Guérison d’un paralytique (Lc 5, 17-26)

Posté par diaconos le 10 décembre 2018

Message envoyé sur ma page Facebook par le Père Marie Landry Bivina

La mission de Jésus se poursuit sous son double aspect d’enseignement et de guérison.

La mission de Jésus se poursuit sous son double aspect d’enseignement et de guérison.

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit: «Tes péchés te sont pardonnés».

Les scribes et les pharisiens se mirent à penser: «Quel est cet homme qui dit des blasphèmes? Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul?». Mais Jésus, saisissant leurs raisonnements, leur répondit: «Pourquoi tenir ces raisonnements? Qu’est-ce qui est le plus facile? de dire: ‘Tes péchés te sont pardonnés’, ou bien de dire : ‘Lève-toi et marche’? Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l’ordonne, dit-il au paralysé: lève-toi, prends ta civière et retourne chez toi». A l’instant même, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla chez lui en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient: «Aujourd’hui nous avons vu des choses extraordinaires!».«Tes péchés te sont pardonnés» (Lc 5,17-26)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui le Seigneur nous instruit et nous guérit en même temps. Aujourd’hui nous voyons le Seigneur qui enseigne aux pharisiens et aux docteurs de la loi, ceux qui à son époque se considéraient très cultivés. Quelquefois en pensant à l’époque dans laquelle nous vivons et/ou aux longues études que nous avons faites, nous pensons qu’il ne nous reste pas beaucoup de choses à apprendre. Cette logique, qui n’a rien de surnaturel, nous amène parfois à vouloir faire que les chemins de Dieu soient les nôtres et non vice-versa.

Nous voyons dans l’attitude de ceux qui souhaitent la guérison d’un ami la résolution que nous mettons pour obtenir ce que nous désirons vraiment. Leur souhait, que l’infirme marche, n’est pas mauvais en soi. Mais cela ne suffit pas. Notre Seigneur veut réaliser en nous une guérison profonde. C’est pour cela qu’il commence par ce qu’Il est venu faire au monde, la signification même de son nom: sauver le monde de tous ses péchés.

La source la plus profonde de tous nos maux est le péché: «Tes péchés sont pardonnés» (Lc 5,20). Très souvent, notre prière ou notre intérêt est purement matériel, mais le Seigneur sait ce dont nous avons le plus besoin. Comme dans ce temps là, de nos jours les cabinets de médecins sont remplis de malades. Et à l’égal de ces malades, nous avons du mal à aller là où se trouve notre guérison complète, c’est à dire: à la rencontre du Seigneur dans le sacrement de la pénitence.

La rencontre sincère avec Jésus Miséricordieux est un point essentiel dans la vie de tout chrétien. Lui, qui est riche en miséricorde, nous rappelle, dans ce temps de l’Avent, que nous avons besoin du pardon qu’Il nous donne à bras ouverts et qu’il ne faut pas le délaisser. Parfois nous aussi nous avons besoin d’“écarter les tuiles” qui nous empêchent de Le voir. Je dois aussi “écarter les tuiles” de mes préjudices, de mes conforts, de mes préoccupations, de mes méfiances, qui sont un obstacle pour Le voir.

Contact → Père Marie Landry Bivina

Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

 

Compléments

◊ Cliquez ici pour lire l’article → L’extraordinaire histoire du paralysé de Capharnaüm.

◊ Cliquez ici pour lire l’article → Le temps de l’Avent révèle un Dieu qui vient vers l’homme.

Liens externes

◊ Du site « Idées-Caté » : cliquez ici pour lire l’article → Guérison du paralysé de Capharnaüm

◊ Jardinier de Dieu :cliquez ici pour lire l’article →  Pistes de réflexion

Jésus guérit un paralytique à Capharnaüm

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Enseignement, Histoire, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Témoignage de Émilie Leprêtre : j’ai prié et…

Posté par diaconos le 29 novembre 2018

Extraits du message envoyé sur ma page Facebook par Émilie Leprêtre
—–
 Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Bonjour, je viens vous conter un témoignage intime qui, j’espère, viendra éveiller votre spiritualité à la seule Vérité qui mène au Ciel et à la vie éternelle… Je n’avais foi en rien et je ne me dérangeais pas pour blasphémer et outrager ouvertement le Christ et Sa très Sainte Mère, ou tout autre fausse croyance que sont les autres religions que celle su Sauveur.

-Après bien des recherches, des lectures, des visionnages, j’ai compris que les complots politico-maçonniques des élites n’avaient pour seul but que d’instaurer une laïcité dans l’objectif d’éradiquer le catholicisme, SEULE VOIE DE SALUT. Ce soir-là, j’ai compris qu’il y avait bel et bien un complot contre Dieu, contre le Christ…
——
Ce soir-là, j’ai prié pour la première fois de mon existence et oh ! merveille ! une forte chaleur m’a envahie soudainement et une béatitude inconnue jusqu’alors est venue se coller à mon visage et au plus profond de mon âme, comme une étreinte pleine d’amour et de miséricorde pour tous les blasphèmes et les offenses : le feu de l’Esprit Saint !
——-
Cet Esprit Saint guide les âmes à la vérité et les conduit dans la loi divine. Il nous fait comprendre ce qui est bien et quelle est la volonté de Dieu. Aussi, je viens vous tendre la main afin de vous montrer la voie du salut : la Sainte religion catholique… SURTOUT ! PRIEZ LE CHAPELET TOUS LES JOURS ! En attendant le grand coup qui doit s’abattre sur le monde à la venue du Sauveur par le cœur Immaculé de Marie.

Merci à Emmanuel Le Rien pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "Bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Compléments

◊ Où est son âme, Padre ? : cliquez ici pour lire → Témoignage de Padre Pio concernant le sacrement de la réconciliation

◊ Le pardon est un acte de liberté, un acte créateur: clique ici →  Jésus rend libre

◊ Réconciliation : clique ici → Croire – Questions de vie, questions de foi

Liens externes

◊ Question de foi : cliquez ici pour lire →  Jésus est-il réellement le seul chemin vers le ciel ?

◊ L’Évangile.net : cliquez ici pour lire l’article → Questions sur la foi chrétienne

Le premier acte de pardon de l’histoire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, conversion, Enseignement, Histoire, Méditation, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Guérison du petit Georgio Elias sur intercession de saint Charbel

Posté par diaconos le 27 novembre 2018

Envoyé sur ma page Facebook par Lucia Marchand

e couvent Saint Maron – Annaya Tombeau de Saint Charbel, publie la revue de Saint Charbel qui est devenue à partir de l’an 2001 la revue “Charbel, Rafqa, Neematallah”. Elle comprend des articles sur des questions de foi ou des questions sociles. Place est donnée aussi aux nouvelles des divers sanctuaires du Liban et des témoignages de vie sur le rapport avec les saints.

Le couvent Saint Maron – Annaya Tombeau de Saint Charbel, publie la revue de Saint Charbel qui est devenue à partir de l’an 2001 la revue “Charbel, Rafqa, Neematallah”. Elle comprend des articles sur des questions de foi ou des questions sociales. Place est donnée aussi aux nouvelles des divers sanctuaires du Liban.

Une jeune femme posa la main sur la tête du petit qui portait la tunique de Saint Charbel et lui dit : » Tu vas guérir. » Le petit Georgio Elias Hana naquit  à Beyrouth le 26 avril 2018. Vous pouvez joindre ses parents au : 03198472.

En raison d’une fièvre très élevée qui dure trois jours, Georgio fut transporté le premier octobre aux urgences de l’hôpital Saint Joseph de Daoura. Le Docteur J. Kiriakos diagnostiqua, après examens et actes de radiologie, une anomalie au niveau de la vessie à gauche. Un défaut de la valve anti-reflux physiologique expliquant le retour de l’urine vers le rein gauche au lieu d’être évacuée.

Georgio fut mis sous traitement approprié et dut retourner à l’hôpital dix jours plus tard pour subir une cystographie. À peine sortis de l’hôpital, les parents de Georgio se rendirent, en sa compagnie, à Annaya. Ils prièrent et supplient Saint Charbel de venir en aide à leur petit et de le guérir. Ils lui firent porter la tunique du grand Saint qu’ils vénérèrent en guise de vœu.

Dix jours plus tard la famille retourna à l’hôpital pour les examens qui étaient prévus. Ce jour là, au détour d’un couloir, une jeune femme s’approcha du petit qui portait la tunique de St Charbel et dit à ses parents : ce petit va être guéri. Les parents de Georgio qui étaient pleins d’espoir après leurs prières y virent un signe du ciel.

Georgio subit une cystographie comme convenu. Cette dernière ne révéla aucune anomalie. Plus encore, aucun des signes pathologiques qui étaient apparus précédemment n’était visible. Le Docteur Kiriakos fut perplexe. Elle consulta alors le Docteur J Diab, chirurgien des voies urinaires, qui lui conseilla de pratiquer une scintigraphie.

Les résultats de cet examen vinrent confirmer ceux de la cystographie. Georgio était totalement guéri et ses médecins furent formels et sans équivoque. Cette guérison a été  enregistrée le quatre novembre 2018 à Annaya lors de la visite des parents au couvent après obtention des rapports médicaux correspondants.

Contact → Lucia Marchand

Merci à Lucia Marchand pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Liens externes

Un nouveau miracle attribué à saint Charbel attire les foules aux États-unis

◊ Priez saint Charbel : cliquez ici pour lire et enregistrer la prière → Neuvaine à saint Charbel – Tout à Jésus par Marie

◊ Qui était saint Charbel ? : cliquez ici pour le d »couvrir → Saint Charbel Makhlouf

◊ Page d »accueil du monastère : cliquez ici pour informations → Monastère Saint Maron-Annaya (Liban)

 MYSTIQUE : La Vie de Saint CHARBEL

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Enseignement, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Maria Katharina Kasper (1820-1898)

Posté par diaconos le 7 novembre 2018

Maria Katharina Kasper nait le 26 mai 1820 à Dernbach, en Allemagne. La solide jeune fille, au tempérament extraverti, passe son adolescence à travailler dans des champs, notamment en cassant des pierres pour la construction de routes. C’est dans ce contexte rude qu’elle a l’intuition de fonder un Institut de sœurs au service des classes sociales les plus humbles. Ainsi, en 1848 ouvre la maison des «Pauvres servantes de Jésus Christ», où sont accueillis les pauvres des alentours. La Congrégation s’étend rapidement, jusqu’à franchir les frontières allemandes

Maria Katharina Kasper naquit le 26 mai 1820 à Dernbach, en Allemagne. La solide jeune fille, au tempérament extraverti, passa son adolescence à travailler dans des champs, notamment en cassant des pierres pour la construction de routes. C’est dans ce contexte rude qu’elle eut l’intuition de fonder un Institut de sœurs au service des classes sociales les plus humbles. En 1848, elle ouvrit la maison des « Pauvres servantes de Jésus Christ », où furent accueillis les pauvres des alentours. La Congrégation s’étendit rapidement, jusqu’à franchir les frontières allemandes

Katharina Kasper naquit dans une modeste famille d’agriculteurs. Elle fréquenta rarement l’école et dut travailler aux champs pour aider sa famille. Sa jeunesse fut remplie de nombreuses privations, qu’elle parvint à surmonter grâce à sa foi, qu’on lui inculqua depuis son enfance. En 1842, son père puis son frère moururent et laissèrent le reste de la famille avec d’importantes difficultés financières, au point qu’ils durent vendre la maison pour rembourser les dettes et avoir encore quelques ressources.

Katharina dut remettre à plus tard son désir de devenir religieuse, car elle dut encore travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. Après la mort de sa mère, Katharina et quelques compagnes s’établirent dans une maison modeste où elles vécurent en communauté, partageant leur quotidien entre le travail, la prière et les œuvres de charité. À partir de cette  association fut créée la congrégation des Pauvres servantes de Jésus-Christ.

Source de l’image → Das Leben der heiligen Maria Katharina

 Mettre ses forces au service de ceux qui en manquent

Malgré de nombreuses difficultés, la congrégation se développa. Maria Katherina Kasper fit l’expérience d’une grande pauvreté, à cœur de soulager les misères de son époque, de venir en aide aux plus pauvres, aux personnes qui étaient sans ressources, aux malades qui ne purent se soigner et aux orphelins. Dans le même temps, elle et ses religieuses travaillèrent à soulager les misères morales de ces personnes et à leur enseigner les bases de la vie chrétienne. Un asile, un orphelinat et une école furent créés.

Elle fut réélue cinq fois consécutivement pour être la supérieure générale de la congrégation, charge qu’elle exerça jusqu’à sa mort. Sous son impulsion, la congrégation s’étendit n Hollande, au Royaume-uni, et aux États-unis où les Pauvres Servantes de Jésus-Christ furent très présentes dans les milieux défavorisés.

Elles sont aujourd’hui plus de trois mille répandues en Europe, en Amérique, en Afrique et en Inde. Le succès de la congrégation s’explique principalement par le travail réalisé par Mère Kasper, et par son attachement à une bonne formation pour ses religieuses. Elle vécut pauvrement et discrètement dans la maison mère de Dernbach (en Rhénanie-Palatinat, dans l’ouest de l’Allemagne).  Victime d’un infarctus, Maria Katharina Kasper s’éteignit le deux février 1898. Elle fut proclamée bienheureuse par Paul VI le seize avril 1978.

Le six mars 2018, le pape François signa le décret de canonisation suite à la reconnaissance d’un second miracle qui aurait été obtenu par son intercession, indispensable pour être proclamée sainte. La cérémonie se déroula le quatorze octobre 2018, célébrée au Vatican, durant le synode des jeunes, par le pape François.

Complément

◊  Canonisé par le Pape François le 14 octobre 2018 : cliquez ici pour lire → Vicenzo Romano (1751-1831)

Lien externe

Das Leben der heiligen Maria Katharina Kasper

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, fêtes religieuses, Histoire, L'Église, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

12345...38
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS