Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ?

Posté par diaconos le 20 juin 2022

 Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ?  dans Catéchèse ob_77921d_35062-ngsversion-1467252932586-adapt-6

 Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité

De la lettre de saint Jacques

Mes frères, dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire, n’ayez aucune partialité envers les personnes. Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or, et un pauvre au vêtement sale. Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant et vous lui dites : « Assieds-toi ici, en bonne place »; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien :  « Assieds-toi au bas de mon marchepied. ».

Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon de faux critères ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé ? Mais vous, vous avez privé le pauvre de sa dignité.

Or n’est-ce pas les riches qui vous oppriment, et vous traînent devant les tribunaux ? Ce sont eux qui blasphèment le beau nom du Seigneur qui a été invoqué sur vous. Certes, si vous accomplissez la loi du Royaume selon l’Écriture : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », vous faites bien. Mais si vous montrez de la partialité envers les personnes, vous commettez un péché, et cette loi vous convainc de transgression. (Jc 2, 1-9)

Faire acception de personnes, c’est devenir transgresseur de la Loi

L’acception de personnes condamnée ne doit pas se montrer chez les personnes qui croient en Jésus-Christ glorifié. Les destinataires de l’épître de Jacques firent, dans leurs assemblées un accueil empressé au riche, tandis qu’ils traitaient le pauvre avec mépris, se mettant ainsi en contradiction avec eux-mêmes et obéissant à de mauvaises pensées.

Dieu a choisi les pauvres pour leur faire hériter de son royaume, et ils leur firent affront ! Les riches vous opprimèrent et blasphémèrent le nom de Christ. Celui qui viole la loi sur un seul point est coupable comme s’il les avait tous violés, car ils émanent tous d’un même législateur. Paroles et actes du chrétien doivent être réglés par la pensée qu’il sera jugé selon la loi de la liberté : jugement impitoyable pour toute personne qui n’a pas la charité, mais que peut affronter sans crainte celle qui la possède.

Jacques adressa sa lettre à des com­mu­nau­tés ju­déo-chré­tiennes, qui avaient conservé à leurs lieux de réunion la dé­si­gna­tion usi­tée chez les Juifs. Les riches ac­cueillis avec cet em­pres­se­ment n’é­taient en gé­né­ral pas des chré­tiens. Les as­sem­blées de l’Église pri­mi­tive re­ce­vaient la vi­site d’au­di­teurs étran­gers à la foi. Le cas de­vait se pré­sen­ter fré­quem­ment dans les mi­lieux ju­déo-chré­tiens (1 Cor. 14, 22 ; 1 Co. 14-23).

L’­hon­neur que Dieu fit aux pauvres consiste en ceci : Dieu les a choisit non pas par ce qu’ils  sont pauvres, non parce qu’ils sont riches en foi, bien moins )parce qu’ils se­raient, en tant que pauvres, héritiers du royaume, mais par sa pure grâce (Jacques 1, 18) pour les faire riches en foi et hé­ri­tiers de son royaume.

Leur pau­vreté n’est pas un titre à cette élec­tion, mais elle est un moyen dont Dieu se sert pour ac­com­plir les des­seins de sa grâce. Le sen­ti­ment de leur mi­sère ter­restre, de l’op­pres­sion et des pri­va­tions dans les­quelles ils vivent, ex­cite en eux, beau­coup plus fa­ci­le­ment que chez les riches, le be­soin de la grâce qui les en­ri­chira. Il leur fait cher­cher le royaume des cieux, qui sera pour eux une abon­dante com­pen­sa­tion à leurs souf­frances (Mt 6, 33 ; 2 Co 4, 17)

Dieu se plaît à éle­ver ce qui est bas, afin de confondre toute hau­teur qui s’op­pose à son règne (Lc 1, 52 ; Lc 1 53, et sur­tout 1 Co 1, 26-28). « Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres se­lon le monde, riches en foi et hé­ri­tiers du royaume » ? En quoi consis­tait cette oppression des riches à l’é­gard des pauvres ? Ils les traînèrent devant les tribunaux, pour exer­cer contre eux des per­sé­cu­tions re­li­gieuses (Mt 10, 17 ; Ac 9, 2 ; Ac 26, 10 ; Ac 26, 11), peut-être aussi pour des affaires d’in­té­rêt.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.
 Vous pouvez utiliser les  attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS