Découvrons combien nous sommes aimés par Dieu

Posté par diaconos le 18 mars 2017

Dans cette page très riche de l’Évangile de Jean se révèle progressivement le mystère de la personne de Jésus. Jésus qui dans ce récit n’est qu’un voyageur fatigué, un juif dont la femme s’étonne qu’il entre en conversation avec elle, lui assure pourtant qu’il peut seul combler la soif des hommes à connaître Dieu. Nos corps sont parfois assoiffés, et ils le sentent très bien alors. Nos

Dans cette page très riche de l’Évangile de Jean se révèle
progressivement le mystère de la personne de Jésus. Jésus qui dans ce récit n’est qu’un voyageur fatigué, un juif dont la femme s’étonne qu’il entre en conversation avec elle, lui assure pourtant qu’il peut seul combler la soif des hommes à connaître Dieu. Nos corps sont parfois assoiffés, et ils le sentent très bien alors.

Il était midi et il faisait très chaud ; Jésus avait soif et il se trouvait près du puits de Sychar, mais il n’avais rien pour y puiser de l’eau : il demanda à une femme qui se trouvait là de lui donner à boire.  Mais cette femme était une Samaritaine et les juifs comme Jésus ne parlaient jamais à ces gens là, car ils les méprisaient suite à une vieille histoire. D’autre part, il était fort mal vu à cette époque de parler à une femme dans un lieu public.

  Mais Jésus s’éleva au-dessus des préjugés de race et de société ; il entama la conversation avec cette personne. Il accueillit en cette femme tout le peuple samaritain. Les Samaritains et les Juifs partageaient les mêmes promesses de Dieu et attendaient le Sauveur. Comprenons ici que Jésus n’avait pas seulement soif d’eau fraîche, mais, surtout, qu’il avait soif de partager sa bonne nouvelle avec tous : les Samaritains et, à travers eux, tous les étrangers, les exclus, les mal vus, les malades… Vraiment tout le monde sans exception.

Jésus est venu parmi nous pour offrir à toute personne qui  cherche la bonne nouvelle à travers lui une source jaillissante pour la vie éternelle.

 L’eau que Jésus nous donne est source jaillissante pour la vie éternelle ! Eau pure inaccessible pour beaucoup, Seigneur, en ce temps de Carême, aide les personnes de bonne volonté à bâtir un monde plus jute où chacun pourra apaiser sa soif d’eau pure, mais aussi de vie digne. Mettons-nous en situation d’avoir soif de Jésus  et de lui dire : « Donne-moi de ton eau, afin qu »elle devienne une source pour ma vie. »

Très souvent, nous sommes séduits par les eaux troubles  de l’argent, de la consommation, de la publicité. Viens, Jésus, étancher ma soif   de vérité, de solidarité. L’évangéliste Jean rapporte dans ce récit que la femme dit à Jésus : » Dieu est esprit ; quand on adore, il faut adorer en esprit et en vérité. » (Jn 4, 24) Ce ne sont pas nos prières que Dieu cherche mais la simplicité et la noblesse de notre esprit.

Cette rencontre au puits de Sychar est l »histoire de notre rencontre personnelle avec Jésus. Avoir soif de Jésus, vouloir boire son eau vivifiante, c’est, par exemple, le découvrir dans les Évangiles, lui parler dans la prière et le rencontre à travers les personnes que nous croisons chaque jour.  Cette connaissance de Jésus est source d »apostolat. Évangéliser, c’est partager notre expérience avec autrui. Jésus est-il pour toi ce don de Dieu, cette eau vive qui étanche ta soif de Dieu ? Prends le temps de prier et de méditer sa Parole.

Compléments

◊ Catéchèse → Troisième dimanche du Carême : si tu savais le don de Dieu !

◊   Toi, tu observeras mon alliance →  Abraham, le père d’une multitude de nations (Gn 17, 5)

◊ Avoir soif ? L’eau est une réalité vitale car il n’y a aucune vie sans eau ! → Avoir soif de Dieu

Liens externes

◊ Pour vos enfants → Jésus et la Samaritaine – Évangile interactif

◊   Jésus et a samaritaine   → Explication, analyse du comportement …

Nos alliances sont elles sources de vie éternelle

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, comportements, Histoire du Salut | Pas de Commentaire »

La prière en parabole nous invite à la persévérance.

Posté par diaconos le 14 mars 2017

Pour être l"ami de Jésus, n'aie pas peur de dire que tu crois en lui. N'aie pas peur de témoigner de sa bonté

Pour être l »ami de Jésus, n’aie pas peur de dire que tu crois en lui. N’aie pas peur de témoigner de sa bonté

1. Un jour, comme Jésus était en prière quelque part, un de ses disciples lorsqu’il eut cessé, lui demanda : « Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l’a aussi enseigné à ses disciples. 2. Or il leur dit : Quand vous priez, dites : Père ! Que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne. 3. Donne-nous chaque jour notre pain quotidien, 4. et remets-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous remettons à quiconque nous doit. Et ne nous induis point en tentation. 5. Et il leur dit : Si quelqu’un d’entre vous a un ami, et qu’il aille vers lui au milieu de la nuit, et lui dise : Ami, prête-moi trois pains ; 6. car un de mes amis est arrivé chez moi de voyage, et je n’ai rien à lui offrir ; 7. et que celui-ci répondant de l’intérieur dise : Ne m’importune pas ; ma porte est déjà fermée et mes petits enfants sont avec moi au lit ; je ne puis me lever pour t’en donner : 8. je vous le dis, si même il ne se lève pas pour lui en donner, parce qu’il est son ami, toutefois, à cause de son importunité, il se lèvera et lui en donnera autant qu’il en aura besoin. 9. Et moi, je vous dis : Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; heurtez, et il vous sera ouvert ; 10. car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et à celui qui heurte, il sera ouvert. 11. Or quel père d’entre vous, quand son fils lui demandera du pain, lui donnera une pierre ? Ou encore quand il lui demandera un poisson, lui donnera un serpent au lieu d’un poisson ? 12. Ou encore quand il lui demandera un œuf, lui donnera un scorpion ? 13. Si donc vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père qui est du ciel donnera-t-il l’Esprit-Saint à ceux qui le lui demandent ! (Lc 11, 1-13)

Jésus répondit à cette demande en proposant à ses disciples, comme modèle de leurs prières, celle qu’il prononça devant eux. (versets 2 à 4) et pour les encourager à prier ainsi, Jésus les persuada qu’ils seront certains d’être exaucés. Il leur en donne trois preuves :

  • La persévérance dans la prière avec l’exemple de l’ami importun : cet ami vint à minuit prier son ami de lui prêter trois pains pour les servir à un hôte survenu inopinément. L’autre refusa d’abord, prétextant qu’il était au lit avec ses enfants, mais il finit par céder à cause de l’insistance de son ami. (v5- v8)

Des amis peuvent se demander un service surtout s’il y a urgence. Un ami sincère vous apportera l’assistance dans le besoin. Il est à souhaiter que nous ayons tous connus ce que c’est que d’être appelés au secours par quelqu’un ou d’être aidés par quelqu’un. C’est le signe que cette personne nous considère comme un véritable ami. Jésus veut être notre ami. Mais trop souvent nos cœurs ne sont pas orientés vers cette amitié que Jésus nous propose et des amours ou des intérêts qui ne le concerne pas nous envahissent. Dans notre prière, ouvrons notre cœur et notre vie à de plus grandes choses, à un idéal plus noble, à un amour plus vrai.

  • L’expérience commune : il n’y a qu’à demander, chercher, heurter, car ceux qui le font reçoivent, trouvent et on leur ouvre. (v9, v10.)

Dans cette parabole, Jésus nous montre que si l’amitié n’est pas assez forte pour répondre à la demande d’un ami, cette demande faite avec persévérance finira par le faire fléchir. Jésus veut que nous combattions les tentations de doute et de méfiance quand nos prières ne semblent pas exaucées. Ne doutons jamais de l’amitié de Dieu à notre égard !

  • Leur prière s’adresse à un père qui est le Père céleste. Quel est le père qui donne à son enfant, au lieu d’aliment, une chose inutile, ou des bêtes nuisibles et dangereuses ? Si, malgré la corruption du cœur humain, la relation d’un enfant avec son père donne une telle assurance, quelle confiance celui qui prie ne peut-il pas avoir dans le Père céleste ? Il ne lui refusera certainement pas le Saint-Esprit. (v11-v13)

La bonté de Dieu va toujours plus loin que nos espérances. Nous mettons sa bonté à l’épreuve lorsqu’il nous est demandé d »attendre le Seigneur. Nous faisons tellement confiance à notre bonté et trop peu à celle du Christ et nous oublions combien il souffrit pour nous racheter. Pour toute personne qui croit aux jours difficiles, Jésus a promis :  » Combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! (Lc 11, 13) Les plus grands dons de Dieu sont encore à venir, et son plus grand don, c’est sa propre vie divine. Recherchons en priorité le Royaume de Dieu et persévérons dans la prière jusqu’à ce qu’il la porte à son accomplissement. Avec sagesse et amour, Dieu répond à toute prière.

Seigneur Jésus, apprends-moi à te prier sans jamais me fatiguer, à vivre dans la prière et à ,intercéder pour tous. Apprends-moi à te demander avec foi, sans hésiter en mon cœur, certain d’être exaucé.

Compléments

◊ Pour vos enfants →  Comment pries-tu ?

◊  En paroisse →  Prière à Dieu qui nous sauve

◊ Catéchèse →  Suis-moi ! (Lc 9, 59a)

Liens externes

◊ Persévérons dans la prière → Chemins de vie, chemins de Dieu

◊   Persévérance sans pudeur  → La parabole de l’ami importun

◊  Vidéo  → La prière persévérante

La veuve qui demandait justice

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Méditation, Prières | Pas de Commentaire »

Le Seigneur est miséricorde et pardon

Posté par diaconos le 13 mars 2017

Lecture du livre du prophète Daniel au chapitre neuf  (Dn 9, 4-10)

http://www.jevismafoi.com/wp-content/uploads/2015/03/Pardon.jpgJe fis au Seigneur mon Dieu cette prière et cette confession :  » Ah ! toi Seigneur, le Dieu grand et redoutable, qui garde alliance et fidélité à ceux qui l’aiment et qui observent ses commandements, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait le mal, nous avons été rebelles, nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances. Nous n’avons pas écouté tes serviteurs les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos princes, à nos pères, à tout le peuple du pays. À toi, Seigneur, la justice ; à nous la honte au visage, comme on le voit aujourd’hui pour les gens de Juda, pour les habitants de Jérusalem et de tout Israël, pour ceux qui sont près et pour ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les as chassés, à cause des infidélités qu’ils ont commises envers toi. Seigneur, à nous la honte au visage, à nos rois, à nos princes, à nos pères, parce que nous avons péché contre toi. Au Seigneur notre Dieu, la miséricorde et le pardon, car nous nous sommes révoltés contre lui, nous n’avons pas écouté la voix du Seigneur, notre Dieu, car nous n’avons pas suivi les lois qu’il nous proposait par ses serviteurs les prophètes. »

◊ Source de l’image → Le pardon, chemin de guérison

Dans sa prière Daniel s’appuie pleinement sur la miséricorde de Dieu. Dieu grand et parfait attend de nous la sainteté, la beauté et la grandeur : « Si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48) 

Pour tendre vers cette perfection, commençons par poser des actes concrets de pardon : cet amour du prochain est capable d’améliorer nos relations et de changer l’ordre du monde en refusant sa fausse satisfaction.  Prenons-nous conscience que nous faisons le mal en nous détournant des commandements de Dieu ? Ce mal, contraire de la perfection, nous éloigne de Dieu.

Nous n’avons pas écouté… Cette prière de Daniel est très juste car elle s’adresse à Dieu dans une perspective communautaire. Nous pourrions nous adresser à Dieu aussi  dans cette perspective :  » Aide-moi, Seigneur, à m’adresser à Toi au nom de tous mes frères. Quand je prie, je le fais aussi pour le compte de tous.

 » Soyez saints, car moi, le Seigneur, votre Dieu, je suis saint » (Lv 19,1)  Par ces paroles, et les préceptes qui en découlent, le Seigneur invitait le peuple choisi à être fidèle à l’alliance avec Lui en marchant sur ses voies et il fondait la législation sociale sur le commandement  » tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19,18)

Jésus a dit à ses disciples :  » Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera.  » Notre perfection est de vivre avec humilité en tant qu’enfants de Dieu en accomplissant concrètement sa volonté.

Pour les nombreux pardons , tombés sur nos faiblesses, bénissons le Seigneur et rendons-lui grâce. Soyons ensuite miséricordieux et pardonnons à ceux qui nous ont fait du mal. Accueillons le Seigneur dans notre vie, et aimons-le de tout notre  cœur, nous rendrons capables d’un nouveau commencement.

 » L’amour est une grande chose ; c’est un bien qui rend léger tout ce qu’il y a de pesant, et supporte tranquillement toute difficulté. L’amour aspire à monter haut, sans être retenu par rien de terrestre. Il naît de Dieu et c’est seulement en Dieu qu’il peut trouver son repos »  (Imitation de Jésus-Christ III, V, 3)

Liens externes

◊  Bénissons le Seigneur → Le pardon de Dieu est sans limite – YouTube

La miséricorde de Fieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Religion | Pas de Commentaire »

La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant

Posté par diaconos le 7 mars 2017

Laissons-nous transfigurer par le Christ !

La transfiguration de JésusLe Nouveau Testament donne  trois versions du même événement, rapportées par Matthieu, Marc et Luc. Il est intéressant de lire ces versions et y épingler les détails. Nous remarquons que, dans ces récits, Jésus occupe la place centrale. La Transfiguration de Jésus se situa quelques jours après la profession de foi de Pierre, disant au Christ : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Mt 16, 16 ; Mc 8, 29 ; Lc 9, 20).

       Source de l’imageLa Transfiguration sur le Mont Thabor…

Il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière.” (Mt 17, 1-2) Pierre qui, avec Jean et son frère Jacques furent témoins de la transfiguration, rappelle cet événement extraordinaire dans sa deuxième lettre (écrite probablement vers l’année 100) : “Nous mêmes avons contemplé sa grandeur quand il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père. Alors des paroles extraordinaires lui ont été adressées par la glorieuse Majesté : ‘Voici mon Fils, le bien-aimé, celui en qui je me complais.‘ Cette voix envoyée du ciel, nous l’avons entendue, car nous étions avec lui sur la sainte montagne.” (2P, 16-18)

C’est formidable ! Plusieurs dizaines d’années après cet événement, Pierre se souvint parfaitement de ce qu’ils virent sur la montagne : Jésus tout en gloire ! Oui, Jésus se laissa voir tel qu’il se manifestera à la fin du monde, dans la gloire et la lumière. Il se laissa voir tels que nous aussi nous serons : “Le seigneur Jésus Christ, transformera notre pauvre corps, avec cette force qui lui permet même de soumettre l’univers, et il le rendra semblable à son propre corps glorieux.” (Lettre aux Philippiens, chapitre, verset 21 a)

Les évangiles de Marc (9, 2-13) et de Luc (9, 22-36) mentionnent également cette transfiguration. Puisque la transfiguration de Jésus nous concerne tous. Posons-nous la question ” Comment puis-je être transfiguré ?” C’est en laissant Jésus agir en nous que nous le deviendrons. Et en premier lieu par la prière. Luc, dans son récit de la transfiguration, rapporte en plus ce détail : “il gravit la montagne avec eux, pour prier et pendant qu’il priait, son visage changea d’aspect et son vêtement devint d’une blancheur éclatante”.

Quel visage offrons-nous au regard des autres ? Quelle image donnons-nous de nous-mêmes ? Que disent de nous nos actes, nos choix et notre comportement politique, social et religieux ?

Cette page d’Évangile nous apprend que Jésus avait des privilégiés parmi ses apôtres. Des privilégiés qui reçurent plus que les autres, des privilégiés desquels il attendit plus que les autres, des privilégiés qui devinrent plus responsables pour pouvoir affermir et aider les autres. Nous ne sommes pas seuls. Le Christ ressuscité vient éclairer nos nuits et nos brouillards. Il est avec nous tous les jours et jusqu’à la fin du monde. Nous avons besoin de sa lumière pour avancer sur notre route. L’Évangile est la lampe qui éclaire notre route.

Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais transfigurez votre manière de penser” (Rm 12, 2). Il s’agit donc d’acquérir à tout prix la maîtrise de nos pensées ; ce qui implique d’y prêter attention dès qu’elles apparaissent et se développent en nous, afin de discerner leur compatibilité avec l’Évangile, et de pouvoir éventuellement les rejeter avant qu’elles ne s’imposent à notre consentement. Ce faisant, nous imiterons saint Paul, qui s’appuyant sur la puissance de Dieu qui détruit les forteresses, détruit les raisonnements fallacieux et tout ce qui s’élève de manière hautaine contre la connaissance de Dieu ; il rend captive toute pensée, pour la conduire à l’obéissance selon le Christ » (2 Co 10, 4-5).

Trions nos pensées, afin d’éviter qu’elles pervertissent notre cœur et nous détournent de la simplicité de l’Évangile. Laissons Jésus nous éclairer et nous débarrasser de ce qui limite notre générosité. Laissons-le nous débarrasser de ce qui pollue notre cœur, notre esprit et de ce qui corrompt notre foi et notre espérance. Nous sommes appelés à être transfigurés, transformés et purifiés au milieu de nos sociétés, pour pouvoir témoigner du Christ. Nous sommes appelés à être un signe de contradiction, à marcher à contre-courant et hors des sentiers battus, à l’exemple de Jésus et des Apôtres qui nous ont précédés.

Nos transfigurations, ce sont des événements, et souvent un événement apparemment banal, plus rarement un événement extraordinaire, mais toujours des événements relus dans la foi. La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant, si beau, si fort soit-il. Elle à vivre toute notre vie durant, le Carême est là pour nous le rappeler. Car le véritable amour se vit dans la durée, non dans l’éblouissement d’un amour. 

Compléments

◊  Le cadre est une montagne → Confiance et fidélité

◊ Catéchèse en famille et à l’école →  Catéchèse : LA TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

Liens externes

◊ Du site « Idées-Caté »   →   La transfiguration

◊  →   La Transfiguration de Jésus: mythe ou réalité ?

Qui est Jésus ?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 Pour ajouter un commentaire ou une note, il faut être connecté, cliquez sur être connecté dans laisser un commentaire

Publié dans Carême, Catéchèse, Homélies, Nouveau Testament | Pas de Commentaire »

12345...31
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS