Dimanche de la Sainte Trinité

Posté par diaconos le 16 juin 2019

Bon dimanche de la Sainte Trinité à tous !

Le Nouveau Testament nous révèle qu'il ya en Dieu trois personnes vivant d'un éternel amour. La vérité révélée de la Sainte Trinité a été dès les origines à la racine de la foi vivante de l’Église, principalement au moyen du baptême : "Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit" (Mt 28,19). Les personnes qui croient seront baptisées au nom du Père et du Fils et du saint Esprit. Les trois personnes que le Christ nous a révélées. Jésus les nomme séparément parce que le Père n’est pas le Fils et le Fils n’est pas l’Esprit Saint et pourtant les trois sont le même Dieu ; elles ont en commun le même nom divin.

Le Nouveau Testament nous révèle qu’il ya en Dieu trois personnes vivant d’un éternel amour. La vérité révélée de la Sainte Trinité a été dès les origines à la racine de la foi vivante de l’Église, principalement au moyen du baptême : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28,19). Les personnes qui croient seront baptisées au nom du Père et du Fils et du saint Esprit.
Les trois personnes que le Christ nous a révélées. Jésus les nomme séparément parce que le Père n’est pas le Fils et le Fils n’est pas l’Esprit Saint et pourtant les trois sont le même Dieu ; elles ont en commun le même nom divin.De l’Évangile de ce jour : «  » Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. « Dieu Un et TRINE : impossible au chrétien d’être monolithique !

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.

Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. «  (Jn 16, 12-15)

Homélie

Ce dimanche, nous célébrons la fête de la Sainte Trinité. C’est le mystère d’un seul Dieu en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint Esprit, Dieu qui est amour. C’est de cet amour de Dieu que nous nous souvenons chaque fois que nous faisons le signe de la croix.

La Trinité nous en parlons beaucoup mais qu’est ce que cela peut vouloir bien dire dans notre vie ? Quand nous parlons de la sainte Trinité nous ne partons pas de zéro, nous partons de ce que nous savons : dans le mot Trinité il y a  » trois ». Au  cours de catéchisme  nous apprenons aux enfants à faire le signe de croix : Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Lorsque nous parlons de la sainte Trinité,  nous parlons du Père, du Fils et du Saint Esprit. C’est ce que nous disons dans le credo : Je crois en Dieu le Père, en Jésus son Fils unique et dans l’Esprit Saint. Tout semble très clair mais est-ce si clair que cela ?

Le credo a été rédigé aux conciles de Nicée et Nicée Constantinople. Certains pensèrent qu’il y avait deux dieux : le père et Jésus, d’autres trois dieux : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. D’autres encore que Jésus était devenu Dieu mais qu’il ne l’avait pas toujours été, d’autres encore qu’il ne l’était pas. Toutes ces hérésies perturbèrent les premiers siècles de l’Église.

La Trinité est Une. Nous ne croyons pas en trois dieux, mais en un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Chacune des trois personnes est Dieu tout entier. Chacune des trois personnes n’existe qu’en union avec les deux autres dans une parfaite relation d’amour.

Toute l’œuvre de Dieu est l’œuvre commune des trois personnes et toute notre vie de chrétiens est une communion avec chacune des trois personnes. Saint Ignace de Loyola eut un jour une vision représentant la Trinité. Dans sa vision il voit trois notes de musique et de ces trois notes une musique s’en dégageait : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Que cette Eucharistie dominicale nous voit ouverts et ouvertes à la présence de la Trinité en nous de telle sorte que nous laissions l’Esprit chanter les louanges du Père qui nous envoie son Fils par qui nous pouvons nous aussi rendre gloire à Dieu et entrer dans le mouvement d’amour sur le monde qui part du cœur de Dieu, Père, Fils et Esprit dont nous serons ainsi des témoins humbles mais resplendissants. Amen

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux   : cliquez ici pour lire l’article → Bien-aimés de Dieu , Trinité d’amour (Mt 28, 16-20)

◊ Jésus est de même nature que le Père  : cliquez ici pour lire l’article → Les conciles christologiques

◊ ♥ Il condamna  l’hérésie dEutichès, archimandrite de Constantinople → Saint Léon le grand (440-461)

Liens externes

◊ Père Jean Compazieu : cliquez ici pour lire son homélie → Fête de la Sainte Trinité : un en trois personnes

◊ Questions de vie, questions de foi : cliquez ici pour lire l’article →    Sainte trinité

Dimanche de la Sainte Trinité, année C.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, fêtes religieuses, homélies particulières, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non » (Mt 5,37)

Posté par diaconos le 15 juin 2019

 Samedi 15 juin 2019 : envoi du +Père Marie. Landry

L’image contient peut-être : une personne ou plusÉvangile  selon saint Matthieu
x
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens: Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.
x
Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.
x
Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
x
Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais ».
x

« Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non »  (Mt 5,33-37)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, Jésus continue à nous instruire sur les commandements. Les israélites avaient le plus grand respect envers le Nom de Dieu, une vénération sacrée, car ils savaient que le nom se rapporte à la personne, et Dieu mérite tout le respect, tout honneur et toute gloire, par la pensée, par la parole et par les actes.

Pour cette raison, sachant que jurer c’est avoir Dieu comme témoin de la vérité que nous disons, la loi commandait : « Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur »  (Mt 5,33)  Mais Jésus vient pour perfectionner la loi (et en ce faisant pour nous perfectionner-nous dans l’accomplissement de la loi) et va plus loin : « Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi » (Mt 5,34).

Cela ne veut pas dire que jurer en soi soit mauvais, mais il est nécessaire d’imposer des conditions pour que le serment soit légitime, comme par exemple, qu’il y ait une cause grave, juste et sérieuse (un procès, par exemple) et que l’on jure soit vrai et bon.

Mais le Seigneur nous dit encore : « Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non » (Mt 5,37). C’est à dire, qu’il nous invite à vivre dans la vérité dans toutes les occasions, à adapter notre pensée, nos actes et nos paroles à la vérité. Et, la vérité, c’est quoi ?

C’est la grande question que nous entendons dans l’évangile, posée par Pilate, pendant le jugement de Jésus et à laquelle beaucoup de penseurs au cours des siècles ont voulu donner une réponse. Dieu est la Vérité. Celui qui vit sa vie en étant agréable à Dieu, en respectant ses commandements, vit dans la Vérité.

Le Saint Curé d’Ars disait : « La raison pour laquelle si peu de chrétiens agissent avec la seule intention d’être agréables à Dieu, c’est parce que la plupart d’entre eux sont soumis à la plus grande ignorance. Mon Dieu, combien de bonnes œuvres pour le ciel sont gâchées !

Nous devons nous former, lire l’Évangile et le catéchisme. Ensuite, vivre selon ce que nous avons appris. Bonne. Méditation

Contact →  Père Marie Landry Bivina

 

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, évangiles, homélies particulières, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Moi, je vous dis de ne pas jurer du tout » (Mt 5, 33-37)

Posté par diaconos le 15 juin 2019

Samedi 15  juin 2019

Moi, je vous dis de ne pas jurer du tout

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Moi, je vous dis de ne pas jurer du tout » (Mt 5, 33-37) 160En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.

Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.

Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais.  » (Mt 5, 33-37)

Homélie

Pouvons-nous jurer de tout ? Avons-nous la liberté de faire des déclarations sous serment ? Selon les termes de la Nouvelle Alliance, Jésus abolit cette pratique et déclare qu’il ne faut plus jurer du tout, ni par le ciel, ni par Jérusalem. Que votre ‘oui’ soit un ‘oui’, et votre ‘non’, un ‘non’, et rien d’autre. N’utilisez pas un langage à double sens.

L’interdiction de prêter serment n’intervient qu’au niveau du comportement extérieur de la personne et n’agit pas nécessairement sur ses motivations. Jésus s’intéresse d’abord et avant tout à notre cœur. Il désire que nous ayons un cœur juste, un cœur dont la pureté se manifeste dans nos actions.

Dans la législation mosaïque, on demandait à l’accusé de prêter serment, en prenant Dieu à témoin, pour prouver son innocence.

 » Lorsqu’un homme donnera à garder à son prochain un âne, un bœuf, un agneau ou une bête quelconque qui meure, se casse un membre ou soit enlevé, sans que personne l’ait vu, alors le serment (au nom) de l’Éternel interviendra entre les deux parties, qu’il n’a pas porté sur le bien de son prochain. » (Ex 22, 9)

Dans l’Ancien Testament Abraham, Jacob, Néhémie, Élisée ont juré en toute légitimité ; ils ont tous prononcé un serment à un moment donné dans leur vie. Paul en est un autre qui a juré en invoquant le nom du Seigneur :  » Or je prends Dieu à témoin sur mon âme que je dis la vérité.  » (2 Co, 1, 23)

Pour attester qu’il disait la vérité, Paul jura en invoquant le nom de Dieu. Ne se souvenait-il pas de l’enseignement de Jésus quand il a dit : « Mais moi, je vous dis de ne pas jurer ! »  L’interdiction de jurer est une règle générale, et non pas un commandement absolu. Ce règlement n’est pas absolu car il y a des circonstances exceptionnelles qui peuvent survenir et qui nous forcent à agir autrement.

Que toute parole qui sort de votre bouche soit aussi vraie que si vous l’aviez prononcée sous serment. Nous touchons ici au cœur de l’enseignement de Jésus. Ce passage porte sur la véracité de la vie du chrétien. Jésus nous enseigne que la vérité fait toujours appel à un engagement de notre part : nous sommes liés par les obligations que dicte la vérité. Car la vérité, tout comme le serment, nous oblige à respecter nos obligations.

La vérité devient un mensonge lorsqu’elle est mélangée avec des demi-vérités. Apprenez à vivre avec sincérité et transparence dans votre relation avec Dieu et vous constaterez que votre compréhension de sa Parole deviendra de plus en plus claire : « Tu prends plaisir à la vérité dans le fond du cœur : au plus secret de moi-même, fais-moi connaître la sagesse(Ps 51, 6)

Les merveilles de la sagesse de Dieu se révèlent à ceux en qui Dieu trouve un cœur sincère, un cœur qui recherche. Amen

 Compléments

◊ devoir de le ser­vir seul et sans mé­lange d’i­do­lâ­trie → Vous garderez mes décrets, vous les mettrez en pratique  (Dt 4, 1.5-9)

◊ Trouver la paix du cœur en se confiant à Dieu → Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé (Rm 10,13)

Liens externes

Dire oui, oui, non, non et être ainsi collaborateur de la joie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Homélies, Liturgie, Messages, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Any man who looks at a woman with lust has already committed adultery (Mt 5, 27-32))

Posté par diaconos le 14 juin 2019

 Friday, June 14, 2019

 150Adultery in the Heart

27 “You have heard that it was said [a]to those of old, ‘You shall not commit adultery.’ 28 But I say to you that whoever looks at a woman to lust for her has already committed adultery with her in his heart. 29 If your right eye causes you to [b]sin, pluck it out and cast it from you; for it is more profitable for you that one of your members perish, than for your whole body to be cast into hell. 30 And if your right hand causes you to [c]sin, cut it off and cast it from you; for it is more profitable for you that one of your members perish, than for your whole body to be cast into hell.

Marriage Is Sacred and Binding

31 “Furthermore it has been said, ‘Whoever divorces his wife, let him give her a certificate of divorce.’ 32 But I say to you that whoever divorces his wife for any reason except [d]sexual immorality causes her to commit adultery; and whoever marries a woman who is divorced commits adultery. (Mt 5, 27-32)

Homily 

You have heard that it has been said: You will not commit adultery. Well, I tell you : « Any man who looks at a woman with lust has already committed adultery with her in his heart. «

You know that the elders were told: « You will not commit adultery ». Do not covet any woman other than your wife. You expect your wife to be faithful and you wouldn’t be faithful to her ? It is shameful to say, « I can’t do that ! « .  How, what the woman can do, her husband can’t ?

Do not say : « I have no wife, I will seek a courtesan, and I will not violate the commandment that defends adultery ; for you know what you are worth, you know what you eat and what you drink, or rather you know what becomes your food and drink. Therefore, refrain from any fornication.

Through fornication and the overflows of libertine, you degrade the image of God that you carry within yourself. Also the Lord who knows what is useful to you, commands you not to let his temple, which he has begun to build in your soul, collapse under the dissolving blows of criminal voluptuousness.

But since the Pharisees thought that the only carnal union with another’s wife was forbidden under the name of adultery, Jesus taught them that the only desire for this union was already adultery : « But I tell you, whoever has looked upon a woman to covet her has already committed adultery with her in his heart. »

As for this commandment of the law : « You shall not desire your neighbour’s wife » (Ex 20,17; Deut 5,21), the Jews heard it from the rapture of another’s wife, not from the carnal union.

There is this difference between the true passion and the first movement that precedes it, that passion is regarded as a real vice, whereas this first movement, without being entirely innocent, is not so criminal in nature. He who, at the sight of a woman, feels a bad desire to touch his soul, experiences the first touches of passion.

If he gives his consent, the nascent passion turns into consumed passion, and it is not the will to sin that this man lacks, it is the opportunity. So, anyone who sees a woman to covet her has committed adultery in her heart in all truth.

According to Saint-Augustin, three things contribute to the consumption of sin, suggestion, delight and consent. The suggestion comes from memory or the senses. If pleasure is found in the idea of jouissance, this criminal delight must be repressed; if consent is given, sin is complete. However, before consent, delectation is null or light, it is a sin to consent to it when it is unlawful; if it goes as far as consuming the act, it seems that the passion is satisfied and as if it has been extinguished.

He whose eyes wander without precaution over external objects almost always falls into the delight of sin.  If you continually focus your eyes on beautiful faces, you will be caught infallibly because you are not superior to human nature. But he who looks at a woman and lights a guilty flame in his heart, preserves in his soul, even in the absence of that woman, the image of actions that modesty reproves, and he almost always ends up doing so.

If a woman, for her part, dresses with the intention of attracting the attention of men, she makes herself worthy of eternal punishment, even though she would not have hurt anyone with her evil ideas. What Jesus Christ says to men, he also says to women, because when he speaks to the chief, he speaks to the whole body.

 It is not enough to avoid sin alone, it is also necessary to make the opportunity disappear; also, after having taught us to flee from consummated adultery, and, inner adultery, Jesus teaches us to remove from our hearts the opportunities for sin, adding: « If your right eye is an opportunity for you to fall, pull it out and throw it away from you; for it is advantageous for you that only one of your members perishes, and that your whole body is not thrown into hell.  » (Mt 5:29)

This right eye, this right hand, therefore, signifies the affection we have for brothers, for a wife, for parents, for relatives; if it becomes for us an obstacle to contemplating the true light, we must remove these dear parts from ourselves. Just as the eye is the figure of contemplation, the hand is the figure of action.

The eye is still for us the image of one of our dearest friends, so those who want to express their affection strongly say: I love it as one of my eyes. This friend, whose eye is the face, is a friend of good advice, just as the eye is used to show us the way. The right hand represents the friend who helps us in spiritual works, the left hand the one who helps us in the things of the present life.

Let us flee the opportunities for adultery. Let us not let our eyes linger on what invites us to sin. Let us purify our senses for meditation and worship. May God help us everywhere and always. 

Deacon Michel Houyoux

External links

◊ Cliken Sie hier for more information→  « Whoever Looks at a Woman With Lust »: misinterptrted Bible

Joshua Harris – Jesus on Lust – Matthew 5:27-30

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...419
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS