Quatrième dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 19 décembre 2021

Afficher l’image source

D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?

De l’Évangile selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » (Lc 39-45)

Auteur Père Marie Landry Bivina

Marie, je viens prier avec toi. Comme toi, je veux accueillir Dieu qui vient à ma rencontre. Je veux accueillir sa Parole, sa volonté et son œuvre. Ouvre mon cœur et mon esprit, guide ma prière. Esprit de Dieu, Verbe de vie, prépare nos esprits et nos cœurs à ta venue. Noël approche. Introduis-nous dans ce mystère. Donne-nous l’amour et la simplicité de Marie pour nous ouvrir à l’œuvre de Dieu.

C’est lui qui agit. Il demande notre accueil ; il demande de le laisser faire, d’unir notre oui à celui de Marie. Esprit de Dieu, Verbe de vie, réchauffe nos cœurs par ta présence. Tu t’approches de nous, tu te rends présent en esprit et en vérité. Fais grandir en nous ton amour. Heureuse celle qui a cru.

Heureuse celle qui a cru

Aujourd’hui c’est le dernier dimanche de ce temps de préparation à la venue —Avent— de Dieu à Bethléem. Parce qu’il est en tout notre égal, il voulut être conçu —comme tout homme— dans le sein d’une femme, la Vierge Marie, mais par l’œuvre du Saint Esprit, puisqu’il était Dieu. Bientot, le jour de Noël, nous célèbrerons dans la joie sa naissance.

L’Evangile d’aujourd’hui nous présente deux personnages, Marie et sa cousine Elizabeth, qui nous montrent l’attitude intérieure qui doit être la nôtre pour contempler cet événement. Ce doit être une attitude de foi, et de foi dynamique.

Elizabeth, avec une humilité sincère, «fut remplie du Saint Esprit. Elle s’écria d’une voix forte : « Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ? » (Lc 1,41-43). Personne ne le lui avait dit ; c’est la foi, l’Esprit Saint, qui lui fit voir que sa cousine était la mère de son Seigneur, la mère de Dieu.

À présent qu’elle connaît l’attitude de foi totale de Marie, lorsque l’Ange lui annonça que Dieu l’avait choisi pour être sa mère terrestre, Elizabeth n’hésite pas à proclamer la joie que procure la foi : « Heureuse celle qui a cru » (Lc 1, 45).

C’est donc avec une attitude de foi que nous devons vivre la Noël. Mais, à l’imitation de Marie et d’Elizabeth, avec une foi dynamique. Comme Elizabeth, si c’est nécessaire, nous ne devons pas réprimer notre reconnaissance et notre joie de posséder la foi. Et, comme Marie, nous devons aussi la manifester par nos œuvres. « Marie se leva, et s’en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elizabeth » (Lc 1,39-40), pour la féliciter et l’aider, en restant auprès d’elle environ trois mois.

Saint Ambroise recommanda que, durant ces fêtes, «nous ayons tous l’âme de Marie pour glorifier le Seigneur». Il est sûr que les occasions ne nous manqueront pas de partager bien des joies et d’aider ceux qui sont dans le besoin.

Élisabeth fut la première à voir Marie avec l’Enfant. Elle vit dans la foi ce mystère de l’Incarnation. Elle sut qu’il est Dieu, qu’il est le sauveur ; que par cet Enfant, elle est déjà sauvée, elle et tout son peuple, toute sa famille, tous ses êtres chers. Elle se réjouit de la visite de l’Enfant et de sa Mère. Elle adore en esprit et en vérité. Elle exalte et loue Dieu. Elle se sait sauvée. Elle voit dans la foi la promesse déjà accomplie. Foi, amour, espérance jaillissent en son cœur. Sa foi, son amour, son espérance grandissent en présence de Marie et de Jésus.

Marie est aussi réconfortée à la vue d’Élisabeth qui est bien enceinte comme l’ange le lui avait prédit. Les paroles de l’ange étaient vraies. Si Dieu a pu réaliser un miracle pour Élisabeth, il le fera pour elle aussi. Elle est réconfortée par les paroles d’Élisabeth, très inspirée. Seul Dieu a pu lui révéler tout ce qu’elle affirme. Elle est réconfortée de pouvoir partager les desseins de Dieu sur elle avec sa cousine. Elle est réconfortée dans sa foi, dans le don d’elle-même à la volonté de Dieu, dans la joie pour son peuple. Le Sauveur est en elle. Elle adore en esprit et en vérité. Elle se réjouit et loue Dieu.

« D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Marie me rend visite aussi, avec l’Enfant. Comme Élisabeth, je peux m’exclamer : « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Je ferme les yeux et je contemple la présence et la visite de Marie, ma Mère, avec l’Enfant en son sein. C’est elle qui vient à présent me réconforter. Elle vient partager avec moi sa joie, son espérance, son attente. Avec Élisabeth, avec Marie, j’attends, moi aussi, la naissance de Jésus, notre Sauveur. Mon cœur se remplit de joie, de foi, d’amour et d’espérance.

Jésus, je te remercie pour ta présence, je te remercie pour ta visite. Tu es venu me visiter, là, dans le sein de Marie, anticipant pour moi aussi Noël. Qu’attends-tu de moi ? Comme Marie, comme Élisabeth, tu m’invites à me réjouir, à croire, à me prêter à ton action divine. Tu veux que je croie à ton œuvre de salut. Tu es vraiment le Fils de Dieu. Je crois en toi et je t’aime. Je crois en toi pour tous ceux qui ne croient pas. Viens, Emmanuel, viens nous sauver.

Résolution Aujourd’hui, je me réjouirai intérieurement avec Marie. Et je rendrai grâce à Dieu, dans l’espérance, la foi et l’amour, du fait de me savoir sauvé et de sa venue pour sauver toute l’humanité.

Contact   Père Marie Landry Bivina

Complément et archives 

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Quatrième dimanche de l’Avent de l’année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article (archive 2018) →  Quatrième dimanche de l’Avent, année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  (archive 2012) →  Quatrième dimanche de l’Avent, année C

♥ Diocèse d’Avignon : « Le Puissant fit pour moi des merveilles »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Histoire du Salut, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Troisième dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 12 décembre 2021

Qui était Jean le Baptiste ?

De l’Évangile selon saint Luc

En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! » Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »

Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »

Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient à la main la pelle à vanner

pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. » Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. (Lc 3, 10-18)

Auteur + PERE MARIE LANDRY C+MPS

« Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. » . Seigneur, je te présente ma vie avec ses joies et ses peines en ce temps de prière. Viens l’habiter de la joie qui est tienne. Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils ; dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère : pour que nous fêtions notre salut avec un cœur vraiment nouveau. « Il vient, celui qui est plus puissant que moi ».

Aujourd’hui la Parole de Dieu nous présente, en plein Avent, le Saint Précurseur de Jésus-Christ: saint Jean-Baptiste. Comme le dit le début de la Lettre aux Hébreux, Dieu le Père a prévu de préparer à maintes reprises et sous maintes formes la venue, c’est-à-dire l’Avent, en notre chair de son Fils, né de la Vierge Marie. Les patriarches, les prophètes et les rois préparèrent son avènement.

Voyons ses deux généalogies, dans les Évangiles de Matthieu et de Luc. Il est le descendant d’Abraham et de David. Moïse, Isaïe et Jérémie ont annoncé sa venue et décrit son mystère. Mais, comme le dit la liturgie (Préface de sa fête), saint Jean-Baptiste put le désigner du doigt, et il lui revint -mystérieusement !- de réaliser le Baptême du Seigneur. Il fut le dernier témoin de sa venue. Et il le fut par sa vie, par sa mort et par sa parole.

Comme celle de Jésus, sa naissance a été annoncée et préparée, selon l’Évangile de Luc. Son martyre, victime de la faiblesse d’un roi et de la haine d’une femme perverse, prépare aussi celui de Jésus. Aussi a-t-il reçu l’extraordinaire éloge de Jésus que nous lisons dans les Évangiles de Matthieu et de Luc : « Parmi les enfants des femmes, il n’en pas surgi de plus grand que Jean le baptiste ».

Mais face à tout cela, qu’il ne pouvait ignorer, il reste un modèle d’humilité : « Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales» (Lc 3,16), nous dit-il aujourd’hui. Selon saint Jean : « Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse ». Écoutons aujourd’hui sa parole, qui nous exhorte au partage de nos biens et au respect de la justice et de la dignité de tous. Préparons-nous ainsi à recevoir Celui qui vient maintenant nous sauver et qui reviendra juger les vivants et les morts.

Me voici, Seigneur, devant toi. Noël approche, et j’ai peut-être du mal à m’y préparer intérieurement tant il y a de choses à faire pour l’organisation de ces fêtes. Je prends un moment aujourd’hui pour me recentrer en toi et essayer d’entrer un peu plus dans le sens profond de ce mystère d’amour. Que ton Esprit Saint me guide et me conduise sur le chemin qui mène vers toi.

Cette semaine, je pourrais vivre en témoin de la joie que procure l’espérance chrétienne, fournissant un effort particulier pour éviter tout commentaire ou attitude négatifs.

Contact     Père Marie Landry Bivina

Archives à consulter

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Troisième dimanche de l’Avent — Année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Troisième dimanche de l’Avent de l’année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article (2012) → Troisième dimanche de l’Avent, année C

Paroisses Nendaz et Veysonnaz : « Joseph agit »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 5 décembre 2021

Rendez droits les chemins du Seigneur

 De l’Évangile selon saint Luc

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Pon, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu. (Lc 3, 1-6)

ce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

En l’an quinze de l’empire de Tibère Jules César était procurateur de Judée

En ce deuxième dimanche de l’Avent, sachons entendre et voir les signes précurseurs de la venue du Messie. Ouvrons nos cœurs pour nous laisser surprendre encore par la nouveauté que Dieu vient apporter dans notre vie. Ta Parole est une lampe sur mes pas, Seigneur. Donne-moi de l’écouter aujourd’hui avec un cœur et des oreilles disponibles.

Aujourd’hui presque la moitié du passage de l’évangile consiste en des faits historico Tibère César, alors que Ponce Pilate était procureur de Judée et Hérode tétrarque de Galilée (Lc 3,1) . Pourquoi ? Pour briser le mythe ! Dieu est entré dans l’histoire de l’humanité d’une façon très concrète, de même que dans l’histoire de tout homme. Par exemple, dans la vie de Jean – fils de Zacharie qui était dans le désert. Il l’a appelé pour qu’il crie au bord du Jourdain (Lc 3, 6).

-biographiques. Même dans la liturgie de la Messe on n’a pas changé ce texte historique par le fréquent « en ce temps-là. C’est cette introduction si  insignifiante pour l’homme contemporain qui a prévalu : en l’an quinze de l’empire de

Aujourd’hui, Dieu s’adresse aussi à moi. Il le fait personnellement – comme avec Jean Baptiste – ou par l’intermédiaire de ses émissaires. Mon fleuve Jourdain peut être l’Eucharistie dominicale ou peut être le tweet du pape François, qui nous rappelle que le chrétien n’est pas le témoin d’une quelconque théorie, mais d’une personne : du Christ Ressuscité, vivant, unique Sauveur de tous. Dieu est entré dans l’histoire de ma vie parce que le Christ n’est pas une théorie. Il est la pratique salvatrice, la Charité, la Miséricorde.

Jésus est sur le point d’arriver sur terre, et nous le retrouverons comme un petit enfant, «sans défense» allongé dans une crèche: si petit qu’il ne pourra pas escalader les murs de l’orgueil de mon cœur, ni émerger au-dessus des vagues de ma sensualité.

Mais en même temps, Dieu Lui-même a besoin de notre pauvre effort : que nous remplissions les vallées de notre manque de confiance en allant vers son Amour ; que nous nivelions les monts et collines de notre orgueil, qui nous empêche de Le voir et de recevoir son aide ; que nous redressions et aplanissions les chemins tordus qui font de la voie vers notre cœur un labyrinthe…

Nous avons beaucoup de ravins à remplir, beaucoup de chemins à aplanir, beaucoup de montagnes à abattre. Peut-être nous vivons dans une époque difficile, mais les moyens ne nous manqueront pas si nous comptons sur la grâce de Dieu. Nous serons des précurseurs dans la mesure ou nous vivons proches du Seigneur et ainsi s’accompliront les paroles de la Carta a Diogneto : « Ce que l’âme est pour le corps ainsi sont les chrétiens à l’intérieur du monde ».

Naturellement, nous devons aimer de tout cœur ce monde dans lequel nous vivons comme disait un personnage d’un roman de Dostoïevski : « Aimer toute la création dans son ensemble et avec ses éléments, chaque feuille, chaque rayon de lumière, les animaux, les plantes. C’est en aimant que l’on comprend le mystère divin des choses. Et une fois compris vous finirez par aimer le monde entier avec un amour universel ».

Aujourd’hui, c’est le deuxième dimanche de l’Avent dont l’objectif principal est que je puisse trouver Dieu sur le chemin de ma vie. Plus seulement un Nouveau Né, mais surtout le Sauveur le plus Miséricordieux, pour voir le sourire de Dieu, quand tout le monde verra le salut que Dieu envoie (cf. Lc 3,6). C’est comme ça ! Saint Grégoire de Nazianze l’enseignait : « Rien ne fait plus plaisir à Dieu que la conversion et le salut de l’homme ».

Seigneur, la voix du prophète Jean-Baptiste m’encourage et me stimule, car ta venue se rapproche. Aide-moi à aplanir mes chemins, à les rendre plus droits, afin que tu puisses les emprunter et venir à moi en ce temps de l’Avent. Préparer ma confession et prendre les moyens de m’organiser pour rencontrer un prêtre un de ces prochains jours, comme un moyen d’aplanir la route » afin que le Seigneur puisse venir, s’approcher de moi, me pardonner et me transformer plus profondément.

Contact  Père Marie Landry Bivina

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href= »" title= »"> <abbr title= »"> <acronym title= »"> <b> <blockquote cite= »"> <cite> <code> <del datetime= »"> <em> <i> <q cite= »"> <strike> <strong>

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Deuxième dimanche de l’Avent, année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Deuxième dimanche de l’Avent de l’année C

 Père Aimé Valy :  « Rendez droits les sentiers du Seigneur »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Premier dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 28 novembre 2021

Bien qu’entouré par la méchanceté, le prophète Habaqouq reste spirituellement éveillé

Rester spirituellement éveillés

 

De l’Évangile selon saint Luc

Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. » Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme.» (Lc 21, 25-28.34-36)

Priez en tout temps

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

« Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens te demander la paix, la sagesse, la force. Je veux regarder aujourd’hui le monde avec des yeux tout remplis d’amour. » (Saint François d’Assise)

Jésus, aide-moi à entrer dans ce temps de l’Avent en me préparant intérieurement à l’un des plus grands mystères chrétiens : ton Incarnation. «Priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme»

Aujourd’hui, début de la nouvelle année liturgique, nous prenons la résolution de renouveler notre enthousiasme et notre lutte personnelle pour atteindre la sainteté, la nôtre et celle de tous. Dans l’Évangile d’aujourd’hui l’Église nous y invite et nous rappelle en même temps la nécessité d’être toujours prêts, toujours “amoureux” du Seigneur : «Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie» (Lc 21, 34).

Mais notons bien un détail important chez les amoureux : cette attitude d’éveil, de préparation, ne peut pas être intermittente mais doit, au contraire, être permanente. C’est pour cela que le Seigneur nous dit : «Restez éveillés et priez en tout temps» (Lc 21, 36). En tout temps ! : Voici la mesure juste de l’amour. La fidélité ne consiste pas à des “maintenant oui, maintenant non”. Il est donc très opportun que notre rythme de piété et de formation spirituelle soit un rythme habituel (jour après jour, semaine après semaine). Ah si nous pouvions vivre chaque journée avec la mentalité d’un débutant ; ah si chaque matin , à notre réveil, nous parvenions à dire : aujourd’hui je suis né (merci, mon Dieu !) ; aujourd’hui je reçois le baptême ; aujourd’hui, je fais ma Première Communion ; je me marie… Pour persévérer d’un air joyeux il faut “re-recommencer”, il faut se renouveler.

Nous n’avons pas sur le terre de demeure permanente. Le jour viendra où même «les puissances des cieux seront ébranlées» (Lc 25, 26). Bonne raison pour nous tenir sur nos gardes ! Mais, en ce temps de l’Avent, l’Église ajoute un beau motif pour notre joyeuse préparation : certainement, un jour les hommes «verront le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire» (Lc 25, 27), mais maintenant Dieu arrive sur la terre dans la douceur et la discrétion ; comme un nouveau-né, au point que le Christ fût emmailloté dans des langes et placé dans une crèche . (Saint Cyrille de Jérusalem). Seulement un esprit attentif peut découvrir en cet Enfant la grandeur de l’amour de Dieu et de son salut. (Ps 84, 8).

«Que rien ne te trouble, que rien ne t’épouvante, tout passe, Dieu ne change pas, la patience obtient tout ; celui qui possède Dieu ne manque de rien : Dieu seul suffit.» (Sainte Thérèse d’Avila) Cette semaine, Trouvez un moment pour aller prier dans une église et montrer par ce geste combien la prière est précieuse pour vous.

Contact Père Marie Landry Bivina

 Compléments

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. →  PREMIER DIMANCHE DE L’AVENT DE L’ANNEE C

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. → A.D.A.L. pour le premier dimanche de l’Avent, année C

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. →Redressez-vous et relevez la tête (Lc 21,28)

◊Diacre Mchel Houyoux (Archive 2012) : cliquez ici pour lire l’article. →     Premier dimanche de l’Avent, année C

Liens avec d’autres sites chrétiens

Campagne de l’avent 2021  :  cliquez ici pour lire l’article. →  campagne de l’avent 2021 – Action Vivre Ensemble

Koïnonia Jean-Baptiste (Suisse) – Père Olivier Bagnoud : « Priez en tout temps dans l’Esprit, » ( Eph 6,18)

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans A.D.A.L., Accueil sur mon blog, Catéchèse, comportements, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

12345...86
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS