Воскресение Господне – год БФ Из

Posté par diaconos le 31 mars 2024

Così sta scritto: il Cristo patirà e risorgerà dai morti il terzo ...

# Воскрешение Лазаря – чудо Иисуса, записанное только в Евангелии от Иоанна (Иоанна 11:1-44), в котором Иисус возвращает к жизни Лазаря из Вифании через четыре дня после его погребения1. В Евангелии от Иоанна это чудо – последнее из чудес, совершенных Иисусом перед Страстями и собственным воскресением. Лазарь был братом Марфы и Марии из Вифании. Семья жила в деревне Вифания, примерно в трех километрах к востоку от Иерусалима, на юго-восточном склоне Елеонской горы.

Богословы Молони и Харрингтон считают воскрешение Лазаря важнейшим чудом, которое привело в движение цепь событий, приведших к распятию Иисуса. Они считают это воскрешением, которое ведет к смерти, поскольку воскрешение Лазаря ведет к смерти Иисуса, Сына Божьего, в Иерусалиме и открывает славу Божью. Кальвин отмечал, что Христос не только дал поразительное доказательство Своей Божественной силы, воскресив Лазаря, но и поместил перед нашими глазами живой образ нашего будущего воскресения. Суббота Лазаря относится к воскрешению Лазаря, друга Божьего.

Евангелие Иисуса Христа от Луки

В тот же день (т.е. в первый день недели) два ученика шли в деревню под названием Эммаус, в двух часах ходьбы от Иерусалима, и разговаривали между собой обо всем, что произошло. Пока они разговаривали друг с другом и задавали вопросы, к ним подошел Сам Иисус, Иисус Сам подошел к ним, и пошел с ними. Но глаза их не могли узнать Его. Иисус сказал им : « О чем вы говорите, идя ? Тогда они остановились, все опечаленные. Один из них, по имени Клеофас, сказал : « Ты единственный иностранец, живущий в Иерусалиме. который не знает о событиях этих дней ».

Он сказал им : « Какие события ? Они ответили : Пока они разговаривали друг с другом и задавали вопросы, к ним подошел Сам Иисус, Иисус Сам подошел к ним, и пошел с ними. Но глаза их не могли узнать Его. Иисус сказал им : « О чем вы говорите, идя ?Тогда они остановились, все опечаленные. Один из них, по имени Клеофас, сказал : « Ты единственный иностранец, живущий в Иерусалиме. который не знает о событиях этих дней ». 

Он сказал им : « Какие события ? » Они отвечали Ему : « То, что случилось с Иисусом из Назарета, человеком, который был пророком сильным в деле и слове перед Богом и всем народом, как первосвященники и начальники наши предали Его, приговорили его к смерти и распяли. Мы надеялись, что именно он освободит Израиль. Но несмотря на все это вот уже третий день, как это случилось. Некоторые из женщин в нашей группе привели нас в изумление. Когда на рассвете они пошли к гробнице, они не нашли Его тела ; Они пришли и рассказали нам. что им даже было видение: ангелы, которые сказали, что он жив. Некоторые из наших спутников пошли к гробнице, и нашли все так, как говорили женщины; Но они не видели Его.

Тогда Он сказал им : « Духи непонимающие ! Как медлительно сердце ваше, чтобы поверить всему, что говорили пророки! Не надлежало ли Христу пострадать, чтобы войти в славу Свою ? И, начав с Моисея и всех пророков, он истолковал им все Писание, то, что касалось Его. Когда они приблизились к селению, в которое собирались идти, Иисус сделал вид, что идет дальше, Иисус сделал вид, что хочет идти дальше. Но они пытались удержать. Его : « Останься с нами, ибо уже близится вечер, а день близится к концу ».

И Он пошел, чтобы остаться с ними

Когда же сел с ними есть. он взял хлеб произнес благословение и, преломив его и отдал им. Тогда глаза их открылись, и они узнали Его, но Он исчез из их поля зрения. Тогда они сказали друг другу: « Не горело ли в нас сердце наше ? когда Он говорил с нами на дороге и открывал нам Писания ? Тотчас же они встали и вернулись в Иерусалим. Там они нашли одиннадцать апостолов и их спутников, собравшихся вместе, которые сказали им : « Господь действительно воскрес : Он явился Симону Петру. Они, в свою очередь, рассказали о том, что произошло на дороге, и как Господь явил Себя им во время преломления хлеба.»

Он сказал им : « Какие события ? » Они отвечали Ему : « То, что случилось с Иисусом из Назарета, человеком, который был пророком сильным в деле и слове перед Богом и всем народом: как первосвященники и начальники наши предали. Его,приговорили его к смерти и распяли. Мы надеялись, что именно он освободит Израиль. » Но несмотря на все это вот уже третий день, как это случилось. Некоторые из женщин в нашей группе привели нас в изумление. Когда на рассвете они пошли к гробнице, они не нашли Его тела ; Они пришли и рассказали нам, что им даже было видение ангелов, которые говорили, что Он жив.

Некоторые из наших спутников пошли к гробнице, и нашли все так, как говорили женщины; Но они не увидели Его. Тогда Он сказал им : « Неразумные вы люди! Как медлительно сердце ваше, чтобы поверить всему, что говорили пророки ! Разве не нужно было Христу претерпеть все это, чтобы войти в славу Свою ? «   И, начав с Моисея и всех пророков, он истолковал им все Писание. о том, что касалось Его. Когда они приблизились к селению, в которое собирались идти, Иисус сделал вид, что собирается идти дальше.

Но они пытались удержать Его, говоря: « Останься с нами, ибо уже близится вечер, а день близится к концу ». И Он пошел к ним. Когда он сел с ними за стол, то взял хлеб, произнес благословение и, преломив его, подал им. Тогда их глаза открылись, и они узнали его, но Он исчез из их поля зрения. Они сказали друг другу: « Разве не горели наши сердца, когда Он говорил с нами на дороге и открывал нам Писание ? Они тут же встали и вернулись в Иерусалим. Там они нашли одиннадцать апостолов и их спутников, которые сказали им : « Господь действительно воскрес: Он явился Симону Петру »Они, в свою очередь, рассказали, что произошло на дороге и как Господь был узнан ими во время преломления хлеба.

Диакон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

 obelisksurgut.ru : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью Эпитафии – дополнительные тексты

Литрес : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Цитата из книги «Объявлено убийство

Божественная литургия : воскресенье 31 марта 2024 https://youtu.be/93ZqLXvDi1c

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Histoire, Histoire du Salut, L'Église, La messe du dimanche, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche de Pâques – Année B

Posté par diaconos le 31 mars 2024

Les paroles de Jésus à Ses disciples après Sa résurrection

Jésus apparaît à ses disciples après sa résurrection

De Évangile de Jésus Christ selon Jean

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit :
« La paix soit avec vous ! » 
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. (Jn 20, 19-31)

Jésus apparaît aux disciples

Jésus se tint là au milieu d’eux, sans qu’ils vissent comment il était entré, les portes étant ferméesIl est évident que Jean vit dans cette apparition de Jésus quelque chose de mystérieux, d’autant plus qu’il mentionne la même circonstance lors de la seconde apparition de Jésus  ; toutes les tentatives faites pour expliquer l’entrée de Jésus d’une manière naturelle firent violence au texte. Calvin et quelques autres exégètes pensèrent que les portes s’ouvrirent sur un signe de la majesté divine de Jésus. S’il en fut ainsi, Jean l’aurait raconté simplement. Et d’ailleurs, cela aussi serait un miracle.

Souvent les disciples ne le reconnurent pas au premier abord et qu’il dut leur prouver que c’était bien lui qu’ils voyaient (Jn 20, 14 ; Jn 20, 20-27 ; Lc 4, 16 ; Lc 24, 37-40). Cette apparition de Jésus au milieu de ses disciples, le jour même de sa résurrection, est la même que le récit plus complet dans Luc. (Lc 24, 36-48)Ses mains percées et son côté portant la plaie du coup de lance (Jn 19, 34). Jésus, connaissant toute la faiblesse de ses disciples et la grande difficulté qu’il y avait pour eux à croire sa résurrection condescendit à leur en donner des preuves visibles et tangibles (Jn 20, 27 ; Lc 24, 40 ; 1 Jn1, 1), mais en même temps il leur eut dit que ce ne futt pas là ce qui constitua la foi, qui est un acte libre de la conscience et du cœur.

En voyant le Seigneur, les disciples se réjouirent ; cette vive joie succéda dans leurs cœurs aux doutes pleins d’angoisse dont ils souffraient depuis trois Jours. C’était pour eux comme le soleil se levant au sein des ténèbres et de la tempête. Alors déjà fut accomplie en eux la promesse de Jésus (Jn 16, 22). Il y a quelque chose de solennel dans la répétition de cette grande et douce parole : La paix soit avec vous. Voyant les disciples convaincus et joyeux, Jésus tint à leur assurer ce bien suprême, la paix, plus précieuse encore, à ses yeux, que la joie.

Quelques exégètes rattachèrent cette parole au verset suivant : «Jésus, après avoir donné à ses disciples la paix pour eux-mêmes» voulut la leur communiquer aussi pour la mission dont il les chargea. Jésus chargea ainsi solennellement ses disciples de cette mission qui doit continuer la sienne dans le monde et à laquelle il donna un caractère divin, en lui attribuant la même origine qu’à sa propre mission. Le moment actuel était admirablement choisi ; car Jésus revêtit ses disciples de leur apostolat après sa résurrection, dont ils devront être les témoins devant le monde (Ac 1, 21-22 ; Ac2, 32 ; Ac4, 2).

Nous trouvons ici, à la fois le symbole et la réalité : le symbole dans cette action de Jésus : Il souffla sur eux, action d’autant plus significative que le souffle ou le vent, est désigné par le même mot que l’esprit z 37, 5 , Jn 3 , 8 ; Ac 5, 12) ; la réalité est clairement indiquée par cette parole : Recevez l’Esprit Saint. Celle-ci n’est pas seulement un renouvellement de la promesse qui devait s’accomplir à la Pentecôte ; et d’autre part Jean ne prétendit pas raconter ici l’effusion puissante de l’Esprit qui eut lieu alors, comme le pensèrent ceux qui prétendirent que Jean plaça au jour même de la résurrection l’ascension et la descente du Saint-Esprit

Jésus venait d’assimiler la mission de ses disciples à la sienne propre, qu’ils devaient continuer sur la terre. Or, comme il était venu afin d’ouvrir ou de fermer le ciel à tous les hommes, de prononcer leur absolution ou leur condamnation (Mt 9, 6 ; Jn 9, 41 ; Jn 15, 22), il voulut que ses envoyés exercèrent aussi cette fonction redoutable, qui fut le couronnement de son œuvre (Mt 6, .19) Jésus communiqua aux disciples le Saint-Esprit. C’est uniquement par l’Esprit qu’ils pourront accomplir cette partie essentielle de leur mission. L’Esprit en sera le principe, la force qui s’y manifestera. Cette activité ne sera donc pas le privilège des seuls apôtres ou de leurs prétendus successeurs.

Tous les croyants étant des agents du Saint-Esprit, tous seront aptes à remettre et à retenir les péchés. Revêtus de la puissance de l’Esprit, ils rempliront cet office, non de leur propre autorité, mais uniquement au nom de Dieu et du Sauveur. Cet Esprit de lumière et de vie leur donnera le discernement nécessaire pour s’assurer que ceux auxquels ils remettront ainsi les péchés, sont des âmes pénétrées de repentance et de confiance en la grâce qui leur est offerte.

Dans ces conditions, l’expérience a prouvé que ce peut être, pour une âme découragée et angoissée un immense bienfait que de recevoir directement et personnellement, par la voix d’un serviteur de Dieu, l’assurance du pardon de ses péchés. Il n’y a rien là qui ressemble à l’absolution sacerdotale pratiquée dans quelques Églises. Par deux détails déjà Jean nous décrit ce disciple avec son caractère sombre, enclin au doute, à la critique, au découragement (Jn 11 16 ; Jn 4, 5). Mais c’est surtout dans ce récit que Thomas se montra à nous tel qu’il fut..

Et tout d’abord, nous le voyons absent du cercle de ses condisciples, quand Jésus leur apparut. Sans doute, n’ayant plus aucune espérance, il avait cherché la solitude pour se livrer à ses tristes pensées et il s’était privé ainsi d’une grâce immense. Durant ces huit jours, il n’y eut pas de nouvelle apparition de Jésus, bien que les disciples se fussent réunis souvent, comme pour l’attendre.

Dès que le Seigneur à prononcé sur les disciples sa parole de paix, il s’adressa directement à Thomas. Il connaissait son état, car il savait par lui-même ce qui est dans l’homme (Jn 2, .25). Il condescendit à donner à ce disciple toutes les preuves qu’il avait demandées. «Si un pharisien avait posé ces conditions comme Thomas, il n’aurait rien obtenu ; mais à un disciple, jusqu’ici éprouvé, rien n’est refusé.» Bengel Toutefois, en répétant à dessein les paroles de Thomas, Jésus lui fait sentir son tort et le couvre de confusion. Il conclut par ce sérieux avertissement : «Ne deviens pas incrédule, mais croyant

Tu as cru ! Malgré le reproche affectueux que Jésus exprime dans ces paroles, nous ne croyons pas qu’il faille les prendre dans un sens interrogatif, comme si Jésus mettait en question la foi de ce disciple. Non, cette foi, il la reconnaît, l’approuve et la confirme telle que Thomas vient de l’exprimer avec effusion de cœur. Pourquoi ? Est-ce que tous les autres disciples n’ont pas cru la résurrection de Jésus parce qu’ils l’ont vu ? Ou bien, en déclarant heureux ceux qui ont cru sans voir, Jésus entend-il que la foi puisse naître sans raison de croire ?

Non, mais Thomas s’était trouvé dans une situation particulière qui lui donnait toutes les raisons de croire. Dix de ses condisciples, dont il ne pouvait suspecter ni l’intelligence ni la bonne foi, lui avaient dit avec joie : Nous avons vu le Seigneur et lui, récusant ce témoignage, avait exigé une démonstration matérielle des sens. C’est là ce qui était déraisonnable (verset 25, note) ; car c’était méconnaître et nier la valeur du témoignage, sur lequel pourtant reposent la plupart de nos connaissances et de nos convictions, même dans les choses de ce monde ; et combien plus dans les vérités religieuses qui doivent rattacher notre âme au Dieu invisible !

Voilà pourquoi Jésus posa ici pour son royaume ce grand principe : Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru ! La foi est, en effet, un acte moral de la conscience et du cœur, indépendant des sens, tous les objets de la foi appartiennent au monde invisible, l’Église chrétienne, depuis dix-neuf siècles, croit en Jésus-Christ et en sa résurrection sur ce même témoignage apostolique que Thomas récusait Quiconque fait dépendre sa foi de la vue, des sens, ou du raisonnement, l’expose à une désolante instabilité, puisque les choses visibles ne sont que pour un temps et que les invisibles seules sont éternelles » (2 Co 4, 18).

C’est pourquoi Jésus déclare heureux ceux qui croient en lui ; car la foi, en nous unissant à lui, nous met en possession des trésors de grâce, de paix, d’amour, de vie qui sont en lui et qui seuls constituent le vrai bonheur de l’âme humaine Tel est donc le but élevé et saint que s’est proposé le disciple que Jésus aimait, c’est à la lumière de cette déclaration qu’il faut lire son Évangile tout entier. Afin que vous croyiez, dit-il à ses lecteurs, que Jésus est le Christ, le Messie (Jean 1.42-46), l’Oint de l’Éternel, le Sauveur du monde, promis à son peuple.

Mais Jésus ne peut être tout cela que s’il est le Fils de Dieu, dans le sens exclusif que tout notre Évangile donne à ce nom. Une telle foi n’est point une froide opinion de l’intelligence ; ceux qui la possèdent ont en même temps la vie, la vie de l’âme, la vie éternelle, ainsi que portent Codex Sinaiticus, C, D, versions. Enfin, la source unique de cette vie est en son nom, ce nom, qui est l’expression de tout son être. Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

hgiguere.net : cliquez ici pour lire l’article Homélie pour le 2e dimanche de Pâques (Année B)

Lectio Youth.net : cliquez ici pour lire l’article Deuxième Dimanche De Pâques

◊ Vidéo Antoine Nouis et Florence Taubmann → https://youtu.be/Gf6kNHDCfcA

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Disciples de Jésus, évangiles, Foi, Histoire, Histoire du Salut, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Lundi dans l’octave de Pâques

Posté par diaconos le 31 mars 2024

UN RINCÓN PARA ORAR A DIOS: NO IMPORTA TU PECADO, SINO TU ACEPTACIÓN DE ...

# La résurrection désigne, dans la religion chrétienne, le passage physique de la mort à la vie. Elle concerne principalement Jésus-Christ, mort au cours de sa crucifixion et vivant « le troisième jour, selon les Écritures », c’est-à-dire le matin de Pâques. L’exégèse historico-critique s’efforça de retracer le débat qui opposa pharisiens et sadducéens sur la croyance en la résurrection à l’époque de Jésus de Nazareth, et souligna l’importance de ces discussions dans la formation du christianisme.

Cependant, trois résurrections précédèrent celle de Jésus dans le Nouveau Testament, celle du fils de la veuve de Naïn dans l’évangile de Luc, celle de la fille de Jaïre dans les synoptiques et celle de Lazare dans l’Évangile selon Jean. Considérés comme des miracles qui obéissent à la volonté de Dieu, ces épisodes ne semblent toutefois pas constituer une préfiguration de la résurrection christique. Celle-ci, en effet, est d’une nature différente sur le plan théologique. Deux résurrections succédèrent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisée par l’apôtre Pierre et celle d’Eutyche opérée par l’apôtre Paul.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. (Mt 28, 8-15) 

La résurrection de Jésus

Cette apparition de Jésus aux femmes avait été précédée d’une autre à Marie-Madelaine seule (Mc 16 9 ; Jn 20 .11), à moins qu’on ne puisse, selon l’opinion de quelques exégètes, identifier ces deux apparitions, en supposant que Jésus apparut à Marie de Magdala seule, après que ses compagnes furent retournées à la ville. Le récit de Matthieu serait celui de Jean généralisé. La crainte, la joie, le bonheur de retrouver Jésus se confondirent dans ce mouvement d’adoration, par lequel les femmes voulurent s’assurer que ce fut bien lui et en quelque sorte le retenir. Jésus ne donna à ses disciples ce beau et doux nom de frères qu’après sa résurrection (Jn 20,17 ; Mt 12, 50)

Ces dernières paroles de Jésus : «C’est là qu’ils me verront» sont conformes à celles de l’ange  ; elles prouvent que Matthieu n’a pas en vue d’autres apparitions de Jésus ressuscité que celles qui eurent lieu en Galilée. C’est là que Jésus avait le plus de disciples, parce qu’il y avait constamment séjourné et annoncé le règne de Dieu. Il pouvait, dans cette province reculée et montagneuse, réunir sans bruit tous ceux qui avaient cru en lui, afin de leur donner les preuves les plus certaines de sa résurrection (Jn 21, 1 ;1 Co 15, 6).

Matthieu ne rapporta pas les autres apparitions de Jésus à Jérusalem, que Luc et Jean nous racontèrent en détail. Il s’était formé, dans la tradition apostolique, deux courants parallèles. Les faits rapportés par cette double tradition ne s’exclurent pas. Il fut naturel que Jésus apparut à ses disciples d’abord à Jérusalem, où ils étaient réunis au lendemain de sa mort, puis dans la Galilée, leur patrie, où tout les rappela et qu’il les eut enfin ramenés à Jérusalem aux approches de la Pentecôte.

Le témoignage des gardes

Quelques gardes allèrent raconter aux principaux sacrificateurs ce qui fut. Le sanhédrin, s’étant assemblé et en ayant délibéré, offrit une forte somme aux soldats à condition qu’ils dirent que le corps de Jésus a été dérobé pendant la nuit par ses disciples. Il promit d’intervenir auprès de Pilate, si cette affaire vint à sa connaissance. Les soldats acceptèrent le marché. Ce fut l’origine du bruit qui courut jusqu’à ce jour parmi les Juifs.Alors s’étant assemblés avec les anciens et ayant tenu conseil, ils donnèrent aux soldats une forte somme d’argent,.

Mais comment la trouver étrange, après la transaction de ce même corps avec Judas ? Quand l’aveuglement de la passion et l’endurcissement de la conscience sont arrivés à leur comble, tous les moyens paraissent bons ; l’homme, privé du secours de Dieu, livré à la puissance du péché, ne recule devant aucun expédient. Le mensonge qu’ils insinuèrent aux soldats, ils le savaient, n’était pas sans danger. (Mt 27, 66).Ce  cette parole ne désigne pas l’histoire de cette transaction entre les membres du sanhédrin et les soldats, mais la déclaration mensongère de ces derniers que les disciples avaient enlevé le corps de Jésus.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

Opus Dei : cliquez ici pour lire l’article Méditation : Lundi dans l’octave de Pâques

Hozana : cliquez ici pour lire l’article →Les huit jours de l’octave pascale

Vidéo  Marie Madeleine et Jésus : cliquez ici→ https://youtu.be/A1K2Tdoyu1s

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Jésus guérit un homme le jour du Sabbat

Posté par diaconos le 30 mars 2024

Lire le récit de la guérison de l'homme hydropique - KT42 - portail caté

# Le sabbat est le jour de repos hebdomadaire dans des religions qui reconnaissent la Torah : le judaïsme, quelques branches du christianisme, du vendredi soir au samedi soir. Il est consacré à Dieu, en souvenir de la création. Des chrétiens dans la suite de l’Église de Jérusalem continuent d’observer les prescriptions de l’Ancien Testament et en particulier le shabbat. On parle alors de judéo-christianisme. La chrétienté, subdivisée en trois principales confessions (catholicisme, orthodoxie et protestantisme), a décalé ce jour vers le dimanche.

Divers mouvements religieux chrétiens (Adventisme, Église de Dieu (Septième Jour), Baptistes du Septième Jour) sabbatistes continuent de garder le samedi. L’Église du Septième Jour est l’héritière de congrégations sabbatariennes venues d’Europe (Angleterre, Hollande, Moravie, Hongrie). L’Église retrace son histoire en remontant aux apôtres, en passant par divers congrégations médiévales gardant le sabbat, comme les Vaudois, apparus avec les disciples de Pierre Valdo, et le paulicianisme. Les adventistes affirment que le sabbat est le sceau de Dieu. L’Église éthiopienne orthodoxe connaît aussi dans certaines régions une pratique du Sabbat.

De l’Évangile selon Luc

01 Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient. 02 Or voici qu’il y avait devant lui un homme atteint d’hydropisie. 03 Prenant la parole, Jésus s’adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : «Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat 04 Ils gardèrent le silence. Tenant alors le malade, Jésus le guérit et le laissa aller. 05 Puis il leur dit : «Si l’un de vous a un fils ou un bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas aussitôt l’en retirer, même le jour du sabbat ?» 06 Et ils furent incapables de trouver une réponse. 07 Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit : 08 «Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi.» (Lc 14, 1-7)

Guérison de l’hydropique

Jésus accepta une invitation un jour de sabbat chez un pharisien. Il y fut observé par les convives. Entré dans la maison, il aperçut un hydropique. Il demanda aux assistants s’il fut permis de le guérir. Ils se turent. Jésus guérit et congédia le malade ; puis il se justifia en alléguant la pratique de ses adversaires qui, malgré le sabbat, retirèrent du puits leur fils ou leur bœuf. Remarquant que les invités recherchèrent les premières places, il combattit ces dispositions orgueilleuses en leur montrant dans une parabole l’intérêt qu’ils eurent à se mettre à la dernière place pour être honorés quand le maître de la maison les invita à monter plus haut. Une leçon de bienfaisance. Jésus engagea son hôte à ne pas inviter ses égaux, mais ceux qui ne purent le lui rendre ; il recevra la pareille à la résurrection des justes.

La parabole du souper

Un convive célébra le bonheur des gens qui auront part au banquet dans le royaume de Dieu. Jésus répondit par un avertissement sous forme de parabole : «Un homme donne un grand souper. ll fait dire par son serviteur aux nombreux invités que le repas est prêt. Le premier allégua son champ, le second ses bœufs, Un convive célébra le bonheur des gens qui auront part au banquet dans le royaume de Dieu. Jésus répondit par un avertissement sous forme de parabole : «Un homme donne un grand souper. ll fit dire par son serviteur aux nombreux invités que le repas fut. Le premier allégua son champ, le second ses bœufs ; le troisième répondit qu’il vient de se marier.

Le serviteur fit rapport à son maître. Celui-ci, irrité, lui ordonna d’aller sur les places et dans les rues de la ville chercher les malheureux sans asile. Le serviteur répondit qu’il le fit, et que la salle ne fut pas encore pleine. Le maître l’envoya au dehors, dans les chemins, le long des haies, et lui dit de presser les gens d’entrer, car, déclara-t-il, aucun des premiers invités ne goûtera du souper. Le pharisien qui l’invita avec beaucoup d’autres convives fut désigné comme l’un des chefs de ce parti, à la fois politique et religieux : il fut membre du sanhédrin. Jésus, selon sa coutume accepta cette invitation, même en un jour de sabbat. L’hostilité décidée que manifestèrent alors les pharisiens contre Jésus donna à cette acceptation un caractère tout particulier de support et de charité.

D’autres pharisiens, également invités, épièrent Jésus, de même que le fit le maître de la maison, pour le surprendre en quelque faute contre la loi du sabbat. Peut-être même eurent-ils déjà aperçu le malade qui se trouva là et pensèrent-ils que Jésus l’eut guéri. La guérison du malade se passa avant qu’on se fût mis à table, dans une de ces cours intérieures qui, en Orient, précédèrent les appartements. Jésus n’eut pas l’intention de donner à ses convives une leçon de politesse ou de modestie. Tous les hommes recherchèrent la première place, parce qu’ils furent orgueilleux devant Dieu ; et jamais ils ne devinrent humbles les uns à l’égard des autres, au point que l’un estima l’autre plus excellent que soi-même : «Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.» (Ph 2, 3)

Ce fut là le commentaire que Jésus donna de sa parabole dans les paroles qui la terminèrent. S’élever devant les hommes a pour conséquence certaine d’être abaissé devant Dieu, et l’inverse  «De mêmes, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez vous d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.» (1P 5, 5)

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Le gardien : cliquez ici pour lire l’article →Écoute: Guérison d’un hydropique

◊ Diacre Jean-Yves Fortin: cliquez ici pour lire l’article →Discussion sur le sabbat

Vidéo Silouan 1054 : cliquez ici → https://youtu.be/05nFAth_J0o7

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, évangiles, Histoire, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

12345...15
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...