indispensable pour recevoir l’Esprit Saint : « Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux » (Ac 2, 2-3).

Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint, et se mirent à prêcher courageusement. Ces hommes effrayés s’étaient transformés en courageux prédicateurs qui ne craignaient prison, ni torture, ni martyre. C’est normal ; la force de l’Esprit Saint était avec eux. L’Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, c’est l’âme de mon âme, la vie de ma vie, l’être de mon être; c’est mon sanctificateur, l’hôte de mon intérieur le plus profonde. Pour arriver à la maturité dans la vie de foi il faut que notre rapport avec Lui soit chaque fois plus conscient, plus personnel.

Dans cette célébration de la Pentecôte ouvrons à deux battants les portes de notre intérieur. Seigneur, Jésus-Christ, tu es venu pour nous réconcilier avec le Père, pour faire de nous des fils adoptifs et alors, unis à lui, nous pourrons nous écrier avec lui :   »Abba, Papa ». Prenons le temps de venir jusqu’à Jésus et lui demander, dans une prière, de nous laisser accueillir l’Esprit Saint qu’il nous as promis.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Communauté de l’Emmanuel  : cliquez ici pour lire l’article → Qui est l’Esprit Saint ?

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 7e semaine de Pâques 

♥ Samuel Grondin : « Le Saint-Esprit intercède avec des soupirs inexprimables »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Septième dimanche de Pâques dans l’année C

Posté par diaconos le 29 mai 2022

Peut être une image de 1 personne et texte

De l’Évangile selon Jean

« Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un: moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

« Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu’ils aient en eux l’amour dont tu m’as aimé, et que moi aussi, je sois en eux » (In 17, 20-26)

Auteur  +PÈRE MARIE LANDRY C +MPS

Marie, mène-moi à ton fils Jésus. Toi qui n’as mis aucune barrière à l’amour du Seigneur pour toi, aide-moi à vivre de cet amour. Seigneur Jésus, vis en moi !

Dialogue entre Jésus et  son Père

Aujourd’hui, nous assistons à un dialogue agité et attendrissant entre Jésus et son Père dans lequel tous les chrétiens, et au fond, tous les hommes sont impliqués. Il fait partie de la « prière sacerdotale de Jésus ». Quel exemple si éloquent! Jésus qui est Dieu, parle avec son Père-Dieu, Jésus Homme lève les yeux au Ciel. Nous avons, nous tous, tellement besoin de lever nos yeux au Ciel !  « «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi» (Jn 17,20): là c’est de nous qu’il s’agit ; les chrétiens de tous les temps à qui la Parole est venue à travers les générations par la grâce divine.
En effet, Jésus a ouvert le Cœur de Dieu, il nous révèle son intimité et nous l’a confiée par sa Parole. Celle-ci nous est parvenue chevauchant de siècle en siècle dans la foi. Le chemin est long, mais Jésus prie justement pour que le voyage de la Parole aboutisse en nos cœurs et qu’elle soit « connue » de nous tous. En plus, il intercède plus particulièrement pour Simon Pierre et ses successeurs afin qu’ils confirment leur foi à leurs frères (cf. Lc 22,32). Ainsi nous pourrons entrer dans l’Amour trinitaire.  Notre unité, le fait que nous soyons un, inquiète particulièrement le Seigneur :« Qu’ils soient un en nous, eux aussi» (Jn 17,22). Comment pouvons-nous, sinon, faire connaitre au monde l’amour de Dieu pour tous  « Comment pouvons-nous être complètement crédibles si nous sommes divisés?» (Jean Paul II).
Le témoignage de l’Amour est un argument puissant pour convaincre le monde. L’Amour unit, par conséquent, la division n’est pas un signe de l’Amour. Dieu n’est pas divisé, pas Lui. Contemplons l’attitude de la première communauté chrétienne: à la Pentecôte : « D‘un seul cœur, ils participaient fidèlement à la prière, avec quelques femmes dont Marie, mère de Jésus, et avec ses frères» (Act 1,14). C’est dans cette ambiance que l’Esprit a fait irruption avec un grand bruit et le monde était dans la stupéfaction. Je veux me laisser aimer par toi, Jésus, et je veux aimer mes frères.
Mais mon cœur n’y arrive pas, il y a trop d’égoïsme, d’orgueil et de vanité, de concupiscence. Alors que ce soit toi, Jésus, qui vives en moi, qui aimes en moi. Que ma foi soit réelle. Que je vive réellement du fait que tu m’aimes et que tu as donné ta vie pour moi. Lorsque  tu prends des décisions, quelles sont les valeurs que tu défends ? Sont-elles ces valeurs que le Seigneur désire pour moi ? Prends la résolution qui en découle.

♥ Prière sacerdotale : l’émouvante prière de Jésus pour ses disciples.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS