Fête de la présentation de Jésus au temple ; fête de la Chandeleur (2 février)

Posté par diaconos le 1 février 2018

Fête de la Chandeleur

Jésus s'approche de nous pour illuminer nos rencontres

Emportons un cierge chez nous. Emportons surtout le Christ vivant dans notre coeur.

La présentation de Jésus au temple, la Rencontre du Christ et de son peuple dans la personne du vieillard Siméon, la purification rituelle de Marie, la Chandeleur ou fête de la lumière, tels sont les thèmes multiples de la célébration qui, quarante jours après Noël, clôture les solennités de la manifestation de Dieu aux hommes en son verbe fait chair.

Siméon avait salué l’enfant Jésus comme étant la lumière du monde (Lc 2, 22-29). En souvenir de cette parole, l’Église célèbre, le deux février de chaque année,  une liturgie en deux temps.

Liturgie pour ce jour

♦ Lecture extraite du livre du prophète Malachie au chapitre trois

Soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez (Ml 3, 1-4)

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient dit le Seigneur de l’univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.

Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois. (Ml 3, 1-4)

lwf0003web.gif

Le Seigneur Dieu ré­pondit à ces plaintes qu’il ne tar­dera pas à faire le­ver ce jour qu’ils ré­clamèrent, mais qu’il sera un jour de ju­ge­ment non moins que de sa­lut. Ce jour sera pré­cédé de la ve­nue d’un en­voyé spé­cial, des­tiné à en pré­pa­rer l’ap­pa­ri­tion.

Une voix crie : « Par le désert frayez le chemin de l’Éternel ; aplanissez dans la steppe une route pour notre Dieu ! » ! (Is 40, 3) Ce mes­sa­ger ne put être l’en­semble des pro­phètes, puisque le mot j’envoie, an­nonce un fait nou­veau : « Voici, je vous envoie Élie, le prophète, avant que vienne le jour de l’Éternel, grand et redoutable. » (Ml 4, 5) Le Nou­veau Tes­ta­ment voit la réa­li­sa­tion de cette pro­phé­tie dans l’en­voi de Jean-Bap­tiste ; Jean-Baptiste est celui-ci de qui il est écrit : « Voici, j’envoie mon messager devant ta face qui préparera ton chemin devant toi. » (Mt 11, 10)

Et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Ce fut Dieu lui-même qui vint. Il fallut l’avènement de Jésus-Christ pour comprendre cette prophétie. Devant le Seigneur, aucune imperfection ne pourra tenir, il faudra le reconnaître comme Dieu, et se confier à lui. Il s’installera pour purifie. Ce qui veut signifier que son travail ne sera pas de courte du­rée ; il sera là, tel que le fon­deur, al­lu­mant et en­tre­te­nant le feu sous le creu­set, jus­qu’à ce que les sco­ries soient com­plè­te­ment dé­ta­chées du mé­tal.

Dieu commença la purification des fils de Lévi. La venue de Jésus inaugura une profonde réforme de la fonction sacerdotale remplie jusque là par la famille de Lévi. Le peuple aussi ne pré­sen­ta plus aux sa­cri­fi­ca­teurs que des vic­times conve­nables, comme dans les plus beaux jours de la pra­tique du culte lé­vi­tique. Sous ces formes, le pro­phète dé­crit l’a­do­ra­tion en es­prit et en vé­rité qui ca­rac­té­ri­sera le règne de Dieu ac­com­pli.

Jésus fonda le culte nouveau où l’offrande ne sera plus des animaux : par l’eucharistie , sacrifice spirituel, les chrétiens s’offrent eux-mêmes en union avec jésus- Christ. À cette époque,  l’offrande de Juda et de Jérusalem fut bien accueillie par Dieu. Notre vie devrait être un culte agréable à Dieu. Offrons lui nos travaux, nos paroles, nos actions envers les plus démunis, les laissés pour compte, les marginaux.

♦ Page d’Évangile choisie pour ce jour

Jésus est présenté au Temple

 Symbole : la cire blanche des cierges de la chandeleur signifie et représente la chair virginale de Jésus et la flamme symbolise le Christ, qui est venu éclairer nos ténèbres. Que veut nous dire l’Église en célébrant la présentation de Jésus au temple ?    Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem.

 Selon la tradition juive, chaque mère devenait impure après son accouchement (impure d’un point de vue cultuel) et elle était exclue du culte jusqu’au jour de sa purification, quarante jours après la naissance d’un fils, 80 après celle d’une fille. Le temps de purification s’achève avec l’offrande d’un agneau âgé d’un an ou de deux colombes pour les plus pauvres

Selon la tradition juive, chaque mère devenait impure après son accouchement (impure d’un point de vue cultuel) et elle était exclue du culte jusqu’au jour de sa purification, quarante jours après la naissance d’un fils, 80 après celle d’une fille. Le temps de purification s’achève avec l’offrande d’un agneau âgé d’un an ou de deux colombes pour les plus pauvres.pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon.

C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Siméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Siméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction et toi, ton âme sera traversée d’un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Compléments

♥ Fête de la Chandeleur ( 2 février) →  Chandeleur : fête du Christ, lumière pour le monde

Homélie pour la présentation de Jésus au temple → La présentation de Jésus au temple

Fêtez la Chandeleur en famille → À la Chandeleur, faisons sauter les crêpes !

Liens externes

 Du site « Croire-La Croix » → Chandeleur – Définition et origine

♥  Du site « Idées-Caté » → Présentation de Jésus au Temple

Présentation de Jésus au Temple

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant le nom de Jésus.

Posté par diaconos le 25 janvier 2018

Lecture du livre des Actes des Apôtres, chapitre vingt-deux

Saul, juif originaire de Tarse,  fut envoyé par les juifs à Damas pour procéder à l'arrestation des adeptes de la nouvelle doctrine. Sur le chemin de Damas, il fut renversé par une force invisible et aveuglé par une violente lumière descendue du ciel. Saul, qui s'appellera plus tard 'Paul', entendit une voix en hébreu : « Saul, Saul ! Pourquoi Me persécutes-tu ? » (Ac. 9, 14 - Ac 26, 14)

Saul, juif originaire de Tarse, fut envoyé par les juifs à Damas pour procéder à l’arrestation des adeptes de la nouvelle doctrine. Sur le chemin de Damas, il fut renversé par une force invisible et aveuglé par une violente lumière descendue du ciel. Saul, qui s’appellera plus tard ‘Paul’, entendit une voix en hébreu : « Saul, Saul ! Pourquoi Me persécutes-tu ? » (Ac. 9, 14 – Ac 26, 14)

 Note : Gamaliel, docteur de la Loi juive, est mentionné aussi par Flavius Josèphe et les Actes des apôtres. Il fut une autorité du judaïsme pharisien pendant la première moitié du Ier siècle.

En ces jours-là, Paul dit au peuple : « Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville, où, à l’école de Gamaliel, j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ; j’avais pour Dieu une ardeur jalouse, comme vous tous aujourd’hui. J’ai persécuté à mort ceux qui suivent le Chemin du Seigneur Jésus ; j’arrêtais hommes et femmes, et les jetais en prison ; le grand prêtre et tout le collège des anciens peuvent en témoigner.

Ces derniers m’avaient donné des lettres pour nos frères de Damas où je me rendais : je devais ramener à Jérusalem, ceux de là-bas, enchaînés, pour qu’ils subissent leur châtiment. Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas, soudain vers midi, une grande lumière venant du ciel m’enveloppa de sa clarté.

Je tombai sur le sol, et j’entendis une voix me dire : Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? Et moi je répondis : ‘Qui es-tu, Seigneur ? Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes.’ Ceux qui étaient avec moi virent la lumière, mais n’entendirent pas la voix de celui qui me parlait. Alors je dis : ‘Que dois-je faire, Seigneur ?’

Le Seigneur me répondit : ‘Relève-toi, va jusqu’à Damas, et là on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.’ Comme je n’y voyais plus rien, à cause de l’éclat de cette lumière, je me rendis à Damas, conduit par la main de mes compagnons.

Or, Ananie, un homme religieux selon la Loi, à qui tous les Juifs résidant là rendaient un bon témoignage, vint se placer près de moi et me dit : ‘Saul, mon frère, retrouve la vue.’ Et moi, au même instant, je retrouvai la vue, et je le vis. Il me dit encore : ‘Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir celui qui est le Juste et à entendre la voix qui sort de sa bouche. Car tu seras pour lui, devant tous les hommes, le témoin de ce que tu as vu et entendu. Et maintenant, pourquoi tarder ? Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant son nom.’  (Ac 22, 3-16)

Source de l’image → 25 JANVIER : LA CONVERSION DE SAUL

lwf0003web.gif

Saul, un juif, né à Tarse en Cilicie, fut instruit par Gamaliel de la loi des Pères. Avant de devenir apôtre de Jésus, il procéda à l’arrestation de gens qui suivaient l’enseignement de ses disciples, ravageant les premières communautés chrétiennes, entrant dans les maisons, et traînant hommes et femmes, il les livra pour être mis en prison.

Ce fut à ce jeune homme, digne de confiance, que les Juifs confièrent ta tâche délicate d’éliminer de leur communauté la nouvelle doctrine, enseignée par les apôtres. Il fut chargé d’agir vite et s’y appliqua rigoureusement pour le bien du Judaïsme, sa religion. Saul pensa servir Dieu en s’efforçant d’anéantir cette secte impie à ses yeux ( Ac 9, 1). Tel fut son état d’âme avant sa conversion.

Il fut envoyé à Damas pour procéder à l’arrestation de chrétiens et les ramener à Jérusalem. Lorsqu’il arriva près de la ville, soudain vers midi, une forte lumière venue du ciel l’enveloppa de sa clarté. Ceux qui étaient avec lui virent bien la lumière et furent saisis de crainte. Aveuglé par cette lumière,  ne voyant plus rien, Saul tomba sur le sol.

Il prit peur et cria vers ce messager, invisible de tous, qui lui demanda de ne plus le persécuter. D’une voix puissante, Saul cria  » Qui est-tu Seigneur ? » Le Seigneur lui répondit : « Je suis Jésus que tu persécutes. » Suite à cet évènement, il resta aveugle durant trois jours. À la suite de ces trois jours, on l »amena chez Hananiah de Damas, qui lui imposa les mains en disant : « Saul, mon frère, retrouve la vue ». Aussitôt Saul recouvra la vue, se leva, et fut baptisé. La conversion de Saul eut lieu entre 31 et 36 après J.-C. Après sa conversion, il choisit de changer de nom : on l’appellera désormais  Paul. Il sut qu’au fond du fanatisme de ses auditeurs il y avait un zèle sincère, pour la religion des Pères. (Rm 10, 2). La conversion de Paul fut un épisode capital pour l’Église primitive. Le Christ vint conquérir le persécuteur le plus acharné des chrétiens.

Compléments

◊ Paul de Tarse, le persécuteur des chrétiens → La conversion de Saul (Ac 9, 1-20)

◊  Nous nous tournons vers les nations païennes (Ac 13, 44-52)

◊ Paul de Tarse, témoin du Christ à Rome → II faut que tu me rendes aussi témoignage à Rome – (Ac 22, 30 ; 23, 6-11)

◊ 25 janvier, fête de la conversion de Paul de Tarse → La conversion de Saul (Ac 9, 1-20)

Liens externes

◊ Histoire → Qui est Paul de Tarse ?

Catéchèse avec KT 42→  Paul et la naissance de l’Église

♥  Notre choix : un missionnaire infatigable→ Saint Paul – Croire – La Croix

Image de prévisualisation YouTube

 

Gamaliel, docteur de la Loi juive, est mentionné aussi par Flavius Josèphe et les Actes des apôtres.

Il fut une  autorité du judaïsme pharisien pendant la première moitié du Ier siècle.

Saul, un juif, né à Tarse en Cilicie, fut instruit par Gamaliel de la loi des Pères. Avant de devenir apôtre de Jésus, il procéda à l’arrestation de gens qui suivaient l’en seignement de ses disciples, ravageant les premières communautés chrétiennes, entrant dans les maisons, et traînant hommes et femmes, il les livra pour être mis en prison.

Ce fut à ce jeune homme, digne de confiance, que les Juifs confièrent ta tâche délicate d’éliminer de leur communauté la nouvelle doctrine, enseignée par les apôtres. Il fut chargé d’agir vite et s’y appliqua rigoureusement pour le bien du Judaïsme, sa religion. Saul pensa servir Dieu en s’efforçant d’anéantir cette secte impie à ses yeux ( Ac 9, 1). Tel fut son état d’âme avant sa conversion.

Il fut envoyé à Damas pour procéder à l’arrestation de chrétiens et les ramener à Jérusalem. Lorsqu’il arriva près de la ville, soudain vers midi, une forte lumière venue du ciel l’enveloppa de sa clarté. Ceux qui étaient avec lui virent bien la lumière et furent saisis de crainte. Aveuglé par cette lumière,  ne voyant plus rien, Saul tomba sur le sol.

Il prit peur et cria vers ce messager, invisible de tous, qui lui demanda de ne plus le persécuter. D’une voix puissante, Saul cria  » Qui est-tu Seigneur ? » Le Seigneur lui répondit : « Je suis Jésus que tu persécutes. » Suite à cet évènement, il resta aveugle durant trois jours. À la suite de ces trois jours, on l »amena chez Hananiah de Damas, qui lui imposa les mains en disant : « Saul, mon frère, retrouve la vue ».

Aussitôt Saul recouvra la vue, se leva, et fut baptisé. La conversion de Saul eut lieu entre 31 et 36 après J.-C. Après sa conversion, il choisit de changer de nom : on l’appellera désormais  Paul. Il sut qu’au fond du fanatisme de ses auditeurs il y avait un zèle sincère, pour la religion des Pères. (Rm 10, 2). La conversion de Paul fut un épisode capital pour l’Église primitive. Le Christ vint conquérir le persécuteur le plus acharné des chrétiens : « 

Compléments

◊ Paul de Tarse, le persécuteur des chrétiens → La conversion de Saul (Ac 9, 1-20)

◊  Nous nous tournons vers les nations païennes (Ac 13, 44-52)

◊ Paul de Tarse, témoin du Christ à Rome → II faut que tu me rendes aussi témoignage à Rome – (Ac 22, 30 ; 23, 6-11)

Liens externes

◊ Histoire → Qui est Paul de Tarse ?

Catéchèse avec KT 42→  Paul et la naissance de l’Église

  Notre choix : un missionnaire infatigable→ Saint Paul – Croire – La Croix

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La gloire du Seigneur s’est levée sur toi » (Is 60, 1-6)

Posté par diaconos le 7 janvier 2018

Extrait du livre du prophète Isaïe au chapitre soixante

En venant se prosterner devant cet enfant et l’offrande des cadeaux qu’ils firent sont le témoignage de leur reconnaissance  de la divinité et de la royauté de Jésus.  L’Évangile de ce dimanche nous invite à faire nôtres les attitudes et les sentiments de ces mages : se prosterner, adorer et offrir. Il ne nous est pas demandé d’offrir de l’or, de l’encens et de la myrrhe, mais de nous offrir nous-mêmes à chaque eucharistie.

En venant se prosterner devant cet enfant et l’offrande des cadeaux qu’ils firent sont le témoignage de leur reconnaissance de la divinité et de la royauté de Jésus. L’Évangile de ce dimanche nous invite à faire nôtres les attitudes et les sentiments de ces mages : se prosterner, adorer et offrir. Il ne nous est pas demandé d’offrir de l’or, de l’encens et de la myrrhe, mais de nous offrir nous-mêmes à chaque eucharistie.

Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera.

Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur.

lwf0003web.gif

Isaïe considéra  Jérusalem comme place tournante du monde. Là se donnèrent rendez-vous les caravanes venues d’Orient et d’Occident, dont le trafic enrichit Jérusalem. Cependant, à cette époque, Jérusalem n’était plus le carrefour commercial d’autrefois. Son déclin obligea à considérer de plus près où trouver sa vraie richesse.  Sa vraie richesse, c’est Dieu qui rayonne sur le monde et qui fit de Jérusalem l’espérance des peuples. C’est dans l’Église que les vraies richesses du monde : foi, compréhension, fraternité, doivent trouver leur vraie maison.

 La gloire du Seigneur s’est levée sur toi Jérusalem. Jérusalem fut le foyer de la ré­vé­la­tion di­vine : ce n’était pas pour la nation seulement ; c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. (Jn 11, 52)  C’est spi­ri­tuel­le­ment que se réa­lisa cette pro­phé­tie. Dieu apparaîtra plus tard en la per­sonne du Christ, et de Jé­ru­sa­lem sortira, avec les apôtres, la lu­mière qui éclairera les na­tions : car mes yeux ont vu le salut qui vient de toi, et que tu as suscité en faveur de tous les peuples : il est la lumière pour éclairer les nations il sera la gloire d’Israël ton peuple. (Lc 4, 30-32)

Les nations marcheront vers ta lumière : la conver­sion des peuples convertis à la foi chrétienne fut le com­men­ce­ment de l’ac­com­plis­se­ment de ces pro­messes. Les nouveaux  chris­tia­ni­sés furent les ins­tru­ments de cette double res­tau­ra­tion spi­ri­tuelle et po­li­tique du peuple de Dieu : « Frères, pour vous éviter de vous fier à votre propre jugement, je ne veux pas vous laisser dans l’ignorance de ce mystère : l’endurcissement d’une partie d’Israël s’est produit pour laisser à l’ensemble des nations le temps d’entrer. C’est ainsi qu’Israël tout entier sera sauvé, comme dit l’Écriture : De Sion viendra le libérateur, il fera disparaître les impiétés du milieu de Jacob. (Rm 11, 25-26)

Les produits des îles et des côtes de la Méditerranée affluèrent vers Israël. Isaïe vit venir des tri­bus de l’A­ra­bie, puis de l’Oc­ci­dent. Ces déplacements eut un but re­li­gieux : ils y vinrent  pour faire des of­frandes à Dieu. Madian (issu d’A­bra­ham et de Ké­tura) et Epha (fils de Ma­dian), originaires du nord de l’A­ra­bie, sur la rive orien­tale de la mer Rouge, se déplacèrent avec leurs chameaux et leurs offrandes.

Cette région était riche en or, en encens et en pierres précieuses, dont elle fit un commerce ample. Le Livre des rois, au chapitre dix   en  donne quelques traits : « La reine de Saba entendit parler de la réputation de Salomon pour le nom du SEIGNEUR, et elle vint le mettre à l’épreuve par des énigmes. Elle arriva à Jérusalem avec une suite très importante, des chameaux portant des essences odoriférantes, de l’or en très grande quantité et des pierres précieuses. (1 Roi 10, 1-2)

Compléments

◊ Les mages, des païens, ne savaient rien du Sauveur, mais ils le cherchèrent    →  Fête de l’Épiphanie du Seigneur

◊  Le Christ est venu pour le monde entier →  Les mages païens viennent se prosterner devant Jésus (Mt 2, 1-12)

Liens externes

◊  Catéchèse →  Epiphanie – Idées-Caté

◊  Pastorale scolaire →  Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?

 Vidéo                             Fête de l’Épiphanie : les impasses de nos vies → Allons nous prosterner devant l’Enfant Jésus. 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Ancien testament, fêtes religieuses, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Saint Polycarpe, évêque et martyr

Posté par diaconos le 23 février 2017

Résultat de recherche d'images pour "saint Polycarpe"Né à Smyrne de parents chrétiens, Polycarpe fut un   des disciples de l’apôtre Jean qui le nomma évêque de Smyrne vers 100.  En 154, il se rendit à Rome pour discuter avec avec le pape Anicet (onzième évêque de Rome de 155 à 166) de la date et de l’objet de la fête de Pâques, sujet de tension entre les chrétiens d’Orient et d’Occident ; mais il n »y eut aucun accord sur ce sujet. Cependant, ils se quittèrent  et restèrent amis.  Pendant son séjour dans la capitale de l’empire, il convertit beaucoup de païens.

Il écrivit plusieurs lettres,  dont une adressée aux Philippiens. Celle-ci donne des exhortations sur la vraie foi et la vie chrétienne et recommande d’obéir aux prêtrers et aux diacres. Vers l »an 156, Polycarpe était considéré par les juifs et les païens comme étant docteur de l »Asie et le père des chrétiens.

  ♦ Source de l’image → St. Polycarp – Saints & Angels – Catholic Online

Polycarpe combattit de nombreuses sectes qu’il jugea hérétiques. Il accueillit à  Smyrne Ignace, évêque d’Antioche, condamné aux bêtes dans les arènes de Rome. Les deux évêques devinrent amis.  Ignace d’Antioche lui écrivit de Troas (cité portuaire de l’antiquité située au nord-ouest del’Asie Mineure) une lettre le remerciant de son accueil et lui demandant d’envoyer des missionnaires affermir sa communauté dans la foi chrétienne. C’est grâce à Polycarpe que l’on a conservé le corpus des sept lettres d’Ignace, car il les fit circuler dans les communautés d’Asie mineure, à la demande de celles-ci

Lors qu’éclata la persécution commandée par l’empereur et philosophe Marc Aurèle ( 8 mars 161-17 mars 180), Polycarpe, très âgé, tint tête au proconsul Statius Quadratus qui lui ordonna de maudire le Christ. Il lui répondit  : « Il y a 86 ans que je le sers et il ne m »a jamais fait de mal. Comment pourrais-je  blasphémer mon Seigneur qui m’a sauvé ? »   Il fut mis à mort sur un bûcher vers l »an 155.

Dans une lettre adressée à Florinus, Irénée de Lyon ( deuxième évêque de Lyon)  le reconnut comme étant celui dont il reçut la foi ; de lui il reçut  la tradition johannique.

Liens externes

◊  Polycarpe de Smyrne →  Lettre aux Philippiens

◊ Avec saint Polycarpe, nous faisons un voyage à travers le temps.→   → 23 février – Saint Polycarpe – Vidéothèque

◊   Extrait de les Pères apostoliques →  Polycarpe de Smyrne

  Qui était Saint Polycarpe de Smyrne ?

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans conversion, fêtes religieuses | Pas de Commentaire »

12345...70
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS