• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 20 juin 2022

Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ?

Posté par diaconos le 20 juin 2022

 Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ?  dans Catéchèse ob_77921d_35062-ngsversion-1467252932586-adapt-6

 Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité

De la lettre de saint Jacques

Mes frères, dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire, n’ayez aucune partialité envers les personnes. Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or, et un pauvre au vêtement sale. Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant et vous lui dites : « Assieds-toi ici, en bonne place »; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien :  « Assieds-toi au bas de mon marchepied. ».

Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon de faux critères ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité.

Or n’est-ce pas les riches qui vous oppriment, et vous traînent devant les tribunaux ? Ce sont eux qui blasphèment le beau nom du Seigneur qui a été invoqué sur vous. Certes, si vous accomplissez la loi du Royaume selon l’Écriture : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », vous faites bien. Mais si vous montrez de la partialité envers les personnes, vous commettez un péché, et cette loi vous convainc de transgression. (Jc 2, 1-9)

Faire acception de personnes, c’est devenir transgresseur de la Loi

L’acception de personnes condamnée ne doit pas se montrer chez les personnes qui croient en Jésus-Christ glorifié. Les destinataires de l’épître de Jacques firent, dans leurs assemblées un accueil empressé au riche, tandis qu’ils traitaient le pauvre avec mépris, se mettant ainsi en contradiction avec eux-mêmes et obéissant à de mauvaises pensées.

Dieu a choisi les pauvres pour leur faire hériter de son royaume, et ils leur firent affront ! Les riches vous opprimèrent et blasphémèrent le nom de Christ. Celui qui viole la loi sur un seul point est coupable comme s’il les avait tous violés, car ils émanent tous d’un même législateur. Paroles et actes du chrétien doivent être réglés par la pensée qu’il sera jugé selon la loi de la liberté : jugement impitoyable pour toute personne qui n’a pas la charité, mais que peut affronter sans crainte celle qui la possède.

Jacques adressa sa lettre à des com­mu­nau­tés ju­déo-chré­tiennes, qui avaient conservé à leurs lieux de réunion la dé­si­gna­tion usi­tée chez les Juifs. Les riches ac­cueillis avec cet em­pres­se­ment n’é­taient en gé­né­ral pas des chré­tiens. Les as­sem­blées de l’Église pri­mi­tive re­ce­vaient la vi­site d’au­di­teurs étran­gers à la foi. Le cas de­vait se pré­sen­ter fré­quem­ment dans les mi­lieux ju­déo-chré­tiens (1 Cor. 14, 22 ; 1 Co. 14-23).

L’­hon­neur que Dieu fit aux pauvres consiste en ceci : Dieu les a choisit non pas par ce qu’ils  sont pauvres, non parce qu’ils sont riches en foi, bien moins )parce qu’ils se­raient, en tant que pauvres, héritiers du royaume, mais par sa pure grâce (Jacques 1, 18) pour les faire riches en foi et hé­ri­tiers de son royaume.

Leur pau­vreté n’est pas un titre à cette élec­tion, mais elle est un moyen dont Dieu se sert pour ac­com­plir les des­seins de sa grâce. Le sen­ti­ment de leur mi­sère ter­restre, de l’op­pres­sion et des pri­va­tions dans les­quelles ils vivent, ex­cite en eux, beau­coup plus fa­ci­le­ment que chez les riches, le be­soin de la grâce qui les en­ri­chira. Il leur fait cher­cher le royaume des cieux, qui sera pour eux une abon­dante com­pen­sa­tion à leurs souf­frances (Mt 6, 33 ; 2 Co 4, 17)

Dieu se plaît à éle­ver ce qui est bas, afin de confondre toute hau­teur qui s’op­pose à son règne (Lc 1, 52 ; Lc 1 53, et sur­tout 1 Co 1, 26-28). « Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres se­lon le monde, riches en foi et hé­ri­tiers du royaume » ? En quoi consis­tait cette oppression des riches à l’é­gard des pauvres ? Ils les traînèrent devant les tribunaux, pour exer­cer contre eux des per­sé­cu­tions re­li­gieuses (Mt 10, 17 ; Ac 9, 2 ; Ac 26, 10 ; Ac 26, 11), peut-être aussi pour des affaires d’in­té­rêt.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.
 Vous pouvez utiliser les  attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

Posté par diaconos le 20 juin 2022

Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir  dans Catéchèse

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait : « Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : viens vite prendre place à table ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?  Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?     De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir”  (Lc 17, 7-10)

Serviteurs inutiles

Quand Jésus s’adressait à ses apôtres et à ses disciples, il les connaissait suffisamment pour savoir que leur amour-propre impatient, égoïste et vaniteux ne les aiderait pas suivre gratuitement et réellement son exemple de service. Jésus sais que ses serviteurs, que ce soit ses apôtres ou nous-mêmes aujourd’hui, ne savent pas vraiment remercier les personnes qui leur ont rendu service d’une façon ou d’une autre et ni les inviter au repos après le service rendu. « Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? » 

Jésus sait que bien souvent nous nous sentons fatigués de ce que nous avons accompli, fatigue physique normale, mais aussi sensibilité excessive qui note sans délais et immédiatement la non-reconnaissance ou l’indifférence des personnes auxquelles nous avons rendu un petit service. Savons-nous remercier Dieu pour tout ce qu’il  nous accorde ? Quelle est notre manière de le remercier ? Sommes-nous reconnaissant ? Bien souvent nous ne pensons pas à le remercier. « De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné. «  Le secret de cette parabole réside en ce que  Jésus parle de notre attitude, et non de son attitude envers nous.

Si nous avons été capables de le servir, cela ne nous autorise pas à chercher la récompense. Dieu sait tout ce que nous avons reçu et ce que nous lui avons rendu : il en tiendra compte au moment opportun. Nous sommes vraiment des serviteurs inutiles puisque le Père céleste n’a aucun besoin de nous ni de notre aide. Mais il sait de quoi nous avons besoin pour répondre au plan de salut éternel qu’il a prévu pour nous. Si nous n’y adhérons pas, nous ne serons pas sauvés. La seule chose qu’il nous demande est d’engager notre liberté en lui répondant oui ou non. Si nous lui répondons  oui, nous sommes invités à suivre son Fils pour entrer dans la gloire éternelle et à y participer. Notre utilité est de  savoir répondre oui à ses désirs de bien pour nous.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊◊ Paroisse saint Nicolas : cliquez ici pour lire l’article → Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

◊  Cliquez ici pour lire l’article → Écoute : Nous sommes de simples serviteurs

♥ Vidéo   Berger Moïse : « Le serviteur inutile »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mardi de la douzième semaine du temps Ordinaire dans l’année C

Posté par diaconos le 20 juin 2022

# L’éthique est une discipline philosophique portant sur les jugements moraux et dont le concept est donc très proche de celui de la morale. C’est une réflexion fondamentale de tout peuple afin d’établir ses normes, ses limites et ses devoirs. Dans les pays laïcs, l’éthique est étroitement liée à la philosophie politique qui la sous tend, mais elle peut aussi être liée à la culture, la religion, les croyances et les traditions d’un pays, d’un groupe social, ou d’un système idéologique. Pour des philosophes tel qu’Aristote ou Kant, l’éthique a pour but de définir ce qui doit être. L’éthique exprime des énoncés normatifs, prescriptifs ou encore évaluatifs parmi lesquels on trouve des impératifs catégoriques.

xLa démarche éthique se distingue ainsi de la démarche scientifique qui elle se base sur des jugements de fait formulés dans des énoncés descriptifs, parmi lesquels on trouve des impératifs hypothétiques  L’éthique comprend plusieurs champs d’application tel que l’éthique normative qui s’intéresse principalement aux concepts du bien et du bon que véhicule les théories de justice sociale et doctrines telles que l’utilitariste, l’égalitariste et libertarianisme. L’éthique appliquée s’intéresse à la mise en pratique des principes moraux. L’éthique descriptive et comparative s’intéresse à elle à la description et à la comparaison des différents codes moraux, alors que méta éthique s’intéresse pour sa part au sens même des concepts mobilisés par l’éthique tel que le bien le mal, le juste.

 
x
Afficher l’image source

Le roc est Jésus  et la mise en pratique de son enseignement est la base d’une vie chrétienne correcte et juste.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer. Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent.  » (Mt 7, 6.12-14)

Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux

  »Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer ». Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent. (Mt 7, 6.12-14)

Le devoir de ne pas juger a ses limites

Le devoir de ne pas juger a ses limites, il n’exclut pas celui de discerner. Tel est le seul rapport admissible entre cette parole et celles qui précèdent. Les choses saintes sont les vérités de la Parole de Dieu, les expériences produites dans l’âme par l’Évangile et que Jésus compara à des perles précieuses. Il ne faut pas les présenter à des hommes si corrompus que Jésus put les comparer à des animaux impurs. Ils ne purent que les profaner et elles ne firent qu’exciter leur haine et leurs violentes persécutions.

 Faire aux autres ce que nous attendons d’eux., la porte est étroite, le chemin resserré, tandis que la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition. Tenez-vous en garde contre les faux prophètes, ces loups déguisés en brebis. Vous les reconnaîtrez à leur fruit, car tel arbre tel fruit. Tous ceux qui me disent : « Seigneur ! N’appartiennent pas au royaume des cieux, mais ceux qui font la volonté de mon Père. Au jugement dernier plusieurs se prévaudront des discours prononcés et des actes accomplis en mon nom et je leur dirai : Je ne vous ai jamais connus, vous qui faites l’iniquité. »

Exhortation finale sous forme de parabole

Celui qui met ces paroles en pratique est semblable à l’homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc ; celui qui ne les met pas en pratique est semblable à l’insensé qui bâtit sur le sable. Les foules étaient dans l’étonnement, car elles sentaient l’autorité de cet enseignement si différent de celui des scribes. Le grand commandement de l’amour du prochain a sa source dans l’amour pour Dieu, et que celui-ci, à son tour, n’est inspiré à notre cœur que par l’amour de Jésus.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → La perdition éternelle

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Pour entrer dans le royaume des Cieux, il faut faire la volonté de mon Père

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →   : cliquez ici pour lire l’article →  Mardi de la 12e semaine, année paire

◊ Témoignage chrétien : cliquez ici pour lire l’article →    Dieu fait un miracle pour une famille qui s’attendait à lui

♥ Vidéo  La parabole de La Maison bâtie sur le roc

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS