Celui qui entend la Parole et la comprend porte du fruit

Posté par diaconos le 30 mai 2022

Afficher l’image source

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «  Écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand quelqu’un entend la parole du  Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt.

  Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »  (Mt 13, 18-23)

Entendre et comprendre la Parole de Dieu

La parabole du semeur est un texte riche d’enseignements. Comme à l’accoutumée, Jésus vint de polémiquer avec les pharisiens et ceux qui les suivirent ; il voulut changer le cœur de ce peuple qui s’était bouché les oreilles, ce peuple qui se ferma le cœur et l’intelligence à la compréhension de la Parole de Dieu. L’urgence de la conversion vaut bien une pédagogie simple et adaptée à l’auditoire. C’est ce texte que nous propose la liturgie de ce jour.

Lorsque Jésus s’adressait à ses interlocuteurs, il utilisait un langage simple et concret ; l’Évangile d’aujourd’hui en est un exemple. Jésus s’adressant à des gens de la campagne habitués au travail de la terre, leur parla de ce qui constituai une part importante de leur vie : la culture du blé, avec les semailles, et la moisson qui s’en suivit. Par cette parabole, Jésus ouvrit l’intelligence de ses disciples et de ses auditeurs à une autre réalité : l’accueil de sa Parole et la joie du Royaume des Cieux.

Elle nous parle aussi à nous aujourd’hui. Jésus veut nous faire comprendre l’immensité de la générosité de Dieu. Il donne à profusion et avec gratuité son amour et sa grâce. Le don gratuit de sa grâce exige de nous une attitude d’écoute et d’accueil. Dieu, par Jésus nous fait don de sa Parole de vie. Laissons-nous imprégner de l’amour qu’elle nous révèle, laissons-nous féconder par elle et, progressivement y conformer notre vie. Il s’agit de savoir y reconnaître l’amour que Dieu nous dit que la responsabilité qu’il nous confie de l’annoncer à notre tour.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊  Catéchèse : cliquez ici → Celui qui reçoit la Parole de Dieu et la comprend, portera beaucoup de fruits.  (Mt 13, 23)

Parabole du semeur : cliquez ici pour lire l’article → Qu’est-ce qu’une parabole dans le langage biblique ?

Liens avec d’autres sites web chrétiens

  Mots croisés bibliques sur le texte de l’évangile du jour  : cliquez ici pour lire l’article →  Le semeur est sorti pour semer

KT42 : cliquez ici pour lire l’article → Des propositions de catéchèse sur la parabole du semeur

Blogspot.com  : cliquez ici pour lire l’article →La parabole du semeur

♥  Vidéo La parabole du semeur

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

La maison bâtie sur le roc et la maison bâtie sur le sable

Posté par diaconos le 26 mai 2022

Afficher l’image source

# La maison bâtie sur le roc est une parabole de Jésus-Christ citée dans les Évangiles de saint Matthieu et de saint Luc. Elle met en exergue les vertus. Pour le docteur de l’Église Jean Chrysostome, le roc est le symbole des vertus qui dirigent l’homme juste. Sa vie, son âme sont sa maison. Et elles ne cèdent à aucune épreuve néfaste de la vie : les maux, les calomnies, les pertes rencontrées sur terre. Ces épreuves sont dans la parabole : la pluie, les torrents, les vents. L’archevêque donna l’exemple des apôtres qui résistèrent tels des rochers au milieu d’une mer déchainée, et furent fermes et victorieux du mal, et des persécuteurs. Il rappela aussi qu’il ne faut pas seulement pratiquer des discours soi-disant saints, mais il faut les mettre en pratique afin de suivre les préceptes prônés par le Fils de Dieu. . Dans le milieu protestant évangélique, le roc est Jésus Christ lui-même, la mise en pratique de son enseignement (que l’on peut trouver, entre autres dans le sermon sur la montagne) est le fondement d’une vie correcte et juste aux yeux de Dieu. À noter que ce texte de la maison fondée sur le roc conclut ce sermon sur la montagne dans Matthieu chapitre 5 jusque la fin du chapitre.

De l’évangile de Jésus Christ selon Matthieux

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est- ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?  Alors je leur déclarerai  : je ne vous ai jamais connus. Écartez- vous de moi, vous qui commettez le mal ” Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. »

La pluie est tombée, les  torrents ont dévalé, les vents ont soufflés  et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. » Lorsque Jésus termina ce discours, les foules restèrent frappées de son enseignement, car il les enseignait en homme qui avait autorité, et non pas comme leurs scribes.. . (Mt 7, 21-29) 

 La maison fondée sur le roc

Dans cette parabole Jésus donna la conclusion de ce qui précède et de ce discours. La comparaison si saisissante, avec sa répétition impressive des mêmes scènes de danger, avec ses énergiques contrastes : prudent, insensé, le roc, le sable point tombée, tombée, se comprend d’elle-même.  L’exégèse ne rechercha pas le sens spirituel des détails, à se demander : qu’est-ce que le roc ? (dans lequel on a vu tour à tour Christ, les commandements de Dieu, la foi, la conscience par opposition à l’intelligence) ? Ou qu’est-ce que le sable ?  (interprété comme signifiant les opinions humaines, la propre justice)

Jésus exprima clairement sa pensée par ces mots : pratiquer ou ne pas pratiquer ses paroles. Dans le premier cas, ses paroles devinrent elles-mêmes le roc ; dans le dernier, il ne resta que le sable mouvant. Quant aux éléments déchaînés contre la maison, on y vit toutes les épreuves, tous les dangers qui menacent la vie spirituelle et morale de l’âme. Enfin la maison qui reste ferme représente le salut et la victoire, le triomphe, tandis que sa chute, qui fut si grande, ce fut la ruine définitive, la perdition.

A  quoi faut-il rapporter le futur ? Les uns entendirent : « Je le comparerai en ce moment même, dans ce discours » ; d’autres retrouvent ici la pensée que vient d’exprimer Jésus (verset 22), en ce jour-là, au jour du jugement éternel. Ce n’est qu’alors, en effet, que sera révélé qui avait été fondé (plus-que-parfait) sur le roc ou sur le sable, quel édifice subsiste, lequel tombe.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Pour entrer dans le royaume des Cieux, il faut faire la volonté de mon Père

 Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → La maison construite sur le roc – Mt 7, 24-27

◊ Parabole   : cliquez ici pour lire l’article → La maison bâtie sur le roc et celle bâtie sur  le sable

♥ La maison bâtie sur le roc et la maison bâtie sur le sable

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Là où est ton trésor et là aussi est ton cœur

Posté par diaconos le 25 mai 2022

Afficher l’image source

Jésus dit : « Là où est ton trésor et là aussi est ton cœur »

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. » (Mt 13, 44-46)

 Un trésor caché dans un champ

Les paraboles du trésor caché dans un champ et de la perle fine nous disent quelque chose de l’accès à la vocation chrétienne. L’appel à la vocation peut se manifester de diverses manières et notamment sous la forme d’une convocation là où nous vivons. La vocation demande, quelle que soit le mode de sa manifestation, un même saut pour répondre. La vocation, c’est répondre à l’appel reçu, à partir de soi radicalement.

Le trésor caché dans un champ » fut découvert par hasard par une personne. Cela produisit en elle de la joie. De cette découverte, cette personne se senti appelée.  Elle éprouva qu’elle avait le goût de se proposer, de répondre, de se mobiliser à partir de ce qu’elle était. Elle décida alors de vivre à partir de cette bonne nouvelle. Sa manière ancienne en fut radicalement déplacée. Dans la parabole de la perle fine, le négociant qui recherchait des perles fines, reçut au cœur même de son activité, de son réseau de relations habituelles, un appel à en faire plus sous la forme d’une convocation.

Dans  cette parabole, ce fut une très belle perle qui lui demanda une nouvelle attitude : mobiliser tous ses biens pour la transaction, vivre à partir de là. L’appel émana ainsi du cadre habituel, du réseau de relations : un service est demandé, une responsabilité est proposée. Cette convocation est pour la personne  un appel à prendre les choses habituelles autrement. Elle sort d’elle-même au sein même de son cadre. Sa manière ancienne en est là aussi totalement déplacée.

 Vendre tout ce qu’il possède, au bout du compte, une même attitude intérieure est requise : miser sur la découverte. Cela amène à vivre ainsi un avant et un après. L’ancien doit être remobilisé, mobilisé autrement. Il doit être misé, offert, risqué,  donné … Cette mobilisation donne de nous construire de manière nouvelle, mais elle demande d’abord qu’une décision soit posée, un réel abandon de l’ancien pour entrer dans la nouveauté.

Bien des chemins s’ouvrent aux chrétiens. Ainsi au cœur de la participation à la Communauté de Vie Chrétienne, il est un passage qui attend chaque personne, celui qui consiste à passer d’une vie de baptisé à la décision de suivre le Christ. Les formes par les quelles se manifestera l’appel à ce passage seront diverses mais elles appelleront à vivre notre vie autrement, en la recevant de la circulation de la parole au sein de la Communauté locale, en partageant radicalement notre vie en son devenir, en recevant, en retour, la parole d’accompagnement de mon entourage.

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l »article → Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ.  (Mt 13, 44-52)

◊ Le coin des jeunes talents  : cliquez ici pour lire l »article → La Bible vue en images par les enfants

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Zenit  : cliquez ici pour lire l »article → La perle cachée dans notre quotidien

Mouvement des Cursillos (Canada)   : cliquez ici pour lire l’article →  Savoir tirer de son trésor du neuf et de l’ancien

 Vidéo Le champ et les perles fines

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Ne vous faites pas de souci pour demain

Posté par diaconos le 22 mai 2022

Afficher l’image source

Ne vous faites pas de souci pour demain : chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit.  Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ?

Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.  Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera- t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?” Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine.  «  (Mt 6, 24-34)

Ne vous faites pas de souci pour demain

Dans une relation entre deux personnes, il est important de s’écouter, de laisser l’autre exprimer ce qu’il a envie de vivre dans la relation. Ainsi, dans la relation avec Dieu, il est important d’exprimer nos désirs et d’écouter ceux de Dieu. Dans l’Évangile, Jésus nous fait part de ses désirs pour nous : «   Ne vous souciez pas, ne vous faites pas de souci pour demain !  ». Le message est clair, la difficulté arrive au moment de le vivre. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles Jésus répéta son souhait jusqu’à trois fois ! Jésus nous invite à prendre un peu de temps pour contempler la création : regarder les oiseaux, observer les lys des champs : les oiseaux ne font ni semailles ni moisson, et ils trouvent de quoi manger, et les lys resplendissent de beauté.

Ce que Jésus veut nous montrer, c’est que son Père, le Créateur, a pris soin, en créant la nature, de s’assurer que les plantes et les animaux pourraient avoir à leur disposition ce dont ils auraient besoin. Dieu a pensé à tout pour leurs besoins, combien plus aura-t-il pensé à accomplir les choses de telle manière que nous puissions  avoir ce dont nous avons vraiment besoin ! Cet extrait de l’Évangile  nous invite à la confiance, Dieu ne nous abandonne jamais, il prend soin de nous. Nos besoins ne sont pas les mêmes que ceux des animaux ou des plantes. Sinon, quelle différence y aurait-il entre eux et nous ? Nous avons a besoin de vérité et d’amour. Dieu nous a donné la possibilité de le rechercher librement.

C’est ce qui nous différencie du reste de la création. Nous devons rechercher en priorité : la justice, la vérité, l’amour. Et le reste, nous dit Jésus, viendra aussi. Qu’est-ce qui est le plus important pour toute personne : avoir le plus de biens matériels possible, ou vivre dans la vérité, la justice et l’amour ?  Seigneur, apprends-moi à vivre avec toi. Il y a beaucoup de choses que je ne peux pas contrôler dans ma vie, mais le plus important est que tu me donnes toujours la possibilité de le choisir : choisir de vivre dans la vérité, choisir d’aimer. Aide-moi à m’abandonner à toi.  Vivons ve jour en ne pensant pas au lendemain, mais en essayant d’aimer le plus possible, aujourd’hui.

Complément

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article → Aucun domestique ne peut servir deux maîtres à la fois (Lc 16, 1-13)

◊ Bravo pour l’esprit de décision !  : cliquez ici pour lire l’article → Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent.

Liens avec d’autres sites web chrétiens

  ◊   Diocèse de  Poitiers   : cliquez ici pour lire l’article  →  Ne vous faites pas de souci pour demain

◊ Regnum Christi    : cliquez ici pour lire l’article  →  Ne vous faites pas de souci pour demaini

♥ Diocèse d’Avignon : « Une sentence de sagesse)

[Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

1...34567...78
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS