Aie confiance en Dieu qui crée le vouloir et le faire. Le saint Esprit est ton guide.

Posté par diaconos le 17 janvier 2019

Envoyé sur ma page Facebook par Véronique Bicoi

"Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car Il demeure avec, et il sera avec vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous." (Jn 14, 15-18) Le Saint-Esprit veut nous guider, dans chaque domaine de notre vie, les études, le travail et plus encore.

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car Il demeure avec, et il sera avec vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. » (Jn 14, 15-18) Le Saint-Esprit veut nous guider, dans chaque domaine de notre vie, les études, le travail et plus encore.

Ma sœur, crois en toi, malgré les découragements et déceptions des uns et des autres. Développe ton potentiel , tes talents, c’est ce qui te portera là où Dieu a déjà dit que tu iras. Crois que ton Créateur a mis en toi un dépôt que toi seule tu peux libérer à ta génération le moment venu. Accepte de payer le prix du temps de préparation ( silence, anonymat)…

Jésus, lui- même attendit plusieurs années avant de commencer son ministère. Mais regarde avec quelle puissance le monde est impacté par LUI. Sois patiente. Tout le monde autour de toi avance » et toi non ? C’est leur moment de gloire, le tien arrivera assurément ! Pense ce que tu dis. Dis ce que tu penses  Fais ce que tu penses juste, là où Il ne renvoie pas.

L’action est la partie la plus importante de cette opération, elle ne te garantit pas la réussite mais, te permet d’obtenir des résultats. Arrête de renvoyer à demain ce que tu sais que tu peux faire aujourd’hui.? Commence petit à petit, commence aujourd’hui ! Passe à l’action ! Aie confiance en Dieu qui crée le vouloir et le faire. Le saint Esprit est ton guide

Crois en toi et les autres le feront aussi. Crois que tu es unique comme ton talent, tu n’es la copie de personne. DIEU ta créée originale !

Source de l’image → Évangile TV

Contact → Veronique Bikoi

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs sauvages"Merci à Véronique Bikoi pour son envoi

Compléments

◊ Aie confiance, Dieu est ton Père : cliquez ici pour lire l’article → Dieu aime tous ses enfants.

◊  Pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? (Lc 19,23)

Liens externes

◊ Fête de saint Antoine → 17 Janvier – Saint Antoine Abbé

◊ Saints, Saintes et Fêtes du Jour  cliquez ici pour lire l’article → Nominis – Saints, Fêtes et Prénoms du 17 janvier

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article →  Caté K42 – diaporama, BD : La parabole des talents

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Dieu, Enseignement, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

MARIE MÈRE DE DIEU

Posté par diaconos le 15 janvier 2019

Auteur : Abbé Arnaud Aba’a Omva de la Cathédrale Saint Joseph de Kribi.

Marie, Mère de Dieu ? La Bible l'affirme ! Marie est réellement devenue la Mère de Dieu au moment de l'Incarnation du Fils de Dieu, puisque la Bible l'affirme ! Cette vérité ne peut donc être contestée par ceux et celles pour qui la Bible est la Parole de Dieu.

Marie, Mère de Dieu ? La Bible l’affirme !
Marie est réellement la Mère de Dieu au moment de l’Incarnation du Fils de Dieu, puisque la Bible l’affirme ! Cette vérité ne peut donc être contestée par les personnes pour qui la Bible est la Parole de Dieu.

Parce que Marie est comblée de grâce pour accueillir la salutation de l’ange Gabriel ; parce que le Seigneur est avec elle dans tout ce qu’elle fait et il l’a choisie pour être la mère du Sauveur ; parce que Marie est bénie entre toutes les femmes, car « toutes les générations me diront bienheureuse » ; parce que sa cousine Élisabeth, sous l’action de l’Esprit-Saint, reconnaît que Marie n’est plus une femme ordinaire lorsqu’elle entre chez nous :  » Quel bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi. »

Bienheureuse celle qui a cru aux paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur  » (Luc 1) ; parce que Marie est le modèle même du bon croyant, car elle est l’humble servante du Seigneur qui garde toutes les Paroles et les événements vécus avec Jésus dans son cœur (Luc 2) ; parce que Marie peut obtenir de son Fils un miracle, même lorsque le moment n’est pas encore prévu comme aux noces de Cana (Jean 2, 1-11) ; parce que Jésus lui-même nous l’a confiée comme notre maman à garder chez nous (Jean 19, 25-27).

L’Église, dans sa sagesse, célèbre au début de l’année, Sainte Marie, Mère de Dieu. Lorsque nous récitons le « Je vous salue Marie », nous reconnaissons, dans la 2e partie de cette prière, la Sainteté de Marie et sa place de Mère de Jésus en tant que ce dernier est authentiquement vrai Dieu et vrai Homme.

Elle ne fait pas semblant d’être mère. Elle n’est pas seulement un simple instrument que Dieu utilise et jette après. Elle est effectivement la Mère de Jésus, Dieu et Homme. C’est Dieu qui l’a voulu ainsi car, rien ne lui est impossible. Invoque donc cette Maman du Ciel que Dieu donne à son Église afin qu’il t’aide, à tout instant, dans ta prière, à trouver des mots justes, l’intention droite et l’attitude qu’il faut pour mieux écouter son Fils et mettre sa Parole en pratique.

Cette maman est là pour t’encourager à ne jamais baisser les bras. Elle t’accompagne dans toutes les circonstances de ta vie. Elle te dit simplement, et avec force chaque matin :  » Fais tout ce que mon fils te demandera de faire ». Une fois de plus, en compagnie de Marie, ta Mère et Mère de ton frère Jésus, que cette année soit une année de bienfaits et de grâce pour toi et toute ta famille ! O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous !

Source de l’image → Vie-Nouvelle

 Compléments

Dans sa lettre aux Galates Ga 4, 4-7 , Paul explique que Dieu a voulu faire de nous ses filles et ses fils. Il nous a choisis comme des enfants tellement unis à lui que nous pouvons l’appeler notre Père. « Lorsque les temps furent accomplis, écrit saint Paul, Dieu nous a envoyé son Fils ; il est né d’une femme, il a été sujet de la Loi pour racheter les sujets de la Loi et pour faire de nous des fils. «  Ainsi, le Fils de Dieu, en devenant Fils de Marie, a fait de nous des filles et des fils du Dieu vivant.

C’est par Marie que s’accomplit le grand mystère du Dieu vivant dans notre chair, un Dieu venu partager nos espoirs, nos fatigues, nos limites physiques et même notre mort. C’est par le oui de Marie que Dieu est venu vivre de plein cœur dans notre chair, qu’il a partagé notre condition humaine. Aujourd’hui, unissons-nous à la volonté même de Marie, qui a laissé grandir en elle le projet de Dieu. Que durant cette nouvelle année, nous disions aussi notre oui au Dieu vivant, comme elle a su le faire.

Michel Houyoux, diacre permanent

Liens externes

  Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Marche avec Marie. Prévoir le temps selon le trajet.

◊ Archive à consulter : cliquez ici pour lire l’article → Mercédaires

◊ Saint fêté le 15 janvier : cliquez ici pour lire l’article → Saint Rémi de Reims

Témoignage émouvant de Jules Roucou : sa rencontre avec Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Dieu, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Adorez Dieu en vérité puisque Dieu lui même est Vérité !

Posté par diaconos le 9 janvier 2019

Message envoyé sur ma page Facebook par Remi Tchiakpe

Adorer Dieu en esprit et en vérité.png 180« Au commencement était le verbe.. et le verbe s’est fait chair.. ». Dans d’autre publications, on a : « Au commencement était la parole… »
Chers frères et sœurs, le verbe ou la parole provient de notre bouche or il est écrit : « Ce n’est pas ce qui entre ds la bouche, qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche. Alors il y a quatre choses qui sortent de la bouche de l’homme. Au nombre de ces choses, nous en avons trois qui souillent et une qui ne souille pas. Les trois choses qui souillent sont le mensonge, la salive, et la vomissure.

La quatrième chose qui ne souille pas est la Vérité. La salive et la vomissure se nettoient. Le mensonge est un feu de paille qui finit toujours par céder place à la vérité.. La vérité, elle est éternelle et donc DIEU. Elle se réalise toujours et se constate. Bien aimé en Christ, éviter le mensonge, c’est éviter tous les autres péchés puisque quand tu pèches, tu es obligé de mentir pour te dédouaner.

Le prologue de Jean nous invite à adorer Dieu en vérité puisque Dieu lui même est Vérité. Chaque fois que tu mens, les grâces dont tu es comblé ne porteront pas de fruits. Saint Jean est venu annoncer une vérité, elle s’est manifestée et est toujours d’actualité. La pensée précède la parole. À l’étape de la pensée, souviens toi que tu es disciple comme JEAN et que tu dois témoigner du Christ, en vérité.

Tu ne verras pas Dieu en personne pour lui témoigner ton appartenance à sa famille. C’est à travers tes relations inter- humaines que tu pourras le témoigner. Vois tu la présence de Dieu danss ton prochain ? Même dans un malade ? Sais-tu qu’un fou a du prix aux yeux de Dieu au même titre que toi ? Prions la vierge Marie et demandons d’intercéder pour nous afin que notre vie soit une vie de vérité.
Contact →

Contact → Remi Tchiakpe

Trois bleuets isolés sur fond blanc. photo libre de droitsMerci à Rémi Tchiakpe pour son envoi

Compléments

  Pour être témoin de Dieu → Choisis le chemin de la vie ! (Dt 30, 15-20)

◊  Comportement : cliquez ici →  Que votre amour soit sans hypocrisie (Rm 12, 9)

Liens externes

◊ Homélie du père  Gilbert Adam→ Au commencement était le verbe et le verbe était Dieu.

◊ Message de Top Chrétien : cliquez ici → Aimez vous les uns les autres

◊ Aimer comme Jésus : cliquez ici → AIMER_OU ÊTRE AIMÉ

Que signifie adorer en esprit et en vérité ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Dieu, Enseignement, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Dieu aime tous ses enfants.

Posté par diaconos le 2 janvier 2019

Dieu aime tous ses enfants.

Dieu aime tous ses enfants.

Dans le livre de l’Ecclésiastique au chapitre trois, il est écrit : « L’homme sensé médite les maximes de la sagesse ; l’idéal du sage est une oreille qui écoute. » La sagesse est l’art de vivre, l’art et la manière d’être heureux ; et ce qui est valable pour les individus, l’est tout autant pour le peuple dans son ensemble et pour l’humanité toute entière. La vie en société devient désagréable et pénible lorsque chacun cherche à s’imposer et à se faire valoir. Il existe de nombreux manuels de bonnes manières pour savoir comment bien organiser une fête, une réception, pour que chaque invité se trouve à l’aise à table et ne se sente pas blessé dans son honneur…

Dans l’Évangile selon saint Luc, Jésus donne une leçon de politesse : « Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi! » (Lc 14, 1-14) Cette page d’évangile ne concerne pas seulement une question de savoir vivre, elle dévoile une exigence de spiritualité chrétienne : l’humilité. Jésus nous invite à être humble, à reconnaître notre petitesse. Ce conseil est plus qu’une simple règle de politesse, c’est la condition pour entrer dans le Royaume de Dieu. Le propos de Jésus va beaucoup plus loin que le rappel de quelques règles de politesse : à la manière des prophètes, il cherche à nous ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard ; trop de contentement de soi peut conduire à l’aveuglement. La conversion qui conduit au Royaume n’est possible que si nous nous reconnaissons faibles devant Dieu. Ceux qui accueillent et respectent les humbles sans attendre de retour participeront avec eux, dit Jésus, à la résurrection (Lc 14,14)

Extrait de la page « Étiquette et savoir vivre »

Aujourd’hui, lorsqu’on parle d’un évangile, on pense tout de suite aux textes de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Bien que ce mot soit employé plusieurs fois dans la Bible, il ne désigne jamais ces quatre récits de la vie de Jésus. Alors, que désigne donc le mot évangile lorsqu’on l’emploie dans la Bible?

Dans l’Ancien Testament, besorah est traduit en grec par euangélion (évangile) dans la Septante, la première traduction grecque de la Bible hébraïque. Il désigne la récompense pour l’annonce d’une victoire (2 S 4,10), l’annonce d’une bonne nouvelle comme la victoire d’une guerre (2 R 7,9), la naissance d’un fils (Jr 20,15) ou la vie sauve d’un ami (1 R 1,42). Plusieurs événements heureux sont annoncés à l’aide de ce terme, qui n’implique pas nécessairement quelque chose de religieux. Par après, certains textes emploient le verbe évangéliser (euangelizestahai) pour parler de l’annonce de la venue du salut eschatologique (de la fin des temps) notamment dans les chapitres 40 à 66 du livre d’Isaïe.

 Dans le Nouveau Testament, le nom commun « évangile » paraît 76 fois et le verbe « évangéliser » revient 54 fois. Comme dans l’Ancien Testament, il est aussi employé pour annoncer une bonne nouvelle, telle la naissance d’un enfant (Lc 1,19). Toutefois, il désigne surtout l’annonce de la bonne nouvelle du salut proclamé par Jésus : « Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent droit, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la bonne nouvelle (l’évangile) est annoncée aux pauvres. » (Mt 11,5) Ce mot, évangile/bonne nouvelle désigne donc le ministère même de Jésus.

Paul utilise 81 fois le mot évangile dans ses lettres. Chez lui, ce mot désigne la prédication des apôtres après la mort/résurrection de Jésus. Il se présente comme celui qui annonce la Bonne Nouvelle (l’évangile) de Jésus Christ.

 Ce n’est qu’au IIe siècle, avec l’Apologie de saint Justin que le mot évangile va finir par désigner les livres de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Probablement que cette façon de nommer un genre littéraire vient du début de l’évangile de Marc : « Commencement de l’évangile (la bonne nouvelle) de Jésus Christ Fils de Dieu. » (Mc 1,1) Par son texte, Marc est le premier (un peu avant 70 de notre ère) à écrire ce qu’on appelle aujourd’hui un évangile. Ainsi les quatre auteurs sont alors désignés par le terme « évangéliste » : ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle. Peut-être que vous vous demandez quelle est cette bonne nouvelle? Si vous voulez le savoir, vous n’avez qu’à prendre votre Nouveau Testament et lire un des évangiles

Pour Jésus, le plus important c’est son amour absolu pour le Père et son désir de sauver tous les hommes. C’est sûrement bien de tenir compte de ce qui est permis et défendu ; mais le Christ voudrait nous aider à aller plus loin ; il nous renvoie à l’essentiel : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu… « .  C’est le premier commandement. Quand on a vraiment compris cela, on ne peut plus se limiter au permis et au défendu ; on donne le meilleur de soi-même. Notre amour pour Dieu est une priorité absolue qui vient éclairer toute notre vie.

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu »  exprime non seulement tout ce qu’il y a dans la Loi et les Prophètes, ce sans quoi tout le reste est dénué de sens, mais par cette réponse, Jésus livre le secret de sa vie et l’amour dont il est question, ce n’est pas simplement du sentiment : il se traduit par un engagement, un don de soi et de sa vie.

Dieu nous aime d’un amour bien concret, et c’est d’une façon bien concrète que nous sommes appelés à aimer à notre tour.

♦ ♦ ♦

Est-il possible que Dieu n’aime pas certains de ses enfants ?

Image de prévisualisation YouTube

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Voici donc une loi divine qui engage Dieu, le prochain et ma propre personne. Jésus, qui s’est fait le prochain de chacun de nous, a puisé cet amour des hommes dans l’amour trinitaire, la vie intime en Dieu.  L’amour du prochain a sa source dans l’amour en Dieu. Et cet amour ne peut  avoir de limites, le don infini de Dieu demande le don infini de soi-même : on n’a jamais fini d’aimer, d’aider, de consoler, de secourir.

Si cette proposition de Dieu était trop belle, trop idéale pour notre propre vie, Jésus ne nous aurait pas demandé d’être son disciple, c’est à dire : celui qui Le suit. C’est pour cela que nous devons puiser des forces en Dieu, dans cette grâce de notre baptême, dans l’amour de L’esprit saint, pour avancer en progressant dans cette vie, notre pèlerinage vers Dieu.

Car si nous pouvons voir comment nous aimons Dieu à la manière dont nous aimons les autres (l’un ne va pas sans l’autre), à l’inverse, nous pouvons voir aussi comment nous aimons les autres à la manière dont nous aimons Dieu et respectons sa loi.

Comment ne pas penser cette semaine à sueur Emmanuelle qui a si bien réuni dans sa vie l’amour de Dieu et l’amour des autres ? Ainsi en suivant Jésus en bon disciple et en imitant ses grands exemples que sont les saints, nous deviendrons un modèle pour tous les croyants comme l’a dit Paul à l’Église de Thessalonique.

Compléments

◊ Question importante : cliquez ici pour lire l’article → Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ?

◊ Cliquez ici pour lire l’article → Un changement de vie est toujours possible !

◊ Cliquez ici pour lire l’article → Épiphanie du Seigneur – Solennité

 Liens externes

◊ Du site « LDS.org » : cliquez ici pour lire l’article →  Dieu aime et aide tous ses enfants

Une fille de neuf ans entend Dieu lui dire de regarder dans les buissons

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Dieu, Enseignement, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

12345...20
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS