Vendredi après l’Epiphanie — Année B

Posté par diaconos le 8 janvier 2021

À l’instant même, la lèpre le quitta

Vendredi après l'Epiphanie — Année B dans Catéchèse ecolefran%25C3%25A7aise

# D’après Irénée de Lyon, Jésus montra sa divinité par ce miracle. Il invitait les incrédules, par les miracles qu’il faisait, à rendre gloire à son Père, et, aux Pharisiens qui n’accueillaient pas la venue du Fils de Dieu et qui, pour cette raison, ne croyaient pas à la rémission des péchés accomplie par lui. Le Fils de l’homme a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés. Après avoir parlé ainsi, Jésus ordonna au paralytique de prendre le grabat sur lequel il gisait et de s’en retourner à sa maison. Par l’accomplissement de ce miracle, il confondit les incrédules et fit comprendre qu’il fut lui-même la Voix de Dieu. C’est pour avoir transgressés les commandements qu’il étaient devenu pécheur, et la paralysie avait été la conséquence des péchés. Ainsi, en remettant les péchés, Jésus n’a pas seulement guéri l’homme, il a aussi révélé clairement qui il était. Personne ne peut remettre les péchés, sinon Dieu seul, et si le Seigneur les remettait et guérissait l’homme, il est clair qu’il était le Verbe de Dieu devenu Fils de l’homme, ayant reçu du Père le pouvoir de remettre les péchés. Jean Chrysostome cite la Bible qui dit que Jésus est venu en ce monde pour sauver les pécheurs.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus était dans une ville quand survint un homme couvert de lèpre ; voyant Jésus, il tomba face contre terre et le supplia :  » Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. » Jésus étendit la main et le toucha en disant : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta.
Alors Jésus lui ordonna de ne le dire à personne : « Va plutôt te montrer au prêtre et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit ; ce sera pour tous un témoignage. » De plus en plus, on parlait de Jésus. De grandes foules accouraient pour l’entendre et se faire guérir de leurs maladies. Mais lui se retirait dans les endroits déserts, et il priait.  (Lc 5, 12-16)

Guérisons d’un lépreux et d’un paralytique

Jésus, de la barque de Simon, annonça la Parole de Dieu. Jésus, pressé par la foule, au bord du lac, avisa deux barques, dont les pêcheurs descendirent.  Il monta dans celle de Simon et enseigna la multitude. Après avoir achevé son enseignement, Jésus ordonna à Simon de jeter le filet. Bien qu’ils eussent travaillé toute la nuit inutilement, Simon obéit, et son filet se remplit tellement qu’il menaça de se rompre. Leurs compagnons dans l’autre barque vinrent à leur aide. Les deux barques furent près d’enfoncer.

Jésus institua des pêcheurs d’hommes. Simon demanda à Jésus de se retirer de lui pécheur. Il fut saisi de crainte, ainsi que Jacques et Jean. Jésus le rassura, et lui annonça qu’il sera désormais pêcheur d’hommes. Les disciples, laissant tout, suivirent Jésus.

 Luc n’établit pas de lien chronologique entre ce qu’il  raconta : Jésus était au bord du lac de Génézareth ; la foule le pressait et écoutait. Il monta sur une barque qui se trouvait là et qui était à Simon ; il le pria de s’éloigner à une petite distance du rivage, de manière à pouvoir être vu et entendu de toute la foule assemblée.

« Avance en pleine eau », dit Jésus à Simon. « Jeter vos filets », s’adressèrent aux autres pêcheurs qui furent avec lui et qui prirent part dans l’action symbolique qui eut lieu. Ce récit ne rapporta le même fait que celui de Matthieu et celui de Marc, c’est-à-dire qu’il ne renferma la vocation des premiers disciples de Jésus.

Seulement, Matthieu et Mac ne firent que rapporter brièvement le fait de la vocation, tandis Simon lui répondit :  » de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. «  Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Luc raconta le miracle qui  symbolisa d’une manière saisissante cette parole de Jésus. 

Tandis que sa renommée se répandit parmi les foules, que sa popularité s’accrut, Jésus chercha la solitude dans les déserts où il  se retira et, pria. Jésus déploya tant de forces physiques et morales, qu’il dut souvent venir retremper son âme dans la communion avec son Père des cieux. Ces temps de retraite permettaient en même temps à l’agitation produite par la vue de ses miracles de se calmer.

Luc fut celui des évangélistes qui releva le plus fréquemment ce côté intime de la vie de Jésus  (Luc 3.21 ; Luc 6.12 ; Luc 9.18 ; Luc 9.29 ; Luc 11.1 ; Luc 22.41 ; Luc 22.44).

 Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Catéchèse : Je veux ! Sois purifié ! (Mc 1, 40-45)

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  À l’instant même, la lèpre le quitta

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article → À l’instant même, la lèpre le quitta

◊  Gloire à Dieu : cliquez ici pour lire l’article →  Miracle de Jésus : à l’instant même, la lèpre le quitta

« À l’instant même, la lèpre le quitta. » – Lectio Divina -

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Foi, Histoire, Méditation, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Thursday after Epiphany – Year B

Posté par diaconos le 7 janvier 2021

Today this passage of Scripture is fulfilled

jeudi après l'Epiphanie, — Année B dans comportements Médecin-Guéris-Toi-Toi-Même-300x225

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, when Jesus, in the power of the Spirit, returned to Galilee, his fame spread throughout the region. He taught in the synagogues, and everyone praised him. He came to Nazareth, where he had been brought up. As was his custom, he went into the synagogue on the Sabbath day and got up to read.

He was given the book of the prophet Isaiah. He opened the book and found the passage where it is written: The Spirit of the Lord is upon me because the Lord has anointed me. He has sent me to bring the Good News to the poor, to proclaim to the captives their release and to the blind that they shall see again, to set the oppressed free, to proclaim a favourable year granted by the Lord.

Jesus closed the book, gave it back to the servant and sat down. Everyone in the synagogue had their eyes fixed on him. Then he began to say to them, « Today this passage of Scripture which you have just heard is fulfilled. « And they all testified to him and marvelled at the words of grace that came out of his mouth. (Lk 4, 14-22a)

Physician, heal yourself

A favourable testimony given by all to Jesus, following what they heard ; an astonishment, of this divine grace that he announced to them and which breathed in all his words ; and, on the other hand, a question which implied doubt, mistrust, and which meant: What ?

This divine work for the deliverance of all that suffers in our humanity would be accomplished by this young man whom we saw growing up in our midst, this son of the carpenter Joseph, whose family we all know ! Reflection and criticism, following a favourable but superficial first impression, produced different dispositions that went as far as unbelief, even fury : « How can you believe, you who draw your glory from one another, and do not seek the glory that comes from God alone ? (Jn 5, 44)

The interpreters, who did not admire such a turnaround in the feelings of the people, assumed that the people were divided into two parties, one of which experienced the impressions first described, while the other expressed its doubts about Joseph’s son.

Jesus thought that his fellow citizens would apply to him the proverb : « Physician, heal thyself. » because, until then, he had exercised his ministry outside Nazareth, which was to have the first rights there : « Heal thyself and yourselves, before exercising your power far away« . They alluded to the miracles performed in Capernaum. Perhaps there was even an ironic doubt in their minds in this regard.

The exegetes who believed that the proverb « Physician, heal thyself » was applied to Jesus himself, explained the thoughts of his listeners as follows : « If you want us to believe in you and in the mission that you attribute to yourself, first come out of the darkness in which we have always seen you, show us the authority and power that you claim, coming out of the humble condition in which we see you ».

It was a way of asking him for miracles. But Jesus, when he was thus admonished, did not perform any; for where his words met with unbelief, his miracles did not create faith. This is what the Gospel expressly tells us about another visit of Jesus to Nazareth : « And he did not perform many miracles there because of unbelief. (Mt 13, 58)

No one had more difficulty recognising God’s gifts in a man than those who live familiarly with him. What is before our eyes prevents us from seeing spiritual things: « And they said, ‘Is not this Jesus, the son of Joseph, whose  father and mother we know ? How then does he say, : « I have come down from heaven ?  » (Jn 6, 42)

Deacon Michel Houyoux

                       Links to other Christian websites

◊   Bible Teaching : click here to read the paper →   Physician heal thyself

◊ St Juliana Catholic church   : click here to read the paper → Thursday after Epiphany – St. Juliana Catholic Church

Physician, Heal Yourself

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Dieu, Histoire, Page jeunesse, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Mercredi après l’Epiphanie, — Année B

Posté par diaconos le 6 janvier 2021

Ils le virent marcher sur la mer

jesus-marche-eaux

# Pour Origène, la barque représente nos vies confrontées aux vents et aux flots tumultueux imposés par le Mal. Le Christ veut que tous tiennent bien le cap des vertus ; et lorsque ils se trouvent en danger, Jésus vient les sauver en leur apportant deux de ses symboles : la foi et la lumière. Pour le théologien dans son commentaire, tout comme pour un autre miracle intitulé la Pièce dans la bouche d’un poisson, saint Pierre est mis en avant car il sera le successeur du Christ.

Le père Joseph-Marie Verlinde dit que les disciples avec leur barque s’enfoncèrent dans la nuit, qui est le symbole des problèmes que l’Église aura à traverser mais aussi les difficultés de nos vies personnelles. Pour ce prédicateur, Jésus n’a pas peur de marcher dans les tempêtes de nos vies. Cette apparition sur l’eau est le symbole de sa résurrection, de son retour parmi les vivants. La multiplication des pains et la marche sur l’eau nous invite à découvrir au cœur du Pain partagé, la présence mystérieuse de celui qui se révèle en marchant sur les eaux. La lumière de l’Esprit, qui luit dans les ténèbres de notre ignorance, éclaire la divinité de celui qui est le Pain de Vie descendu du ciel.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule. Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier. Le soir venu, la barque était au milieu de la mer
et lui, tout seul, à terre.
Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser. En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris. Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés.
Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! » Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci. (Mc 6, 45-52)

Jésus marcha sur la mer et opéra des guérisons

 Comme Jésus, faisant une visite à Nazareth, enseigna dans la synagogue, beaucoup de gens s’étonnèrent de sa sagesse et de sa puissance ; mais ce qui les empêcha de recevoir sa parole, ce fut que son humble position et celle de sa famille leur fut trop bien connue. Jésus leur rappela ce proverbe : « Un prophète n’est méconnu que dans sa patrie ». À cause de leur incrédulité, il ne fit là que peu de miracles.

Jésus contraignit ses disciples d’entrer dans la barque pour repasser le lac, congédia la multitude et se retira sur une montagne pour prier. La nuit étant venue, il fut là seul, tandis que les disciples se trouvèrent vers le milieu du lac. Jésus, voyant qu’ils eurent beaucoup de peine à ramer par un vent contraire, vint à eux, marchant sur les eaux. Le prenant pour un fantôme, ils poussèrent des cris d’effroi.Mais Jésus les rassura ; il monta dans la barque et le vent cessa. Tous en éprouvèrent le plus extrême étonnement.

Jésus, ayant débarqué dans la contrée de Génézareth, se vit aussitôt entouré de gens qui, le reconnurent, lui apportèrent alors des malades. Dans quelque lieu qu’il entra, dans les villes et dans les campagnes, on mit devant lui les malades sur les places publiques, et tous ceux qui touchèrent la frange de son vêtement furent guéris.

De sa retraite sur la montagne, Jésus aperçut ses disciples en danger, et sa tendre sollicitude le porta à leur secours. La quatrième veille de la nuit commença à trois heures du matin. Comme ils s’embarquèrent la veille au soir, on trouva étrange que les disciples eussent lutté toute la nuit contre les flots. Mais Marc,

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Ils virent Jésus qui marchait sur la mer

◊ Hozana : cliquez ici pour lire l’article →  « Ils le virent marcher sur la mer » – Hozana

Ils le virent marcher sur le lac

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Histoire, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Dinsdag na Driekoningen – Jaar B

Posté par diaconos le 5 janvier 2021

Door de broden te vermenigvuldigen, manifesteert Jezus zich als de Profeet

fupYHBAg-8qXVKQ8E43qY6d6Yro.jpg

# Voor de kerkdokter John Chrysostom heeft Jezus zich tijdens dit wonder inderdaad voorgedaan als de schepper van hemel en aarde. Door dit gebaar moedigde hij de mensen aan om voor elke maaltijd te bidden, en hij wilde het belang van het delen laten zien. Meer moderne theologen zeggen dat de vermenigvuldiging van de broden het symbool is van het Woord dat door Christus is gegeven, een woord dat de mensen al eeuwenlang voedt. Voor St. Ephrem gaf Jezus in dit wonder royaal en onbaatzuchtig. Hij gaf zoveel dat er twaalf manden overbleven. De heilige vergeleek Jezus met Mozes, die het uit de slavernij bevrijde volk had gevoed met het uit de hemel gevallen manna.

Voor Benedictus XVI, in het Angelus van 31 juli 2011, is dit messianistische gebaar een symbool van broederlijk delen, maar ook een symbool van de weg die de apostelen zullen moeten volgen om te weten hoe ze de Blijde Boodschap moeten overbrengen. Volgens bepaalde theologische interpretaties geeft het de voorkeur aan het Laatste Avondmaal, de laatste maaltijd van Jezus met zijn discipelen, waarbij de ritus van de Eucharistie wordt vastgesteld waarin het brood het lichaam van Jezus zou incarneren, gegeven als een offer aan het kruis om de mensheid te redden. Voor historici blijven de gebeurtenissen die door de evangelisten met deze twee relaties worden opgeroepen raadselachtig, hoewel er enkele hypothesen naar voren zijn gebracht.

lwf0003web.gif

Uit het Evangelie van Jezus Christus volgens de heilige Marcus

In die tijd zag Jezus een grote menigte. Hij was vervuld van medelijden met hen, want ze waren als schapen zonder herder. Dus hij begon ze uitgebreid te onderwijzen. En toen het uur al vroeg was, kwamen zijn discipelen naar hem toe en zeiden: De plaats is desolaat, en het uur is al laat. Stuur ze weg, en laat ze het land en de dorpen om hen heen in gaan en zich iets te eten kopen. »
Hij zei tegen hen: « Geef ze zelf wat te eten. « Zij antwoordden: « Zullen we het loon van tweehonderd dagen besteden om brood te kopen en ze te voeden? »
Jezus vroeg hen: « Hoeveel broden heb je? Ga maar kijken. « En toen ze hem vroegen, zeiden ze: « Vijf broden en twee vissen. « Hij beval ze allemaal in groepjes op het groene gras te zitten. Ze schikten zich in vierkanten van honderdvijftig. Jezus nam de vijf broden en de twee vissen en keek op naar de hemel, hij zegende en brak de broden en gaf ze aan de discipelen om ze aan de menigte te verdelen.
Hij verdeelde ook de twee vissen onder hen allen. En ze hebben allemaal gegeten, en waren gevuld. En zij verzamelden de stukken brood die overbleven, en zij vulden er twaalf manden mee, en de resten van de vissen. Degenen die de broden aten waren vijfduizend man. (Mk 6; 34-44)


Broodvermenigvuldiging

Volgens dit alles kwam Jezus uit de eenzaamheid van de berg, waar Hij een paar uur met zijn discipelen doorbracht, volgens zijn intentie, zoals Marcus zelf heeft gemeld. Maar deze evangelist merkte op dat de menigte die te voet voorging op Jezus aan de andere kant en wilde aangeven dat Jezus de eenzaamheid en de rust die hij zocht niet kon vinden.

« Geef ze zelf wat te eten. En zij zeiden tot hem : « Zullen wij tweehonderd denarii brood gaan kopen en hen te eten geven ? « (Mk 6,37) Deze vraag van de discipelen leek een gemengd gevoel van verbazing te verraden, veroorzaakt door de onuitvoerbare orde die Jezus hun gaf. Mark alleen al meldde deze beoordeling van de discipelen, die schatte dat er tweehonderd denarii nodig waren om elk een beetje voedsel te geven.

Dit detail werd bevestigd door John, en het was Philip die de berekening maakte en schatte dat dit bedrag niet eens genoeg zou zijn. Een werknemer zou dus een jaar moeten leven op ongeveer 250 denarii (1.000 sestertiën = 760 euro).  De waarde van deze vijf broden en twee vissen? John beantwoordde deze vraag met de nauwkeurigheid van de ooggetuige.

Brood en gebakken vis, en vaak hardgekookte eieren, waren vaak de gewone voorziening van degenen die op reis gingen : « Welke vader onder u, als zijn zoon hem om een vis vraagt, zal hem een slang geven in plaats van de vis? of zal hem een schorpioen geven als hij om een ei vraagt ? (Lc 11, 11-12) Er werden stukjes verzameld om twaalf manden te vullen. Alleen Mark merkte op dat ze ook deze restjes vis hebben verzameld.

Diaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

◊Jos Douma : clik hier om het artikel te lesen →  Het brood dat Jezus breekt is ons leven
◊ Bert Altena : clik hier om het artikel te lesen →  brood en leven (Marcus 6 en 8) – Bert Altena

De wonderbare broodvermenigvuldiging

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

1...7273747576...81
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...