The Baptism of the Lord – Year A

Posté par diaconos le 12 janvier 2020

 Le Baptême du Seigneur — Année A dans Catéchèse ob_07d0b5_ilustracion-del-bautismo-de-jesucrist

Here is my servant, who has all my favor…

Thus says the Lord : « This is my servant whom I uphold, my chosen one who has all my favor. I have put my spirit upon him ;  to the nations he will proclaim righteousness. He will not shout, nor raise his voice, nor make his voice to be heard outside. He will not break the reed that bends, he will not quench the wick that fails, he will proclaim judgment in truth.

He will not weaken, neither will he yield, until he establish the right in the land, and the far-off islands long for his laws. I, the Lord, have called thee according to righteousness: I have taken thee by the hand, I have fashioned thee, I have made thee a covenant of the people, a light of the nations: thou shalt open the eyes of the blind, thou shalt bring forth the captives out of their prison, and out of their dungeons they that dwell in darkness. «  (Is 42, 1-4.6-7).

The Lord blesses his people

 A/. The Lord blesses his people by giving them peace.

Render to the Lord, you gods, render to the Lord glory and power. Give the Lord the glory of his name, worship the Lord, dazzling with holiness.

The voice of the Lord rules the waters, the Lord rules the waters. Voice of the Lord in his strength, voice of the Lord that dazzles.

The God of glory unleashes thunder, and all in his temple cry out, « Glory! « The Lord sat in the flood; the Lord sits, the Lord is king forever ! (Ps 28)

God gave him the anointing of the Holy Spirit

In those days, when Peter came to Caesarea to a centurion of the Roman army, he answered and said : « Truly, I understand that God is impartial: He welcomes whoever fears him and whose works are righteous, regardless of nation. This is the word he sent to the children of Israel, proclaiming to them the good news of peace through Jesus Christ, who is Lord of all.

You know what happened throughout the whole land of the Jews, from the beginnings in Galilee, after the baptism proclaimed by John: Jesus of Nazareth, God gave him the anointing of the Holy Spirit and power. Wherever he went, he did good and healed all who were under the power of the devil, for God was with him.  » (Acts 10:34-38)

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Matthew

Then appear Jesus. He had come from Galilee to the Jordan to John, to be baptized by him. John wanted to stop him and said : « I need to be baptized by you, and you come to me. But Jesus said to him, « Let it be for now, for it is fitting that we should do all righteousness in this way. « So John let him.

As soon as Jesus was baptized, he came up out of the water, and behold, the heavens were opened, and he saw the Spirit of God descending like a dove and coming upon him. And a voice from heaven said, ‘This is my beloved Son, in whom I find my joy. »

Homily

Today we contemplate the Messiah – the Anointed One – on the banks of the Jordan « to be baptized » (Mt 3, 13) by John. And we see Jesus Christ designated by the presence of the Holy Spirit in a visible form and, in an audible form, by the presence of the Father who declares of Jesus : This is my beloved Son, in whom I have put all my love » (Mt 3, 17).

This is a wonderful and at the same time motivating reason to live : to be the subject and object of the love of the heavenly Father. To complain to the FatherThis is what we are already asking in a certain way in today’s Mass collection : « Eternal and almighty God grant that your adopted sons, born of water and the Spirit, may always keep themselves in your holy will ».

God, who is an infinitely good Father, always loves us « well ». But do we allow Him to do so ? Are we worthy of this divine benevolence ? To be worthy of divine benevolence and indulgence, Christ gave the waters a regenerating and purifying power, so that when we are baptized we begin to be truly children of God.

« Perhaps someone will ask, ‘Why did he want to be baptized if he was a saint ? Listen to me ! Christ is baptized not to be sanctified by the waters, but to sanctify the waters » (St. Maximinus of Turin) All this places us – without any merit on our part – on a certain plane of natural connivance with the divinity.

But this first regeneration is not enough for us: we need to relive our Baptism in some way by means of a continual « second baptism »: conversion. In parallel with the first mystery of the Light of the Rosary – the Baptism of the Lord – we should contemplate the example of Mary in the fourth joyful mystery : Purification. She, the Immaculate, the pure virgin, has no difficulty in submitting to the rules of purification. We implore from her simplicity, sincerity and humility which will allow us to live our purification constantly in the manner of a « second baptism ».
Author + Père Marie Landry Bivina

Complementary

  Deacon Michel Houyoux  : click here to read the paper →  The Baptism of the Lord – Year A

Links to other Christian sites

◊  Discipleship Ministries : click here to read the paper → Baptism of the Lord, Year A

◊ Father Albert Lacra’s Blog : click here to read the paper →  The Baptism of the Lord (Year A)

Baptism of the Lord Year A

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Baptême du Seigneur

Posté par diaconos le 12 janvier 2020

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 Voici mon serviteur, qui a toute ma faveur

Ainsi parle le Seigneur : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit. Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois. Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice ; je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations : tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres. » (Is 42,1-4.6-7)

Le Seigneur bénit son peuple

 R/. Le Seigneur bénit son peuple en lui donnant la paix.

Rendez au Seigneur, vous, les dieux, rendez au Seigneur gloire et puissance. Rendez au Seigneur la gloire de son nom, adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté.

La voix du Seigneur domine les eaux, le Seigneur domine la masse des eaux. Voix du Seigneur dans sa force, voix du Seigneur qui éblouit.

Le Dieu de la gloire déchaîne le tonnerre, Et tous dans son temple s’écrient : « Gloire ! » Au déluge le Seigneur a siégé ; il siège, le Seigneur, il est roi pour toujours ! (Ps 28)

Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée, chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit : « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial : il accueille, quelle que soit la nation, celui qui le craint et dont les œuvres sont justes. Telle est la parole qu’il a envoyée aux fils d’Israël, en leur annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus Christ, lui qui est le Seigneur de tous. Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. »  (Ac 10, 34-38)

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

  Alors paraît Jésus. Il était venu de Galilée jusqu’au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui. Jean voulait l’en empêcher et disait : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! »     Mais Jésus lui répondit :   laisse faire pour le moment, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. » Alors Jean le laisse faire.

Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.     Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. »

Homélie

Aujourd’hui, nous contemplons le Messie -l’Oint- sur les bords du Jourdain «pour se faire baptiser» (Mt 3, 13) par Jean. Et nous   voyons Jésus-Christ désigné par la présence de l’Esprit Saint sous une forme visible et, sous une forme audible, du Père qui   déclare de Jésus : Celui-ci est mon Fils bien-aimé; en lui j’ai mis tout mon amour» (Mt 3, 17). Voici une raison de vivre merveilleuse et en même temps motivante: être le sujet et l’objet de l’amour du Père céleste. Complaire au PèreC’est ce que nous demandons déjà d’une certaine manière dans la collecte de la messe d’aujourd’hui : «Dieu éternel et tout-puissant accorde à tes fils adoptifs, nés de l’eau et de l’Esprit, de se garder toujours dans ta sainte volonté». Dieu, qui est un Père infiniment bon, nous aime toujours « bien ». Mais le Lui permettons-nous? Sommes-nous dignes de cette bienveillance divine ? Y correspondons-nous ?Pour être dignes de la bienveillance et de la complaisance divine, le Christ a communiqué aux eaux une force régénératrice et purificatrice, de telle sorte que, quand nous sommes baptisés, nous commençons à être vraiment des enfants de Dieu. «Peut-être quelqu’un demandera-t-il: ‘Pourquoi a-t-il voulu être baptisé, s’il était saint ?’. Écoute-moi ! Le Christ est baptisé non pour que les eaux le sanctifient, mais pour sanctifier les eaux» (Saint Maximin de Turin).Tout cela nous situe -sans aucun mérite de notre part-sur un certain plan de con naturalité avec la divinité. Mais cette première régénération ne nous suffit pas: il nous faut revivre en quelque sorte notre Baptême au moyen d’un « second baptême  » continuel : la conversion. En parallèle avec le premier mystère de la Lumière du Rosaire -le Baptême du Seigneur- il nous convient de contempler l’exemple de Marie dans le quatrième mystère joyeux : la Purification.Elle, l’Immaculée, la vierge pure, n’a aucun inconvénient à se soumettre aux règles de la purification. Nous implorons d’elle la simplicité, la sincérité et l’humilité qui nous permettront de vivre constamment notre purification à la manière d’un « second baptême ».
Auteur  + Père Marie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Le Baptême du Seigneur — Année A

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Liturgie catholique   : cliquez ici pour lire l’article  →  Le baptême du Seigneur

◊ Église orthodoxe de saint Séraphin de Sarov à Montgeron    : cliquez ici pour lire l’article  → La Baptême du Seigneur

Je  demande le baptême.

Image de prévisualisation YouTube[/youtube]

Publié dans Accueil sur mon blog, La messe du dimanche, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Rebbe, where are you staying ?

Posté par diaconos le 5 janvier 2020

L’image contient peut-être : 2 personnes

Sending of Father Marie Landry Bivina

Little children, let no one lead you astray: he who practices righteousness is righteous as he, Jesus, is righteous; he who commits sin is of the devil, for from the beginning the devil has been a sinner.

It is to destroy the works of the devil that the Son of God manifested Himself. Whosoever is born of God commits no sin, for that which was sown by God abides in him: therefore he cannot sin, because he is born of God.

This is how the children of God and the children of the devil manifest themselves: Whoever does not practice righteousness is not of God, neither is he who does not love his brother. (1Jn 3, 7-10)

Responsorial Psalm 97

A/. The whole earth has seen the salvation of our God.
Sing to the Lord a new song, for he has done wonders; by his most holy arm, by his mighty hand, he has secured victory.

Let the sea and its riches, the world and all its inhabitants resound; let the rivers clap their hands, let the mountains sing their joy.

Praise the Lord, for he comes to rule the earth, to rule the world with justice and the peoples with righteousness !

The next day, John the Baptist was again with two of his disciples. Looking at Jesus who came and went, he said, « Behold the Lamb of God ». The two disciples heard this word, and they followed Jesus. He turned and saw that they were following him, and said to them, « What are you looking for ? They said to him :  « Rabbi (that is, Teacher), where do you dwell ? He said to them, « Come, and you will see ».

They went with him, and saw where he dwelt, and they stayed with him that day. It was about four o’clock in the evening. Andrew, Simon Peter’s brother, was one of the two disciples who had heard John the Baptist and followed Jesus. First he found his brother Simon and said to him, « We have found the Messiah (that is, the Christ). Andrew brought his brother to Jesus. Jesus looked at him and said, « You are Simon, son of John, and your name will be Kepha » (which means « stone »). (Jn 1,29-34)

Come and you’ll see

Today, the Gospel reminds us of the circumstances of the vocation of the first disciples of Jesus. In preparation for the coming of the Messiah, John and his companion Andrew had heard and followed the Baptist for some time. One fine day, the Baptist pointed to Jesus and called him the Lamb of God. Immediately John and Andrew understood these words : « He is the expected Messiah !   » And leaving the Baptist, they followed Jesus.

Jesus heard the footsteps behind him. He turned around and looked at the people who followed him. The eyes of Jesus met those simple men. They remained captivated. This gaze turned their hearts and they felt the desire to stay with Him : « Rabbi, where are you staying ?  » (Jn 1, 38), they asked Him, « Come, and you will see, » Jesus said to them. He invited them to follow him, to look and contemplate.

They went and looked at him and listened to him. And when it was dark that night, they stayed with him. It was a time of intimacy and confidences. The hour of shared love. They stayed with Him until the next day, when the sun rose over the world.

Burned by the flames of the sun that came to visit us from the heavens, for the people remained in darkness. (Lk 1, 78-79), they went away to radiate it. Excited, they felt the need to communicate to the first people they met on their way what they could see and experience : « We have found the Messiah !  » (Jn 1, 41). The saints did the same. St. Francis, wounded by love, went through the streets and squares, through the hamlets and woods, shouting : « Love is not loved !

In the Christian life the essential thing is to let oneself be looked at by Jesus, to go and see where He lives, to live with Him and to share. And, afterwards, to proclaim it. This is the way and the process that the disciples and the saints followed. It is our way.

Complementary

 What are you looking for?

It is the first word of Jesus in the Gospel of John. This word is also addressed to each person ; it is also addressed to you. Jesus Christ is the answer to the questions that each person carries within himself, concerning the meaning of his life, of the world and of human history. But how can we meet Christ, see him and walk with him ? It takes men, women, young men and women to lead their friends to Jesus so that they can verify that in Jesus Christ their hope is fulfilled and that everything takes on meaning in him.

During a moment of recollection, place yourself before Christ to listen to him ask you the question : « What are you looking for ?  « In all loyalty, what will you answer him ?

John the Baptist looked at Jesus as he came and went, and said, « Behold the Lamb of God. » Yes, John the Baptist, pointing to Jesus, faded before him. Have you ever wondered, « Why did John present Jesus to his followers and say, ‘Behold the Lamb of God?

The word ‘Lamb’ in Aramaic, the language Jesus spoke, is the same as ‘servant’: every pious Jew knew this prophecy of the prophet Isaiah, who presented the perfect servant as being mistreated, he humbles himself, he does not open his mouth: as a lamb is led to the slaughterhouse, as a dumb sheep before the shearers, he does not open his mouth (Is 53:7).

From the beginning, Jesus was designated as the one who let himself be immolated in silence, the one who sacrificed his life for love to take away the sins of the world. The Lamb of God that we sing before communion is the image of the victorious warrior, covered with the blood he shed to save us from evil !

Deacon Michel Houyoux

External links

◊ Eternity Seed : click here to read the Article  →  Rabbi, where are you staying

 Where are you staying ? Fr. David Kime Homily

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Rabbi, où demeures-tu ?

Posté par diaconos le 5 janvier 2020

+ PÈRE MARIE LANDRY BIVINA
L’image contient peut-être : 2 personnesPetits enfants, que nul ne vous égare : celui qui pratique la justice est juste comme lui, Jésus, est juste ; celui qui commet le péché est du diable, car, depuis le commencement, le diable est pécheur.

C’est pour détruire les œuvres du diable que le Fils de Dieu s’est manifesté. Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché, car ce qui a été semé par Dieu demeure en lui : il ne peut donc pas pécher, puisqu’il est né de Dieu.

Voici comment se manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et pas davantage celui qui n’aime pas son frère. (1Jn 3,7-10)

Psaume Responsorial : 97

R/. La terre tout entière a vu le salut de notre Dieu.
Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire.

Que résonnent la mer et sa richesse, le monde et tous ses habitants ; que les fleuves battent des mains, que les montagnes chantent leur joie.

Acclamez le Seigneur, car il vient pour gouverner la terre, pour gouverner le monde avec justice et les peuples avec droiture !

Le lendemain, Jean Baptiste se trouvait de nouveau avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : «Voici l’Agneau de Dieu». Les deux disciples entendirent cette parole, et ils suivirent Jésus. Celui-ci se retourna, vit qu’ils le suivaient, et leur dit : «Que cherchez-vous ?». Ils lui répondirent  : «Rabbi (c’est-à-dire: Maître), où demeures-tu ?». Il leur dit : «Venez, et vous verrez». Ils l’accompagnèrent, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers quatre heures du soir. André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu Jean Baptiste et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord son frère Simon et lui dit : «Nous avons trouvé le Messie (autrement dit: le Christ). André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : «Tu es Simon, fils de Jean; tu t’appelleras Képha» (ce qui veut dire: “pierre”). (Jn 1,29-34)

Venez et vous verrez

Aujourd’hui, l’Évangile nous rappelle les circonstances de la vocation des premiers disciples de Jésus. Pour se préparer à la venue du Messie, Jean et son compagnon André avaient entendu et suivi le Baptiste pendent quelque temps.

Un beau jour, celui-ci leur indiqua Jésus du doigt en l’appelant l’Agneau de Dieu. Tout de suite, Jean et André comprirent ces paroles : « C’est Lui, le Messie attendu !  » Et, en abandonnant le Baptiste, ils suivirent Jésus.

Jésus entendit les pas derrière lui. Il se retourna et fixa son regard sur les gens  qui le suivirent. Les regards se croisèrent entre Jésus et ces hommes simples. Ceux-ci restèrent captivés. Ce regard renversa leur cœur et ils sentirent le désir de rester auprès de Lui :  » Rabbi, où demeures-tu ? »  (Jn 1,38), Lui demandèrent-ils,  » Venez, et vous verrez » leur dit Jésus. Il les invita à le suivre, à regarder et à contempler.

Ils y allèrent, et le regardèrent en l’écoutant. Et, à la tombée de jour, cette nuit là, ils restèrent auprès de lui. Ce fut l’heure de l’intimité et des confidences. L’heure de l’amour partagé. Ils demeurèrent avec Lui jusqu’au lendemain, lorsque le soleil se leva sur le monde.

Embrasés par les flammes du soleil qui  vint nous visiter du haut des cieux, pour les gens demeurent dans les ténèbres. ( Lc 1,78-79), ils s’en allèrent pour l’irradier. Excités, ils sentirent la nécessité de communiquer aux premières personnes qu’ils rencontrèrent sur leur chemin, ce qu’ils purent voir et vivre :  » Nous avons trouvé le Messie ! «   (Jn 1,41). Les saints agirent de même. Saint François, blessé d’amour, alla par les rues et les places, par les hameaux et les bois, en criant :  » L’Amour n’est pas aimé  ! ».

Dans la vie chrétienne l’essentiel, c’est de se laisser regarder par Jésus, aller voir où Il demeure, vivre avec Lui et partager. Et, après, l’annoncer. C’est le chemin et le processus que les disciples et les saints suivirent. C’est notre chemin.

Contact → Marie Landry Bivina

Complément

◊   Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →   Nous avons trouvé le Messie

Liens avec  d’autres sites

◊ Regnum Chrisit : cliquez ici pour lire l’article → Nous avons trouvé le Messie

◊  Hozanna   : cliquez ici pour lire l’article →  « Nous avons trouvé le Messie » (Jn 1, 35-42)

Maître, où demeures tu ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps de Noël | 1 Commentaire »

12345...70
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS