Zondag van de Goddelijke Barmhartigheid

Posté par diaconos le 21 avril 2022

Gesù appare ai suoi discepoli puzzle

Uit het evangelie van Jezus Christus volgens Johannes

Het was na de dood van Jezus. Op de avond van de eerste dag van de week, toen de deuren van de plaats waar de discipelen verbleven gesloten waren uit vrees voor de Joden, kwam Jezus e « n stond tussen hen in. Hij zei tot hen : « Vrede zij met u !   » Na dit woord toonde hij hun zijn handen en zijn zijde. De discipelen waren vervuld van vreugde toen zij de      Heer zagen. Jezus zei opnieuw tot hen: .  « Vrede zij met u. « Zoals de Vader mij gezonden heeft, zo zend ik ook u.

En toen Hij dit gezegd had, blies Hij op hen en zei tot hen : « Ontvangt de Heilige Geest, wiens zonden gij vergeeft, hun zullen zij vergeven worden ; wiens zonden gij draagt, hun zullen zij behouden worden. » Een van de Twaalf nu, Thomas, Didymus (d.i. Tweeling) genaamd, was niet bij hen toen Jezus kwam. De andere discipelen zeiden tot hem : « Wij hebben de Heer  gezien ! »  Maar hij zei tot hen : « Tenzij ik het merkteken van de nagels in zijn handen zie, tenzij ik mijn vinger in het merkteken van de nagels steek, tenzij ik mijn hand in zijn zijde steek, zal ik niet geloven ! »

Acht dagen later waren de discipelen weer in het huis, en Thomas was bij hen. Jezus kwam, terwijl de deuren op slot waren, en Hij was daar in hun midden. Hij zei: « Vrede zij met u! « Toen zei hij   tegen Thomas: « Steek je vinger hier en zie mijn handen; steek je hand hier en zie mijn handen; steek je hand in mijn zij: hou op een ongelovige te zijn. « Acht dagen later waren de discipelen weer in het huis, en Thomas was bij hen. Jezus kwam, terwijl de deuren op slot waren, en Hij was daar in hun midden. Hij zei: « Vrede zij met u!   » Toen zei hij tegen Thomas :  » Steek je vinger hier en zie mijn handen ; steek je hand hier en zie mijn handen ; steek je hand in mijn zij : Stop    een ongelovige te zijn.

Wees een gelovige. Toen zei Thomas tegen hem :  » Mijn Heer en mijn God ! « Jezus zei tot hem : « Omdat je me gezien hebt, geloof je. » Zalig zijn zij die geloven zonder gezien te hebben. Er zijn nog vele andere tekenen die Jezus aan de discipelen gaf, die niet in dit boek staan. Maar deze zijn opgeschreven opdat jullie geloven dat Jezus de Christus is, de Zoon van God, en opdat jullie door te geloven leven hebben in zijn naam. (Joh 20, 19-31)

Hoe meer Thomas zich verzet had tegen het geloof in de verrezen en verheerlijkte Jezus, des te meer werd hij doordrongen door het goddelijke licht dat zijn ziel overstroomde. D « e hele kennis, de liefde van Jezus greep hem aan, maakte hem nederig. Op dat ogenblik werden alle verklaringen van Jezus over zijn goddelijkheid, die de twijfels van Thomas niet hadden kunnen overwinnen, hem even duidelijk en, nadat hij de laatste was geweest om in de verrijzenis van Jezus te geloven, was hij de eerste om Hem bij een naam te noemen die nog niemand anders had uitgesproken : « Mijn Heer en mijn God ! »

Het was Jezus, in wie deze gelovige leerling zijn Heer en zijn God herkende. Jezus, die dit eerbetoon niet afwees als een daad van afgoderij, keurde het goed. Zo toont het verslag van Johannes ons dat de discipelen geleidelijk tot geloof kwamen in die grote waarheid die zijn Evangelie wilde aantonen : het Woord was God.

 Jezus legde voor zijn koninkrijk dit grote beginsel vast : « Zalig zijn zij die niet gezien hebben en toch geloofd hebben ! «  . Het geloof is een morele daad van het geweten en het hart, onafhankelijk van de zintuigen  alle voorwerpen van het geloof behoren tot de onzichtbare wereld ; de christelijke kerk gelooft al negentien eeuwen in Jezus Christus en zijn verrijzenis op grond van hetzelfde apostolische getuigenis dat Thomas ontkende. Jezus legde voor zijn koninkrijk dit grote beginsel vast : « Zalig zijn zij die niet gezien hebben en toch geloofd hebben ! « 

Het geloof is een zedelijke daad van het geweten en het hart, onafhankelijk van de zintuigen ; alle voorwerpen van het geloof behoren tot de onzichtbare wereld ; de christelijke Kerk gelooft al negentien eeuwen in Jezus Christus en zijn verrij  zenis op grond van hetzelfde apostolische getuigenis dat Thomas heeft ontkend. Het schijnt, dat Jezus gedurende deze acht dagen niet meer is verschenen, hoewel de discipelen dikwijls bijeengekomen waren, als om op hem te wachten.

Zodra Jezus zijn zacht woord van vrede over de discipelen had gesproken, sprak hij rechtstreeks tot Thomas. Hij kende zijn toestand, want Hij wist zelf wat in de mens is. Hij verwaardigde Zich, deze discipel alle bewijzen te geven, waar hij om vroeg. Indien een Farizeeër deze voorwaarden had gesteld zoals Thomas deed, zou hij niets hebben verkregen; maar aan een discipel, tot nu toe beproefd, wordt niets geweigerd.

Jezus erkende, keurde goed en bevestigde het, zoals Thomas het met een hartelijke uitdrukking uitdrukte. Waarom geloofden de andere discipelen niet in de verrijzenis van Jezus, omdat zij het zagen  ?  Thomas bevond zich in een bijzondere situatie die hem alle reden gaf om te geloven. Tien van zijn medeleerlingen, van wie hij de intelligentie en de goede trouw niet kon vermoeden, hadden met vreugde tot hem gezegd : « Wij hebben de Heer gezien », en hij, die dit getuigenis ontkende, had een materiële demonstratie van de zintuigen geëist. »

Deaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

◊  Opus Dei : klik hier om het artikel te lesen → Zondag van de Goddelijke Barmhartigheid

◊ Legioen  : klik hier om het artikel te lesen →   Legioen Kleine Zielen van het Barmhartig Hart van Jezus

 ♥  Kan je geloven zonder kerk ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Page jeunesse, Psaumes, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Sainte Chiara Luce Badano (1971-1990)

Posté par diaconos le 17 février 2022

Bienheureuse Chiara Luce Badano (1970-1999)

Jeune fille italienne, Chiara Luce Badano naquit à Sassano le 29 octobre 1971. En 1980, elle fit une rencontre fondamentale pour le reste de sa vie lors d’un rassemblement d’enfants  du Mouvement des focolari, un des nombreux courants spirituels nés au vingtième siècle au sein de l’Église catholique.

Comme tous les adolescents, elle aimait retrouver ses copains et copines en fin de semaine.   Elle adorait chanter et danser. Elle  pratiquait le tennis, la natation et appréciait  les balades en montagne.

À 17 ans, lors d’un match de tennis elle éprouva une douleur subite et lancinante à l’épaule. Les analyses médicales révélèrent qu’il  s’agissait d’une forme de cancer des os parmi les plus graves et les plus douloureuses, qui lui fit gravir son chemin de Croix, les yeux toujours rivés vers le Christ.

Son rayonnement fut  immédiat  et aujourd’hui, c’est dans le monde entier que sa lumière rayonne. Chiara accueillit cette nouvelle avec courage. Après un long silence, sans pleurs ni rébellion, elle dit : « Je suis jeune, je m’en sortirai ! » Pour elle, commença ensuite une rapide ascension vers la sainteté.

Elle puisa sa force dans sa foi, dans sa découverte à travers la spiritualité des Focolari et  de  Jésus abandonné lors de son cri d’abandon sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » (Mt 27, 46)

 Pour moi, il n’y a que la volonté de Dieu qui importe : la faire bien, vivre

Chiara Luce Badano décéda, après plusieurs mois d’agonie, le dimanche 7 octobre 1990. Ses dernières paroles furent pour sa maman :  » Sois heureuse car je le suis ! « .  Dans ses dernières volontés, elle offrit ses yeux qui, greffés, permirent à deux garçons de retrouver la vue.

La cérémonie de béatification  eut lieu le samedi 25 septembre à Castel di Leva près de Rome par Mgr Amato, Préfet de la Congrégation pour la cause des saints. Cette  messe fut concélébrée avec 3 cardinaux, 15 évêques , 200 prêtres et en présence d’une foule évaluée à plus de dix mille fidèles.  Le lendemain , une messe d’action de grâce a été présidée par le cardinal Bertone, secrétaire d’État, en la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

Prions

prir.gifÔ Père, source de tout bien qui, par les mérites de Ton Fils Jésus, suscites des merveilles de bonté en ceux qui se confient à Ton Amour, nous Te rendons grâces pour le témoignage chrétien de Chiara Luce Badano.

Animée par l’ardeur de Ton Esprit, elle a trouvé dans l’union avec Jésus l’idéal de vie et la force d’accomplir, en filial abandon à Ta Volonté, l’offrande de sa jeunesse pour le bien de l’Église.

S’il est conforme à Ton dessein que l’exemple de la Vénérable Servante de Dieu soit proposé à la vénération des fidèles, nous Te prions, accorde-nous la Grâce….. (formuler sa demande) pour l’exaltation de Ta Bonté de Père.

Nous Te le demandons par le Christ, notre Seigneur. Amen.

source →  Ave Crux, Ave Crux 

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊  L’histoire émouvante de Chiara Luce Badano : cliquez ici →  Chiara Badano

◊  La bienheureuse Chiara Luce Badano : cliquez ici → Biographie et photos

◊ Une jeune fille de dix-neuf ans béatifiée… Suite ici → Bienheureuse Chiara Luce Badano – France Catholique

◊ Du mouvement des Focolari →   Histoire de Chiara Luce Badano

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire.. Éditer cet article.
x
Vie de Ciara Luce Badano
Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Apocalypse, Enseignement, L'Église, Paroisses, Psaumes, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Prayer in Trial (Psalm of David)

Posté par diaconos le 26 décembre 2020

Into your hands Lord, I commend my spirit

Prayer in Trial (Psalm of David) dans Foi

# In Christianity: this Psalm is associated with repentance and forgiveness of faults committed. It is often associated with King David’s adultery with Batsheba. At the same time, we see links with the confession of sins which is taught in some New Testament texts. Among others, James 5:16 and 1 John 1:8-10. The reading and mediation of this psalm is encouraged when we have sinned, as it is of striking relevance in this time of epidemic. David’s words then become the words that God’s Spirit deposits in our repentant hearts that want to remain in communion with him without trying to hide our faults that he knows. The joy of salvation is renewed for us thanks to God’s forgiveness. The confession of our sin transforms us. God knows our faults, but he invites us to acknowledge them before him because it is we who will benefit from the joy of being forgiven. Among Catholics: since the High Middle Ages, in monasteries, this psalm was traditionally recited or sung on Sunday mornings5 , according to the distribution of St. Benedict of Nursia6,7. With regard to the Liturgy of the Hours, Psalm 31 is sung or recited at Vespers on the Thursday of the first week.

Prayer in the ordeal in this time of epidemic

(31:2) O LORD, I take refuge in thee: let me never be put to shame. Deliver me in thy righteousness !  Bow down thine ear to me, hasten to help me. Be to me a protective rock, a stronghold, where I find salvation.  (31:4) For thou art my rock, my fortress; and for thy name’s sake thou shalt lead me, thou shalt direct me.  (31:5) Thou shalt bring me forth out of the net that they have laid for me; for thou art my protector.
(31:6) I commit my spirit into thy hand: thou shalt deliver me, O LORD God of truth. (31:7) I hate them that cleave unto vain idols; and I trust in the LORD.  (31:8) I will be glad and rejoice in thy grace: for thou hast seen my affliction, and known the distresses of my soul,  31:9) And thou shalt not deliver me into the hand of the enemy Thou shalt put my feet into the open sea.  (31:10) Have mercy upon me, O LORD, for I am in trouble: my face, and my soul, and my body, are worn out with grief. (31:11) My life is consumed in sorrow, and my years in sighing: my strength is spent because of my iniquity, and my bones wither.  All mine adversaries have brought shame upon me, and great shame upon mine neighbours, and terror upon my friends: they that see me outward flee from me. (31:13) I am forgotten out of hearts as a dead man, I am as a broken vessel.  (31:14) I have heard the evil words of many, and the terror that is round about them, when they conspire together against me: they plot to take my life.  (31:15) But I trust in thee, O LORD. I say, Thou art my God ! (31:16) My destiny is in thy hand; deliver me from mine enemies and persecutors ! Make thy face to shine upon thy servant; Save me by thy grace. (31:18) O LORD, let me not be confounded when I call upon thee. Let the wicked be put to shame: let them go down to Sheol in silence.  (31:19) Let their lying lips be dumb, that speak boldly against the righteous, with arrogance and contempt. O how great is thy lovingkindness, which thou hast reserved for them that fear thee, that thou bearest witness to them that seek refuge in thee, when thou seest the children of men !  (31:21) Thou protectest them in the shelter of thy countenance from them that persecute them; thou protectest them in thy tent from the tongues that attack them. 21 Blessed be the LORD. For he has shewed his mercy upon me, as though I had been in a fortified city. 22 I said in my haste, « I am driven out of your sight. But thou heardest the voice of my supplications, when I cried unto thee. 23 Love the LORD, all you godly men. The LORD preserveth the faithful, And punisheth the proud with a severe punishment. 24 Be strong, and let your heart be established, all you who hope in the LORD. (Ps 31, 2-25)

 Sadness turned to joy

 We find in this psalm an example of the power of prayer to change sadness into joyful trust in the heart of the believer, even before the external circumstances from which he suffers are changed. This result does not occur without a spiritual struggle which is reflected in the very distinct changes of tone of the psalm.

Already in the first part, the supplicant strives, while praying, to believe in the sure help of the Lord. Then sadness grips him as he exposes to God the miserable state his enemies have reduced him to (verses 10 to 14). But when he has entrusted everything to the Lord, the prayer of faith becomes victorious (verses 15 to 19). Therefore the last part of the psalm is nothing more than thanksgiving (verses 20 to 25).

The moment in David’s life when the lament in verses 10 to 14 seems most appropriate is when he was about to flee Saul’s court for good. He has been suffering for a long time already (verses 10 and 11); the malice against him has become general; they flee from him, they plot against him (verses 12 to 14), all that remains is for him to throw himself alone into the unknown, but he knows that having the Lord with him, he is as in a fortified city (verse 22).

The last word that Jesus spoke on the cross is taken from Psalm 31:6. God is truly our rampart (verse 5) only if we hand over to him that which is most intimate in us, the spirit, which is his own breath : « Then the Lord God fashioned man from the dust of the ground, and breathed into his nostrils the breath of life, and man became a living creature » (Psalm 31:6). « (Gen 2:7).

David surrendered his spirit to God to escape death. Jesus gave it to him to be kept in death itself : « Jesus cried out with a loud voice, ‘Father, into your hands I commend my spirit. And when he had said this, he breathed his last. » (Lk 23:46)

Based on past deliverances, David saw the deliverance to come as already accomplished, for God, in whom all things are truth and faithfulness, cannot deceive him. Deceitful vanities are idols, the opposite of the God of truth : « I hear the cry of the daughter of my people from a far country : Is the Lord no longer in Zion ? Is her king no longer in her? Why have they offended me with their idols, these foreign vanities?  « (Jer 8, 19)

David did not pity, but despised those who, knowing the LORD, forsook him for what was a lie.  And David’s faith grew stronger and stronger; he saw himself delivered and went on his way without making any false move : « He restoreth my soul; he leadeth me in the paths of righteousness for his name’s sake. « (Ps 23, 3).

David could only rejoice in God by looking away from his sad state. He thought, after looking him in the face in the presence of God, that his faith had won a complete victory. When David appealed to God’s righteousness and called himself righteous, he had no illusions about his state before God. The accusations of his enemies were false, but the Lord had the right to accuse him.

His cause was so decried that people were ashamed of having had any connection with him, that his friends trembled at being confused with him, and those who saw him from afar hastened away.

There is nothing more difficult, when we see that our faith is being mocked by everyone, than to address our words to God alone and stop at the testimony of our conscience that he is our God (Calvin).

The psalmist, like the Christian, rejoices even in afflictions, for it is then that the hidden treasure of God’s goodness is revealed to him in response to his prayer. That you keep in reserve under the veil of adversity, to unfold it at the right time and publicly (in the sight of the sons of men) to those who know how to believe in spite of everything.

The whole story of David was in these words. This goodness of God was the hidden manna of which he spoke : « He that hath an ear, let him hear what the Spirit saith unto the churches, To him that overcometh will I give of the hidden manna, and I will give him a white stone; and upon that stone is written a new name, which no man knoweth but he that receiveth it. « (Rev 2:17)

What machinations could still harm those towards whom the LORD stooped down his face with kindness? The final thanksgiving and at the same time the entire psalm led to an exhortation addressed to all the faithful.

Deacon Michel Houyoux→

Links to other Christian websites

◊ Word Sunday : click here to read the paper →  Sadness Turned To Joy – word-sunday.com

◊ Word of Inspiration : click here to read the paper  → Sadness Will Be Turned to Joy

Jesse Barrington : « Sorrow Turned Into Joy »-

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Prières, Psaumes, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Prière dans l’épreuve (Psaume de David)

Posté par diaconos le 26 décembre 2020

 Entre tes mains Seigneur, je remets mon esprit

Père entre tes mains je remets mon Esprit

# Dans le christianisme : ce Psaume est associé à la repentance et au pardon des fautes commises. Il est souvent associé avec l’adultère du roi David avec Batsheba. Parallèlement, nous y voyons des liens avec la confession des péchés qui est enseignée dans certains textes du Nouveau Testament. Entre autres, Jacques 5.16 et 1 Jean 1,8-10. La lecture et la médiation de ce psaume est encouragée lorsque nous avons péché,car il est d’une pertinence frappante en ce teps d’épidémie. Les mots de David deviennent alors les mots que l’Esprit de Dieu dépose dans nos cœurs repentants qui veulent rester en communion avec lui sans essayer de cacher nos fautes qu’il connaît. La joie du salut est renouvelée pour nous grâce au pardon de Dieu. La confession de notre péché nous transforme nous-mêmes. Dieu connaît nos fautes, mais il nous invite à les reconnaître devant lui car c’est nous qui allons bénéficier de la joie d’être pardonnés. Chez les catholiques : depuis le haut Moyen Âge, auprès des monastères, ce psaume était traditionnellement récité ou chanté aux matines du dimanche5, selon la distribution de saint Benoît de Nursie6,7. Au regard de la liturgie des Heures, le psaume 31 est chanté ou récité aux vêpres du jeudi de la première semaine.

Prière dans l’épreuve en ce temps d’épidémie

(31:2) Éternel ! je cherche en toi mon refuge: Que jamais je ne sois confondu ! Délivre-moi dans ta justice !

 (31:3) Incline vers moi ton oreille, hâte-toi de me secourir ! Sois pour moi un rocher protecteur, une forteresse, Où je trouve mon salut !

 (31:4) Car tu es mon rocher, ma forteresse ; Et à cause de ton nom tu me conduiras, tu me dirigeras.

 (31:5) Tu me feras sortir du filet qu’ils m’ont tendu ; Car tu es mon protecteur.

 (31:6) Je remets mon esprit entre tes mains; Tu me délivreras, Éternel, Dieu de vérité !

 (31:7) Je hais ceux qui s’attachent à de vaines idoles, Et je me confie en l’Éternel.

 (31:8) Je serai par ta grâce dans l’allégresse et dans la joie ; Car tu vois ma misère, tu sais les angoisses de mon âme,

 31:9) Et tu ne me livreras pas aux mains de l’ennemi, Tu mettras mes pieds au large.

 (31:10) Aie pitié de moi, Éternel ! car je suis dans la détresse ; J’ai le visage, l’âme et le corps usés par le chagrin.

(31:11) Ma vie se consume dans la douleur, Et mes années dans les soupirs ; Ma force est épuisée à cause de mon iniquité, Et mes os dépérissent.

 (31:12) Tous mes adversaires m’ont rendu un objet d’opprobre, De grand opprobre pour mes voisins, et de terreur pour mes amis; Ceux qui me voient dehors s’enfuient loin de moi.

(31:13) Je suis oublié des cœurs comme un mort, Je suis comme un vase brisé.

 (31:14) J’apprends les mauvais propos de plusieurs, L’épouvante qui règne à l’entour, Quand ils se concertent ensemble contre moi: Ils complotent de m’ôter la vie.

 (31:15) Mais en toi je me confie, ô Éternel ! Je dis : Tu es mon Dieu !

 (31:16) Mes destinées sont dans ta main ; Délivre-moi de mes ennemis et de mes persécuteurs !

 (31:17) Fais luire ta face sur ton serviteur, Sauve-moi par ta grâce !

(31:18) Éternel, que je ne sois pas confondu quand je t’invoque. Que les méchants soient confondus, Qu’ils descendent en silence au séjour des morts !

 (31:19) Qu’elles deviennent muettes, les lèvres menteuses, Qui parlent avec audace contre le juste, Avec arrogance et dédain !

(31:20) Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, A la vue des fils de l’homme !

 (31:21) Tu les protèges sous l’abri de ta face contre ceux qui les persécutent, Tu les protèges dans ta tente contre les langues qui les attaquent.

21 (31:22) Béni soit l’Éternel! Car il a signalé sa grâce envers moi, Comme si j’avais été dans une ville forte.

22 (31:23) Je disais dans ma précipitation: Je suis chassé loin de ton regard! Mais tu as entendu la voix de mes supplications, Quand j’ai crié vers toi.

23 (31:24) Aimez l’Éternel, vous qui avez de la piété! L’Éternel garde les fidèles, Et il punit sévèrement les orgueilleux.

24 (31:25) Fortifiez-vous et que votre cœur s’affermisse, Vous tous qui espérez en l’Éternel ! (Ps 31, 2-25)

Tristesse changée en joie

 Nous trouvons dans ce psaume un exemple de la puissance de la prière, pour changer dans le cœur du croyant la tristesse en joyeuse confiance, avant même que les circonstances extérieures dont il souffre soient modifiées. Ce résultat ne se produit pas sans une lutte spirituelle qui se reflète dans les changements de ton très distincts du psaume.

Déjà dans la première partie, le suppliant s’efforce, tout en priant, de croire au secours certain de l’Éternel. Puis la tristesse le saisit. à mesure qu’il expose à Dieu le misérable état où l’ont réduit ses ennemis (versets 10 à 14). Mais quand il a tout confié à l’Éternel, la prière de la foi devient victorieuse (versets 15 à 19). Aussi la dernière partie du psaume n’est-elle plus qu’une action de grâces (versets 20 à 25).

Le moment de la vie de David auquel nous semble convenir le mieux la complainte des versets 10 à 14 est celui où il était sur le point de fuir définitivement la cour de Saül. Il y a longtemps déjà qu’il souffre (versets 10 et 11) ; la malveillance à son égard est devenue générale on le fuit, on complote contre lui (versets 12 à 14), il ne lui reste plus qu’à se jeter seul dans l’inconnu, mais il sait qu’ayant l’Éternel avec lui, il est comme dans une ville forte (verset 22).

La dernière parole que Jésus prononça sur la croix est tirée de Psaumes 31.6. Dieu n’est vraiment notre rempart (verset 5) que si nous lui remettons ce qu’il y a de plus intime en nous, cet esprit, qui est son propre souffle: « Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2, 7)

David remit à Dieu son esprit, pour échapper à la mort. Jésus le lui remit pour être gardé dans la mort même : « Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. » (Lc 23, 46)

Fondé sur les délivrances passées, David envisagea la délivrance à venir comme déjà accomplie, car Dieu, en qui tout est vérité et fidélité, ne saurait le tromper. Les vanités trompeuses sont les idoles, le contraire du Dieu de vérité : « J’entends la plainte de la fille de mon peuple depuis un pays lointain : le Seigneur n’est-il plus en Sion ? Son roi n’est-il plus en elle ? Pourquoi m’ont-ils offensé avec leurs idoles, ces vanités étrangères ?  » (Jr 8, 19)

David ne plaignit pas, il dédaigna ceux qui, connaissant l’Éternel, l’abandonnèrent pour ce qui ne fut que mensonge. La foi de David s’affermit de plus en plus ; il se vit délivré et cheminant sans risquer de faire de faux pas : « Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. » (Ps 23, 3)

David ne put se réjouir en Dieu qu’en détournant son regard de son triste état. Il y pensa après l’avoir envisagé en face en présence de Dieu, que sa foi remporta une victoire complète. Lorsque David en appelle à la justice de Dieu et se dit lui-même juste, il ne se fit néanmoins pas d’illusion sur son état devant Dieu. Les accusations de ses ennemis furent fausses, mais l’Éternel eut le droit de l’accuser.

Sa cause fut tellement décriée que l’on eut honte d’avoir été en relation avec lui, que ses amis tremblèrent d’être confondus avec lui et que ceux qui l’aperçurent de loin se hâtèrent de s’éloigner.

Il n’y a rien de plus difficile, quand nous voyons que tout le monde se moque de notre foi, que d’adresser nos propos à Dieu seul et nous arrêter à ce témoignage que notre conscience nous rend qu’il est notre Dieu (Calvin)

Le psalmiste, comme le chrétien, se réjouit même dans les afflictions, car c’est alors que le trésor caché de la bonté de Dieu lui est révélé, en réponse à sa prière. Que tu tins en réserve sous le voile de l’adversité, pour la déployer au moment opportun et publiquement (à la vue des fils des hommes) envers ceux qui surent croire malgré tout.

Toute l’histoire de David fut dans ces paroles. Cette bonté de Dieu fut la manne cachée dont parla : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises : À celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit. » (Ap 2, 17)

Quelles machinations purent encore nuire, à ceux vers lesquels l’Éternel abaissa sa face avec bienveillance ? L’action de grâces finale et en même temps le psaume entier aboutirent à une exhortation adressée à tous les fidèles.

Diacre Michel Houyoux

 Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Voici que je contemple les cieux ouverts (Ac 6, 8-10; 7, 54-60)

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Persécutions encourues

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Croire -La Croix : cliquez ici pour lire l’article →   Prières pour les moments difficiles

◊ Le salon beige : cliquez ici pour lire l’article →    Les psaumes : une prière adaptée à ce temps d’épidémie

Jérémy Sourdril : « Détresses, persécutions, abattement – Prières inspirées « 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Prières, Psaumes, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS