Mercredi de la deuxième Semaine du Temps Ordinaire — Année Paire de la férie

Posté par diaconos le 19 janvier 2022

PPT - LE SABBAT PowerPoint Presentation, free download - ID:5576108

Michel Houyoux, professeur retraité du secondaire (Biologie, chimie, et physique) du Collège saint Stanislas à Mons (Belgique) et diacre permanent en province de Namur-Luxembourg.

 Michel HouyouxLa piscine de Bethesda, située sur le chemin de la vallée de Beth Zeta, est mentionnée dans l’Évangile de Jean, au chapitre 5, comme le lieu d’un miracle de Jésus sur un paralytique. La description qui en est faite signale qu’elle était entourée de cinq portiques. Les anciens manuscrits de l’évangile de Jean ne s’entendent pas sur le vrai nom de cet endroit : il s’appellerait « Bezatha », ou « Bethesda », ou « Belsetha », ou encore « Bethsaïda ».

Un des manuscrits de la mer Morte résout le problème de façon inattendue. Le rouleau de cuivre, qui doit dater de la première moitié du Ier siècle, présente une longue liste de trésors cachés à Jérusalem et ailleurs en Terre d’Israël. Une des cachettes est située dans un lieu de Jérusalem appelé Bet-eshdatain, marqué par une piscine à deux bassins de grandeurs différentes. Il ne fait pas de doute, que la transcription grecque de Bethesda doit être retenue comme la plus juste, et le nom doit être traduit par « maison des deux flots, des deux bouches » : il est fait référence à deux sources d’alimentation d’une piscine, ce qui se comprend bien si cette dernière comporte deux bassins indépendants.

À la suite de restaurations entreprises sur l’église Sainte-Anne à Jérusalem en 1888, deux grandes piscines avec cinq portiques et de nombreux fragments de l’époque romaine ont été exhumées. Une fresque située sur l’un des murs représente un ange remuant l’eau. Les secondes piscines furent érigées durant le IIIe siècle av. J.-C. par le Grand Prêtre Simon II (de la famille des Oniades). Ces piscines étaient utilisées pour laver les moutons avant leur sacrifice au Temple. Cette méthode d’utilisation des piscines conféra à l’eau un halo de sainteté, et plusieurs invalides vinrent se baigner dans les piscines dans l’espoir d’être guéri. Les piscines sont mentionnées dans le Nouveau Testament.

Dans Jean 5, il est rapporté que Jésus guérit un homme dans la piscine. Son nom est décrit comme provenant de l’araméen Beth Hesda, signifiant « lieu de la grâce » . D’autres désignations incluent les noms de Bethzatha et Bethsaïda (qu’il ne faut pas confondre avec la ville de Bethsaïde en Galilée). Selon l’Encyclopédie juive : « Bethesda », elle symbolisait la maison de la pitié, un réservoir, « un bain pour nager ») avec cinq porches, près de la porte du marché des moutons (Néhémie 3:1; Jean 5:2)1. L’historien Eusèbe de Césarée (~265-~340) la surnommait « la piscine aux moutons ». Il la désigna également par les noms de « Bethsaïde » et « Beth-zatha » (Jean 5:2, marg. RSV). Sous ses « porches » ou colonnades se retrouvaient habituellement un grand nombre d’infirmes qui attendaient que l’eau se trouble et qu’un miracle se produise.

De l’évangile selon Luc

06 Un autre jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. 07 Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. 08 Mais lui connaissait leurs raisonnement, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout.

09 Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » 10 Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus ». (Lc 6, 6-11)

Guérir le jour du Sabbat

Les adversaires de Jésus voulurent voir s’ il avait en général l’habitude de guérir au jour du sabbat, ce qui eût été plus grave. D’après Luc, Jésus dit : « De sauver une vie, ou de la tuer, la fureur et la haine leur ôtèrent le bon sens. ‘ La cause en fut une manifestation éclatante de la puissance et de l’amour de Jésus. Ils crurent n’obéir qu’à leur zèle pour la loi de Dieu, mais ce zèle se corrompit et changé en passion. Matthieu dit : « Ils tinrent conseil contre lui, afin de le faire périr ». Marc ajouta : « Ils tinrent conseil avec les hérodiens..

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 23e semaine, année impaire

◊ Dominique Anger : cliquez ici pour lire l’article →  Le « culte personnel » revisité à la lumière de l’Écriture

♥   Thème Le pays de la Bible, au delà des apparences  : »La guérison de Jésus à la piscine de Béthesda »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Seconda domenica del Tempo Ordinario – Anno C

Posté par diaconos le 16 janvier 2022

Afficher l’image source

Dal Vangelo secondo Giovanni, capitolo due

 Tre giorni dopo, ci fu un matrimonio a Cana in Galilea. C’era la madre di Gesù. 02 Anche Gesù era stato invitato alla festa di nozze con i suoi discepoli. Ma finirono il vino, e la madre di Gesù gli disse : « Non hanno vino. »  Gesù le rispose : « Donna, cosa vuoi da me? La mia ora non è ancora arrivata. » Sua madre disse ai servi : « Fate tutto quello che vi dirà ».

 Ora c’erano sei bacini di pietra per le abluzioni rituali degli ebrei, ognuno dei quali conteneva circa cento litri. Gesù disse ai servi : « Riempite d’acqua i catini ». E li hanno riempiti fino all’orlo. Disse loro : a ». « Ora tiratene fuori un po’ e portatene al padrone della festa. L’hanno portato da lui.

Il matrimonio di Cana

Ci fu un matrimonio a Cana in Galilea. La madre di Gesù era lì. Anche Gesù era stato invitato alla festa di nozze con i suoi discepoli. Quando il vino finì, la madre di Gesù gli disse : « Non hanno più vino. » Gesù le rispose : « Donna, cosa vuoi da me ? La mia ora non è ancora arrivata.  » Sua madre disse ai servi : « Fate tutto quello che vi dirà ».

Tutta la Bibbia è una storia d’amore, una storia di alleanza. Nei testi scelti per la prossima domenica, l’immagine è ancora più forte: è l’immagine delle nozze tra Gerusalemme e Cristo (seconda lettura), tra Cristo e la Chiesa. Nel racconto delle nozze di Cana (Vangelo), dove Gesù dà il primo segno del Regno, le circostanze che circondano le nozze, così come il miracolo che vi ha luogo, sono tipici del simbolismo abituale di San Giovanni.

Per lui, qualsiasi realtà umana può essere evocativa del Regno, o più precisamente della vita eterna. Perché San Giovanni non usa mai il termine ‘Regno’, preferendo parlare di ‘vita’ o ‘vita eterna’. Attraverso l’incarnazione di suo Figlio, Dio ha sposato tutta l’umanità. Dio, che è amore infinito, trova la sua gioia in ogni persona ed è sempre con tenerezza che sussurra ad ogni persona, in mezzo alle sue prove e ai suoi momenti di dubbio, ai suoi momenti difficili: « Resisti, io sono qui e ti amo, vai, poiché credo in te, sarai la gioia del tuo Dio ».

 Ora attingi da esso e portalo al padrone della festa

Non avevano vino, perché il vino del matrimonio era finito. Allora la madre di Gesù gli disse : « Non c’è vino. (Gv 2,3) Poiché gli invitati erano numerosi e le nozze ebraiche duravano diversi giorni, è facile spiegare questa circostanza che il vino finì. Quando Gesù dice: la mia ora non è ancora giunta, si riferisce sempre al momento determinato dalla volontà di Dio in cui si compirà qualche grande evento della sua vita, in particolare l’ora della sua manifestazione come Messia, che sa sarà seguita dall’ora della sua morte. (Giovanni 7, 30)

Maria accettò umilmente il rimprovero, si fece da parte; ma, certa che suo figlio, se non voleva prestarsi alla dimostrazione eclatante da lei suggerita, avrebbe trovato un modo per togliere dai guai gli organizzatori della festa, ordinò ai servi di fare tutto quello che Gesù diceva. Ci rivolge anche il comando dato ai servi a Cana di Galilea durante la festa di nozze: « Fate quello che vi dirà » (Gv 2,8).

La prima lettura è dal l ibro di Isaia

Commento In questo estratto, il profeta Isaia usa la parola ‘desiderio’ (nel senso di desiderio amoroso) due volte per esprimere i sentimenti di Dio verso il suo popolo. Questo testo è una vera dichiarazione d’amore! Un fidanzato non direbbe di più alla sua amata. Sarai la mia favorita, la mia sposa… Sarai bella come una corona, come un diadema d’oro nelle mie mani… Sarai la mia gioia…

Storia Questo capitolo 62 di Isaia fu scritto nel contesto del ritorno dall’esilio. Siamo tornati dall’esilio (a Babilonia) nel 538 e il Tempio non ha cominciato ad essere ricostruito fino al 521.

Testo

Per amor di Gerusalemme non mi darò pace; per Sion non mi darò pace, finché la sua giustizia non sorga come l’alba e la sua salvezza come una fiaccola. 02 Le nazioni vedranno la tua giustizia, tutti i re vedranno la tua gloria. Ti chiameranno con un nome nuovo, dato dal Signore stesso. 03 Sarai una corona splendente tra le dita del Signore, un diadema regale nella mano del tuo Dio.

04 Non ti chiameranno più « l’Abbandonata », né chiameranno la tua terra « Terra deserta », ma ti chiameranno « la mia favorita », e chiameranno la tua terra « la mia sposa », perché il Signore ha messo la sua preferenza su di te, e alla tua terra sarà dato uno sposo. 05 Come un giovane uomo sposa una giovane ragazza, così colui che ti ha costruito ti sposerà. Come una sposa è la gioia di suo marito, così tu sarai la gioia del tuo Dio.

 Salmo 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

Commento Verrà il giorno in cui tutti i popoli senza eccezione riconosceranno Dio come l’unico Dio. Tutta l’umanità porrà la sua fiducia in lui solo: tutto questo salmo ha questa dimensione universale.

Nota La scena si svolge nel Tempio di Gerusalemme: i gradini del piazzale del Tempio sono affollati di gente, la spianata è affollata di gente, la città di Gerusalemme non basta… a perdita d’occhio, le folle si riversano… vengono da ogni dove, dai confini della terra. E tutta questa folla immensa canta a squarciagola, è una sinfonia: cosa cantano ?   »Il Signore è il re ! » Solo quattro parole, ma non parole qualsiasi: è l’esclamazione dei grandi giorni !

Testo

01 Cantate al Signore un canto nuovo, cantate al Signore, tutta la terra; 2a cantate al Signore e benedite il suo nome! 2b Di giorno in giorno proclamate la sua salvezza, 03 raccontate a tutti i popoli la sua gloria, a tutte le nazioni le sue meraviglie! 07 Date al Signore, famiglie di popoli, date al Signore la gloria e la potenza, 8a date al Signore la gloria del suo nome. 9a adorate il Signore, splendente di santità: 10a andate e dite alle nazioni: « Il Signore è re! » 10c Egli governa i popoli con giustizia.

Dalla prima lettera di San Paolo apostolo ai Corinzi

Commento In questo brano, l’apostolo Paolo parla di cose molto concrete, ricordando prima di tutto il fondamento delle cose, che è il nostro battesimo: come disse Giovanni Battista, attraverso il battesimo siamo stati immersi nel fuoco dello Spirito, e d’ora in poi è lo Spirito che riflette attraverso di noi secondo la nostra diversità. Come dice Paolo : « In tutte queste cose lo stesso Spirito è all’opera, distribuendo i suoi doni a ciascuno secondo la sua volontà »

Una delle lezioni di questo testo dell’apostolo Paolo è certamente quella di imparare a gioire delle nostre differenze. Sono le molteplici sfaccettature di ciò che l’Amore ci permette di fare secondo l’originalità di ciascuno. Rallegriamoci dunque della varietà delle razze, dei colori, delle lingue, dei doni, delle arti, delle invenzioni… Questo è ciò che fa la ricchezza della Chiesa e del mondo, purché le viviamo nell’amore.

Testo

04i Tra i fratelli è all’opera lo stesso Spirito, che distribuisce i suoi doni a ciascuno secondo la sua volontà.telli, i doni della grazia sono vari, ma è sempre lo stesso Spirito. 05 Le funzioni nella Chiesa sono varie, ma è sempre lo stesso Signore. 06 Le attività sono varie, ma è sempre lo stesso Dio che opera in ognuno. 07 Ognuno riceve il dono di manifestare lo Spirito per il bene di tutti. 08 A uno è dato, nello Spirito, il linguaggio della sapienza di Dio; a un altro, sempre nello Spirito, il linguaggio della conoscenza di Dio; 09 a un altro è dato, nello Spirito, il dono della fede; a un altro, poteri di guarigione nello stesso Spirito; 10 a un altro può fare miracoli, a un altro è un profeta, a un altro sa riconoscere ciò che veramente viene dallo Spirito; a uno è dato il dono di parlare ogni sorta di parole misteriose, a un altro il dono di interpretarle. 11 Ma in tutte queste cose, non c’è nessuno che non sia un profeta.

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo San Giovanni

L’elemento centrale della storia sono le sei giare di pietra che servivano per le abluzioni che gli ebrei facevano per purificarsi. Sono fatti di pietra, come le tavole su cui Mosè incise i dieci comandamenti di Dio (Es 20,1-17). Queste giare, che erano vuote prima dell’intervento di Gesù, rappresentano l’Antica Alleanza dove l’uomo viveva nella paura, ossessionato dalla tensione tra il puro e l’impuro, il permesso e il proibito, e cercando di liberarsi dal suo senso di impurità attraverso le abluzioni rituali.

 È a questa religione del puro e dell’impuro, delle abluzioni e dei sacrifici, che Gesù viene a sostituire una religione dell’amore simboleggiata dal vino nuovo dello Spirito. Gesù dirà un giorno che non è venuto ad abolire questa antica legge ma a compierla.

 
Commento Le nozze di Cana indicano il senso della missione di Gesù, la « Nuova Alleanza » dove Dio dà la sua vita in abbondanza. Questa pagina del Vangelo non deve essere letta come un semplice resoconto. Questa acqua trasformata in vino è bella perché gli ospiti possono continuare la festa. Ma se ci fermiamo qui, perdiamo il messaggio essenziale del Vangelo. San Giovanni non parla di un « miracolo » ma di un « segno », che non è la stessa cosa.

 Dobbiamo quindi prenderci il tempo di leggere tra le righe e vedere tutto ciò che è implicito: oltre il matrimonio della giovane coppia di Cana, ce n’è un altro: è l’alleanza di Cristo e della sua Chiesa. Tutta la Bibbia ci mostra un Dio che parla alle persone in termini di amore e di alleanza. Questo è ciò che dobbiamo vedere in questo vangelo, la proclamazione della nuova alleanza tra Dio e l’uomo. Al di là della mancanza di vino, il vangelo ci invita a prendere coscienza di tutte le nostre mancanze, mancanza di amore, mancanza di ragioni per vivere e per sperare. A Cana, Gesù viene ad incontrare un’umanità che vuole sposare.

Ci fu un matrimonio a Cana in Galilea. Anche Gesù fu invitato alla festa di nozze con i suoi discepoli. Ma non avevano vino, e la madre di Gesù gli disse: « Non hanno vino. Gesù le rispose: « Donna, cosa vuoi da me? La mia ora non è ancora arrivata. Sua madre disse ai servi : « Fate tutto quello che vi dirà ».  Ora c’erano sei bacini di pietra per le abluzioni rituali degli ebrei, ognuno contenente circa cento litri. Gesù disse ai servi  : « Riempite d’acqua i catini ». E li hanno riempiti fino all’orlo. Disse loro : « Prendetene un po’ ora e portatene al padrone del pasto ». Glielo portarono ». Era a Cana in Galilea. Ha manifestato la Sua gloria e i Suoi discepoli hanno creduto in Lui.

 L’ospite assaggiò l’acqua trasformata in vino. Lui non sapeva da dove venisse il vino, ma i servi sì, perché avevano attinto l’acqua. Il padrone della festa chiamò lo sposo e gli disse: « Tutti servono prima il vino buono, e quando la gente ha bevuto bene, si porta il vino meno buono ». Ma avete conservato il vino buono fino ad ora. Questo è l’inizio dei segni che Gesù

 

Il Diacono Michel Houyoux

Link ad altri siti web cristiani

◊ Congregazione per il clero : clicca qui per leggere l’articolo → II Domenica del Tempo Ordinario – Anno C

◊ Qumran    : clicca qui per leggere l’articolo →  Testi – II Domenica del Tempo Ordinario (Anno C)

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, Histoire, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche du Temps Ordinaire — Année C

Posté par diaconos le 15 janvier 2022

Afficher l’image source

De l’évangile selon Jean, au chapitre deux

 Trois jours plus tard, il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. 02 Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.  Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »  Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »  Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

  Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.  Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.

Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » 11 Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. (Jn 2, 1-11)

Les noces de Cana

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont plus de vin. » Jésus lui répondit : « Femme, que me veux tu ? Mon heure n’est pas encore venue. «  Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

Toute la Bible est une histoire d’amour, une histoire d’Alliance. Dans les textes choisis pour dimanche prochain, l’image est encore plus forte : c’est l’image des épousailles entre Jérusalem et le Christ (deuxième lecture), entre le Christ et l’Église. Dans le récit des noces de Cana (Évangile) où Jésus donne le premier signe du Royaume, les circonstances qui entourent celles-ci, tout autant que le miracle qui s’y accompli, sont typiques du symbolisme habituel de saint Jean.

Pour lui, toute réalité humaine peut être évocatrice du Royaume, ou plus exactement de la vie éternelle. Car saint Jean n’emploie jamais le terme de Royaume, il préfère parler de “vie” ou de “vie éternelle”. Par l’incarnation de son Fils, Dieu a épousé toute l’humanité. Dieu qui est amour infini, trouve sa joie en chaque personne et c’est toujours avec tendresse qu’il murmure à chaque personne, au milieu de ses épreuves et de ses moments de doute, de ses moments difficiles : « Tiens bon, je suis là et je t’aime, va, puisque je crois en toi, tu seras la joie de ton Dieu. »

Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas.

Ils n’avaient pas de vin, parce que le vin de la noce était épuisé. Alors la mère de Jésus lui dit : « Il n’y a pas de vin. (Jn 2,3) Comme les invités étaient nombreux et que chez les Juifs les noces duraient plusieurs jours, il est facile de s’expliquer cette circonstance que le vin finit par manquer. Quand Jésus dit : mon heure n’est pas encore venue, il désigne toujours le moment déterminé par la volonté de Dieu où doit s’accomplir quelque grand événement de sa vie, en particulier l’heure de sa manifestation comme Messie, qui, il le sait, sera suivie de l’heure de sa mort. (Jean 7, 30 ; 8, 20 ; 12, 27 ; 13, 1)

Marie accepta  humblement la répréhension, elle s’effaça ; mais, certaine que son fils, s’il ne voulut pas se prêter à la manifestation éclatante qu’elle lui suggérait,  trouva un moyen de tirer les organisateurs de la fête d’embarras, elle ordonna aux serviteurs de faire tout ce que Jésus dira. C’est à nous aussi qu’elle adresse l’ordre donné aux serviteurs, à Cana de Galilée, durant le repas de noces: « Faites tout ce qu’il vous dira. » (Jn 2, 8)

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe

Commentaire :  Dans cet extrait, le prophète Isaïe emploie deux fois  le mot « désir » (au sens de désir amoureux) pour traduire les sentiments de Dieu à l’égard de son peuple.  Ce texte est une véritable déclaration d’amour ! Un fiancé n’en dirait pas plus à sa bien-aimée. Tu seras ma préférée, mon épouse… Tu seras belle comme une couronne, comme un diadème d’or entre mes mains… tu seras ma joie…

Histoire : Ce chapitre 62 d’Isaïe a été écrit dans le contexte du retour d’Exil. On est rentré de l’Exil (à Babylone) en 538 et le Temple n’a commencé à être reconstruit qu’en 521.  .

Texte

01  Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas, pour Sion je ne prendrai pas de repos, avant que sa justice  ne se lève  comme l’aurore et que son salut ne flamboie comme une torche. 02  Les nations verront ta justice, tous les rois verront ta gloire. On t’appellera d’un nom nouveau, donné par le Seigneur lui-même. 03  Tu seras une couronne resplendissante entre les doigts du Seigneur, un diadème royal dans la main de ton Dieu. 04  On ne t’appellera plus : « La délaissée », on n’appellera plus ta contrée : « Terre déserte », mais on te nommera : « Ma préférée », on nommera ta contrée : « Mon épouse », car le Seigneur met en toi sa  préférence et ta contrée aura un époux.
05  Comme un jeune homme épouse une jeune fille, celui qui t’a construite t’épousera. Comme la jeune mariée est la  joie de son mari, ainsi tu seras la joie de ton Dieu.

Psaume 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

Commentaire : un jour viendra où tous les peuples sans exception reconnaîtront Dieu comme le seul Dieu. L’humanité tout entière mettra sa confiance en lui seul : ce psaume tout entier a cette dimension universelle.

Note :  La scène se passe dans le Temple à Jérusalem : les marches du parvis du Temple sont noires de monde, sur l’esplanade on se bouscule joyeusement, la ville de Jérusalem n’y suffit pas… aussi loin que porte le regard, les foules affluent… il en vient de partout, il en vient du bout du monde. Et toute cette foule immense chante à pleine gorge, c’est une symphonie : qu’est-ce qu’ils chantent ? 

« Le Seigneur est roi ! »  (verset 10a)  Quatre mots seulement, mais pas n’importe lesquels : c’est l’exclamation des grands jours !

Texte

01  Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière, 2a  chantez au Seigneur et bénissez son nom ! 2b  De jour en jour, proclamez son salut, 03  racontez à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles ! 07  Rendez au Seigneur, familles des peuples, rendez au Seigneur la gloire et la puissance, 8a  rendez au Seigneur la gloire de son nom. 9a  adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté : 10a  Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! » 10c  Il gouverne les peuples avec droiture.

De la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Commentaire :  Dans cet extrait, l’apôtre Paul parle de choses très concrètes, il rappelle d’abord le fondement des choses, qui est notre baptême : comme disait Jean-Baptiste, par le Baptême, nous avons été plongés dans le feu de l’Esprit, et désormais c’est l’Esprit qui se réfracte à travers nous selon nos propres diversités. Comme dit Paul : « Celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté. » (verset 11).

Une des leçons de ce texte de l’apôtre Paul est certainement d’apprendre à nous réjouir de nos différences. Elles sont les multiples facettes de ce que l’Amour nous rend capables de faire selon l’originalité de chacun. Réjouissons-nous donc de la variété des races, des couleurs, des langues, des dons, des arts, des inventions… C’est ce qui fait la richesse de l’Eglise et du monde à condition de les vivre dans l’amour.

Texte

04i  Frères, les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit05  Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur. 06  Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous. 07  Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous. 08  A celui-ci est donné, grâce à l’Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l’Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ; 09  un autre reçoit, dans l’Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l’unique Esprit ; 10 un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit ; l’un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l’autre le don de les interpréter. 11  Mais celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté.

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

L’élément central du récit, ce sont les six jarres de pierre qui servaient aux ablutions que faisaient les Juifs pour se purifier. Elles sont de pierre, comme les tablettes sur lesquelles Moïse grava les dix commandements de Dieu (Ex 20, 1-17). Ces jarres, qui étaient vides, avant l’intervention de Jésus, représentent l’Ancienne Alliance où l’homme vivait dans la peur, obsédé par la tension entre le pur et l’impur, le permis et le défendu, et essayant de se libérer de son sentiment d’impureté à travers des ablutions rituelles.

 C’est à cette religion du pur et de l’impur, des ablutions et des sacrifices que Jésus vient substituer une religion d’amour symbolisée par le vin nouveau de l’Esprit. Cette loi Ancienne, Jésus dira un jour qu’il n’est pas venu l’abolir mais l’accomp

 Source → Rencontre avec la Parole de Vie : Parole de Dieu–  Éditions Croix du Salut

Commentaire : les noces de Cana indiquent le sens de la mission de Jésus, la « Nouvelle Alliance » où Dieu donne sa vie en abondance. Il ne faut pas lire cette page d’évangile comme une simple chronique de journaliste. Cette eau changée en vin c’est bien sympathique car les convives peuvent continuer la fête. Mais si on en reste là, on manque l’essentiel du message de l’évangile. Saint Jean ne nous parle pas de « miracle » mais de « signe » ce qui n’est pas la même chose. 

Il nous faut donc prendre le temps de lire entre les lignes et voir tout ce qui est sous-entendu : au-delà du mariage du jeune couple de Cana, il y en a un autre : C’est l’alliance du Christ et de son Eglise. Toute la Bible nous montre un Dieu qui s’adresse aux hommes en termes d’amour et d’alliance. C’est cela qu’il faut bien voir dans cet évangile, l’annonce de la nouvelle alliance entre Dieu et les hommes. Au-delà du manque de vin, l’évangile nous invite à prendre conscience de tous nos manques, manques d’amour, manque de raisons de vivre et d’espérer. A Cana, Jésus vient à la rencontre d’une humanité qu’il veut épouser.

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. 02  Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »  Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

 Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres.  Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.  Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. « Ils lui en portèrent.

 Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le  savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »  Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Complément

◊ Catéchèse  →  Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas.

Liens externes

◊ Mots croisés bibliques → Les noces de Cana

◊ Catéchèse → Caté autour du récit des Noces de Cana

  Vidéo Les noces de Cana racontées aux enfants

Image de prévisualisation YouTube

♥ KTOTV / « Les noces de Cana »

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vendredi de la première Semaine du Temps Ordinaire — Année Paire

Posté par diaconos le 14 janvier 2022

Afficher l’image source

Le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre

Quelques jours après la guérison d’un lépreux, Jésus revint à Capharnaüm, et l’on apprit qu’il était à la maison.    Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte, et il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.  Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.

Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. «   Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes : « Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » 

Percevant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils se faisaient, Jésus leur dit :  »Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ?  Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre…

Jésus s’adressa au paralysé : « Je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. » Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient frappés de stupeur et rendaient gloire à Dieu, en disant : «  Nous n’avons jamais rien vu de pareil. » (Mc 2, 1-12)

Guérison d’un paralytique

À l’instant même le paralytique se leva, prit son grabat et sortit en présence de tous. À cette vue, la foule donna gloire à Dieu. Ce retour à Capernaüm eut lieu quelques jours après l’événement qui l’avait forcé de se tenir éloigné. Il y avait, dans toutes les maisons un peu considérables de l’Orient, une vaste cour carrée et fermée, qui précéda les appartements, l’espace qui était devant la porte.

Cette cour aussi bien que la maison, fut envahie par la foule et n’eut pas suffit à la contenir. Et ce fut là que Jésus leur annonçait la parole. Jésus étant rentré à Capernaüm, la maison où il se trouvait fut aussitôt envahie par une grande foule à laquelle il annonça l’Évangile. On lui amena un paralytique ; mais ceux qui le portaient, ne pouvant s’approcher de lui à cause de la foule, montèrent sur le toit de la maison, descendirent le grabat sur lequel le paralytique était couché et le déposèrent aux pieds de Jésus.

Jésus dit au paralytique : Tes péchés te sont pardonnés. Mais des scribes qui se trouvent là murmurèrent contre lui et l’accusèrent de blasphème. Aussitôt Jésus, pénétrant leurs pensées, prouva à ces adversaires qu’il avait le pouvoir de pardonner : il ordonna au paralytique de se lever et de s’en aller en sa maison.

Marc plaça ce fait, comme Luc, après la guérison du lépreux et, comme Matthieu, avant la vocation de Lévi. Les trois évangélistes restèrent indépendants les uns des autres. Les récits de Marc et de Luc qui rapportèrent les mêmes détails ne présentèrent pas une seule expression commune.

Pour comprendre cette opération difficile et qui dénota le dévouement des hommes qui portèrent le malade, le toit des maisons était plat et formait une sorte de terrasse où l’on se tient pendant les heures fraîches de la journée. On y monte par un escalier intérieur ; mais ce passage étant obstrué par la foule, les porteurs y parvinrent soit par un escalier extérieur, soit par le toit d’une maison voisine.

Arrivés sur la plate forme, ils enlevèrent quelques dalles, puis percèrent une ouverture (grec) dans la couche de bitume et de roseaux que recouvraient les dalles et, après avoir de la sorte pratiqué un passage au-dessus de la place où se tenait Jésus, ils descendirent le malade aux pieds du Sauveur

Pour comprendre cette opération difficile et qui dénota le dévouement des hommes qui portaient le malade, le toit de la maison maisons était plat et formait une sorte de terrasse où l’on se tenait pendant les heures fraîches de la journée. On y montait par un escalier intérieur ; mais ce passage étant obstrué par la foule, les porteurs y parvinrent soit par un escalier extérieur, soit par le toit d’une maison voisine.

Arrivés sur la plate forme, ils enlevèrent quelques dalles, puis percèrent une ouverture dans la couche de bitume et de roseaux que recouvraient les dalles et, après avoir de la sorte pratiqué un passage au-dessus de la place où se tenait Jésus, ils descendirent le malade à ses pieds. D’abord, une parole de tendre compassion : Mon enfant, à laquelle Jésus ajouta d’après Matthieu : « Prends courage ! »

Puis il fit au malade un don infiniment plus excellent que la guérison du corps, le pardon des péchés qui guérit son âme sur ces paroles.  Matthieu, Marc et Luc furent unanimes à rapporter ce fait que Jésus connut les pensées de ses adversaires ; mais Marc, pour faire mieux encore ressortir là science divine par laquelle Jésus pénétrait dans les cœurs, remarqua qu’il les connut en son esprit.

Diacre Michel Houyoux

Liens  avec d’autres sites chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →  Vendredi de la 1re semaine année paire

◊  Descendu vers nous : cliquez ici pour lire l’article →    La guérison d’un paralytique

 ♥ Guérison d’un paralytique

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...93
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS