Mardi de la deuxième semaine de l’Avent -Année B

Posté par diaconos le 11 décembre 2023

La parabole de la brebis égarée | L'Évangile de Dieu

 La parabole de la brebis égarée, attribuée à Jésus de Nazareth, se retrouve dans deux évangiles canoniques du Nouveau Testament. Elle est rapportée par Matthieu (Mt 18,12-13) et Luc (Lc 15,3-7). On la trouve aussi dans l’Évangile apocryphe de Thomas, logion 107. De possibles parallèles dans l’Ancien Testament sont Ez 34,6, 12 et Ps 119,176. x

La parabole a donné lieu à une expression, la brebis égarée, désignant, à l’instar du fils prodigue dans une parabole qui suit peu après dans Luc, la personne qui s’égare moralement, ou, toujours dans Luc, de la drachme perdue.

 Les deux premières paraboles  , et parfois les trois, servent de base dans les considérations que développent les théologiens et prédicateurs sur la nécessité d’aller chercher la brebis égarée pour la faire rentrer dans le troupeau, quand on considère l’égarement involontaire, ou d’accueillir avec grâce le pécheur repenti, dans le cas de l’égarement volontaire

 Le Bon Pasteur est un des titres, par lesquels Jésus s’identifia (Jn10, 11). Il fait partie des sept paroles Je suis… que l’on trouve uniquement dans l’Évangile selon Jean et fait allusion à un aspect de la mission de Jésus : celui qui rassemble, guide, recherche celui qui est égaré et donne sa vie pour les autres. Il fait paître ses brebis ou ramène la brebis égarée. Cette appellation est à l’origine du mot pasteur en usage dans le christianisme.

xLe thème iconographique du Bon Pasteur connaît une large diffusion d’abord dans l’art grec antique, où il est appliqué à l’Hermès criophore (du grec κριος -bélier et φόρος – qui porte), mais aussi aux porteurs d’offrande, puis dans l’art romain au sein duquel il est particulièrement utilisé dans un contexte funéraire, selon des formules dont s’inspire pleinement l’art chrétien naissant.

Ce thème aurait lui-même des prototypes sumériens. L’iconographie chrétienne figure d’abord le Christ, l’agneau de Dieu, porté par Jean le Baptiste, puis Jésus devint à son tour le Bon Pasteur qui rassemble les brebis égarées. Il est traditionnellement représenté muni de bandes molletières, vêtu de l’exomide, tenant dans ses mains une houlette, un vase à traire le lait (le mulctra) ou une syrinx. Ce thème a inspiré de nombreux artistes chrétiens.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «Quel est votre avis ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne va-t-il pas laisser les 99 autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il arrive à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les 99 qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu.» (Mt 18, 12-14)

De l’esprit du royaume des cieux

C’est un temps où chacun de nous fait l’effort de vivre intensément, avec confiance, la venue et le retour du Seigneur. Dieu veut mettre dans nos cœurs un immense désir d’accueillir la puissance de son salut. Le désert est ce lieu sans vie et sans joie. C’est le lieu où Dieu parla à son peuple. Il en est de même en chacune de nos vies. Le désert de notre vie, ce lieu aride, sans joie ni consolation, peut devenir soudainement, le lieu où Dieu peut parler à chacun de nous de manière singulière et toujours actuelle.

Il y a au fond de notre cœur une voix qui crie : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur». Le Prophète Isaïe nous indique clairement comment nous devons procéder pour préparer cette venue : « Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées » (Isaïe 40,4) afin de rendre droit le chemin de Dieu dans le désert de nos cœurs.

Il s’agit de préparer le chemin du Seigneur dans la vie concrète de chaque jour, c’est-à-dire de purifier notre cœur pour qu’il soit vertueux, combler les ravins de nos manquements et rabaisser nos montagnes et collines d’orgueils.

«Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin.» Voix de Jean-Baptiste qui cria dans le désert : «Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers (Mc1, 2-3).Le chemin aride et dangereux du désert qui est notre cœur devra être aplani pour accueillir le Seigneur.

L’Avent nous est ainsi suggéré comme une démarche de conversion et de préparation de la venue et du retour du Seigneur Jésus. Pour ne pas risquer de passer à côté de sa venue, trois manières nous sont proposées pour préparer personnellement cette venue.  Que signifie pour moi accueillir le Seigneur au désert ? En quoi ai-je besoin de préparer le terrain pour la venue ou le retour du Seigneur Jésus ? Quels sont les obstacles, les empêchements ?

Aujourd’hui, chacun de nous est invité à préparer dans le désert de son propre cœur les chemins du Seigneur et accueillir la puissance du salut apporté par le Christ. Ce sera donc d’abaisser les collines de notre égoïsme et notre suffisance, redresser droit le chemin de nos ambiguïtés et combler les vallées de nos manques d’amour en nous libérant de toute lourdeur à rendre service aux autres.

Ainsi nous pourrons avec l’Apôtre Pierre dans la seconde lecture, réveiller notre espérance quand il dit : «Le Seigneur n’est pas en retard pour tenir sa promesse». Dans l’attente de cette promesse d’un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice» (2 P 8,13), disons-Lui : «Viens Seigneur et ne tarde pas».

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Internet

Église saint Ignace : cliquez ici pour lire l’article → Homélie du deuxième dimanche de l’Avent B

Carrefour Kairos : cliquez ici pour lire l’article → Homélie pour le 2e dimanche de l’Avent Année B

 Vidéo Cliquez ici pour voir la vidéo https://youtu.be/WY5z8kTDR6s

Publié dans Bible, Catéchèse, Dieu, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Второе воскресенье Адвента – Год В

Posté par diaconos le 10 décembre 2023

«Покайтесь, ибо приблизилось Царство Небесное» / Православие.Ru

Господь Иисус, Царь Вселенной – Год А

S# Иоанн Креститель, которого при рождении звали Йоханан (ивр. יוחנן), – одна из главных фигур в христианстве и исламе. В историческом плане его существование подтверждается отрывком из Флавия Иосифа, и он был еврейским проповедником во времена Иисуса из Назарета. В Евангелии от Иоанна деятельность Иоанна Крестителя сосредоточена на берегах Иордана и в Вифании за Иорданом. Там Иисус некоторое время жил в его окружении и набирал своих первых апостолов.

Синоптические Евангелия синхронизируют начало деятельности Иисуса с заключением Иоанна в тюрьму. Аудитория этого апокалиптического пророка неуклонно росла, вызывая реакцию Ирода Антипы, который, видя, как он собирает своих последователей, опасался, что он подстрекает к революции. В Синоптических Евангелиях Иоанн Креститель был убит за то, что критиковал брак Антипы с Иродиадой. В христианстве Иоанн Креститель – пророк, возвестивший о приходе Иисуса из Назарета. Он крестил его на берегу реки Иордан, оставив нескольких своих учеников.

Из Евангелия от Матфея Иисуса Христа.

В то время Иисус сказал ученикам Своим : « Когда придет Сын Человеческий во славе Своей и все Ангелы с Ним, тогда сядет на престоле славы Своей. И соберутся пред Ним все народы ; и отделит людей друг от друга, как пастырь отделяет овец от козловѵ : овец поставит по правую сторону, а козлов по левую.

Тогда скажет Царь тем, которые по правую руку Его : « Придите, благословенные Отца Моего, примите в наследие Царство, уготованное вам от создания мира. Ибо алкал Я, и вы дали Мне есть ; жаждал, и вы напоили Меня ; был странником, и вы приютили Меня; был наг, и вы одели Меня; был болен, и вы посетили Меня; в темнице был, и вы пришли ко Мне ! Евангелие и гомилия на 09 декабря 2018 года. Приготовьте путь Господу, прямыми сделайте стези Его – Хорал Белго-Бурундайз CSFA

 Предтеча Мессии, он представлен в Синоптических книгах как имеющий много общих черт с пророком Илией. Празднуется 24 июня, в день его рождения, и 29 августа, в день его обезглавливания. Начало Евангелия об Иисусе Христе, Сыне Божьем. Написано у пророка Исаии : « Вот, Я посылаю пред тобою посланника Моего, чтобы открыть тебе путь. Глас вопиющего в пустыне: приготовьте путь Господу, прямыми сделайте стези Ему. Затем в пустыне появился Иоанн, креститель.

 Он провозгласил крещение обращения для прощения грехов. Вся Иудея и Иерусалим пошли к нему и крестились от него в Иордане, публично признавая свои грехи. Иоанн был одет в одежду из верблюжьей шерсти, на талии у него был кожаный пояс; он ел саранчу и дикий мед. Он провозгласил : « Вот, идет за мной тот, кто сильнее меня; я недостоин опуститься и распустить ремень сандалий его. Я крестил вас водою, а Он будет крестить вас Духом Святым ». (Мк., 1, 1-8)

 Приготовьте путь Господу

Христос придет как Господь силы и пастырь кротости : « Вот Господь Бог, Он идет с силой. Как пастух, ведет Он стадо Свое; рука Его собирает агнцев, и они несут их на сердце Его ». Несомненно, Он и сейчас заставляет нас ждать :« Господь не медлит исполнением обетования Своего ; ради вас Он ждет, ибо не хочет, чтобы кто-нибудь погиб, но хочет, чтобы все имели время обратиться »

Главное – подготовить для Него путь, изменив свою жизнь. В пустыне раздался голос: « Приготовьте путь Господу, прямыми сделайте стези Ему ». Господь идет, и мы должны приготовить Ему путь. Этот образ дороги мы встречаем во всей Библии. Пути и дороги – это жизненно важное связующее звено между людьми и цивилизациями: они позволяют людям переходить из одного места в другое и встречаться друг с другом.

 Пустыня, которую необходимо преобразить, – это пустыня социальных и религиозных бедствий людей, пустыня одиночества и пустыня неуважения к человеческому достоинству. В конце 27 года Иоанн Креститель в пустыне провозгласил крещение обращения для прощения грехов; он не жалел своих слушателей. Полностью измените свои пути… повернитесь !

Вы поступали так ? Теперь сделайте наоборот. Зло, которое вы делали, прекратите делать. Добро, которое вы не делали, начните делать. Изменитесь ! Измените свои пути ! В преддверии Рождества нас приглашают принять таинство примирения для прощения грехов. Давайте с этого момента подготовим себя к тому, чтобы сделать это серьезным, взрослым и ответственным поступком. И подобно толпе, пришедшей на Иордан, начнем с признания своих грехов : « Господи, открой мне глаза !»

К приходу Иисуса должен быть готов каждый. Давайте начнем с того, что удалим из своей жизни все, что противоречит Богу. Давайте научимся не судить и не осуждать других, даже если они совершили злые дела. Отвергая их, мы отвергаем Божью любовь к ним. Иногда мы обличаем и обвиняем во имя истины. Такой подход часто бывает лицемерным и,  главное, не оставляет жертве ни единого шанса.

Давайте поймем это: Каждый грешник – это человек, которого Бог хочет спасти! Истинное обращение должно сопровождаться свидетельством нашей жизни. Иоанн Креститель возвещал о пришествии Господа и готовился к нему. Как и он, мы должны засучить рукава, чтобы построить более справедливый и братский мир. Но как свидетели веры, давайте никогда не забывать эти слова из Евангелия : « Тот, кто придет после нас, тот, кого мы провозглашаем, могущественнее нас ».

Подготовка к Рождеству посылает нас к другим. Это призыв свидетельствовать о нашей вере в наших семьях. Давайте придадим этому празднику религиозное измерение. Рождество в кругу семьи будет по-настоящему успешным только в том случае, если мы подготовимся к нему заранее. Никто не ждет последней минуты, чтобы разослать приглашения и приготовить подарки. И если мы приложим хотя бы столько же сил, чтобы подготовиться к приходу Иисуса


Дьякон Мichel Houyoux


Ссылки на другие христианские сайты в Интернете


Calend -Россия : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Второе воскресенье Адвента


◊ Приход Успения : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → 2-е воскресенье Адвента

Видео Божественная литургия → https://youtu.be/Z50ktyQV1DE

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, évangiles, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Lundi de la deuxième semaine de l’Avent -Année B

Posté par diaconos le 10 décembre 2023

Lundi de la deuxième semaine de l’Avent -Année B dans Bible le-christ-guérit-la-fresque-paralytique-de-l-église-saint-paraskeva-des-balkans-près-du-monastère-naum-ohrid-en-macédoine-158818772

La guérison du Paralytique de Capharnaüm

# Jésus de Nazareth est un Juif de Galilée, né entre l’an 7 et l’an 5 av. J.-C.. Il apparaît dans le cercle de Jean le Baptiste avant de s’engager, entouré de quelques disciples, dans une courte carrière de prédication itinérante de deux à trois ans, essentiellement en Galilée, en pratiquant guérisons et exorcismes. Il suscita engouement et ferveur, s’attirant la méfiance des autorités politiques et religieuses, avant d’être arrêté, condamné et crucifié vers l’an 30 à Jérusalem pendant la fête juive de la Pâque, sous l’administration du préfet Ponce Pilate.

L’annonce de sa résurrection par ses disciples, qui le reconnurent comme le Messie et transmirent son histoire et ses enseignements, donna naissance au christianisme. Pour les chrétiens, Jésus-Christ est le Fils de Dieu, le Messie annoncé dans l’Ancien Testament et envoyé aux hommes pour les sauver. Dans l’islam, Jésus de Nazareth, appelé ʿĪsā, est considéré comme un prophète majeur.

Le retentissement de son message, transmis par les différentes Églises chrétiennes, et les interprétations auxquelles il donna lieu, influencèrent différentes cultures et civilisations au cours de l’Histoire. Il inspira une importante production théologique, littéraire et artistique. Sa naissance fut prise comme origine conventionnelle des calendriers julien , depuis le sixième siècle et grégorien, et le dimanche, devenu jour de repos hebdomadaire en célébration de sa résurrection, adopté au-delà de la chrétienté.

Cette importance contraste avec la brièveté de sa prédication et le peu de traces historiques conservées à son sujet, essentiellement au travers de la littérature néotestamentaire. Ainsi, lorsqu’il aborda la question de Jésus de Nazareth, l’historien sut qu’il ne fut nullement en mesure de révéler ce qui fut fait ou ce qui fut dit par Jésus. Jésus est un prénom courant dans la Palestine du Ier siècle : il est le sixième nom masculin le plus fréquent à cette époque.

Il fut attesté pour Jésus Ben Sira, l’auteur du Siracide, pour un fils d’Éliéze dans l’Évangile selon Luc ou encore pour Barabbas, le chef de guerre libéré par Ponce Pilate selon certaines versions de l’Évangile selon Matthieu.

 L’historien juif Flavius Josèphe mentionna vingt individus prénommés de la sorte, dont une dizaine à l’époque de Jésus de Nazareth. On trouve plusieurs fois l’expression « Fils de l’homme » que s’attribua Jésus lui-même dans les évangiles. Elle se trouve précédemment dans la littérature hébraïque, dans le Livre des Psaumes, où elle désigne l’homme ordinaire. Chez le prophète Ezechiel, le Fils de l’homme définit la fonction prophétique. Dans le Livre de Daniel, elle s’applique au statut messianique.

x

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons.

Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit : « Homme, tes péchés te sont pardonnés. »

Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner : « Qui est-il celui-là ? Il dit des blasphèmes !
Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »
Mais Jésus, saisissant leurs pensées, leur répondit : «Qu’est-ce qui est le plus facile ? : «Tes péchés te sont pardonnés”, ou dire : “Lève-toi et marche” ?Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité sur la terre pour pardonner les péchés, Jésus s’adressa à celui qui était paralysé : «Je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. »

À l’instant même, celui-ci se releva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : : « Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! » (Lc 5, 17-26)

Guérison d’un paralytique

Un des jours du voyage d’évangélisation de Jésus ans une des villes, des adversaires venus de divers lieux de la Galilée et de la Judée, eurent été provoqué par un mot d’ordre émané de Jérusalem. Le temps approcha où la haine croissante des chefs du peuple amena la catastrophe ; ils s’appliquèrent dès ce moment à épier et à surveiller Jésus.

Une puissance de Dieu agissait pour rendre Jésus capable de guérir toute maladie. L’assurance avec laquelle Jésus jeta à ses adversaires le défi. Ce que Luc appela les tuiles, ce furent les briques ou les dalles dont fut recouverte la terrasse qui, en Orient, servit de toit aux maisons. Cette expression : à travers les tuiles, indique qu’ils pratiquèrent une ouverture dans la toiture même. D’après Matthieu, Jésus adressa d’abord au pauvre malade cette parole pleine de compassion  : « Prends courage, mon fils  » Marc conserva également ce terme affectueux. Le mot de Luc : se mirent à, commencèrent, marqua le moment précis où les murmures éclatèrent. Ceux-ci se prolongèrent quelque temps avant que Jésus intervint.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Jarinier de Dieu : cliquez ici pour lire l’article →Nous avons vu des choses extraordinaires

◊ Les Méditations : cliquez ici pour lire l’article →Des choses extraordinaires !

Vidéo Lectio Divina → https://youtu.be/pRBpi9WBLGc

Publié dans Bible, Catéchèse, Enseignement, évangiles, Foi, L'Église, Méditation, Messages, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Jésus chasse les marchands du Temple

Posté par diaconos le 9 décembre 2023

Jésus chasse les marchands du temple - Eglise Saint Roch - Paris (1)

Jésus chasse les marchands du Temple

# Pour cette fête, ils étaient environ de 300 000 à 400 000 pèlerins. Jésus visita le Temple de Jérusalem, où la cour était remplie de bétail et de tables de changeurs, qui changeait l’argent standard grec et romain en argent juif et syrien, étant les deux seules monnaies acceptées à l’intérieur du Temple, permettant l’achat d’animaux sacrificiels.

Le nouveau Testament, raconte une action de Jésus chassant les marchands et les changeurs qui opérèrent dans l’enceinte du Temple de Jérusalem. Jésus et ses disciples étant arrivés à Jérusalem pour la Pâque.

 Jésus accusa les marchands de transformer le Temple en un repaire de voleurs. Dans l’Évangile selon Jean, Jésus se référa au Temple sous le nom de la maison de mon Père et ainsi se présenta comme le Fils de Dieu. Dans les religions abrahamiques, les fidèles se réfèrent à Dieu le Père.

 L’Évangile selon Jean présente le seul cas où Jésus utilisa la force physique contre des hommes. Le récit apparaît vers la fin des évangiles synoptiques (Marc 11, 15-19, Matthieu 21, 12-17 et Luc 19, 45-48) et vers le début de l’Évangile selon Jean (Jn 2, 13-16). Certains auteurs pensèrent qu’il s’agirait de deux incidents distincts, étant donné que l’Évangile selon Jean comprend également plusieurs récits de la Pâque juive.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs.

Il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : «Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce.»

Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : «L’amour de ta maison fera mon tourment.» Des Juifs l’interpellèrent : «Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ?»

Jésus leur répondit : «Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai.»
Les Juifs lui répliquèrent :
«Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais !»

Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. (Jn 2, 13-22)

Dieu se donne gratuitement !

Après avoir accompli son premier miracle à Cana en Galilée, Jésus se rendit à Jérusalem et monta au Temple pour prier et pour prêcher la Bonne Nouvelle qu’Il est venu apporter sur terre. Mais quelle ne fut pas sa surprise en voyant le Temple de Dieu, son Temple, rempli de marchands et de trafiquants de toutes sortes !

Dieu, dans la personne de Jésus, vient dans sa propre maison, et qu’y trouve-t-il ? Des gens en prières ? Des lévites en train d’accomplir leur ministère ? Non pas ! Mais bien des marchands, des trafiquants, des gens qui ne semblent se soucier que d’une seule chose : amasser de l’argent pour leur vie sur terre, au lieu de prier pour que le Père les accueille dans sa demeure du Ciel ! Le monde à l’envers, dirions-nous !

Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » (Jn 2, 15-16)

Une erreur à éviter serait de penser que Jésus, en chassant les vendeurs du Temple, manifeste un violent mépris pour le commerce et les commerçants. L’acte prémédité du Christ (il a fallu qu’il trouve des cordes, qu’il fasse un fouet, ce qui demande du temps) signifie tout autre chose : c’est tout le culte du Temple, toute la religion qui est devenue un commerce, un marchandage, une histoire de «donnant, donnant». Et c’est cela que Jésus conteste violemment.

Au Temple, on venait pour offrir des sacrifices. Les riches offraient, par exemple, un bœuf, un taureau ; les moins riches offraient un agneau et les pauvres, une paire de colombes. Mais ces offrandes étaient des gestes intéressés : on donnait pour recevoir. On espérait bien que, grâce à cette offrande, on recevrait en retour l’aide de Dieu pour telle ou telle affaire, ou pour obtenir la santé, ou pour toute autre requête.

Avons-nous dépasser ce stade là ? Pas si sûr ! En réalité, trop souvent, nous pensons que nous devons  mériter quelque chose, et que Dieu ne donne rien gratuitement. Jésus est venu nous révéler une chose essentielle : Dieu donne gratuitement. Il se donne gratuitement même gratuitement, sans aucun mérite de notre part.

Nous avons à passer de la religion du «Donnant, donnant» à la religion accueil de la grâce, accueil du don gratuit de Dieu. La grande certitude de toute la Bible, c’est que Dieu veut l’homme heureux, et il lui en donne le moyen, un moyen bien simple : il suffit d’écouter la Parole de Dieu inscrite dans la Loi et d’en vivre.

Le chemin est balisé, les commandements sont comme des poteaux indicateurs sur le bord de la route, pour alerter notre regard sur un danger éventuel : «Le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard». (Psaume 18)

C’est dans la relation avec Dieu que la foi se vit car la résurrection, finalement, c’est partout où deux ou trois sont réunis au nom du Christ qu’une fois encore nous découvrons que nous ne pouvons ni contrôler, ni négocier, ni acheter ce qui donne sens à nos vies. Notre foi doit se vivre dans l’abandon et la confiance totale en Dieu.

Diacre Michel Houyoux

Complément

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici → Jésus chasse les marchands du Temple

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Movimento de Folcolari : cliquez ici pour lire l’article → Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement

Diocèse de Saint Denis (France) : cliquez ici pour lire l’article → Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Vidéo Le don gratuit de Dieu https://youtu.be/qWdJn6SHSu4

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Enseignement, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

1...3132333435...66
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...