Le Christ ressuscité a besoin de notre regard de tendresse et de miséricorde.

Posté par diaconos le 20 avril 2019

Envoi sur ma page Facebook par Christian Liebens
L’image contient peut-être : 1 personne
 La Prière du Père Gilbert « Le Christ ressuscité a besoin de notre regard de tendresse et de miséricorde pour aborder chaque être » :

« Chaque être porte en lui-même une part de résurrection. Chaque être peut nous enrichir, à condition de plonger en lui dans ce qu’il y a de beau, de meilleur, de lumineux, de divin.

Malheureusement, nous épluchons d’abord les ténèbres de l’autre. Et nous en restons là. Le Christ est là, dans chaque être, enfoui, prêt à se faire reconnaître, et nous passons sans Le voir.

Nous manquons la rencontre souvent, pris par notre égoïsme, nos refus, nos barrières, nos intolérances, nos rejets. Nous avons besoin de demander dans notre prière le Regard du Christ.

Il plongeait dans les êtres avec une telle intensité, une telle fraîcheur, une telle nouveauté, que personne n’oubliait jamais plus ce Regard. Et en vivait.

Le Christ ressuscité a besoin de notre regard de tendresse et de miséricorde pour aborder chaque être. Plonger dans ce que chaque personne a de meilleur, c’est recevoir une parcelle de la Lumière du Ressuscité. Ainsi-soit-il.

Contact → Christian Liebens

Compléments

◊ Blog du Diacre Michel Houyoux →  Cliquez ici pour voir la page d’accueil → Le Christ est ressuscité ! Alleluia ! ◊ Cliquez ici → Après la résurrection les hommes seront immortels, semblables aux anges, fils de Dieu. ◊ Temps pascal : cliquez ici →  Jésus ressuscité est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres  (1 Co 15, 1-8)

Liens externes

◊ Jardinier de Dieu : cliquez ici pour lire l’article → Jésus Christ est ressuscité !

Christ est ressuscité, évènement historique

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Accueil sur mon blog, apparitions, Enseignement, fêtes religieuses, Foi, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Pasqua, Cristo è veramente risorto !

Posté par diaconos le 18 avril 2019

Vangelo  Gesù è vivo

Il più potente segno in assoluto che Gesù è quello che pretende di essere, cioè il Figlio di Dio, è la sua resurrezione dalla morte (Romani 1:4). È una questione dalle implicazioni enormi. Accadde realmente? Il racconto della Resurrezione è la grande eccezione alla "solita fine deprimente della vita umana" ?

Il più potente segno in assoluto che Gesù è quello che pretende di essere, cioè il Figlio di Dio, è la sua resurrezione dalla morte (Romani 1:4). È una questione dalle implicazioni enormi. Accadde realmente? Il racconto della Resurrezione è la grande eccezione alla « solita fine deprimente della vita umana » ?

1Il primo giorno della settimana, al mattino presto esse si recarono al sepolcro, portando con sé gli aromi che avevano preparato. 2Trovarono che la pietra era stata rimossa dal sepolcro 3e, entrate, non trovarono il corpo del Signore Gesù. 4Mentre si domandavano che senso avesse tutto questo, ecco due uomini presentarsi a loro in abito sfolgorante. 5Le donne, impaurite, tenevano il volto chinato a terra, ma quelli dissero loro: «Perché cercate tra i morti colui che è vivo? 6Non è qui, è risorto. Ricordatevi come vi parlò quando era ancora in Galilea 7e diceva: “Bisogna che il Figlio dell’uomo sia consegnato in mano ai peccatori, sia crocifisso e risorga il terzo giorno”». 8Ed esse si ricordarono delle sue parole 9e, tornate dal sepolcro, annunciarono tutto questo agli Undici e a tutti gli altri. 10Erano Maria Maddalena, Giovanna e Maria madre di Giacomo. Anche le altre, che erano con loro, raccontavano queste cose agli apostoli. 11Quelle parole parvero a loro come un vaneggiamento e non credevano ad esse. 12Pietro tuttavia si alzò, corse al sepolcro e, chinatosi, vide soltanto i teli. E tornò indietro, pieno di stupore per l’accaduto. (Lc 24, 1-12)

xx
Omelia 
xx
In questo giorno di Pasqua, celebriamo con gioia la risurrezione del Signore. È un dato di fatto accertato, che tutti gli evangelisti ci riferiscono: la mattina di Pasqua, la tomba di Gesù è vuota. Che cosa possiamo concludere da tutto questo? Il Signore è stato portato via, Maria Maddalena e tanti altri penseranno dopo di lei. Ma in questo caso, il corpo sarebbe stato portato via con il sudario e le strisce che lo avvolgevano.
xx
Quando Giovanni entrò nella tomba dopo Pietro, vide e credette: è la disposizione delle lenzuola ben ordinate, che sembra essere stato un segno per il discepolo che Gesù amava. Vedendo il sudario crollato su se stesso come se il corpo fosse scomparso e il telo per la testa arrotolato al suo posto, John capì che non era stato possibile rimuovere manualmente il corpo, ma che aveva cessato di esistere fisicamente all’interno del sudario, ancora al suo posto come lo era stato durante la sepoltura.
xx
Ma questi segni non hanno detto nulla a Peter. Nessun segno è in grado di dare fede a nessuno: dobbiamo andare oltre il « vedere » per « credere ». Gesù dirà a Tommaso: « Beati coloro che hanno creduto senza aver visto » (Gv 20,29). Giovanni è il modello di fede in Cristo risorto perché crede senza vedere.
xx
Hai bisogno degli occhi del cuore per credere. Hai bisogno degli occhi dell’amore per credere! E’ a causa di questo amore che John ha corso più veloce! E’ a causa di questo amore che crede per primo ! Sappiamo vedere e credere come il discepolo amato ? Nella sua lettera ai Colossesi, Paolo scrive : « Fratelli, siete risorti con Cristo.
xx
Cercate dunque le realtà dall’alto : ecco dove si trova Cristo, seduto alla destra di Dio. « Cresciuto con Cristo, il cristiano ha un solo obiettivo: perseguire la missione di Cristo, che è di condurre gli uomini e l’intero universo al Padre: farlo è cercare le realtà dall’alto. evitando di chiudere il mondo come se fosse autosufficiente.
xx
Alziamo la testa, Cristo è risorto! Ci indica la via verso suo Padre: la via della gioia eterna ! La risurrezione di Cristo è già all’opera nel presente nella nostra vita: è percepibile.  Sappiamo vedere i segni della risurrezione di Cristo in questa madre di una famiglia che, sopraffatta dalle preoccupazioni della famiglia e dei figli, irradia una gioia profonda ?
xx
Sappiamo vedere i segni del Cristo risorto in questo giovane che, al di là del suo appetito per il piacere, dedica le sue forze per favorire l’amicizia tra i suoi amici ? Sappiamo vedere i segni della risurrezione di Cristo in questo miscredente che è stupito dalla sua preoccupazione per i più poveri ?
xx
Sappiamo vedere i segni della risurrezione di Cristo in questo vecchio che attende la morte con calma speranza nell’amore di Diio ? La risurrezione è in marcia quando un uomo o una donna esce dalla sua tomba di odio e violenza, quando si stacca dal rancore che lo rosicchia e lo fa emergere alla luce della pace e della riconciliazione.
xx
La risurrezione è presente quando un uomo o una donna si libera dalla tomba del suo peccato e accoglie nella sua vita la gioia del perdono  Dio. La risurrezione di Cristo è seminata quando un uomo o una donna abbandona la tomba del suo fallimento, delle sue delusioni paralizzanti che ancora gli impediscono di credere nella vita, nella felicità, nell’amore e in se stesso in modo molto semplice.
Facciamoci la domanda : « Qual è nella mia vita il sepolcro da cui Cristo mi chiama per una nuova vita? Siamo l’uno per l’altro segni di resurrezione ?  Possa il Cristo che stiamo per ricevere comunicando nutrirsi in noi la vita eterna! Amen.

croix-diaconale4 Homélie dans PrièresMichel Houyoux, Diacono permanente

Collegamenti esterni

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, articles en Italien, Catéchèse, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Nouveau Testament, Religion, tempo pasquale, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Message de Notre Dame de la Salette

Posté par diaconos le 24 janvier 2019

Envoyé par Emmanuel le Rien sur ma page Facebook

Notre Dame de la SaletteNotre Dame de la Salette nous l’avait annoncé :  » Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’antéchrist.  » Notre Dame de la Salette avait annoncé que le Français se battra avec le Français… ( Je pense que nous sommes arrivés à ce temps prédit )

Les gouvernants civils auront tous un même dessein, qui sera d’abolir et de faire disparaître tout principe religieux, pour faire place au matérialisme, à l’athéisme, au spiritisme. La France, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre seront en guerre ; le Français se battra avec le Français, l’Italien avec l’Italien ; ensuite il y aura une guerre générale qui sera épouvantable.

Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France ni de l’Italie, parce que l’Évangile de Jésus-Christ n’est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement, jusque dans les maisons. Plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre. (…)

Le précurseur de l’antéchrist fera son apparition et voudra être vu comme le nouveau Dieu. Les saisons seront changées, l’atmosphère aussi ; l’eau et le feu donneront au globe de la terre des mouvements convulsifs et d’horribles tremblements de terre, qui feront engloutir des montagnes, des villes.

Les astres et la lune n’auront plus la force de briller. Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’antéchrist. Les démons de l’air avec l’antéchrist feront de grands prodiges sur la terre et dans les airs, et les hommes se pervertiront de plus en plus. Dieu aura soin de SES fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté ; l’Évangile sera prêché partout, tous les peuples et toutes les nations auront connaissance de la vérité .
Ces transcriptions du secret sont tirées du volume Les secrets de la Salette de Mgr Antonio Galli. 

Compléments

◊ Lectures, compléments : cliquez ici pour entrer → Quatrième dimanche du temps ordinaire, année C

◊  Historique dée l’apparition de Notre Dame Notre Dame de la Salette

24 janvier : fête des François→ Saint François de Sales, évêque et docteur de l’Église -Mémoire

Liens externes

◊  Chroniques et points de vue du Mesnil-Marie  → Message et « secrets » révélés par Notre-Dame de la Salette

◊ Les larmes d’une mère : cliquez ici pour lire → Notre-Dame de La Salette

Vidéo à voir et à méditer sur ses révélations !

Reportage sur Notre Dame de la Salette

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans apparitions, Enseignement, Histoire, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

L’histoire de l’Apparition de la Sainte Vierge Marie à Pontmain (France)

Posté par diaconos le 21 janvier 2019

Source de cet article → SANCTUAIRE-DE-PONTMAIN

Auteur : Père Henri-Michel LEDAUPHIN

nnnjhfvcybu

Au soir du 17 janvier 1871, la Vierge Marie apparut dans le ciel avec une robe bleue sombre remplie d’étoiles, un crucifix dans ses mains. Des mots furent affichés par la suite au-dessous d’elle.

À Pontmain le 17 janvier 1871

Une journée qui commença comme les autres. Ce matin, l’église était remplie de fidèles, comme les autres jours. Il y a beaucoup de neige et il fait un froid glacial à fendre les pierres. Vers midi et demi, la terre trembla ce qui eut fortement impressionné tous les habitants, surtout en cette période troublée. C’était la guerre franco-prussienne. Depuis le 23 septembre, 38 jeunes de la paroisse étaient  partis à la guerre et l’on était sans nouvelles. Alors, on vit dans l’angoisse et dans la peur. Et puis il y eut cette épidémie de typhoïde qui commença à reprendre.

Malgré tout, on pria avec ferveur car il en était ainsi à Pontmain. Depuis l’arrivée de notre curé, l’abbé Michel Guérin, le 24 novembre 1836, dans chaque famille, on pria le chapelet tous les jours. Ce soir la, deux enfants, Eugène et Joseph Barbedette, aidaient leur père, dans la grange, à piler les ajoncs pour la nourriture de la jument. La nuit tomba. Il était environ cinq heure et demie.

Source de l’image → Notre Dame de Pontmain : apparition en 1871, fête le 17 janvier.

Jeannette Détais, une vieille femme, vint donner quelques nouvelles qu’elle glana un peu plus loin près des fuyards de l’armée de la Loire en déroute. Eugène profita de l’arrêt du travail pour sortir à la porte pour voir le temps qu’il faisait. Et voilà que tout à coup, en plein ciel, au dessus de la maison d’en face, il vit une Belle Dame qui tendit les bras comme dans un geste d’accueil et qui lui sourit. Elle était vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles d’or (comme la voûte de l’église peinte ainsi en 1860).

Notre Dame de Pontmain : cliquez ici pour visionner la vidéo →   https://youtu.be/0QbkCpvi7jo

Sur la tête, elle avait un voile noir surmonté d’une couronne d’or avec un liseré rouge au milieu. Aux pieds, elle portait des chaussons bleus avec une boucle d’or. Elle était au milieu d’un triangle formé de trois grosses étoiles. L’enfant sourit à la Belle Dame. Ce sourire fut le seul dialogue car, de toute l’apparition, la Belle Dame ne dit pas un seul mot.

Le jeune frère Joseph, venu à la porte, vit lui aussi la Belle Dame tandis que les grandes personnes ne virent rien sinon les trois étoiles. Victoire, leur mère, ne vit rien non plus, malgré qu’elle se retourna pour aller à la maison chercher ses lunettes. Elle se rendit à l’école demander à sœur Vitaline de venir devant la grange. Ne voyant que les étoiles, la sœur retourna à l’école et en revint avec une autre sœur, Marie-Édouard, et trois petites pensionnaires.

À leur arrivée, les deux plus jeunes, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé s’écrièrent :  » Oh ! La belle Dame ! Qu’elle est belle !’ et la décrivirent à leur tour. Sœur Marie-Edouard s’en alla prévenir Monsieur le curé tandis que sœur Vitaline commença à prier avec les gens qui accoururent de plus en plus nombreux.

Monsieur le curé, dit sœur Marie-Édouard depuis la porte du presbytère, venez vite chez les Barbedette, il y a un prodige : « les enfants voient la Sainte Vierge ! » Et Monsieur le curé, saisi par la surprise, répondit :  » Un prodige ! La Sainte Vierge ! La Sainte Vierge ! Mais, ma sœur, vous me faites peur !  » La vieille servante, Jeannette Pottier, intervint :  » Faut aller voir, Monsieur le curé ! » et elle alluma la lanterne pour sortir dans la nuit.

Lorsqu’il arriva au milieu de ses paroissiens, les enfants, que l’on avait séparés pour éviter qu’ils puissent communiquer entre eux, s’écrièrent :  » V’là d’qué qui s’fait !  » (voilà quelque chose qui se fait) et ils décrivirent un grand ovale bleu qui était venu entourer la Belle Dame.  À l’intérieur quatre bobèches étaient fixées portant quatre bougies éteintes. Ces bougies rappellèrent celles que l’abbé Guérin allumait sur l’autel de la Sainte Vierge depuis le 8 décembre 1854 à tous les offices de la paroisse. En même temps apparut une petite croix rouge sur la robe, à l’endroit du cœur.

Et puis voilà que l’attention se relâcha. On commença à parler, à discuter et la Belle Dame devint triste : ‘ V’là qu’elle tombe en humilité  » dit Eugène.  » Prions  » ajouta Monsieur le curé. Sœur Marie-Edouard commença le chapelet. Aussitôt, la Dame sourit à nouveau. Tout au long du chapelet, au rythme des Ave Maria, la Belle Dame grandit lentement. L’ovale grandit dans les mêmes proportions et les étoiles se multiplièrent sur sa robe et autour d’elle.

 » Ce fut comme une fourmilière, ça se tape sur sa robe, disent les enfants. Oh ! Qu’elle est belle !  » Après le chapelet, on chanta le Magnificat. Au début du chant, les enfants s’écrièrent :  » V’là cor’de qué qui s’fait  » (voilà encore quelque chose qui se fait). Une grande banderole vint se dérouler entre le bas de l’ovale et le toit de la maison. Des lettres commencèrent alors à s’écrire, en majuscule, couleur d’or. « C’est un M, un A, un I, un S ». Le mot MAIS qui resta tout seul jusqu’au moment où arriva Joseph Babin, un charretier, qui revint d’Ernée, à 20 km de là, et qui lança à la foule :  » Vous pouvez bien prier, les Prussiens sont à Laval ».

Le mot PRIEZ vint s’écrire alors après MAIS. Le message continua de s’écrire lettres après lettres.  À la fin des litanies que l’on chanta après le Magnificat, les enfants purent lire une première ligne se terminant par un gros point …

MAIS PRIEZ MES ENFANTS DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS

Au début de l’Inviolata qui suivit, des lettres commencèrent une seconde ligne : MON, au moment où l’on chanta « O Mater alma Christi carissima »’, le mot FILS vint s’écrire à la suite. « MON FILS » lurent  les enfants. Alors ce fut un cri de joie général : « C’est Elle ! C’est bien Elle ! C’est la Sainte Vierge !  » Jusque là, on pensa que ce pouvait être Elle. Mais maintenant, on en fut sûr. C’est bien écrit : MON FILS. Pendant que l’on termina l’Inviolata et que l’on chanta le Salve Regina, le message continua et se termina

MON FILS SE LAISSE TOUCHER

Il n’y eut a pas de point final mais cette deuxième ligne était soulignée par un gros trait d’or comme les lettres. « Chantons notre cantique à Marie » dit alors Monsieur le curé et les paroles s’élevèrent joyeuses vers le ciel, alors que, dimanche dernier, on l’avait chanté la gorge serrée : « Mère de l’Espérance dont le nom est si doux Protégez notre France. Priez, priez pour nous. »

Au début, la Vierge leva  les mains à hauteur de ses épaules et agita les doigts au rythme du cantique. Puis un rouleau couleur du temps passa et effaça la banderole et le message. Suit un autre cantique  » Mon doux Jésus » avec le refrain « Parce Domine, parce populo tuo,  les enfants, joyeux jusque là, devinrent subitement tout tristes. C’est que la Vierge elle aussi  était devenue toute triste. Elle ne pleura pas mais un frémissement au coin des lèvres marqua l’intensité de sa douleur.  » Jamais on n’a vu une pareille tristesse sur un visage humain » dirent les enfants.

C’est alors qu’une croix d’un rouge vif apparut devant la Vierge. Sur la croix, Jésus, d’un rouge plus foncé. Au sommet de la croix, sur une traverse blanche était écrit : JESUS CHRIST. La Vierge prit la croix à deux mains et la présenta aux enfants pendant qu’une petite étoile vint allumer les quatre bougies de l’ovale avant d’aller se placer au dessus de la tête de la Vierge. La foule pria en silence et beaucoup pleurèrent.

Puis sœur Marie-Edouard chanta l’Ave Maris Stella. Le crucifix rouge disparut et la Vierge reprit l’attitude du début. Le sourire,  un sourire plus grave, revint sur ses lèvres et une petite croix blanche apparut sur chacune de ses épaules. Il « tait huit heure et demie.

« Mes chers amis, dit Monsieur le curé, nous allons faire tous ensemble la prière du soir ». Tout le monde se mit à genoux, là où il se trouva, qui dans la neige, qui dans la grange pour ceux qui voulurent s’abriter du froid glacial. Jeannette Pottier, la vieille servante, commença la prière :  » Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le.  » Au moment de l’examen de conscience, les enfants signalèrent la présence d’un voile blanc qui vint d’apparaître aux pieds de la Vierge et qui monta lentement en la cachant à leurs yeux. Le voile arriva à hauteur de la couronne, s’arrêta un instant et, brusquement, tout disparut : le voile, la couronne, l’ovale, les bougies et les trois étoiles.

 » Voyez-vous encore ?  » demanda Monsieur le curé.  » Non, Monsieur le curé, tout a disparu, c’est tout fini ! « . Il était près de neuf heures. Chacun rentra chez lui, le cœur en paix. Toute crainte, toute peur s’en fut allée. Les Prussiens qui devaient prendre Laval ce soir-là n’y entrèrent pas. Le lendemain, ils se replièrent. L’armistice fut signé le 25 janvier. Les trente-huit jeunes de Pontmain revinrent tous sains et saufs.

Le 2 février 1872, après l’enquête et le procès canonique, Monseigneur Wicart, évêque de Laval publia un mandement dans lequel il déclara : « Nous jugeons que l’Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871 à Eugène Barbedette, Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain. « 

Compléments

◊ On devient chrétien par décision personnelle →  Des martyrs de chaque époque pour avoir annoncé l’Évangile

Liens externes

◊ Biographie : cliquez ici pour lire → Père Henri LEDAUPHIN (1922-2016) | Diocèse de Laval

◊ Les lumières de Dieu : cliquez ici pour lire → La lumière de Dieu: Les apparitions de la Vierge Marie, reconnues par l’Église

Pontmain

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, apparitions, Enseignement, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12345...10
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS