Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur à faux

Posté par diaconos le 22 septembre 2018

Le Décalogue (en hébreu עֲשֶׂרֶת הַדִּבְּרוֹת : ʿAsereth ha-Diberoth) — les Dix Paroles pour le judaïsme, traduit par les Dix Commandements pour le christianisme — est un court ensemble écrit d'instructions morales et religieuses reçues, selon les traditions bibliques, de Dieu par Moïse au mont Sinaï. Dans la Torah, il est écrit que la transmission de ces instructions morales sous la forme de tables gravées provient « du doigt de Dieu ». La Bible parle de « dix paroles » (Ex 34:28 ; Dt 4:13), ce que la version des Septante rend par le mot δεκάλογος / dekálogos, d'où le terme français de « Décalogue ».

Le Décalogue : les Dix Paroles pour le judaïsme, les Dix Commandements pour le christianisme — est un court ensemble écrit d’instructions morales et religieuses reçues, selon les traditions bibliques, de Dieu par Moïse au mont Sinaï. Dans la Torah, il est écrit que la transmission de ces instructions morales sous la forme de tables gravées provient du doigt de Dieu. La Bible parle de dix paroles.

Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur à faux , c’est le deuxième commandement. Ce commandement règle l’usage de la parole dans les choses simples. Nous ne devons faire intervenir le nom de Jésus dans nos paroles que pour le bénir, le louer et le glorifier.

IL me permet de préparer une homélie sur ce sujet et intervenir dans la catéchèse ; celles-ci doivent être pénétrée d’adoration et de respect pour le nom de Jésus. Il interdit l’usage inconvenant du nom de Dieu, de Jésus, de Marie et des saints.

Il ne permet pas de faire des promesses au nom de Dieu, ni de proférer contre Lui, et par extension aux paroles contre l’Église du Christ, les saints, les choses sacrées : c’est un grave péché que blasphémer. Les jurons sont un manque de respect envers le Seigneur. L’emploi du nom de Dieu en divination, voyance et toute pratique de sciences occultes sont interdits par le deuxième commandement.

Ne faisons pas de faux serment : se faux serment appelle Dieu à témoigner d’un message et ne commettons pas de parjures.

En conclusion : la discrétion du recours à Dieu dans le langage est ce qu’il y a de mieux. Notons aussi que le serment fait pour une cause grave et juste, dénoncée au Tribunal, ou qui sont contraires à celle d’une conscience droit est admis. La résistance armée à l’oppression du pouvoir politique est un  droit dans certaines conditions graves.

———————————

Source de l’image → Décalogue — Wikipédia

Compléments

◊ L’amour de Dieu et l’amour des autres sont indissociables → Le plus grand commandement

◊ Nous sommes appelés à aimer comme Jésus nous aime → Aimez-vous comme je vous aime ! » (Mt 22, 34-40)

Liens externes

◊ Reconnaître ce qui appartient à Dieu → Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur,  ton Dieu à faux

Pourquoi faut-il respecter le nom de Dieu ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, L'Église, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

La christologie de l’Évangile de Jean

Posté par diaconos le 18 septembre 2018

L’évangile de Jean se situe au carrefour de différents mondes religieux, porteurs de langages et de représentations très spécifiques. Le premier milieu qui a nourri le langage johannique et son univers de représentation est le christianisme lui-même. L’essentiel du contenu narratif (récits de miracles et l’histoire de la Passion, les logia intégrés dans les dialogues et les discours contenant les paroles en « Je suis’, les titres christologiques ou l’hymne au logos ( 1, 1-18) constituent des traditions qui prirent corps dans le christianisme primitif avant d’être intégré dans l’Évangile.

L’évangile de Jean se situe au carrefour de différents mondes religieux, porteurs de langages et de représentations très spécifiques. Le premier milieu qui a nourri le langage johannique et son univers de représentation est le christianisme lui-même. L’essentiel du contenu narratif (récits de miracles et l’histoire de la Passion, les logia intégrés dans les dialogues et les discours contenant les paroles en « Je suis’, les titres christologiques ou l’hymne au logos ( 1, 1-18) constituent des traditions qui prirent corps dans le christianisme primitif avant d’être intégré dans l’Évangile.

L’Évangile de Jean a pour intention de restructurer la foi des croyants. Cette restructuration de la foi advient sur ce que son évangile sans aucune de ses parties , met en œuvre une herméneutique étagée ; les croyants sont saisis dans leur foi élémentaire et affaiblie pour être acheminés vers une conception plus achevée.  Son évangile est un témoignage rendu au Christ incarné, dans la force de l’esprit, lequel à la fois conserve le souvenir du Christ terrestre et en dit l’actualité aujourd’hui de la foi.

Source de l’image → L’évangile de Jean

Cet évangile est fondamentalement un  récit christologique : c’est la personne du Christ, son histoire et sa signification qui sont l’objet central de l’Évangile. Le Christ johannique est fondamentalement présenté comme le révélateur de Dieu dans le monde.

Cezrt évangile n’est pas le travail d’un témoin oculaire. Le disciple que Jésus aimât est considéré comme le fondateur de la tradition et de l’école johannique. Le rédacteur de cet évangile est certainement une personne de la deuxième ou troisième génération. Il écrivit au nom du disciple que Jésus aima, et s’efforça d’exposer sous la forme d’un évangile l’interprétation de la foi chrétienne. esquissée par Jean.

Le cadre herméneutique dans lequel le récit de la vie de Jésus terrestre doit être lu est donné dans le prologue (1,, 1-18). La thèse fondamentale est une christologie de l’incarnation. Dans la personne du Christ, Dieu se fait proximité aimante et présence au sein de la création de l’humanité. Jésus est la parole de Dieu faite chair et toute l’histoire de Jésus doit être lue à partir de cette première affirmation.

La christologie de l’envoyé constitue dans un autre langage le développement et l’explication de la christologie de l’incarnation. Jésus étant le Fils préexistant devenu chair, son destin historique peut être présenté comme une venue, comme un envoi.

La sémantique de l’envoi doit être comprise sur le fond du droit à l’envoi dans le Proche Orient ancien. Un envoyé étant un messager légitimé qui représentait son roi auprès d’une cour étrangère. En tant qu’envoyé du Père , le Christ le représenta dans le monde. Il ne prononça pas ses propres paroles, mais celles de son Père. Il ne fit pas ses propres œuvres mais celles de son Père (Jn 4 34…) Il ne voulut rien être ‘autre que la voix et la main de Dieu parmi les hommes. Dans la logique johannique, le Christ est véritablement Dieu  dans la mesure où il est envoyé à la fois pleinement un avec Lui et pourtant différent de Lui. Cette affirmation est d’une importance capitale car personne n’a jamais vu Dieu.

L’envoi de Jésus est à saisir comme l’amour de Dieu pour le monde (Ac 3, 16). Dans la mesure où il accueille le Christ, l’homme est placé au bénéfice de cet amour. Cet amour a un caractère unique et décisif, il constitue l’accomplissement de la promesse qui a trait à l’Ancien Testament ; en lui se réalise le jugement du monder. Jean en prétendant que le Jugement advient dans la venue du Fils de Dieu, il prit distance de la conception apocalyptique du Jugement.

L’eschatologie est expliquée par l’Histoire car le jugement s’accomplit dans la rencontre du Fils de Dieu  : c’est face au Christ dans la foi donnée ou refusée, que se réalise la séparation entre croyants et incroyants. On  parle alors d’eschatologie présentéiste. L’envoi du Fils dans le monde déboucha sur une vision dualiste du monde. Ce dualisme est historique ; il est provoqué par la venue de Jésus, le Fils de Dieu.

Nous pouvons distinguer trois étapes dans l’envoi du Fils de Dieu :

  1. Première étape : préexistence et incarnation
  2. Deuxième étape : l’accomplissement de la mission. Jésus effectua sa mission en accomplissant des miracles ; ensuite, il réalisa sa fonction de révélateur par ses discours dont le contenu est strictement christologiques. En tant qu’envoyé du Pre, il répondit aux besoins les plus fondamentaux qui se manifestent dans toute existence humaine : il les comble.
  3. Troisième étape : le retour. Ce retour s’effectua à la croix, qui dans l’évangile de Jean est interprétée comme le lieu de l’élévation et de la glorification.

La conclusion de son évangile souligne que christologie et sotériologie vont de pair. Don du Fils et don de la vie sont un seulet même évènement constituant le con tenu de cet évangile qui appelle à la foi.

Complément

◊ Au carrefour de différents mondes religieux → L’arrière plan religieux de l’évangile de Jean

Liens externes

◊  L’intrigue du quatrième évangile, ou la christologie mise en récit

◊ Du site Croire.com →  La christologie au début du XXIe siècle – Croire – Questions de vie …

La première épître de saint Jean, par Père Goutierre

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Bible, Catéchèse, Enseignement, évangiles, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Le langage johannique

Posté par diaconos le 14 septembre 2018

La tradition chrétienne attribue à l'apôtre Jean l'Évangile de Jean (elle identifie l'apôtre au « Disciple que Jésus aimait »), ainsi que trois épîtres, et l'Apocalypse, dont l'auteur se présente comme ayant reçu une vision de Jésus-Christ dans l'île de Patmos : c'est le corpus johannique. Cette paternité est contestée, cependant, par un grand nombre d'historiens modernes. Certains de ces historiens assimilent l'auteur de l'évangile dit « selon Jean » à Jean le Presbytre, et non à l'apôtre Jean.  ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie.

La tradition chrétienne attribue à l’apôtre Jean l’Évangile de Jean, ainsi que trois épîtres, et l’Apocalypse, dont l’auteur se présente comme ayant reçu une vision de Jésus-Christ dans l’île de Patmos : c’est le corpus johannique. Cette paternité est contestée, cependant, par un grand nombre d’historiens modernes. Certains de ces historiens assimilent l’auteur de l’évangile dit selon Jean à Jean le Presbytre, et non à l’apôtre Jean. 

Le vocabulaire du langage johannique est distinct de celui des évangiles synoptiques. La statistique terminologique montre que les termes dans l’évangile de Jean apparaissent rarement chez lzq synoptiques. Exemples : aimer, la vérité, connaître, la vie, les juifs, le monde… Les notions chères aux synoptiques se rencontrent exceptionnellement dans l’évangile de Jean. Exemples le baptême, le Royaume, le démon, avoir pitié, purifier…

Le style de son évangile est simple et solennel se caractérisant par des particularités souvent relevées. Trois procédés littéraires sont fréquemment mis en œuvre dans son évangile. Leur fonction est de nourrir le commentaire implicite sous-tendant la narration.

Premier procédé : le malentendu (exemple : Jn 3, 3-5). Ce procédé joue sur l’ambivalence qui caractérise certaines déclarations du Christ johannique. Il me semble reconnaître ce procédé dans le texte de la Samaritaine au chapitre quatre : la Samaritaine se méprit sur le sens d’une parole de Jésus en l’interprétant en fonction de la question posée par Jésus. Cette mécompréhension permit alors au Christ johannique de reformuler et de préciser le sens de la révélation qu’il apporta.

Deuxième procédé : le langage symbolique. Par exemple : les paroles en « Je suis », l’usage de notions telles que :  eau vive, pain, lumière, porte… Le symbole fournit le réservoir sémantique nécessaire à l’expression de la révélation.

Troisième procédé : l’ironie . Par exemple en Jn 11, 47-50 et le récit de la Passion. Ce procédé exploite la discordance entre deux idées qui existe entre le sens apparent dun évènement et son sens caché qui est son sens véritable.

Les couples de concepts antithétiques  constituent un élément théologiquement important du langage johannique, car ils permettent le développement conséquent de dualisme traversant son évangile. Exemples : lumière/ténèbres, vérité/mensonge, haut/bas, liberté/servitude, vie/mort…

Complément

◊ Christologie johannique →  Jean et les synoptiques

Liens externes

◊ Jean, témoin oculaire du Christ  → Jean et son évangile

◊ Bible info → Jean dans la bible

Père Antoine Duval explique  l’évangile de Jean

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Bible, Catéchèse, Enseignement, évangiles, Nouveau Testament, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Jésus, visage humain de Dieu

Posté par diaconos le 8 septembre 2018

L’homme n’est vraiment homme que par la joie, tout comme le ruisseau n’est ruisseau que par la source. Sans doute les méandres lointains du ruisseau n’en ont-ils aucune conscience, ainsi l’homme, dans son errance, a-t-il oublié l’Essentiel. Alors viennent les philosophes, étymologiquement ceux qui " aiment la sagesse ", celle qui scrute la vie, et ils lui remettent en mémoire, d’Aristote l’ancien (IVe s. av. J.-C.) à Bergson l’actuel (XXe s.), que l’homme ne peut pas vivre sans joie, que seul là où il y a la joie, la vie triomphe... Ils ont plongé leur savoir même très loin, jusqu’à la limite du mystère, puisqu’ils nous enseignent que la joie se révèle comme étant la vérité de notre être, qu’elle est le pouls de l’être, le critère de la vérité, et finalement que joie et vérité sont tout un !

L’homme n’est vraiment homme que par la joie, tout comme le ruisseau n’est ruisseau que par la source. Sans doute les méandres lointains du ruisseau n’en ont-ils aucune conscience, ainsi l’homme, dans son errance, a-t-il oublié l’Essentiel. Alors viennent les philosophes, étymologiquement ceux qui  » aiment la sagesse « , celle qui scrute la vie, et ils lui remettent en mémoire, d’Aristote l’ancien (IVe s. av. J.-C.) à Bergson l’actuel (XXe s.), que l’homme ne peut pas vivre sans joie, que seul là où il y a la joie, la vie triomphe… Ils ont plongé leur savoir même très loin, jusqu’à la limite du mystère, puisqu’ils nous enseignent que la joie se révèle comme étant la vérité de notre être, qu’elle est le pouls de l’être, le critère de la vérité, et finalement que joie et vérité sont tout un !

Pour les disciples, Jésus fut le prophète des derniers temps. L’espérance pascale transforma leur connaissance de Jésus : il est le Seigneur vivant à jamais, il est le Christ, c’est à dire le Messie, l’envoyé de Dieu pour instaurer son règne mais pas dans le sens qu’ile avaient avant l’évènement pascal.

À la question : « Qui est Jésus ? », il faut répondre par un nom d’identité, celui de ,Fils de Dieu. Jésus , fils de Dieu, est une personne exceptionnelle pour tous. Jésus innova radicalement en son nom : « Moi, je vous dis que… » Abba (Père), ce nom , sous lequel Jésus invoqua Dieu, ne fut jamais donné à Dieu dans le judaïsme.

Source de l’image → Vie-Nouvelle

Dans l’évangile de Matthieu (Mt 11, 25-37), Jésus affirme indirectement avoir une relation unique avec Dieu parce qu’il a une mission unique d’annoncer son règne. Jésus est le visage humain de Dieu, c’est à dire ce qui exprime Dieu dans notre condition  c’est en ce visage que Dieu se manifeste.

Jésus est identifié « Fils de Dieu » sur le fondement de sa Parole, de son action, de son attitude, de sa résurrection : ces termes rejoignent leur mouvement. Condamné comme faux prophète et blasphémateur, il est justifié par Dieu. Jésus révéla Dieu dans sa condition de fils, il se manifesta ainsi dans notre réalité historique. Jésus ne se déclara pas Dieu.

Dieu se trouve là où l’homme , dans la reconnaissance d’un autre homme, lutte pour faire surgir un avenir. Pouvons-nous reconnaître Jésus sans confesser le Christ ? L’évènement pascal qui forme la base du témoignage apostolique incita la communauté primitive à s’assurer des sCe fut l’évènement pascal qui mit en lumière la portée réelle du fait de la croix. Le titre du Christ et les autres ne prennent signification qu’en vertu de l’histoire concrète de Jésus qui les porta. C’est parce que Jésus est le Christ, qu’il est toujours actuel. Mais il est Christ parce qu’il est Jésus de Nazareth.

Comment Jésus se comportât-il dans le contexte historique que fut le sien ? Si nous partons de ses titres, nous risquons d’oublier  que ce fut dans la condition historique de Jésus que Dieu se manifesta à l’homme. Jésus révéla que Dieu n’est pas un concurrent.

Complément

◊La résurrection nous donne l’espoir que quelque chose nous attend → La raison de la joie pascale

Liens externes

Jésus de Nazareth est-il le visage humain de Dieu ?

Preuve de l’existence de Dieu et raisons de croire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Messages, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

12345...41
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS