Deuxième dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 5 décembre 2021

Rendez droits les chemins du Seigneur

 De l’Évangile selon saint Luc

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Pon, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu. (Lc 3, 1-6)

ce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

En l’an quinze de l’empire de Tibère Jules César était procurateur de Judée

En ce deuxième dimanche de l’Avent, sachons entendre et voir les signes précurseurs de la venue du Messie. Ouvrons nos cœurs pour nous laisser surprendre encore par la nouveauté que Dieu vient apporter dans notre vie. Ta Parole est une lampe sur mes pas, Seigneur. Donne-moi de l’écouter aujourd’hui avec un cœur et des oreilles disponibles.

Aujourd’hui presque la moitié du passage de l’évangile consiste en des faits historico Tibère César, alors que Ponce Pilate était procureur de Judée et Hérode tétrarque de Galilée (Lc 3,1) . Pourquoi ? Pour briser le mythe ! Dieu est entré dans l’histoire de l’humanité d’une façon très concrète, de même que dans l’histoire de tout homme. Par exemple, dans la vie de Jean – fils de Zacharie qui était dans le désert. Il l’a appelé pour qu’il crie au bord du Jourdain (Lc 3, 6).

-biographiques. Même dans la liturgie de la Messe on n’a pas changé ce texte historique par le fréquent « en ce temps-là. C’est cette introduction si  insignifiante pour l’homme contemporain qui a prévalu : en l’an quinze de l’empire de

Aujourd’hui, Dieu s’adresse aussi à moi. Il le fait personnellement – comme avec Jean Baptiste – ou par l’intermédiaire de ses émissaires. Mon fleuve Jourdain peut être l’Eucharistie dominicale ou peut être le tweet du pape François, qui nous rappelle que le chrétien n’est pas le témoin d’une quelconque théorie, mais d’une personne : du Christ Ressuscité, vivant, unique Sauveur de tous. Dieu est entré dans l’histoire de ma vie parce que le Christ n’est pas une théorie. Il est la pratique salvatrice, la Charité, la Miséricorde.

Jésus est sur le point d’arriver sur terre, et nous le retrouverons comme un petit enfant, «sans défense» allongé dans une crèche: si petit qu’il ne pourra pas escalader les murs de l’orgueil de mon cœur, ni émerger au-dessus des vagues de ma sensualité.

Mais en même temps, Dieu Lui-même a besoin de notre pauvre effort : que nous remplissions les vallées de notre manque de confiance en allant vers son Amour ; que nous nivelions les monts et collines de notre orgueil, qui nous empêche de Le voir et de recevoir son aide ; que nous redressions et aplanissions les chemins tordus qui font de la voie vers notre cœur un labyrinthe…

Nous avons beaucoup de ravins à remplir, beaucoup de chemins à aplanir, beaucoup de montagnes à abattre. Peut-être nous vivons dans une époque difficile, mais les moyens ne nous manqueront pas si nous comptons sur la grâce de Dieu. Nous serons des précurseurs dans la mesure ou nous vivons proches du Seigneur et ainsi s’accompliront les paroles de la Carta a Diogneto : « Ce que l’âme est pour le corps ainsi sont les chrétiens à l’intérieur du monde ».

Naturellement, nous devons aimer de tout cœur ce monde dans lequel nous vivons comme disait un personnage d’un roman de Dostoïevski : « Aimer toute la création dans son ensemble et avec ses éléments, chaque feuille, chaque rayon de lumière, les animaux, les plantes. C’est en aimant que l’on comprend le mystère divin des choses. Et une fois compris vous finirez par aimer le monde entier avec un amour universel ».

Aujourd’hui, c’est le deuxième dimanche de l’Avent dont l’objectif principal est que je puisse trouver Dieu sur le chemin de ma vie. Plus seulement un Nouveau Né, mais surtout le Sauveur le plus Miséricordieux, pour voir le sourire de Dieu, quand tout le monde verra le salut que Dieu envoie (cf. Lc 3,6). C’est comme ça ! Saint Grégoire de Nazianze l’enseignait : « Rien ne fait plus plaisir à Dieu que la conversion et le salut de l’homme ».

Seigneur, la voix du prophète Jean-Baptiste m’encourage et me stimule, car ta venue se rapproche. Aide-moi à aplanir mes chemins, à les rendre plus droits, afin que tu puisses les emprunter et venir à moi en ce temps de l’Avent. Préparer ma confession et prendre les moyens de m’organiser pour rencontrer un prêtre un de ces prochains jours, comme un moyen d’aplanir la route » afin que le Seigneur puisse venir, s’approcher de moi, me pardonner et me transformer plus profondément.

Contact  Père Marie Landry Bivina

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href= »" title= »"> <abbr title= »"> <acronym title= »"> <b> <blockquote cite= »"> <cite> <code> <del datetime= »"> <em> <i> <q cite= »"> <strike> <strong>

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Deuxième dimanche de l’Avent, année C

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Deuxième dimanche de l’Avent de l’année C

 Père Aimé Valy :  « Rendez droits les sentiers du Seigneur »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Premier dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 28 novembre 2021

Bien qu’entouré par la méchanceté, le prophète Habaqouq reste spirituellement éveillé

Rester spirituellement éveillés

 

De l’Évangile selon saint Luc

Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. » Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme.» (Lc 21, 25-28.34-36)

Priez en tout temps

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

« Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens te demander la paix, la sagesse, la force. Je veux regarder aujourd’hui le monde avec des yeux tout remplis d’amour. » (Saint François d’Assise)

Jésus, aide-moi à entrer dans ce temps de l’Avent en me préparant intérieurement à l’un des plus grands mystères chrétiens : ton Incarnation. «Priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme»

Aujourd’hui, début de la nouvelle année liturgique, nous prenons la résolution de renouveler notre enthousiasme et notre lutte personnelle pour atteindre la sainteté, la nôtre et celle de tous. Dans l’Évangile d’aujourd’hui l’Église nous y invite et nous rappelle en même temps la nécessité d’être toujours prêts, toujours “amoureux” du Seigneur : «Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie» (Lc 21, 34).

Mais notons bien un détail important chez les amoureux : cette attitude d’éveil, de préparation, ne peut pas être intermittente mais doit, au contraire, être permanente. C’est pour cela que le Seigneur nous dit : «Restez éveillés et priez en tout temps» (Lc 21, 36). En tout temps ! : Voici la mesure juste de l’amour. La fidélité ne consiste pas à des “maintenant oui, maintenant non”. Il est donc très opportun que notre rythme de piété et de formation spirituelle soit un rythme habituel (jour après jour, semaine après semaine). Ah si nous pouvions vivre chaque journée avec la mentalité d’un débutant ; ah si chaque matin , à notre réveil, nous parvenions à dire : aujourd’hui je suis né (merci, mon Dieu !) ; aujourd’hui je reçois le baptême ; aujourd’hui, je fais ma Première Communion ; je me marie… Pour persévérer d’un air joyeux il faut “re-recommencer”, il faut se renouveler.

Nous n’avons pas sur le terre de demeure permanente. Le jour viendra où même «les puissances des cieux seront ébranlées» (Lc 25, 26). Bonne raison pour nous tenir sur nos gardes ! Mais, en ce temps de l’Avent, l’Église ajoute un beau motif pour notre joyeuse préparation : certainement, un jour les hommes «verront le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire» (Lc 25, 27), mais maintenant Dieu arrive sur la terre dans la douceur et la discrétion ; comme un nouveau-né, au point que le Christ fût emmailloté dans des langes et placé dans une crèche . (Saint Cyrille de Jérusalem). Seulement un esprit attentif peut découvrir en cet Enfant la grandeur de l’amour de Dieu et de son salut. (Ps 84, 8).

«Que rien ne te trouble, que rien ne t’épouvante, tout passe, Dieu ne change pas, la patience obtient tout ; celui qui possède Dieu ne manque de rien : Dieu seul suffit.» (Sainte Thérèse d’Avila) Cette semaine, Trouvez un moment pour aller prier dans une église et montrer par ce geste combien la prière est précieuse pour vous.

Contact Père Marie Landry Bivina

 Compléments

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. →  PREMIER DIMANCHE DE L’AVENT DE L’ANNEE C

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. → A.D.A.L. pour le premier dimanche de l’Avent, année C

◊ Diacre Mchel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article. →Redressez-vous et relevez la tête (Lc 21,28)

◊Diacre Mchel Houyoux (Archive 2012) : cliquez ici pour lire l’article. →     Premier dimanche de l’Avent, année C

Liens avec d’autres sites chrétiens

Campagne de l’avent 2021  :  cliquez ici pour lire l’article. →  campagne de l’avent 2021 – Action Vivre Ensemble

Koïnonia Jean-Baptiste (Suisse) – Père Olivier Bagnoud : « Priez en tout temps dans l’Esprit, » ( Eph 6,18)

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans A.D.A.L., Accueil sur mon blog, Catéchèse, comportements, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Il est toujours bon de témoigner notre Amour et de renouer avec des personnes

Posté par diaconos le 14 novembre 2021

Post de Richard Rouleau

Peut être une image de 2 personnes, barbe, arbre et plein air

Mon mot du 12 novembre 2021 : « L’histoire d’une roche pour Sainte Marguerite Marie  De ce lien https://m.youtube.com/watch?v=Rt4nY2mO90k Et pour Derek Aucoin à https://www.tvasports.ca/…/derek-aucoin–je-suis-encore… Faisant suite à => https://www.facebook.com/1325261768/posts/10224881678532314/ Ce que je retiens du livre LA TÊTE HAUTE de Derek Aucoin auteur Benoît Rioux page 15 : en tant qu’intervenant  , j’-aime avoir un impact sur les gens, -montrer l’importance d’avoir une attitude positive, -d’être reconnaissant de tout ce que la vie nous offre.

Ton attitude, c’est ta décision. Un exercice que j’aime faire, en marge de ces conférences,  c’est le défi des trente  jours.  En quoi ça consista ?  J’invite les participants à appeler quotidiennement deux personnes  différentes au cours des trente jours suivants. Le but : les remercier de faire partie ou d’avoir fait partie de leur vie. (membre de la famille, ami, un partenaire d’affaires, un ancien entraîneur, un enseignant de l’école primaire ou secondaire…) À la fin du défi, la personne doit me contacter pour me dire que les trente jours sont complétés. - »Il est toujours bon de témoigner notre Amour et de renouer avec des personnes qui ont été importantes à un moment ou à un autre de notre vie.

On peut me poser mille questions : « Est-ce que ça t’arrive, Derek, d’avoir une mauvaise journée ? » La découverte pour mes soins d’une tumeur au cerveau au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) : je devais garder la tête haute pour disputer le match le plus important de ma vie,  faire un bilan. Benoît Rioux  passa des centaines d’heures, à l’été et à l’automne 2019, à rire et à pleurer avec son ami Derek Aucoin, alors que celui-ci, se sachant atteint d’un cancer du cerveau incurable, ressassait tous ses souvenirs pour les laisser en héritage au public, mais surtout à sa belle épouse, Isabelle, et à son petit garçon, Dawson.

Derek Aucoin – La tête haute est paru à la mi-mars 2020, au tout début de la pandémie, et Benoît Rioux définit le recueil comme «une histoire de baseball et de gratitude». La tête haute, c’est le récit du parcours d’un gamin de Boisbriand qui, en s’entraînant avec une roche devant chez lui, sa roche, rêvait de Gary Carter, d’Andre Dawson, de Tim Raines, et de porter les couleurs des Expos de Montréal. Un géant à l’immortel cœur d’enfant, devenu lanceur au baseball, qui  fit son chemin dans le circuit professionnel, qui  enseigna sa discipline aux enfants de Susan Sarandon et à ceux de Jerry Seinfeld (lequel lui écrivt une lettre de remerciements, mentionnant que les enseignements de Coach Derek  guidèrent toute sa maisonnée). Un gaillard au bagage de vie incroyable, qui  protégea Jennifer Lopez d’un assaut de Tim Commerford, le bassiste de Rage Against the Machine, lors des MTV Video Music Awards, en 2000.

L’amitié entre Benoît Rioux et Derek Aucoin  fit d’eux des frères. Et Rioux continua de faire siennes et de propager les douces philosophies de son vieil ami, qui répétait constamment que«vivre, c’est donner, que quand on donne, on reçoit, et qui savait faire la meilleure des limonades avec les citrons que la vie lui envoyait. )Malgré un cancer du cerveau, DEREK AUCOIN fut dans la Gratitude. Un témoignage bouleversant pour la Fête des Pères ! : – Collaborateurs : Sylvain Charron, Père Michel Marie, Charles Vallières, David Ban – Invité : Derek Aucoin → https://m.youtube.com/watch?v=NX-hjiZohMg  Dimanche onze octobre 2020, Dereck Aucoin combattait le cancer du cerveau avec son épouse Isabelle.

En ce temps de grâce, Dieu nous donne d’approfondir l’expérience de la gratitude. La gratitude, c’est reconnaître un accomplissement, une grâce, un bienfait reçu qui nous touche et pour lequel nous sommes amenés à remercier notre Dieu. C’est bien, pour nous, un temps de grâce qui nous plongera de plus en plus dans le miracle de la gratitude. Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts,

Nous voulons reconnaître que la résurrection du Christ est la source de toute gratitude et l’objet principal de notre action de grâce. Nous reconnaissons que le Christ, par amour pour nous, s’est donné sur la croix, est mort pour nous donner la vie et l’espérance. Dans cette retraite, nous vous invitons à approfondir votre gratitude en ce temps que nous vivons, mais sans jamais quitter des yeux le plus grand sens de notre foi : le Christ est vivant et ressuscité parmi nous ! Nous méditons sur les principaux aspects de la gratitude en nous référant au livre du Père Lionel Dalle sur le Miracle de la Gratitude (publié par Emmanuel) et comment nous pouvons réconforter le doux Cœur de Jésus par cet acte simple.

Seigneur, reçois notre amour et notre gratitude En ce jour Seigneur, reçois notre gratitude, notre amour, notre louange pour tout ce que tu es pour toutes les merveilles que tu fais. Que notre louange et notre joie soient, pour votre Sacré-Cœur, une source de consolation et de réparation ! Que ton Esprit Saint nous donne la grâce de pouvoir grandir dans la vertu de gratitude afin que nos vies soient remplies d’espérance et de paix ! Amen!

La gratitude trouve son origine dans le mot latin gratitudo, qui signifie reconnaissance. La gratitude est la conscience d’une grâce reçue qui nous touche et pour laquelle nous sommes appelés à remercier l’auteur. Nous avons d’innombrables raisons, petites et grandes, d’être reconnaissants, mais d’innombrables fois, nous sommes davantage dans la tristesse, les grognements et les plaintes. Acte de Gratitude : reconnaître une grâce ou un bienfait que nous avons reçu de Dieu ou de quelqu’un, se souvenir de ce moment spécial que nous avons vécu.

Je te rends grâce, Seigneur, tu m’as montré que la foi se renouvelle chaque jour ; Je pensais que ma foi était bien établie, mais je me suis laissé envahir par une peur et il n’y avait plus de place pour Jésus ; dans mon cœur. Je suis allé me ​​confesser pour ce manque de foi et d’humilité. Je me sens petit devant tant de grâce obtenue.  Merci Seigneur! pour tes grâces ! ta force qui m’aide à rester fort ! malgré mon incurable sep ! Merci beaucoup! pour m’avoir transformé en Esprit Saint ! Que cela se fasse selon votre volonté ! Tu es ma raison de vivre ! Amen !

)Père Éternel je te dis Merci. Merci d’avoir inscrit mon nom une fois de plus dans le cahier de vie , Merci pour mon fils , Merci pour mon mari et Merci pour le reste de ma famille . Merci aussi pour tous ceux que je ne connais pas et qui ont appris cette bénédiction de voir le jour . Reçois Seigneur dans ton royaume Céleste tous ceux qui sont partis trop tôt ? leurs familles sont dans la tristesse certes, mais tu as dit dans ta parole que tu allais nous préparer une place au près de ton père. Seigneur Jésus je te prie pour tous ceux qui sont au purgatoire reçois leurs âmes . Que ton Saint Nom Soit Sanctifié .

Je rends grâce à Dieu pour mon intégration dans notre paroisse grâce à notre Bon Pasteur, l’abbé Tim. Actuellement, je m’occupe du fleurissement à l’église ce qui me rend heureuse et en union avec notre Dieu. Je prépare aussi la Demi-heure pour Dieu tous les 3ème lundis du mois avec deux amis, je fais la lecture dans les mess avec le groupe de lecture ce qui a enlevé ma peur de parler en public, les Partages d’Évangiles avec notre prêtre et la distribution du bulletin paroissial. Cela m’a permis de renouer avec Dieu mais aussi avec la vie sociale qui a été plus de 20 ans en berne. Un grand merci à l’abbé Tim et à Dieu pour les bienfaits et grâces reçus. Je bénis notre Seigneur et Dieu.

Seigneur merci pour ce beau jour que tu me faire voir , merci pour ta présence dans ma vie , merci pour la grâce que répandre chaque jour sur mes enfants et mes proches , garde moi toujours sur le chemin de la lumière toi qui est saint pour l éternité,

Amen. Chant voir =>https://hozana.org/…/132180-j2-qu-est-ce-que-la-gratitude

Contact  Richard Rouleau·

Toute une histoire : « Amour, amitié : comment réussir ses retrouvailles ? « 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Trente-troisième dimanche du Temps Ordinaire de l’année B

Posté par diaconos le 14 novembre 2021

Manifestation glorieuse du Fils de l’homme

La Transfiguration de Jésus, révélation de notre destinée

Michel Houyoux
Michel Houyoux    Professeur de sciences du secondaire à Mons chez Collège saint Stanislas à Mons
 la marche sur les eaux est un épisode de la vie de Jésus de Nazareth et de ses apôtres figurant dans certains des évangiles du Nouveau Testament qui montrent « Jésus marchant sur les eaux ». Il s’agit d’un des miracles accomplis par Jésus dans le cadre précis de la domination de la nature, où l’on voit Pierre, figure de l’Église, quittant la « nave juive », dans l’obéissance au Seigneur, comptant sur la puissance de sa parole. Dans l’évangile selon Marc, toutefois, les disciples, affirme Camille Focant, « répondent à l’épiphanie de Jésus sur le lac comme le faisaient « ceux du dehors » qui voient et entendent sans comprendre , car leur cœur est endurci Cette dernière expression n’avait été jusqu’ici été utilisée que pour les Pharisiens juste avant qu’ils ne complotent la mort de Jésus plus la révélation salvifique de Jésus s’affirma de manière extraordinaire, plus les disciples semblèrent régresser vers une dureté de cœur semblable à celle des adversaires de Jésus..
x
Rudolf Bultmann démythologisa cet épisode évangélique et le rangea parmi des affirmations théologiques présentées dans les récits bibliques comme des faits historiques. Pour Origène, la barque représente nos vies confrontées aux vents et aux flots tumultueux imposés par le Mal. Malgré toutes les péripéties qui surviennent, le Christ voulut que nous tenions le cap des vertus. . Le père Joseph-Marie Verlinde précise que ce miracle suit la scène de la Multiplication des pains dans la Bible (Mt 14. 13-21. Il dit que les disciples avec leur barque s’enfoncèrent dans la nuit, qui fut là, le symbole des problèmes que l’Église a à traverser mais aussi les difficultés de nos vies personnelles.
x
Pour ce prédicateur, le Messie n’a pas peur de marcher dans les tempêtes de nos vies, d’être un phare pour l’humanité. Cette apparition sur l’eau est aussi le symbole de sa résurrection, de son retour parmi les vivants ; c’est l’Alliance omniprésente de Dieu avec les humains et la fécondité qu’il place dans nos actes quotidiens. Le rapprochement – voire la superposition – des deux scènes (la multiplication des pains et la marche sur l’eau) nous invite à découvrir au cœur du Pain partagé, la présence mystérieuse de celui qui se révéla en marchant sur les eaux.
x
La lumière du jour éclaire du pain, la lumière de l’Esprit, qui luit dans les ténèbres de notre ignorance, éclaire la divinité de celui qui se tient sous ces humbles espèces. Jésus est  le pain de vie descendu du ciel, le pain que le Père offre lui-même à ses enfants », écrit le père Joseph-Marie Verlinde Il conclut en expliquant que lors de la communion, dans l’hostie il y a le pain, mais que ce pain contient la lumière3. La lumière qu’il contient est, sans doute, entre autres, les écritures lues lors de l’office ; les prières récitées en sont une autre.
 x

De l’Évangile selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.

Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. (Mc 13, 24-32)

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Au milieu des agitations et des situations inextricables que nous traversons, accorde-nous la grâce de la patience et de la fermeté pour t’accueillir aujourd’hui dans une foi sans faille : les souffrances et difficultés de la vie cesseront dès ton retour au milieu de nous : tu reviendras pour nous donner la vie éternelle promise lors de ta Résurrection.

Seigneur Jésus, toi qui as livré ta vie sur la croix et qui es remonté au ciel après ta Résurrection, donne-moi la foi et la patience inébranlables dont j’ai besoin pour attendre le retour que tu nous as promis et notre entrée dans le Cœur du Père, notre Créateur et souverain Seigneur. «Sachez que le Fils de l’homme est proche»

Seigneur, augmente ma foi !

« En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. » Tous les évènements du quotidien obscurcissent et masquent les prévisions humaines. Le monde est agité : le Sauveur avait annoncé ces perturbations incompréhensibles précédant son retour. Cette deuxième venue du Christ est aussi annoncée dans la littérature prophétique et apocalyptique. Puis, les anges viendront. « Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. »

Seigneur, augmente ma foi ! « Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. » Les habitants de la terre de tous les siècles et de tous les pays manifesteront une joie profonde, inébranlable et inépuisable. La gloire du Seigneur sera manifestée au cosmos entier. Cette joie désormais infinie manifestera la gratitude de la création universelle entrant dans la gloire de Dieu : joie profonde, éternelle et sans retour. Cette joie traduit l’espérance profonde du peuple de Dieu depuis toujours et au milieu de toutes les difficultés.

« De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela» Ici, le Seigneur est sûr de la réalisation de ce dont il parle, il est sûr que ses paroles traduisent la foi qu’il a au plus intime de lui-même. « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » Mais c’est un événement futur dont personne ne connaît la date, ni les anges dans le ciel, ni même le Fils.

Après avoir annoncé sa seconde venue, il leur communique l’espérance inépuisable et les invite à vivre avec attention et vigilance. Il les invite à imiter la passivité du figuier qui évolue selon les conditions climatiques saisonnières. L’apparition des feuilles traduit l’arrivée de l’été. La récolte des figues ne tardera plus beaucoup. Les auditeurs du Seigneur sont invités à observer ce qui les entoure silencieusement ; il n’y a pas plus grand silence que celui de la végétation mais c’est d’elle que les fruits vont mûrir. Les auditeurs sont invités au calme, au silence, à la patience et à la récolte à venir ensuite.

Ce passage d’Évangile nous permet de comprendre que le plus important n’est pas de vivre et de manifester notre inquiétude et notre peur face à ce qui se passera à la fin du monde. Il est primordial de vivre le moment présent avec une foi inébranlable en cet amour dont tu n’exclus aucun d’entre nous. Tu es toujours avec nous, et même peut-être surtout lorsque nous nous sentons seuls et abandonnés. Toi, Seigneur, sur la croix, toi, le Dieu fait homme, tu as manifesté ta détresse humaine par ces mots : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27, 46)

Ainsi, en manifestant ton angoisse par cette question tout humaine, tu as montré à quel point tu t’es identifié à notre faiblesse humaine. Tu es vraiment le Dieu fait homme. Seigneur, que la communion à ton Eucharistie me conduise jusqu’à ta divinité. Seigneur, augmente ma foi ! Te prier, à chaque Eucharistie, en te demandant pardon pour ma faiblesse, pour mon manque de foi et d’amour envers toi qui manifestes ta gloire par ce divin silence.

Contact Père Marie Landry Bivina

Compléments

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire ,l’article → Trente-troisième dimanche du Temps Ordinaire de l’année B

Olivier Nedar : « Aux jours du Fils de l’homme »

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, tempo pasquale | Pas de Commentaire »

123456...14
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS