Nous sommes les témoins de tout cela avec l’Esprit Saint – (Ac 5, 27-41)

Posté par diaconos le 6 juin 2016

Le grand prêtre ordonna l'arrestation des apôtres et les fit mettre en  prison. (Ac 5, 17-18)

Le grand prêtre ordonna l’arrestation des apôtres et les fit mettre en prison. (Ac 5, 17-18)

Extait du livre des Actes des Apôtres au chapitre cinq

Ayant amené les Apôtres, ils les présentèrent au Conseil suprême, et le grand prêtre les interrogea :

28 « Nous vous avions formellement interdit d’enseigner au nom de celui-là, et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement. Vous voulez donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ! »
29 En réponse, Pierre et les Apôtres déclarèrent : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.
30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le suspendant au bois du supplice.
31 C’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé, en faisant de lui le Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés.
32 Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. »
33 Ceux qui les avaient entendus étaient exaspérés et projetaient de les supprimer.
34 Alors, dans le Conseil suprême, intervint un pharisien nommé Gamaliel, docteur de la Loi, qui était honoré par tout le peuple. Il ordonna de les faire sortir un instant,
35 puis il dit : « Vous, Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à ces gens-là.
36 Il y a un certain temps, se leva Theudas qui prétendait être quelqu’un, et à qui se rallièrent quatre cents hommes environ ; il a été supprimé, et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien.
37 Après lui, à l’époque du recensement, se leva Judas le Galiléen qui a entraîné beaucoup de monde derrière lui. Il a péri lui aussi, et tous ses partisans ont été dispersés.
38 Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. En effet, si leur résolution ou leur entreprise vient des hommes, elle tombera.
39 Mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu. » Les membres du Conseil se laissèrent convaincre ;
40 ils rappelèrent alors les Apôtres et, après les avoir fait fouetter, ils leur interdirent de parler au nom de Jésus, puis ils les relâchèrent.
41 Quant à eux, quittant le Conseil suprême, ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Source des images → Acts of the Apostles, chapter five

Le sanhédrin s’assembla en séance plénière. Des agents envoyés pour chercher les apôtres dans la prison, la trouvèrent vide, et vinrent faire leur rapport, qui causa une vive inquiétude aux sacrificateurs. Pendant la nuit, un ange ouvrit les portes de la prison  et leur commanda d’aller annoncer avec ardeur  dans le temple la Bonne Nouvelle de l’Évangile. Dès le matin, ils se rendirent au Temple et ils se mirent à enseigner. Quelqu’un apporta la nouvelle que les prisonniers enseignaient dans le temple. Le commandant du temple les fit livrer au sanhédrin par crainte du peuple.

Le souverain sacrificateur commença l’interrogatoire. Il rappela aux apôtres la défense qui leur avait été faite d’enseigner au nom de Jésus et les accusa d’exciter le peuple à venger sur les autorités la mort de cet homme. Les membres du Sanhédrin eurent peur.  et le sang de cet homme les obséda ! Ils n’osèrent même pas prononcer son nom  : « Nous vous avions formellement interdit d’enseigner au nom de celui-là. » (Ac 5, 28a) Jésus continuait de leur oser question. C’est que Jésus était toujours là, il se prolongeait en ses apôtres. Aujourd’hui encore, l’Église continue à être jugée par le monde. La majorité des personnes ne reconnaissent pas dans la foi chrétienne la vérité qu’elles recherchent. Sont-elles pour autant abandonnées par Dieu ?

Pierre et ses compagnons  répondirent qu’il fallait  obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Ce Dieu de nos pères qui  ressuscita Jésus, que les chefs crucifièrent. Que Dieu l’éleva à sa droite comme Sauveur, pour procurer à Israël, avec la repentance, le pardon des péchés. Les apôtres témoignèrent, et leur témoignage fut confirmé par le Saint-Esprit que Dieu donne aux personnes qui lui obéissent.

Que dit-leur témoignage ?

La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c’est la parole de la foi, que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut. (Rm 10, 9)

Les paroles des apôtres exaspèrent le sanhédrin, qui délibéra de leur mort. Mais un pharisien, docteur renommé, Gamaliel, qui fut le maître de Paul à Jérusalem pendant quelques années, demanda qu’on les fisse sortir. Puis il engagea le sanhédrin à agir sans précipitation : rappelant les mouvements suscités par Theudas et par Judas le Galiléen, qui s’arrêtèrent d’eux-mêmes après peu de temps, il conseilla de laisser faire les apôtres ; car si leur entreprise était d’inspiration humaine, elle tomberait d’elle-même ; si elle procédait de Dieu, les autorités seraient impuissantes à l’arrêter, et elles  devraient redouter de se trouver en lutte avec Dieu. Le sanhédrin se rangea à son avis. Les apôtres, rappelés, furent battus de verges. Il leur fut défendu de parler au nom de Jésus ; puis ils furent relâchés.

Ces juges iniques ne voulurent pas se donner l'apparence d'avoir mis en jugement les apôtres sans cause ; ils les punirent pour avoir contrevenu à leur défense d'annoncer le nom de Jésus. En poursuivant notre course, nous devons détourner nos regards du monde pour les tenir arrêtés sur Jésus, notre Sauveur, vainqueur avant nous dans la même course, dans le bon combat de la foi, et qui nous conduit à la victoire. C'est pourquoi il est appelé  le chef et le consommateur de la foi. le grand sujet de leur enseignement était de prouver que Jésus était le Christ, le Messie et le Sauveur du monde.

Ces juges iniques ne voulurent pas se donner l’apparence d’avoir mis en jugement les apôtres sans cause ; ils les punirent pour avoir contrevenu à leur défense d’annoncer le nom de Jésus. En poursuivant notre course, nous devons détourner nos regards du monde pour les tenir arrêtés sur Jésus, notre Sauveur, vainqueur avant nous dans la même course, dans le bon combat de la foi, et qui nous conduit à la victoire. C’est pourquoi il est appelé le chef et le consommateur de la foi. le grand sujet de leur enseignement était de prouver que Jésus était le Christ, le Messie et le Sauveur du monde. (Actes des apôtres, chapitre cinq)

Ils se retirèrent heureux d’avoir eu à souffrir pour le nom de Jésus. Ils ne cessèrent d’annoncer que Jésus est bien le Christ.

Compléments

◊ La Parole de Dieu nous fait vivre de la vie d’amour de Dieu →   De ma bouche sort la justice, la parole que rien n’arrête.

◊ Sans le Christ, il n’y  a pas de salut →  C’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste. (Rm 10, 10)

Liens externes

◊ Mais, pendant la nuit, l’ange du Seigneur ouvrit les portes de la cellule… →  Libération des apôtres

◊  Allez enseigner au peuple les paroles de vie  →   Libéré pour témoigner (Actes 5.17-42)

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Actes des apôtres, apparitions, Enseignement, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

Posté par diaconos le 28 mars 2016

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre deux

 debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles: e Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. 33 Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

Il y avait,   résidant à Jérusalem, des juifs religieux, venus de partout.  Lorsqu’ils entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent et furent plein de confusion   car chacun entendait dans sa propre langue ceux qui parlaient. Pierre, entouré des onze autres Apôtres,  éleva la voix et  fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles: e Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.  Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous
en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.

Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable. C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle- même reposera dans l’espérance : tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.

Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. » (Ac 2, 14.22b- 33)

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Source de l’image → Bible illustrations by Sweet Publishing

Pierre, conscient de sa responsabilité dans le groupe des douze (Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église), prit la parole au nom de tous : il expliqua d’abord le miracle de la Pentecôte par la grande prophétie de Joël, puis il annonça aux Juifs que Jésus de Nazareth, crucifié par eux, mais ressuscité a été élevé à la droite de Dieu, d’où il a répandu sur ses disciples le Saint-Esprit. Ce Jésus est bien le Messie. Si la mort de Jésus semblait être la négation de sa messianité, sa résurrection en est l’affirmation éclatante. Aussi Pierre prononçât-il cette grande parole : Dieu l’a ressuscité, et il employa  tout le reste de son discours à le prouver.

La résurrection de Jésus n’est pas seulement un fait historique, qui a eu lieu en endroit précis. Cette résurrection est un mystère actuel toujours actif.  Dieu dont l’amour est plus puissant que notre péché l’a ressuscité des morts et a fait de lui la source du salut pour tous.  S’il n’y avait pas eu de résurrection, alors pourquoi vivre honnêtement aujourd’hui ? Quel sens aurait notre vie ? Une parenthèse absurde dans l’immensité du cosmos né du hasard ?

Mais le Christ est vraiment ressuscité ; une résurrection qui est un espoir, alors nous devons vivre pleinement et témoigner que la vie a un sens ; qu’elle n’est pas une parenthèse, mais la préparation à une vie de plénitude dont l’existence terrestre est le commencement. Si nous vivions vraiment de la foi en la résurrection, nous ne pourrions pas nous taire devant la détresse de tant de personnes dont la vie n’est qu’une survie et qui crient leur souffrance vers nous : « Redonnez-nous une espérance ! »

Compléments

◊ Témoignage → Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.(Ac 2, 32)

◊ Témoignage de la foi des apôtres → Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. (Ac 10, 37-43)

◊ La résurrection du Christ est à l’œuvre au présent → Jésus, le ressuscité, n’est pas chez les morts

Liens externes

◊ Dieu l’a ressuscité, nous en sommes témoins →   C’est un miracle – Neil L. Andersen

◊  Jésus est vivant   → Comment discerner vraiment la présence de Jésus – Eglise …

 

 

Publié dans apparitions, Disciples de Jésus, Foi, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. (Ac 10, 37-43)

Posté par diaconos le 4 avril 2015

Résultat de recherche d'images pour "Christ est ressuscité, il est vivant"Le temps de la joie pascale dure sept semaines et une première caractéristique de ce temps  est la première lecture tirée du livre des actes des apôtres, livre écrit par saint Luc. Saint Luc nous y livre le témoignage de la foi des apôtres et des premières communautés chrétiennes, sur laquelle repose notre foi.  La deuxième caractéristique de ce temps est la deuxième lecture extraite de la première lettre de saint Jean. Dans cette lettre l’apôtre nous rappelle l’importance de l’amour de Dieu et du prochain. La troisième caractéristique de ce temps est le cierge pascal allumé lors des messes et le chant répété de l’Alléluia, chant de louange à Dieu.

Le Christ est ressuscité

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre 10

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit :   » Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts. C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. « 

Au matin de Pâques, la vie a vaincu la mort car le Christ est ressuscité. Nous voici au premier jour de la semaine, au tout premier jour d’un bonheur nouveau. Les premiers témoins du tombeau vide furent les premiers invités à croire  et  à faire le grand saut de la foi :  des femmes allèrent au tombeau pour embaumer le corps du Christ. Mais le tombeau était vide… Le corps de Jésus ne s’y trouvait plus. D’après ses propres paroles,  il est vivant :  mais ailleurs : « Je détruirai ce temple fait de main d’homme, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme. » (Mc 14, 58)

 Marie Madeleine alla au tombeau et vit que la pierre qui le fermait avait été ôtée, et elle courut en avertir Pierre et Jean. (Jn 20, 1-2) Alors qu’elle revint en ville, d’autres femmes arrivèrent près du tombeau ouvert et virent un ange qui leur annonça que Jésus est ressuscité. Puis elles quittèrent immédiatement cet endroit et coururent annoncer cette nouvelle aux disciples : « L’ange, prenant la parole, dit aux femmes : Vous, ne craignez point ; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. Il n’est pas ici ; car il est ressuscité, comme il l’a dit. Venez, voyez le lieu où il était couché ; et allez promptement dire à ses disciples qu’il est ressuscité des morts.  » (Mt 28, 5-7)  Marie Madeleine revint avec Jean et Pierre, deux des disciples de Jésus. Jean arriva le premier,  Pierre arriva peu de temps après, et plus résolu que Jean, il entra dans le tombeau, et  observa les linges gisant à terre et le suaire,  qui avait recouvert la tête de Jésus (Jn 14, 11), soigneusement plié. Encouragé par l’exemple de Pierre, Jean y entra à son tour, vit et crut en se rappelant  les paroles que Jésus avait dites au Temple plus de deux ans auparavant.

Oui, Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! Que nos cœurs soient dans la joie, dans la clarté de ce matin de Pâques. Avançons sur les chemins de la foi ;  mieux encore, courons comme Marie Madeleine, comme Jean et Pierre. L’Évangile nous affirme que Jean, lorsqu’il entra dans le tombeau, vit et crut.

Voir et croire…Voir pour croire… Nous n’avons pas cette chance,  et pour nous, disciples d’aujourd’hui, nous devons croire sans voir. Croire que nous devons, avec l’aide du Seigneur, passer des ténèbres à la lumière. Cette course de Marie Madeleine, de Pierre et de Jean, c’est la course vers la foi.

La foi ne se gagne pas par une accumulation de preuves, elle grandit dans le cœur à cœur, elle est relation d’amour. La méditation de l’Écriture nous aide à nous émerveiller de cet amour  qui nous sauve. Osons dire dans notre entourage que toute vie a désormais un sens, une direction, une issue malgré toutes les apparences, les désespérances. le Christ est vraiment ressuscité !

De tout temps, beaucoup de gens n’ont pas accordé foi au témoignage des apôtres. Aujourd’hui encore beaucoup ne croient pas en la résurrection de Jésus, parce que , comme l’ont dit les disciples d’Emmaüs, Lui, le Christ ressuscité, ils ne l’ont pas vu. En réalité ce qui nous manque c’est l’amour qui nous fait voir au delà des apparences et qui brûlait le cœur de Jean. Pour vous, nous demande toujours Jésus :  « Qui suis-je ? »

Bonne et joyeuse fête de Pâques. Que le Christ ressuscité nous fasse renaître pour que nous puissions sortir de nos ténèbres pour l’annoncer, lui, le Ressuscité, le Vivant et que nous soyons, ensemble, des témoins de son amour.

Compléments

◊  Christ est ressuscité, Christ est vivant   →  Au matin de Pâques, le tombeau du Christ est vide. (Jn 20, 1)

◊  Bonne et sainte fête de Pâques →  Pâques : Le Christ est ressuscité. Alléluia ! Alléluia !

◊  Santa Pasqua  →   Domenica di Pasqua : Cristo è risorto (Gv 20, 7)

Liens externes

  Catéchèse  : pour vos enfants→ Caté Ouest

 ♥ Histoire de la première Pâques racontée aux enfants → La résurrection de Jésus

La Vie a vaincu la mort

http://www.dailymotion.com/video/x8ybvr

 

Publié dans apparitions, fêtes religieuses, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Dieu se manifeste toujours là où nous ne l’attendons pas !

Posté par diaconos le 8 décembre 2014

Dans la scène biblique de l’Annonciation, Dieu propose et attend une réponse. Ce sera « Qu’il me soit fait selon ta parole. » Marie devient la Mère de Jésus, le messie promis. Jésus est le fils de Dieu, le  et du Sauveur avant de devenir, au pied de la croix, la Mère de l’Eglise. Cette fête est d’abord la fête de l’Incarnation puisque Dieu commence en Marie sa vie humaine qui conduira Jésus jusqu’à la Croix et la Résurrection, jusqu’à la Gloire de Dieu. Elle est célébrée par les catholiques le 25 Mars. Source : nominis Approfondir votre lecture     Mieux comprendre     Intention de prière pour l8217Evangélisation du pape François pour mai 2014     Marie     EditoAller plus loinRepères « Comme vraie ‘fille de Sion’, Marie est figure de l’Eglise, figure de l’homme croyant qui ne peut arriver au salut et à la réalisation plénière de lui-même que par le don de l’amour – par grâce ». Joseph Ratzinger in Foi chrétienne « C’est un fait assez paradoxal. Le culte de la Vierge est [...] Liturgie catholique.fr Logo du SNPLS catechese.catholique.fr Service national de la catéchèse et du catéchuménat

Dieu envoie son messager annoncer à Marie qu’elle sera la mère du sauveur. Son messager attend une réponse.
En répondant  » Qu’il me soit fait selon ta parole. », Marie devient la Mère de Jésus, le messie promis. Jésus est le fils de Dieu, le sauveur du monde.

Il y a plus de 2000 ans, un jour, dans une humble maison de Nazareth, un ange, envoyé par Dieu, s’adressa à une jeune fille très simple, croyante et pieuse pour lui révéler le projet de Dieu et quel rôle Dieu lui proposa dans ce projet. L’Ange dit à Marie: « Je te salue, Comblée de grâce, le Seigneur est avec toi  » ( Lc 1, 28 )
Source de l’image → Gospel of Luke (382) – 44.6 KB -
libre de droits

Dieu, par son messager,  lui fit savoir qu’il demande son accord  pour un projet qui la dépasse complètement.  « Sois sans crainte Marie, voici que tu vas concevoir et mettre au monde un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus et son règne n’aura pas de fin » dit l’ange.

C’est l’histoire de Marie, c’est son annonciation, mais c’est surtout l’histoire de l’amour et de l’infini respect de Dieu pour toutes ses créatures. L’arrivée du fils de Dieu sur terre ne s’est pas faite de manière spectaculaire ni tonitruante. Une annonce mystérieuse dans une maison de terre, dans un village insignifiant. Ce Dieu qui, dans l’Ancien Testament déjà, préférait la discrétion, accompagnant son peuple comme un nomade : «  Depuis le jour où j’ai fait monter d’Égypte les fils d’Israël et jusqu’à ce jour, je n’ai jamais habité dans une maison ; j’ai été comme un voyageur, sous la tente qui était ma demeure. » (2 Sam 7,6)

En cette fête de Noël 2014, où Dieu va-t-il se manifester ?  Se manifestera-t-il toujours là où nous ne l’attendons pas ? Si nous lui donnons de la place et du temps, nous sentirons que nous nous approchons de lui. Mais Dieu se cache aussi dans nos frères et nos sœurs : dans cette vieille voisine qui fêtera Noël seule devant sa télé, dans ces sans abris portant un bonnet du père Noël pour faire la manche, dans ces  exclus et ces personnes surendettées ou sans ressources qui ne pourront pas faire la fête  C’est là que nous pourrons trouver le Christ. Serons-nous au bon endroit pour l’accueillir ? Saurons-nous poser le geste discret pour que ces exclus aient part, eux aussi, à la fête ?
Contre la pauvreté, en ces jours  de festivités, Noël et jour de l’an, choisis de marcher à côté des gens, d’être avec eux, mais surtout  aide les selon ta disponibilité. Derrière le visage du pauvre se cache celui du Christ : « Ce que tu as fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi (Jésus) que tu l’as fait. »  En donnant à manger à ceux qui ont faim, à boire à ceux qui ont soif, en accueillant l’étranger, en visitant les malades, en allant vers les prisonniers… les disciples de Jésus répondent à sa demande. » (Mt 25,40).
Grâce à nos engagements, et au tien si tu le veux, des milliers de personnes touchées par la pauvreté auront part à la fête de l’espérance et de la nativité. L’aide que tu peux apporter semble fragile : choisis une association qui apporte une aide efficace aux plus démunis. À titre d’exemple, je citerai l’association « Vivre ensemble » (Voir ci-dessous), mais il y en a beaucoup d’autres. Tous ces petits dons, bien utilisés peuvent donner des résultats surprenants.

Compléments

◊  Temps de l’Avent → Quatrième dimanche de l’Avent, année B

Ce pas en Avent, nous vous proposons d’en faire aussi “un pas de côté”

Car, au bord du chemin, il y a des hommes et des femmes qui se battent chaque jour pour simplement vivre, se loger, manger.

Pour en savoir plus, cliquez ici → Campagne 2014 – Vivre Ensemble

Publié dans apparitions, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

123456
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS