• Accueil
  • > Catéchèse
  • > Lundi de la vingt-septième semaine dans le Temps Ordinaire de l’année C

Lundi de la vingt-septième semaine dans le Temps Ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 2 octobre 2022

Le Bon Samaritain - Vie et Lumière El Shaddaï

La parabole du bon samaritain met en scène un voyageur, attaqué et laissé pour mort par des bandits. Un cohen (prêtre) et unlévite, tous deux juifs, incarnant l’orthodoxie religieuse de l’époque, passent à côté de lui et ne s’en préoccupent pas, par respect pour leur obligation de servir au temple. Or un Samaritain, représentant d’une population que les Juifs tiennent pour impie, se montre capable de compassion envers l’inconnu grièvement blessé qui n’est pas de sa religion. Ce Samaritain donnera de son temps et de son argent pour lui sauver la vie.

La question que pose le docteur de la Loi  porte sur le sens du mot « prochain »  Ce terme apparaît dans un passage du Lévitique  (Lv,19:17-18,6) : « Tu n’auras pas dans ton cœur de haine pour ton frère. Tu dois réprimander ton compatriote et ainsi tu n’auras pas la charge d’un péché. Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune envers les enfants de ton peuple. » » Ici intervient le précepte : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même (Lv 19, 18). « C’est cette phrase que cite l’Évangile selon Luc juste avant la parabole.

La tradition juive attache une importance fondamentale à cette prescription, couramment appelée  » Règle d’Or ». Hillel, au premier siècle, en fit la source du principe de réciprocité, qui résume toute la Torah,  s’il est complété par l’étude de Rabbi Akiva qui commenta, au deuxième siècle, cette « Règle d’or » :« principe de base de la Torah et loi la plus importante, lors de la discussion qui l’opposa à Ben Azzaï, et compara l’emplacement central de ce précepte,  au milieu du Lévitique, lui-même au milieu des cinq Livres de la Torah , à l’emplacement du Tabernacle au milieu du cortège des Hébreux.

Le peuple des Samaritains évoqué dans le Deuxième livre des Rois se dit descendant des Hébreux en particulier de Jacob. Leur religion se fonda sur le seul Pentateuque et ils refusèrent la centralité religieuse de Jérusalem. Au retour de leur captivité à Babylone, les juifs  refusèrent  de les admettre parmi eux. Depuis lors, les deux communautés évitèrent tout contact. D’après Flavius Josèphe, cette hostilité réciproque se serait envenimée à la suite d’une profanation du Temple de Jérusalem,  des Samaritains y ayant jeté des ossements humains sous les portiques. Ce fut une circonstance aggravante pour les juifs,  le fait de manipuler des ossements humains, et donc de toucher un cadavre, était interdit. Ce fut à la suite de ces événements que, selon Josèphe, les Samaritains n’eurent plus accès au lieu saint et que, pour leur part, les Juifs préférèrent ne pas s’aventurer en Samarie.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, voici qu’un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?  » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ?  »L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. » 

Mais lui, voulant se justifier, il dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit la parole : «  Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion.

Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.” Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? »  Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : «  Va, et toi aussi, fais de même.  » (Lc 10, 25-37)

Qui est notre prochain ? 

J’élève les yeux pour trouver ton regard et pour que le tien trouve le mien. Je sais que tu me prends comme je suis, et que tu me réserves des aventures intérieures qui me feront grandir. Envoie ton Esprit afin qu’il prie en moi. Je ne trouve pas toujours les mots… ou les silences. Ouvre mon cœur par la chaleur de ta présence. Aujourd’hui,  nous demandons : »Et qui donc est mon prochain? » (Lc 10, 29). On raconte de certains juifs, curieux de voir disparaître leur rabbin la vigile du samedi. Ils soupçonnèrent qu’il gardait un secret, peut-être avec Dieu, et confièrent à l’un deux la tâche de le suivre.

Et ainsi il le fit, plein d’émotion, jusqu’à un recoin misérable de la ville, où il vit le rabbin balayer la maison d’une femme: elle était paralytique, et il la servait et lui préparait un repas spécial pour la vigile. Lorsque l’espion revint, on lui demanda :  « «Où a-t-il été? au ciel, entre les nuages ou les étoiles ? ». Et ce dernier lui répondit : « Non, il est monté beaucoup plus haut ». Aimer son prochain avec des actes concrets est ce qui le plus haut ; c’est là où se manifeste l’amour. Ne pas passer tout droit ! « C’est le propre Christ qui crie à travers les pauvres pour réveiller la charité de ses disciples » affirmae le Concile Vatican II dans un document.

Faire le “bon samaritain” signifie changer ses plans, dédier du temps.  Ceci nous amène aussi à examiner le personnage de l’aubergiste, comme disait le pape Jean-Paul II : « Qu’aurait-il pu faire sans lui ? » . L’aubergiste, qui demeure dans l’anonymat,  réalisa la grande partie de la tâche. Tous nous pouvons nous comporter comme lui, remplissant les tâches qui nous sont propres avec esprit de service. Tout travail nous offre l’opportunité, plus ou moins directe, d’aider celui qui a besoin .La fidèle réalisation des devoirs professionnels consiste déjà à aimer les personnes et la société.

Tout laisser derrière nous Vidéorecevoir celui qui a plus besoin (le bon samaritain) et bien faire son travail par amour (l’aubergiste), sont les deux formes d’amour qui nous correspondent : « Lequel à ton avis, a été le prochain ?  Celui qui a fait preuve de bonté envers lui » . Jésus lui répondit  :  « Va, et toi aussi fais de même  » (Lc 10,36-37). Recourrons à la Vierge Marie et Elle, qui est le modèle, nous aidera à découvrir les nécessités des autres, matérielles et spirituelles.

Jésus, Bon Samaritain, apprends-moi à aimer. Tu sais dans quelle situation je me trouve. Tu connais les tensions à la maison et les injustices au travail. Tu mesures les tentations qui m’invitent à m’enfermer, à forcer, à arracher, à séduire, à imposer, à contrôler. Je vois en toi un courage viril et une tendresse maternelle pour attendre et recevoir avec gratitude, pour donner et offrir avec patience ; pour ne pas flancher d’un côté et prendre l’initiative de l’autre. Quelle grâce, quelle harmonie, quelle maîtrise de soi. Accorde-moi ton Esprit, Jésus. Apprends-moi à faire confiance au Père et à aimer mes frères et sœurs, afin que vienne le Règne du Père dans mon cœur et autour de moi !

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Catholic for life : cliquez ici pour lire l’article  →  HOMÉLIE DU LUNDI DE LA VINGT-SEPTIÈME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article  → Vingt-septième  dimanche du temps ordinaire,  année C

♥ Vidéo La parabole du bon Samaritain expliquée1

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS