• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 novembre 2022

Saint Léon le Grand

Posté par diaconos le 8 novembre 2022

Saint Léon le Grand dans Catéchèse leon_1636615276

Sa puissante activité, s’étendant à tout l’empire romain, devint la base de la position religieuse et politique pour les siècles suivants. Elle fut d’une importance historique mondiale. Sa rencontre avec Attila, le roi des Huns, en 452 à Mantoue où il persuada le conquérant de faire demi-tour, fut d’une grande importance historique. L’intervention de l’empereur Marcien sur les arrières des Huns n’est sans doute pas étrangère au retrait d’Attila. Avec le même courage, il se rendit en 455, à la rencontre de Généric, le roi des Vandales, il lui fut impossible d’empêcher le pillage de Rome. . Tout au plus parvint-il à négocier que la ville fut préservée des supplices, des incendies, des meurtres, des viols et des violences.

 Dans la lettre « Epistola dogmatica ad Flavianum » ( écrite en 449) , il exposa le dogme christologique qui était vivement discuté. Au concile de Chalcédoine (451), sa lettre servit de base à la décision dogmatique qui y fut prise. Ce concile s’ouvrit le 8 octobre 451 dans la basilique de sainte Euphémie, un concile œcuménique où fut évoquée la question des deux natures du CHRIST : Dieu et homme. Le 23 octobre les évêques terminèrent la rédaction de la formule définitive de la formule de la foi :   »Nous enseignons tous d’une seule voix un seul et même fils, notre Seigneur Jésus Christ , le même parfait en humanité, le même Dieu vraiment et homme vraiment. « 

Ses sermons et ses lettres se distinguent par la clarté des idées, la concision de l’expression et un langage révélant une bonne formation littéraire :  nous possédons de lui 173 lettres et 97 sermons !  Il mourut le 10 novembre 461 et fut enseveli sous la basilique Saint Pierre.

HOMÉLIE DE S. LÉON POUR L’ANNIVERSAIRE DE SON ÉPISCOPAT

L’Église universelle est organisée selon des degrés différents, afin que la diversité des membres assure l’intégrité de ce corps sacré. Cependant, comme dit l’Apôtre, tous nous ne faisons qu’un dans le Christ. Aucun de nous n’est séparé d’un autre par sa fonction au point que la plus modeste partie du corps ne serait pas reliée à la tête. Donc, dans l’unité de la foi et du baptême, nous constituons une société sans classes. mes bien-aimés, et nous avons une même dignité selon le saint Apôtre Pierre, qui nous dit ces paroles sacrées : « Vous aussi, comme les pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel, et vous serez le sacerdoce saint, présentant des offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus. Et plus loin : Vous êtes la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu. «

Tous ceux, en effet, qui ont été régénérés dans le Christ, le signe de la croix en fait des rois, et l’onction de l’Esprit Saint les consacre prêtres. Ainsi, en dehors du service particulier de notre ministère, tous les chrétiens qui vivent en l’Esprit et selon la logique de leur vocation doivent reconnaître comme participant à la race royale et à l’office sacerdotal. Qu’y a-t-il en effet d’aussi royal que d’être un esprit soumis à Dieu qui sache gouverner son corps ? Et qu’y a-t-il d’aussi sacerdotal que de consacrer à Dieu une conscience pure et d’offrir sur l’autel de son cœur les sacrifices sans tache de la piété ?

Cela vous a été donné par la ♥de Dieu en commun avec tous ; et pourtant c’est de votre part une chose religieuse et digne d’éloge que de vous réjouir, comme d’un honneur qui vous est propre, de l’anniversaire de mon élévation. C’est ainsi qu’on célèbre dans le corps entier de l’Église le mystère unique du sacerdoce lorsque l’huile de la bénédiction s’est répandue, elle a ruisselé plus abondamment, il est vrai, sur les membres supérieurs, mais ce n est pas avec parcimonie qu’elle atteint aussi les membres les plus bas placés.

Par conséquent. mes bien-aimés, s’il y a pour nous, dans ce partage d’un même don, un grand motif de nous réjouir ensemble, notre joie aura un objet plus vrai et plus noble, si vous ne vous attardez pas à considérer ma médiocrité. Car il est beaucoup plus utile et plus juste d’élever le regard de votre esprit pour contempler la gloire du bienheureux apôtre Pierre, et de célébrer ce jour en vénérant principalement celui que la source même de tous les charismes a inondé avec tant d’abondance : c’est au point qu’ayant été le seul à recevoir de si nombreux biens, aucun d’eux ne peut se communiquer à qui que ce soit sans que lui-même y participa.

Liens avec d ‘autres sites web chrétiens

 Du site Catho.org →  Quelques sermons et lettres de saint Léon le grand

♥ Saint Léon le grand → Benoît XVI

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.

♥ Vidéo Philippe Henne, professeur à l’université catholique de Lille

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Homélies, Page jeunesse, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Vivons avec justice et piété

Posté par diaconos le 8 novembre 2022

PREMIÈRE LETTRE DE PAUL À TIMOTHÉE - ppt télécharger

De la lettre de Paul à Tite

Bien-aimé, dis ce qui est conforme à l’enseignement de la saine doctrine. Que les hommes âgés soient sobres, dignes de respect, pondérés, et solides dans la foi, la charité et la persévérance. De même, que les femmes âgées mènent une vie sainte, ne soient pas médisantes ni esclaves de la boisson, et qu’elles soient de bon conseil, pour apprendre aux jeunes femmes à aimer leur mari et leurs enfants, à être raisonnables et pures, bonnes maîtresses de maison, aimables, soumises à leur mari, afin que la parole de Dieu ne soit pas exposée au blasphème. Les jeunes aussi, exhorte-les à être raisonnables en toutes choses.

Toi-même, sois un modèle par ta façon de bien agir, par un enseignement sans défaut et digne de respect, par la solidité inattaquable de ta parole, pour la plus grande confusion de l’adversaire, qui ne trouvera aucune critique à faire sur nous. Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.  ( (Tt 2, 1-8.11-14)

Salutations, actions de grâces

Paul  adressa à Dieu pour Timothée son vœu apostolique. Il rendit grâces à Dieu et pria sans cesse pour lui ; il désira le voir, se souvenant de ses larmes, ainsi que de sa foi, qui était déjà en sa mère et en son aïeule . Paul indiqua en deux mots quelle fut l’origine et le but de son apostolat : son origine, c’est la volonté de Dieu (1 Co 1, 1 ; 2 Co 1, 1 ; Ep 1, 1 ; 1 Tm 1, 1), qui en fit l’autorité et la force ; son but  ce fdut d’annoncer aux hommes pécheurs la promesse de la vie, de la vie éternelle qui est en Jésus-Christ  (Jn 1, 4 ; 1 Jn 1, 1). La vie, cette vie impérissable, qui est victorieuse du monde, du péché, de la mort, voilà la grande parole par laquelle Paul aima  à résumer tout l’Évangile au moment où il toucha à son dernier et suprême combat.

Paul  rappela que la piété dont il fut  animé  plongea ses racines dans le passé, puisqu’elle était déjà connue et pratiquée de ses pères et qu’il fut élevé dans le culte du vrai Dieu. Il  parla de la sincérité, de la droiture qu’il apporta dans ce culte, même dans le temps de son ignorance et de sa haine contre l’Évangile  ( Ac 23, 1 ; Ac 24, 14-16 ; Ph 3, 6). Quand Paul parla dans un sens absolu de sa responsabilité devant un Dieu saint et juste, ’il fit entendre un langage bien différent, lui qui  décrivit les combats de sa conscience (Tm 7, 7, ; 1 Co 15, 9 ; 1 Tm 1, 13 ; 1 Tm  1, 15). Gerlach pensa que Paul ne parla pas du temps d’avant sa conversion, mais de sa conscience de chrétien, purifiée par le sang de Christ et par l’Esprit de Dieu.

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Domenica trentatreesima del tempo ordinario – Anno C

Posté par diaconos le 8 novembre 2022

Il n’en restera pas pierre sur pierre  dans Enseignement

#Jerusalemme, interamente circondata da mura, all’epoca aveva una circonferenza di 7 chilometri e poteva ospitare 600.000 persone al momento dell’assedio. Erode la trasformò con importanti opere che le diedero un carattere ellenistico con i suoi palazzi e le sue torri che servivano da caserma per le varie truppe che occupavano la città. Plinio il Vecchio scrisse che era la città più famosa d’Oriente. In cima alla città, il Tempio, costruito sulla spianata dove oggi si trovano la Cupola della Roccia e la Moschea di al-Aqsa, è a sua volta una fortezza protetta da mura gigantesche, di cui rimangono le mura occidentali e meridionali.

Si estendeva a sud dell’attuale Città Vecchia e a sud del Tempio, dove nacque la città di Davide. Il Tempio riceveva doni dalle comunità della diaspora ed era ambito dai Romani, come rivelano il furto di Gessius Florus e il bassorilievo sull’Arco di Tito a Roma, che rappresenta il bottino portato dal Tempio. Si tratta di un edificio lungo diciotto metri e largo nove, alto ventisette metri14 , che Tacito dice essere immensamente ricco e che i rabbini del Talmud ricordano con ammirazione: « Chi non ha visto il Tempio di Erode non ha mai visto un edificio bello ».

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo Luca

In quel momento, mentre alcuni discepoli di Gesù parlavano del Tempio e delle belle pietre e degli ex voto che lo decoravano, Gesù disse loro: « Verranno giorni in cui non resterà in piedi una sola pietra di esso; tutto sarà distrutto ». Gli chiesero: « Maestro, quando accadrà? E quale sarà il segno che sta per accadere? « Gesù rispose: « Badate di non lasciarvi sviare, perché molti verranno sotto il mio nome e diranno: « Sono io », oppure: « Il tempo è vicino ». Non camminate dietro di loro! Quando sentite parlare di guerre e disordini, non spaventatevi: prima deve succedere, ma non sarà subito la fine. «  Poi Gesù ha aggiunto: « Nazione contro nazione, regno contro regno ». Ci saranno grandi terremoti, carestie e pestilenze in vari luoghi; ci saranno cose spaventose e grandi segni dal cielo.

Ma prima di tutto questo, vi metteranno le mani addosso e vi perseguiteranno; vi consegneranno alle sinagoghe e alle prigioni e vi porteranno davanti ai re e ai governatori a causa del mio nome. Questo vi porterà a rendere testimonianza. Ricordate quindi che non dovete preoccuparvi della vostra difesa. Sono io che vi darò una lingua e una saggezza che tutti i vostri avversari non potranno resistere o contrastare. Sarete consegnati anche dai vostri genitori, dai vostri fratelli, dai vostri familiari e dai vostri amici e alcuni di voi saranno messi a morte. Sarete odiati da tutti a causa del mio nome. Ma non un capello della vostra testa andrà perduto. È con la vostra perseveranza che manterrete la vostra vita. « 

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo Luca

In quel tempo, mentre alcuni parlavano del Tempio e delle belle pietre e delle offerte votive che lo decoravano, Gesù disse loro: « Verranno giorni in cui non resterà in piedi una sola pietra di esso; sarà tutto distrutto ». Gli chiesero: « Maestro, quando accadrà questo? E quale sarà il segno che sta per accadere? Gesù rispose: « State attenti a non farvi sviare, perché molti verranno sotto il mio nome, dicendo: « Sono io », oppure: « Il tempo è vicino ». Non camminate dietro di loro! Quando sentite parlare di guerre e disordini, non spaventatevi: prima deve succedere, ma non sarà subito la fine ». Poi Gesù ha aggiunto: « Nazione si solleverà contro nazione, regno contro regno. Ci saranno grandi terremoti, carestie e pestilenze in vari luoghi; ci saranno cose spaventose e grandi segni dal cielo. (Lc 21,5-11)

Il discorso profetico sul futuro del mondo e della Chiesa

Mentre le pietre e gli ornamenti del tempio venivano lodati alla sua presenza, Gesù ne predisse la completa distruzione. I suoi discepoli gli chiesero allora quando sarebbe avvenuto questo evento e quale sarebbe stato il precursore. Gesù mise in guardia i suoi discepoli dagli inganni di coloro che sostenevano di essere il Messia che sarebbe venuto nel suo regno. Gesù rassicurò il suo popolo in previsione di questi sconvolgimenti; essi non portarono immediatamente la fine; essa fu preceduta da guerre, terremoti, carestie, pestilenze e segni nel cielo. La prima e più importante caratteristica di questi tempi fu la persecuzione. Furono eseguiti dalle autorità e diedero ai discepoli l’opportunità di testimoniare Gesù. Diede loro una saggezza alla quale i nemici non poterono resistere; non dovettero premeditare la loro difesa. Queste persecuzioni sono state provocate dalle autorità.

La prima e più importante caratteristica di questi tempi fu la persecuzione. Furono eseguiti dalle autorità e diedero ai discepoli l’opportunità di testimoniare Gesù. Ha dato loro una saggezza a cui i nemici non potevano resistere ; non hanno dovuto premeditare la loro difesa. Queste persecuzioni erano provocate anche dall’inimicizia dei loro parenti. Il nome di Gesù suscitava l’odio universale contro di loro. Ma Dio li ha protetti efficacemente e con la loro pazienza hanno salvato le loro anime. Alcuni discepoli fecero notare a Gesù le belle pietre e le offerte con cui era adornato il tempio. Lo storico Giuseppe racconta che ebrei e ricchi proseliti provenienti da ogni parte del mondo offrivano al tempio magnifici doni, che venivano esposti nei cortili esterni e decoravano le pareti.

La più notevole di queste era una vite d’oro di dimensioni colossali, donata da Erode il Grande. In Marco e Luca, la domanda dei discepoli riguardava solo il momento della distruzione del tempio e il segno del suo avvicinarsi. In Matteo, si estende alla venuta di Gesù, che i discepoli immaginano simultanea alla rovina di Gerusalemme. I discepoli posero a Gesù la duplice domanda che Matteo riporta, perché Gesù, secondo i tre Vangeli, unisce nella sua risposta la predizione dei due grandi eventi in questione. Secondo Matteo e Marco, i discepoli interrogarono Gesù mentre era seduto sul Monte degli Ulivi, di fronte a Gerusalemme, e da lì fu pronunciato il seguente discorso: « Nazione sarà contrapposta a nazione, regno a regno. Ci saranno grandi terremoti, carestie e pestilenze in vari luoghi; ci saranno cose spaventose e grandi segni dal cielo.

Il diacono Michel Houyoux

Link ad altri siti web cristiani

◊ Qumran : clicca qui per leggere l’articolo →  Testi – XXXIII Domenica del Tempo Ordinario (Anno C)

◊ Suor Maria Alessia : clicca qui per leggere l’articolo →  XXXIII Domenica Tempo Ordinario – anno C 

♥  Video Padre Fernando Armellini : « 33a Domenica del Tempo Ordinario anno C »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS