Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu

Posté par diaconos le 14 décembre 2019

48270412_1052550781596911_4279968084791394304_n.jpg-bivina-samedi

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Descendant de la montagne, les disciples interrogèrent Jésus  :  » Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? « Jésus leur répondit : «   Élie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de  même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.  (Mt 17, 10-13)

Homélie

Du temps de Jésus, les scribes enseignèrent qu’ils attendaient le retour d’Élie, avant que le Seigneur n’envoyât le Messie. Ils en étaient convaincus et prirent comme référence, un extrait du livre de Malachie au chapitre trois pour faire passer ce message :  » Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable.  » (Ml 3, 23) Ils utilisèrent cet argument pour refuser Jésus. Selon eux, Jésus ne pouvait pas être le Messie puisque Élie n’était pas revenu.

Matthieu rapporta dans son évangile qu’un jour ses disciples l’interrogèrent à ce sujet : «  Pourquoi les scribes disent-ils que Élie doit revenir ?  » Jésus répondit qu’Élie était déjà venu. Malachie a eu raison de dire que Élie eut pour mission de préparer les voies du Messie.

Mais ce rôle d’annoncer que Jésus était arrivé fut remplit par Jean-Baptiste, qui Lui rendit témoignage en proclamant :  «  C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient  derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. La Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.  » (Lc 1, 15.17) Jésus a dit à propos de la fonction du prophète Élie, que Lui, Jésus, était venu l’assumer. Cette fonction est aussi confiée à l’Église et à nous.

Jean-Baptiste prépara le chemin du Seigneur : «  Je suis la voix de celui qui crie dans le désert  de redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.  » (Jn 1, 23) C’est encore lui qui prépara les cœurs à recevoir Jésus. Voyant Jésus venir vers lui, il dit : «  Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël.  » (Jn 1, 29-31)

En ce temps de l’Avent, faisons le point. Où en sommes-nous dans notre préparation à Noël ? Quels efforts spirituels as-tu décidés ? Noël, c’est autre chose que ces promotions commerciales proposées par les publicités commerciales distribuées dans nos boîtes aux lettres. Retrouves le vrai sens de la fête de Noël. As-tu prévu de décorer un peu ta maison pour rappeler cet évènement ?

Il y a plus de deux mille ans que Dieu entra dans l’humanité. Il s’incarna  : «  La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père c’est-à-dire Emmanuel, Dieu avec nous.  » (Jn 1, 14)  Nous ne sommes pas seuls. Désormais, Dieu est à nos côtés.  Amen

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article → Annonce d’un nouveau printemps social (Is 61,1-2.10-11)

◊  Fête religieuse le 14 décembre  : cliquez ici pour lire l’article →  Saint Jean de la Croix, prêtre et docteur de l’Église (1542-1591)

Liens externes

◊ Catholique.org. :  cliquez ici pour lire l’article → Élie est déjà venu » – Les méditations

◊ Le Carmel au Québec :  cliquez ici pour lire l’article → Le Prophète Élie

Pasteur Pascal Denault : Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Homélies, Méditation, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Non ascoltano né Giovanni, né il Figlio dell’uomo.

Posté par diaconos le 13 décembre 2019

Ils n’écoutent ni Jean ni le Fils de l’homme dans Catéchèse lonsdale-jesus-hd-1024x513

E’ arrivato il Figlio dell’uomo, mangia e beve, e tu dici : « Ecco un goloso e un ubriacone, amico dei pubblicani e dei peccatori ».

(Le Meas chez Simon di Philippe de Champaigne intorno al 1656)

 Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo Matteo

A quel tempo, Gesù disse alla folla : « A chi devo paragonare questa generazione? Sembra che i bambini seduti nelle piazze, che gridano agli altri, dicendo : « Abbiamo suonato il flauto per te, e tu non hai ballato. « Abbiamo cantato lamenti e non hai colpito il petto. »

Giovanni è venuto, non mangia, non beve e si dice : « È un uomo posseduto ! « E’ arrivato il Figlio dell’uomo, mangia e beve, e si dice : « Ecco un goloso e un ubriacone, amico dei pubblicani e dei peccatori ». Ma la saggezza di Dio è stata riconosciuta proprio per quello che fa.  » (Mt 11,16-19)
Omelia

« A chi paragonerò questa generazione? « (Mt 11, 16). Gesù è stupito dai nostri cuori spesso anticonformisti e ingrati. Non siamo mai felici, ci lamentiamo sempre. Osiamo persino accusarlo e considerarlo responsabile di tutto ciò che ci dà fastidio.

La sapienza di Dio si rivela proprio attraverso ciò che fa (Mt 11, 19) : basta contemplare il mistero del Natale. E noi che mi dici di noi ? Come sta la nostra fede ?  Questa è una buona domanda da porsi in questo periodo di Avvento ! Dio viene incontro a noi, ma alcuni, come Erode, hanno paura. Altri sono semplicemente disturbati dalla sua presenza.

Gesù è Dio che viene (Benedetto XVI) e noi siamo come l’uomo che parte : « È venuto al suo popolo e il suo popolo non l’ha ricevuto » (Gv 1, 11). Perché stiamo scappando ? Per la nostra mancanza di umilta’. San Giovanni Battista ci ha raccomandato di essere ridotti. E la Chiesa ce lo ricorda ogni anno con l’arrivo dell’Avvento.

A Natale, si presenta a noi nell’umiltà dei suoi pannolini: e mai prima d’ora era stato annunciato un Dio con i pannolini ! Facciamo una cattiva immagine agli occhi di Dio quando fingiamo di nasconderci dietro false scuse e pretesti.

Già nella primavera dell’umanità Adamo incolpava Eva, Eva del serpente e….. anche dopo tanti secoli, non siamo cambiati. Ma Gesù Dio è arrivato nella fredda ed estrema povertà di Betlemme e non ci ha incolpato. Al contrario, sta già cominciando a portare tutti i nostri difetti sulle sue piccole spalle.

Quindi, avremo paura di Lui ? Le nostre scuse saranno valide per il bambino Gesù?  Il segno di Dio è questo bambino che è nato a Betlemme. « Impariamo a vivere con Lui e a praticare l’umiltà come Lui » (Benedetto XVI).

Informazioni complementari


Giovanni è l’Elia che, secondo il profeta Malachia (ml 4,5), doveva venire (Mt 17, 11-13 ; Lc 1, 17) ed è per questo che il suo ministero ha avuto grandi risultati e perché è il più grande dei profeti ?  Non tutti gli ascoltatori di Gesù sono stati raggiunti dalla predicazione di Giovanni ; da qui questo avvertimento in forma di parentesi, destinato a farli sentire responsabili.  Dalla tua volontà dipende se è per te personalmente ciò che realmente è nel piano di Dio: « Colui che prepara la via del Signore.  «  (Mt 17,  12)

Chi ha le orecchie, fa’ che senta! (Mt 11,15) Una chiamata a prestare seria attenzione a questa importante istruzione su Giovanni Battista. Gesù non ha perso l’occasione di far sentire alla sua generazione un serio rimprovero, che non ha saputo approfittare, per la sua vita religiosa e morale, né della testimonianza di Giovanni né di quella di Gesù.

Giovanni visse in astinenza, con l’ascetismo rigoroso di un profeta dell’Antico Testamento, e lo calunniarono, dicendo che era posseduto, attribuendo al demone dell’orgoglio le esagerazioni delle sue austerità. Al contrario, il figlio dell’uomo viveva con la santa libertà della nuova alleanza, accettava gli inviti degli esattori e dei peccatori; e lo calunniarono accusandolo di violare le prescrizioni della legge e di vivere in dissoluzione.

Così, né i severi lamenti della legge, né i dolci suoni del Vangelo della grazia, potevano fare impressione su di loro. Nonostante questa opposizione a Giovanni e a Gesù, la sapienza divina si è manifestata in modo brillante nella legge e nel Vangelo. Come è stata riconosciuta questa saggezza? Fu per i suoi figli, che non solo la riconobbero, la ammirarono e dimostrarono, con la trasformazione della loro vita, quanto i mezzi impiegati da questa sapienza fossero divini e gli unici adatti alle esigenze della natura umana.

Link esterni

◊ Clicca qui per leggere l’articolo  → Non ascoltano né Giovanni né il Figlio dell’uomo.

◊ Padre Giulio Maria Scozzaro : clicca qui per leggere l’articolo  → Non ascoltano né Giovanni né il Figlio dell’uomo

Non ascoltano né Giovanni né il Figlio dell’uomo

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Avvento, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Ils n’écoutent ni Jean ni le Fils de l’homme

Posté par diaconos le 13 décembre 2019

Ils n’écoutent ni Jean ni le Fils de l’homme dans Catéchèse lonsdale-jesus-hd-1024x513

Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” (Le Repas chez Simon par Philippe de Champaigne vers 1656)

 De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules :  » À qui vais-je comparer cette génération  ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant : « Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.”

Jean est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé ! ” Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. «  (Mt 11, 16-19)

Homélie

 » À qui vais-je comparer cette génération ? «  (Mt 11,16). Jésus est abasourdi par nos cœurs souvent anticonformistes et ingrats. Nous ne sommes jamais contents, nous sommes toujours en train de nous plaindre. Nous osons même l’accuser et le rendre responsable de tout ce qui nous incommode.

La sagesse de Dieu se révèle juste à travers ce qu’elle fait (Mt 11,19) : il suffit de contempler le mystère de Noël. Et nous ? Comment est notre foi ?  Voilà une bonne question à se poser en ce temps de l’Avent ! Dieu vient à notre rencontre, mais certains, comme Hérode ont peur. D’autres, sont, tout simplement, dérangés par sa présence.

Jésus est Dieu qui vient (Benoit XVI) et nous nous ressemblons à l’homme qui part : ‘Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu » (Jn 1, 11). Pourquoi fuyons-nous ? À cause de notre manque d’humilité. Saint Jean-Baptiste recommandait de nous diminuer. Et l’Église nous le rappelle chaque année à l’arrivée de l’Avent.

Faisons nous tout petits afin de pouvoir comprendre et accueillir  Jésus.À Noël, il se présente à nous dans l’humilité de ses couches  : et jamais auparavant on n’avait annoncé un Dieu avec des couches ! Nous faisons une piètre image aux yeux de Dieu quand nous prétendons nous cacher derrière des fausses excuses et de faux prétextes.

Déjà au printemps de l’humanité Adam rejeta la faute sur Ève, Ève sur le serpent et… même après tant de siècles, nous n’avons pas changé. Mais Jésus-Dieu arrive dans le froid et la pauvreté extrême de Bethléem et ne nous a fait aucun reproche. Au contraire, il commence déjà à porter sur ses petites épaules toutes nos fautes.

Alors, allons-nous avoir peur de Lui ? Est-ce que nos excuses seront valables face à l’enfant Jésus ?  Le signe de Dieu est cet enfant qui naquit à Bethléem. « Apprenons à vivre avec Lui et à pratiquer comme Lui l’humilité  » (Benoit XVI).

Complément

Jean est cet Élie qui, selon le prophète Malachie (Ml 4.5),  devait venir, (Mt 17, 11-13 ; Lc 1,17) et voilà pourquoi son ministère eut de si grands résultats et pourquoi est-il le plus grand des prophètes ?  Les auditeurs de Jésus  n’eurent pas tous été atteints par la prédication de Jean ; de là cet avertissement en forme de parenthèse, destiné à leur faire sentir leur responsabilité.  De votre volonté dépend qu’il soit pour vous personnellement ce qu’il est en réalité dans le plan de Dieu :  » Celui qui prépare le chemin du Seigneur.  » (Mt 17,12)

Que celui qui a des oreilles, entende ! (Mt 11, 15) Appel à donner une sérieuse attention à cette importante instruction au sujet de Jean-Baptiste. Jésus ne laissa pas échapper cette occasion de faire entendre un sérieux reproche à sa génération, qui ne sut mettre à profit, pour sa vie religieuse et morale, ni le témoignage de Jean, ni celui de Jésus.

Jean vécut dans l’abstinence, avec le rigoureux ascétisme d’un prophète de l’Ancien Testament, et ils le calomnièrent, le disant possédé, attribuant au démon de l’orgueil les exagérations de ses austérités. Au contraire, le fils de l’homme vécut avec la sainte liberté de la nouvelle alliance, accepta les invitations des péagers et pécheurs ; et ils le calomnièrent en l’accusant de violer les prescriptions de la loi et de vivre dans la dissolution.

Ainsi, ni les complaintes sévères de la loi, ni les doux sons de l’Évangile de la grâce, n’ont pu faire impression sur eux. Malgré cette opposition à Jean et à Jésus, la sagesse divine se manifesta d’une manière éclatante dans la loi et l’Évangile. Comment fut reconnue cette sagesse ? Elle le fut de la part de ses enfants, qui non seulement la reconnurent ont reconnue, l’admirent et  prouvèrent par la transformation de leur vie, combien les moyens employés par cette sagesse étaient divins et seuls adaptés aux besoins de la nature humaine.

Liens externes

◊ Questions de vie : cliquez ici pour lire l’article  → Saint Jean-Baptiste

◊ Bible-Archéologie   : cliquez ici pour lire l’article  →  À la recherche de Jean le Baptiste

Jean le Baptiste : Prophète du changement du cœur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, homélies particulières, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste

Posté par diaconos le 12 décembre 2019

Personne ne s'est levé de plus grand que Jean le Baptiste

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules :  » Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. Depuis les jours de  Jean le Baptiste jusqu’à présent, le royaume des Cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer.

Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu’à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, c’est lui, le prophète Élie qui doit venir. Celui qui a des oreilles, qu’il entende !   » (Mt 11, 11-15)

Homélie

Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer. (Mt 11,12). Les violents sont les personnes qui se font de la violence à elles-mêmes.

Sainte Thérèse de Lisieux se référa  à ces paroles de Jésus qui disent quelque chose qui peut nous aider dans notre conversation personnelle et intime avec Jésus :  » C’est toi, oh Pauvreté ! mon premier sacrifice, je t’accompagnerai jusqu’à ce que je meure. Je sais que l’athlète, une fois dans le stade, se détache de tout pour courir. Savourez, mondains, votre angoisse et peine et les fruits amer de votre vanité ; moi heureux, j’obtiendrais avec ma pauvreté les palmes du triomphe. »

Et moi, pourquoi je me plains constamment quand je remarque qu’il me manque quelque chose que je considère comme nécessaire ? Si seulement je voyais tous les aspects de ma vie aussi clairs que le Docteur !

Jean-Baptiste fut là depuis  presque une année. Soumis à un régime carcéral  très dur, Jean fut désemparé et se mit à douter et à se décourager : d’une part, il ne vit pas s’établir avec puissance le règne que Jésus annonça et d’autre part, Jésus ne fit rien pour le délivrer. Il y eut alors pour lui un moment où, peut-être dans le pressentiment de sa fin tragique, il  se mit à douter de sa foi en Dieu.

Un jour, Jean fut informé,  par des disciples qui purent  le visiter,  de l’activité exercée par Jésus. Mais n’ayant pas pu le suivre, ni l’avoir entendu parler de la vie selon Dieu, il n’eut qu’une information partielle sur l’activité de Jésus et cela le découragea davantage.

Bien que Jean-Baptiste vit la grandeur de  Jésus (Mt 3, 16-17). De son cachot exigu, il ne comprit pas comment celui qui fit tant de grandes choses, selon ses disciples,  le laissa moisir en prison. Le jour, où Dieu sauvera le monde, tarde à venir. Qu’en est-il ?

Il envoya donc ses disciples  demander à Jésus s’il était bien le Messie qu’Israël attendaitDans sa réponse, Jésus en appela au témoignage de ses œuvres et il décrivit celles-ci dans les termes mêmes de la prophétie dont elles furent l’accomplissement.

Les messagers de Jean s’étant retirés, Jésus se mit à parler de lui à la foule. Il rappela d’abord le jugement que le  peuple porta sur Jean et il  confirma ce jugement en déclarant que Jean fut plus qu’un prophète, puisqu’il fut lui-même l’objet de la prophétie qui l’a annoncé comme le précurseur du Messie (verset 10).

Il est le plus grand des hommes et cependant de plus petits que lui lui sont supérieurs s’ils appartiennent au royaume des cieux

Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer : le Royaume de Dieu s’ouvre un chemin par la force (Rm 1, 16). Le Royaume de Dieu est la force qui fait avancer.

Le salut du monde avance chaque fois que le mal recule

Mal physique, mal moral ou ignorance de l’Évangile, la Bonne Nouvelle. Pour ce travail, il faut des personnes à l’image de Jean. Baptiste. Des hommes et des femmes qui surmontent leurs doutes et leurs échecs, sans être un roseau continuellement balancé.

Il faut des hommes et des femmes qui aient rompu, comme Jean-Baptiste, avec la course au confort, le mensonge et la lâcheté. À ces conditions seulement se formeront les messagers du Christ.

Qu’en est-il dans ta vie ?

Crois-tu au patient travail de Dieu sauvant le monde par les moindres gestes d’amour ?

Que celui qui a des oreilles, entende !  Jésus nous invite à faire sérieusement attention à cette importante instruction au sujet de Jean-Baptiste.

lwf0003web.gif

Liens externes

Mort de Jean dit le baptiste relatée par l’historien romain Flavius Josèphe (Premier siècle)

Cliquez ici pour lire l’article →   Flavius Josephe, ANTIQUITES JUDAÏQUES, livre 18 (traduction française)

Le doute de Jean-Baptiste (Mt 11, 1-6) : cliquez ici pour lire l’article → Le doute de Jean-Baptiste

Le croyant dans la prison du doute – La question de Jean-Baptiste à Jésus

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

12345...495
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS