Second Sunday of Lent, Year C

Posté par diaconos le 9 mars 2022

Seconda domenica di Quaresima dell'anno C   dans articles en Italien

The transfiguration of the Lord Jesus

From the Gospel of Jesus Christ according to Luke

At that moment Jesus took Peter, John and James with him and went up the mountain to pray. And as he prayed, the appearance of his face changed and his clothes became dazzling white. Behold, two men spoke with him: they were Moses and Elijah, who had appeared in glory. They spoke of his departure, which was to be accomplished in Jerusalem. Peter and his companions were oppressed with sleep, but when they awoke they saw the glory of Jesus and the two men beside him.

They were moving away from him when Peter said to Jesus: « Master, it is good that we are here! Let us make three tents: one for you, one for Moses and one for Elijah. He did not know what he was saying. Peter had not finished speaking when a cloud came and covered them with its shadow, and they were afraid when they entered it. And from the cloud a voice said: « This is my beloved Son, whom I have chosen: listen to him ! And while the voice was heard, there was Jesus alone. The disciples were silent, and in those days they told no one of what they had seen (Lk 9, 28b-36).

The transfiguation

# The Transfiguration is an episode in the life of Jesus Christ recorded in the New Testament. It involves a change in the bodily appearance of Jesus for a few moments of his earthly life, in order to reveal his divine nature to three disciples. This physical state, considered miraculous, is recorded in the three synoptic gospels: (Mt 17:1-9, Mk 9:2-9, Lk 9:28-36). It is, according to Christianity, the prefiguration of the bodily state announced to believers for their own resurrection. The traditional site of the Transfiguration is Mount Tabor, near Lake Tiberias.

 It was a change in Jesus’ bodily appearance for a few moments of his earthly life, in order to reveal his divine nature to three disciples. This physical state, considered miraculous, is reported in the three synoptic gospels: (Mt 17:1-9, Mk 9:2-9, Lk 9:28-36). It is, according to Christianity, the prefiguration of the bodily state announced to believers for their own resurrection. The traditional site of the Transfiguration is Mount Tabor, near Lake Tiberias.

Some exegetes place the event on Mount Hermon, since the Gospel episodes that frame it are set in that region. For the Maronites, the Transfiguration took place in the region of Bcharré, on Mount Lebanon. For the Catholic Church, the immediate purpose of the Transfiguration was to prepare the disciples’ hearts to overcome the scandal of the cross. This Transfiguration is also a proclamation of the « wonderful adoption that will make all believers children of God ». The Orthodox Church also celebrates the Transfiguration. In the Church of Ethiopia, the feast is called Buhe.

Let us contemplate the scene in which Peter, James and John were in ecstasy before the beauty of the Redeemer : « And he was transfigured before them. His clothes became resplendent » (Mk 9:2-3). For our part, we can see a message in what St Paul assured his disciple Timothy :  »He has destroyed death and made life and immortality shine through the Gospel » (2 Tim 1, 10).

It is precisely this that we contemplate with wonder, like the three apostles chosen at that moment. It does us good to welcome that glow of sunshine and light that was reflected in the face and clothes of Jesus. They formed a marvellous icon of redeemed humanity, for there was no longer the ugliness of sin, but the beauty that divinity transmitted to our flesh. Peter’s happiness was that which we feel when we allow ourselves to be invaded by divine grace.

 The Holy Spirit also transfigured the senses of the apostles and it was thus that they saw the divine glory of Jesus. Their eyes were transfigured to better see what was radiating, their ears were transfigured to better hear the sublime and real voice of the Father who delights in his Son. It is all a little too surprising for us, accustomed as we are to the greyness of mediocrity. Only if we allow ourselves to be touched by Christ will our senses be able to see and hear what is most beautiful and joyful in God and in those who have been raised to holiness by the One who rose from the dead.

John Paul II wrote: « Christian spirituality has as its characteristic the duty of the disciple to be entirely configured to his Master. We place in the hands of the Virgin Mary the goal of achieving our transfiguration in her Son Jesus Christ. The cloud from which the Father’s voice comes echoes the cloud that enveloped the Hebrews during the Exodus and their journey through the desert.

St Peter’s proposal to erect three tents also refers, according to some observers, to the tent of meeting in the Old Testament. This transfiguration is also an announcement of the « wonderful adoption that will make all believers children of God ». His Transfiguration is not an anticipation of the Resurrection – in which his body will be transformed into God – but rather the presence of the Triune God and all of salvation history in his predestined body on the cross ».

Light of Christ

When someone smiles at us, their face changes. It is beautiful to see! How can we not enjoy making others smile? A complicity is then established, a communion, free and true, it gives a glimpse of happiness. Jesus is transfigured and the disciples, Peter, James and John, see Jesus: his inner light, his infinite love, never ceases to flow from his heart… His body is radiant. Jesus, on the mountain, was not illuminated from outside by a light, it was he, in his body, who was Light.

 What was this light ? It is the mystery of Jesus himself. Elijah and Moses appear in the light. Are they there to confirm to the apostles the person and work of Jesus? The extraordinary light of Christ and the presence of the highest figures in the history of Israel give the disciples a prodigious happiness. We understand Peter’s exclamation :  »Rabbi, it is good that we are here ». They want to build three tents… A prodigious joy in the face of God’s plan that now finds its fulfilment. (Mk 9, 5)

The transfiguration of the Lord is part of the Good News. When love reigns, it transfigures people. Love drawn from God satisfies and stimulates. It makes people see everything differently, but without love, or when passion takes over, people quickly become dominated by jealousy, greed and chronic dissatisfaction. Passion hardens, blinds and blurs the gaze. A gaze that becomes offensive and humiliating, a gaze that destroys !

 The Holy Spirit also transfigured the senses of the apostles and it was thus that they saw the divine glory of Jesus. Their eyes were transfigured to better see what was radiating, their ears were transfigured to better hear the sublime and real voice of the Father who delights in his Son. It is all a little too surprising for us, accustomed as we are to the greyness of mediocrity. Only if we allow ourselves to be touched by Christ will our senses be able to see and hear what is most beautiful and joyful in God and in those who have been raised to holiness by the One who rose from the dead.

John Paul II wrote : « Christian spirituality has as its characteristic the duty of the disciple to be entirely configured to his Master. We place in the hands of the Virgin Mary the goal of achieving our transfiguration in her Son Jesus Christ. The cloud from which the Father’s voice comes echoes the cloud that enveloped the Hebrews during the Exodus and their journey through the desert. »

 St Peter’s proposal to erect three tents also refers, according to some observers, to the tent of meeting in the Old Testament. This transfiguration is also an announcement of the « wonderful adoption that will make all believers children of God ». La sua Trasfigurazione non è un’anticipazione della Resurrezione – in cui il suo corpo sarà trasformato in Dio – ma piuttosto la presenza del Dio Trino e di tutta la storia della salvezza nel suo corpo predestinato sulla croce ».

Contempliamo la scena in cui Pietro, Giacomo e Giovanni erano in estasi davanti alla bellezza del Redentore: « Ed egli fu trasfigurato davanti a loro. Le sue vesti divennero splendenti » (Mc 9,2-3). For our part, we can see a message in what St Paul assured his disciple Timothy: « He has destroyed death and made life and immortality shine through the Gospel » (2 Tim 1:10).

It is precisely this that we contemplate with wonder, like the three apostles chosen at that moment. It does us good to welcome that glow of sunshine and light that was reflected in the face and clothes of Jesus. They formed a marvellous icon of redeemed humanity, for there was no longer the ugliness of sin, but the beauty that divinity transmitted to our flesh. Peter’s happiness was that which we feel when we allow ourselves to be invaded by divine grace.

Deacon Michel Houyoux

Links to other christini websites

◊  The Emmaus Series : click here to read the paper →2nd Sunday of Lent Year C

◊   The Augustinians  : click here to read the paper → Second Sunday of Lent – Year C

♥ The transfiguration of the Lord Jesus

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, Carême, Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Deuxième dimanche du Carême de l’année C

Posté par diaconos le 7 mars 2022

Image de couverture de l’article

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.    Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.    Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.

   Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.  »

Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : - »Celui-ci  est mon Fils bien-aimé, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »

Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu. (Lc 9, 28b-36)

# La Transfiguration est un épisode de la vie de Jésus-Christ relaté par le Nouveau Testament. Il s’agit d’un changement d’apparence corporelle de Jésus pendant quelques instants de sa vie terrestre, pour révéler sa nature divine à trois disciples. Cet état physique, considéré comme miraculeux, est rapporté dans les trois Évangiles synoptiques : (Mt 17,1-9, Mc 9,2-9, Lc 9,28-36). C’est, selon le christianisme, la préfiguration de l’état corporel annoncé aux croyants pour leur propre résurrection. Le lieu traditionnel de la Transfiguration est le mont Thabor, près du lac de Tibériade.

 Il s’agissait d’un changement d’apparence corporelle de Jésus pendant quelques instants de sa vie terrestre, pour révéler sa nature divine à trois disciples. Cet état physique, considéré comme miraculeux, est rapporté dans les trois Évangiles synoptiques : (Mt 17,1-9, Mc 9,2-9, Lc 9,28-36). C’est, selon le christianisme, la préfiguration de l’état corporel annoncé aux croyants pour leur propre résurrection. Le lieu traditionnel de la Transfiguration est le mont Thabor, près du lac de Tibériade

Certains exégètes situent l’événement au mont Hermon, puisque les épisodes évangéliques qui l’encadrent se situent dans cette région. Pour les maronites, la Transfiguration a eu lieu dans la région de Bcharré, sur le mont Liban. Pour l’Église catholique, le but immédiat de la Transfiguration était de préparer le cœur des disciples à surmonter le scandale de la croix. Cette transfiguration est aussi une annonce de la « merveilleuse adoption qui fera de tous les croyants des fils de Dieu L’Église orthodoxe fête elle aussi la Transfiguration. Dans l’Église d’Éthiopie, la fête est appelée Buhe.

Contemplons la scène dans laquelle Pierre, Jacques et Jean furent en extase devant la beauté du Rédempteur : « Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants « (Mc 9 ,2-3). En ce qui nous concerne, nous pouvons entrevoir un message dans ce que Saint Paul assura à son disciple Timothée :  « Il a détruit la mort et a fait briller la vie et l’immortalité par l’Évangile  »(2 Tim 1, 10).

 Ce fut cela même que nous contemplons avec stupeur, comme le firent à l’époque les trois apôtres choisis. Cela nous fait du bien d’accueillir cet éclat de soleil et de lumière qui se refléta dans le visage et les vêtements de Jésus. Ils formèrent un merveilleux icône de l’humanité rachetée, puisque la laideur du péché n’y fut plus, à sa place il y eut la beauté que la divinité transmit à notre chair. Le bonheur de Pierre fut celui que nous ressentons quand nous nous laissons envahir par la grâce divine.

L’Esprit Saint transfigura aussi les sens des apôtres et ce fut ainsi qu’ils virent la gloire divine de Jésus. Les yeux transfigurés pour mieux voir ce qui rayonne, les oreilles transfigurées pour mieux entendre la voix sublime et réelle: celle du Père qui se complait dans son Fils. L’ensemble résulte un peu trop surprenant pour nous, habitués comme nous le sommes au grisâtre de la médiocrité. ’est seulement si nous nous laissons toucher par le Christ que nos sens seront capables de voir et d’entendre ce qu’il y a de plus beau et joyeux en Dieu et en ceux qui ont été élevés à la sainteté par Celui qui est ressuscité d’entre les morts.

Jean-Paul II écrivit : « la spiritualité chrétienne, a comme caractéristique le devoir du disciple de se configurer entièrement avec son Maître  » Ainsi à travers une assiduité que l’on pourrait appeler amicale, nous parviendrons au point d’avoir les mêmes sentiments. Mettons entre les mains de la Vierge Marie l’objectif d’atteindre notre transfiguration dans son Fils Jésus-Christ.

La nuée d’où sort la voix du Père fait écho à la nuée qui enveloppait les Hébreux lors de l’Exode et de leur traversée du désert. La proposition de saint Pierre de dresser trois tentes fait également référence selon certains observateurs à la tente de la rencontre dans l’Ancien Testament. Cette transfiguration est aussi une annonce de la « merveilleuse adoption qui fera de tous les croyants des fils de Dieu. Sa Transfiguration n’est pas une anticipation de la Résurrection – dans laquelle son corps sera transformé à Dieu – mais au contraire la présence du Dieu trinitaire et de toute l’histoire du salut dans son corps prédestiné à la croix.»

Lumière du Christ

Lorsque quelqu’un nous sourit, son visage change. C’est magnifique à voir ! Comment ne pas aimer faire sourire les autres ? Une complicité alors s’installe, une communion, libre et vraie, fait entrevoir le bonheur. Jésus est transfiguré et les disciples, Pierre, Jacques et Jean voient Jésus : sa lumière intérieure, son amour infini, ne cessent de jaillir de son cœur… Son corps en est irradié. Jésus, sur la montagne, n’était pas éclairé de l’extérieur par une lumière, c’était lui, dans son corps, qui était Lumière.

 Quelle fut cette lumière ? C’est le mystère même de Jésus. Élie et Moïse apparaissent dans la lumière. Sont-ils là pour confirmer aux apôtres la personne et l’œuvre de Jésus ? La lumière extraordinaire du Christ et la présence des plus hauts personnages de l’histoire d’Israël, donnent un bonheur prodigieux aux disciples. Nous comprenons alors l’exclamation de Pierre : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici. » Ils veulent construire trois tentes… Joie prodigieuse devant le projet de Dieu qui trouve maintenant son achèvement. » (Mc 9, 5)

La transfiguration du Seigneur fait partie de la Bonne Nouvelle. Quand l’amour règne, il transfigure les êtres. L’amour puisé en Dieu épanouit et stimule. Il fait voir toute chose autrement par contre, sans amour ou envahi par la passion, les personnes deviennent vite dominées par la jalousie, l’avidité et l’insatisfaction chronique. La passion durcit, aveugle et trouble le regard. Un regard qui devient blessant et humiliant, un regard qui détruit !

Luc nota qu’il ne savait que dire, tant fut grande leur frayeur. Bonheur ou frayeur ? Devant le mystère de Dieu, il y a bien ces deux sentiments. Bonheur de comprendre, bonheur de découvrir, bonheur de recevoir ce qui est le cœur du mystère de Dieu. La frayeur demeure cependant. Pierre ne comprend pas grand chose en ce moment extraordinaire, c’est un témoin qui n’invente rien.

Il écrivit plus tard : « Ce ne sont pas des fables inventées…nous l’avons vu dans tout son éclat, quand nous l’avons vu sur la sainte montagne…, nous-mêmes, nous avons entendu cette voix venant du ciel, quand nous étions avec lui sur la montagne sainte : Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection.  Voilà le cœur de la personnalité de Jésus, voilà la raison de cette irradiation de tout lui-même, la source de vie de son être : Jésus est aimé de son Père, il est son Fils, son bien-aimé.

 La Transfiguration s’acheva par une recommandation : ne rien dire avant la Résurrection. Jésus ça que cet amour qui l’unit à son Père ne sera vraiment entendu, compris que lorsque la croix aura été vue. Alors tous pourront entendre, écouter, recevoir le mystère éternel de l’amour de Dieu pour tous les hommes. Note   Nous ne savons presque rien de la vie de l’apôtre Pierre à partir du Concile de Jérusalem en l’an 49 (voir : Actes des apôtres au chapitre 15), jusqu’au moment où il écrit cette lettre de Rome, vers l’année 64, peu de temps avant sa mort.

Diacre Michel Houyoux

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire.  Éditer cet article.

 Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Mont des Cats  : cliquez ici pour lire l’article → Deuxième Dimanche du Carême de l’année C

◊ Le Carmel en France : cliquez ici pour lire l’article → Homélie 2e Dimanche de Carême (Année C)

Abbé Joseph Kasondo : « Deuxième dimanche du Temps du Carême »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, Carême, Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Transfiguration du Seigneur — Année B

Posté par diaconos le 6 août 2021

https://dimancheprochain.org/wp-content/uploads/2018/08/Transfiguration_g.jpg

# La guérison d’un paralytique est un des miracles effectués par Jésus-Christ. Elle est le symbole du soin voulu pour sauver les âmes du péché. D’après Irénée de Lyon, Jésus montre sa divinité par ce miracle : « Mais, parce que c’est de la part du vrai Dieu que le Fils unique était venu pour le salut des hommes, il invitait les incrédules, par les miracles qu’il faisait, à rendre gloire à son Père, et, aux Pharisiens qui n’accueillaient pas la venue du Fils de Dieu et qui, pour cette raison, ne croyaient pas à la rémission des péchés accomplie par lui, il disait : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés…», et, après avoir ainsi parlé, il ordonnait au paralytique de prendre le grabat sur lequel il gisait et de s’en retourner à sa maison.

Par l’accomplissement de ce miracle, il confondait les incrédules et faisait comprendre qu’il était lui-même la Voix de Dieu par laquelle, sur la terre, l’homme avait reçu les commandements : c’est pour les avoir transgressés qu’il était devenu pécheur, et la paralysie avait été la conséquence des péchés. Ainsi, en remettant les péchés, le Seigneur n’a pas seulement guéri l’homme, il a aussi révélé clairement qui il était. En effet, si personne ne peut remettre les péchés, sinon Dieu seul, et si le Seigneur les remettait et guérissait l’homme, il est clair qu’il était le Verbe de Dieu devenu Fils de l’homme, ayant reçu du Père le pouvoir de remettre les péchés parce qu’il était homme et parce qu’il était Dieu, afin que, comme homme, il souffrît avec nous, et que, comme Dieu, il eût pitié de nous et nous remît les dettes dont nous étions débiteurs à l’égard de Dieu notre Créateur1. » Jean Chrysostome cite la Bible qui dit que Jésus est venu en ce monde pour sauver les pécheurs. Comme il est venu ouvrir les yeux des aveugles afin qu’ils croient, il donne des jambes aux infirmes.

De l’évangile selon Matthieu

02 Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » 03 Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » 04 Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? 05 En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?

06 Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. » 07 Il se leva et rentra dans sa maison. 08 Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes. 09 Jésus partit de là et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. 10 Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. (Mt 9, 2-10)

Guérison d’un paralytique

 De retour à Capharnaüm, Jésus vit déposer à ses pieds un paralytique couché sur un lit. Il lui adressa des paroles d’encouragement, et prononça le pardon de ses péchés  Des scribes l’accusèrent de blasphème. Mais Jésus, les censurant de leurs mauvaises pensées, leur fournit la preuve que le fils de l’homme a l’autorité de pardonner les péchés : il ordonna au paralytique de se lever, de prendre son lit et de s’en aller dans sa maison, ce qu’il fit aussitôt. Le peuple glorifia Dieu.

La foi du paralytique, mais aussi la foi de ceux qui le lui apportaient et qui montraient ainsi que déjà cette foi était  opérante par la charité.  C’était là la préparation nécessaire à la guérison et au pardon. D’abord des paroles pleines de compassion et d’encouragement : « Prends courage, mon enfant ». Puis, un bienfait infiniment plus grand pour le malade que la guérison qu’il demanda : « Tes péchés sont pardonnés »  Cce paralytique se fût attiré sa maladie par ses égarements, mais rien dans le récit ne l’indique. Seulement il est certain, selon l’Écriture, que tout mal dans le monde émane du péché, et Jésus, en accordant d’abord le pardon, guérit la cause, le péché, avant d’ôter l’effet, la maladie.

D’après les autres synoptiques, il n’y eut pas là uniquement, comme adversaires, les scribes, mais aussi des pharisiens, et sur les derniers, venus ensemble de divers lieux pour épier Jésus . Ce fut dans le récit de Matthieu cette opposition hostile qui alla toujours croissant jusqu’au dénouement. Comment ces adversaires purent-ils voir, dans le pardon prononcé par Jésus, un blasphème ? Il leur parut que Jésus usurpa un attribut divin.

Dans Marc et Luc les contradicteurs complétèrent ainsi leur pensée : « Qui peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul » ? Et dans l’ignorance où ils étaient de la personne de Jésus, ils avaient raison. Quand plus tard  jésus  autorisa ses disciples à pardonner les péchés, il leur délégua un pouvoir qu’il exerça, lui, directement, et ils ne purent, eux, qu’annoncer le pardon au nom de Dieu et de Jésus.

Jésus fut le seul homme qui eut le pouvoir de connaître ou de voir les pensées des autres. Ce n’était pas seulement l’effet d’une pénétration naturelle de son esprit, mais un pouvoir divin semblable à celui par lequel il faisait des miracles. C’étaient là les mauvaises choses que les adversaires eurent dans leurs cœurs, des pensées d’incrédulité et d’inimitié qui leur firent voir un blasphème dans la plus émouvante manifestation de la miséricorde de Dieu. Ce fut donc eux-mêmes qui blasphémèrent.

Pardonner ou guérir furent également impossibles à l’homme et aisés pour Jésus car l’un et l’autre exigeaient la puissance divine. Mais les scribes pensèrent : « Voilà un paralytique qui vient chercher la guérison, et on lui dit : Tes péchés te sont pardonnés » ; cela est bien facile, en même temps que blasphématoire ; mais le guérir ! Or, afin que vous sachiez, est donc la solennelle réponse à cette pensée, et la guérison du paralytique par la parole de Jésus devient ainsi une démonstration sans réplique de l’autorité qu’il a pour pardonner les péchés.

« Cette parole respire l’origine céleste de celui qui la prononce » (Bengel »  Aux hommes n’est pas une expression générique pour à Jésus ; mais la foule regarda avec raison tous les pouvoirs de Jésus comme conférés, en lui à l’humanité entière. Jésus passant devant le bureau des péages, appela Matthieu à le suivre, ce qu’il fit aussitôt. Il invita Jésus pour un repas, et, avec lui, beaucoup de péagers et de gens mal famés. Les pharisiens accusèrent Jésus de frayer avec des pécheurs

Des pharisiens voyant cela, demandèrent aux disciples comment il se fit que Jésus mangea avec de telles gens. Jésus répondit  : ‘Ce sont précisément les malades qui ont besoin de médecin. » Ils pourraient le savoir, car l’Écriture dit : « Dieu prend plaisir à la miséricorde, non au sacrifice ». Jésus vient appeler des pécheurs, non des justes.  En ce moment des disciples de Jean-Baptiste demandèrent à Jésus pourquoi ceux qui le suivaient ne pratiquent pas la loi du jeûne. Il leur répondit : « Mes disciples ne peuvent être dans le deuil ou la tristesse tant que l’époux est avec eux, mais que les jours viendront où ils jeûneront. »

Puis il s’appliqua à leur faire comprendre, par deux comparaisons frappantes, que la vie nouvelle qu’il apporta au monde fut incompatible avec les vieilles institutions légales, et même qu’elle exigea l’entier renouvellement de l’homme intérieur. M%ar et Luc racontèrent aussi cette vocation d’un disciple avec les mêmes détails de lieu, de temps, de circonstances, il s’agit évidemment d’un fait identique dans les trois récits.  Marc et Luc nommèrent ce disciple Lévi, pour être convaincu que le disciple appelé en cette circonstance à l’apostolat changea dès ce moment son nom de Lévi en celui de Matthieu, qui signifie don de Dieu.

Ainsi Simon prit le nom de Pierre Saul celui de Paul.  Bureau des péages Lieu où l’on percevait les impôts sur les marchandises en transit, etc. Comme ces contributions étaient prélevées pour le compte des Romains, les Juifs qui exerçaient ces fonctions de percepteurs étaient généralement haïs et méprisés. Et ce fut parmi ces péagers que Jésus choisit l’un de ses apôtres ! Voulut-il seulement faire voir combien il se mettait au-dessus des préjugés juifs ? Ou désirait-il aussi posséder parmi ses disciples un homme habitué à manier la plume ?

Tout dans l’histoire évangélique est une révélation de la miséricorde de Dieu. Il est très probable que Matthieu connaissait déjà Jésus, qui habitait cette même ville de Capharnaüm qu’il avait entendu et reçu sa parole, et que cet appel à le suivre fut une vocation décisive à l’apostolat. Mais l’autorité de cet appel de Jésus et la prompte obéissance de Matthieu n’en furent pas moins admirables.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam   : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi de la 18e semaine, année impaire

◊ Symbolique du texte  : cliquez ici pour lire l’article → La fête de la Transfiguration

Compléments

◊  PÈRE MARIE LANDRY C+MPS : cliquez ici pour lire l’article →  La gloire et la croix

  La Transfiguration et la croix.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, Catéchèse, fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Donnerstag in der Osteroktav

Posté par diaconos le 8 avril 2021

So steht geschrieben, dass Christus leiden würde, dass er am dritten Tag von den Toten auferstehen würde

Jésus ressuscité apparaît à ses disciples

# Emmaus liegt 160 Stadien (30 km) von Jerusalem entfernt, wodurch Emmaus Nicopolis (`Amwâs) als das Emmaus des Evangeliums identifiziert werden kann. Emmaus im Ayalon-Tal wurde erstmals um 165 v. Chr. im ersten Buch der Makkabäer erwähnt. Einige Zeit später wurde die Stadt von einem syrischen General befestigt. Sie wuchs schnell und wurde von Hyrkan II. und Antipater zu einem regionalen Zentrum gemacht. Im Jahr 4 v. Chr., während des Aufstandes gegen die Römer, verließen die Einwohner die Stadt und sie wurde von Varus niedergebrannt. Vespasian stationierte dort während seiner Feldzüge gegen die Juden die 5. Legion.

Die Römer benannten den Ort in Nicopolis um und verliehen ihm den Status einer Stadt. Diesen Namen behielt die Stadt bis zu ihrer Eroberung durch die Araber. Diese Eroberung war geprägt von einer Pestepidemie, die ihren Eroberer Abû `Ubayda ibn al-Jarrâh tötete (639). Ende des 3. Jahrhunderts – Anfang des 4. Jahrhunderts erwähnt Eusebius von Caesarea in seinem Onomasticon Nikopolis als das Emmaus der Bibel. Hieronymus bezeugte zu Beginn des fünften Jahrhunderts, dass sich dort eine Kirche an der Stelle des Hauses des Kleophas befand, das Christus beherbergt hatte. Dort wurden die Überreste einer christlichen Basilika aus dem 5. Jahrhundert und einer Kirche aus dem 12. Jahrhundert, die während der Kreuzzüge gebaut wurde, gefunden.

lwf0003web.gif

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach dem heiligen Lukas

Zu dieser Zeit kehrten die Jünger von Emmaus zurück und erzählten den elf Aposteln und ihren Begleitern, was auf dem Weg geschehen war und wie der Herr von ihnen beim Brechen des Brotes erkannt worden war.
Während sie noch darüber sprachen, war er selbst in ihrer Mitte anwesend und sagte zu ihnen : « Friede sei mit euch ! « Sie waren erschrocken und ängstlich und dachten, sie sähen einen Geist. Jesus sagte zu ihnen : « Warum seid ihr so aufgebracht? Und warum entstehen diese Gedanken in euren Herzen ? Seht meine Hände und meine Füße : Ich bin es !
Berühre mich, sieh mich an : ein Geist hat kein Fleisch und keine Knochen, wie du findest, dass ich sie habe.  Nach diesem Wort zeigte er ihnen seine Hände und Füße. Sie waren so glücklich, dass sie es nicht zu glauben wagten und staunten. Jesus sagte zu ihnen: « Habt ihr hier etwas zu essen ? « Sie brachten ihm ein Stück gegrillten Fisch, den er nahm und vor ihnen aß.

Dann sagte er zu ihnen : « Das sind die Worte, die ich zu euch geredet habe, als ich noch bei euch war : ‘Alles, was im Gesetz des Mose, in den Propheten und in den Psalmen über mich geschrieben steht, muss erfüllt werden. » Dann öffnete er ihnen den Sinn für das Verständnis der Schrift. Er sagte zu ihnen : « So steht es geschrieben, dass der Christus leiden und am dritten Tag auferstehen wird und dass in seinem Namen allen Völkern, angefangen in Jerusalem, die Bekehrung zur Vergebung der Sünden verkündet wird. Es liegt an Ihnen, davon Zeugnis abzulegen. » (Lk 24, 35-48)

Jesus erscheint den versammelten

Jüngernrsagen, die er über seinen Tod und seine Auferstehung gemacht hatte : « Jesus sagte zu ihnen: ‘Der Menschensohn muss viel leiden, von den Ältesten, den Hohenpriestern und den Schriftgelehrten verworfen werden, getötet werden und am dritten Tag auferstehen.  » (Lk 9, 22)

Als die Jünger in Emmaus ihre Geschichte erzählten, trat Jesus mit diesem Gruß vor : « Friede sei mit euch !  »  Um ihre Angst zu beruhigen, zeigte er ihnen seine Füße und Hände und lud sie ein, ihn zu berühren. Dann, um sie vollständig zu überzeugen, aß er in ihrer Gegenwart. Er erinnerte sie daran, dass er ihnen gesagt hatte, dass sich alle Prophezeiungen über ihn erfüllen würden. Er öffnete ihren Verstand, um die Heilige Schrift zu verstehen.

Sie sagten sein Leiden und seine Auferstehung voraus und die Verkündigung des Evangeliums unter allen Völkern. Jesus setzte seine Jünger als seine Zeugen ein, versprach ihnen den Heiligen Geist und befahl ihnen, in Jerusalem auf die Erfüllung dieser Verheißung zu warten. Das erklärt den Eindruck, der auf diese Männer gemacht wurde, als sie ihre freudige Gewissheit über die Auferstehung des Herrn zum Ausdruck brachten.

Diese Erscheinung Jesu Christi vor den versammelten Jüngern war dieselbe, die Johannes aufgezeichnet hat : als es aber Abend wurde an jenem ersten Tag der Woche und die Türen des Ortes, wo die Jünger waren, verschlossen waren aus Furcht vor den Juden, kam Jesus und trat mitten unter sie. Er sagte zu ihnen : « Friede sei mit euch! «  (Joh 20,19)  Jesus gab ihnen zu verstehen, dass ihre Ängste nur aus den Gedanken oder Einbildungen ihres Herzens stammten; dann erklärte er: « Ich bin es selbst », und lud sie ein, ihn zu berühren, um sie zu überzeugen, dass sie es nicht mit einem Geist zu tun hatten.

Schließlich zeigte er ihnen seine Hände und Füße, an denen sie die Narben sehen konnten, die die Nägel des Kreuzes hinterlassen hatten. Diese Erwähnung der Füße impliziert, dass Jesu Hände und Füße an das Kreuz genagelt wurden. Die Freude, die die Jünger empfanden, als sie die Gegenwart Jesu sahen, hielt sie nach ihrer Traurigkeit und Angst davon ab, zu glauben. Um ihnen einen weiteren Beweis zu liefern, bat Jesus um Nahrung, die er in ihrer Gegenwart aß.

Diese Dinge, die ihr erlebt habt, mein Tod und meine Auferstehung, waren die Erfüllung der Worte, die ich zu euch gesprochen habe. Jesus erinnerte sie an die vielen Vorhe

Die Juden unterteilen das Alte Testament immer noch in drei Teile: das Gesetz, die Propheten und die Hagiographen. Jesus berief sich ein letztes Mal auf die Autorität der Heiligen Schrift, um den Jüngern die göttliche Notwendigkeit all dessen, was ihm widerfahren war, begreiflich zu machen und ihnen die Zukunft seiner Herrschaft und die Berufung, die sie darin zu erfüllen hatten, zu offenbaren: Sie sollten in seiner Vollmacht Buße und Vergebung der Sünden predigen. Dieses Evangelium soll allen Völkern gepredigt werden.

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Websites

◊  Blog Fasten und  Osterzeit : klicken Sie hier, um den papier zu lesen → Donnerstag der Osteroktav

◊ evangeli.net   : klicken Sie hier, um den papier zu lesen →  Donnerstag der Osteroktav

  Christus erscheint auf dem Weg nach Emmaus

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS