A.D.A.L. pour le premier dimanche du Carême, année B

Posté par diaconos le 11 février 2018

Références bibliques : Gn 9, 8-15 ; Psaume 24 ; 1P 3, 18-22 ; Mc 1, 12-15

 Premier dimanche du Carême, année B

Ce temps de Carême nous est donné pour consolider notre foi. Tu peux consolider ta foi par la lecture de la Bible, par le jeûne qui libère, par l'amour qui ouvre aux autres et par les sacrements où Dieu agit en nous. Cette phrase est importante : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le !" Écouter le Christ, c'est reprendre, la relecture de l'Évangile. Écouter le Christ, c'est le regarder aimer, et lui demander de nous aider à suivre son exemple.

Ce temps de Carême nous est donné pour consolider notre foi. Tu peux consolider ta foi par la lecture de la Bible, par le jeûne qui libère, par l’amour qui ouvre aux autres et par les sacrements où Dieu agit en nous. Cette phrase est importante : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! »
Écouter le Christ, c’est reprendre, la relecture de l’Évangile. Écouter le Christ, c’est le regarder aimer, et lui demander de nous aider à suivre son exemple.

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) ! L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.


CHANT D’OUVERTURE (au choix) : Sur les routes de l’Alliance (G321) ; avec Toi, nous irons au désert (G 229) ou selon votre répertoire.

Animateur de la célébration →  Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Tous : Amen

Animateur de la célébration →  Que Dieu notre Père, qui nous appelle à entrer dans son alliance, et Jésus Christ, Notre Seigneur, venu faire route avec nous, nous donnent la grâce et la paix.

Tous :  Béni soit Dieu, maintenant et toujours !

Animateur de la célébration   Ce premier dimanche du Carême est celui où Dieu nous propose son Alliance. Dès lors, tout sera possible, jusqu’au salut en Jésus. L’Alliance nouvelle est un mot important dans ce Carême.

Préparation pénitentielle

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… :  Au moment où nous prenons ensemble la route du Carême, nous entendons résonner avec force l’appel de Jésus : «Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle» Quarante jours nous sont donnés pour revenir à Dieu dans la prière et pour nous ouvrir aux plus démunis dans le partage. Accueillons la présence de Jésus miséricordieux.

  • Seigneur Jésus, conduit au désert par l’Esprit pour nous donner l’exemple du combat avec Satan, béni sois-tu et prends pitié de nous ! (Chant)

  • Ô Christ, toi qui résista quarante jours à,la tentation, béni sois-tu et prends pitié de nous (Chant)

  • Seigneur Jésus, toi dont la victoire nous est promise en partage, béni sois-tu et prends pitié de nous ! (Chant)

Animateur de la célébration → Que Dieu tout-puissant nous donne d’aller jusqu’au bout de notre démarche de conversion, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Tous : Amen.

Pas de GLOIRE A DIEU pendant le carême.

   Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………………………. Dieu tout-puissant, accorde-nous tout au long de ce carême, conduits par l’Esprit, de prendre le chemin tracé par ton Fils. donne-nous de nous affronter à notre mal pour avancer dans plus de lumière et une vie de plus en plus fidèle. Unis en tout à Jésus, ton Fils, notre Seigneur.

Tous : Amen !

  Animateur de la célébration → Dieu notre Père, sur notre route de Carême, tu as placé comme un signe la rencontre avec ton fils, Jésus, transfiguré devant ses disciples sur la montagne. Que sa lumière vienne illuminer nos vies ; que sa parole nous rende capables de revenir à toi de tout notre cœur, toi qui nous aimes en ton Fils bien aimé, dans l’esprit Saint, maintenant et pour les siècles des siècles. (Chanté)

Tous : Amen !

LITURGIE DE LA PAROLE

◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration → Malgré le châtiment du déluge que leurs révoltes méritèrent, Dieu ne cessa jamais d’aimer les hommes. En voici un exemple tiré du livre de la Genèse, au chapitre neuf.

Première lecture par………………………………… ………… (Gn 9, 8-15)

Animateur de la célébration → Notre vie connaît des déluges, des coups durs. Nous nous disons parfois que nous les avons bien cherchés. Avec le psalmiste, invoquons le Seigneur de tendresse : qu’il nous remette sur le chemin de son amour.

Le Psaume 24 est chanté par la Chorale ou lu par ………………………………………………..

psaume 50

 Animateur de la célébration → Si nous lisons la longue histoire biblique, c’est pour y découvrir les bienfaits de Dieu ; ceux du passé annoncèrent ceux d’aujourd’hui. L’apôtre Pierre en fit la démonstration à propos du déluge et du salut de Noé.

La deuxième lecture est lue par : …………………………………………… (1 P 3, 18-22)

Acclamation  par un lecteur, une lectrice ou chantée par la chorale : Alléluia, Alléluia. Un grand prophète s’est levé parmi nous : Dieu a visité son peuple. Alléluia.

Reprise de l’Acclamation.

L’animateur de la célébration dit alors :  De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Mc 1, 12-15

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale .

Homélie à télécharger ici → Vivre un Carême joyeux… (Mc 1, 12-15)

Animateur de la célébration → Proclamons tous ensemble notre foi, qui est celle de toute l’Église.

Credo récit ou chanté par la chorale

PRIÈRE UNIVERSELLE

 Animateur de la célébration → Demandons à Dieu de soutenir son Église au cours du Carême, et confions-lui les besoins de notre monde…

Quelques jeunes …………………………………………………………………………………………………………………………………………………… (ou à défaut lecteur ou lectrice adulte)

Sans titre

  • Pour que les baptisés apprennent à vivre en ce monde sans succomber aux ruses du tentateur, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

  • Pour les catéchumènes du monde entier, en route vers le baptême; qu’ils trouvent en Toi la joie de la vraie Vie, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

  • Pour ceux et celles qui se sont laissés emportés loin de Toi; qu’ils puissent redécouvrir la joie du « retour à la maison », Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

  • Pour nos frères et sœurs qui souffrent; qu’en mettant leur pas dans les tiens, ils trouvent un sens nouveau à leur existence, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

  • Pour nous tous, pour que nous soyons toujours plus réceptifs à ce que nous suggère l’Esprit, Seigneur, nous te prions ! (Refrain)

 Animateur de la célébration → Prions le Seigneur, Dieu notre Père, tu nous appelles en ce Carême, à marcher à la suite de ton Fils, dans la fidélité à notre baptême. Que ton Esprit nous conduise et nous donne d’annoncer aux hommes de notre temps la Bonne Nouvelle de ton Amour. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous: Amen !

PRIÈRE DE LOUANGE ET NOTRE PÈRE

Animateur de la célébration →  Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous, le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’Église. Rendons grâce à Dieu pour le temps de repentir et de conversion que nous offre ce temps de Carême qui nous conduit jusqu’à Pâques.

Chant : Seigneur avec toi nous irons au désert…

Par un membre de l’équipe liturgique…………………………………………………………………………………………..

  • Béni sois-tu, Dieu d’amour, pour ta fidélité envers Jésus. Tu as toujours été avec lui dans ses épreuves, et lui, a toujours mis en toi sa confiance. Tu étais avec lui quand il fut tenté par le démon. Par ta Parole de Vérité, il a triomphé du Menteur et il t’a rendu gloire. (Refrain)

Gloire à toi Seigneur !png

  • Béni sois-tu, Seigneur Jésus, car jamais tu ne t’es dérobé face au combat. Tu affrontes le mal à notre nom à tous. Toi seul peux nous en délivrer mais tu veux nous associer à ce combat, et tu nous appelles à vivre pleinement le temps du Carême. (Refrain)
  • Béni sois-tu, Dieu d’amour, pour ta fidélité envers Jésus. Tu as toujours été avec lui dans ses épreuves, et lui, a toujours mis en toi sa confiance. Tu étais avec lui quand il fut tenté par le démon. Par ta Parole de Vérité, il a triomphé du Menteur et il t’a rendu gloire. (Refrain)
  • Béni sois-tu, Seigneur Jésus, car jamais tu ne t’es dérobé face au combat. Tu affrontes le mal à notre nom à tous. Toi seul peux nous en délivrer mais tu veux nous associer à ce combat, et tu nous appelles à vivre pleinement le temps du Carême. (Refrain)
  • Béni sois-tu, Esprit Saint, toi qui as conduit le Christ au désert. Tu nous apprends à le suivre dans notre vie quotidienne, servir le Père comme il l’a servi, à le prier comme il l’a prié. Et maintenant tu rends vivants dans notre cœur les mots qu’ils nous a appris pour le prier : Notre Père…

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

 

LITURGIE DE COMMUNION

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration→Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions : Vienne la paix (T 150) ; Pain des merveilles (D103) ; le pain que tu nous donnes (D 83) ; Tu es le Dieu fidèle ( D 163) ; Qui mange ma chair ( D 290) ; La Sagesse a dressé une table (F 502) ; Dieu a tant aimé le monde ( D 369) ; Pain de Dieu, pain de vie (D 381) ; Pain rompu pour un monde nouveau (D 283) ; Dieu nous invite à son festin (Signes musique n° 70) ; laisserons-nous à notre table… (E 161); Pour amer du plus grand amour (D 386) ou selon votre choix.

◊ Distribution de la communion en disant:  Le corps du Christ 

Prière de conclusion

Par un membre de l’équipe liturgique…………………………………………………………………………..

 Seigneur notre Dieu, par ta Parole tu as renouvelé nos cœurs ; notre foi est plus forte, tu as réveillé notre espérance. Avec toi on retrouve le désir et la force d’aimer. Donne-nous toujours cette faim du Christ qui, seul, peut combler nos attentes les plus profondes. Merci pour cette alliance à laquelle tu invites tous les êtres vivants. Par Jésus, le Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Tous : Amen

  Animateur de la célébration → N’attendons pas la mi–carême ou la semaine sainte pour vivre loyalement ce temps de réflexion, de pénitence et de prière. Si l’Église a supprimé certaines de ses exigences, c’est qu’elle nous traite en adultes et nous laisse la responsabilité de choisir les points sur lesquels faire porter nos efforts.

Un chant final ici : selon votre choix……………………………………………….

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…  Ouvrez vos oreilles et vos cœurs aux appels des pauvres, soyez pour eux ses témoins de l’appel de DieuAnimateur de la célébration → nous donne débordante et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Animateur de la célébration → Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

lwf0003web.gif

Compléments

◊ Lecture du jour → Premier dimanche du Carême, année B

◊ Message → Retrouver en nous le visage de Dieu

Publié dans A.D.A.L., Carême, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Samuel donna l’onction à David au milieu de ses frères.

Posté par diaconos le 16 janvier 2018

Extrait du premier livre de Samuel, au chapitre seize

u temps du roi Saül, Jessé, un Ephratéen très âgé de Bethléem (pays de Juda) est père de huit fils dont les trois aînés, Éliab, Abinadab et Chamma, sont des compagnons d'armes du roi. David est le plus jeune. Il a l'habitude d'aller servir Saül quelque temps, puis de revenir garder les moutons de son père, à Bethléem. Dieu envoie Samuel lui donner l'onction royale malgré son jeune âge, à la suite d'une ultime désobéissance de Saül.

Au temps du roi Saül, Jessé, un Ephratéen très âgé de Bethléem (pays de Juda) fut père de huit fils dont les trois aînés, Éliab, Abinadab et Chamma, furent  des compagnons d’armes du roi. David était le plus jeune. Il avait l’habitude d’aller servir Saül quelque temps, puis de revenir garder les moutons de son père, à Bethléem. Dieu envoiya Samuel lui donner l’onction royale malgré son jeune âge, à la suite d’une ultime désobéissance de Saül.

En ces jours-là, le Seigneur dit à Samuel : « Combien de temps encore seras-tu en deuil à cause de Saül ? Je l’ai rejeté pour qu’il ne règne plus sur Israël. Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. » Samuel répondit : « Comment faire ? Saül va le savoir, et il me tuera. »

Le Seigneur reprit :« Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur. Tu convoqueras Jessé au sacrifice ; e t’indiquerai moi-même ce que tu dois faire et tu me consacreras par l’onction celui que je te désignerai. » Samuel fit ce qu’avait dit le Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville allèrent à sa rencontre en tremblant, et demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? »

Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur Purifiez-vous, et vous viendrez avec moi au sacrifice. » Il purifia Jessé et ses fils, et les convoqua au sacrifice. Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c’est lui le messie, lui qui recevra l’onction du Seigneur ! » Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté.

Source de l’image →  Samuel et David – Image.bible.com

Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. » Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. » Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. » Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »

Alors Samuel dit à Jessé : « N’as-tu pas d’autres garçons ? » Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé : « Envoie-le chercher : nous ne nous mettrons pas à table tant qu’il ne sera pas arrivé. » Jessé le fit donc venir : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau.

Le Seigneur dit alors : « Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! » Samuel prit la corne pleine d’huile, et lui donna l’onction au milieu de ses frères. L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. Quant à Samuel, il se mit en route et s’en revint à Rama.

lwf0003web.gif

Un jour, le Seigneur à Samuel : « Combien de temps encore seras-tu en deuil à cause de Saül ? » Le Seigneur posa cette question car il ne voulut pas que Samuel resta bloquer par le passé. Samuel ne dut pas être dans la peine à cause d’un désastre national. À cette époque, les Hébreux furent presque constamment en guerre avec les Philistins.

Ce fut dans l’une de ces batailles que Saül trouva la mort : les Hébreux s’enfuirent devant les Philistins et furent tués sur le mont Guilboa. Les Philistins se mirent à talonner Saül et ses fils. Ils abattirent Jonathan, Avinadav et Malki-Shoua, les fils de Saül. Terrifié par ce désastre, Saül se suicida pour ne pas être capturé par les Philistins.

Le Seigneur dit à Samuel : « Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. »  Samüel hésita, il eut peur ; il répondit : « Comment pourrais-le y aller ? «  Chaque fois, dans la Bible, qu »une personne est investie d’une responsabilité de la part du Seigneur, on constata ce premier recul : « Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes (1 Co, 1, 27).

Le problème, à résoudre, pour Samuel fut de désigner un successeur au roi Saül, à une époque difficile pour les douze tribus d’Israël. Le peuple se fut attendu  à un choix rationnel pour diriger le peuple : un homme mûr, fort et surtout expérimenté ! Or voici que Dieu envoya Samüel chez un paysan de Bethléem. Seul le dernier des fils de cet homme fut choisi, celui à qui personne ne pensa, le petit David, tout juste capable de garder les bêtes sur les collines des environs.

Dieu choisit donc à son service le plus fragile des enfants de cette famille. Quel mystère ! Ce fut aussi le mystère de Jésus, né faible, en cette même localité. Les vues de Dieu ne sont pas celles des hommes. Demandons au Seigneur à n’être qu’un simple instrument entre ses mains pour servir au mieux de nos capacités, là, où nous vivons.

Compléments

◊ Voici le témoignage de Paul au sujet du Christ, fils de David  → De la descendance de David, Dieu fit sortir un sauveur pour Israël

◊  Histoire → La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S, 7)

Liens externes

◊ Un homme de Dieu dans des temps troublés → Vie de Samuel

◊ Histoire → La vie des rois Saül et David

♥ Vidéo                                                                        Le roi David

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Anne rend grâce pour la naissance de son fils Samuel (1 S 1, 24-38)

Posté par diaconos le 21 décembre 2017

Extrait du premier livre de Samuel au chapitre un

Samuel fut le prophète qui établit le roi Saül, premier roi d'Israël, puis le roi David -, le dernier des "juges" qui mèna les Israélites à la victoire contre les Philistins.

Samuel fut le prophète qui établit le roi Saul, premier roi d’Israël, puis le roi David, le dernier des juges qui conduisit les Israélites à la victoire contre les Philistins.

En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin. On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli. Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.

C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande. À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

lwf0003web.gif

Nous découvrons dans la Bible  plusieurs récits où Dieu choisit ses serviteurs parmi des familles qui ont perdu l’espoir d’avoir un enfant. Du temps d’Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie ; sa femme s’appelait Élisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur. Ils n’avaient pas eu d’enfants, parce qu’Élisabeth était stérile ; et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge (Lc 1, 5-7). C’était aussi le cas pour Isaac, Samson (Voir article du 18 décembre 2017)

Réjouis-toi, stérile, toi qui n’enfantes pas ! Éclate et pousse des cris, toi qui n’as pas éprouvé les douleurs de l’enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui était mariée (Ga 4, 27). La maternité exceptionnelle d’Anne jusqu’alors stérile annonça à l’avance les deux maternités aussi exceptionnelles  d’Élisabeth et de Marie.

Dieu entendit Anne et l’exauça. Les pauvres, les humiliés ont tous leur place devant le Seigneur ; c’est dans son humiliation que Anne cria vers le Seigneur et fut exaucée. Sa prière ressemble au magnificat qui jaillit des lèvres de Marie à Nazareth. C’est à travers notre histoire que Dieu accomplit son projet.

Quand Samuel fut sevré, ses parents le conduisirent dans un petit sanctuaire abritant l’Arche à Silo. Les pèlerins y amenaient les animaux qu’ils voulaient offrir en sacrifice au Seigneur et les confiaient au prêtre sacrificateur. Anne vint en ce lieu avec ses présents pour le sacrifice et présenta son fils au prêtre Éli. Anne étant stérile, elle supplia Dieu pour obtenir cet enfant qu’elle désirait tant. Quand elle fut exaucée, elle consacra son fils à Dieu.

Éli fut l’un des derniers Juges d’Israël avant l’institution de la monarchie israélite. Il porta le titre de Grand prêtre d’Israël et fut le conseiller de Samuel. Samuel fut le dernier Juge d’Israël. Dieu leur donna des juges, jusqu’au prophète Samuel (Ac 13,20), qui fut  le premier des prophètes prophétisant aux Israélites.

Tous les prophètes qui ont successivement parlé, depuis Samuel, ont aussi annoncé ces jours-là  (Ac 3,24). Une partie du monde chrétien, dont l’Église orthodoxe et l »Église catholique le fête le vingt août.

Spontanément aussi, Marie utilisa des versets des psaumes pour exprimer sa prière. Chaque phrase du Magnificat est tirée de l’Ancien Testament.

Compléments

◊ Catéchèse → Je te salue, pleine de grâce ; le Seigneur est avec toi (Lc 1, 28)

◊ Catéchèse → Qu’il me soit fait selon ta parole ! (Lc 1, 26-38)

Liens externes

◊ Abbaye de Maredsous (Belgique) →  Magnificat

◊ Un moment sacré → Hymne de joie

Vidéo pour vos jeunes enfants → Samuel, le jeune prophète

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits

Posté par diaconos le 24 novembre 2017

Extrait de l’évangile de Jésus Christ selon saint Luc, au chapitre dix-neuf

 Détruisez ce temple, dit Jésus, et en trois jours, je le relèverai ". Le temple dont il parlait, c’était son corps, c’est-à-dire sa personne. C’est comme s’il disait : " Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là ! " Jésus a l’audace de se mettre à la place du temple. – Le lieu de la présence de Dieu, c’était le temple : Jésus est présence de Dieu. – Le lieu de la parole de Dieu, c’était le temple : Jésus est la parole de Dieu.

Détruisez ce temple, dit Jésus, et en trois jours, je le relèverai « . Le temple dont il parlait, c’était son corps, c’est-à-dire sa personne. C’est comme s’il disait :  » Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là !  » Jésus a l’audace de se mettre à la place du temple. – Le lieu de la présence de Dieu, c’était le temple : Jésus est présence de Dieu. – Le lieu de la parole de Dieu, c’était le temple : Jésus est la parole de Dieu.

En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait :  » Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »     Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. (Lc 19, 45-48)

 lwf0003web.gif

Il y a une vingtaine d »années, quand Jésus avait douze ans, il avait dit à sa mère qui le cherchait dans ce temple : « Pourquoi me chechiez-vous ? Ne savez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » (Lc 2, 49)

Ainsi, Jésus avait alors déjà conscience de son origine divine. Il nomme Dieu son Père, sentant que ce nom peut seul exprimer la réalité et l’intimité de son rapport avec Dieu. Il en est si rempli, qu’il lui parait naturel d’oublier tout le reste pour être aux choses de son Père ; c’est là pour lui une nécessité morale : Il faut ; ne le saviez-vous pas ? – Dans cette première parole de Jésus qui nous soit parvenue, tout est vérité, vie, amour.

Jésus, à peine arrivé, se mit à chasser les vendeurs : il y exerça son autorité en purifiant ce lieu, comme cela avait été annoncé par le prophète Malachie  :  » Voici, j’envoie mon messager, et il frayera le chemin devant moi, et soudain viendra dans son temple le Seigneur que vous cherchez, l’ange de l’Alliance que vous désirez. Voici, il vient, dit l’Éternel des armées.

En leur disant  » Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. « ,  Jésurests cite Isaïe (Is 56, 7). Isaïe reprochait aux juifs leur autonomisme. En disant : « Vous en avez fait une caverne de bandits », Jésus cita Jérémie (Jr 7, 11) Ce prophète reprochait aux juifs leur formalisme : Dieu ne voulait plus de gestes de culte sans lien avec la vie quotidienne. 

En chassant tous ces gens du Temple, Jésus restaura le vrai culte de Dieu, au lieu du culte de l’argent qui y régnait. Nous aussi, nous méritons les reproches de Jésus : nos églises sont-elles des maisons de prières ? N’ont-elles pas des arrangements avec l’argent ?

Jésus enseignait chaque jour de cette dernière semaine dans le temple ; puis,  le soir, il se retirait hors de Jérusalem, sur le mont des Oliviers ou à Béthanie : « il entra à Jérusalem, dans le temple ; et ayant porté ses regards autour de lui sur toutes choses, comme le soir était déjà venu, il sortit pour aller à Béthanie avec les douze. » (Mc 11,11)

D’après Luc et surtout Marc, Jésus ne fit son entrée à Jérusalem que vers la fin de la journée, et se borna à visiter le temple, où il examina tout ce qui s’y passait ; puis, comme le soir était déjà venu, il ressortit du temple et de la ville pour passer la nuit à Béthanie, et ce ne fut que le lendemain qu’il chassa les vendeurs du temple.

La première partie de chaque messe est un enseignement (Première lecture, psaume, deuxième lecture, extrait de l’évangile et sermon). C’est Jésus qui a inauguré ce culte nouveau où la Parole prend le pas sur les rites. Cette première partie esr appelée « Liturgie de la Parole ». Tout le monde l’écoutait, suspendu à ses lèvres : ce culte là  devrait trouver son accomplissement chaque jour dans notre vie.

Compléments

◊ Catéchèse → Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. (Jn 2,16).

◊ Catéchèse → Catéchèse : « Jésus chasse les marchands du temple.  (Jn 2, 13-22)

Liens externes

◊ Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là ! → Jésus a chassé les vendeurs du temple… Pourquoi ? – Le Jour du …

Vidéo  Jésus chasse les marchands du Temple

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Dieu, Enseignement, L'Église, Liturgie, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

12345...38
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS