• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 juin 2022

Тринадцатое воскресенье обычного времени года C

Posté par diaconos le 23 juin 2022

RELECTURE ADRESSE AUX SENIORS EN CE TREIZIÈME DIMANCHE 2019 - Espace pour  mieux Chercher

Иисус с решительным лицом отправляется в Иерусалим.

# Назарет – это город на севере Израиля, в Галилее. Это крупнейший арабский город в стране, в котором в 2015 году проживало 75 700 человек, в основном мусульмане и христиане. С 1956 года израильские власти основали рядом с Назаретом новый город, который сначала назывался Назарет Хай, а в 2019 году сменил название на Ноф Хагалиль. Этот новый город должен был иудаизировать территорию вокруг Назарета, которая после создания государства Израиль в мае 1948 года была полностью заселена арабами, из которых более 66% были христианами, а остальные мусульманами.

Население Назарета составляет 210 000 человек, из которых 85 000 – евреи. Христианская традиция называет Назарет городом Иосифа и Марии. В Назарете находится Базилика Благовещения (католическая) – самая большая церковь на Ближнем Востоке. Она была освящена в 1964 году Папой Павлом VI и открыта в 1969 году на месте старых церквей, которые были построены на месте пещеры, названной Благовещенской. Несмотря на свою значимость в легенде об Иисусе « из Назарета », деревня Назарет не сразу стала местом христианского паломничества.

Только после обращения империи и последующего развития паломничества появились первые христианские постройки. Первый молитвенный дом был построен около IV века Еленой, матерью императора Константина I. Деревня в то время была скромной, в центре внимания находилась сельскохозяйственная деятельность и занимала площадь около 4,40 га. Могилы римского и византийского периодов, к западу и востоку от нынешней церкви Благовещения, соответственно, отмечают границы этой территории и указывают на присутствие населения численностью около 400 человек.

В VI веке анонимный паломник из города Пьяченца описал посещение синагоги в Назарете, где находилась чудесная скамья, на которой сидел Иисус, и книга закона, которую он использовал как книгу для чтения. Это место было определено некоторыми учеными как иудейско-христианское или назарейское место поклонения и, по крайней мере, свидетельствует о сотрудничестве между местными евреями и христианами в интересах туристической индустрии, создаваемой паломниками. Столетие спустя паломник Аркульф описывает две очень большие церкви. Одна, в центре города, построенная на двух сводах, была возведена на месте, где кормили Спасителя.

Другая церковь была построена на месте дома, куда пришел архангел Гавриил, чтобы сообщить Марии о рождении Христа. Согласно традиции, это дом Марии и соответствует базилике Благовещения, в которой были найдены остатки византийских мозаик с греческими надписями. Во время Первого крестового похода Назарет стал жертвой ожесточенных боев и был завоеван крестоносцами в 1099 году.

Из Евангелия Иисуса Христа от Луки

Когда пришло время Его вознесения, Иисус с решительным лицом отправился в Иерусалим. Он послал вперед гонцов, которые отправились в селение самарян, чтобы подготовиться к Его приходу. Но они отказались принять Его, потому что Он направлялся в Иерусалим. Когда ученики Иаков и Иоанн увидели это, они сказали: « Господи, хочешь ли Ты, чтобы мы низвели огонь с неба и истребили их? « Но Иисус, обратившись, обличил их. Затем они ушли в другую деревню. По дороге один человек сказал Иисусу: « Я пойду за Тобой, куда бы Ты ни пошел.

Иисус сказал Ему: « Лисицы имеют норы, птицы – гнезда, а Сын Человеческий не имеет, где приклонить голову. Он сказал другому: « Следуй за Мною. « Человек сказал Иисусу: Господи, позволь мне прежде похоронить отца моего. « Но Иисус сказал: пусть мертвые хоронят своих мертвецов. Идите и возвещайте Царство Божье. Другой сказал Ему: « Я пойду за Тобой, Господи, но сначала позволь мне попрощаться с моей семьей ». Иисус сказал в ответ: всякий, кто приложит руку свою к плугу и оглянется назад, недостоин Царствия Божия. (Лк 9:51-62)

От Галилеи до Иерусалима

Когда приближается время Его возвращения во славе, Иисус принимает твердое решение идти в Иерусалим. Посланники, которых Иисус послал в самаритянскую деревню, чтобы приготовить для Него приют, были отвергнуты. Иаков и Иоанн предложили низвести огонь с неба. Иисус обличил их в том духе, в котором они действовали. Они ушли в другое место. Один человек предложил следовать за Иисусом. Иисус напомнил ему об отречении, которое сопровождает такое решение.

Второму человеку Иисус велел следовать за Ним, и когда тот попросил разрешения сначала пойти и похоронить своего отца, Иисус отказал ему. Третий человек предложил следовать за Иисусом, но сначала он хотел попрощаться со своей семьей. Иисус сказал ему, что никто не может войти в Царство Божье, если не будет решительным человеком.

 » И вот, когда исполнились дни его возвышения, он сам решил пойти в Иерусалим. (Лк 9, 51) Иисус сказал по-другому: « И Я, возвысившись от земли, привлеку к Себе всех людей » (Ин 12, 32). Иисусу потребовалась героическая решимость, чтобы отправиться в Иерусалим, потому что Он знал, что ожидает Его там. Этими словами Лука отмечает окончание служения Иисуса в самой Галилее. Но в остальной части своего повествования он не предполагает, что Иисус идет прямо в Иудею и Иерусалим.

Иисусу не позволили пройти через Самарию по пути, поэтому последние месяцы своей жизни он провел в миссионерских поездках в южной Галилее на границах Самарии и в Перее. Лука время от времени дает указания на то, что Иисус был на пути в этот Иерусалим; его рассказ содержит некоторые хронологические и географические детали, которые затрудняют поиск обычного маршрута. Визелер утверждал, что нашел разгадку трех путешествий, о которых упоминает Иоанн.

Иисус прервал Свое евангелизационное путешествие для поездки в Иерусалим, после чего возобновил Свою работу в южной Галилее и Перее и продолжал ее там до праздника Пасхи. Матфей и Марк после рассказа о преображении повествуют лишь о нескольких фактах и словах. Преображение произошло летом. Промежуток в восемь-девять . Матфей и Марк после рассказа о преображении повествуют лишь о нескольких фактах и словах. Преображение произошло летом. Промежуток в восемь-девять месяцев отделял его от Пасхи.

Этот рассказ Луки служил связующим звеном между Евангелиями от Матфея и Марка, которые рассказывают о деятельности Иисуса только на берегах озера Бытия, и Евангелием от Иоанна, которое ограничивается пребыванием в Иерусалиме; оно настраивает Иисуса на работу в промежуточных областях. Поскольку за Иисусом следовали Двенадцать и процессия других учеников, было нелегко найти место для всех них в небольших помещениях. Между иудеями и самаритянами существовала старая национальная вражда ; последние были смешанным населением, которое не поклонялось в Иерусалиме и получило только пять ветхозаветных книг Моисея.

Иисус использовал любую возможность, чтобы выступить против этих предрассудков. Но на этот раз они оказались сильнее его благотворительности. Некоторые толкователи (Мейер) предполагают, что Иисус был отвергнут не как израильтянин, а потому что посланники объявили его Мессией.

Дьякон Мichdel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Еврейская литература : нажмите здесь, чтобы прочитать статью →   Из Галилеи в Иерусалим – ЕВРЕЙСКАЯ ЛИТЕРАТУРА

◊ ПОЛЕЗНАЯ ИНФОРМАЦИЯ  нажмите здесь, чтобы прочитать статью →  Галилея. История — Путеводитель по Средиземноморью

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?

Posté par diaconos le 23 juin 2022

Afficher l’image source

Le Magnificat désigne le cantique chanté par la Vierge Marie après l’Annonciation, lors de la visite qu’elle rendit à sa cousine Élisabeth, plus âgée qu’elle et enceinte. Cet épisode est couramment appelé la Visitation. Également intitulé Cantique de Marie, ainsi que Cantique de la Vierge, le Magnificat est tiré de l’Évangile de Luc, chapitre 1, 46-56

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Marie se mit en route et se rendit avec empressement  vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut  remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. «   Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur.  (Lc 1, 39-45)

___________

 Présence de Jésus et foi d’Élisabeth

l y a dans ce récit l’extraordinaire reconnaissance des deux enfants encore dans le ventre de leur mère. Ces deux femmes furent tellement présentes l’une à l’autre que ce dont elles furent porteuses  participa à la rencontre (Lc 1, 41-42) .  Pour l’évangéliste Luc, cette profondeur d’accueil réciproque fut un don de l’Esprit Saint (Lc 1, 41b). Élisabeth remplie de l’Esprit Saint perçut tout le mystère qui habitait Marie : la présence du Messie et la foi de Marie (Lc 1, 45). Marie fut déclarée heureuse parce qu’elle eut la foi. Elle crut.  Plus tard, quand on parla à Jésus de sa mère, il a dit :  « Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. » (Lc 11, 28)

Marie entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant remua dans son ventre. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint et s’écria d’une voix forte : « Marie, tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes trailles est béni. » Écoutons et recevons pour nous cette visite. Ces deux femmes nous apprennent que notre ouverture aux autres passe par l’intérieur de nous. Ce n’est pas parce que nous rencontrons beaucoup de gens que nous sommes ouverts aux autres.

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article →  D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne  jusqu’à moi ?

◊  Saint Jacques Christophe de la Villette   : cliquez ici pour lire l’article → D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi

♥  Vidéo   »D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Sacré Cœur de Jésus – Année C

Posté par diaconos le 23 juin 2022

Afficher l’image source

Parabole de la brebis perdue et retrouvée

 La parabole de la Brebis égarée, dite aussi  parabole du Bon Berger ou encore  du Bon Pasteur, attribuée à Jésus de Nazareth, se retrouve dans deux évangiles canoniques du Nouveau Testament. Elle est rapportée par Matthieu (Mt 18,12-13) et Luc (Lc 15,3-7). On la trouve aussi dans l’Évangile apocryphe de Thomas, logion 107. De possibles parallèles dans l’Ancien Testament sont Ez 34,6, 12 et Ps 119,176. La parabole a donné lieu à une expression, la  brebis égarée, désignant, à l’instar du fils prodigue dans une parabole qui suit peu après dans Luc, la personne qui s’égare moralement, ou, toujours dans Luc, de la drachme perdue.

Les deux premières paraboles, et parfois les trois, servent de base dans les considérations que développent les théologiens et prédicateurs sur la nécessité d’aller chercher la brebis égarée pour la faire rentrer dans le troupeau, quand on considère l’égarement involontaire, ou d’accueillir avec grâce le pécheur repenti, dans le cas de l’égarement volontaire. La Drachme perdue est une parabole racontée dans l’évangile selon Luc 

Elle fait partie des trois paraboles de la Rédemption, avec la Brebis égarée et le Fils prodigue que Jésus-Christ raconta après avoir été accusé par les pharisiens et leurs chefs d’être invité chez les pécheurs et de partager leurs repas. Cette parabole suit immédiatement celle de la Brebis égarée et précède celle du Fils prodigue. Dans le domaine de l’exégèse biblique, elle fait partie du Sondergut de l’évangile selon Luc. 

Selon l’interprétation traditionnelle, la femme représente l’Église qui est en peine, la femme chercha avec diligence et mit de l’ordre dans toute sa maison,  de sauver l’âme du pécheur. Celui-ci est figuré par une pièce inerte dont la valeur ne sert plus à rien, puisque la pièce est perdue et cachée. C’est plus un état qu’une situation due à un mouvement d’égarement, comme dans la parabole de la brebis égarée.

Une fois retrouvée, la valeur de la pièce est montrée aux amies. La pièce peut servir désormais à de futures grandes entreprises, comme dans la parabole des talents. La joie est publique et l’Église fait participer ses amis et les Anges se réjouissent. La femme invita ses voisines et amies chez elle. Sans doute leur offrira-t-elle un repas. Pour Benoît XVI, cette parabole fait partie avec celle de la Brebis perdue et du Fils prodigue, des paraboles de la miséricorde. 

Benoît XVI expliqua dans un de ses autres écrits : « Jésus raconta les trois paraboles de la miséricorde parce que les Pharisiens et les scribes le critiquaient, voyant qu’il se laissait approcher par les pécheurs et qu’il mangeait même avec eux. Alors, Il expliqua, avec son langage typique, que Dieu ne veut pas que même un seul de ses enfants se perde et que son âme déborde de joie lorsqu’un pécheur se convertit »  

La parabole de la Brebis égarée, dite aussi  parabole du Bon Berger ou encore  du Bon Pasteur, attribuée à Jésus de Nazareth, se retrouve dans deux évangiles canoniques du Nouveau  Testament. Elle est rapportée par Matthieu (Mt 18,12-13) et Luc (Lc 15,3-7). On la trouve aussi dans l’Évangile apocryphe de Thomas, logion 107. De possibles parallèles dans l’Ancien Testament sont Ez 34,6, 12 et Ps 119,176. La parabole a donné lieu à une expression, la  brebis égarée, désignant, à l’instar du fils prodigue dans une parabole qui suit peu après dans Luc, la personne qui s’égare moralement, ou, toujours dans Luc, de la drachme perdue.

Les deux premières paraboles, et parfois les trois, servent de base dans les considérations que développent les théologiens et prédicateurs sur la nécessité d’aller chercher la brebis égarée pour la faire rentrer dans le troupeau, quand on considère l’égarement involontaire, ou d’accueillir avec grâce le pécheur repenti, dans le cas de l’égarement volontaire. La Drachme perdue est une parabole racontée dans l’évangile selon Luc. Elle fait partie des trois paraboles de la Rédemption, avec la Brebis égarée et le Fils prodigue que Jésus-Christ raconta après avoir été accusé par les pharisiens et leurs chefs d’être invité chez les pécheurs et de partager leurs repas.

Cette parabole suit immédiatement celle de la Brebis égarée et précède celle du Fils prodigue. Dans le domaine de l’exégèse biblique, elle fait partie du Sondergut de l’évangile selon Luc. Selon l’interprétation traditionnelle, la femme représente l’Église qui est en peine, la femme chercha avec diligence et mit de l’ordre dans toute sa maison,  de sauver l’âme du pécheur. Celui-ci est figuré par une pièce inerte dont la valeur ne sert plus à rien, puisque la pièce est perdue et cachée.

C’est plus un état qu’une situation due à un mouvement d’égarement, comme dans la parabole de la brebis égarée. Une fois retrouvée, la valeur de la pièce est montrée aux amies. La pièce peut servir désormais à de futures grandes entreprises, comme dans la parabole des talents. La joie est publique et l’Église fait participer ses amis et les Anges se réjouissent. La femme invita ses voisines et amies chez elle. Sans doute leur offrira-t-elle un repas. Pour Benoît XVI, cette parabole fait partie avec celle de la Brebis perdue et du Fils prodigue, des paraboles de la miséricorde.

Jésus décrivit sa compassion et son amour sous les traits de ce berger qui cherche sa brebis sans relâche jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Ce fut là l’œuvre de toute sa vie ; et cette œuvre, il la poursuivit par ses serviteurs, par son Esprit, par tous les moyens de sa grâce. Une seule brebis sur quatre-vingt-dix-neuf est peu de chose : il résulte de là, dit M. Godet, que c’est moins l’intérêt que la pitié qui poussa le berger à agir comme il le fit.

Les quatre-vingt-dix-neuf qu’il laissa dans les lieux non cultivés, les steppes, où l’on faisait paître les brebis, représentent les Israélites restés extérieurement fidèles à l’alliance divine et qui éprouvaient beaucoup moins que les péagers et les pécheurs le besoin d’un Sauveur. 

 La brebis égarée et la drachme perdue

Jésus fut entouré de péagers et de pécheurs avides de l’entendre. Leur affluence provoqua les murmures des pharisiens, qui reprochèrent à Jésus de les accueillir et de manger avec eux. Jésus demanda à ses adversaires lequel d’entre eux, ayant cent brebis et en perdant une, ne laisserait les quatre-vingt-dix-neuf au pâturage et ne chercherait celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Quand il la trouva, il la mit sur ses épaules avec joie et convoqua ses amis et ses voisins pour partager sa joie. Ainsi il y a de la joie dans le ciel pour un pécheur repentant plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes.

La drachme perdue et retrouvée

Quelle femme, ayant dix drachmes et en perdant une, ne prit des soins minutieux pour la retrouver ? Et quand elle la trouva, elle associa à sa joie ses amies et ses voisines. De même, il y a de la joie parmi les anges pour un pécheur qui se repent. Les péagers, haïs à cause de leur profession et méprisés à cause des injustices qu’ils commettaient souvent en l’exerçant, les pécheurs, hommes connus comme vicieux et plus ou moins perdus de réputation, s’approchaient de Jésus, afin de mieux entendre les paroles de miséricorde et de pardon qui sortaient de sa bouche.

Les enseignements de Jésus réveillèrent leur conscience. Ils sentaient douloureusement le poids et l’amertume du péché et repoussés de tous, ils étaient attirés vers cet Envoyé de Dieu, qui toujours avait témoigné à leurs pareils sa tendre compassion. Jésus recevait, accueillait avec bonté les péagers et les pécheurs, mais il condescendait à manger avec eux, ce qui était, en Orient, une marque de familiarité et de confiance. Les orgueilleux pharisiens ne comprirent ni pardonnèrent cette conduite de Jésus. Ils affectèrent d’y voir un mépris de la moralité et de la justice, dont ils se crurent seuls en possession.

Leurs murmures furent à la fois un blâme infligé à Jésus et l’expression de leur dédain pour les péagers et les pécheurs. Jésus répondit par trois admirables paraboles : une brebis perdue, une drachme perdue, un fils perdu, indiquant dès l’abord que ce fut ce qui était perdu qu’il chercha avec compassion et amour. Puis, la joie qu’il éprouva de le retrouver et de le sauver devait couvrir de confusion les pharisiens, qui étaient animés de sentiments si différents.

Jésus en appela aux propres sentiments de ses auditeurs : « Quel est l’homme d’entre vous ? »  Puis il recourut à cette image du bon berger, sous laquelle de tout temps l’Église s’est représenté son Sauveur et son Chef. La brebis est incapable, dés qu’elle est égarée, de revenir au bercail ou de se défendre en présence du moindre danger, ou de supporter aucune fatigue. Pour qu’elle ne soit pas irrévocablement perdue, il faut que le berger la cherche, la porte, lui prodigue tous ses soins. Parfaite image de l’homme pécheur, éloigné de Dieu.

La parabole de la Brebis égarée, dite aussi « parabole du Bon Berger » ou encore « du Bon Pasteur » », attribuée à Jésus de Nazareth, se retrouve dans deux évangiles canoniques du Nouveau Testament. Elle est rapportée par Matthieu (Mt 18,12-13) et Luc (Lc 15,3-7). On la trouve aussi dans l’Évangile apocryphe de Thomas, logion 107.

 Les deux premières paraboles, et parfois les trois, servent de base dans les considérations que développent les théologiens et prédicateurs sur la nécessité d’aller chercher la brebis égarée pour la faire rentrer dans le troupeau, quand on considère l’égarement involontaire, ou d’accueillir avec grâce le pécheur repenti, dans le cas de l’égarement volontaire.

La Drachme perdue fait partie des trois paraboles de la Rédemption, avec la Brebis égarée et le Fils prodigue que Jésus-Christ racona après avoir été accusé par les pharisiens et leurs chefs d’être invité chez les pécheurs et de partager leurs repas. Cette parabole suit immédiatement celle de la Brebis égarée et précède celle du Fils prodigue. Dans le domaine de l’exégèse biblique, elle fait partie du Sondergut de l’évangile selon Luc.

Selon l’interprétation traditionnelle, la femme représente l’Église qui est en peine (la femme cherche avec diligence et met de l’ordre dans toute sa maison) de sauver l’âme du pécheur. Celui-ci est figuré par une pièce inerte dont la valeur ne sert plus à rien, puisque la pièce est perdue et cachée. C’est plus un état qu’une situation due à un mouvement d’égarement, comme dans la parabole de la brebis égarée.

Une fois retrouvée, la valeur de la pièce est montrée aux amies. La pièce peut servir désormais à de futures grandes entreprises, comme dans la parabole des talents. La joie est publique et l’Église fait participer ses ami(e)s et, nous dit Jésus, les Anges se réjouissent. La femme invite ses voisines et amies chez elle. Sans doute leur offrira-t-elle un repas. Pour Benoît XVI, cette parabole fait partie avec celle de la Brebis perdue et du Fils prodigue, des paraboles de la miséricorde.

Le souverain pontife expliqua dans un de ses autres écrits : « Jésus raconta les trois paraboles de la miséricorde parce que les Pharisiens et les scribes le critiquaient, voyant qu’il se laissait approcher par les pécheurs et qu’il mangeait même avec eux. Alors, Il expliqua, avec son langage typique, que Dieu ne veut pas que même un seul de ses enfants se perde et que son âme déborde de joie lorsqu’un pécheur se convertit »

 Jésus décrivit sa compassion et son amour sous les traits de ce berger qui cherche sa brebis sans relâche jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Ce fut là l’œuvre de toute sa vie ; et cette œuvre, il la poursuivit par ses serviteurs, par son Esprit, par tous les moyens de sa grâce. Une seule brebis sur quatre-vingt-dix-neuf est peu de chose : il résulte de là, dit M. Godet, que c’est moins l’intérêt que la pitié qui poussa le berger à agir comme il le fit.

Le souverain pontife expliqua dans un de ses autres écrits : « Jésus raconta les trois paraboles de la miséricorde parce que les Pharisiens et les scribes le critiquaient, voyant qu’il se laissait approcher par les pécheurs et qu’il mangeait même avec eux. Alors, Il expliqua, avec son langage typique, que Dieu ne veut pas que même un seul de ses enfants se perde et que son âme déborde de joie lorsqu’un pécheur se convertit »

Jésus décrivit sa compassion et son amour sous les traits de ce berger qui cherche sa brebis sans relâche jusqu’à ce qu’il l’eut trouvée. Ce fut là l’œuvre de toute sa vie ; et cette œuvre, il la poursuivit par ses serviteurs, par son Esprit, par tous les moyens de sa grâce. Une seule brebis sur quatre-vingt-dix-neuf est peu de chose : il résulte de là, dit M. Godet, que c’est moins l’intérêt que la pitié qui poussa le berger à agir comme il le fit.

Les quatre-vingt-dix-neuf qu’il laissa dans les lieux non cultivés, les steppes, où l’on faisait paître les brebis, représentent les Israélites restés extérieurement fidèles à l’alliance divine et qui éprouvaient beaucoup moins que les péagers et les pécheurs le besoin d’un Sauveur.  Les quatre-vingt-dix-neuf qu’il laissa dans les lieux non cultivés, les steppes, où l’on faisait paître les brebis, représentent les Israélites restés extérieurement fidèles à l’alliance divine et qui éprouvaient beaucoup moins que les péagers et les pécheurs le besoin d’un Sauveur.

Dieu, le Sauveur, les anges de Dieu, qui prennent part au salut d’une âme perdue. Quel amour se révéla dans ce trait de la parabole ! Existe-t-il sur la terre des justes qui n’ont pas besoin de repentance ? Jésus parla de cette légalité dont se prévalaient ses auditeurs pharisiens. Il employa les termes de pécheurs, justes, repentance dans le sens extérieur où ils les entendaient, eux qui s’imaginaient qu’il suffisait de faire partie du peuple de l’alliance et d’observer les ordonnances lévitiques pour être assuré du salut.

Jésus veut leur fit comprendre que Dieu préfère les sentiments d’humiliation et d’amour, qu’éprouve le pécheur repentant, à la propre justice de ceux qui ne s’écartèrent jamais du droit chemin. Comment n’y aurait-il pas eu plus de joie pour ces pauvres péagers qui venaient se jeter dans les bras de Jésus et recevoir dans leur cœur, déjà renouvelé par la repentance, les paroles de miséricorde et de pardon qu’il leur adressait ?

Dès ce moment, ils lui appartenaient tout entiers et lui faisaient le sacrifice de leur vie, par une reconnaissance et un amour qui sont l’âme de toute vraie piété. Matthieu conserva cette parabole, en lui donnant une place et une signification différentes de celles qu’elle a chez Luc. Elle servit à décrire l’amour et les soins de Jésus pour un de ces petits qu’il défendit de mépriser et qu’il représenta sous l’image de cette brebis perdue, qu’il chercha et sauver.

Cette application de la parabole ne manque pas de vérité. La drachme était une monnaie grec que, valant, comme le denier romain, un peu moins d’un franc, prix de la journée d’un ouvrier Les soins minutieux que prit cette pauvre femme pour retrouver sa drachme perdue, montrèrent combien elle lui était précieuse. Péniblement gagnée, cette pièce d’argent était nécessaire à sa subsistance.

Ainsi, cette parabole révèle l’amour de Dieu, ce fut le prix que conserva pour elle, tout perdu qu’il fut, un homme créé à son image, destiné à lui appartenir pour toujours. Dieu fera tout plutôt que de consentir à le perdre. C’est bien l’un des caractères de l’amour, qui est relaté sous l’image de la joie de cette femme.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ La victoire de l’amour : cliquez ici pour lire l’article →   LA BREBIS ÉGARÉE

◊ Communauté de l’Emmanuel  : cliquez ici pour lire l’article →  Solennité du Sacré cœur de Jésus 

♥  Prédication du pasteur Marc Pernot : « Malheur à vous, tristes hypocrites ! »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS