• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 22 novembre 2022

Ils chantent le cantique de Moïse et le cantique de l’Agneau

Posté par diaconos le 22 novembre 2022

 Apocalypse 15 : 3, 4: Ils glorifient Dieu par le cantique de Moïse et le  cantique de l'Agneau - Le livre de l' Apocalypse expliqué verset par verset

De l’Apocalypse de Jean

Moi, Jean,  j’ai vu dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux : sept anges qui détiennent sept fléaux ; ce sont les derniers, puisque s’achève avec eux la fureur de Dieu. J’ai vu comme une mer de cristal, mêlée de feu, et ceux qui sont victorieux de la Bête, de son image, et du chiffre qui correspond à son nom : ils se tiennent debout sur cette mer de cristal, ils ont en main les cithares de Dieu. Ils chantent le cantique de Moïse, serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau. Ils disent : « Grandes, merveilleuses, tes œuvres, Seigneur Dieu, Souverain de l’univers ! Ils sont justes, ils sont vrais, tes chemins, Roi des nations. Qui ne te craindrait, Seigneur ? À ton nom, qui ne rendrait gloire ? Oui, toi seul es saint ! Oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant toi ; oui, ils sont manifestés, tes jugements.  » ( Ap Jn 15, 1-4)

Le chant des vainqueurs

Ce chapitre contient une introduction à la vision des sept coupes, qui annoncèrent et amenèrent les dernières plaies, les jugements par lesquels le courroux de Dieu fut consommé (Dn 11, 36). Les sept anges ’entrèrent en action. L’auteur les mentionna en disant :  « Je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable.  » Les anges tenaient les plaies, parce qu’ils les avaient dans des coupes qu’ils tenaient à la main (Ap 15, 7 ; Ap 16, 1)  »« Je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui étaient vainqueurs de la bête et de son image et du nombre de son nom, debout sur cette mer de verre, tenant les harpes de Dieu. »

Le prélude, où retentissent des chants dans le ciel, rappelle des descriptions semblables qui ouvrent la vision des sept sceaux (Ap 4, 9-11) et celle des sept trompettes (Ap 8, 3-5). La gloire de Dieu y fut exaltée au moment où ses jugements vont s’exercer. La mer de verre qui, fut  devant le trône de Dieu et symbolisa sa grâce, servit de refuge à ceux qui furent les  vainqueurs de la bête (Ap  13, 1 ) et de son image (Ap  13, 14)  et du nombre de son nom (Ap 13, 17)  Plusieurs interprètes admirent que l’auteur pensait à la mer Rouge, sur les bords de laquelle se tenaient les Israélites quand ils chantèrent le cantique de Moïse pour célébrer leur délivrance Cette allusion n’est pas certaine, malgré la mention du cantique de Moïse au verset 3 et des réminiscences des plaies d’Égypte dans les fléaux décrits à Apocalypse 16. Les vainqueurs tiennent les  minuscules harpes de Dieu

Le cantique de Moïse est, d’après plusieurs interprètes, celui que nous lisons à Exode 15 et le cantique de l’Agneau celui que Jean nous a donné à Apocalypse 5.8 ; Apocalypse 5.9. Il est plus probable qu’il ne s’agit pas de ces deux cantiques, mais d’un seul, de celui dont les paroles suivent immédiatement . L’auteur l’appelle  le cantique de Moïse, qui est aussi le cantique de l’Agneau, pour marquer l’unité indissoluble des deux alliances, par lesquelles s’est accomplie la rédemption. Il affirma que ce cantique célèbre l’œuvre du salut tout entière, telle que Dieu l’a préparée par Moïse et accomplie par Christ.

Le Mnseigneur Cattenozproclame grandes et admirables les œuvres (Ps 111 2 ; Ps 139, 14) du Seigneur Dieu, le dominateur souverain (Ap 11, 17), vraiment divines, toutes ses voies  (Ps 145, 17). Il appelle Dieu roi des nations. Deux raisons sont données de craindre et de glorifier le nom du Seigneur : seul il est saint et toutes les nations viendront et se prosterneront devant lui (Ps 86, 9). Ce dernier fait est motivé par la manifestation de ses jugements. Les jugements de Dieu, les ordonnances et les lois morales qu’il a établies sont méconnus et transgressés par les pécheurs ; mais quand Dieu les manifestera en leur donnant leur suprême sanction au grand jour des rétributions, toutes les nations devront se prosterner devant lui

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Symbole du cantique dans la Bible : cliques ici pour lire l’article  →  Symbole du cantique dans la Bible : le cantique de l’Agneau

◊ Marie de Nazareth  : cliques ici pour lire l’article  →  L’Agneau, la Femme et l’Épouse de l’Agneau - Marie de Nazareth 

♥ Vidéo Monseigneur Cattenoz : « Le cantique de Moïse et le cantique de l’Agneau »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Our Lord Jesus Christ King of the Universe – Year C

Posté par diaconos le 22 novembre 2022

Image

Jesus is the King of the Universe

The Feast of Christ the King is a Catholic feast day established by Pope Pius XI in 1925 with the encyclical Quas primas to clarify the idea that nations should obey the laws of Christ. It was originally celebrated on the last Sunday in October before All Saints’ Day; this is still the case for those who adhere to the Tridentine form of the Roman Rite. Since the liturgical reform of 1969, Catholics have celebrated the feast on the last Sunday of the liturgical calendar, towards the end of November, the Sunday before the first Sunday of Advent, which marks the beginning of the Church year). In addition, the orientation and the name of the feast itself were changed: It became the Feast of Christ, King of the Universe, emphasising the idea that in Christ all creation is recapitulated.

The Catholic Church teaches that the world was transformed by the death, resurrection and ascension of Jesus Christ. This feast was introduced in 1925 by Pope Pius XI, who eleven years later requested the dedication of the first cathedral under this name. He placed it immediately before the feast of All Saints (symbolically, the king drags his subjects behind him to victory; he must rule so that his subjects may benefit from the kingdom). This is followed by Advent, which is four weeks before Christmas.

The feast of Christ the King was established thanks to the dedication and immense work of Georges and Marthe de Noaillat. At the request of Benedict XV and later Pope Pius XI, they spent six years collecting the signatures of hundreds of bishops and thousands of faithful calling for the introduction of a Feast of Christ the King, together with an encyclical proclaiming his  » universal kingship « . In this way, the Pope wanted to prepare the Christian peoples for the solemn definition of this great dogma, which had been so despised in the 19th and 20th centuries.

An immense movement began in Paray-le-Monial, as Providence linked the supplications of the Sacred Heart with its rule over all societies, and led to the first solemn feast of Christ the King and the promulgation of the encyclical Quas primas on 11 December 1925. It is celebrated at the earliest on 20 November and at the latest on 26 November of this month.

From the Gospel of Jesus Christ according to Luke

In those days Jesus had just been crucified, and the people stood watching. The rulers mocked Jesus, saying : « He saved others ; let him save himself, if he is the Messiah of God, the chosen one ! « The soldiers also mocked him; they came up and gave him vinegar and said : « There was also an inscription over him : « This is the King of the Jews ».  One of the criminals hanging on the cross insulted him :  » Are you not the Christ ? Save yourself and us too !  » « But the other reproached him vehemently : « Do you not fear God? You too are a condemned man ! And besides, it is just for us: according to what we have done, we get what we deserve. But he, he has done nothing wrong. »  And he said,  : « Jesus, remember me when you come into your kingdom. » Jesus said to him :  « Amen, I say to you, today you will be with me in paradise.  » (Luke 37-43)

Christ as King of the Universe

Christ as King is a Christological concept that refers to the kingship, dominion or power of Jesus over the entire universe created by God. The term  » king  » to symbolise power comes from the Hebrew tradition. Kingship was the most common form of government for the people of Israel in the Old Testament. The term Christ-King thus denotes one of the functions of Christ, along with the functions of priesthood and prophecy. The expression is therefore found in several biblical passages. There a distinction is made between the kingdom of grace) in our world, which refers to the militant church, and the kingdom of glory, which refers to the triumphant church that gathers those in heaven.

sebius of Caesarea (third and fourth centuries) was one of the first to formalise this distinction between the three Christian offices: the true Christ, the divine and heavenly Word, is the only High Priest of the universe, the only King of all creation, the only Head of the prophets of His Father. The Catholic Church teaches that the world was transformed by the death, resurrection and ascension of Jesus Christ. This feast was introduced in 1925 by Pope Pius IX, who eleven years later requested the dedication of the first cathedral under this name. He placed it immediately before the feast of All Saints (symbolically, the king drags his subjects behind him to victory; he must rule so that his subjects may benefit from the kingdom).

This is followed by Advent, which is four weeks before Christmas. The Feast of Christ the King was established thanks to the dedication and immense work of Georges and Marthe de Noaillat. The Feast of Christ the King was established thanks to the dedication and immense work of Georges and Marthe de Noaillat. At the request of Pope Benedict XV and later Pope Pius XI, they spent six years collecting the signatures of hundreds of bishops and thousands of faithful calling for the introduction of a Feast of Christ the King, together with an encyclical proclaiming its universal kingship. It was the Pope’s will to prepare the Christian peoples in this way for the solemn definition of this great dogma, so despised in the nineteenth and twentieth centuries.

A huge movement, originating in Paray-le-Monial, as Providence linked the supplications of the Sacred Heart with its rule over all societies, led to the first solemn feast of Christ the King and the promulgation of the encyclical Quas primas on 11 December 1925. It will be celebrated no earlier than 20 November and no later than 26 November this month.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊   Todays Catholic  : klik here to read the paper  →  Our Lord Jesus Christ, King of the universe 

◊ LoyoLa Press    The Solemnity of Our Lord Jesus Christ, King of the

♥  Video Fr. Lou DelFra, C.S.C. preaches on the Solemnity of Christ the King

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mercredi de la trente – quatrième semaine du temps ordinaire dans l’année C

Posté par diaconos le 22 novembre 2022

Dynastie le Tigre - C'est Dieu [ Lyric Video ] - YouTube

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.     C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer.

Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

Dieu est juste et Il donne à chacun ce dont il mérite

Seigneur, la vie chrétienne est une lente transformation de notre être en Jésus-Christ. Pour être ton disciple, il faut savoir porter sa croix et renoncer à soi-même. Donne-moi, Seigneur, cette grâce de pouvoir saisir un peu plus la valeur de la souffrance et du sacrifice. Que la croix ne soit pas synonyme de rejet dans ma vie. : «Prenez garde de ne pas vous laisser égarer»
Dieu est juste et Il donne à chacun ce dont il mérite

Aujourd’hui, l’Évangile nous parle de la dernière venue du Fils de l’Homme. La fin de l’année liturgique est proche et l’Église nous présente la parousie, et en même temps, elle veut que nous pensons aux fins dernières de l’homme: mort, jugement, enfer et gloire. La fin d’un voyage détermine sa réalisation. Si tu veux aller en enfer, tu peux procéder d’une certaine façon d’accord avec l’aboutissement de ton voyage. Si tu choisis le ciel, tu devras être cohérent avec la Gloire que tu veux atteindre. Toujours, librement. Personne ne va en enfer s’il ne le veut ; ni au ciel, d’ailleurs.

Dieu est juste et Il donne à chacun ce dont il mérite, ni plus ni moins. Il ne punit ni récompense arbitrairement, incité par des sympathies ou des antipathies. Il respecte notre liberté. Cependant, il ne faut pas oublier qu’en abandonnant ce monde, nous ne pourrons plus choisir. L’arbre restera allongé du côté où il aura été abattu. «Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix» (Catéchisme de l’Église n. 1033).

Peux-tu imaginer l’éclat du spectacle? Hommes et femmes de toutes les races et de tous les temps, avec leur corps ressuscité et leur âme, comparaissant devant Jésus-Christ, qui va présider l’acte avec grand pouvoir et majesté, lorsqu’Il viendra nous juger en présence de tout le monde. L’entrée ne fût-elle gratuite, cela en vaudrait la peine… On connaîtra alors la vérité de tous nos actes intérieurs et extérieurs. Nous verrons, alors, à qui sont l’argent, les fils, les libres, les projets et tout le reste: «il n’en restera pas pierre sur pierre: tout sera détruit» (Lc 21,6). Jour de joie et de gloire pour certains; jour de tristesse et de honte pour d’autres.

Ce que tu ne veux pas qu’apparaisse publiquement, tu peux l’éliminer des maintenant par une confession bien faite. Tu ne peux pax improviser un acte si solennel et vulnérable. Jésus nous avertit: «Prenez garde de ne pas vous laisser égarer» (Lc 21,8). Es-tu préparé maintenant ?  Seigneur, viens changer mon cœur. Donne-moi une foi vivante qui sache avoir une confiance profonde en toi et qui sache contempler la croix et les épreuves de la vie en voyant plus loin que la souffrance et en enveloppant d’amour surnaturel mes croix de tous les jours.  Offrez consciemment un petit sacrifice par pur amour gratuit au Seigneur aujourd’hui.

Diacre Michel Houyiux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam: cliquez ici pour lire l’article → Mercredi de la 34e semaine, année paire

◊ Mercredi de la trente-quatrième semaine du temps ordinaire  → Au fil de l’Évangile de mercredi : la persévérance – Opus Dei

♥ Pasteur Marc Pernot Il est juste et bon de respecter Dieu comme au-dessus de nous.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS